Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 16:39

 

 

 

Célébrer le 14 juillet 1789 et 1790, commémorer le 3 août 1914


Le 14 juillet a été institué comme fête nationale pour célébrer à la fois la chute de la Bastille en 1789 et la fête de la Fédération en 1790. La volonté du gouvernement d'associer à cette célébration la commémoration du déclenchement de la guerre de 14-18 entraîne de graves confusions.


Mais répond à l'espoir, probablement vain, du président de la République de profiter d'un cycle commémoratif international pour essayer de sortir la tête de l'eau d'un mauvais courant sondagier.


Il est possible de célébrer le 14 juillet et le président de la République essaie, à cette occasion, de redonner un peu de gloire à la France qui en a beaucoup perdu « Le 14-Juillet, c'est la fête nationale de la France. Mais le 14-Juillet, c'est aussi la fête de tous les pays épris de liberté. C'est la fête des droits de l'homme, c'est la fête de l'émancipation, c'est la fête de la dignité humaine » (Le Monde .fr 14/07/14).
Mais la Déclaration des droits de l'homme date du 26 août 1789, elle est toujours célébrée avec beaucoup moins de fastes que le 14 juillet et, pas plus que le 14 juillet d'ailleurs, elle n'a besoin de défilé militaire !


Mais peut-on célébrer le déclenchement de la Guerre de 14-18, du premier grand massacre du XXième siècle ? Ne pourrait-on pas se contenter d'une commémoration ? C'est à dire rappeler un triste souvenir. Et, sans défilé militaire, en faire le moment historique, politique d'un retour sur ses causes, son déroulement, ses conséquences. L'affirmation renouvelée d'un « plus jamais ça », un moment de réflexion pour maintenir la paix en Europe de l'ouest et essayer de l'assurer à l'est où des menaces existent...
Sans parler de tous les autres conflits auxquels la France participe directement ou indirectement. Car depuis bientôt 70 ans, la France n'a pas connu de guerre en Europe. Mais pendant ce temps, dans combien d'interventions (pudeur oblige) a-t-elle été engagée ailleurs ?


Et est-elle engagée, à tort ou à raison, aujourd'hui. Notamment en Afrique ?


On pourrait croire que François Hollande a réussi à faire une certaine unité nationale dans la confusion en voyant les titres qui semblent reprendre, terme à terme, ce qu'on appelle aujourd'hui des éléments de langage, du Figaro  "14 Juillet, premier temps fort des célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale" à Libération " Le défilé... premier temps fort des célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale » en passant par le JDD : » Le traditionnel défilé du 14-Juillet sera l'occasion de célébrer en grande pompe le centenaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale ».


Paresse de journalistes ? Quand même ! Célébrer le déclenchement d'une guerre qui a fait des millions de morts !!!


On pourrait, à la rigueur, célébrer le 11 novembre, la fin du carnage et l'Alsace récupérée, célébrer le 6 juin et le débarquement de l'espoir, malgré les vies perdues, le 8 mai et la fin du nazisme avec pour nous, Français, une ombre à l'esprit en pensant à Sétif, mais comment célébrer le début de la guerre déclarée quelques jours après l'assassinat de Jaurès !


Cette commémoration -célébration confuse a pu sembler utile, voire nécessaire à François Hollande, peut-être lui apportera-t-elle un ou deux points dans les sondages de demain. Un répit de quelques jours. Elle ne le grandit pas.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 22:42

  Revue de presse n°139 (Europe) 



"La Grande-Bretagne est différente du reste de l'UE. Ses traditions, ses lois et sa culture sont différentes. Juncker ne représente pas ce pays et son peuple, c'est aussi simple que cela. La résistance opposée par Cameron lui confère davantage d'influence face aux autres dirigeants. Ceux-ci savent à présent qu'il ne se laissera pas amadouer par des compromis faiblards. Il a également gagné du terrain dans sa lutte pour les grandes réformes, qu'il espère imposer avant le référendum sur la sortie de l'UE, prévu en 2017. Tout ceci conforte considérablement le sentiment croissant, dans ce pays, que si Bruxelles ne démord pas de son aspiration à une intégration renforcée, la Grande-Bretagne fera le choix de la sortie." 29/06/14 eurotopics The Daily Mail - Royaume-Uni


« Jean-Claude Juncker sera jugé à l'aune de sa capacité à faire avancer ces questions stratégiques, mais aussi à maintenir les Britanniques à bord du navire européen. » 30/06/14 eurotopics Handelsblatt – Allemagne


" La zone euro contre le reste, voilà aujourd'hui le principe organisationnel déterminant. Autrefois, c'était la droite contre la gauche. Mais les choses sont différentes aujourd'hui… La diplomatie déployée autour de Juncker l'a révélé, si elle ne l'a pas provoqué : la Grande-Bretagne est devenue un État marginal de l'UE. Il faut maintenant s'attacher à entériner cette nouvelle réalité sur le plan formel. Un Brexit aurait un avantage pour la zone euro. Il contribuerait à façonner la prochaine phase d'intégration politique sans avoir à tenir compte de Londres. La politisation de la zone euro progresse, d'une manière ou d'une autre." 30/06/14 eurotopics Spiegel Online – Allemagne


L'Ukraine, la Géorgie et la République de Moldavie ont signé l'accord d'association avec l'UE. Pour Poutine, c'est un dur revers : "Depuis l'annexion de la Crimée, Poutine a nettement conforté sa position dans son pays. Dans les faits, il n'a su mettre en œuvre que peu de ses objectifs. Une partie considérable de l'ex-Union soviétique a tourné le dos à Moscou pour se rapprocher de l'Ouest ; plus d'un tiers des ex-citoyens soviétiques se sont engagés dans la voie européenne. Ces trois pays font désormais face à un douloureux processus de réformes économiques pour pouvoir participer au marché européen." 01/.07/14) eurotopics NRC Handelsblad – Pays-Bas


Sur la pression de l'UE, les opérateurs de téléphonie mobile européens ont dû réduire leurs tarifs : "Cette opération de comm' de Bruxelles cible non seulement les consommateurs, mais aussi ceux qui lui reprochent d'être totalement déconnectée des réalités." 01/07/14 eurotopics Die Presse - Autriche


2,3 millions d'enfants et jeunes de moins de 18 ans vivent sous le seuil de pauvreté en Espagne. Libération25/06/14

 

Dans la zone euro, le chômage touchait 18 552 000 de personnes, en mai, soit 11,6 % de la population active, 636 000 de moins qu'en mai 2013. Libération 02/07/14

 

L'Allemagne pour un smic « gruyère »… Reste que 4 millions de salariés verront leur fiche de paie gonfler le 1er janvier prochain.
Schaübe, ministre allemand des finances, se donne dix ans pour ramener la dette de 78 à 60 % du PIB. Libération 03/07/14
NB : Une dette inférieure à 60 % est un des critères de imposé par Maastricht.


« Opération Mare Nostrum. ‘’Seuls à sauver ceux qui fuient la guerre. Nous sommes en Méditerranée pour stopper un trafic immonde’’ ». Amiral Binelli-Mantelli, chef d’Etat-major de la défense : La Stampa Revue de presse Ambassade de France à Rome.


En 2013, l'éolien représente 13 % de la production énergétique totale (2 % en 2000) derrière d'autres sources comme le gaz (22%), le charbon (19%), l'eau (16%), le nucléaire (14%). Depuis 1997, l'Allemagne est le 1er acteur du marché des aérogénérateurs. En 2013, les investissements ont connu la plus forte augmentation (+29%), suivie par l'Espagne, cette

année 1er pays au monde à faire de l'éolien la 1ère source d'énergie (20,9 % contre 20,8 % pour le nucléaire). Courrier international 26 juin-02 juillet 2014.

 


La production industrielle en baisse de 1,1% dans la zone euro et dans l’UE28. Eurostat 14/07/14

 

 


- tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet -


L'entreprise familiale de  P. Gattaz a réduit de 25 à 3% les impôts payés en France. Faut-il réduire encore les impôts sur les entreprises ? 02/07/14


Pas besoin d'écoute, Sarko avoue à la télé : "Mon avocat m'a demandé... me renseigner et faire une intervention auprès du palais de Monaco". 03/07/14

 

tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet -

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 14:01

 

  Page1.jpg

 

 

 

 

Les pieds de Cannes

 

 

Le Festival cinématographique de Cannes est, chaque année, un événement culturel, financier, touristique de première grandeur qui réunit des dizaines de milliers de personnes de toutes les strates de la société et, bien sûr proportionnellement, beaucoup plus de la haute société et du monde du spectacle.

 

Ces personnes sont suivies, épiées par des nuées de photographes, professionnels ou amateurs, qui guettent aussi tous les élégants et surtout les élégantes, sur les marches ou dans la rue, qui n'appartiennent pas obligatoirement à ce monde là mais qui sont attirés par les lumières.

 

Curieusement, ce sont surtout les cimes qui intéressent, la superstructure, rarement l'infrastructure, la tête plus que les jambes, sauf quand celles-ci contribuent, talons aiguilles et robes généreuses, à la mise en valeur de l'ensemble.
C'est pour cela que l'on voit beaucoup de photographes juchés sur des perchoirs plutôt qu'à quatre pattes !

 

Escabeaux3

Les perchoirs (presque vides) dans l'attente de la "montée des marches"

 

Pourtant les pieds et, surtout, les pieds équipés de chaussures adaptées à la situation ont un rôle important dans le paraître, dans la montée des marches comme dans les déambulations, dans le piétinement des queus, dans l'attente de l’événement, dans les déplacements multi-quotidiens pour être à la bonne place au bon moment. Pour voir, pour être vu.

 

Le commun des mortels, festivalier, est un sportif et doit être équipé en conséquence suivant la nature de l'épreuve du jour.

 

Pour Kaléidoscope


 

A défaut d'un équipement adapté, il n'est pas rare de voir, quand n'a pas été prévu le petit sac avec les douillettes chaussures légères  de rechange, des belles aux pieds nus, chaussures à la main, ou claudicantes, en fin de journée.

 

Souffrance-copie-1.jpg


 

Le mois de mai, ensoleillé ou pluvieux, l'heure du jour, l'activité de la journée, l'inventivité des modes, l'ambiance de la rue permettent une variété infinie de chaussures qui mériterait une exposition sur les « pieds de Cannes » de l'année. 

Avec bien sûr l'attribution d'un grand prix. Et d'un prix de consolation pour les « pattes cassées » ou les lumbagos.


Les quelques clichés présentés ici ne sont qu'un échantillon amateur, non représentatif, subjectif et non accrédité, d'images furtivement dérobées ou consenties.

 

 

Jambes cachées, jambes nues


Jouye-Rouve-001.jpg

 

 

 

Hommage au pied

 

Le pied n'en a pas moins d'innombrables amoureux reconnaissants pour les ballades qu'ils permettent  mais qui amènent quelquefois chez le pharmacien ou le podologue. Ou amoureux ardents qui leur doivent leur incandescence, partialistes ou paraphiles ou podophiles (ne pas confondre, notamment avec les inconditionnels de l'ipod !), anonymes ou célèbres, qui n'hésitent pas à leur déclamer leur flamme en vers, quelquefois en alexandrins...


Ainsi, il existe des « tirades du pied » pastiches de la fameuse tirade du nez d'Edmond Rostand, les deux organes ayant par ailleurs quelquefois un lien peu recherché (1, 2, 3, 4).

 

Ces textes permettent, cependant, de mettre en évidence la place éminente du pied dans la langue, expressions plus ou moins imagées, populaires ou techniques.

 

 

 

CIMG7995-001.JPG

 

 

 

  

 

Les mots du pied

 

L'imagination créatrice d'expressions à partir du "pied" est presqu'aussi grande que celle des stylistes de la chaussure élégante, de confort ou de sport, de telle façon que, dans ce choix infini, chacun peut finalement trouver chaussure à son pied.

 

 

 

pied, à pied, à pied d’œuvre,CIMG7608.JPG pied de

 

fer, arrache pied, pied -à-terre,  au petit

 

pied, piefort,  pied de grue,plain-pied,

 

au pied de la lettre, au pied levé,pied

 

de salade, aux pieds de,

 

pied-d'alouette, avoir pied, pied de

 

lion,,avoir un pied dans la tombe,

 

pied-de-cheval,bête comme ses

 

pieds, pied sec, bon pied, bon œil, casser les pieds, pied du lit,

 

comme un pied, pied d’œuvre, coup de pied, couvre-pieds,

 

d'un bon pied, pied de lit,,de pied en cap, pied-d'oiseau, de pied

  CIMG7616.JPG

ferme,pied du mur, en pied pied-de-biche,

  

 

faire des pieds et des mains, pied plat,,faire du pied,

 

pied marin, gens de pied, sur lemêmepied, haut le

 

pied, pied de nez, six pieds sous terre, lâcher pied, le pied dans

 

la tombe, les pieds devant, lever le pied, pieds de distillation,

 

marcher sur les pieds, pied de bas, mettre à pied, mettre le

 

pied, prendre pied, mettre sur pied, perdre pied,  pieds nus, 

 

petit pied, pied à coulisse, récolte sur pied, pied à l'étrier

 

sécher sur pied, pied à perfusion, pieds nickelés, vivre sur un

 

grand pied, pied à pied, à cloche-pied, pied à terre,   pied d'un

 

verre,  retomber sur ses pieds, pied de fonte, pied bot,CIMG7710

 

  pied de vigne, pied de roi, pied-de -chèvre, pied-de-coq,

 

   sur quel pied danser,  pied-de-cuve, se lever du pied

 

gauche,  pied-de-loup, sur un pied d'égalité,  pied-de-mouton,

 

pieds joints, pied-de-poule, sur un grand pied, piedroit,

CIMG7565.JPG pied-droit, pied-de-veau, prendre son pied, pied-fort,

 

pied-plat,  pieds et poings liés.

 

 

 

Variations

 

 

 

Pieds-varies.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Billets
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 23:00

CIMG8009-copie-1.JPG

  Le Mondial dans le Quartier

 

 

Tous3.JPG

 

Paris compte 15 % d'étrangers. Il y aurait plus de 100 nationalités dans le vingtième arrondissement. La proportion d'étrangers ou de personnes d'origine étrangère est particulièrement importante dans le "carré magique" du quartier.
Seulement, 36 pays ont participé à la coupe du monde de football.

Si tout le monde n'est pas supporteur de son équipe nationale ou même d'une équipe participant à la coupe, il est très probable que toutes les équipes avaient des supporteurs dans le quartier.
Même si tous n'en vivaient pas, beaucoup étaient atteints. Il suffit de parcourir les rues pour voir qu'en plus de ceux qui regardent les rencontres à domicile, il y a ceux qui se réunissent dans les salles de shoot que deviennent les cafés avec écran, tous beaucoup plus fréquentés à cette occasion.


 

 

TousetDzetFr.JPGAux cris séparés jaillissant des immeubles, se joignent les réactions collectives dans les cafés. Où les commentateurs partagent joie ou tristesse, s'encouragent ou se félicitent les uns les autres, où les commentaires se répondent...


 

En cette période de ramadan, les restaurants maghrébins sont vides ou presque, les femmes s'activent pour préparer et offrir galettes et pâtisseries... Quand l'heure de la partie approche, les salles de café qui ont un écran de télévision se remplissent. La lumière du jour est encore trop importante et, ici ou là, des toiles ont été prévues pour augmenter la visibilité de l'écran. Ces toiles gênent les spectateurs « clandestins » qui essaient de voir de l'extérieur


 

Dans la rue de Belleville, plus fréquentée par les bobos, le trottoir est envahi et les clients débordent sur la rue. Tout le monde se retrouve, c'est l'heure de l'apéro, même si tout le monde ne regarde pas l’écran. Quand la partie a commencé, les conversations continuent autour des tables mais sont entrecoupées de réactions qui ponctuent, chaque action, espoir ou déception.

 

 

Boulevard de Belleville, rue des Couronnes, il y a autant de monde face à l'écran mais moins de consommateurs sur les trottoirs. Je me mêle aux amateurs qui regardent le match de l'extérieur. Avec qui je peux apercevoir l'écran. Les dialogues ont surtout lieu en arabe et je ne comprend que les exclamations et quelques mots techniques en français « hors jeu »…
Le passant pressé, l'heure de la rupture du jeune approche, demande où en est le score…

 

 

 

RelaisBrFrDzPtCIMG7786.JPG

Mais la coupe du monde fleurit aussi les façades et surtout les vitrines des magasins et des cafés ou restaurants. Les commerçants sont le plus souvent très éclectiques, ils ont orné le magasin de petits drapeaux de toute nationalité, en guirlandes. Quelquefois, le choix est plus clair et alors ce sont les drapeaux algériens, français, brésiliens, portugais ou même allemands qui apparaissent.

 

Rue de La Chine 20140706 125934

 

Pt2.JPG

 

 

 

 

Des drapeaux isolés ornent quelques fenêtresà l'intérieur du quartier. Un drapeau camerounais, à une fenêtre, a rapidement disparu tandis que restent en place, même après l'élimination, l'algérien et le portugais. Un autre, en l'honneur du PSG, semble se tromper de période…

 

Les drapeaux algérien et français sont souvent côte à côte et quand il n'en reste qu'un, il est algérien. Même après l'élimination de l'une et l'autre équipe.


 

Pour maintenir l'ordre et la tranquillité publique, le maire de Nice, Christian Estrosi, a, par arrêté, interdit l'utilisation « ostentatoire », suivez son regard, des drapeaux étrangers dans le centre de la ville de Nice de 18 heures à 4 heures du matin, jusqu'à la fin de la Coupe du monde le dimanche 13 juillet. On peut remarquer qu'aux yeux de Christian Estrosi, seuls les drapeaux étrangers sont susceptibles de produire des troubles et seulement au centre de Nice...

 

Les drapeaux du XXème ne semblent pas ostentatoires. Mais que penserait Christian Estrosi de ce jeune habillé aux couleurs de l’Algérie « un, deux, trois, viva l'Algérie » qui fait la manche dans le métro… ou de cette honorable famille dont la mère, argentine, se promène vêtue du drapeau-maillot national et le père, français, et les deux enfants, avec des vêtements plus discrets mais aux couleurs argentines…
Ostentatoire ? En tout cas, ni la tenue algérienne, ni la tenue argentine ne semblent troubler le public...

 

Cette obsession d'un certain drapeau étranger n'est que la répétition en farce de la tragédie du 14 juillet 1953, place de la Nation qu'illustre un film récent, non encore sorti en salle, « Les balles du 14 juillet 1953 ».

Sept personnes (6 Algériens enterrés en Algérieet 1 Français, Maurice Luroy au Père Lachaise) ont été tués ce jour là par la police française. CIMG8007.JPG

CIMG8008.JPGCIMG8009.JPG

  CIMG8032.JPG

 

 

DzFrTn.JPG

 

 

FrDE.JPG

 

 

BrEtats-unisFR-copie-1.JPG

 

 

EsFr.JPG

 

 

DzFr.JPG

 

 

AllePharmacie.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PSG.JPG

 

Si pour certains, le Mondial est un moment de fidélité ou de nostalgie du pays, pour d'autres, c'est aussi le moment de faire des affaires.

 

 

 

FinaleCommerce.JPG

 

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Le Quartier
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 13:18

Le paquet révélateur

 

Le 96, le bus qui relie la gare de Montparnasse à la Porte des lilas, à Paris, est souvent surchargé, c'était le cas au départ de Saint-Germain, nous étions debout mais peu à peu des places se libèrent. Marie en trouve une. Je peux ensuite m’asseoir sur la banquette du fond. Qui peu après se libère encore d'avantage.

 

BusBellevilleMenilmontant6799.JPG

La personne à coté de moi, un homme* d'une cinquantaine d'années, me demande,du geste de me pousser d'un siège, ce que je fais croyant qu'il voulait descendre, c'était simplement pour mettre, sur le siège entre nous, le paquet qu'il avait sur les genoux.


Quelques stations plus loin, de nouveaux passagers montent. Plusieurs sièges se sont libérés sur la banquette du fond et, un des quatre sièges devant la banquette est, depuis un moment, occupé par un paquet. Dissuasif par sa présence.

 

Une dame* veut s'asseoir à cette place et demande à qui est ce paquet. Il appartient à un passager, un bel homme, blond, jeune et robuste, qui rechigne à l'enlever parce que d'autres places sont libres, notamment sur la banquette arrière. Il s'exécute finalement de très mauvaise grâce en faisant des réflexions et prenant à témoin une autre dame qui semble acquiescer.

Échange de mots avec la dame qui a pris la place du paquet. Et finalement, j’entends le monsieur :

- Vous allez me traiter de raciste...

- Je n'ai rien dit de tel…

- Je n'ai jamais voté Le Pen mais il y a des jours... »

C'est le moment pour nous de descendre. Je lui souffle « Quand on se pose ce type de questions, c'est qu'on y a déjà répondu ».

Je ne suis pas sûr que ma réflexion ait été très judicieuse.

 

La question n'est pas de savoir qui avait raison. Le paquet n'était pas énorme et n'a pas « droit » à un siège. Il pouvait facilement être tenu sur les genoux. La dame pouvait s'asseoir ailleurs. Cela pouvait entraîner une discussion comme il y en a souvent, pour des futilités dans le bus. Mais pourquoi ce voyageur a-t-il éprouvé le besoin d'évoquer son vote et, par là, la couleur de la voyageuse ?

 

Cela me rappelle une histoire du même type, vécue il a une trentaine d'années. Je rentrais du métro à Ménilmontant, quand un grand noir me bouscule un peu, je lui demande de faire attention et, immédiatement, il me rétorque :

- Parce que je ne suis pas chez moi, ici ?

- Non, parce que vous me bousculez.

Nous en sommes restés là.

 

La tension a changé de camp ? Règne des deux côtés ? S'exprime plus ?

 

*Tous deux étaient noirs.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Le Quartier
commenter cet article
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 07:53


Un printemps en Europe ?

 

Après des printemps qui n'ont pas toujours donné les fruits savoureux, espérés, y aurait-il un printemps européen ? Rares sont ceux qui osent poser la question. Peut-être parce que les faits sont moins romantiques et, apparemment, plus complexes.
Cet éventuel printemps a l'avantage de ne pas être surchargé d'illusions enthousiastes qui pourraient être déçues, ici comme ailleurs.

Ces dernières années, la crise a permis à certains d'annoncer et même de dater la fin de l'euro, voire la fin de l'Union européenne (UE). Malgré eux, euro et UE continuent pour le moment et un nouveau départ semble s'ébaucher qui, certes, n'a rien de révolutionnaire mais marque une certaine continuité et, peut-être, un tournant.

Faut-il croire que c'est une crise qui, une fois de plus, va faire progresser l'UE ?

Du nouveau dans les élections européennes

En 1979, ont eu lieu les premières élections au suffrage universel pour le Parlement européen (PE), celles de 2014 étaient donc la huitième édition. Mais avec quelques nouveautés.

Pour la première fois, ces élections ont été européennes et non la simple juxtaposition de 28 élections nationales même si la situation intérieure a joué un rôle certain dans les résultats.

Des questions européennes ont été abordées pendant la campagne électorale, surtout à cause de la volonté des partis européens de faire de cette élection le mode de désignation, populaire, du président de la Commission européenne (CE). Grâce à une interprétation audacieuse du traité de Lisbonne.
Celui-ci prévoyait que le Conseil européen, les 28 chefs d’État et de gouvernement, devait proposer au vote du PE une personnalité, « en tenant compte des résultats des élections européennes ». Les partis européens, sous l'impulsion de Martin Schulz notamment, ont déduit de ce texte, accentuant son coté « démocratique », que le Conseil devait désigner le candidat proposé par le parti européen qui arriverait en tête le soir des élections.
Finalement, tous les partis, à l'exception des droites extrêmes et souverainistes, ont désigné leur candidat à cette fonction. Le PPE a traîné les pieds et n'a désigné son candidat qu'en mars, probablement du fait de résistances internes à cette démarche. Jean-Claude Juncker l'a remporté avec 382 suffrages contre 245 pour Michel Barnier, quelques 200 délégués (un quart environ des ayants droit) n'ont pas voté.
Au total, 6 candidats (dont le binôme du parti vert) ont pu confronter leurs positions à la télévision (malgré la réticence de la télévision du service public en France) ou en participant à des réunions publiques dans différents pays de l'UE.

Cette participation de candidats à des rassemblements ou à des débats dans des pays dont ils n'avaient pas la nationalité n'a guère suscité de contestation « nationaliste ».

Il n'existe pas encore de véritable espace public européen, serait-il en train de naître ?

Résultats politiques des élections.
C'est aussi la première fois que la participation des électeurs européen ne diminue pas par rapport aux élections précédentes. Certes, ce n'est pas une participation enthousiaste car le taux d'abstention est élevé mais il ne progresse pas.
En France, cette baisse de participation touche toutes les élections , sauf les élections présidentielles. Elle n'est pas propre aux élections européennes.

Par une inversion du processus prévu pour la désignation du président de la CE, ce sont les parlementaires européens, appuyés sur la campagne électorale qu'ils ont menée et forts de leur récente élection, qui ont proposé un nom, un seul, Jean-Claude Juncker, représentant du PPE, parti arrivé en tête au scrutin européen. Le Conseil, toutes tendances partisanes confondues, l'a accepté à une énorme majorité, avec la seule opposition de David Cameron (Royaume-Uni) et Viktor Orban (Hongrie).
Cette procédure (non prévue par les traités) fera-t-elle jurisprudence et les peuples européens, par l'intermédiaire de leurs députés, éliront-ils, officiellement, les prochains présidents de la CE ?

On est encore loin d'une vraie démocratie parlementaire avec des pouvoirs exécutif et législatif, réels et vraiment séparés. Peut-être qu’un pays qui demanderait son adhésion à l'UE avec une telle confusion des pouvoirs se verrait contraint à des réformes constitutionnelles… Mais, les choses avancent progressivement.

Les résultats chiffrés permettent de noter une montées des souverainistes et des eurosceptiques, surtout en France (FN), au Royaume-Uni (UKIP), en Allemagne (AfD), en Italie (5 Stelle)… insuffisante cependant pour jouer un rôle significatif au niveau des institutions européennes, du fait aussi de leur désunion. Progression, bien moindre, de la gauche radicale (35 députés en 2009, 52 en 2014) et du PSE (184 en 2009 et 191 en 2014).
Quant aux partis de droite, ils sortent affaiblis de ces élections même si le PPE demeure le parti le plus important au PE.

Au delà des chiffres, la bataille autour de la nomination de Jean-Claude Juncker comme président de la CE, a entraîné un renversement d'alliance et des modifications dans les rapports de force.

David Cameron et le Royaume-Uni sont les grands vaincus de cette élection et de ses suites. En ordonnant à ses troupes de quitter le PPE, David Cameron a affaibli le poids du Royaume-Uni dans les décisions, notamment dans le choix du candidat du PPE à la présidence de la CE, et jeté un froid dans ses rapports avec Angela Merkel.
Il a par ailleurs échoué dans sa tentative de regrouper certains États de l'Union dans son opposition à Jean-Claude Juncker et au PE. Mais comme il le dit lui-même, David Cameron a perdu une bataille, il n'a pas encore perdu la guerre. Ce n'est pas encore le « Brexit » (sortie du Royaume-Uni de l'UE). Car certains gouvernements apprécient son libéralisme et son opposition au fédéralisme .
Le poste qui sera attribué au Royaume-Uni au sein de la CE sera un bon indicatif de l'importance que le Conseil attache à sa présence au sein de l'UE.

La construction de l'UE repose depuis le début sur l'axe Paris-Berlin devenu peu à peu, Berlin-Paris et puis Berlin-Berlin du fait de l'importance économique, politique, démographique de l'Allemagne et de l'affaiblissement de la France… Me Angela Merkel, désignée à plusieurs reprises comme la femme la plus puissante au monde, a, seule, défini la ligne de l'Union, sur la base, « ce qui est bon pour l’Allemagne est bon pour les autres pays européens ».

Mais la politique de cette apparente force tranquille rencontre une forte résistance des peuples du sud de l'UE qui n'ont pas manqué de le faire savoir à leur gouvernement à travers grèves et manifestations (Grèce, Italie, Espagne, Portugal, France) et lors des élections.
Cette politique est aussi contestée par de nombreux économistes renommés, par des gouvernements plus ou moins obligés de suivre mais qui pensent que l'austérité est un frein à la reprise et accentue la crise sociale. Même le FMI bien que participant à la « troïka » qui impose une politique d'austérité aux partenaires de l'Allemagne, a fait entendre sa petite différence...

La contestation des peuples de l'UE s'est traduite au niveau des élections européennes par la baisse des partis de droite, au gouvernement ou dans l'opposition dans leur pays, et la montée des votes populistes, souverainistes ou de la gauche radicale (Grèce, Espagne).
Ces résultats avaient été précédés, pour Angela Merkel, d'un avertissement au niveau national : lors des élections de 2013 : malgré un bon score, CDU/CSU avaient dû constituer une « grosse Koalition » avec le SPD du fait de l’effondrement de leur allié traditionnel, le parti libéral. D'où, un infléchissement de la ligne politique du gouvernement de Berlin, notamment avec la mise en place d'un smic, certes insuffisant (avec de nombreux « trous » suivant Libération !) mais qui va intéresser quand même plus de 4 millions de salariés.

Lors de la campagne électorale européenne, Me Merkel n'a pas caché sa préférence pour le libéral David Cameron qu'elle n'a pas réussi a ramener à la raison, plutôt que pour le « socialiste » Hollande. En accord avec le Premier ministre britannique, elle était opposée à l'idée de retenir le candidat désigné par les partis européens comme président de la CE et encore plus à la personnalité de Jean-Claude Juncker. Finalement, elle a dû suivre ses troupes, CDU/CSU. Et a dû s'incliner et pour le mode de désignation et pour le nom du désigné.
Tout cela montre que la « tsarine » a perdu, au moins pour quelque temps, une partie de son autorité au niveau national et européen.

Il n'est pas sûr cependant que Jean-Claude Junker aille au terme de son mandat de 5 ans. Ce poste ne l'intéressait que modérément, il visait plutôt celui de président du Conseil européen. Et Angela Merkel avait en tête d'autres personnalités comme Christine Lagarde...,

François Hollande qui, à la suite de son élection, n'avait pas su faire évoluer la politique européenne comme il l'avait promis, a profité des résultats des élections européennes pour réunir à l’Élysée Matteo Renzi dont le parti a gagné les élections européennes en Italie, le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel, le président sortant du PE, Martin Schulz, le premier ministre belge Elio Di Rupo, le chancelier autrichien Werner Faymann, la chef du gouvernement danois Helle Thorning-Schmidt, tous membres du PSE.
Car les sociaux démocrates européens se sont engagés à soutenir l'élection de Jean-Claude Juncker mais entendent obtenir en contre-partie : un certain nombre de postes importants pour le PSE (Martin Schulz a été élu président du PE, pour deux ans et demi) et une inflexion de la politique sociale et économique de la CE que le futur président, Jean-Claude Juncker, réputé à la fois très libéral, social comme un démocrate chrétien et fin négociateur devrait conduire.
Autrement dit une « Grosse koalition » au niveau de l'UE.

Matteo Renzi, le chef du gouvernement italien, fort des résultats de son parti aux élections européennes, se présente comme porteur d'une volonté de renaissance et de l'Italie et de l'Europe. Affirmant mettre au second plan les questions de personnes, il s'est prononcé pour une politique qui, sans affronter directement Angela Merkel, sans toucher aux dogmes, sans dénoncer les traités ou le Pacte de stabilité, jouerait sur les marges de manœuvres qu'ils offrent.
Son compatriote, Mario Draghi, a montré que cela était possible au niveau de la BCE.

Pour ses six mois de présidence de l'UE, Matteo Renzi insiste sur :
- la croissance et l'emploi, avec un programme européen d'investissements dans les infrastructures ;
- une plus grande flexibilité pour les dépenses visant à favoriser la croissance, élargir les délais pour assainir les comptes publics des gouvernements en difficulté, que Angela Merkel serait prête à accepter ;
- la suppression des dépenses d'investissements dans le calcul du déficit ;
- européaniser la question de l'immigration car l'Italie se trouve un peu seule et aux premières loges de l'UE ;
- donner un rôle plus important à la politique étrangère sur la scène politique internationale.

Quant aux postes, chacun a, plus ou moins discrètement, quelqu'un dans la manche à placer : Matteo Renzi, comme les autres. Il verrait bien Me Federica Mogherini, ministre des Affaires étrangères du gouvernement italien, succéder à Catherine Ashton comme Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité ; François Hollande voudrait un poste important pour Moscovici (président de l'Eurogroupe)....



Pour le moment, rien n'a profondément changé mais l'air du temps, la musique sont différents. La coalition Gabriel-Hollande-Renzi renversera-t-elle la tendance austéritaire de l'UE ? La volonté de « rottamazione » (mise à la casse) du jeune et ambitieux Matteo Renzi résistera-t-elle au bras de fer qui se prépare au niveau européen ?
Le semestre italien donnera un début de réponse.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 11:19

 

Pesaro 2014

 

La 5O° Mostra Internazionale del Nuovo Cinema de Pesaro s'est déroulée du 23 au 29 juin 2014. Elle a été l'occasion d'un retour sur ses débuts, son histoire, ses dates marquantes et l'occasion aussi d'afficher la satisfaction, justifiée, des organisateurs pour le travail accompli dans la durée : hommage à son créateur, Lino Micciché, mais aussi à une équipe, pour l'essentiel en place depuis le début ou presque.

CIMG7931.JPG

 

CIMG7935.JPG

 

Les dirigeants de la Mostra

Adriano Apra (critique), X, Bruno Torri (Fondateur, directeur artisitique), Giovanni Spagnoletti (Président)

 

 

 

Ce programme a été fort décevant : depuis plusieurs années, lors de la Mostra est présentée la rétrospective d'un grand réalisateur italien (Dario Argento, Alberto Lattuada), quelque fois avec sa participation physique (Carlo Lizzani, Bernardo Bertolucci, Nanni Moretti). En plus de cette rétrospective, étaient présentés des films anciens ou récents venant des 4 coins du monde.

 

Cette année, le coté « cinema nuovo » a été accentué, « films beaucoup trop nouveaux », expérimentaux, incompréhensibles et quelquefois très ennuyeux.

Parler de « cinema nuovo » quand il s'agit de films de mauvaise qualité des enfants Kennedy parce qu'ils avaient appris à filmer auprès de je-ne-sais-qui paraît un peu exagéré (films que j'aurais refusé de voir s'ils avaient été tournés par un enfant de ma famille !), voir une reprise de « Made in USA » au couleurs massacrées, quasiment rose bonbon... ou un « Our Nixon », film de télévision, aux images barrées par le nom, en gros, des personnes interrogées qui, par ailleurs, n'apporte rien de fondamental...

 

Reste à espérer que lors de la prochaine Mostra, annoncée comme exceptionnelle, le programme soit plus équilibré ?

 

 

 

CIMG7923.JPG

 

Dans cette grande déception programmatique, on peut cependant relever quelques titres, essentiellement russes.  :

  • Mamma, io te uccidero (Titre original « MAMA JA UB'JU TEBJA) qui décrit, de façon très sévère, les conditions des enfants dans un orphelinat...

  • Kombinat « Nadezhda » (Fabrica di nome « speranza ») sur la situation désespérante d'un groupe de jeunes adultes dans un coin retiré de Russie dont la seule distraction est la beuverie et le seul espoir, éventuellement partir.

  • Intimnye Mesta, (Parti intime) : « Tout ce que vous avez voulu savoir sur le sexe sans jamais oser le demander », sans l'humour de Woody Allen.

  • Vöschozhdenie (L'Ascesa), film URSS, bien sûr édifiant mais de qualité sur la fin de 2 partisans capturés par les occupants nazis.

  • Terra en la lengua, le meilleur des films que nous ayons vus, sur un latifundiste attaché à sa terre qui y revient pour mourir.

  • The Great Flood, belles images d'archives sur les inondations de 1927, et leurs conséquences dans le sud des États-Unis, accompagnées d'une belle musique.

  • Liar's dice : une femme quitte son village avec sa fillette et un chevreau pour retrouver son mari parti la ville pour travailler et dont elle est sans nouvelle malgré les portables. Elle est amenée à faire équipe avec un déserteur de l'armée des frontières pour arriver à Delhi...

  • Et bien sûr, Risate di Gioia, projeté sur la Piazza del Popolo en clôture du festival.

 

 

CIMG7927CIMG7933.JPG

 

Piazza del Popolo

 

Films vus pendant la semaine 

 

 

Les films étaient présentés sous différentes rubriques : 28° Evento speciale (ES), Squardi Femminii (SF), Il mouse e la matita (MeM = Dessins animés), Panorama USA (P-USA), Concorso Pesaro Nuovo Cinema (NC).

 

    • Roma, Napoli, Venezia Lina Job Wertmüller, France-Italie 2014, 40 mn, vidéo, présence de la réalisatrice : sur les traces de Rossini. On espérait de belles images... 

    • Notte e nebia del Giappone, Nagisa Oshima, Japon, 1960, 107 mn  (ES) : discussions très soixante-huitardes dans le milieu étudiant des « zengakuren ». 

    • Made in USA, Jean-Luc Godard, 1966, France, 81 mn, (ES) : très mauvaise copie, massacre des couleurs … 

    • Johan Padan a la descoverte delle Americhe, Giulio Cingoli, Italie 2012, 90 mn, video, (MeM) 

    • Rysopis/Segni particolari : nessuno, Jerzi Skolimowski, Pologne 1964, 73 mn, (ES) 

    • Kombinat « Nadezhda » (Fabrica di nome « speranza ») Natalja Meschaninova, Russie 2013, 90 mn, (SF) 

    • Terra en la lengua, Rubèn Mendoza, Colombie 2014, 89 mn, (CN) 

    • Il re dell'isola, Raimondo della Calce, dessin animé,Italie 2009, 16 mn (MeM) 

    • Il bruco e la galllina, Michele Donini et Katia Rinaldi, dessin animé, Italie 2013, 10 mn, (MeM) 

    • Secchi, Eddo Natoli, dessin animé, Italie 2013, 12 mn, (MeM) 

    • Making of « I gladiatori di roma », Ignio Straffi, dessin animé, Italie 2013, 20 mn,(MeM) 

    • Intimnye Mesta, (Posti intime), Natasha Merkulova et Aleksej Cupov, Russie 2013, 80 mn, (P-USA) 

    • Liar's dice, Geethu Mohandas, Inde 2013, 103 mn, (NC) 

    • This side of paradise, Jonas Mekas,Etats-Unis 1999, 35 mn, (P-USA) 

    • Our Nixon, Penny Lane,États-Unis 2013, 85 mn, vidéo, (P-USA) 

    • Robin Hood, Mario Adis, Italie 2024, 55 mn, (MeM) 

    • Satellite, Mario Sciffano, Italie, 1968, 82 mn, (ES) 

    • Vöschozhdenie (L'Ascesa), Larisa Shepit'ko, URSS, 1977, 111 mn 

    • Focus Cristiana Diana Seresini

    • A lezione con Lino Micciché, Francesco Micciché, Italie 2014, 60 mn, vidéo, (ES) 

    •  documentari di Lino Micciché, (ES)

    •                    I maggiorati, 11mn, vidéo

    •                   Nuddu pensa a nuautri, 16 mn, vidéo


    • Pene e crudité, Mario Addis, (MeM)

    • Silenciosa Mente, Alessio Travaglini, (MeM)

    • La teste tra le nuvole, Roberto Catani, (MeM)

    • Rocco never dies, Federico Solmi, (MeM)

    • Le fobie del guardrail, Marco Cappellacci, (MeM)

    • Poppixie, Iginio Strafi, Italie 2012, 15 mn, vidéo, (MeM)

    • A Loft, Ken Jacobs, États-Unis 2010,16 mn, vidéo, (P-USA), très moderne

    • Pinocchio, Enzo d'Alo, Italie-France-Luxembourg, 2à12, 75 mn, (MeM)

    • The Great Flood, Bill Morrison, États-Unis 2012, 80 mn, vidéo (P-USA)

    • I resti di Bisanzio, Carlo Michele Schirinzi, Italie 2014, 80 mn, en présence du réalisateur, (CN) : cinéma très moderne...

    • Vöschozhdenie (L'Ascesa), Larisa Shepit'ko, URSS 1977, 111 mn, (SF)

    • Moviextra Speciale Pesaro, Paolo Luciani, Crisitina Torelle, Roberto Torelli, Italie 2013, 44 mn, vidéo

    • Francophrenia, Ian Olds et James Franco,États-Unis 2012, 70 mn, vidéo, (P-USA)

    • Risate di Gioia, (Titre français : Larmes de joie) Mario Monicelli, 1960, 106 mn, (ES)


    • CIMG7925.JPG
Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Cinéma
commenter cet article
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 15:26

Revue de presse n° 138 (Europe)



La reprise de l‘économie du Royaume Uni semble durable. Le marché du travail s’est fortement amélioré. Un nombre record de personnes a trouvé du travail au mois d’avril... très bas niveau du taux de chômage : le plus bas depuis cinq ans.
Les choses vont mieux au Japon également. Le gouvernement explique qu’au premier trimestre, l’activité économique s’est raffermie plus qu’il ne l’avait estimé... Grâce aux investissements des entreprises et aux dépenses des particuliers. Euronews 13/06/14

Le nombre de personnes ayant un emploi a augmenté de 0,1% dans la zone euro (UE18) et de 0,2% dans l'UE28 au 1er trimestre 2014 par rapport au trimestre précédent. Au 4° trimestre 2013, l'emploi avait également progressé de 0,1% dans l'UE18 et de 0,2% dans l’UE28. Eurostat 13/06/14

Quelques milliers de personnes ont manifesté samedi, à Porto, contre la politique économique et sociale du gouvernement, et réclamé des élections anticipées. Les prochaines législatives sont programmées à l’automne 2015. A l’appel du syndicat CGTP, les protestataires ont notamment dénoncé les baisses de salaire, entre 3 et 10%, annoncées pour les fonctionnaires aux revenus supérieurs à 1 500 euros. La CGTP a prévu une nouvelle manifestation samedi prochain à Lisbonne. Euronews 15/06/14

"Le nom de Juncker est devenu le prétexteà une discussion de fond en souffrance depuis bien longtemps, voilà ce qui est décisif. Les gouvernements nationaux doivent trouver un terrain d'entente quant à la forme de l'Europe de demain… Un programme intelligent rassemblant les thèmes prioritaires de la politique européenne, ainsi que la disposition à transformer la Commission pour les mettre en œuvre, accompagné d'une équipe désignée de concert avec le Parlement : ce serait la manifestation tangible d'une volonté de réforme commune." 18/06/14 Eurotopics Süddeutsche Zeitung

 

"Personne ne peut accepter les déficits qu'on a aujourd'hui mais, pour les surmonter, il faut de la croissance, il faut de l'emploi" déclare le ministre de l’Économie allemand Gabriel qui propose un nouveau calcul des déficits publics dans le cadre du Pacte de stabilité et de croissance. Une proposition choc qui va à l'encontre de la position d'Angela Merkel. Mais le message semble séduire l'Italie et la France Toute l'Europe 18/04/14

Le Danemark annule sa transition énergétique. Le gouvernement social-démocrate a conclu avec les libéraux un nouveau pacte de croissance. Ce dernier prévoit un allègement des taxes sur la consommation énergétique des entreprises qui seront dégrevées d'environ 1,75 milliards d'euros dans les cinq années à venir. Le quotidien socio-libéral Politiken déplore que ce gouvernement ait perdu de vue ses objectifs en matière de climat. Eurotopics Politiken Danemark 18/06/14

Réfugiés à la fin de 2013 : 16,7 millions, soit 1,5 million de plus qu’en 2012… En Syrie, 2,5 millions de personnes ont dû fuir le pays, exode le plus important depuis le Rwanda de 1994. Les conflits au Mali, en République centrafricaine et au Soudan du Sud ont également amplifié les mouvements de population.
Les Somaliens sont la première population africaine de réfugiés, puis les Soudanais, les habitants de la RDdu Congo. Kenya : premier pays africain d'accueil, plus de 500 000 réfugiés. Puis Tchad où le nombre augmente pour la 12èmeannée consécutive, venant duSoudan et de la Centrafrique. L’Éthiopiecontinue de recevoir Érythréenset Somaliens.
Les pays en développement accueillent plus des quatre cinquièmes des réfugiés. Le Pakistan, l'Iran et le Liban sont les principaux pays d’accueil.
51,2 millions de personnes étaient déracinées à la fin de l'année 2013... personnes déplacées qui restent dans leur pays (33 millions), demandeurs d'asile (1 million), réfugiés (17 millions). RFI 19/06/14

Corriere della Sera :« Italie et France acceptent d’utiliser ce qui est prévu par l’UE pour relancer la croissance et l’emploi. Si cela ne devait pas suffire, la discussion sur les contraintes budgétaires sera rouverte. Le FMI de Christine Lagarde est venu à la rencontre de l’axe franco-italien en lançant l’alarme sur la croissance trop basse dans la zone euro et en demandant des politiques pour relancer le développement et l’emploi ».
La Repubblica : « Fiscal compact verrouillé mais Merkel est disponible à négocier sur les ‘’bonds’’ pour les grandes œuvres » : « Hier Renzi a remis à Van Rompuy un document avec deux volets : une lecture moins sévère de la discipline concernant les comptes publics et un vaste programme européen d’investissements. Renzi vise haut en profitant du sentiment d’innovation venant de son nom ».
Sole 24 Ore  : « Si les fédéralistes de la vielle école exultent en vue de la victoire de Juncker, les conséquences du divorce pourraient se révéler catastrophiques. Sans la Grande-Bretagne l’Europe deviendrait beaucoup moins incisive et crédible comme acteur global et le rêve d’une euro-défense serait encore plus évanescent ». Revue de la presse italienne Ambassade de France à Rome 20/06/14

La France est un des pays où les dépenses publiques ont le moins augmenté depuis 15 ans : de 17 % entre 2000 et 2014. Allemagne : 16 %. Royaume-Uni 42 %. États-Unis : 32 %. Japon, Pays-Bas : 22 %…
Le haut niveau des dépenses françaises a permis que l'Hexagone soit jusqu'ici un des pays développés où les inégalités de revenus se sont le moins creusées…
… un des pays développés qui a connu la plus forte hausse des prix de l'immobilier du fait de la rareté des logements ce qui pénalise lourdement la compétitivité de son économie. Alter éco juin 2014

En 2012, 17 000 travailleurs détachés en France étaient de nationalité… française, soit 10 % de l'ensemble des travailleurs détachés. Ce qui fait des Français la deuxième nationalité parmi les travailleurs détachés après les Polonais.
En cause, la prolifération d'agences d'intérim près de la frontière, notamment au Luxembourg, qui emploient des Français, résidant en France, pour leur faire accomplir une mission en France… et payer moins d'impôts. Alter éco juin 2014




- tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet -

" Discuter la ligne et nous engager dans un zigzag nous mène droit dans le mur " Le zigzag ? La ligne la plus droite pour Manuel Valls ! 18/06/14



Comptes 2012 recalés pour quelques milliers d'euro. Aujourd'hui quelques millions ? Sanction ? Sarkozy candidat en 2017. Quitte ou double ? 20/06/14


- tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet - tweet -

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
21 juin 2014 6 21 /06 /juin /2014 07:46

Ma rue est un musée aux oeuvres éphémères qu'il faut saisir au vol, au jour le jour. Des artistes anonymes peuplent les murs de couleurs, de personnages, de rêves, de fantasmes. "Les passants qui passent" les ignorent ou les remarquent, se plaignent des murs dégradés ou se réjouissent des fleurs qui naissent sur les murs humides, gris pollué de fumées d'échappement.

 

Sur ces murs, les dessins, en noir et blanc, papiers collés de Fred  Le Chevalier, deviennent des couleurs éclatantes quelquefois rehaussées par le rouge d'une rose, d'une lèvre ou d'un coeur. Silhouettes qui se cherchent, qui s'attirent, quelquefois  à l'apparence indécise mais au regard qui accroche le passant.

 

Regrouper dans un kaléidoscope par la photographie ces personnages, épars sur les murs de la ville, est une trahison. Comme isoler ces visages  lumineux et fascinants. Comme privatiser, enfermer dans un écran ce que l'artiste offre généreusement au regard du public.

 

Mais c'est aussi prolonger la vie de ces personnages, donner à voir le monde de Fred Le Chevalier aux quelques visiteurs qui s'égareront sur ce blog. Si, à défaut de pouvoir découvrir ces images sur leur site naturel, les murs de Paris, ils veulent prolonger leur relation avec le monde de Fred Le Chevalier et voir les dessins dans leur pureté, ils peuvent en admirer quelques unes sur cette page et aller plus loin ici.

 

 

 

Fred-Blog2.jpg

Bouquet 1 : Toutes les photos ont été prises dans la rue, essentiellement dans le "quadrilatère', sauf trois dans la salle d'exposition de Fred Le Chevalier, rue de la Mare en juin 2013.

 

 

 

 

Fred-Seule.jpg

  Bouquet 2 : Toutes les photos ont été prises dans la rue, essentiellement dans le "quadrllatère'.

 

 

Visages

  (à partir des photos de rues)

1-FredParcMare-FemmeEnseigne030-17-12-2013-12-20-49-17-12-2.jpg

35-FredBiblioCouronnes-6785.JPG

39-FredBonnetcolore6537.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21-FredFonRoiTombesTresors7058.JPG

  Bibliothèque "Couronnes"

26-FredParcMarePortesouveertes-032.jpg

 

 

11-FredCerfVolant5129.JPG

20-Fred-coeur4965.JPG

19-FredOberkampf-GlaiveFleur6552.JPG

17-FredParc-BellevilleTete-010.jpg

 

16-FredFemPleurs6460.JPG

18-Fred-Grenade5115.JPG

 

11 Fred+soleil 4951

 

13-FredCravateblanche6590.JPG

12-Fred-Ancre024.jpg

23-FredSqBel9401.JPG

14-FredM.ChevPeluche4877.JPG

 

 

15-FredMortVase5352.JPG

42-FredRue-des-cascadesLyon--042.jpg

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Le Quartier
commenter cet article
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 19:10

 

Sarkozy, bateleur en liberté

 

Les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, lors du second tour de l'élection présidentielle de 2012 ont été refusés pour quelques dizaines de milliers d'euros. Quelle sanction ? Sarkozy, le justicier contre la “racaille”, pour les peines “plancher”, pour les peines exemplaires, s'en est tiré avec un sarkoton que ses soutiens ont suffisamment abondé...

 

Aujourd’hui, il s'avère que le dépassement serait en millions d'euros, 10 ou 20, on ne sait... Quelle sanction... ? Des doubles factures... Quelle sanction ? On attend le résultat de l'enquête et ce qu'en dira la justice.

 

Mais Sarkozy serait en droit de se plaindre de ce traitement injuste. « Porte-parole et pas que cela » de Balladur lors de la campagne électorale de 1995, il était bien placé pour connaître les dépassements de son patron. "Les comptes du candidat Balladur accusaient 10 millions de francs de recettes d'origine inconnue. Ils étaient donc irréguliers. " L'origine inconnue de ces millions de francs fait encore l'objet de recherches... De fausses factures sont peu de choses à coté des morts de Karachi... Et les comptes de Balladur n'ont pas été invalidés...Pourtant, on vient, aujourd’hui, chercher des poux à Sarkozy...

 

Pour le moment, continuant sur sa sa lancée quinquennale, une annonce par jour, avec le soutien de son clan, des agences de sondage, de la presse, Sarkozy parle ou ne parle pas, inutile, tout le monde parle de lui et pour lui...

 

Sarkozy ne sera pas candidat à la présidence de l'UMP, sera candidat mais ne passera pas par la primaire, ne sera pas candidat en 2017, sera candidat mais ne passera pas par la primaire, sera candidat et passera par la primaire, ne prépare pas un programme mais réfléchit à préparer un programme, se penche sur l'avenir de la France...

 

Bien entendu, chacune de ces annonces est appuyée par un sondage qui montre que Sarkozy est soutenu par le peuple ou les militants ou... et surtout par une série de commentaires dans la presse audiovisuelle, parlée...

 

Quelle différence entre Berlusconi et Sarkozy ? En Italie, ils ont Mattéo Renzi, en France, nous avons Marine Le Pen !

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Billets
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche