Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 20:22

Le Monde daté du 08 février 2012 s'est laissé aller à quelques titres douteux.



Ainsi, ce titre, jeune, moderne, dans le coup : « Mélenchon-Le Pen, le match des populismes ». Voici donc que « Le Monde », journal dont le fonds de commerce est bien plus la politique que le sport, ramène un débat important à un match ? Un journaliste, pour avoir proposé des gants de boxe lors d'un débat, a perdu sa place à télévision. Qui fera le ménage au Monde ?
Il fut une époque où un journal de qualité, même s'il n'était pas parfait, défrichait et nous aidait à voir, à comprendre ce qu'il y avait d'important dans des faits, situation ou événement.

 



Ce titre ramène le débat politique à un affrontement de personnes sur un terrain méprisé le populisme. Ne reste plus qu'à organiser les paris ! Le désenchantement de la politique, l'abstentionnisme, la montée de la droite extrême et de l'extrême droite sont suffisamment inquiétants pour mériter une réflexion sur les moyens d'y faire face, en les discutant. Il ne faut pas oublier que le premier parti de France est celui des abstentionnistes !




Le même jour un autre titre pouvait attirer l'attention :« L'école française doit délier les langues. Un rapport présenté le 7 février au ministre Luc Chatel préconise une sensibilisation aux langues étrangères avec des natifs dès la maternelle. »

 



Un titre rédigé par un journaliste qui a la langue plutôt liée. En effet, natif : « est spécialement employé pour une personne originaire d'un pays peu civilisé, un indigène : c'est alors un emprunt (1829) à l'anglais native de même origine qui correspond à « celui qui est dans la servitude » (1450) et à « celui qui appartient à une race peu civilisée »(Le Robert  Dictionnaire historique de la langue française).

 

 

 

Que veut dire le titre du Monde ? Que l'enseignement des langues étrangères sera réservé à des « natifs », de jeunes Français nés en France et un peu primitifs (les natifs que d'autres, avec le même bonheur d'écriture, appellent les « souchiens » ?), probablement parce qu'ils ne parlent pas une autre langue que le français à la maternelle ? Que les autres, nés à l'étranger et donc non natifs, non indigènes, en seront dispensés parce qu'ils sont supposés parler une autre langue ou qu'ils en seront exclus ? Par le rapport ? Par le ministre ou par le Monde ?

 

 

La qualité de la langue n'est pas seulement une forme d'élgance. Elle est une nécessité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Billets
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche