Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 23:00

CIMG8009-copie-1.JPG

  Le Mondial dans le Quartier

 

 

Tous3.JPG

 

Paris compte 15 % d'étrangers. Il y aurait plus de 100 nationalités dans le vingtième arrondissement. La proportion d'étrangers ou de personnes d'origine étrangère est particulièrement importante dans le "carré magique" du quartier.
Seulement, 36 pays ont participé à la coupe du monde de football.

Si tout le monde n'est pas supporteur de son équipe nationale ou même d'une équipe participant à la coupe, il est très probable que toutes les équipes avaient des supporteurs dans le quartier.
Même si tous n'en vivaient pas, beaucoup étaient atteints. Il suffit de parcourir les rues pour voir qu'en plus de ceux qui regardent les rencontres à domicile, il y a ceux qui se réunissent dans les salles de shoot que deviennent les cafés avec écran, tous beaucoup plus fréquentés à cette occasion.


 

 

TousetDzetFr.JPGAux cris séparés jaillissant des immeubles, se joignent les réactions collectives dans les cafés. Où les commentateurs partagent joie ou tristesse, s'encouragent ou se félicitent les uns les autres, où les commentaires se répondent...


 

En cette période de ramadan, les restaurants maghrébins sont vides ou presque, les femmes s'activent pour préparer et offrir galettes et pâtisseries... Quand l'heure de la partie approche, les salles de café qui ont un écran de télévision se remplissent. La lumière du jour est encore trop importante et, ici ou là, des toiles ont été prévues pour augmenter la visibilité de l'écran. Ces toiles gênent les spectateurs « clandestins » qui essaient de voir de l'extérieur


 

Dans la rue de Belleville, plus fréquentée par les bobos, le trottoir est envahi et les clients débordent sur la rue. Tout le monde se retrouve, c'est l'heure de l'apéro, même si tout le monde ne regarde pas l’écran. Quand la partie a commencé, les conversations continuent autour des tables mais sont entrecoupées de réactions qui ponctuent, chaque action, espoir ou déception.

 

 

Boulevard de Belleville, rue des Couronnes, il y a autant de monde face à l'écran mais moins de consommateurs sur les trottoirs. Je me mêle aux amateurs qui regardent le match de l'extérieur. Avec qui je peux apercevoir l'écran. Les dialogues ont surtout lieu en arabe et je ne comprend que les exclamations et quelques mots techniques en français « hors jeu »…
Le passant pressé, l'heure de la rupture du jeune approche, demande où en est le score…

 

 

 

RelaisBrFrDzPtCIMG7786.JPG

Mais la coupe du monde fleurit aussi les façades et surtout les vitrines des magasins et des cafés ou restaurants. Les commerçants sont le plus souvent très éclectiques, ils ont orné le magasin de petits drapeaux de toute nationalité, en guirlandes. Quelquefois, le choix est plus clair et alors ce sont les drapeaux algériens, français, brésiliens, portugais ou même allemands qui apparaissent.

 

Rue de La Chine 20140706 125934

 

Pt2.JPG

 

 

 

 

Des drapeaux isolés ornent quelques fenêtresà l'intérieur du quartier. Un drapeau camerounais, à une fenêtre, a rapidement disparu tandis que restent en place, même après l'élimination, l'algérien et le portugais. Un autre, en l'honneur du PSG, semble se tromper de période…

 

Les drapeaux algérien et français sont souvent côte à côte et quand il n'en reste qu'un, il est algérien. Même après l'élimination de l'une et l'autre équipe.


 

Pour maintenir l'ordre et la tranquillité publique, le maire de Nice, Christian Estrosi, a, par arrêté, interdit l'utilisation « ostentatoire », suivez son regard, des drapeaux étrangers dans le centre de la ville de Nice de 18 heures à 4 heures du matin, jusqu'à la fin de la Coupe du monde le dimanche 13 juillet. On peut remarquer qu'aux yeux de Christian Estrosi, seuls les drapeaux étrangers sont susceptibles de produire des troubles et seulement au centre de Nice...

 

Les drapeaux du XXème ne semblent pas ostentatoires. Mais que penserait Christian Estrosi de ce jeune habillé aux couleurs de l’Algérie « un, deux, trois, viva l'Algérie » qui fait la manche dans le métro… ou de cette honorable famille dont la mère, argentine, se promène vêtue du drapeau-maillot national et le père, français, et les deux enfants, avec des vêtements plus discrets mais aux couleurs argentines…
Ostentatoire ? En tout cas, ni la tenue algérienne, ni la tenue argentine ne semblent troubler le public...

 

Cette obsession d'un certain drapeau étranger n'est que la répétition en farce de la tragédie du 14 juillet 1953, place de la Nation qu'illustre un film récent, non encore sorti en salle, « Les balles du 14 juillet 1953 ».

Sept personnes (6 Algériens enterrés en Algérieet 1 Français, Maurice Luroy au Père Lachaise) ont été tués ce jour là par la police française. CIMG8007.JPG

CIMG8008.JPGCIMG8009.JPG

  CIMG8032.JPG

 

 

DzFrTn.JPG

 

 

FrDE.JPG

 

 

BrEtats-unisFR-copie-1.JPG

 

 

EsFr.JPG

 

 

DzFr.JPG

 

 

AllePharmacie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PSG.JPG

 

Si pour certains, le Mondial est un moment de fidélité ou de nostalgie du pays, pour d'autres, c'est aussi le moment de faire des affaires.

 

 

 

FinaleCommerce.JPG

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Le Quartier
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche