Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 22:10

 

Angela Merkel a-t-elle vraiment perdu ? 

                     Le calendrier de réduction des déficits n'a pas été modifié.
                    Le « pacte budgétaire » de Merkel et Sarkozy est toujours là.
                    Le pacte de croissance
: Le montant des sommes mobilisées ne représente que 0,9% du PIB de l'UE. En 2009, Barak Obama avait su mobiliser 1000 milliards d'euros, soit 7% du PIB des États-Unis pour relancer la croissance...
                   
La taxe sur les transactions financières... est une avancée.... L'accord...ne précise ni le nombre d’États concernés, ni le taux ou l'assiette, ni les délais de sa mise en œuvre.
                  
Le rachat de la dette publique des États européens par les fonds de secours européen. L'accord... prévoit que le FESF (ou le MES qui va prendre sa succession) devrait pouvoir racheter des dettes publiques....
Jusqu'à cet accord, c'était la BCE... Or la BCE a une « puissance de feu » illimitée puisque c'est elle qui crée les euros.... le FESF et le MES ont, par contre, une puissance de feu limitée.
                  
La recapitalisation des banques par les fonds de secours européen... Le MES ou le FSEF pourront recapitaliser directement les banques, à commencer par les banques italiennes et espagnoles.
En 2011, les 15 premières banques européennes ont distribué 18 milliards de dividendes à leurs actionnaires. Pourquoi ne les ont-elles pas utiliser à recapitaliser ?... Angela Merkel n'a fait qu'accepter que les dettes privées soient transférées à la dette publique européenne.
                
Un risque accru de récession généralisée pour toute l'UE.
                Soumettre le TSCG à un référendum.
(D'après Jean-Jacques Chavigné in Démocratie et socialisme n°196 Spécial été 2012.)


Mario Draghi, le président de la BCE, a reçu le soutien des chefs de l'exécutif français, allemand et italien pour racheter des obligations espagnoles s'il le faut. Mario Draghi a déclaré le 26 juillet que “la BCE est prête à faire tout ce qui est nécessaire pour préserver l’euro”. Les échos Presseurop 30/07/12.


Croissance européenne :

                 En réalité, il ne s'agit pas de 120 milliards mais de 10 milliards de fonds nouveau... Pour le reste des 12 milliards, ce sont des fonds structurels européens qui n'ont pas encore été engagés...Et puis, il faut raison garder, 10 milliards pour lancer de nouveaux projets dans l'UE, avec 27 pays, c'est peanuts.... Eva Joly
                 Les 120 milliards... représentent moins de 1% du PIB européen, quand les banques ont obtenu, entre décembre et février, que la BCE leur prête 1000 milliards d'euros à 1% sur 3 ans ! Jean-Luc Mélenchon
                 Ce n'est point par erreur qu'il est interdit à la BCE de monétiser les dette mais parce que c’est le seul moyen de contraindre tous les États à se financer sur le marché financier , moyennant un gigantesque impôt prélevé par le système bancaire sur l'économie productive européenne. Jean-Luc Mélenchon.
(Dans le numéro 1213-14-15 de Politis de juillet-août 2012).


Les « super-riches » de la planète cachent dans les paradis fiscaux 17 000 milliards d'euros soit 10 fois le PIB de la France selon une étude l'association britannique Tax Justice Network Le Monde24/07/12.


L’Espagne va demander à l’UE des mesures rapides pour faire baisser la prime de risque. Expansion.
La Grèce se dirige vers la banqueroute. Süddeutsche Zeitung.
Italie : Dix villes risquent la faillite. La Stampa.
Pologne :
Une avalanche de banqueroutes. Les entreprises ferment.Dziennik Gazeta Prawna. Presseurop 23/07/12.



Martin Schulz, président du PE, a dit : « Nous agissons avec des majorités claires. Je vais vous donner trois exemples. Il y a 2 ans, le PE a demandé et présenté un pacte d'investissement correspondant à 1 % du PIB de la zone euro. La proposition a été rejetée [par le Conseil]. L'année passée, il a voté la taxe sur les transactions financières à 570 voix – une majorité telle que je n'en avais jamais vu, tous groupes confondus. Idem, rejetée. Enfin, il y a 2 ans, le PE a demandé avec une majorité écrasante une union bancaire. Encore une fois, sa proposition a été rejetée.

Et aujourd'hui, avec un délai de réaction de 24 mois, le Conseil européen décide de mettre en place une union bancaire, une taxe sur les transactions financières et un pacte de croissance de 1 %, et il voudrait qu'on lui jette des fleurs. Ce ne sont que des idées que le PE a depuis longtemps proposées, et que les chefs d’État et de gouvernements ont refusé avec arrogance. Et nous avons perdu 2 ans. En résumé : le PE agit, les chefs de gouvernement, malheureusement, non ». Presseurop 23/07/12.


À la fin du premier trimestre 2012, le ratio de la dette publique1 par rapport au PIB s'est établi à 88,2% dans la zone euro3 (ZE17), contre 87,3% à la fin du quatrième trimestre 2011. Dans l'UE273, le ratio a augmenté passant de 82,5% à 83,4%. Par rapport au premier trimestre 2011, le ratio de la dette publique par rapport au PIB s'est accru tant dans la zone euro (passant de 86,2% à 88,2%) que dans l'UE27 (de 80,4% à 83,4%).Eurostat 23/07/12.


Le DAILY TELEGRAPH consacre sa UNE à une longue interview de David Cameron... dans laquelle l(il) évoque plusieurs grands thèmes : l’austérité qui pourrait se prolonger jusqu’en 2020, l’UE (soulignant qu’il ne fera jamais campagne pour une sortie du RU) et la coalition qui pourrait opter pour une relation « plus souple » l’année précédant les élections. L’INDEPENDENT évoque le soutien des libéraux-démocrates à une version réduite du programme de remplacement du Trident (dissuasion nucléaire), sujet qui selon le journal sera un des thèmes de la prochaine campagne électorale. Revue de presse ambassade France à Londres 20/07/12.


Des centaines de milliers de manifestants ont dénoncé... à Madrid le plan de 65 milliards d’euros d‘économies mis en place par le gouvernement Rajoy d’ici 2014. Ce plan comprend une hausse de la TVA et des coupes budgétaires supplémentaires frappant les chômeurs et les fonctionnaires. Un hold-up selon ces deux agents publics :

Lorsque la crise a commencé ils ont baissé notre salaire. Nous avions compris que nous devions faire un effort et nous n’avions pas protesté. Mais maintenant, il continue à demander des efforts alors que nous ne sommes pas responsable de toute cette situation. C’est injuste, c’est pourquoi nous sommes venus ici”, explique cette fonctionnaire au service des impôts. Euronews 20/07/12.

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche