Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 08:11

 

J'ai reconnu Moussa

 

Ils étaient vingt, nus, alignés, allongés, dans cette grande salle blanche. Un sur chaque table. Tous de sexe masculin. Nous étions quatre-vingts, quatre par table, quatre par cadavre. Par « macab ». Un membre était attribué à chaque étudiant ou étudiante. Le "mien" était le membre inférieur droit de la table 2 , Michel avait le membre inférieur gauche. Nous étions face à face.


Tous étaient anonymes. Inconnus de tous. Morts sans laisser d'adresse. Sans vie antérieure. Ils étaient là. Ils avaient toujours été là. Ils attendaient pour être utiles que les étudiants en médecine arrivent. Ils n’avaient jamais vécu. Ils accomplissaient leur destin de cadavre à disséquer.

Sans parents, sans amis, sans connaissances pour les nommer, les reconnaître. Pour les réclamer. Pour les enterrer. Pour susciter une dernière pensée. Un dernier souvenir. Une dernière parole. Souvent hypocrite mais qui témoigne d'un lien. Morts sans sépulture. Sans deuil de quiconque.


Ils étaient là. Niés. Objets. Disponibles pour la dissection. Après le premier effet de saisissement devant ces corps inertes, formolés dans la salle déserte. Chacun prend sa place, numérotée, au cadavre et au membre assignés. Réactions diverses. Masquées quelquefois par des réflexions plus ou moins hasardeuses.


Qui se souvient d'eux aujourd'hui ? Certains se souviennent peut-être de l'odeur quand ils étaient penchés sur l'artère fémorale ou humérale. Du doigt qu'ils, elles le plus souvent, ont retrouvé dans la poche ou dans le sac à main. Ou d'un projectile non identifié...

 

J'ai reconnu Moussa, tout de suite. Il n'était pas comme les autres. Il avait eu des joies et des peines. Quelqu'un devait l'attendre quelque part.

Akila peut-être, dans son village de Kabylie, à qui il envoyait une faible somme chaque mois. Son fils qu'il avait quitté pour lui permettre d'aller à l'école ce que lui n'avait pu faire. Ou son frère avec qui il s'était disputé et qu'il n'avait pas revu depuis des années.

Nul ne sait. Il n’avait pas de papier sur lui. Papiers oubliés. Papiers perdus. Ou tout simplement, sans papier. Inexistant.

 

Pourtant, il avait vécu. Il avait marché, il avait couru. La preuve était là. Évidente. « Sa jambe », séparée de son corps. « Mon membre inférieur ». Sa jambe séparée comme un bref CV, anonyme, posé sur la table, à coté de son corps.

 

Le tramway avait bruyamment agité sa cloche. Moussa s'était retourné. Avait essayé de courir. Pas assez vite, cette fois, Étonné devant le monstre qui fondait sur lui. Et tout avait chaviré. Un heurt puissant, une grande douleur de tout le corps et puis plus rien.

 

Et maintenant, il était là. La jambe détachée de son corps. A coté de lui.

Mon membre inférieur.

 

Mort sans nom, sans age, sans état civil. Quelque part, un jour, déclaré disparu. Détaché de son humanité.

 

Pourtant, c'était Moussa. Je l'ai reconnu. Je m'en souviens.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Souvenirs
commenter cet article
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 17:29

 

 

Revue de presse n° 143 (Europe)



L’UE impose désormais d’inclure les revenus des drogues et de la prostitutiondans le calcul du produit intérieur brut. La France rechigne. Libération 03/10/14

 

12 femmes, 12 hommes, le gouvernement suédois, social-démocrate, La Suède est le premier pays européen à reconnaître l’État palestinien. Euronews 04/101/14

 

 

Dans son "roadshow" londonien, Matteo Renzi n'a cessé d'apporter son soutien à Paris. S'il ne prétend pas s'inspirer de la France, il approuve néanmoins la décision de reporter à 2017 l'objectif de 3% de déficit : "Nous respectons les décisions d’un pays libre et ami comme la France... Si c'est ce que la France a décidé, et je ne doute pas qu'elle ait ses raisons, je soutiens Emmanuel Macron, Manuel Valls et François Hollande", a-t-il ajouté. Huffington Post 08/10/14

 

Principaux pays destinataires d'investissements directs américains en 2012, stocks en milliards d'euros Politis octobre 2014

Italie

Lux

Suèd

Autrich

Belg

Esp

P-B

Fr

Allem

Irl

GB

8

10

11

12

17

26

37

49

52

56

304

 

Le pacte budgétaire, aberrant, doit être supprimé : La CE menace de recaler les budgets de la France et de l'Italie pour non respect du pacte budgétaire et d'exiger leur révision. Les 2 pays ont raison de faire fi de ce pacte (W. Münchau)  : "Si [comme dans le cas de l'Italie] les économies imposées par l’État entraînent un plus fort recul du PIB que ne le ferait l'endettement, la dette augmentera... L'Italie a décidé de mettre fin à cette aberration. La France est arrivée à la même conclusion. Il est grand temps de le reléguer définitivement aux oubliettes. " eurotopics Spiegel Online – Allemagne 08/10/14

 

Le FMI évoque un risque de fléchissement de croissance en Europe et d'une nouvelle crise mondiale. Le journal public, libéral, préconise l'émission d'eurobonds pour relancer les investissements : " L'Europe souffre d'un énorme déficit des investissements dans les infrastructures. L'Allemagne, par exemple, devrait investir plus de six milliards d'euros d'ici 2020 pour combler les lacunes dans ses lignes haute tension… L'Italie et la France pourraient être interdites d'investissements, leur déficit étant trop élevé. La CE devrait retoquer à l'automne les projets budgétaires des deux pays. Situation curieuse : l'argent n'a jamais été disponible à des taux aussi bas, et pourtant, on n'effectue pas ces investissements qui créeraient des emplois… Les euro-obligations seraient une solution au dilemme du financement. "eurotopics Wiener Zeitung – Autriche 08/10/14)

 

En août, la production industrielle allemande a reculé de 4 % par rapport au mois précédent, la chute la plus importante depuis 2009.Deux raisons principales à cette chute : " L'économie allemande connaît un ralentissement notoire. Au dernier trimestre, la croissance se limitait à 1,2 % : moitié moins qu'en début d'année. Ce fléchissement est dû à la faiblesse de la zone euro… La demande de produits 'made in Germany' a reculé. De plus, les exportations à destination de l'Est se sont contractées. Notamment suite aux sanctions contre la Russie. eurotopics Newsweek Polska – Pologne 08/10/14)

 

Selon les 4 instituts nationaux de conjoncture (Ifo, DIW, RWI et IWH), la croissance de l'économie allemande ne sera que de 1,3% en 2014 et 1,2% en 2015, au lieu de 1,9% et 2% prévus. Berlin doit absolument investir davantage, comme le réclament ses partenaires de l’UE. Pour Fichtner, du DIW, l’équilibre du budget est «un objet de prestige qui ne fait pas forcément sens économiquement». Les experts évaluent à 6 milliards d’euros les marges budgétaires de Berlin pour baisser les impôts et augmenter ses dépenses dans les infrastructures, recherche et éducation. Réaction de Angela Merkel : le gouvernement «réfléchit». Libération 10/10/14

 

Investissements publics en % du PIB en 2013 Eurostat CI 9-15/10/14

PL

FR

NL

UE28

Zone €

UK

GR

IT

DE

ESP

PT

3,9

3,2

3,2

2,2

2,1

2

1,9

1,7

1,6

1,5

1,4

 

Pour les 28 membres de l’UE, les dépenses publiques ont représenté en moyenne 49% du PIB en 2013, soit une progression de 3,5 points par rapport à 2007. Et dans la zone euro... la dépense publique a représenté 50% du PIBen 2013 contre 46% en 2007.
L’exemple des 2 économies malades de l’Europe est encore plus parlant. La dépense publique est passée en France depuis 7 ans de 52,6% à plus de 57% de la richesse nationale et en Italie de 47,6% à 50,6%.

Le problème est celui de l’inefficacité grandissante de la dépense publique.C’est ce que la CEsouligne dans une étudepubliée il y a quelques mois. Slate 11/10/14


En Espagne, au Royaume-Uni, à Malte, en Slovénie, en France, des groupes, plus ou moins étoffés, d'Européens étaient dans la rue pour protester contre l'accord de libre-échange entre l'UE et les États-Unis, appelé TTIP. C'est la première fois qu'un mouvement citoyen traverse toute l'UE, même si la mobilisation n'était pas tout à fait à la hauteur des espérances des organisateurs. Toute l'Europe 13/10/14

 

Transparency Lesdéputés européensde droite et les centristes affichent les ressources les plus élevées. A partir des déclarations d’intérêt des 751 nouveaux députés européens, les eurodéputés touchent en moyenne un minimum de 646 euros par mois du fait de leurs activités parallèles, les Français gagnent au moins 1821 euros, juste derrière les Autrichiens, grands gagnants du palmarès avec un minimum de 2400 euros par mois en moyenne.
On trouve 4 Français sur les 12 eurodéputés déclarant les plus hauts revenus issus d’activités parallèles à leur mandat, soit plus de 10.000 euros par mois : Michèle Alliot-Marie, Rachida Dati, Renaud Muselier du PPE et Sylvie Goulard, Alliance des Libéraux et démocrates européens. Euractiv 13/10/14

 

Paradoxalement, la question se pose (pour lesBritanniques : rester ou sortir de l’UE)au moment où le Royaume-Uni a atteint la plupart de ses objectifs en matière de politique européenne : élargir l’UE, sans la renforcer et sans changer ses institutions ; bénéficier pleinement des avantages du marché intérieur en dépit de nombreuses dérogations dans d’autres domaines ; garder un contrôle strict de sa défense et de sa politique étrangère, tout en libéralisant le commerce extérieur ; se débarrasser de tout symbole de fédéralisme, etc. Fondation Robert Schuman : Question d'Europe °328 13/10/14

 

Deux économistes - le Français Jean Pisani-Ferry et l'Allemand Henrik Enderlein - ont été chargés par les ministres E. Macron et S. Gabriel d'élaborer des propositions communes qui stimuleraient la croissance dans les deux pays, notamment en favorisant l'investissement. JDD 14/10/14

 

Partie, engagée en coulisses, directement entre Paris et Berlin. « La France déficitaire ne cédera rien aussi longtemps que l'Allemagne excédentaire ne s'engagera pas clairement à soutenir l'investissement et la croissance» dans l'UE... C'est précisément ce que demandent avec insistance le FMI, la BCE et l'OCDE ». Le Figaro 14/10/14

 

La Commission Européenne vient d'ouvrir une enquête contre l'optimisation fiscale de la société Apple en Irlande: il s'agirait d'une aide d’état illégale au regard du droit européen. Sauvons l'Europe 14/10/14

 

L'agence de notation Standard & Poor's a abaissé vendredi dernier la note souveraine finlandaise d'un cran, la faisant passer de AAA, la plus forte valeur possible, à AA+.14/10/14.eurotopics Lapin Kansa - Finlande

 

-

 

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 14:27

 

MERCI, POUR LA COMMISSION !

 

La composition de la Commission européenne (CE), mise en place sous la présidence de Jean-Claude Juncker, pour les années 2014-2019, est maintenant connue. Les péripéties, depuis la campagne électorale des européennes, ont montré que les principes ne sont pas toujours respectés ni par le Parlement européen (PE), ni par les gouvernements de façon plus ou moins publique.
L'audition par le PE des commissaires nommés a permis de mettre en évidence des incompétences et des conflits d'intérêt qui n'ont pas empêché des prises de fonction discutables.
De même, si l’organigramme de la CE a été conçu pour éviter les incohérences trop voyantes de l'équipe des commissaires, rien n'a percé sur les futures initiatives...

 

Selon les textes, le Conseil européen, les 28 chefs d’État ou de gouvernement de l'Union européenne (UE), proposent un candidat à la présidence de la Commission, en tenant compte du résultat des élections européennes, et le Parlement doit voter pour accepter ou refuser cette nomination.
Chaque État désigne ensuite un commissaire. Le président élu, sans interférence des États, constitue son équipe en attribuant des fonctions à chacun des 27 commissaires.
Enfin, après avoir réalisé l'audition de chacun des commissaires pour examiner son aptitude aux fonctions qu'il devra assumer, le PE doit accepter ou refuser, en bloc, par un seul vote, l'ensemble de la commission telle que présentée par le président.

 

Cette procédure théorique a subi quelques accrocs.

Lors de la préparation des élections européennes, Martin Schulz, député allemand du PSE (Parti socialiste européen), président du PE, propose que le président de la CE soit le candidat présenté par le parti européen arrivé en tête aux élections. C'est une façon de tenir compte du résultat de ces élections, en tirant un peu le texte vers plus de démocratie. En votant pour un parti européen, les citoyens de l'UE, élisent ainsi le président de la CE. Peu à peu, les gouvernements de l'UE se rallient à cette idée, avec quelques réticences mais seuls le Britannique David Cameron et le Hongrois Viktor Orban maintiennent leur opposition jusqu'au bout. Du coté des partis européens, le Parti populaire européen (PPE) est le dernier à désigner son candidat, Jean-Claude Juncker, au poste de président de la CE en cas de victoire électorale.

Angela Merkel, d'abord opposée à la procédure qui diminue le pouvoir du Conseil européen (et donc la gouvernance intergouvernementale) et au candidat, a dû céder sous la pression de l'évidence démocratique et de ses troupes de la CDU (parti démocrate chrétien allemand).

Par un double paradoxe, c'est finalement, Jean-Claude Juncker, non candidat aux élections européennes et présenté par le PPE, parti le plus réticent à la procédure, qui a été proposé par le PE, accepté par le Conseil européen et finalement élu au poste de président de la CE.
La procédure a donc été inversée : c'est le PE et, de façon indirecte, les électeurs européens qui ont choisi et élu le président de la CE.

 

Le président élu de la Commission a, ensuite, constitué son équipe en attribuant des fonctions à chacun des commissaires nommés par les 27 États. Il n'a pas le choix des personnes de son équipe, seulement des fonctions qu'il leur attribue.

Pour mettre en place un collectif politique, donner de la cohérence à une équipe disparate (14 PPE, 8 PSE, 5 libéraux, 1 eurosceptiques), le président Juncker a donné une structure pyramidale à la CE en nommant 7 vice-présidents chargés de superviser un ou plusieurs commissaires.

 

Les chefs d’État ou de gouvernement n'ont pas leur mot à dire sur l'attribution des fonctions. Mais Matteo Renzi et François Hollande ont proclamé, haut et fort, les fonctions qu'ils voulaient voir attribuées, respectivement, à Federica Mogherini, ministre italienne des Affaires étrangères, et à Pierre Moscovici, ancien ministre français de l’Économie et des Finances, opportunément non reconduit dans cette fonction lors du dernier remaniement ministériel.

 

Federica Mogherini, nommée Vice-président Haut représentant pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, a montré ses compétences lors de son audition par le PE, malgré jeunesse et peu d'expérience qui lui étaient reprochées.

Pour Pierre Moscovici, les choses ont été plus compliquées. Nommé commissaire aux Affaires économiques et financières, Fiscalité et Union douanière, malgré Angela Merkel, ce ne sont pas ses compétences qui ont été mises en question par le PPE, les Libéraux, les non inscrits. Mais sa neutralité et sa capacité, en tant que commissaire, à faire respecter par la France une politique qu'il n'avait pas suivie quand il était ministre ! Pierre Moscovici s'est, bien sûr, engagé à respecter les règles, sans traitement de faveur pour la France..

A sa façon, le président de la CE avait circonscrit le risque et Pierre Moscovici, malgré l'importance de son poste, n'est pas vice-président et sera supervisé par deux vice-présidents acquis à la rigueur, comme le Letton Valdis Dombrowskis,vice-président chargé de l’Euro et du Dialogue social, qui a soumis son pays à de strictes et douloureuses réformes.

 

Pierre Moscovici n'est pas le seul commissaire nommé à contre emploi ou au risque de conflit d’intérêts, politiques dans son cas, contradiction entre ses anciennes et ses nouvelles fonctions.
Ainsi, Jean-Caude Juncker a confié l’Emploi, la Croissance, l’Investissement et la Compétitivité à Jyrki Katainen, ministre finlandais. Cet adepte de la rigueur sera chargé de mettre en œuvre le programme d’investissements de 300 milliards d’euros annoncé par le président Juncker.

 

L'audition des futurs commissaires permet de connaître le degré de compétence et les éventuels conflits d’intérêts des candidats. Transposée au niveau national, cette procédure aurait peut-être permis d'éviter certaines déconvenues récentes avec des ministres de la République. A condition qu'il soit tenu compte des faits révélés à l'occasion de ces auditions. Ce qui, malheureusement, n'a pas toujours été le cas au niveau de la CE.

 

Certains commissaires ont « passé leur examen » de façon satisfaisante : le premier vice-président, le socialiste néerlandais Frans Timmermans, appelé à remplacer le président Juncker en cas d'empêchement et à coordonner le travail de l'ensemble de l'équipe, la socialiste italienne Federica Mogherini qui va succéder à Catherine Ashton, la libérale danoise Margrethe Vestager, commissaire à la Concurrence,...

 

D'autres ont eu plus de difficultés soit avec des réponses qui montraient quelques défaillances dans leurs compétences, soit que leurs activités passées ou leurs intérêts soient peu compatibles avec leurs nouvelles fonctions...

Ce sont surtout trois personnalités qui ont posé problème.

- Tibor Navracsics, l’ancien garde des Sceaux hongrois, qui a mis au pas la justice et les médias dans son pays, s'est vu attribuer l’Éducation et à la Culture et la Citoyenneté. Il a été refusé par la commission culture et éducation du PE car en tant que ministre de la Justice en Hongrie, il a contribué à l'instauration de lois considérées comme liberticides. La gauche du PE a seulement obtenu que la Citoyenneté soit retirée à ce proche de Viktor Orban.

- Jonathan Hill, eurosceptiquebritannique, a été nommé commissaire à la Stabilité financière, aux Services financiers et Union du marché des capitaux ! Cet ancien président de la chambre des Lords a étéfortement contesté en raison de son passé de lobbyiste et des soupçons de conflitsd’intérêts. Ce proche des milieux financiers britanniques a bénéficiéd'un fort soutien de David Cameron.

- Miguel Arias Cañete a été chargé de l’Énergie et du Climat alors que la gauche et les écologistes lui reprochent d'avoir des intérêts personnels (déclarés revendus) et familiaux dans l’industrie pétrolière. En tant que ministre espagnol de l’Agriculture et de l’Environnement, il s’est prononcé en faveur du gaz de schiste et a autorisé les forages en Méditerranée.  Le Parti populaire européen (PPE) a fortement pesé en sa faveur. Il est cependant confié à l'attention de Frans Timmermans, premier vice-président de la CE.

 

Finalement, la seule véritable « victime » des ces auditions est la libérale slovène Alenka Bratusek, ancienne Premier ministre slovène, pressentie pour le poste de vice-présidente, chargée de l’Énergie. Elle s'était « autonommée » candidate de la Slovénie, avant de perdre les élections dans son pays mais n'a pas réussi son examen. Ses compétences techniques ont été prises en défaut lors de son audition mais, ce qui lui a coûté son siège, c'est aussi la faiblesse du soutien des Libéraux (et probablement du nouveau gouvernement slovène).Le gouvernement slovène a nommé Violeta Bulc pour la remplacer. Ce qui risque d'entraîner un retard dans la mise en place de la CE car la nouvelle candidate doit se soumettre à une audition par le PE.

Je te tiens, tu me tiens par la barbichette...

Le PPE n'ayant obtenu qu'une majorité relative lors des élections, un pacte de non agression a été conclu avec le PSE. Lors des auditions, les candidats des deux partis aux postes de commissaire ont pu être soumis à la question, par écrit ou par oral, avec session de rattrapage..., il n'était pas question de refuser tel ou tel candidat... sans s'exposer à des mesures de rétorsion. C'est ainsi que, en échange de la confirmation de Pierre Mocovici, Miguel Arias Cañete, Tibor Navracsics et Jonathan Hill ont conservé leur poste alors que, dans d’autres circonstances, il leur aurait probablement été refusé. Cependant, le commissaire espagnol sera supervisé directement par le premier vice-président, Frans Timmermans, tandis que la Citoyenneté a été retirée des compétences du commissaire hongrois.


Cet accord de non-agression a neutralisé le processus démocratique des auditions. C'est d'autant plus regrettable qu'il était possible de demander aux gouvernements de remplacer les candidats incompétents ou soupçonnés de conflits d'intérêts en désignant des candidats au dessus de tout soupçon sans modifier l'équilibre politique. Mais il fallait aussi ménager les susceptibilités des gouvernements.
Quoi qu'il en soit, les commissaires vont prendre en charge leurs fonctions supervisés par des vice-présidents et sous l’œil averti des députés qui doivent, chaque année, leur donner un quitus sur leurs activités...


Les partis politiques avaient bien commencé en poussant un peu les institutions et les gouvernements vers plus de démocratie. Ils ont terminé en montrant ce qu'il y a de plus discutable dans une solidarité mal venue.

Reste à souhaiter que l'équipe mise en place par Jean-Claude Juncker, qui se dit social-chrétien mais qui a été de longues années Premier ministre de l'un des paradis fiscaux de l'UE, mettra en œuvre une politique économique, plus courageuse que celle de son prédécesseur, politique attendue par les millions de chômeurs de l'UE.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 10:40

 

Revue de presse n° 142 (Europe)



Seuls les Pays-Bas travaillent moins que les Allemands ! Les organismes qui ont établi cette comparaison totalisent toutes les heures travaillées, supplémentaires payées ou non. Ils totalisent également les activités de ceux qui ont deux, voire trois jobs pour vivre. C'est pour cette raison que dans les pays en crise comme la Grèce ou l'Espagne, le nombre d'heures travaillées est largement supérieur à ce qu'il est en Allemagne où un deuxième job est l'exception.Source OCDE-


"A partir d'aujourd'hui, plus rien ne sera comme avant en Grande-Bretagne. Le résultat du référendum... pèsera à l'avenir aussi bien sur les conservateurs que sur le Labour. Car le Premier ministre britannique et le leader de l'opposition ont tous deux... sous-estimé les séparatistes. Si l'on est parvenu à éviter une sécession, il sera néanmoins inévitable d'accorder davantage de compétences à l’Écosse, à commencer par les impôts et les prestations sociales. Cela signifie adopter une structure étatique fédérale. Un beau chapitre de l'histoire britannique s'achève. Un autre commence." eurotopics Corriere della Sera – Italie 19/09/14

 


L'OCDE présente un plan contre l’évasion fiscale des entreprises internationales… L'application du plan qui concerne 44 pays, ceux de l'OCDE et du G20, dépend de leur bonne volonté. La Croix 17/06/14

 


Contrairement à ce que prétendent les institutions européennes, la neutralisation du pouvoir des États membres n'est pas liée à la nécessité de combattre la crise financière. D'autant plus que les super-bureaucrates de la CE, de la BCE et du FMI se sont avérés totalement incompétents… Le véritable objectif n'est pas de lutter contre la crise, comme le montre très clairement la réforme du marché du travail, qui aurait pu être rédigée à Bruxelles... L'objectif est de soumettre les États membres à la 'discipline' des marchés… Le véritable ennemi des institutions européennes, c'est l’État-providence et son fondement - l'essence de la démocratie." eurotopics Repubblica 23/09/14

 


Près d'un tiers des 3 millions de jeunes qui ont étudié à l'étranger depuis le lancement du projet, il y a 25 ans, ont indiqué y avoir trouvé leur compagnon. Le million de 'bébés Erasmus' issus de ces relations sont la preuve que l'Europe est bien vivante et qu'elle a un avenir devant elle… Et si les étudiants peuvent clamer haut et fort qu'ils sont européens, rien ne devrait empêcher les États de l'UE d'en faire de même." eurotopics. Diario de noticias 23/09/14 Rem : Les étudiants sont d'une remarquable fécondité !

 


Le Conseil d’éthique allemand, à la majorité de 14 contre 9, propose de dépénaliser les relations sexuelles consenties entre frère et sœur adultes, estimant que «protéger un tabou social» et «fixer des barrières morales» ne relève pas du droit pénal qui vise seulement à protéger «les individus» et «l’ordre social» contre les atteintes graves. Les sages allemands jugent que ces objectifs sont garantis par la Code pénal, qui réprime les viols, agressions et atteintes sexuelles, et par la pénalisation de l’inceste entre ascendants et descendants, même majeurs.
En Espagne ou en France, il ne constitue pas une infraction autonome, mais aggrave la peine encourue en cas de relation avec un mineur ou de relation non consentie. A l’inverse, l’Allemagne mais aussi l’Angleterre, le Danemark, la Grèce ou la Suisse en font une infraction pénale spécifique. Libération 24/09/14.

 


Dans l'UE28 en 2012, l'anglais était toujours la langue étrangère la plus étudiée au premier cycle du secondaire, avec 96,7%, loin devant le français (34,1%), l’allemand (22,1%) et l’espagnol (12,2%). L’importance de l’anglais en tant que langue étrangère dans l’UE est confirmée dans presque tous les États membres.
Depuis l’adhésion de la Croatie, 24 langues officielles sont reconnues dans l’UE. Y sont également parlées des langues minoritaires, régionales et autochtones, ainsi que des langues introduites par les populations de migrants. Eurostat 25/04/14.

 


. Le Royaume-Uni est aujourd'hui l'un des États les plus centralisés du monde riche : les dépenses du gouvernement central sont plus élevées que dans les autres pays de l'OCDE ou presque. Et ses institutions locales sont plus faibles que dans n'importe quel pays comparable, y compris la France. The Independent 21/09/14 cité par CI

 


Effondrement des naissances, manque cruel d'investissements, répercussions du conflit entre l'Ukraine et la Russie... Le PIB allemand a été revu à la baisse. Certains économistes parlent ouvertement d'échec, de déclin et même de chute du pays. Le Figaro 29/09/14

 

 

Candidat de la France au poste de commissaire aux Affaires économiques à Bruxelles, Pierre Moscovici signe une profession de foi écrite où il s'engage à n'accorder aucun traitement de faveur à la France sur ses déficits. Le Figaro 29/09/14*

 

 

Les Français accordent plus d'importance au travail que les autres Européens même si les loisirs occupent de plus en plus de place. Alter éco septembre 2014


 

"Au bord du précipice, l'Irlande a dû être sauvée de la faillite à grand renfort de fonds européens... Les accords fiscaux passés par les Irlandais avec Apple, par les Néerlandais avec Starbucks ou par les Luxembourgeois avec Amazon n'ont plus rien à voir avec une concurrence loyale. Il s'agit d'une compétition sauvage... Les grands groupes peuvent monter les États les uns contre les autres. Au bout du compte, les caisses de l’État sont vides. Les contribuables normaux ou les PMEen font les frais. Les pays commencent à comprendre qu'ils doivent mettre le holà à cette spirale de la fiscalité qui les tire vers le bas." Tages-Anzeiger - Suisseeurotopics 01/10/14.


 

La ministre britannique des Transports, a proposé lundi d'introduire des wagons réservés aux femmes dans le train pour les protéger d'agressions sexuelles. The Independent – Royaume-Uni eurotopics 01/10/14


 

73 Européens meurent chaque jour sur les routes, soit 52 décès par million d'habitants et par an. Avec environ 30 décès par million d'habitants en 2012, c'est au Royaume-Uni, en Suède et au Danemark qu'elle est la plus faible.
A l'inverse, la
Roumanie, la Lettonie et la Lituanie sont les pays qui enregistrent le plus grand nombre de tués Toutefois, la Lituanie est le deuxième pays, après la Slovaquie, à avoir fait le plus de progrès en terme de vies épargnées, avec une baisse de 15% depuis 2012. D'autres pays, en revanche, ont vu le nombre de tués sur leurs routes augmenter. C'est le cas de Malte, du Luxembourg, de l'Irlande et du Danemark.
La
France quant à elle se situe légèrement au dessus de la moyenne européenne avec une baisse de 8 % par rapport à 2011.
Il y a 20 ans, avant l'introduction de la politique européenne sur la sécurité routière dans le traité de Maastricht, l'UE comptait
160 tués sur les routes par million d'habitants. Toute l'Europe 02/10/14

 


Un homme seul. Sans parti, sans organisation, sans argent, sans lobby, il sera peut-être celui qui aura permis d'en finir avec l'interdiction, en France, des syndicats dans l'Armée... Le long combat du colonel de gendarmerie (et chercheur) Jean-Hugues Matelly a abouti à la condamnation de la France par la Cour Européenne des Droits de l'Homme, pour l'interdiction faite aux militaires de se syndiquer. Si la syndicalisation des militaires est autorisée en Allemagne, en Belgique, aux Pays Bas ou au Royaume Uni, elle reste interdite en Espagne, en Italie ou au Portugal. Une juridiction européenne aura permis une avancée des libertés en France. Exemple des bienfaits des institutions européennes.

Dans le même temps, le PE a auditionné les candidats aux postes de commissaire, dans la nouvelle commission Juncker. Le PE est cette instance réélue au printemps, lors d'une morne campagne dans laquelle on s'est évertué à expliquer que les institutions européennes devaient être plus "lisibles" pour les citoyens...La France y présente, au poste de commissaire européen à l’Économie (chargé de faire respecter leurs "engagements" aux pays membres) l'ancien ministre français P. Moscovici. Hollande a bataillé ferme pour faire passer sa candidature. Or Moscovici est auditionné le lendemain du jour où le gouvernement de Hollande annonce que la France, budget 2015, ne respectera pas le plafond des 3% de déficit. Moscovici pose sa candidature à un job dont l'essentiel consistera à taper sur les doigts de Hollande, qui l'a fait ministre, puis commissaire européen...

Cette comédie se double d'un apparent chantage entre droite et sociaux-démocrates (qui pourtant soutiennent tous Juncker). La droite présente au poste de commissaire à l'action climatique et à l'énergie un Espagnol, Miguel Canete, dont la femme détient des intérêts dans des compagnies pétrolières. Si la gauche devait faire obstacle à sa nomination, la droite, en vertu du fameux principe de la barbichette,  promet de se venger sur Moscovici. La question est donc de savoir si Mosocovici, au final, sera victime d'un chantage à la barbichette, sous couvert de vigilance sur les comptes publics, ou l'inverse... De la lisibilité variable des institutions européennes. Neuf quinze Daniel Schneidermann

 

 

t -

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 08:43

 

Le FN, thermomètre politique de la gauche ?

 

Il y a une « explosion du vote FN parmi les fonctionnaires de catégorie C ». Cela inquiète Maryse Lebranchu, militante politique depuis 1972, successivement maire, députée, ministre… Elle ne serait pas la seule : « Les syndicats eux-mêmes en parlent et sont inquiets », a-t-elle confié à Libération.

Cette découverte, cette inquiétude l'amène, justement, à se poser des questions. Et pour cela, chose étrange, malgré l'expérience de plus de 40 années de vie politique, elle doit faire appel à des chercheurs, en l’occurrence à des sociologues, pour comprendre le comment et le pourquoi ! Cette demande, aussi légitime qu'elle puisse paraître, est un aveu grave. Me la Ministre, comme de nombreux politiques, comme les syndicalistes qui partagent son inquiétude, semble si loin de la population dont elle a la charge (elle est, depuis mai 2012, ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique) qu'elle doit faire appel à des spécialistes pour essayer de les comprendre.

 

En démocratie, on pourrait croire, naïvement, que les corps intermédiaires, syndicaux, politiques, représentant la population, étaient représentatifs. Il ne le semble pas. Évidemment, il ne leur viendra pas à l'esprit de se remettre en question, de remettre en question le système qui les a produits, en instaurant un non cumul des mandats rigoureux, une limitation stricte du renouvellement des mandats…

Il n'était pas besoin de la montée du FN pour avancer de telles propositions : il suffit de dire que la moitié du corps électoral potentiel est exclu ou s'exclut de lui même des consultations. Que la composition sociologique des élus est assez proche de la pyramide sociologique de la population à condition de la mettre sur sa pointe…


Les choses sont plus graves qu'on ne le pensait. Le PS a perdu depuis longtemps une bonne partie de son électorat populaire, notamment ouvrier. Certains ont même théorisé, dès 2011, la nécessité d'accompagner cette mutation, d'abandonner les classes populaires et de chercher l'appui de «la France de demain», faite des diplômés, des jeunes, de la «France de la diversité» et des femmes. La logique de classe caractérisait le monde ouvrier et on sait que la lutte des classes n'existe plus*, il est logique de ne plus s'intéresser à une « classe » qui n'existe plus. Mais pourquoi donc s'inquiéter de ce qui apparaît comme un succès rapide, sinon dans la conquête de la « France de demain », du moins dans l'abandon des (ou par les) classes populaires !.

 

Aujourd'hui, en attendant la « France de demain », le PS est encore, pour l'essentiel, un parti de fonctionnaires. Il est difficile de savoir si ce sont les adhérents de ce parti qui ont perdu tout contact avec la masse des électeurs fonctionnaires ou les élus et ministres qui ont perdu le contact avec les adhérents de leur parti.

 

A défaut d'avoir des antennes, d'être en contact direct avec la population, le scrutin à la proportionnelle pour l'élection des assemblées, au niveau local et national, aurait permis aux politiques de prendre conscience de la montée du mécontentement, du désenchantement, de la déception des électeurs.

 

Certes l’adoption de quelques mesures ne suffirait pas à résoudre tous les problèmes. Il ne peut pas y avoir de vrai démocratie politique sans démocratie économique. On en est loin quand les grands groupes d'information appartiennent aux industriels du bâtiment ou de l'armement et que toutes les équipes ont la même origine sociale et sont formées par le même moule. Il suffit de voir avec quel mépris, toutes les « élites » politiques, journalistiques.... ont traité les résultats du dernier référendum et comment elles se sont bien entendues pour en effacer les résultats.
De plus, reprenant une phrase célèbre, il est possible de dire que la démocratie dans un seul pays est tout aussi impossible que le socialisme dans un seul pays, surtout dans un monde interconnecté et financiarisé comme celui d'aujourd'hui.

 

Quant au thermomètre « FN », il indique des poussées de fièvre. Depuis les élections européennes de 1984, le FN a enregistré, au premier tour des élections nationales (européennes, présidentielles ou législatives) un résultat supérieur à 10 % dans 13 scrutins sur 19, dont 5 à 15 % ou plus. Ces résultats ne semblaient pas « inquiétants », ce qui est inquiétant c'est que les fonctionnaires des catégories C votent de moins en moins pour le parti des fonctionnaires.

Alors on va demander aux sondages, aux sociologues, ce que la sensibilité des élus, des militants du parti, ne peut saisir. Et tout à coup, on découvre qu'il est loin le temps où le FN attaquait les fonctionnaires« Le FN est un parti qui a un langage de défense absolue des fonctionnaires, y compris des enseignants »... qu'il y a un malaise « derrière les guichets des caisses de la Sécurité sociale, à l'hôpital ou dans les services sociaux ». Les grèves et manifestations n'ont alarmé personne.

C'est, bien sûr, au guichet que la situation est la plus difficile. Entre ceux qui, d'un coté du guichet, sont victimes de cette politique et viennent solliciter le secours de l’État, de l'administration et de l'autre coté du guichet ceux qui sont chargés d’exécuter une politique dont ils sont à la fois les agents et les victimes et quelquefois tenus pour responsables !
Ni le gouvernement, ni le PS ne peuvent incarner l'espoir au guichet. Ni d'un coté, ni de l'autre.

 

Cette rupture du lien entre les fonctionnaires et la gauche daterait de 2012 mais comme chacun sait, il ne s'est rien passé en 2012, ni depuis, qui puisse expliquer ce basculement… Sauf peut-être une certaine continuité. Bien entendu, la politique gouvernementale n'y est pour rien : coupes budgétaires, mal-être et absence de mobilité au travail, suppression de postes de fonctionnaires, baisse du pouvoir d'achat, chômage, recrutement et renouvellement de CDD.

Ceux qui l'avaient cru, ont été déçus par Sarkozy, certains ont encore voté pour Hollande en 2012 et on leur dit, aujourd'hui comme hier, qu'une seule politique est possible. Qu'il faut continuer, accentuer, avec les résultats connus et dont même Madame la Ministre semble douter qu'ils puissent être différents à l'avenir : «Et si [et non quand] nos politiques produisent des résultats, est-ce qu’on réussira à le [FN] faire refluer ?»

 

Il ne reste plus qu'à aller chercher un bon conseiller en communication pour trouver « des mots pour s’adresser à ces fonctionnaires qui basculent de plus en plus... ». Des mots, non des mesures. Pour faire avaler la politique actuelle, non pour la changer.

 

 

 

* Tout le monde n'est pas d'accord avec cette affirmation, notamment Warren Buffet qui affirme : « la lutte des classes existe, nous l'avons gagnée » (Warren Buffett, 4ième fortune mondiale en 2013)

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 23:35

 

La couleur des Parisiens


Dans le train qui nous amène au Festival de cinéma de Venise, nous partageons le compartiment avec un couple argentin, d'origine italienne. Nous échangeons quelques mots dans un sabir quadrilingue... Ils font le tour des grandes villes d'Europe. Ils vont à Venise puis iront à Rome, Florence... Ils viennent de Londres une belle ville, bien propre et de Paris, ville sale, ce que je concède, où il y a beaucoup d'étrangers...

Naïvement, je leur dis que Paris est une des villes les plus visitées du monde et que, bien sûr, il y a toujours beaucoup d'étrangers... mais, dans leur esprit, il ne s'agit pas des touristes mais des « «étrangers de France »... Plus précisément des étranges étrangers de France... Noirs, Maghrébins et autres Orientaux, identifiés à l’œil.
Je me contente de leur signaler que la moitié de ces « 
étrangers » sont français mais cela ne semble ni les convaincre, ni les intéresser. Faut dire que notre expertise linguistique, aux uns et aux autres, ne nous permet guère d'avancer dans la subtilité...

 

Rentrés dans leur foyer, nos amis argentins ont peut-être vu à la télévision la manifestation « Paris marche pour le climat ».

 

Une manifestation avec beaucoup de jeunes, de femmes, aux vêtements, aux cheveux, aux banderoles colorés. Ils n'ont pas pu voir les deux femmes, peut-être y en avait-il d'autres, munies d'un sac poubelle, qui ramassaient les papiers, négligemment abandonnés sur la chaussée par les « marcheurs pour le climat ».

Surtout, ils n'ont pas dû reconnaître les Parisiens vus lors de leur court séjour à Paris. Si la manifestation était colorée, elle était très homogène au point de vue ethnique, probablement la population parisienne de leur rêve. Pas du nôtre.

 

Quand les manifestations portent sur l'immigration, sur le Proche-Orient, sur le Maghreb, sur la Palestine, la dominante est « colorée ». Quand il s'agit de questions économiques, sociales, sociétales, on peut noter une certaine mixité, à travers syndicats, associations ou partis. Avec souvent la présence de sans papiers.
Ce n'était pas le cas dans la « Marche sur le climat ». On peut le comprendre. A première vue, leurs problèmes sont bien différents et plus urgents. Encore que le nombre de réfugiés climatiques est en augmentation constante*.


Mais nos amis argentins n'auront probablement pas remarqué que la diversité politique était tout aussi limitée, à trois formations arborant leurs couleurs respectives : Europe-Écologie la plus importante en nombre, c'est bien le moins, le Parti de gauche et Nouvelle donne. Les autres brillaient par leur absence, les organisations de droite bien sûr mais aussi de gauche, du PS (Ségolène Royal et Laurent Fabius défilaient à New York) aux Anarchistes en passant par LO, le NPA ou le PC. Tous probablement noyés, de façon anonyme dans la masse des marcheurs, peut-être, étaient-il à Gonesse-Alternatiba... ou ailleurs


En tout cas, ils n'étaient pas à la « Marche pour le climat ». Les choses avancent très lentement. Trop lentement. Le « penser global » n'entraîne pas obligatoirement  le « agir local ».
Mais la « Marche » n'était qu'un premier pas. La France accueillera et présidera la Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qui aura lieu au Bourget du 30 novembre au 11 décembre 2015 (COP21). D'autres marches, d'autres manifestations sont prévisibles d'ici là. Pour rappeler à tous les gouvernements et particulièrement au gouvernement français que le dérèglement climatique concerne toutes les classes sociales et tous les pays...

 

Il est fort probable que, lors des prochaines manifestations, la participation sera beaucoup plus importante, plus diversifiée et ne se limitera pas aux seuls Parisiens.



*Selon un rapport de l'organisation humanitaire britannique Christian Aid, il y aurait déjà 163 millions de personnes ayant dû quitter leur foyer suite aux conflits, catastrophes naturelles et grands projets de développement : mines, barrages, périurbanisation, cultures d'agrocarburants... (Wikipedia).

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Diversité
commenter cet article
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 10:15

 

Revue de presse n°141 (Europe)



Les grands Etats de l'UE torpillent les sanctions : " L'égoïsme des grands pays freine les sanctions. L'Allemagne veut s'assurer les livraisons de gaz russe et la Grande-Bretagne évite de s'en prendre à l'argent russe déposé à Londres. Si l'UE veut vraiment faire pression sur la Russie, les sanctions devront au moins être étendues aux ventes d'armes, aux flux financiers et à l'énergie. Alors elles pourraient se montrer réellement efficaces… Tant que les grands Etats membres comme l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne penseront exclusivement à leur propre avantage, l'UE restera faible. Dans l'intérêt de la cohésion continentale, les grands Etats doivent montrer l'exemple. Pour cela, il leur faudra être un petit peu moins égoïstes." eurotopics Kaleva (quotidien libéral- Finlande (02/09/14)


Le gouvernement néerlandais a annoncé ce vendredi vouloir retirer leurs passeports aux combattants jihadistes, même si ceux-ci n’ont pas été au préalable déclarés coupables d’un crime. P.Y. Lambert : " D'accord, mais pourquoi seulement aux djihadistes et pas aux Néerlandais ou binationaux qui commettent (ipso facto) des crimes de guerre au sein de "Tsahal" et/ou dans les nombreuses milices et organisations radicales sionistes en Cisjordanie par exemple ? Idem pour les volontaires qui combattent dans les rangs des milices "pro-russes" en Ukraine ?" PYL journaliste indépendant : https://fr.groups.yahoo.com/neo/groups/suffrage-universel/conversations/messages



Les médias présentent systématiquement l'économie française comme une infernale gabegie paralysée par une fiscalité et une réglementation démesurées. On est donc stupéfait quand on examine les chiffres réels qui ne correspondent pas du tout à ce portrait...
Pourquoi un tel acharnement dans la presse ? Difficile de ne pas penser qu'il y a une volonté politique : la France possède un État très présent et un système généreux d’aides sociales, des choses qui, selon l'idéologie libérale, sont censées conduire au désastre économique. On fait donc état d'un désastre même si ce n'est pas ce que montrent les chiffres. Paul Krugman The NYT 28/08/14 CI 4-10/09/14.



Vingt ans après l'ouverture de l'enseignement public au secteur privé, un jeune Suédois sur cinq est scolarisé dans une « friskola ». Quatre des dix plus grands établissements indépendants sont détenus ou financés par des sociétés de capital-investissement....
Pendant des années, ce système a fait l'admiration des partisans de l'économie de marché du monde entier... Mais au fur et à mesure que les fiskola se multipliaient, la confiance que les Suédois plaçaient dans le système s'est effritée... 
Traditionnellement très bien classée dans les évaluations internationales, la Suède a récemment dégringolé... les résultats du dernier test Pisa de l'OCDE ont mis en évidence une baisse significative du niveau en lecture, en mathématiques et en sciences, désormais inférieur à la moyenne des pays développés. The FT 27/08/14 CI 4-10/09/14



Pour relever le niveau des élèves en maths, la Grande Bretagne fait appel à des enseignants de Shanghai. CI 04-10/08/14


Les partis d’extrême-gauche ont réalisé des résultats meilleurs lors des européennes en 2014 qu’en 2009. Le score le plus élevé est en Grèce avec 32,67 %. Ce résultat est à mettre principalement à l’actif du parti Syriza, emmené par Alexis Tsipras, qui fut d’ailleurs la tête de liste du groupe européen de la GUE et candidat à la présidence de la CE.
Autres États-membres où les formations d’extrême-gauche ont obtenu de bons résultats : Chypre (30,78 %), Espagne (20,03 %), Irlande(19,5 %) et Portugal (17,25 %). Pays particulièrement touchés par la crise économique, puis par des politiques d’austérité, entraînant une certaine défiance vis-à-vis des partis dits "de gouvernement".
A l’inverse, les partis d’extrême-gauche demeurent inexistants en
Bulgarie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne et Roumanie où aucun n’est parvenu à obtenir 1 % des suffrages. Ces six Étatsont fait l’expérience du communisme durant la seconde moitié du XXe siècle et leur éloignement de l’Union soviétique à la fin de la Guerre froide a entraîné une disparition au moins temporaire des partis d’extrême-gauche.
En République tchèque, Slovénie, Croatie et Slovaquie ont de meilleurs résultats et le parti communiste de Bohême et Moravie a obtenu le score élevé de 10,98 % en République tchèque, lui donnant droit à 3 des 21 sièges tchèques au PE.
Enfin, à l'exception du Royaume-Uni où
elle est absente (sauf en Irlande du Nord), l’extrême-gauche a enregistré des scores modestes et stables dans la plupart des pays d’Europe de l’Ouest et du Nord : 13,81 % aux Pays-Bas, 9,3 % en Finlande,8,6 % en Allemagne.
En
France, la principale formation de la gauche radicale, le Front de gauche mené par Jean-Luc Mélenchon, a obtenu 7,33 %des votes, arrivant en 6e position à l’échelle nationale. L'extrême-gauche aux élections européennes 2014 Toute l'Europe 11/09/14

 


JC Junckers’est engagé devant le PEà garantir la transparence de la CEet des fonctionnaires européens. Il va imposer aux commissaires de nouveaux standards éthiques, notamment à l’égard des lobbies.
Dont le rôle est “d’influer les institutions européennes pour des intérêts propres”. Les estimations varient de 15 à 30 000 personnes… Soit le nombre de fonctionnaires européens. Au PE, près de 7 personnes accréditées pour chaque député !
“Dès les débuts de la construction européenne..., les lobbies ont été créés voire financés par la CE qui ne disposait pas de toutes les ressources nécessaires en interne, (M. Pigeon, de Corporate Europe Observatory, qui suit les lobbies).C’est devenu une sorte de bureaucratie auxiliaire. Ils se sont rendus indispensables pour leur expertise et constituent le principal point d’accès aux informations”.
Les lobbies de la finance ont investi près de 125 millions d’euros l’an dernier, estime CEO, 30 fois plus que le budget annuel des ONG, syndicats et associations de consommateurs réunis.
Un registre de transparence a été créé en 2011. Environ 70 % des sociétés privées et 60 % des ONG s’y sont inscrites. Mais des pans entiers du lobbying, comme les grandes banques, n’y figurent pas. Le PEa demandé à plusieurs reprises que le registre devienne obligatoire. La CEs’y est toujours refusée, invoquant une impossibilité juridique.
JCJuncker a multiplié les engagements devant le PE. Il a promis de lancer une proposition de loi créant un registre obligatoire pour les lobbies avant la fin de 2015.
Dans la feuille de route envoyée aux commissaires : “J’attends de chacun de nous qu’il rende publics, sur son site Internet, tous les contacts et les réunions avec des sociétés ou des indépendants ou toute affaire liée à la fabrication de la politique européenne et son implémentation.” D'après Acteurs publics 15/09/14

 


Pour une Grande-Bretagne plus fédéraliste : "Le débat sur le référendum n'est pas seulement alimenté par le litige entre les unionistes et les nationalistes [écossais]. Il reflète également la colère et le ressentiment de certains pans de l'opinion publique anglaise et galloise… Ces sentiments nécessitent une réponse radicale, laquelle ne doit pas se limiter à traansférer davantage de compétences à Édimbourg, Cardiff et Belfast en matière d'impôts et de dépenses publiques. Il faudra également afficher la volonté, pour chaque pays, de déléguer des pouvoirs aux grandes villes et aux collectivités territoriales. Bref, partir du principe que les décisions doivent être prises par ceux qui sont directement affectés par elles." eurotopics The Guardian 16/09/14

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 19:17

Venise La Mostra 2014

V14AfficheOfficielle42

Affiche officielle de la 71ème Mostra

 

 

 

La 71ème édition de la Mostra de Venise présentait 150 films environ, 20 en compétition et les autres dans différentes sélections (Orizzonti, Settimana della critica, Fuori concorso, Venezia classici, Venezia classici Orizzonti corti, Giornate degli autori) dans 9 salles différentes du mardi 26 août au samedi 6 septembre.

On trouvera ci-après la liste des 36 films que nous avons pu voir avec une présentation sur la plupart d'entre eux, en quelques lignes, et la note (sur 10) que nous (Anne et Paul) leur avons attribuée.

 

Le même thème est abordé dans différents films, de même nationalité (le crime organisé, Berlusconi, dans les films italiens, la guerre d'Algérie, le mirage de la promotion des jeunes par le sport, dans les films français, l'acteur dans les films étasuniens), ou de nationalité différente (émigration films italien, allemand et français), biographie d'une personnalité italienne (Pasolini, Leopardi), image de la société postcommuniste (films russe, chinois, croate), les jeunes, bien sûr, dans des situations bien différentes (Films italien, gallois, istaélien).
Les comédies sont rares (2 films italiens et 1 francais).

 

V14Tapisrouge31

 


 

 


Films vus

- En compétition

Belye nochi pochtalona Alekseya Tryapitsyna (The postman's white nights) de Andrej Koncaloski, 101 mn. Lion d'Argent, (7,5).
La vie d'un postier solitaire, dans un coin isolé de la Russie post-communiste qui se meurt doucement. Le postier, seul lien avec la ville, fait sa tournée en bateau, courtise discrètement une jeune mère qui quitte le village quand elle obtient un emploi en ville, organise des parties de pêche illégales pour le général de la base spatiale voisine... Que vont-t-ils devenir, lui, sa tournée et le village, quand on lui vole le moteur du bateau que l'administration ne remplacera que plus tard ou jamais...
Il n'a pas suffisamment d'argent pour le remplacer et personne ne peut l'aider, ni sa
sœur qui vit à la ville, ni le général. Et il n'est pas fait pour vivre dans l'agitation d'une ville. Mais dans le calme de cette campagne mourante mais magnifiquement photographiée..


Birdman ou The Unespected Virtue of Ignorance de Alejandro G. Inarritu, 119 mn, (8). 'Film préféré du public d'après le quotidien du festiaval (CIAK)V14-Birdman52.jpg

 

 

Un acteur (Michael Keaton), rendu célèbre par ses rôles de "super-héros", veut percer à Broadway comme acteur de théâtre, le rêve de sa vie auquel il a sacrifié et sa femme (actrice aussi) et sa fille. Méprisé par la "grande critique", il tentera d’être hyperréaliste dans la scène finale du suicide où il ne s’abîme que le nez mais obtient la reconnaissance recherchée.
Opposition du rêve et de la réalité, de la personne et du personnage, de la difficulté à échapper au personnage aux yeux du public ou de la critique installée dans son confort intellectuel alors que l'acteur joue sa vie dans son aventure.
Michael Keaton a été acteur d'un film, type Superman, quand il a été contacté pour jouer ce rôle. Il a d'abord pensé à une plaisanterie...

 

 

La rançon de la gloire de Xavier Beauvois, 114 mn, (7,5).
A sa sortie de prison, en Suisse, Teddy (Benoît Poelvoorde), le Belge, est attendu par son vieux copain algérien (Osman Roshdy Zem). L’Algérien, employé de mairie qui vit en famille dans une caravane un peu délabrée en a équipé une autre pour Teddy dans laquelle il a regroupé ses livres.
Cette famille algérienne, vivant dans la précarité va être entraînée dans une aventure fumeuse par Teddy : voler le cercueil de Charlie Chaplin qui vient de mourir et demander une rançon d'un million de dollars. Pour payer l’opération dont sa femme a besoin, Osman, bon père, bon époux, bon travailleur pour la mairie, poussé par son ami et le besoin, cédera. Mais tout finira bien, grâce à la générosité de la famille Chaplin et à la chance qui permettra à Teddy de trouver l'amour et un rôle de clown dans un cirque itinérant.
Film intéressant, notamment par le portrait nuancé d'une famille d’immigrés algériens en Suisse avec un clin d’œil à Pain et chocolat.

V14-Anime-nere.jpg


 

 

 

Anime nere de Francesco Munzi, 103 mn, (8,5).
Un jeune Calabrais déclenche la guerre entre deux familles de la ndrangheta qui se termine par le refus sanglant du frère aîné de perpétuer la tradition.
Appel de l'auteur aux jeunes pour qu’ils se révoltent contre cette tradition.
Très beau film avec des images magnifiques de la Calabre et de ses villages abandonnés.

 

 

 

99 Homes de Ramin Bahrani, 112 mn, (6).
Les ménages ne pouvant plus payer leurs échéances sont expulsés de leur logement par des agents immobiliers, souvent sans scrupules, qui font fortune sur la misère des autres. Un de ces expulsés trouve son salut en se mettant au service de l'agent qui l'a chassé de son propre foyer. Il monte dans la hiérarchie, devient à son tour « expulseur » et entre désormais dans l’Amérique des vainqueurs. Jusqu'au jour où, dans une opération qui porte sur 100 maisons, un de ses anciens camarades résiste l'arme à la main.
Un nouveau film qui dénonce la spéculation organisée, ici en Floride, et en démontre certains mécanismes.

 

 

3 cœurs de Benoît Jacquot, 100 mn, (6).
Marc (Benoît Poelvoorde) passe la nuit à bavarder de tout et de rien avec Sylvie (Charlotte Gainsbourg), une rencontre fortuite dans une ville de province avec promesse de se revoir à Paris la semaine suivante. Rendez-vous manqué sans possibilité de rattrapage.
Lors d'un contrôle fiscal, Marc, inspecteur des impôts, fait connaissance d'une contribuable désemparée, Sophie, (Chiara Mastroianni) par sa comptabilité. Les inspecteurs sont des braves gens et tout ceci se termine par un mariage avec cette jeune femme qui n'est autre que la sœur du rendez-vous manqué et inoublié par les deux protagonistes.
Tout ou presque rentre dans l'ordre grâce à la perspicacité de la mère (Catherine Deneuve) des deux jeunes femmes. La dernière image suggère que les choses auraient été bien différentes si, par une belle fin d’après-midi d'automne, la rencontre avait eu lieu dans les rousses allées du Luxembourg.

 


Loin des hommes de David Oelhoffen, 110 mn, (7,5).
Librement adapté de la nouvelle de Camus "L’hôte" dans "L'exil et le royaume" et tourné au Maroc. L'auteur a fait de la nouvelle annonciatrice de la guerre d’Algérie un épisode de cette guerre sous forme d'un western.
C'est cependant un bon film où on retrouve des questions posées par Camus mais ici l'instituteur est un officier de réserve, pied noir avec un accent exotique (Viggo Mortensen), catholique... L'auteur aurait pu se dispenser cependant de la dernière image à laquelle se refusent même les photographes amateurs.


Pasolini de Abel Ferrara, 87 mn, (6,5).
Abel Ferrara a choisi de narrer le dernier jour de la vie de Pasolini, incarné de façon époustouflante par Willem Dafoe. Son travail, ses rencontres amicales, ses aventures nocturnes qui, ce jour là, tournent mal.

Chuangru zhe (Red Amnesia) de Wang Xiaoshuai, 115 mn, (7,5).
Une vieille femme, veuve et mère de deux enfants, adultes, vit seule dans un grand appartement. Elle est poursuivie par des coups de téléphone anonymes et autres persécutions dont on apprend qu'ils sont le fait d'un jeune garçon venu de la campagne pour venger sa famille qu'elle a dénoncée pendant la période communiste.
Le film permet de voir la relative
aisance de la classe moyenne chinoise (appareils ménagers, belle voiture...) dans une Chine en pleine mutation (fermeture d'usines).


The Cut de Fatih Akin, 138 mn, (7,5).
Le réalisateur germano-turc a choisi un acteur franco-algérien pour incarner un Arménien qui a survécu, mais muet, à l'égorgement lors du génocide et part à la recherche des deux filles jumelles. Cela lui fera rencontrer des personnes, de diverses religions, plus ou moins bienveillantes, dans des sociétés bien différentes, et le conduira de la Turquie au Nord Dakota, après un long périple par La Syrie, le Liban, Cuba et la Floride.


Il giovane favoloso de Mario Matone, 137 mn, (7).
Basé sur l'histoire du grand poète romantique et philosophe italien, Giacomo Leopardi (Elio Germano), mort du choléra à 38 ans.Giacomo Leonardi est né dans une famille de nobles de province. Le père, très traditionaliste, a une très importante bibliothèque et le jeune Leopardi découvre le monde des livres mais la vie est ailleurs. Le monde change en Europe et père et fils s'opposent violemment.
Le jeune Leopardi quittera sa famille pour l'aventure du monde. Mais n'arrivera pas à s'intégrer au monde intellectuel à cause de son noir pessimisme et sa disgrâce physique le tiendra éloigné de l'amour.


Le dernier coup de marteau de Alix Delaporte, 82 mn, (7).
Victor (Romain Paul, prix Marcello Mastroianni) qui veut devenir footballeur professionnel, vit avec sa mère (Clotilde Hesme), atteinte d'un cancer dans une roulotte à Montpellier. Pour obtenir l'argent dont sa mère a besoin, qu'elle refusera, il profite du passage, à Montpellier, de son père (Gregory Gadebois) qui vient diriger la 6ème symphonie de Malher, pour aller le trouver à l'Opéra. Bien que ne connaissant rien à la musique, il établit un lien avec lui. Et intégrera l'équipe sport-étude de Montpellier.


- Orizzonti

Takva su pravila (These are the rules) de Ognjen Svilicic, 78 mn, (6,5). (Orizzonti, migliore interpretazione maschile o femmnile: Emir Hadzihafizbegovic) Ce film croate raconte l'histoire dramatique d'une famille modeste dont le fils, un adolescent, lycéen un peu rebelle, est victime d'une altercation dont il va mourir à la suite d'un traumatisme crânien.
Chacun est coincé dans un monde de règles qui empêchent toute communication : le fils qui ne veut pas suivre la discipline familiale mais qui va mourir dans un règlement de comptes entre jeunes de la même classe du lycée ; les parents qui affrontent les règles bureaucratiques de l’hôpital et de la police.
Le père appliquera la loi du talion et fera justice lui-même.


La vita oscena de Renati De Maria, 85 mn, (6).
Un adolescent à la dérive à la suite de la mort de sa mère va rechercher sa destruction par le suicide, la drogue, le sexe tarifé... pour s'apercevoir que, finalement, le sens de la vie est dans la famille, telle qu'elle était entre son père et sa mère. Il va se consacrer à la philosophie et à la littérature.
Difficile de savoir si le film utilise la fin, édifiante, pour justifier les scènes de drogue et de sexe ou l'inverse.


Bypass de Duane Hopkins, 103 mn, (6).
Tim est un jeune Gallois qui vit d'allocations et, pour compléter, de la vente d'objets volés. Il a perdu récemment sa mère, doit s'occuper d'une sœur plus jeune qui ne lui facilite pas la vie et a un grand frère en difficulté avec la justice. Il est malade et sa petite amie veut avoir un enfant... Optimiste, elle lui dit : « nous serons de bons parents ».
Dans une séquence continue et magnifique,
l’image s'inverse et passe de son lit de souffrance post-opératoire à celui de sa petite amie qui accouche et au bonheur.


Belluscone, Una storia siciliana de Franco Maresco, 95 mn, (6,5). Orizzonti, premio speciale della giuria:

 

 

V14BellusconeSanguinetti

 

 

 

   Dans une enquête en Sicile, les liaisons de Berlusconi avec la mafia sont dévoilées par les réponses et les silences embarrassés du principal organisateur des fêtes populaires siciliennes, appartenant à la mafia (actuellement en prison).

 


 

 

 

 

Tatti Sanguinetti dans Belluscone

 

Io sto con la sposa de Antonio Augugliaro, Gabriele del Grande, Khaled Soliman Al Nassiry, 92mn, Orizzonti Fuori Concorso, (6).
Une équipe de cinéastes italiens, ulcérés par ce qui se passe en Méditerranée, décide d'aider des Palestiniens qui sont

sans papiers en Italie, à rejoindre la Suède où ils espèrent obtenir le statut de réfugié, plus facilement.
Pour cela, ils décident de faire un convoi nuptial, un couple en habits de mariés et leur famille vont traverser l'Europe en cortège. En faisant étape grâce à de précieux relais à Marseille, Bochum...
La seule difficulté qu'ils rencontrent est le passage de la frontière italo-française, en robe de mariée, par la montagne et le sentier des résistants de la dernière guerre. Ensuite l'absence de contrôles aux frontières leur permet d’atteindre leur but sans mal.
Arrivés à Stockholm certains seront reconnus comme réfugiés, d'autres non qui sont encore en Italie.
Ce long voyage qui apparaît, finalement, assez facile, permet de connaître au fil des discussions la situation des uns et des autres.
A remarquer le jeune Palestinien slameur.

V14IoStoconSposa22

Toute l'équipe du film

 

V14Mariees56.jpgLe réalisateur avait invité les spectateurs à venir à la projection en tenue de mariés. Certaines ont répondu à cet appel

V14IoStoconSposa50.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La projection a été l'occasion d'une manifestation de solidarité avec les Palestiniens et a connu un vrai triomphe.


V14Palestine00.jpg

Dans la rue, devant le Palais du Festival

 

 

-Giornate degli autori


Les nuits d'été de Mario Fanfani, 100 mn, (7).

 Un notaire de province, bon père, bon époux, a une passion

secrète pour le travestissement auquel il s'adonne avec quelques
amis, dans sa résidence secondaire. Jusqu’au jour où

V14Nuits-d-ete13-copie-1.jpg

son épouse (Jeanne Balibar) commence à avoir des soupçons d'adultère et découvre que la chose est moins grave... Tout

peut continuer comme auparavant tant que la « bonne société » ne saura rien.
Cette histoire se déroule pendant les années de la guerre d'Algérie. La femme du
notaire doit faire le discours pour une réunion de charité en faveur des malheureux appelés qu'elle transforme, inconsciemment, en discours contre la guerre d'Algérie. Le notaire ne sera pas président.
Par ailleurs, l'équipe des travestis accueille un jeune qui veut échapper à la guerre d'Algérie. Mais
il rejoindra finalement son lieu d'affectation.

                                                                                                    Le metteur en scène et les acteurs

 

Tussen 10 en 12 (Between 10 and 12) de Peter Hoogendoorn, 67 mn, (6).
Deux policiers frappent à la porte alors qu'un ado joue avec sa petite amie... Bien entendu, c'est l'inquiétude. Ils annoncent le décès de la sœur dans un accident de voiture. Le père est au travail, la mère chez le coiffeur...
Les policiers prennent les deux jeunes pour aller annoncer la nouvelle au père... qui travaille comme tous les jours... Il voit arriver les policiers et pense que le jeune a, encore, fait un bêtise. Il apprend la nouvelle et se ferme immédiatement. Il faut un moment pour qu'il se résigne à aller au salon de coiffure. La mère n'est pas là. Elle a été appelée par son boulot pour un remplacement. La voiture repart. C'est le père qui annoncera
la nouvelle. Mouvement de négation et de révolte. La voiture de police repart surchargée. Pour ramener tout le monde.

La petite amie est abandonnée, seule, en pleurs sur le bord du trottoir.
Le film fait sentir la normalité
absurde du monde quotidien alors que la nouvelle approche de chacun des protagonistes...

 

The Show MAS Go On de Ra di Martino, Giornate degli autori, Evento speciale, 32mn, (5,5).
Documentaire musical sur les mythiques Magazzinl allo statuto de Rome... qui doivent fermer en janvier après 100 ans d'existence où l'on peut tout acheter à 1 euro, où l'on peut rencontrer toutes sortes de clients, des drag queen, des aides familiales roumaines, des jeunes mariés qui achètent des vêtements de cérémonie à envoyer chez eux, des vieux du quartier, des religieuses, des jeunes actrices à la recherche d'accessoires...

 


Settimana della Critica

 

Terre battue de Stéphane Demoustier, 95 mn, (7) 

 

V14TerreBatur02

 

Dans la famille, le père cadre commercial, est licencié et ne songe qu'à rebondir en créant sa propre affaire ce qui le conduit à négliger, inconsciemment, son épouse et son fils. Celui-ci, âgé de dix ans, ne pense qu'à sa sélection pour intégrer l’équipe sport-école de Roland Garros, pour gagner lors de la finale de sélection, ll va mettre un somnifère dans l’eau de son concurrent. D'où sa disqualification. La mère délaissée s’éloigne.
C'est un film sur un couple père-fils séparés par une ambition démesurée.

 

 

 

 

 

 

Zerumpelt Herz (The council of birds), 80 mn, (7).


ZerrumpeltHerz11.jpg

Otto, un jeune compositeur, s'isole dans une maison perdue en forêt pour composer sur le chant des oiseaux. Il invite des amis à venir le rejoindre, Willy, Paul et sa femme Ana.

Quand ils arrivent chez Otto, celui-ci est absent Il revient le lendemain, mange, silencieux et fiévreux. Paul décide alors d'aller chercher un médecin et Willy va se promener dans la forêt. Quand Otto se réveille, il fait l'amour à Ana et disparaît dans la forêt. A son retour, Paul part à son secours et disparaît à son tour.
Trois ans plus tard, Ana se promène sur la plage avec le fruit de cette brêve rencontre.
Le génie de la forêt a englouti les amis, reste le fruit créateur ?

Le metteur en scène et les acteurs

 

 

Arance e martello de Diego Bianchi, Settimana della critica Fuori Concorso, 101 mn, (6).

  

V14AranceMartello37.jpg

Le metteur en scène présente tous les acteurs  


Quelques commerçants et habitants de Rome apprennent que leur petit marché va être supprimé par les élus du PD (Parti démocrate) pour lequel ils ont voté.
Le ton monte et ils décident d'aller interpeller la section locale du PD. Une grande discussion a lieu et la décision est prise (à une voix près) que la section s'opposerait à la suppression. Mais la camarade responsable,
alléguant que la majorité est insuffisante, annonce que la décision sera prise ultérieurement... Le local, dans un sous-sol, est occupée, des otages sont pris, menace d'incendier, d'exécuter les otages... le tout se termine par un assaut policier avec un blessé.
Cette comédie, car c'est une comédie, a rencontré un grand succès auprès du public mais est plus difficilement compréhensible quand on ne connaît pas tous les personnages de la scène politique
italienne et... qu'on ne comprend pas bien l'italien.


Fuori concorso.

The Humbling de Barry Levinson, 112 mn, (7,5).
Le vieux El Pacino essaie de se survivre en acteur de théâtre mais tombe accidentellement. Retiré, il vit seul à la campagne et reçoit la visite de la fille d'une de ses anciennes conquêtes, qui est lesbienne et tombe amoureuse de lui. Celle-ci est poursuivie par son ancienne amie qui la sachant amoureuse d'un homme s'est faite opérer...
Moqué par cette jeune amie, poursuivi par son agent qui le pousse à jouer, dans la publicité ou au théâtre, il décide de retrouver la gloire. Au point de se poignarder réellement dans la scène finale.


O Velho do Restello (The Old Man of Belem) de Manuel de Oliveira, 19 mn.


La zuppa del demonio de Davide Ferrario, 78 mn, (4,5).
Davide Ferrario, à travers des documentaires sortis des archives, explore l'idée de progrès industriel au XXème siècle en Italie. Il associe des images et des textes d'auteurs importants, comme Ermanno Olmi ou Dino Risi pour le cinéma et Dino Buzzati, Italo Calvino, Primo Levi, Pier Paulo Pasolini pour les textes.
Le XXème siècle a été le siècle du cinéma de l'industrialisation en Italie, pas seulement (La sortie des usines Lumière...). Mais les images d'archives n'ont pas obligatoirement la même signification aujourd'hui et lors des prises de vue. Au début du film, un olivier centenaire est arraché pour faire place à une aciérie aujourd'hui disparue ! Un tel événement entraînerait aujourd'hui des manifestations... La foi dans leprogrès permanent, régnait alors, à gauche comme à droite... On voit le Duce inaugurer la plus grande aciérie du pays. Les choses ont bien changé.


La Trattativa de Sabina Guzzanti, 108 mn, (6,5).
Une enquête sur les mystères de l'histoire récente de l'Italie : les négociations entre la mafia et l’État après les attentats à la bombe de Rome, Milan, Florence... depuis l'assassinat des juges Falcone et Borsellino jusqu'aux procès qui ont mis côte à côte mafieux, policiers et politiques.
Dans ce film, il est difficile de faire la part du réel et de la fiction, de l'enquête et de la mise en scène. Surtout si on ne comprend pas bien l'italien.

 

20140904_192219.jpg

Manifestation à la sortie du film en faveur du livre qui raconte les liaisons de l'Etat avec la mafia

 

Tsili de Amos Gitai, 88 mn, (5,5).
Amos Gitai parle de l'holocauste à travers l'histoire (dialogues en yiddisch) d'une jeune fille, unique survivante de sa famille, qui se cache dans la forêt, en Ukraine, alors qu'on entend les coups de canons proches. Ce film inspiré d'un livre de Aharon Appelfeld qui, à dix ans, évadé d'un camp de concentration se réfugia dans les forêts ukrainiennes où, trois ans durant, jusqu'à l'arrivée de l'Armée rouge, il survécut comme il put, en compagnie d'autres gamins, de marginaux et de prostituées.

 

Italy in a day - Un Giorno da Italia de Gabriele Salvatores, 75 mn, (6,5).
Le réalisateur a demandé aux Italiens de filmer, 26 octobre 2013, par tous moyens, leurs rêves, leurs attentes, leur présent et leur avenir. Il a reçu 44 197 messages et en a utilisé 627 pour faire un portrait de l'Italie et des Italiens.
Ces images montrent les Italiens au quotidien, dormant, s'éveillant, déjeunant, allant à l'école, au travail... De façon étonnante, le sport et notamment le « calcio » sont totalement absents alors que le 26 octobre était un samedi. Mais on peut voir des jeunes, des vieux, des enfants, des jeunes mariés, un médecin qui soigne des enfants en Irak, et même un cosmonaute dans sa capsule ! Une journée des Italiens...

 

Venezia classici-Documentari


Von Caligari zu Hitler de Rudiger Suchsland, 113 mn, (5,5).
A travers les films allemands des années 20-30, l'auteur essaie de montrer que, grâce au talent des grands cinéastes de cette époque, Murnau, Lang, Pabst, Sternberg..., aux actrices comme Marlene Dietrich, Louise Brook..., le cinéma a montré ce que nous savons aujourd'hui de cette période. Le cinéma de la république de Weimar, précurseur du néo-réalisme et de la nouvelle vague...


Done nel mito – Sophia raconta la Loren de Marco Spagnoli, 40mn, (5).
Sophia Loren parle de son enfance, de sa vie d'artiste..

.

Venezia classici Restauri

L'amour existe de Maurice Pialat, 19 mn.
Senza pieta de Alberto Lattuada, 90 mn.
Baisers vol
és de François Truffaut, 90 mn.
L'udienza de Marco Ferreri, 111 mn.
Todo Modo de Elio Petri,
130 mn.

 


 

 

V14ManifLido14.JPG


 

 

 

 

 

A Venise, même au Lido, il n'y a pas que le Festival, que le cinéma, il y a aussi des gens qui travaillent et qui sont touchés par  les politiques de restrictions budgétaires et qui manifestent.

 

 

 

 

 

 

 

 

Il faut être fou pour faire des photos à Venise : tout a déjà été photographié, filmé des dizains, des centaines, des milliers de fois..., par des jeunes et des moins jeunes, par des amateurs et des professionnels, des petits et des grands...

Il faut être fou pour résister au besoin de photographier...

N'allez pas à Venise, il y a trop de monde. Contentez-vous de quelques photos.

Nous vous en rapporterons d'autres l'année prochaine...

 

 

 

V14-Gondoles57.jpg

Les gondoles à San Marco...

 

 

 

 

V14Canal41.jpg

  Un canal anonyme entre la Piazzale Roma et la Stazione ferroviera Santa Lucia

 

 

V14SanMarco12.jpg

Le Florian

 

 

V14SanGiorgioVue-du-camapnile52-copie-1.jpg

San Marco vu du campanile de San Giorgio Maggiore

 

 

V14BiennaleSanGiorgio09.jpg

San Marco vu de San Giorgio

 

 

V14Voilier.jpg

Venise, c'est la gondole romantique et le vaporetto pratique mais aussi les grands ancêtres...

 

et les monstre modernes....

 

V14-Croisier101.jpg

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Cinéma
commenter cet article
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 21:36

 

Revue de pressen° 140 (Europe)



Ce n’est pas un hasard si Juncker a cité J. Delors, F. Mitterrand, H. Kohl : il l’a fait pour leur vision de l’Europe, politique et pas seulement technocratique, communautaire et peu intergouvernementale, sociale et solidaire en plus d’économique, et de ce fait plus consensuelle que celle d’aujourd’hui. Les réformes structurelles sont indispensables mais Juncker annonce un plan d’investissements de 300 milliards. Enfin, l’Europe change de vitesse, redécouvre l’esprit des origines, sort de sa prison idéologique pour se mettre au diapason des drames quotidiens de ses citoyens. Sole 24 Ore


Le discours par lequel Juncker a obtenu hier le vote du Parlement européen marque un tournant. Non parce que le vieux renard luxembourgeois aurait énoncé des concepts révolutionnaires ou promis des réformes historiques. Mais parce que, pour la première fois dans l’histoire européenne, le président de la CE a parlé non comme l’homme de confiance des gouvernements, mais comme le chef d’une coalition politique qui lui a donné la confiance à bulletin secret. Repubblica

Revue de Presse Ambassade France Rome 15/07/14

 

Au-delà du seul cas de la Russie, les élus britanniques réclament un meilleur contrôle des ventes d'armes aux régimes autoritaires, précisant qu'actuellement plus de 3 000 licences d'exportation pour une valeur de 12 milliards de livres (15,2 milliards d'euros) sont délivrées à 28 pays où le respect des droits de l'homme est qualifié de « médiocre ». Parmi eux : Israël, l'Arabie saoudite, l’Égypte et le Sri Lanka, détaille The Guardian.Le Monde.fr 23/07/14


« 400 marins russes qui s’entraînent en France, arrivés le 30 juin, se font peu voir. Hollande a adopté un compromis : le 1er navire sera livré dans les délais prévus, la livraison du 2ème conditionnée à l’attitude russe. Pourquoi ne revient-il pas sur le contrat signé par Sarkozy en 2011 ? Pour ne pas compromettre définitivement les relations avec la Russie mais surtout pour le millier d’emplois généré par cette commande et il faudrait rembourser un milliard d’euros. Espérer une nouvelle proposition diplomatique de Poutine sur l’Ukraine». Corriere della sera Revue de Presse Ambassade de France 23/07/14


De profonds changements se profilent en Écosse à l’issue du référendum du 18 septembre sur l’indépendance. Si le “non” l’emporte, le pays récupérera le contrôle de ses dépenses et de sa politique fiscale. En cas de victoire du “oui”, des négociations s’engageront avec le reste du Royaume-Uni en vue d’une scission, prévue pour le 24 mars 2016. Acteurs publics 23/07/14


: « La BCE peut de nouveau sortir l’Europe et l’Italie de la nasse uniquement si elle fait ce qu’ont fait Réserve fédérale, Banque d’Angleterre et du Japon : créer de l’argent pour acheter sur les marchés au moins mille milliards de titres d’État, dont presque 200 italiens. Nous en sommes loin. Draghi et Merkel n’ont pas l’espace politique nécessaire pour neutraliser le veto de la Bundesbank comme il y a 2 ans, et le gouvernement Renzi ne les aide pas, provoquant la méfiance au sein de l’UE ». Repubblica Revue de presse Ambassade France Rome 23/07/14


Jean-Claude Juncker a été élu par les députés européens prochain président de la CE par 422 voix, contre 250 et 47 abstentions. Dans son discours en amont du vote, il a mentionné la création d'un Commissaire aux droits fondamentaux, l'absence de nouvelles adhésions à l'UE dans les 5 prochaines années, et la mise en place d'un revenu minimum européen. Déclenchant les foudres de certains représentants britanniques et des partis d'extrême droite, il a également réaffirmé son soutien à la monnaie unique qui "protège l'Europe". Fondation Robert Schuman 15/07/14




- tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet -


Israël ne vise que les terroristes. Avertit les habitants, pas les terroristes ? Bombarde les maisons. Qui est atteint ou à l'abri ? 21/07/14


Moïse coule le "magistrato alle acque", créé en 1501 à Venise, dans les eaux de la corruption qui monte plus vite que l'acqua alta ! 21/07/14


JF Coppé, avocat d'affaires (859 €/j), violon d'Ingres, maire, député, cherche un nouvel emploi depuis qu'il n'est plus responsable de l'UMP. 24/07/14



Eric Zemmour en a fait la démonstration. Seuls les dolichocéphales blonds peuvent gagner ou comprendre quelque chose au football. 25/07/14


Pour obtenir une dimension européenne, Hollande veut une région Luxembourg-Alsace et une région outre-mer proche avec la Corse et Malte. 26/07/14


Un juron en public en Russie coûte de 60 à 80 dollars pour un citoyen, de 1.300 à 1.700 dollars pour,une entreprise ! Pour le président ? 27/07/14


Palestiniens tués 1 119 dont 75 % civils (245 enfants) ; Israéliens tués : 60 dont 7 civils. Qui sont les terroristes ? 31/07/14

 

"On fait de bons terroristes avec les fils des suppliciés" (Malraux, La Condition humaine, 1933). Israël prépare son avenir ! 31/07/14

 

tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet -




Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 09:55

 

 

Comme il y a eu les générations Résistance, Guerre d'Algérie, Mai 38, Vietnam..., la « Génération Palestine » est, peut-être, en train de s'affirmer.

 

Certes, la question palestinienne ne date pas d’hier. Il y a 50 ans qu'elle est d’actualité et que les Palestiniens continuent de souffrir malgré tous les votes onusiens condamnant Israël, malgré les luttes et les concessions des Palestiniens, malgré la bonne volonté de certains chefs d’État qui l'ont payé de leur vie (Anouar Al Sadate, Yitzhak Rabin), malgré les manifestations de solidarité...

 

Mais le gouvernement israélien n'était jamais allé aussi loin qu'aujourd'hui sous l'influence jusqu’au-boutiste de l'extrême droite israélienne. D'où les condamnations qui émanent, bien au-delà des cercles habituels, d'un peu partout : militants, organisations, gouvernements, instances internationales. A l'exception notable du gouvernement français qui, abandonnant la position traditionnelle de la diplomatie française, s'aligne sur le gouvernement d'extrême droite israélienne, comme le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France).

Le Crif qui joue, consciemment, un rôle dangereux se solidarisant de façon inconditionnelle du gouvernement israélien quelle que soit sa politique, sans tenir compte de la diversité d'opinions des Français juifs. Jouant de glissements sémantiques, il condamne comme antisémite et l'antisionisme et l'opposition à la la politique d'Israël.


Pourtant, les choses sont claires :

- antisémitisme : bien que les sémites comprennent juifs et arabes, le terme antisémitisme est réservé au racisme anti-juif.

- sionisme : mouvement politique favorable à la constitution d'un État juif en Palestine. Le sionisme est l'idéologie fondatrice de l’État d'Israël. Les sionistes, quelles que soient leurs appartenances, nationale, religieuse, politique… sont les personnes qui participent à ce mouvement ou le soutiennent.
Les antisionistes, bien évidemment, sont ceux qui s'opposent à ce mouvement quelles que soient, par ailleurs, leurs appartenances nationale, religieuse, politique… Il existe des antisionistes dans la diaspora juive et même parmi les juifs vivant en Israël : certains groupes religieux orthodoxes ne reconnaissent pas Israël, estimant qu’un État juif ne peut naître qu’avec la venue du Messie… Il est difficile de les accuser d'antisémitisme, certains parlent de « haine de soi ».

- enfin, on peut n'être ni antisémite, ni antisioniste et être opposé à tout ou partie de la politique du gouvernement israélien, comme de tout autre gouvernement. C'est le cas de certains militants israéliens d'opposition. Même certains militaires israéliens (refuzniks) refusent de participer à des missions de l'armée qu'ils réprouvent.

 

Il y a, en France, un antisémitisme historique, structurel. Le mot « antisémite » est apparu en 1890 mais l'antisémitisme est beaucoup plus ancien. Les faits antisémites, modernes, les plus graves sont « l'affaire Dreyfus » (1894-1906), « la rafle du Vel' d'Hiv' » (16 juillet 1942) et la déportation des juifs de France sous l'occupation avec la participation active de la police de l’État français.

 

CIMG8368L'intervention militaire israélienne à Gaza a donné lieu à plusieurs manifestations d'opposants à Paris, dans plusieurs villes de France et dans d'autres pays d'Europe.
A Paris, profitant de ces manifestations, certains, utilisant la même confusion sémantique que le Crif, ont voulu les détourner vers des synagogues ou des commerces tenus par des juifs. Ce n'est pas la première fois que des individus, antisémites, s'attaquent à des personnes, à des commerces, à des associations, à des cimetières ou à des lieux de culte. Ces agissements sont intolérables et ne doivent pas être tolérés.

Quels que soient les agresseurs et les motifs invoqués, quelles que soient les victimes : ici, les juifs mais ailleurs,les musulmans, les chrétiens, les agnostiques, les blancs, les jaunes, les noirs…

La condamnation doit être la même pour tous, à la hauteur des faits.

 

Le dévoiement des dernières manifestations ne doit être toléré ni par le gouvernement, ni par les organisations (partis, syndicats, associations) qui soutiennent la cause palestinienne ou veulent simplement protester contre l'intervention israélienne à Gaza. Il s'agit d'assurer la sécurité de tous, la sécurité commune, gage de la liberté d'expression, de la liberté de manifestation. Et du vivre ensemble.

 

Mais il ne faut pas réduire le tout à la partie, mauvaise, et qualifier d'antisémites tous les manifestants. Il faut porter aussi témoignage de ce qui contredit dans ces manifestations cet amalgame : par exemple lors du rassemblement du 26 juillet, place de la République, un jeune monté sur le socle de la statue a brûlé un drapeau israélien sous les sifflets et les huées d'une partie des manifestants et des manifestantes ; un autre qui voulait faire la même chose a été obligé de rembarquer son drapeau.

CIMG8431

 

 

 

 

 

 

Sur la place de la République, on pouvait voir en plus des drapeaux palestiniens et maghrébins, des drapeaux français et des jeunes, garçons et filles, les joues barrées de 3 traits, bleu, blanc, rouge.

 

 

 

 

 

 

 

CIMG8371

 

Ces jeunes, s'ils manifestaient contre la violence de l'intervention du gouvernement israélien qui touche essentiellement des civils et même des enfants à Gaza, s'ils manifestaient contre les déclarations sans nuance du président de la République et du Premier ministre, voulaient montrer que, solidaires des victimes palestiniennes, ils ne manifestaient pas contre la France mais contre ceux qui parlent en son nom.

 

 

 

CIMG8419


Ils me rappelaient que, il y a hélas fort longtemps, quand nous manifestions contre la politique française en Algérie, nous étions qualifiés d'« anti-France ». Nous n'étions pas « anti-France » mais contre ce que faisait la France, en Algérie, en notre nom !

 

Et il est sain que cette jeunesse le dise sur la place publique, qu'elle n'accepte pas d'être réduite au spectacle indigne que veulent montrer certains et qui sera largement repris par la presse. Mais cette « génération Palestine » n'innove pas vraiment. Elle ne fait que rendre publique la pensée profonde de nombreux jeunes qui, dans des dizaines d'associations, œuvrent chaque jour, discrètement, sans rien brûler, sans rien détruire, pour participer à la vie de la cité. Eux ne font jamais la « une du vingt heures » !

 

Un autre drame déchire le Proche-Orient : le sort des chrétiens d'Irak. Les médias en ont parlé. Le gouvernement a même fait une déclaration sur son intention d'accueillir des chrétiens d'Irak sur le sol national, une manifestation de droite a été organisée dimanche dernier.

Si la gauche, pour sa part, a été plutôt discrète, une pétition circule à l'initiative d'associations, de personnes issues de l'immigration et des « citoyens des deux rives », Maghreb et France : « Nous, associations, organisations, personnalités de l'émigration en France et en Europe, et citoyen(ne)s des pays du Maghreb signataires de cet appel, conscients que l’injustice et la barbarie doivent être combattues sans relâche, tant en Irak qu'à Gaza et ailleurs, interpellons les gouvernements des pays du monde arabe, la communauté mondiale – musulmans, juifs, chrétiens, croyants, non-croyants, libres penseurs… –, ainsi que les institutions et les instances internationales (ONU, Ligue arabe…), et les pressons à réagir vivement, à condamner énergiquement ce qui se passe sous nos yeux et à intervenir concrètement pour mettre fin aux souffrances d’une communauté entière dont le seul tort est d’être chrétienne, en la rétablissant dans son droit ».

 

Pour les chrétiens d'Irak, comme pour les Palestiniens, comme chaque fois que quelqu'un est injustement frappé, on aimerait que des milliers de citoyens, de toutes origines, de toutes confessions, descendent dans la rue, avec l'appui du gouvernement si c'est possible, contre lui si c'est nécessaire, pour hurler leur solidarité avec les victimes !

C'est à cela qu'appellent ces jeunes aujourd'hui.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche