Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 21:58

Nicolas Sarkozy et les femmes de la diversité

 

Il n'est pas question d'aborder ici la vie privée du président de la République. Encore qu'il est possible de constater que, issu de l'immigration hongroise, sur 3 mariages, il a conclu le deuxième avec une femme d'origine espagnole et le troisième avec une Italienne, naturalisée après son mariage. Ce tropisme pour la "diversité" se retrouve dans le choix des femmes appelées au gouvernement.

 

Il a beaucoup été question des "jupettes" quand Alain Jupé a constitué un gouvernement avec une proportion relativement élevée dans son gouvernement (13 femmes soit 27,9%). Mais cela n'a pas duré et ce pourcentage a été revu à la baisse (12%) au premier remaniement ministériel. Avant d'avoir des problèmes ?

 

En effet, il semble que Nicolas Sarkozy a surtout des problèmes avec ses ministres femmes. Surtout femmes sans passé d'élues et/ou femmes de la "diversité". Qu'il a choisies pour en faire des ministres. Les gazettes rapportent quelques uns de ces frottements.

 

Avec Rachida Dati, les choses sont allées aux extrêmes. Un moment du premier cercle, elle a été nommée à l'important ministère de la Justice. A en croire Philippe Bilger, avocat général près de la Cour d'appel de Paris, lors d'un Forum du Nouvel Observateur (1), Mme Dati n'avait pas assez d'expérience pour diriger un ministère d'une telle importance : " elle n'a pas été choisie par le président pour sa compétence. C'est une femme, un symbole et le chouchou du couple présidentiel". Tombée en disgrâce, elle a été orientée vers le Parlement européen où elle s'ennuierait et à la mairie du VIIème. Récemment, elle a été accusée par une rumeur partie de l'Elysée d'être à l'origine de "la" rumeur. Et punie en conséquence.

 

Quand Clara Bruni-Sarkozy, au nom de son mari (la Première dame de France, porte-parole du président de la République ?), a, intelligemment, voulu calmer le jeu avec des déclarations apaisantes sur cette affaire ridicule qui prenait les proportions d'une affaire d'Etat, elle a été contredite par un haut fonctionnaire de la police.

 

D'autres ministres, femmes surtout de la "diversité", ont fait courageusement entendre leur différence avec moins de conséquence.

 

Fadela Amara a réprouvé "l'instrumentalisation de l'immigration" et trouvé "dégueulasse" (terme que, dans la majorité, certains ont trouvé "injurieux") l'utilisation éventuelle des test ADN pour identifier les enfants d'immigrés.

 

Rama Yade a déclaré, de façon peu appréciée en haut lieu (parce que juste ?), que Khadafi devait "comprendre que notre pays n'est pas un paillasson sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s'essuyer les pieds du sang de ses forfaits". Ce qui lui a valu un entretien particulier avec le président de la République.
Très appréciée des Français, elle n'a été que rétrogradée du secrétariat des Droits de l'Homme à celui du Sport.

 

Nathalie Kosciusko-Morizet, seule élue (comme suppléante d'un député devenu ministre), était secrétaire d'État chargée de l'écologie. A la suite d'un débat à l'Assemblée nationale sur les OGM au cours duquel elle s'est retrouvée un peu isolée, elle a parlé d' « un concours de lâcheté et d'inélégance entre Jean-François Copé, qui essaie de détourner l'attention pour masquer ses propres difficultés au sein du groupe, et Jean-Louis Borloo, qui se contente d'assurer le minimum ». Recadrée par le Premier ministre..., elle a été nommée secrétaire d'État à l'économie numérique.

 

Elle n'a pas encore tout oublié. Et s'est solidarisée de Chantal Jouanno qui lui a succédé comme secrétaire d'Etat à l'Ecologie, quand celle-ci s'est dite, lors de l'annonce de l'abandon de la taxe carbone, "désespérée de ce recul, désespérée que ce soit l'écolo-scepticisme qui l'emporte" et "pas en phase avec cette décision".

Pour le moment, le président de la République s'est contenté de rappeler à Chantal Jouanno qu'un ministre n'avait pas à être "désespéré mais à travailler".

 

Comment faut-il interpréter ces incartades ? Tous ces déboires qu'a connus Nicolas Sarkozy avec des ministres qu'il a promues ? Ces femmes sont-elles plus courageuses, plus dangereuses, moins carriéristes que les hommes ? Ont-elles été promues avant d'avoir été formatées par la politique et le fonctionnement institutionnel ?

 

En tous cas, le président de la République risque fort d'être tenté par un retour aux normes traditionnelles et constituer un ministère homogène constitué seulement d'hommes, issus des élections, blonds, aux yeux bleus, agés de 60 ans et plus, anciens enarques... Enfin la tranquillité assurée !


Où sont passées les notations de ministres ?

 

Ces différentes tensions, cette cacophonie, rappellent que Nicolas Sarkozy avait fait une annonce bruyante, il y a plus de 2 ans. Il souhaitait mettre en place un système de notation de ses ministres en fonction de leurs résultats.

Et l'obéissant Fillon, pour obtenir des critères objectifs, avait demandé à une entreprise privée de lui faire des propositions. Il en a beaucoup été question, à l'époque. Pendant 15 jours..., le temps d'amuser politiques, journalistes, citoyens et enfants des écoles.
Comme souvent avec Nicolas Sarkozy, l'annonce fait événement et cela suffit.

 

A l'occasion des élections régionales, Nicolas Sarkozy a demandé à 20 ministres ou secrétaires d'Etat de partir à l'assaut des forteresses socialistes. Il n'était plus question de notation mais des récompenses attendaient ceux qui se seraient bien battus.

En fait, les récompenses, sous forme d'un maroquin, sont allées à un villepiniste, à un chiraquien, à un ancien centriste qui ne s'étaient pas beaucoup dépensés...

C'est la conséquence d'un constat : les ministres se sont peut-être bien battus, ils ont surtout été bien battus et mal élus. Au point que le président songerait à ouvrir pour eux une chaîne de magasins franchisés "aux casquettes régionales".

 

Finalement, un seul ministre a été remercié. Il faut dire que les résultats de l'ancien ministre du travail ne venaient pas renforcer sa légitimité dans les discussions qui commencent avec les syndicats sur les retraites.

1 - Nouvel Obs http://tchat.nouvelobs.com/politique/la_justice_sous_pression_s,20081204113226440.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Diversité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche