Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 10:05

Dans mon enfance, j'ai entendu mon père, indigné, dire : « A Bram, on échangeait une montre contre une bouchée de pain ! »
Je n'ai rien compris à cette phrase. Bram est une localité, 3 000 habitants, à une vingtaine de kilomètres de Carcassonne. On pouvait y aller à bicyclette. Plus tard, j'ai eu l'explication.

Après la victoire de Franco, des centaines de milliers de Républicains espagnols ont cherché refuge en France. Beaucoup ont été regroupés dans des « camps ». Le plus célèbre est celui de Rivesaltes (1, 2) mais il y en eut d'autres comme celui de Bram, mieux organisé, semble-t-il, et moins célèbre.

Quand des Républicains espagnols ont été enfermés dans le camp de Bram, certaines personnes sont venues leur apporter de l'alimentation en échange de bijoux et objets de valeurs qu'ils pouvaient récupérer.
Il y avait peut-être aussi des gens désintéressés.

Malheureusement, cet échange inégal n'a pas été une pratique réservée à Bram : « Il était arrivé un grand nombre de trafiquants, certains venus d'assez loin, attirés par des affaires à réaliser sur le dos de ces pauvres gens, prêts à vendre n'importe quoi pour subsister. Dans les coins discrets se tenaient de fébriles conciliabules : les trafiquants achetaient l'or en le pesant dans leur mains ». (1)

Depuis, en ces lieux, un mémorial a été édifié.

Rivesaltes

Rivesaltes

Les temps ont bien changé. Certes, la récupération individuelle existe toujours. Tout le monde condamne cette pratique des passeurs. Mais les demandeurs d'asile arrivés dans la terre espérée, la récupération devient, quelquefois, institutionnelle...

Depuis plusieurs années, en Suisse, les réfugiés doivent remettre aux autorités tous les biens valant plus de 1000 francs suisses (environ 900 euros). En échange, ils reçoivent un récépissé. Cette pratique parfaitement légale est prévue par une loi sur l’asile (26 juin 1998) qui exige des réfugiés qu’ils contribuent dans la mesure du possible au coût de leur demande d’asile et d’une assistance sociale. Par la suite, si la personne obtient le droit d’asile, elle devra verser 10% de ses revenus pendant 10 ans. L’an dernier, la Suisse a reçu près de 40 000 demandes d’asile.

Cet exemple, venant d'un pays aussi vertueux que la Suisse, ne pouvait passer inaperçu. Le Danemark a décidé de confisquer les effets de valeur des migrants pour financer leur séjour. Ce projet de loi, controversé, donne le droit aux policiers de « saisir des biens que les demandeurs d’asile apportent avec eux afin de couvrir leurs besoins en alimentation et en hébergement ». Pour financer les aides et décourager les demandeurs d’asile à venir au Danemark. Le texte doit être adopté le 26 janvier.
La loi, pleine d'attention, prévoit, cependant, que les demandeurs d'asile pourront conserver les biens ayant « une valeur sentimentale », comme les alliances.

Les passeurs, individuels, rémunérés, indignent l'opinion publique. Frontex les poursuit. Qui poursuivra les États passeurs ?

1 – Vous avez la mémoire courte… 500 000 républicains venus du Sud « indésirables » en Roussillon. René Grando, Jacques Queralt, Xavier Febrés éditions du chiendent, 1981, 258 p.

2 - Rivesaltes : le camp de la France. 1939 à nos jours., Canet-en-Roussillon : Ed. Trabucaire, 2015, 161 p.

NB : Article précédent sur les camps, publié le 7 septembre 2011, FRIBOURG, RIVESALTES, GURS

28/01/16

Une amie ma envoyé le commentaire suivant :

"J'ai lu le texte dans lequel tu évoques le camp de Bram .

A Bram, comme dans les autres camps, il n’y eut dans un premier temps, au moment de la retirada, que des républicains espagnols. Mon grand père y était, très rapidement un agriculteur du coin lui a proposé du travail, il put sortir et faire venir avec lui, à la ferme, ma grand’mère et ses enfants qui étaient réfugiés à Condom dans le Gers. Pas dans un camp, ma grand mère avait trouvé du travail comme lingère dans un hôtel, des familles avaient pris ma mère et mes tantes en pension et mon oncle était en apprentissage chez une famille de cordonniers italiens. La famille ne s'en sortait pas trop mal, même si mon grand père, s'il était nourri et logé, ne percevait aucun salaire. On ne faisait pas seulement du trafic d'argent, de bijoux, mais aussi de bras ! La plupart des réfugiés espagnols n'avait rien à échanger. Et ceux qui avaient pu emporter des économies n'ont pu les utiliser, le nouveau gouvernement espagnol ayant déclaré obsolète l'argent de la République, ma mère conserve précieusement un rouleau de billets que ma grand mère avait cache sous ses jupes pendant la retirada. Les enfant ont été scolarisés pendant quelques mois à Bram et c’est là qu'ils ont commencé à apprendre le français .

Tout est devenu très très difficile à partir de septembre 1940 où le régime de Vichy à obligé tous les étrangers à être regroupés dans des camps . A Bram se côtoyaient de nombreuses nationalités. Ma famille est revenue au camp de Bram, puis transférée à Argelès puis à Rivesaltes où c'était très dur. Là, ma grand mère a fait appel aux familles qui l'avaient aidée au moment de la retirada à Condom et ce sont celles ci qui ont fait appel aux Quackers pour les aider à sortir du camp. La famille à donc terminé la guerre dans une colonie de Quackers où étaient recueillis des enfants de républicains espagnols et aussi des enfants juifs cachés. Ma grand-mère a de nouveau travaillé comme lingère dans cette colonie pour ne pas être séparée de ses enfants. Pendant ce temps mon grand père travaillait pour les compagnies volontaires de travail qui venaient chercher de la main d’œuvre gratuite dans les camps.

Si le trafic d'argent, de biens, se faisait individuellement (Quoique pour la population juive ...) l'utilisation de la main d’œuvre des camps était si j’ai bien compris, une une affaire d’ État .

Bon, j'arrête là mon bavardage ..."

O.C.

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

CHALOT 25/01/2016 18:37

L'article me plaît
puis-je le reproduire avec ta signature sur le blog de familles laïques
http://www.familles-laiques-de-vaux-le-penil.fr/
cordialement

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche