Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 18:52

Publié sur AgoraVox

 

Pour se débarrasser d'un éventuel concurrent dangereux, Nicolas Sarkozy a soutenu la candidature de Dominique Strauss-Kahn au FMI. Opération parfaitement réussie avec l'aide de l'intéressé. Quelques ennuis, de part et d'autre de l'Atlantique, l'ont en effet empêché de jouer « DSK, le retour ».

Pour le remplacer dans sa haute fonction au FMI, Nicolas Sarkozy a avancé le nom de Christine Lagarde avec beaucoup de regrets : elle pouvait être une auxiliaire précieuse dans la campagne présidentielle. Peut-être aussi l'a-t-il laissée partir avec un soulagement anticipé car la Cour de justice de la République doit se prononcer, sous peu, sur l'éventuelle ouverture d'une enquête dans le dossier Bernard Tapie : le parquet général reproche à Christine Lagarde d'avoir recouru à un arbitrage, une procédure privée, alors qu'il s'agissait de deniers publics, d'avoir eu connaissance de la partialité de certains juges arbitres et de ne pas avoir exercé de recours contre la sentence arbitrale, alors que plusieurs spécialistes l'y encourageaient. (LeMonde.fr 25/07/11).
Si l'enquête est ouverte, la suspicion ne troublera pas la campagne présidentielles et il ne sera pas nécessaire de faire un nouveau remaniement ministériel.

Au cas où l'ancienne ministre devrait, elle aussi, démissionner de son poste au FMI, Nicolas Sarkozy ne maque pas d'experts en casserole dans des domaines divers : il pourrait proposer Éric Woerth, ancien ministre du Budget puis du Travail, objet d'une enquête pour « prise illégale d'intérêts », c'est peut-être un peu tard.
Ou Jean-François Copé, ancien ministre délégué au budget, amis de Zad Takieddine ou Brice Hortefeux, ancien ministre de l'Intérieur, qui a aussi pour ami – il n'en a qu'un, ça va - Zad Takieddine. Il aurait pu aussi proposer Georges Tron, ancien secrétaire d'État à la fonction publique, mais il semble avoir perdu la main ou.....

Parmi tous ces quincailliers, Ncolas Sarkozy a l'embarras du choix. A moins qu'il ne prenne le poste lui-même, dégagement qui ne déplairait pas à bien de prétendants impatients à droite pour la présidence....

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Billets
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche