Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2015 4 26 /02 /février /2015 18:59

 

Français de souche : les mots ne sont pas innocents, leurs auteurs non plus

 

 

Les querelles de mots ne sont pas toujours aussi insensées qu'elles le paraissent dans leur « emballement médiatique ». Il en est ainsi de l'expression « Français de souche », employée par le président de la République, alors qu'elle appartient au vocabulaire colonial et post-colonial reprise par l'extrême droite.

 

François Hollande a évoqué au dîner du CRIF la profanation du cimetière juif par « des jeunes lycéens, Français de souche, comme l’on dit ». Et la polémique est partie. Jusqu'à Marine Le Pen qui n'aurait pas employé une telle expression « parce que moi j'ai une vision très imprégnée des valeurs de la République française, des valeurs de l'assimilation, c'est-à-dire que je pense que quand on devient Français, on devient Français ». Elle se contente, professorale et généreuse, de dire que François Hollande a été « terriblement maladroit ».

 

François Hollande voulait, discrètement, répondre à l'affirmation de Roger Cukierman, président du CRIF, « toutes les violences, et il faut dire les choses, sont commises par des jeunes musulmans ». Pour la discrétion, c'est réussi. Il aurait pu dire tout simplement que ce n'était pas des jeunes musulmans qui... Les Français n'auraient pas compris ? Mais est-ce si difficile que cela, de prendre le contre-pied du président du Crif ? D'innocenter des musulmans ?

 

Maladroit au point que le président de la République a dû faire une mise au point : « Pour ceux qui m'ont écouté hier soir il n'y avait pas de doute à avoir, je me suis distingué de cette expression justement pour faire en sorte de bien comprendre à quoi on a affaire ». En effet, tout le monde avait bien compris.
Et c'est peut-être cela le plus grave. Tout le monde comprend très bien le vocabulaire de l'extrême droite. Est-ce le rôle du président de la République de parler « comme on dit » ? Ou comme ils disent ?
En employant cette expression, le président de la République ne fait qu'enfermer une partie de la population française dans une continuité coloniale.

 

En effet, l'expression « Français de souche » utilisée par un prestigieux prédécesseur, appartient au vocabulaire colonial. Par exemple, le général De Gaulle dans un discours en 1960 : « certains 'Français de souche' exigent que je renonce à l'autodétermination, je m'adresse d'abord à la communauté de souche française en Algérie ». Et Michèle Tribalat, experte en ce domaine car elle a subi une certaine polémique pour avoir employé l'expression, explicite bien l'erreur - la faute ? - de François Hollande : « Ce faisant, François Hollande suppose implicitement que Musulmans et 'Français de souche' sont deux catégories exclusives, c'est faux ». Différentes comme elles l'étaient dans l'Algérie coloniale.

 

La difficulté, à nommer, tient à la volonté louable de ne pas faire de la diversité entre les Français - origine, couleur, religion, sexe...- une source d'inégalité. Qui n'existe pas moins.

 

Pour sa part, Michèle Tribalat donne une définition claire de l'expression « Français de souche » qu'elle a rebaptisés de « natifs au carré pour désigner, au plus près de la chose, ceux qui sont nés en France de deux parents nés en France ». On voit très bien les félicitations qu'aurait reçues François Hollande s'il avait utilisé cette expression apparemment scientifique !

 

Quoi qu'il en soit, si pour Michèle Tribalat et éventuellement les chercheurs, les choses sont claires, les « Français de souche ou natifs au carré » « sont ceux qui sont nés en France de deux parents nés en France », nombreux sont les Français d'origine italienne, espagnole, portugaise, vietnamienne, algérienne, tunisienne, marocaine... qui sont devenus des Français de souche. Mais ceux qui se croient les « vrais Français de souche » pour ne pas dire de vrais Français, tout court, même si leur patronyme trahit leur origine, ne les reconnaîtront jamais comme tels et continueront à exclure ceux qui sont « trop différents » par leur aspect, leur religion...

Les Français de confession (ou non) juive le savent depuis plus de deux siècles.

 

Paradoxalement, ce terme de « Français de souche » pour désigner les Français européens d'Algérie s'appliquait à nombre de Français qui étaient plus des Français de souche européenne que de souche française. Il englobe aujourd'hui tous les Français d'origine européenne et continue d'exclure ceux qu'il excluait hier en Algérie et quelques autres...

Est-ce ce qu'on veut perpétuer ?

 

 

 

26/02/15

Sur le même sujet, deux articles intéressants et plus complets :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/francais-de-souche-hollande-s-y-164074

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/choisir-les-mots-au-plus-pres-des-164133

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche