Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 11:38

 

La campagne nationale devait être nationale et le président de la République avait bien préparé le choses.

Avec la création du ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Dévoloppement solidaire. Le ministre n'avait qu'à mettre en musique le "grand débat sur l'identité nationale" repris par des préfectures "franchisées" et débouchant sur un colloque avec en vedette le président de la République, un mois avant les élections. La droite serait satisfaite.

Avec un nouvel épisode dans son idée de mobilisation des icônes de la gauche, Jaurès, Guy Moquet et maintenant, à l'occasion du cinquantième anniversaire de sa mort, le transfert au Panthéon des cendres d'Albert Camus. Montrant son ouverture, la gauche serait embarrassée.

Mais, ces temps-ci, tout tourne mal. Les sondages plongent. Le transfert de Camus semble connaître quelques difficultés. Le débat sur l'identité nationale a rencontré une forte opposition à gauche mais aussi à droite, avec le concours involontaire des dérapages ministériels mal contrôlés.

Devant cette débâcle annoncée, la campagne se recentre : cette élection n'a pas de signification nationale, elle sera régionale. Les candidats de droite ont décliné les services du président. A la lecture des sondages, le Premier ministre ferait mieux l'affaire.

L'identité nationale est un fiasco revenons aux fondamentaux : la sécurité. Dans une nouvelle version semble-t-il : les violences à l'école.

La violence des jeunes ne date pas d'aujourd'hui. Est-elle plus importante aujourd'hui qu'hier ? Nul ne semble capable de le dire, ni Le Monde (1), ni le Journal du dimanche (2) qui le reconnaissent, l'un et l'autre. S'agissant de la délinquance générale, le ministre de l'Intérieur semble dire qu'elle diminue. Quant à la violence des jeunes, "si l’on se fie aux chiffres officiels, cette crainte n’est pourtant pas justifiée: l’année dernière, 10,5 incidents graves ont été signalés pour 1.000 élèves du secondaire, contre 11,6 en 2008" (JDD). Justes ou faux, ils émanent du gouvernement en place. Le Monde comme le Journal du dimanche mettent en doute la qualité des statistiques.

Cela n'empêche pas le Monde de titrer concernant la violence à l'école "les plans successifs ont échoué". Et le Journal du dimanche "Les chiffres noirs de la violence scolaire"

Mais tous les deux ont des données alarmantes : à défaut de chiffres sur la violence, ils avancent des sondages sur la violence "ressentie" ! Dans le Monde, "pour 90% des Français, la violence a augmenté dans les dix dernières années". Dans le Journal du dimanche "60% des parents disent craindre pour leurs enfants à l'école..."  Et ils ne discutent pas de la validité de tels chiffres. Que traduisent-ils ? Sont-ils en augmentation ? Peu importe, avec de tels articles dans les journaux, ils le seront encore plus demain.

Le Gouvernement n'a plus qu'à dégainer.

Si les plans ont échoué, si la sécurité scolaire n'est pas satisfaisante, il serait temps de rappeler que le président de la République est au pouvoir depuis 8 ans dont environ 4 au ministère de l'Intérieur. Ces journaux ne le font pas. Ils pourraient dire aussi que la solution n'est probablement pas de remplacer les enseignants et le personnel d'encadrement dans les écoles par des policiers !

Mais, nous sommes en campagne électorale, le gouvernement ayant mis en évidence quelque faits et une inquiétude va se "sentir obligé" d'y répondre. En augmentant l'encadrement policier. Tout en continuant à diminuer l'encadrement pédagogique : un partant à la retraité sur 2 remplacé.

Il n'est pas sûr que les interventions policières dans ou autour des établissements scolaires calment les inquiétudes, surtout telles qu'elles ont été conduites récemment.

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche