Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 21:03

 

 

Voter ne sert à rien (voir les référendums en France, aux Pays-Bas, en Irlande) ; manifester, faire grève ne sert à rien (Espagne, France, Grande-Bretagne, Irlande, Italie, Lettonie, Roumanie, Royaume-Uni, Serbie, Slovénie, Tchéquie...) ; les sondages ne servent à rien quand ils ne sont pas conformes (opposition à la réforme des retraites, même après l'adoption de la loi et la fin des manifestations).

 

Eric Cantona a lancé le 8 octobre la "révolution spaggiari". Il propose de frapper à la caisse (d'autres préfèrent taper dans la caisse par commissions et rétrocommissions, spéculation, conflits d'intérêt, stock-options, retraites chapeau...). Personne n'entend la suggestion de Cantona. Sauf quand l'idée est reprise sur le net en plusieurs langues. Quand des milliers de citoyens se disent plus ou moins prêts à suivre le mot d'ordre et que le 7 décembre approche (http://www.bankrun2010.com/).

 

Les compétents réagissent. Plus ou moins élégamment comme François Baroin, ministre du Budget et porte-parole du gouvernement, qui signale que Cantona n'a même pas été sélectionné par Jacquet pour la coupe du monde. S'il avait été sélectionné son opinion aurait-elle été prise en compte ? Serait-il devenu, de ce fait, compétent ?

Il juge cet appel "pas sérieux" : « Ce serait comique si ce n'était tragique », a-t-il déclaré. "Tragique" ? Toucherait-il où cela fait mal au point d'empêcher le ministre d'apprécier la plaisanterie ?

Cantona fait une proposition pour que le "système s'écroule" et Christine Lagarde rétorque "qu'il faut que chacun reste dans ses compétences". Suggère-t-elle que ministres et banquiers n'ont pas besoin de l'aide de Cantona, que leur compétence suffit à faire écrouler le système ?


Que propose Eric Cantona ? Que chacun vide son compte en banque. Personne ne nie le mécanisme. Mais beaucoup pensent l'opération irréalisable. Ou dangereuse. Surtout pour les plus pauvres qui pour une fois intéressent tout le monde.
Il est probable que les retraits ne seront pas suffisants pour faire sauter les banques. Et si elles sautaient, il y a peu de probabilités pour que cela débouche sur une véritable révolution.

 

Ce qui est inréressant dans cette histoire, c'est que la proposition a reçu un écho inespéré. Que des milliers de personne se sont mobilisées. Ceci montre bien le malaise, l'exaspération de la population que "leurs compétences" (comme on dit "leurs excellences") commencent à percevoir quand cela risque de "gripper" leur machine favorite.

 

Car le doute commence à s'installer chez certains. Michel Vermaerke, l’un des responsables de Febelfin, la fédération belge du secteur financier : «Cette action peut déstabiliser notre fragile système financier.» (Libération 01/12/10). Certes, depuis 2 ans que cela dure, les système a été fragilisé, est-il encore stable ? A voir le jeu des dominos, ce n'est pas certain. Et Eric Cantona n'y est pour rien.

Certains, à gauche aussi, protestent du danger d'une telle opération. Laisser faire est tout aussi dangereux. Il suffit de demander aux Grecs, aux Irlandais, aux... Alors que proposer ? « Ne pas détruire les banques : les saisir ! » (http://www.democratie-socialisme.org/spip.php?article2297#forum26358). Certes, mais que faire aujourd'hui ? Attendre que Sarkozy, Merkel et cie "saisissent les banques"? Attendre 2012 et l'arrivée éventuelle au pouvoir de ... de qui ? De ceux qui ont dénationalisé à-tout-va, avec l'espoir qu'ils saisiront les banques ???


Ce qui est certain, c'est que malgré grèves, manifestations... "Les peuples paient la crise... une crise qui a commencé dans la finance, s'est propagée à l'économie et gangrène aujourd'hui la politique jusqu'à menacer d'implosion nos systèmes démocratiques."

Comme toujours, il faut se résigner à la résignation. Payer par l'austérité les frasques des marchés* ? Car, les peuples, complices et profiteurs, toujours exclus du pouvoir, sont aussi responsables : " il est vrai que les peuples furent largement complices et profiteurs de la première. Ils ont poussé à la dépense publique, ont bénéficié d'avantages sociaux non financés, il leur faut maintenant rembourser. C'est le langage qu'il faudrait tenir aux Français si la classe politique en avait le courage. Mais cela ne tient pas face au désastre de la finance privée qui a précipité la catastrophe." Même si : "Tout est parti d'un réseau de trafiquants qui, sous les masques respectables du banquier et de la finance, a lancé la plus vaste entreprise de fausse monnaie et de jeux clandestins de l'histoire..." (François de Closets, LEMONDE.FR 01.12.10).


Mais est-ce le fait de quelques malfrats bien placés ou la nature même du capitalisme financier (TINA, "la seule politique possible") ? Ne faut-il pas prendre en compte l'avis de cet expert qui disait que le capitalisme n'était ni la suprématie de l’argent, ni le triomphe de l’institutionnalisme sur le favoritisme mais tout simplement "le racket légitime organisé par la classe dominante" (Al Capone cité par Presseurope 2311/10 Dilema Veche Bucarest).


Quand les moyens classiques ne fonctionnent plus, que l'exaspération augmente, il ne faut pas s'étonner qu'apparaissent de nouvelles propositions pour réveiller tous les peuples d'Europe. L'appel d'Eric Cantona est une des ces propositions. Le compositeur. Mikis Theodorakis, symbole du soulèvement des Grecs contre la dictature des colonels en 1974, lance, aujourd'hui, un appel : "il faut désobéir aux décisions du gouvernement" et organise un "mouvement des citoyens indépendants, nommé’Spitha’" (Etincelle), dans le but de résister "directement aux pressions imposées par les Etats Unis, le FMI et l’UE" ( Eleftherotypia 02/12/10 Presseurope).


Bien sûr, depuis longtemps, certains essaient d'imaginer des moyens pour échapper au rouleau compresseur, "monnaies fondantes", banques solidaires", "banques citoyennes" qui sont tolérées parce que marginales. Mais la question est brûlante : Que faire aujourd'hui pour éviter une régression sociale déjà bien avancée ?



Partager cet article

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche