Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 21:22

 

L’entreprise allemande RWE renonce au projet de champs d’éoliennes sur le canal de Bristol, 4,7 milliards d’euros, car l’explosion des coûts ne le rendrait pas rentable : "des difficultés techniques" ont gonflé les coûts du projet et le niveau des subventions est insuffisant pour compenser cette hausse.
Le Royaume-Uni, confronté à une crise énergétique due notamment à l’augmentation des prix du gaz, espère développer les énergies renouvelables pour augmenter ses capacités de production de 15% d’ici 2020.
De son côté, le secteur de l’énergie s’inquiète des projets de limitation des prix de l’énergie soutenu par le leader travailliste Ed Miliband. The Guardian presseurop 26/11/13

 

UkraineLa mobilisation se poursuit à Kiev contre la décision de l'Ukraine de rejeter un accord avec Bruxelles, sous la pression du Kremlin. Hier, des manifestants ont tenté de forcer le siège du gouvernement et des heurts ont éclaté avec la police. Toute l'Europe 27/11/13


Dehors le gouvernement”. Le slogan des manifestants portugais excédés par la politique d’austérité, alors que le Parlement a voté un budget très impopulaire. 200 personnes ont occupé les halls d’entrée de quatre ministères à Lisbonne pendant plusieurs heures ce mardi après-midi. Euronews 26/11/13.


Accord de coalition entre sociaux-démocrates (SPD) et conservateurs (CDU/CSU). Cet accord doit être approuvé par les 470 000 adhérents du SPD lors d'un référendum début décembre :
création d'un salaire minimum en Allemagne de 8,50 euros de l'heure à partir de 2015.
la possibilité d'un départ à 63 ans (au lieu de 67) pour les salariés ayant cotisé 45 ans.
double nationalité aux enfants d'étrangers nés en Allemagne
une vignette automobile pour financer les autoroutes
.

Mesures sociales et investissements prévus devrait représenter 23 milliards d'euros, financés sans augmentation de la fiscalité. Huffington pst 27/11/13.


Le Premier ministre écossais, Alex Salmond, a présenté mardi un document détaillant les modalités d'une indépendance de l’Écosse, sur laquelle les citoyens seront appelés à se prononcer par référendum en septembre 2014. Si certains analystes voient dans ce livre blanc un simple programme électoral, d'autres estiment que Londres peut très bien se passer de l’Écosse. Eurotopics 27/11/13.


Les raisons qui poussaient jadis les Basques et les Catalans, les Corses et les Bretons, les Italiens du Nord et les Tyroliens du Sud à aspirer à l'indépendance ont disparu dans l'UE multiculturelle et sans frontières des aides régionales. Les mouvances, elles, demeurent. Elles détournent l'attention des vrais problèmes de l'Europe." Die Welt europtoics 27/11/13.


Lors du sommet européen sur le partenariat oriental, l'UE a signé à Vilnius des accords d'association avec la Moldavie et la Géorgie. C'est une faible consolation face à la rétraction de l'Ukraine, qui se tourne vers Moscou. Certains estiment que la politique autoritaire de Moscou sera infructueuse à terme. Europtoics 29/11/13.

 

Des travailleurs "détachés". Le chantier du réacteur nucléaire à Flamanville, des Polonais embauchés à Chypre ? Un contrat ordonné par l’Etat via EDF. La rocade d’Albi et ses ouvriers espagnols ? Une commande des collectivités locales. Le tramway de Toulouse, toujours aux Espagnols? Idem… Et les sous-traitants ne sont pas tous dans l'illégalité. JDD 28/11/13.


Belgique : les parlementaires ont plafonné les salaires des dirigeants du secteur public à 290 000 euros bruts annuels, salaire du Premier ministre belge. Allemagne : A. Merkel avait proposé de limiter le salaire des grands patrons. L'opposition de gauche a voté contre. Néanmoins, les indemnités de départ ne peuvent pas dépasser l'équivalent de deux années de salaire.
« Say on pay » britannique (2003) : soumettre les rémunérations aux votes des actionnaires. Au Danemark, l'assemblée générale vote des recommandations pour les rémunérations variables avant la signature du contrat et vote ensuite la rémunération fixe, de manière contraignante, comme en Suède, aux Pays-Bas, ou au Luxembourg.
Angleterre, Allemagne, Espagne : avis des actionnaires purement consultatif et les entreprises peuvent passer outre. Pour le cabinet Hay Group, conseil américain, les grands patrons européens ont vu leur rémunération totale augmenter de 6,9 % sur les 12 derniers mois. Hausse due aux plans d'intéressement à long-terme. En France, en 2012, la rémunération moyenne des dirigeants du CAC 40 a atteint 3,968 millions d'euros contre 4,2 millions en 2011, selon le cabinet Proxinvest.JDD 28/11/13.

Moody's relève de 2 crans la note de la Grèce, en perspective stable, invoquant l'amélioration des financeset des perspectives économiques. Cette note, qui appartient à la catégorie « spéculative », présentant un vrai risque de non-remboursement. C'est un progrès comparé à la note de Moody's pour la Grèce depuis mai 2012, le plus bas dans l'échelle de notation de l'agence. Le Monde 30/11/13.

Le Premier ministre David Cameron envisage de ne plus verser d'allocations aux immigrés. Il a choisi de s’embarquer dans une compétition qu’il ne gagnera pas – son discours alarmiste ne peut surpasser celui de l’UKIP et celui encore plus inacceptable de l’extrême droite ou de certains médias britanniques. European voicie europress 02/12/13.


La Grèce restera en récession en 2014 pour la septième année consécutive et aura probablement besoin d'une nouvelle aide financière, a annoncé le 27 novembre 2013 l'OCDE, contredisant le gouvernement grec qui prévoit un retour à la croissance. Selon une étude sur les perspectives économiques en Grèce, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) prévoit que l'économie du pays va se contracter de 0,4% l'an prochain. Lettre Fondation Robert Scxhuman 02/12/13.


Selon un rapport du Sénat, la France a accueilli, en 2011, 144 411 travailleurs détachés officiellementdéclarés. C'est 30 % de plus qu'en 2010 (111 320). Le ministère du travail estime que 220 000 à 300 000 travailleurs détachés ne sont pas déclarés. « La France est le deuxième pays d'accueil, derrière l'Allemagne (311 000 travailleurs détachés en 2011) et devant la Belgique (125 000). La durée moyenne du détachement par salarié s'établit à cinquante jours », indique le rapport du Sénat. Le Monde 02/12/13.

 

 

Relayant les partis conservateurs, qui craignent que le “tourisme social” ne mette à l’épreuve les moyens financiers des communes allemandes, Die Welt écrit que celui qui perd son emploi a droit à l’aide sociale, et cela n’est que justice. Mais un droit à immigrer dans notre système social n’existe pas. Préciser cela n’a rien de raciste. Die Welt presseurop 03/12/13

 

Les Pays-Bas ont enregistré en 2012 “la plus forte hausse de la pauvreté depuis la récession qui a commencé en 2008”. Selon le Bureau national des statistiques, 1,2 millions de Néerlandais sont pauvres (sur près de 17 millions), c-à-d qu’après déductions de leurs charges fixes, il ne leur reste pas assez d’argent pour s’habiller, s’équiper, payer les transports publics et s’offrir des loisirs. De Volkskrant presseurop 03/12/13



TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT 

 

Loi pour diminuer la retraite des petits. Autorégulation pour les Va(u)ri(e)n ! 28/11/13.

 

Retraites chapeau, Moscovici et Parisot, une seule voix, une seule solution,  "L’autorégulation". PS/Medef, la révolution en marche ! 01/12/13.

 

Mélanchon a vu 14 fois plus de manifestants que la police. Souhaitons lui d'avoir 14 fois plus de voix que les sondages ne lui en prêtent. 01/12/13.

 

Nombre de manifestants : 7 000 (préfecture), 25 000 (journalistes), 70 000 (PC), 100 000 (PG). Qui dit plus ? La vérité est révolutionnaire! 03/12/13.


Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 21:41

  à Jean B.

 

Quand j'ai découvert L’Étranger , l'émerveillement. Pour la première fois, j'ai senti à quel point l’écriture était en accord avec le récit pour exprimer, avec la même force, l'extranéité, « l'étrangeté » au monde du héros. Impression retrouvée à chaque nouvelle lecture.
A propos de La Chute, Albert Camus a dit « J'ai adapté la forme au sujet ». Cela paraît encore plus vrai pour L’Étranger. Nombreux sont ceux qui ne peuvent en oublier les premières phrases.

 

 

4AlgerJanvier67

Certains ont voulu faire de La mort heureuse, le brouillon de L’Étranger. Mais La mort heureuse est seulement un premier essai de roman, abandonné par Camus et non publié de

son vivant. A la lecture de ces deux livres, on ne peut qu'être frappé par la différence des styles. Prose poétique, lyrique, de La mort heureuse, sécheresse de L’Étranger, dés les premières lignes. Mais l'écriture de L’Étranger ne se limite pas à cette sécheresse.

6AlgerOctobre67.jpg

 

Il suffit pour le vérifier de comparer les premières : « Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J'ai reçu un télégramme de l'asile: «Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués.» Cela ne veut rien dire. C'était peut-être hier. 
L'asile de vieillards est à Marengo, à quatre-vingts kilomètres d'Alger. Je prendrai l'autobus à deux heures et j'arriverai dans l'après-midi. Ainsi, je pourrai veiller et je rentrerai demain soir. J'ai demandé deux jours de congé à mon patron

et il ne pouvait pas me les refuser avec une excuse pareille.

Mais il n'avait pas l'air content. »


9AlgerCasbah.jpg

Et les dernières lignes du livre : « Et moi aussi, je me suis senti prêt à tout revivre. Comme si cette grande colère m'avait purgé du mal, vidé d'espoir, devant cette nuit chargée de signes et d'étoiles, je m'ouvrais pour la première fois à la tendre indifférence du monde. De l'éprouver si pareil à moi, si fraternel enfin, j'ai senti que j'avais été heureux, et que je l'étais encore. Pour que tout soit consommé, pour que je me sente moins seul, il me restait à souhaiter qu'il y ait beaucoup de spectateurs le jour de mon exécution et qu'ils m'accueillent avec des cris de haine. »

 

Camus ne se contente pas seulement de la relation factuelle, aux phrases courtes, sèches. Il entretient le sentiment d'étrangeté, il maintient le lecteur à distance en utilisant aussi le style indirect.

« Il [le juge d'instruction] a voulu savoir si j'avais choisi un avocat. J'ai reconnu que non et je l'ai questionné pour savoir s'il était absolument nécessaire d'en avoir un. « Pourquoi ? » a-t-il dit. J'ai répondu que je trouvais mon affaire très simple. Il a souri en disant « C'est un avis. Pourtant, la loi est là.Si vous ne choisissez pas d'avocat, nous en désignerons un d'office. » J'ai trouvé qu'il était très commode que la justice se chargeât de ces détails. Je le lui ai dit. Il m'a approuvé et a conclu que la loi était bien faite. »...

« Les gendarmes m'ont dit qu'il fallait attendre la cour et l'un d'eux m'a offert une cigarette que j'ai refusée. Il m'a demandé peu après « si j'avais le trac ». J'ai répondu que non. Et même, dans un sens, cela m'intéressait de voir un procès. Je n'en avais jamais eu l'occasion dans ma vie ».

Les paroles sont rapportées et en plus, Meursault commente « objectivement » , par petites phrases, la situation ou les échanges avec des réflexions logiques, de « bons sens ». Il s’efforce, à chaque fois, y compris dans des situations de tension, de rester au plus près de la vérité, sans ajouter de considérations sentimentales. Comme s'il n'était pas question de lui-même. Ici de son procès.
On peut retrouver une forme proche de celle de L’Étranger dans la façon dont le « narrateur », derrière lequel se cache le Docteur Rieux, écrit la chronique de  La Peste.


A cause du style et du personnage de Meursault dans L’Étranger, on a voulu faire de Camus, le précurseur du nouveau roman. Mais pour Alain Robbe-Grillet, « Seuls les objets déjà chargés d'un contenu humain flagrant sont neutralisés avec soin... » mais, « la campagne est 'gorgée' de soleil, le soir est 'comme une trêve mélancolique', la route défoncée laisse voir la 'chair brillante' du goudron, la terre est 'couleur de sang', le soleil est une 'pluie aveuglante'... «  le principal rôle est occupé par la Nature »... et« Le monde est accusé de complicité d'assassinat. » Les petites choses sont neutralisées, la nature éclate, surhumaine.

Comprendre, le mot revient plus de 60 fois. Comprendre les choses, les faits de la vie quotidienne, mais que peut la faible raison humaine face à la toute puissance du monde, de la nature, le soleil pousse-au-crime : le soleil cité plus de 40 fois, surtout dans la première partie du livre.TipasaPaysage1.jpg


Pour Camus, le sentiment d'étrangeté, l'absurde naît d'une « confrontation de l'homme et du monde, entre l'appel humain et le silence déraisonnable du monde  », du « divorce entre l'homme et sa vie, l'acteur et son décor », du «désir éperdu de clarté » devant un monde incompréhensible. L'homme muni de sa seule raison, « Cette raison si dérisoire, c'est elle qui m'oppose à toute la création. »

Dans sa cellule de condamné à mort, Meursault décrit les affres de tous les condamnés à mort. Il sent, à la fois, l'intensité de la vie, par bouffées, dans tout son corps et la force implacable de la ridicule justice des hommes qui l'a condamné à mort. Ridicule car tous les hommes sont condamnés à mort. L'échafaud n’est qu'un des instruments pour accomplir l'inévitable destin de l'homme.

TipasaFleuri.jpg

Meursault, après avoir rejeté avec colère l’aumônier qui voulait le ramener à Dieu, vidé de toutes les illusions humaines, passé de l'autre coté, peut s'ouvrir «  pour la première fois à la tendre indifférence du monde ». Pour que sa mort soit réussie, il faut que la machine des hommes continue à jouer son rôle de rejet, d'exclusion, « avec des cris de haine ».

 

Au delà de raisons philosophiques, peut-on trouver dans la vie de Camus des événements, des circonstances qui pourraient expliquer la force de ce sentiment d'étrangeté ?

Une première source, dés son tout jeune âge, dans sa vie familiale. Né en novembre 1913, dans une famille très pauvre, Camus n'a pas connu son père, mort en octobre 1914 des suites d'une blessure de guerre. Il sera élevé.par une mère à moitié sourde, analphabète, femme de ménage et surtout par une grand-mère autoritaire autant avec lui qu'avec sa mère.
De multiples citations peuvent étayer cette première proposition. Dans un brouillon de L'Envers et l'endroit, Camus écrit : « Il y avait une fois une femme que la mort de son mari avait rendue pauvre avec deux enfants. Elle avait vécu chez sa mère, également pauvre, avec un frère infirme qui était ouvrier. Elle avait travaillé pour vivre, fait des ménages, et avait remis l'éducation de ses enfants dans les mains de sa mère. Rude, orgueilleuse, dominatrice, celle-ci les éleva à la dure. » (Album Camus, Roger Grenier, cité par Wikipedia).
Et aussi :« Il commence à sentir beaucoup de choses. À peine s’est-il aperçu de sa propre existence. Mais il a mal à pleurer devant ce silence animal. Il a pitié de sa mère, est-ce l’aimer ? Elle ne l’a jamais caressé puisqu’elle ne saurait pas. Il reste alors de longues minutes à la regarder. À se sentir étranger, il prend conscience de sa peine. Elle ne l’entend pas, car elle est sourde. Tout à l’heure, la vieille rentrera, la vie renaîtra... Mais maintenant, ce silence marque un temps d’arrêt, un instant démesuré. Pour sentir cela confusément, l’enfant croit sentir dans l’élan qui l’habite, de l’amour pour sa mère. Et il le faut bien parce qu’après tout c’est sa mère. » (L'envers et l'endroit, 1937).

Dés son enfance, dans son milieu familial, il se sent « étranger » et la dernière phrase ci-dessus annonce déjà le style de « L’Étranger » : il « croit sentir de l'amour pour sa mère. Et il le faut bien parce qu'après tout c'est sa mère. »


Distingué et poussé par son instituteur, auquel il rendra hommage, quand il recevra le Prix Nobel de Littérature en 1957, il sera reçu au concours des bourses ce qui lui permettra de continuer les études malgré l'opposition de sa grand-mère. Au lycée Bugeaudd'Alger, Albert Camus, demi-pensionnaire, échappe à son milieu « naturel », se retrouve avec des enfants plus favorisés : « J'avais honte de ma pauvreté et de ma famille… Auparavant, tout le monde était comme moi et la pauvreté me paraissait l'air même de ce monde. Au lycée, je connus la comparaison », (Notes pour un roman, citées par Roger Grenier, 1982,: cité par Olivier Todd, 1996, Wikipedia).


Étranger dans le milieu familial, honteux dans le milieu lycéen, la nature, la maladie, va contribuer encore à son isolement. En 1930, à l'âge de 17 ans, à l'adolescence, au moment où tout est indécis, la tuberculose le sépare, une nouvelle fois, des siens, de ses copains, de l'équipe de football où il avait trouvé sa place. Elle l'empêche de vivre et de suivre ses études comme les autres. Encore « isolé », au propre comme au figuré, il est confronté à la mort, la sienne et celle des autres malades - la tuberculose, maladie surtout des pauvres, pouvait être mortelle à l'époque.
Plus tard, une rechute l'empêchera aussi de présenter l'agrégation et, nouvelle exclusion, il sera rejeté par l'armée qui refuse son engagement en 1939.

Fidèle à son origine sociale et à ses convictions, Albert Camus militera pendant deux ans au Parti communiste, bref passage, et il s'en écarte ou en est exclu. Une fois de plus, la greffe n'a pas pris.


Comment ne pas éprouver un sentiment de forte solitude après ces ruptures répétées, cette proximité avec la misère et la mort, pendant toute sa formation, en contradiction avec la belle indifférence de la terre algérienne, gorgée de soleil, de couleurs et d'odeurs ?


Certains ont voulu trouver une origine politique à ce sentiment d'étrangeté. Par sa situation d'étranger dans son propre pays, l'Algérie, étranger à la majorité de la population colonisée, en « porte-à faux », mal à l'aise, par son origine sociale, dans le milieu européen. Finalement, doublement minoritaire.


Partant de l'absence ou de la rareté de personnages algériens, arabes, musulmans, dans son œuvre littéraire, le sentiment d'étrangeté de Camus a été mis en relation avec sa situation de pied-noir, d'étranger en Algérie. Ainsi Ahmed Taleb Ibrahimi :« Je n’irai pas jusqu’à dire, avec certains, qu’en tuant l’Arabe, Meursault, et partant Camus, se défoule d’un complexe de petit blanc contracté depuis que sa mère fut brutalisée par un Algérien dans leur maison de Belcourt. Mais je pense qu’en tuant l’Arabe, Camus réalise de manière subconsciente le rêve du pied-noir qui aime l’Algérie mais ne peut concevoir cette Algérie que débarrassée des Algériens ».(http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=33


Dans l’œuvre littéraire de Camus, si l'Algérie est omniprésente par ses villes, Alger, Oran, ses sites, particulièrement Tipaza, sa nature, le soleil, la mer, et décrite de façon lyrique, le peuple algérien en est presque absent. Et quand des Algériens apparaissent, c'est de façon impersonnelle, anonyme, sans nom patronymique et même sans prénom : « l'arabe » ou la « mauresque ». De façon paradoxale, Camus qui se proclame algérien, ne parle des Algériens que sous le terme d'arabe alors qu'il connaît la diversité ethnique de l'Algérie.

Dans La Peste,son roman le plus célèbre, avec L’Étranger, Camus décrit une épidémie à Oran. Contacté par un journaliste « envoyé d'un grand journal de Paris », Raymond Rambert, qui veut faire un reportage sur l'état sanitaire du peuple algérien, le Docteur Rieux, narrateur et principal personnage du roman, refuse de témoigner. Parce que le journaliste ne veut pas s’engager à dire toute la vérité sur la désastreuse situation sanitaire de cette population. Parce qu'il refuse de porter une « condamnation totale » dont il pense qu'elle serait sans doute « sans fondement ». Ensuite, tout le roman tournera autour de la population européenne, aux noms français ou espagnols. Certes, La Peste est une allégorie mais située à Oran et dont le peuple algérien est absent. Qui meurt pendant La Peste ? Peut-être des « Arabes » mais ce n'est dit nulle part !

Dans L’Étranger, apparaissent des images bien différentes des Algériens, plus positives dans la seconde partie que dans la première.

A la maison de retraite de la mère de Meursault, apparaît « une infirmière arabe ».« A la hauteur du nez, le bandeau était plat. On ne voyait que la blancheur du bandeau dans son visage. »... « A ce moment, le concierge m'a dit : 'C'est un chancre qu'elle a'

Après l'enterrement de la mère de Meursault, l'auteur décrit son milieu, ses relations de travail, son quartier, ses fréquentations, sa rencontre avec Marie... Dans son petit monde, toutes ses relations sont européennes, avec des noms, ici aussi, d'origine française ou espagnole. Parmi elles, Raymond Sintès, nom d'un « ami », aux fréquentations douteuses, habitant le même immeuble que Meursault, qui va le conduire au meurtre. (Sintès est aussi le nom de jeune fille de la mère de Camus). Unmeurtre commis, presque par hasard, sans haine, sans motif réel, pour un coin d'ombre sur la plage - une portion du territoire algérien ? .

Raymond Sintès, le voisin, a une maîtresse : « Quand il m'a dit le nom [que le lecteur ne connaîtra pas]de la femme, j'ai vu que c'était une Mauresque. ». C'est à cause des relations avec cette Mauresque qu'il frappe, que son « ami » a des problèmes avec les Arabes. Qui le suivent. Qui les regardent « en silence, mais à leur manière, ni plus ni moins que si nous étions des pierres ou des arbres morts ». Qui se retrouveront à la plage où aura lieu le drame lors d'une altercation qui aurait dû rester banale, sans la pression du soleil.

23Bouira-Epices.jpg

Dans la seconde partie, Meursault retrouve des Arabes lors de son emprisonnement : « Le jour de mon arrestation, on m'a d'abord enfermé dans une chambre où il y avait déjà plusieurs détenus, la plupart des Arabes. Ils ont ri en me voyant. Puis ils m'ont demandé ce que j'avais fait. J'ai dit que j'avais tué un Arabe et ils sont restés silencieux. Mais un moment après, le soir est tombé. Ils m'ont expliqué comment il fallait arranger la natte où je devais coucher. En roulant une des extrémités, on pouvait en faire un traversin. »
Isolé ensuite, il ne reverra des Arabes qu'au parloir où des « Mauresques » viennent les voir. Il observe les comportements. Dans le brouhaha du parloir, certains parlent fort, les Européens, « à cause de la distance entre les grilles » qui les séparent. Tandis que « la plupart des prisonniers arabes ainsi que leurs familles s'étaient accroupis en vis-à-vis. Ceux-là ne criaient pas. Malgré le tumulte, ilsparvenaient à s'entendre en parlant très bas. Leur murmure sourd, parti de plus bas, formait comme une basse continue aux conversations qui s'entrecroisaient au-dessus de leurs têtes ».

Ait-Yahia.jpg

Meursault ne parlera plus des Arabes. Et lors du procès, si tous ses amis apparaissent à la barre en témoins, aucun témoignage des amis de l'Arabe assassiné n'est rapporté.

Comment expliquer cette quasi absence des Algériens, Arabes ou juifs d'ailleurs, ou cette séparation des populations ? Simple constat de la situation réelle en Algérie ? De Camus en Algérie? Pourquoi aucune œuvre de Camus ne se déroule jamais en milieu algérien ? Avec des personnages algériens ? Ce n'est pas que Camus ignore le peuple algérien et sa pauvreté. Son engagement au Parti communiste témoigne de son intérêt pour lui, de même que les onze articles «  Misère en Kabylie » que, journaliste à Alger républicain, « le journal des travailleurs », il a écrits en1939.

Kabylie3.jpg

 


Comment expliquer une telle séparation de Camus, le militant, et de Camus, l'homme de lettres.
La lettre qu'il a envoyé à son instituteur lors de l'attribution du prix Nobel en témoigne. Il est le fruit, social et politique, de l'école publique dans un département français d'Algérie. Cette école de la liberté, de l'égalité, de la fraternité, de l'universalisme... français. Dans ses Carnets , il note à l’automne de 1950 : « Oui, j’ai une patrie : la langue française.» Pas seulement. Et cettelangue française est minoritaire, peu partagée, à l'époque, par les Algériens. Camus n'apprend pas l'arabe. Cette école de la méritocratie républicaine ne l'empêchera pas, bien au contraire, de prendre conscience de la misère des Algériens qui ne pourra être combattue, efficacement selon lui, que par l'intégration dans la République. Elle lui permettra de prendre conscience de l'injustice faite à la population algérienne mais lui rendra très difficile la prise en considération du peuple algérien, de la nécessaire séparation, la solution ne pouvant être que dans la justice français : « Mon préjugé est que la France ne saurait être mieux représentée et défendue que par des actes de justice » (Préface d'Actuelles III). Par son engagement, il peut aller au peuple « arabe » mais par son origine, il appartient à la partie européenne, française du peuple algérien.


Ce n'est pas du nationalisme, du moins du nationalisme étroit. Plutôt de l'universalisme abstrait, françaisde 1789 enseigné par l'école et qui a quelques difficultés à s'appliquer à l'Algérie. D'où sa grande difficulté à reconnaître l’existence d'un peuple algérien : « Il n’y a jamais eu encore de nation algérienne. Les Juifs, les Turcs, les Grecs, les Italiens, les Berbères, auraient autant de droit à réclamer la direction de cette nation virtuelle »  Comme Ferhat Abbas, une autre réussite de l'école du mérite, qui a pu dire « J’ai beau scruter, interroger les cimetières algériens, nulle part je ne trouve trace de la nation algérienne ». Découverte tardive du fait de leur éducation, pour l'un et pour l'autre. Par leur situation, ils n'auront pas la même trajectoire.

34TikdjaNapalm


Quand Camus se rapproche des nationalistes, c'est, normalement, comme la majorité de la gauche française à une certaine époque, de Messali Hadj, le père du nationalisme algérien et des messalistes avec lesquels il aura des relations suivies.
S'il a bien compris depuis longtemps, que le danger de l'immobilisme de la politique française pouvait mener à la violence en Algérie, il ne reconnaîtra l'existence d'un peuple algérien, paradoxalement et, comme beaucoup, qu'à la suite des actions du FLN dont il ne pourra accepter la radicalité ni de la position, ni des méthodes même.33TikdjaNapalm2.jpg

Lors d’une rencontre avec des étudiants suédois, un jeune algérien lui reproche son silence sur ce qui se passe en Algérien. En réalité, de ne pas prendre position en faveur de la lutte du peuple algérien pour son indépendance au nom de la justice. Sa réponse a été diversement rapportée et commentée. «En ce moment, on lance des bombes dans les tramways d’Alger. Ma mère peut se trouver dans un de ces tramways. Si c’est cela la justice, je préfère ma mère.»Dans le compte rendu du Monde,cette phrase devient : «Je crois à la Justice, mais je défendrai ma mère avant la Justice.»Et habituellement, encore plus simplifié : «Entre la justice et ma mère, je choisis ma mère.» Au delà du glissement des mots, il y a un important changement de sens.

 

Du fait de sa formation, de ses origines, de son attachement à une solution française, il ne pourra jamais faire le saut et condamner la France coloniale. Il ne pourra envisager pour l'Algérie qu'un avenir dans un cadre français amélioré. Ce qui permettra à tous ceux qui ont empêché toute amélioration de ce cadre, qui se réclament encore aujourd'hui de l'Algérie française, y compris de l'OAS, de vouloir l'annexer cinquante ans après l'indépendance.

 

2Alger-Fort-Lempereur0004.jpg

 

 


 

 

 

 

Le livre est paru en 1942. Il fait partie selon Camus de sa tétralogie de l'absurde* avec l'essai Le Mythe de Sisypheet les pièces de théâtre Caligula et Le Malentendu.
Luchino Visconti a fait une adaptation cinématographique de L’Étranger en 1957, Jacques Ferrandez une bande dessinée (Gallimard) en 2013 et une adaptation théâtrale, mise scène de Sissia Buggy, est actuellement à l'affiche à Paris.
En 1978, L’Étranger a inspiré au groupe The Cure une chanson dont le titre, malheureux, Killing an Arab, a fait problème (Ce titre a été plusieurs fois modifié par la suite en Kissing an Arabou Killing anotherou Killing an Englishman). Voici le texte de la chanson.


 

Killing An Arab  Tuer Un Arabe

 

Standing on the beach
With a gun in my hand
Staring at the sea
Staring at the sand
Staring down the barrel
At the arab on the ground
I can see his open mouth
But I hear no sound


[Chorus]
I'm alive
I'm dead
I'm the stranger
Killing an arab

I can turn
And walk away
Or I can fire the gun
Staring at the sky
Staring at the sun
Whichever I chose
It amounts to the same
Absolutely nothing


[Chorus]

I feel the steel butt jump
Smooth in my hand
Staring at the sea
Staring at the sand
Staring at myself
Reflected in the eyes
Of the dead man on the beach
The dead man on the beach

[Chorus]

 


Debout sur la plage
Un pistolet à la main
Je fixe la mer
Je fixe le sable
Je fixe le canon
Sur l'arabe à terre
Je vois sa bouche ouverte
Mais je n'entends aucun son

[
Refrain]

Je suis en vie
Je suis mort
Je suis l'étranger
Qui tue un arabe

Je peux me retourner
Et m'en aller
Ou je peux tirer avec le pistolet
Je fixe le ciel
Je fixe le soleil
Quoi que je choisisse
Cela revient au même
Absolument rien

 

 

[Refrain]

Je sens le sursaut de la crosse d'acier
Lisse dans ma main
Je fixe la mer
Je fixe le sable
Je me regarde fixement
Dans le reflet des yeux
De l'homme mort sur la plage

L'homme mort sur la plage

[Refrain]

Cette chanson n'est en aucun cas raciste. Paroles et traduction de «Killing An Arab» (Wikipedia)

 

Sur les oeuvres de Camus, voir :

- Lettres à un ami allemand

- La mort heureuse

- Le premier homme


Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Note de lecture
commenter cet article
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 17:38

 

 

Drapeau de la Suisse Avec la fin du secret bancaire, "les banquiers suisses rêvent d’Europe". La place financière suisse soutient le rapprochement avec l’Union européenne (UE). Par crainte de perdre l’accès au grand marché européen. Le "revirement des banquiers genevois" explique l’un d’entre eux, remonte à septembre dernier et à "l’annonce du passage à l’échange automatique d’informations". L’espoir de la place financière, c’est que la revitalisation de la voie bilatérale aboutisse. Le Temps presseurop 19/11/13.

Sept pays européens – Allemagne, Espagne, France, Grèce, Italie Pays-Bas, Pologne ont lancé le 19 novembre, un "club des utilisateurs de drones"à l'occasion d'une réunion des ministres de la défense. Ces États s'engagent à développer d'ici 2020, un appareil européen de moyenne altitude et de longue endurance de nouvelle génération. Un autre groupe – Autriche, Belgique, Royaume-Uni, Tchéquie - se déclarent prêtes à investir dans le projet sans vouloir s'engager dans une éventuelle production commune.

Après plusieurs mois de désaccords, le Parlement européen (PE) a adopté avec les gouvernements des pays de l'UE le budget pour 2014/2020. L'UE a raté un nouveau départ financier. "L'UE reste avant tout une machine à subventions pour les agriculteurs, surtout pour les grandes exploitations… Les garants de l'acquis communautaire se sont imposés une nouvelle fois. La chancelière allemande ne s'y est pas opposée, soucieuse de faire valoir l'austérité et non la qualité du budget… Ce cadre financier est le résultat d'un accord entre les grands dirigeants européens qui ont chacun ajouté leur grain de sel et oublié, en de nombreux points, que tout le monde aurait profité de plus d'Europe." tagesschau.de eurotopics 19/11/13


Avec 29,5 % des voix, les sociaux-démocrates du premier ministre ont évité le naufrage annoncé par les quotidiens.“Le principal gagnant est la Liste de l’unité”, extrême-gauche, passé de 2,3 % en 2009 à 6,9 %. Les libéraux, deuxième parti du pays, obtiennent 26,6 %, en hausse de 1,8%.
Les sociaux-démocrates conservent les principales villes du pays (Copenhague, Aarhus, Odense et Aalborg). Mais le Parti du peuple (populiste) remporte pour la première fois une des mairies de la capitale. Participation en hausse par rapport à 2009, passant de 65,8 % à 71,9 %. 20/11/13 Presseurop Politiken


Les ventes espagnoles à l’étranger ont augmenté de 6,8 % entre septembre 2012 et septembre 2013 : biens d’équipement, alimentation, produits chimiques et automobile représentent 65% des exportations. Le déficit commercial s'est réduit de 58 %.
La part de la demande extérieure (à travers les exportations et le tourisme) a eu un rôle crucial dans la sortie de la crise [et] se situe à un niveau record, un trésor dont il faudrait s'occuper et qu’il faudrait favoriser pour qu’il puisse contribuer au changement de modèle de croissance. Expansion presseurop 21/11/13.


Des responsables des renseignements britanniques ont donné leur feu vert à Washington pour stocker et analyser les échanges par téléphone, Internet et courrier électronique de ressortissants britanniques, y compris ceux qui n’avaient jamais eu affaire à la justice. The guardian presseurop 21/11/13.


L’ensemble des corps des forces de l’ordre portugaises ont manifesté jeudi à Lisbonne dans un climat tendu. Ils protestent contre les nouvelles mesures de rigueur contenues dans le projet de budget pour 2014. Des coupes sévères sont prévues dans les salaires des fonctionnaires. Euronews 22/11/13.


C’est une petite révolution : pour la première fois, la chancelière serait prête à accepter la mise en place d’un salaire minimun généralisé. C’est une bonne nouvelle, sans doute, pour les 5,6 millions de personnes qui gagnent moins de 8,50 euros de l’heure, soit 17% de la population active. Une concession faite à la gauche qui a du mal à passer, en revanche, du côté du patronat. Euronews 21/11/13.


Péril nationaliste en Lettonie : On a entendu beaucoup de pathos national cette année… On observe une ambiance comparable en Russie, en Grèce, en Hongrie. Elle est directement liée aux problèmes économiques. 12.000 personnes participant à une retraite aux flambeaux en scandant 'Nous sommes Lettons !' organisée par le parti nationaliste, le jour de la fête nationale. représentent un danger. Depuis le référendum qui a fait du letton l'unique langue officielle du pays, on essaie de créer l'impression d'une menace, et de la nécessité d'une cohésion entre les Lettons. 22/11/13 Eurotopics Tvnet - Lettonie


Adoptée par le PE, la directive qui fixe à 40% la proportion de femmes dans les conseils d’administration des grandes entreprises européennes d’ici 2020 est certes inéquitable. Mais, selon une éditorialiste portugaise, c’est le seul moyen de percer le “plafond de verre”, en attendant que les mentalités changent. 22/11/13 presseurop Diario economico


Les “europhiles pur et durs comme Verhofstadt représentent un danger plus important au soutien populaire à l'Europe que des eurosceptiques comme Marine Le Pen”, a affirmé le parlementaire néerlandais Mark Verheijen (VVD, conservateurs-libéraux), "leurs projets pour une “Europe fédérale”font “peur aux gens” et risquent ainsi de miner “le soutien de l'opinion publique”. 22/11/13 presseurop Trouw


L'Ukraine a renoncé à l'accord d'association avec l’UE, au profit de négociations avec la Russie et l’Union douanière. Un peu plus tôt dans la journée, le Parlement ukrainien rejetait les projets de loi visant à permettre à Ioulia Timochenko, emprisonnée, de recevoir un traitement médical à l’étranger. Le Courrier d Russie 22/11/13.


Slovaquie : Le candidat d'extrême droite a remporté le scrutin régional dans la plus grande province du pays, après avoir mené une campagne agressive contre les Roms. eurotopics Sme – Slovaquie 25/11/13.


Les négociations du programme de l'alliance SPD/CDU/CSU (sociaux-démocrates, chrétiens-démocrates) doivent s'achever mercredi. Des désaccords demeurent : définition et application d'un salaire minimum fédéral, mise en place de la taxe auto-routière pour les véhicules étrangers, maintien de l'allocation d'éducation à la maison pour les enfants jusqu'à trois ans...
Les 470 000 adhérents du SPD seront maîtres de la décision finale lors d'un vote-référendum : plus de 40 % sont contre selon un récent sondage. La CDU convoquera un comité fédéral (200 membres).
L'opposition, SPD, Verts, die Linke dispose d'une court majorité face à la CDU/CSU. Mais une coalition avec die Linke reste exclue actuellement pour le SPD. http://www.michel-verrier.com/index.php/post/2013/11/25/Coalition%2C-les-%C3%A9lecteurs-en-voient-de-toutes-les-couleurs


Ukraine En Ukraine, la leader de l'opposition Ioulia Timochenko a entamé une grève de la faim pour peser en faveur de la signature de l'accord d'association. Dans le même temps, des dizaines de milliers de personnes sont toujours mobilisées dans les rues et réclament un rapprochement avec l'UE. Les Ukrainiens n'ont pas abandonné le rêve européen. Eurotopics 26/11/13.


Catherine Ashton a permis de conclure un accord provisoire dans le dossier du nucléaire iranien, cela renforce l'Europe. "La renaissance politique de Lady Ashton implique une prise de conscience de tous les pays européens qu'en jouant groupés sur la scène internationale, ils pourront enfin peser sur la marche de ce 21ème siècle. Elle peut créer les conditions pour que la France ne se retrouve pas seule aussi bien au Mali qu'en République de Centrafrique. Le rôle de gendarme que les États-Unis rechignent de plus en plus à jouer ne doit pas être dévolu à Paris mais à Bruxelles. 25/11/13 Le nouvel observateur eurotopics



TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT 

 

Par charité chrétienne, Boutin, amoureuse du voile, s'enferme, en silence, au Carmel et prie pour la pauvre France du mariage pour tous ! 24/11/13.



Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 08:35

 

 

La lutte contre le changement climatique est l'un des rares dossiers internationaux sur lesquels l'Europemène encore la danse. Il faut qu'elle continue. Elle ne pourra cependant pas venir seule au secours de l'environnement meurtri. Celui-ci a d'urgence besoin d'acteurs à la hauteur du problème. El Païs eurotopics 12/11/13


Paradis fiscal : l'Allemagne pire que Chypre. L'Allemagne aide les fraudeurs fiscaux étrangers à placer sur son territoire l'argent et les revenus du capital qu'ils tentent de dissimuler au fisc de leur pays d'origine. Ceci ressort du classement sur l'opacité financière publié par l'ONG Tax Justice Network... Comment est-ce possible ? Allemagne à la huitième place du classement ! Et Chypre à la 41e place, se plaçant même derrière la Belgique et les Pays-Bas ! Politis (Chypre) eurtopics 12/11/13


La Française Marine Le Pen et le Néerlandais Geert Wilders ont annoncé mercredi la création d'une alliance d'extrême droite. Ils entendent former un groupe au Parlement européen après les élections de 2014. Il ne faut pas sous-estimer les nationalistes, préviennent les commentateurs, appelant les politiques à leur faire barrage en s'engageant davantage pour le projet européen. Eurotopics 14/11/13.


Les citoyens extra-européens pourront à l'avenir acheter la nationalité maltaise moyennant 650.000 euros. Pour le quotidien de centre-gauche Der Standard, ce type de consolidation budgétaire est un scandale européen : "Tôt ou tard, il fallait bien qu'un pays ait l'idée de monnayer la citoyenneté européenne tant convoitée. D'autres pays poursuivent des projets similaires. Ceci dégénérera en un dumping des prix du passeport, par rivalité des pays en difficulté. Pendant ce temps, des milliers de réfugiés se noient, n'ayant pas les moyens de se mêler à ce jeu méprisant." Der Standard 14/11/13


 

Drapeau de la Suisse La Suisse et son secret bancaire – à peine ébréché par la convention de l'OCDE sur la lutte contre l'évasion fiscale – demeura le pays le plus opaque du monde. Suivi par le Luxembourg, Hong Kong, les Îles Caïman, Singapour, les États-Unis, le Liban, l'Allemagne, Jersey et le Japon. La France est au 43è rang, l'Italie au 54è, Monaco au 75è. Sélection hebdo Le Monde 16/11/13.


Karel de Gucht, commissaire européen en charge du Commerce, chargé de superviser pour l'Union européenne les négociations sur le futur traité de partenariat transatlantique, est poursuivi en justice par l'administration fiscale belge qui lui réclame 900 000 euros... Politis 14/11/13.


Madrid va sortir de son plan d’aide financier au mois de janvier, quelques semaines après Dublin. Les deux pays estiment avoir les reins suffisamment solides pour se passer du Mécanisme européen de stabilité et de tout filet de sécurité : décision validée par les ministres des Finances de l’Eurogroupe. Le cas de la Grèce reste. L’Eurogroupe la presse de mener à bien ses réformes pour combler l‘écart budgétaire pour 2014 et 2015, estimé à 500 millions par la Grèce, et à 1,5 milliard par la troïka. Euronews 15/11/13.


Schulz a besoin de Merkel : Au SPD, les négociations sur l’Europe ont été menées par l’actuel président du Parlement européen Martin Schulz. Ce dernier a été nommé candidat à la présidence de la Commission européenne (CE) par le Parti socialiste européen. Pour couronner sa carrière européenne par cette fonction exécutive, Martin Schulz a besoin du soutien d’Angela Merkel. Cela n’a pas été confirmé officiellement, mais il est fort probable que le sujet fasse l’objet des négociations de coalition entre la CDU et le SPD. Contexte 14/11/13.


Alors que la conférence des Nations unies sur le changement climatique a lieu à Varsovie, il n’existe guère d’espoir de surmonter les blocages actuels sur les réformes qui permettraient de réduire sensiblement la cadence du réchauffement climatique. Politika Presseurop 16/11/13


Échange de données automatiques. Le Premier ministre du Liechtenstein a annoncé que la Principauté signera la semaine prochaine un accord multilatéral sur l’assistance administrative en matière de fiscalité. Volksblatt Presseurop 15/11/13.


Aucun des budgets examinés par la CE n’a été invalidé. Mais seules Allemagne et Estonie s’en tirent avec les félicitations. Dans la catégorie «conforme, mais sans marge», France, Pays-Bas (?) et Slovénie. Un cran en-dessous, avec des points à revoir, Belgique, Autriche et Pays-Bas (?). Enfin, 4 pays présentent des «risques de non-conformité» aux objectifs : Italie, Espagne, Finlande et Malte.
La CE va proposer d’ouvrir une procédure de déficit excessif contre la Croatie, tout juste entrée dans l’Union et qui a enregistré en 2012 un déficit public de 5 %. «D’après les plans de son gouvernement et les prévisions d’automne de la CE, explique Bruxelles, il devrait rester très au-dessus du seuil de 3 % au cours de la période 2013-2015, tandis que la dette publique devrait dépasser 60 % en 2014.» La décision d’enclencher ou non la procédure sera prise par le Conseil des ministres des Finances de l’UE. Libération 16-17/11/13.


Allemagne : La crise de confiance n'a jamais été si grande entre « ceux d'en haut », les dirigeants politiques à la conquête des ministères, et « ceux d'en bas », (au SPD, parti social-démocrate). Une véritable « fracture culturelle » s'est installée entre la direction et son électorat. Le parti n'est plus considéré comme le représentant des défavorisés, des petites gens. Une défiance qui ne s’effacera que si la base du parti se sent à nouveau maîtresse de ses choix. D’où la décision révolutionnaire de soumettre le résultat final des négociations avec la CDU/CSU (chrétiens démocrates) au vote des 473000 adhérentsi et non à un congrès. http://www.michel-verrier.com/index.php/post/2013/11/15/Congr%C3%A8s-du-SPD%3A-en-attendant-la-grande-coalition


Le dernier Eurobaromètre, 21-23 octobre, montre que le projet européen est encore important pour les Français. Pour 73% d'entre eux "la construction européenne permet de garantir la paix sur le continent", pour 63%, elle "nous rend plus forts face au reste du monde". Enfin, 50% pensent que l'UE contribue à la prospérité de l'Hexagone (ce qui est par contre faux pour 47% des gens).
L'UE ne doit pas être démantelée : plus de trois quart des Français souhaitent que l'Europe soit plus active en 2020. 75% d'entre eux prônent un "véritable gouvernement économique européen" d'ici 7 ans, tandis que pour 89% d'entre eux, l'UE devra s'occuper davantage de l'éducation, de la formation et de la recherche. Près de 9 Français sur 10 souhaitent que les 28 politiques migratoires soient davantage coordonnées en 2020.
Enfin, les européennes de 2014 intéressent près de 59% des Français. Les interviewés souhaitent que les hommes politiques (68%) et les médias (70%) parlent davantage de l'UE et indiquent qu'une personnalisation des élections (avec le choix du futur Président de la CE) les inciterait davantage à participer au scrutin (59%). Toute l'Europe 15/11/13.


Un taux horaire minimal devrait être introduit en Pologne afin d’aider des millions de personnes qui travaillent dans des conditions qui sont une “violation de la dignité humaine”.En Pologne, des employeurs proposent des jobs “attractifs”, payés à peine 0,50 euros l'heure. Les employeurs polonais préfèrent payer des gens au taux horaire afin de se soustraire à la législation sur le salaire minimum qui est actuellement de 400 euros. Selon les estimations du ministère du Travail plus de 900 000 personnes, notamment des étudiants et des chômeurs de longue durée, sont employés au taux horaire et ne sont pas ainsi protégées par la législation régissant le marché du travail. Gazeta Wyborcza presseurop 18/11/13.



 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 14:50

 

decembre-2012-janvier-2013-016.JPG

La Commission européenne (CE) va proposer d’ouvrir une procédure de déficit excessif contre la Croatie qui a enregistré en 2012 un déficit public de 5 %. «D’après les plans de son gouvernement et les prévisions d’automne de la CE, explique Bruxelles, il devrait rester très au-dessus du seuil de 3 % au cours de la période 2013-2015, tandis que la dette publique devrait dépasser 60 % en 2014.» La décision sera prise par le Conseil des ministres des Finances de l’UE (Libération16-17/11/13).

 

decembre-2012-janvier-2013-051.JPG

Cela pose, une fois de plus, la question du sérieux des institutions européennes, CE, Parlement européen (PE) et Conseil européen confondus. En effet, les négociations avec la Croatie se sont déroulées de 2005 à2011. Le PE a donné son accordau Traité d'adhésion signé lors du Conseil européen de décembre 2011. En janvier 2012, la population croate s'est prononcée favorablement à cette adhésion par 67% des suffrages exprimés et, finalement, le 27 mars 2013, la CE a autorisé l'entrée de la Croatiedans l'UE le 1er juillet 2013, considérant que le pays a respecté l'ensemble de ses engagements, même si des efforts restent à faire notamment dans le domaine de la corruption.http://www.touteleurope.eu/les-etats-membres/donnees-de-base-sur-les-etats-membres/detail-pays/croatie.html

decembre-2012-janvier-2013-043.JPG

Il a fallu 6 à 8 ans pour que les institutions jugent que la Croatie pouvait adhérer et 5 à 8 mois pour proposer d'ouvrir une procédure de déficit excessif !

Pourtant, il était connu que la Croatie était en récession depuis 2009 que le PIB croate se situait 39 % en dessous de la moyenne européenne, seules la Roumanieet la Bulgariese plaçant derrière Zagreb, selon l'office des statistiques de l'UE (Le Monde 01/07/13) Le déficit budgétaire était déjà de 5,1% pour 2010 et de 5,2% pour 2011 (Coface) sans cependant arrêter la CE. Le critère d'un déficit de moins de 3% n'était donc pas rempli à l'époque, il dépassait déjà les 5% constatés, aujourd'hui avec inquiétude, par la CE et il n'y avait guère plus d'amélioration en vue qu'aujourd'hui.

 

Concernant la corruption, des efforts sont à faire : en effet, d'après l'OFCE, la Banque mondiale place la Croatie « en 84e position (sur 185 pays)... derrière l’ensemble des 27 pays de l’UE... La Croatie a présenté des flux financiers illicites de l’ordre de 300 dollars par habitant par an en moyenne au cours de la dernière décennie. Parmi les pays émergents membres de l’UE pour lesquels nous disposons de données, c’est le montant par habitant le plus élevé, notamment plus du double de celui enregistré pour la Bulgarie ou la Hongrie.» 
«
Dès lors, on peut s’étonner que l’UE n’ait pas tiré les leçons des cas roumain et bulgare. En d’autres termes, pourquoi les instances européennes ont-elles autorisé l’adhésion de la Croatie avant qu’elle n’ait effectivement résolu son problème de corruption ?», http://geopolis.francetvinfo.fr/plombee-par-la-crise-la-croatie-devient-le-28e-pays-de-lue-18345

Le journal allemand Bild ne se pose pas la question et conclut «Des dettes, de la corruption et un fort taux de chômage, voilà ce qu'est la Croatie comme la prochaine Grèce qui engloutira les milliards de Berlin».

Bild n'a probablement pas tort sauf que le budget allemand ne sera pas le seul à payer et qu'il ne faut pas oublier les mesures qui toucheront le peuple croate.


A l'occasion de la crise, tout le monde a reconnu que certaines adhésions à l'UE avaient été acceptées en
« oubliant »les critères économiques et financiers, d'où les conséquences que l'on sait en Grèce et à Chypre par exemple. On pouvait penser que la leçon avait été comprise et que les mêmes « erreurs » ne seraient pas renouvelées pour les adhésions suivantes.

C'est aujourd'hui le tour de la Croatie . Voilà que, aussitôt entrée joyeusement dans l'UE, elle est menacée d'une enquête. On peut comprendre que le peuple croate ait voulu, à une large majorité par référendum, adhérer à l'UE : après des années de dictature, après les difficultés dues à a dissolution de la Yougoslavie, après l'aide apportée par l'UE à la démocratisation et à la reconstruction, après la stabilisation des frontières (avec l'Italie et la Slovénie)...

Si la CE a fermé les yeux et mis un bandeau sur ceux du peuple croate, pour l'adhésion, le résultat acquis, il ne lui a fallu que quelques mois pour qu'elle brandisse le fouet. Demandera-t-on par référendum, au peuple croate, s'il accepte d'appliquer la politique que la CE ne manquera pas de lui conseiller dans quelques mois ? Peut -être sera-t-il alors mieux informé de ce que veut dire adhésion ou non à l'UE.


decembre-2012-janvier-2013-039.JPG


Comme il n'est pas possible de penser que la CE, le PE, le Conseil européen soient ignorants ou inconscients, il faut se poser la question du pourquoi de ces décisions apparemment contradictoires, prises avec la complicité des gouvernants croates.

Pour le gouvernement croate, les choses sont assez claires. Comme la plupart des gouvernements, il pourra attribuer à l'UE la responsabilité de mesures qu'il pensait devoir prendre, quoi qu'il arrive, et qu’il ne voulait pas assumer directement.

Quant à l'UE, elle est lancée depuis longtemps dans une suite d'élargissements, plus ou moins justifiés, qui la rendent politiquement ingouvernable, sauf par le forces économiques et financières. Qui ainsi élargissent leur emprise.

 

 

decembre-2012-janvier-2013-050.JPG

Photos de Dubrovnik qui a été reconstruite avec l'aide financière de l'Union européenne.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 23:18

 

 

 

Les États-Unis et l'Allemagne vont conclure un accord où ils s'engagent mutuellement à ne pas s'espionner. Une délégation de la chancellerie allemande et de hauts responsables américains qui se sont rencontrés en milieu de semaine à la Maison Blanche ont convenu de passer un tel accord . Frankfurter Allegmeine Sonntagszeitung 03/11/13.


"Quand un petit est humilié par un grand, le petit ne devrait pas prier le grand de bien vouloir arrêter de l'humilier. Les terroristes ont un argument de poids contre les États-Unis. L'Iran a un argument de poids, il peut menacer Israël. La Chine a un argument de poids, elle détient des devises. L'Europe pour sa part est gentille et inoffensive ; elle n'ose pas. … Il existe de véritables mesures : la création d'une zone de libre-échange avec la Russie, la Chine ou avec le Mercosur, l'Union douanière sud-américaine, ou encore l'imposition de droits de douane sur les exportations américaines. » Der Spiegel 04/11/13 eurotopics



Le PIB de la Pologne en 2013 sera de 19,7% plus élevé en termes réels par rapport à 2007, l’année qui a précédé le début de la crise financière mondiale. “Du fait que nous ne sommes jamais tombés en récession, nous sommes parmi les premiers au sein de l’UE” alors que pour 15 des 28 pays de l’UE, le PIB sera plus bas en 2013 qu’en 2007. L’Union européenne est en train de sortir de la récession, mais il faudra des années pour “compenser les pertes”. Il est surprenant que Danemark, Finlande et Pays-Bas soient encore dans le rouge, alors que la crise y a eu un impact modéré et que les marchés financiers jugent [leurs économies] crédibles. Dziennik Gazeta Prawna presseurop 04/11/13.


A l'occasion de son congrès annuel, le patronat britannique a vigoureusement plaidé en faveur du maintien du Royaume-Uni dans une Union européenne réformée, soulignant les avantages économiques de l'adhésion alors que le gouvernement a promis un référendum sur la question d'ici 2017 [Le Monde]. Toute l'Europe 04/11/13.


Le projet d'accord de libre-échange entre l'Union européenne et les États-Unis pourrait saper les droits des citoyens européens, notamment la possibilité pour les investisseurs d'attaquer en justice les États : "Cela autoriserait un panel confidentiel d'avocats d'affaires à dominer la volonté parlementaire et à détruire nos protections légales. Les règles destinées à préserver les investisseurs pourraient anéantir les efforts visant à protéger le NHS [le système de santé britannique] des atteintes de l'économie, à réguler les banques, à brider la cupidité des groupes énergétiques, à renationaliser le rail, à renoncer à l'exploitation des carburants fossiles. Ces régulations empêchent de choisir des alternatives démocratiques et criminalisent toute politique de gauche". The guardian eurotopics 04/11/13


A la demande des créanciers internationaux, le gouvernement grec a adopté la mesure controversée qui autorise l'ouverture des magasins le dimanche. To vima on line eurotopics 04/11/13


L’exploitation des travailleurs d’Europe centrale et orientale ne concerne pas que les champs de tulipe : dans les services aussi, on trouve des Tchèques ou des Polonais sous-payés, mal logés et travaillant jusqu'à 20 heures par jour avec des contrats douteux. Trouw Presseurop 05/11/13.

Rem :Lors du référendum de 2005, les partisans du « oui » parlaient des fantasmes du plombier polonais. Aujourd'hui, c'est un cauchemar pour les Hollandais comme pour les Bretons.



Drapeau de la Bosnie-HerzégovineDiminution de la population de la Bosnie-Herzégovine de 13% par rapport à celle d’avant la guerre des années 90. Libération 05/11/13.


Six années de récession ont fait exploser le chômage au niveau record de 27%, mais la croissance doit revenir l’an prochain, puisque Athènes, comme Bruxelles, prévoient une progression de 0,6% de l’activité économique. Libération 05/11/13


L’Allemagne pourrait bientôt faire l’objet d’une enquête spéciale de la Commission européenne en raison du surplus de ses comptes courants. Cet indicateur, qui reflète la balance commerciale d’un pays, ne doit pas dépasser 6% du PIB. Or depuis 2007, les comptes courants de l’Allemagne sont en constant dépassement. la Frankfurter Allgemeine Zeitung remarque de son côté, “les critiques de l’excédent commercial allemand reprochent à l’Allemagne de se procurer des avantages concurrentiel en maintenant des salaires bas, ce qui chasse les entreprises d’autres États des marchés ». Die Welt presseurop 06/11/13.

Les chiffres de l'Union européenne sont clairs : 95% des stocks de poisson de la Méditerranée sont menacés par la surpêche et il ne sera plus possible de les reconstituer si la pêche n’est pas réduite de 45 à 50% dans les cinq prochaines années. La Repubblica presseurop 06/11/13.

SerbieLa Serbie cède à la force d’attraction européenne. Belgrade entame les négociations d’adhésion à l’UE et essaye de tourner la page des années Milosevic, notamment en se rapprochant du Kosovo. Libération 06/11/13.

Consommation d'alcool par personne et par an : Polonais 9,5, Français 10,7 l, Slovaque 10,8 l, Allemand 12 l, Tchèque 12,4 l. Gazeta Wyborcza Courrier international 7-13/11/13.


L'Allemagne est devenue la plaque tournante du trafic des femmes en Europe. Le trafic et la prostitution sont indissociables. 65 à 80%des « travailleuses du sexe » ont afflué de l'étranger sous la contrainte ou pour cause de pauvreté. Emma, Courrier international 7-13/11/13.


C'est la quatrième de l'année. Perturbation des transports publics, fermeture des écoles, liaisons maritimes non assurées, la Grèce est à nouveau paralysée par un mouvement social de 24 heures. Toute l'Europe 06/11/13.


Publié par l'ONG Tax Justice Network, un rapport sur l’opacité financière dans 82 pays montre que les États européens sont loin d’être champions dans la lutte contre les paradis fiscaux. La Grande-Bretagne est particulièrement épinglée, tandis que la France fait son entrée dans le classement à la 43e place [Les Echos]. Toute l'Europe 06/11/13.


Contre toute attente, la BCE a abaissé son principal taux directeur à 0,25 pour cent. Un nouveau plus bas historique. Si les commentateurs estiment que cette mesure sera favorable à la reprise en Europe, ils craignent cependant que la BCE ne soit bientôt à court de munitions. Eurotopics 08/11/13.


UkraineL’Ukraine et l’Union européenne doivent signer le 28 novembre prochain, à l’occasion du sommet du Partenariat oriental à Vilnius, un accord d’association. Le courrier de Russie 08/11/13.


Le Conseil et le PE ont trouvé un accord sur le budget 2014, ouvrant la voie à l'adoption du budget pluriannuel de l'UE 2014-2020. Cela équivaut à une baisse de près de 5% des dépenses par rapport au budget 2013. Tous les services de l’UE, à l’exception de l’administration, devront subir des coupes, notamment les fonds de cohésion, dont les fonds structurels versés aux pays les plus frappés par la crise, qui se verront amputés de presque 7 milliards d’euros. Les Etats membres devront remettre au pot pour permettre au fond de solidarité de débloquer les 400,5 millions de compensation promis aux régions d’Autriche, de République tchèque, d’Allemagne et de Roumanie, touchées par les violentes inondations du printemps dernier. L’accord doit encore être approuvé par le Parlement en plénière qui se tiendra à Strasbourg, les 19 et 20 novembre prochains. Presseurop 12/11/13.


TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT 

 

Merkel ne sera plus surveillée, accord des États-Unis. Les entreprises et autres chefs de gouvernement ? L'UE quel numéro ? Chacun pour soi. 03/11/13.


Hier, pour les « ouistes », le plombier polonais était un fantasme de « noniste ». Aujourd'hui, c'est un cauchemar, pas seulement pour le Bretons ! 05/11/13.

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 22:14

 

Albert Camus écrit son premier roman, La mort heureuse, entre 1936 et 1938 mais ne le termine pas. Le livre en l'état n'était donc pas destiné à être publié car Camus n'en était pas satisfait. A la lecture, on comprend pourquoi : le lecteur pourra trouver ce livre non abouti avec des maladresses, des répétitions et même des incorrections qui auraient pu être corrigées à la relecture avant publication. Cependant, nombreux seront ceux qui seront enchantés de voir un auteur qui se cherche et qui cherche son langage poétique - une poésie «fauve ? ».

 

Camus a abandonné ce livre pour se mettre au travail sur L’Étranger. Ceux qui lisent La mort heureuse après L’Étranger, retrouvent le nom de quelques personnages (Meursault, dans L’Étranger, s'appelle ici Mersault, Céleste le restaurateur) ou la description de certaines situations : l'observation de la rue depuis le balcon, la course pour monter sur un camion qui passe...

Des passages rappellent la vie de l'auteur : la pauvreté, la tuberculose, la cigarette, le voyage en Europe centrale, la place de la mère... Le lecteur ne s'étonnera pas de l'absence, comme dans d'autres livres de Camus, des Algériens qui n'apparaissent que dans le décor sous forme « d'acrobates arabes », « d'arabes montés sur des ânes » ou de « Mina la Mauresque (qui) n'est pas venue ce matin ayant perdu son père pour la troisième fois dans l'année ». Le petit peuple des livres « littéraires » de Camus est d'origine européenne, française ou espagnole.

 

Le roman commence par le meurtre de Zagreus. On peut penser à un crime crapuleux puisque Mersault y gagne une forte somme d'argent qui lui assure un avenir sans problèmes financiers. Mais il s'agit surtout d'une mort « consentie » par Zagreus - deux fois né - symbole de la mort de la végétation en hiver et de sa renaissance au printemps qui met à la disposition de Mersault le revolver, l'argent, l'alibi et même, à travers des confidences sur son passé, quelques bonnes raisons et incitations.

« À vingt-cinq ans, j'ai commencé ma fortune. Je n'ai pas reculé devant l'escroquerie. Je n'aurais reculé devant rien. En quelques années, j'avais réalisé toute ma fortune liquide... Le monde s'ouvrait à moi... La vie que je rêvais dans la solitude et l'ardeur... La vie que j'aurais eue, Mersault, sans l'accident. » Car un accident a privé Zagreus de ses deux jambes et lui a enlevé tout espoir de réaliser ses rêves.

« Les jours où il sentait trop la tragédie qui l'avait privé de sa vie, il posait devant lui cette lettre, qu'il n'avait pas datée, et qui faisait part de son désir de mourir. Puis il posait l'arme sur la table... Il léchait le canon de l'arme, y introduisait sa langue et râlait enfin d'un bonheur impossible. » « Bien sûr, j'ai raté ma vie. Mais j'avais raison alors : tout pour le bonheur, contre le monde qui nous entoure de sa bêtise et de sa violence... Avoir de l'argent, c'est se libérer de l'argent ».

« Ne prenez au tragique que le bonheur. Pensez-y bien, Mersault, vous avez un cœur pur. Pensez-y... Et vous avez aussi deux jambes, ce qui ne gâte rien. »

Mort consentie que Zagreus reçoit les yeux ouverts avec seulement une larme, sur l'échec de sa vie. Passage de relais ? Marthe avait eu Zagreus comme premier amant, avant Mersault... et tous deux l'appelaient «apparence».

 

Ce meurtre maquillé en suicide donne à Mersault l'argent nécessaire, donc le temps pour avancer vers le bonheur, sérénité suprême à laquelle il parviendra dans sa maison au pied du Chenoua, face à la mer, proche de Tipaza, en harmonie totale avec la nature, les yeux ouverts.

 

Auparavant, Mersault part pour un long voyage, à la recherche d'une difficile solitude. Ce voyage, dans la grisaille de la froide Europe centrale, est aussi un voyage utile pour «blanchir» cette fortune soudaine et ainsi vivre à son retour, sans travailler dans un bureau huit heures par jour. Cette fortune va lui permettre d'acheter du temps - « tout s'achète » – pour arriver au bonheur qui n'était pas permis au petit employé.

Mersault a désormais le temps, la liberté, la possibilité de se départir de ce qu'il est ou a été, de « ces lèvres que j'ai baisées, (de) l'enfant pauvre que j'ai été, (de) la folie de vie et d'ambition qui m'emporte à certains moments ». Il peut creuser sa solitude vers le bonheur dans l'Algérie ensoleillée pleine de senteurs et de couleurs, devant le ciel et la mer. S'arracher à ce qui a été sa vie jusque là. Aux amis du petit employé d'Alger, aux femmes qu'il a « aimées », peut-être encore plus aux femmes qui pourraient l'aimer et l'empêcher d'aller vers le bonheur qu'il a choisi. Lui qui aimait les femmes, les belles femmes, a pris conscience que le vrai bonheur ne pouvait naître que « du patient abandon de lui-même qu'il avait poursuivi et atteint avec l'aide de ce monde chaleureux qui le niait sans colère»

 

Il doit même fuir « La maison devant le monde », « tout entière ouverte sur le paysage, elle était comme une nacelle suspendue dans le ciel éclatant au-dessus de la danse colorée du monde ». Mais où ce monde merveilleux n'est qu'un spectacle partagé avec ses amies, potentiellement dangereuses pour le but qu'il s'est fixé. Il doit aller plus loin, plus seul, pour être non pas devant la beauté de la nature mais pour plonger en elle comme dans la mer. Être absorbé par elle.

 

« Changer la vie, oui, mais non le monde dont je faisais ma divinité. » dit Camus dans la préface de l'Envers et l'endroit. Car, fondamentalement, l'homme, Mersault est libre. Ce que Camus montre par la construction du roman, comme Sartre dans son théâtre où le fait initial trouve son sens dans le dénouement. La Mort heureuse commence par un meurtre dont le sens n’apparaît que secondairement.

 

L'homme est libre quelle que soit sa situation. Et peut accéder au bonheur. Si les riches ont peu à faire pour le trouver : « Il suffit de reprendre le destin de tous... avec la volonté du bonheur ». Les pauvres doivent se libérer de la pauvreté : « Cette malédiction sordide et révoltante selon laquelle les pauvres finissent dans la misère la vie qu'ils ont commencée dans la misère ». Sauf à se révolter.

 

C'est cette liberté, cette possibilité de révolte que nient, inconsciemment, ses amis : « On le jugeait selon ce qu'il avait été. Comme un chien ne change pas de caractère, les hommes sont des chiens pour l'homme.» Et le regard, la contrainte des amantes qu'il refuse : « L'amour qu'on me porte ne m'oblige à rien. »

 

Et l’aventure de Mersault commence quand il décide de sortir de sa condition, employé à l'avenir tout tracé, de se libérer de la pauvreté. C'est possible pour tous car chacun est responsable de ses choix : « On ne naît pas fort, faible ou volontaire. On devient fort, on devient lucide». Formule qui vient de l'antiquité par Érasme mais qui connaîtra une certaine notoriété avec Simone de Beauvoir.

 

Mersault a-t-il été heureux dans sa vie ? Peut-être un bonheur dans la pauvreté partagée avec sa mère : « La pauvreté près de sa mère avait une douceur. Lorsqu'ils se retrouvaient le soir et mangeaient en silence autour de la lampe à pétrole, il y avait un bonheur secret dans cette simplicité et ce retranchement.» Mais « la pauvreté dans la solitude était une affreuse misère
Jusque là, « il avait joué à vouloir être heureux. Jamais il ne l'avait voulu d'une volonté consciente et délibérée. Jamais jusqu'au jour... Et à partir de ce moment, à cause d'un seul geste calculé en toute lucidité, sa vie avait changé, et le bonheur lui semblait possible. Sans doute, il avait enfanté dans les douleurs cet être neuf ».

 

«Vous serez seul un jour» avait dit Zagreus. Seul, même avec celle qu'il a épousée, qu'il n'aime pas et pour laquelle il a de l'amitié comme il a de « l'amitié pour la nuit ». Qu'il regarde « du même regard et avec le même désir » que pour la terre. Tendu vers un bonheur dont il n'est pas certain : « Il faut que je le (heureux) sois. Avec cette nuit, cette mer et cette nuque sous mes doigts. »

 

Dans le roman, il y a deux morts, celle de Zagreus, celle de Mersault, laquelle est heureuse ?


Tous deux étaient pauvres. Tous deux, au même âge, prêts à tout pour échapper à cette pauvreté. Sans problème moral. Sans scrupule. L'un a été escroc. L'autre tue. Sans remord. Ce qui en fait des hommes libres de toute préoccupation matérielle. Disponibles pour la seule chose qui compte à leurs yeux, la recherche du bonheur.
Zagreus reconnaît que sa vie a été un échec. Par ses jambes perdues, malgré l'argent accumulé. Il lui reste un fort attachement à une vie désormais sans espoir de bonheur.
En brisant ce lien à la vie, en consentant à mourir, il donne à Mersault la possibilité de réussir là où lui a échoué. Il a raté sa vie mais d'une certaine façon, par son « sacrifice », il lui redonne un sens et réussit sa mort. Zagreus – deux fois né - renaît dans son frère, son semblable, dans le désir de solitude et de bonheur. Mais pour autant, sa mort est-elle heureuse ?

 

Mersault va cultiver la solitude. Il n'est pas fait pour l'amour. Il refuse l'amour. Les liens qui nuisent à la solitude. Il va les rompre, tour à tour. Tous. Avec Marthe, avec Catherine qu'il pourrait aimer, et les filles de « la maison du bonheur ». Avec ses anciens amis qui l'enferment dans le rôle immuable du petit employé. Il a des liens amicaux avec Bernard, le médecin, mais il le maintient à distance, ne le met pas dans la confidence... Il renonce même « aux belles femmes » qu'il n'estime guère mais auxquelles il est lié par la sensualité. Il se coupe de toute relation humaine. Pour entrer en communion avec la nature, les odeurs, les couleurs, la mer, le soleil.

Par les choix qu'il a faits, a-t-il trouvé le bonheur plus que Zagreus ? Quand il fait le bilan, Mersault pense sa vie, et sa mort, réussies. Parce que de tous les hommes qu'il aurait pu être, il a maintenu jusqu'au bout celui qu'il avait choisi d'être et c'est le visage de Zagreux qui apparaît, « dans sa fraternité sanglante. Celui qui avait donné la mort allait mourir. Et comme alors pour Zagreus, le regard lucide qu'il tenait sur sa vie était celui d'un homme. Jusqu'ici il avait vécu. Maintenant on pourrait parler de sa vie. De tous les hommes qu'il avait portés en lui comme chacun au commencement de cette vie, de ces êtres divers qui mêlaient leurs racines sans se confondre, il savait maintenant lequel il avait été : et ce choix que dans l'homme crée le destin il l'avait fait dans la conscience et le courage. Là était tout son bonheur de vivre et de mourir ». « Et dans l'immobilité même de Zagreus en face de la mort, il retrouvait l'image secrète et dure de sa propre vie... avec elle cette certitude exaltante qu'il avait de maintenir sa conscience jusqu'au bout et de mourir les yeux ouverts ».

 

* Publié en 1971

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Note de lecture
commenter cet article
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 20:28

 

POUR LA PREMIÈRE FOIS, DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES ?

 

 

Des élections européennes pour la première fois en 2014, grâce aux « populistes » et autres « européosceptiques » ? C'est ce que pense Enrico Letta, Premier ministre italien, dans un entretien à la presse européenne (Le Monde 02/11/13).

En effet, depuis quelque temps, nombreux sont ceux qui s'inquiètent du résultat des prochaines élections européennes qui pourraient donner « le Parlement le plus eurosceptique ou antieuropéen de l'histoire des institutions européennes ». Pour E.Letta, cela va obliger à faire enfin une campagne européenne ! Et pour lui, « d'une façon paradoxale, c'est une victoire de l'Europe ».

« Cela ne veut pas dire plus d'Europe (prudence) mais une Europe dotée de règles enfin efficaces (aveu ?). C'est le seul moyen de gagner ». L'Europe, ce n'est pas seulement la finance et les services, « l'Europe doit avoir une politique industrielle » (E.Letta).

 

Mais le Premier ministre italien s'arrête en chemin. Ce qui l'inquiète, c'est la présence nombreuse d'eurosceptiques et de populistes au Parlement européen (PE). Il oublie que populistes ou non, les parlementaires européens ne représentent qu'une minorité des citoyens de l'Union européenne (UE). La majorité n'a pas participé aux dernières élections de 2009 ! En sera-t-il de même en 2014 ?

Pire, il se dit favorable à une politique industrielle européenne et ne souffle pas un mot de la nécessaire Europe sociale promise, sans grand effet, depuis fort longtemps. Les voix populistes semblent plus inquiétantes que les voix de la misère.

 

En 1970, Kissinger aurait posé la question « l'Europe, quel numéro de téléphone ? » Il faut croire que peu de progrès ont été faits depuis, puisque E.Letta pense qu'à la question « Qui dirige l'Europe ? » personne n'est capable de répondre précisément.

C'est probablement pour apporter une réponse plus claire à cette question que le président du Parlement, Martin Schulz, a commencé sa campagne électorale en revendiquant le poste de président de la Commission européenne (CE) pour le candidat du parti vainqueur lors des prochaines élections. Membre du SPD allemand, il espère avoir ce poste,en cas de victoire de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au PE. Ce qui est, bien sûr, loin d'être acquis. Pour El País, cette candidature «marque le début d’une rénovation des institutions ».
Car la course est lancée. Les Verts/Alliance libre européenne doivent désigner leur candidat à ce poste, José Bové pourrait se présenter en binôme avec une Allemande des Grünen. Le Groupe Alliance des démocrates et des libéraux hésiterait entre Olli Rehn et Guy Verhofstdt. Pour la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique, il est question du Grec, Alexis Tsipras. Et pour le Parti populaire européen (PPE), il est question de Michel Barnier et peut-être aussi de Viviane Reding.

 

Pour le PPE, les choses sont plus compliquées, parce que tout le monde n'approuve pas cette évolution institutionnelle qui n'est d'ailleurs pas totalement conforme aux traités. Certes le PE doit élire le président de la CE, en tenant compte des résultats des élections européennes, mais c'est le Conseil européen (chefs d’État et de gouvernement) qui propose des candidats. Le PPE hésite et ne se décidera que plus tard.

Il s'agit donc de savoir si le PE sera capable de forcer la main aux chefs d’État et de gouvernement, ce qui serait un petit coup d'état vers plus de démocratie. Qui ne leur plaira pas car ils ont le pouvoir actuellement. Et Angela Merkel serait plus favorable à Martin Schulz, un Allemand, fût-il membre du SPD qu'à d'autres, fussent-ils du PPE...

 

Il ne fait pas de doute que la bataille sera rude. Mais il serait positif qu'elle se déroulât sur la place publique au moment des élections. Il serait tout aussi positif que les partis fassent une campagne sur « quelle politique pour l'Union européenne » et pas seulement au niveau institutionnel. Car si, de Kissinger à Letta, on se demande qui commande en Europe, on connaît bien au profit de qui. Mais comme dirait Rudyard Kipling, ceci est une autre histoire. Il faut espérer qu'elle soit abordée pendant la campagne.

 

NB :; Lors de son prochain voyage en Allemagne, E.Letta se propose de rappeler, fort opportunément « aux Allemands qu'ils ne sont pas les seuls à participer au sauvetage de l'euro... L'Italie participe au fonds de sauvetage à hauteur de 18% soit 50 milliards d'euros, l'Allemagne pour 27% et la France 20%... »

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 09:08

 

22% des Européens n'avaient jamais utilisé Internet en 2012. Un chiffre étonnant pour des millions de citoyens connectés mais surtout révélateur d'une réalité : l'Europe peine encore à entrer dans l'ère du numérique. Un défi pour les institutions européennes, qui ont décidé, sous l'impulsion de la CE, de mettre en œuvre une grande stratégie numérique européenne. Toute l'Europe 15/10/13


20 pays européens sur 39 ont mis en place un système de bourses au mérite mais les bourses sur critères sociaux restent les plus répandues. Pays attribuant les bourses sur critères sociaux les plus généreuses : Danemark, Irlande, Espagne, Italie, Autriche, Portugal, Finlande, Pays de Galles, Royaume-Uni et Suisse. Enfin, en Allemagne, en Norvège et au Liechtenstein, il existe un système de prêts et de bourses combinés, où une partie de la somme attribuée doit être remboursée ultérieurement. N’appliquent aucun frais de scolarité dans l’enseignement supérieur : Danemark, Finlande, Suède et Norvège. Les frais de scolarité peuvent atteindre, en premier cycle, plus de 5 000 euros par an : Estonie, Irlande, Lituanie, Hongrie, Slovénie, Royaume-Uni et Turquie. Le Figaro 23/10/13.

 

Le ministre grec de finances a affirmé que la Grèce refuserait un nouveau plan de soutien s'il est accompagné de nouvelles mesures d'austérité. L'endettement public grec, malgré les aides, continue d'augmenter : 157% du PIB. Le Monde 22/10/13.


La CE n'intervient pas lorsque le chômage dépasse un certain plafond mais uniquement en cas de déficit budgétaire voire, dans le cas du pacte de compétitivité, d'âge trop bas de départ à la retraite. Ces deux aspects sont justifiés, mais il existe d'autres problèmes. L'Europe doit devenir une union sociale compétitive, tout autre chose serait se leurrer.Wiener Zeirung eurotopics 24/10/13.


Selon l'agence européenne pour l'environnement, aucun pays de l'UE n'atteindra les objectifs fixés pour 2020 en matière d'énergie verte et d'émissions de CO2. Alors que certains estiment que la barre avait été placée trop haut, d'autre affirment que des progrès même limités constituent déjà un pas en avant. Il Sole 24 Ore Europolitics 24/10/13.


D'après les statistiques de la Banque d'Espagne, l'Espagne est sortie techniquement de la récession, le PIB ayant enregistré une augmentation de 0,1% au troisième trimestre 2013. La Vanguardia Europolitics 24/10/13.


Pour boucher ses trous, l'Etat espagnol, dont le déficit a atteint 70 milliards d'euros en 2012, brade immeubles, propriétés et autres forêts domaniales. Soit quelque 15 000 biens représentant le quart des possessions nationales. Le malheur des uns fait le patrimoine des autres. Lettre Alter éco 24/10/13.


Le champion de la parité (hommes-femmes) reste, comme les 5 années précédentes, l’Islande, toujours en tête devant la Finlande, la Norvège et la Suède. 
La situation en France estt loin d’être aussi brillante. La France, dans les premières places en matière d'accès à l'éducation et à la santé, chute dans le classement général à la 45e place..., en raison de ses mauvais résultats concernant l'égalité professionnelle et économique. Pire, la France rejoint la queue de peloton pour l’égalité salariale (129e rang sur 136 pays), juste avant la Mauritanie. Le Figaro.fr 25/10/13.


Angela Merkel a adressé une fin de non-recevoir aux partisans d’un rôle accru du PE dans le processus de nomination du prochain président de la CE. Elle a déclaré qu’elle ne voyait “aucune automaticité entre ceux qui seront les têtes de liste [aux élections de mai prochain,] ” et ceux qui occuperont les principaux postes de l’UE après 2014.
​“Le traité dit que [le résultat] doit être pris en compte. Et que le président de la CE sera approuvé par le PE, sur proposition [des dirigeants des Vingt-Huit] ”, a-t-elle ajouté. Sur un plan purement juridique, ses propos sont corrects.
Certains responsables politiques caressaient toutefois l’espoir que le prochain chef de l’exécutif européen serait issu du parti vainqueur du scrutin.
L’objectif de cette innovation est une personnalisation accrue de la campagne grâce à des figures bien identifiées pour chaque famille politique du PE afin de montrer aux citoyens que leur vote est pris en compte.
Mme Merkel est la première à dire ce qu’elle pense clairement. Mais, depuis plusieurs semaines, les grandes capitales, dont Paris, font comprendre qu’elles n'envisagent pas de se voir imposer des candidats qui ne seraient pas à leur goût . Contexte 28/10/13.

 

Le nombre de travailleurs portugais qui quittent le pays a atteint un nouveau record l’année dernière, avec le départ de 121 418 personnes – à comparer avec le dernier record enregistré en 1966 avec 120 000 départs (Institut national des statistiques). Ils partent, principalement en France, au Luxembourg, en Suisse, au Royaume-Uni et en Angola. L’exode de 1966 concernait majoritairement des ouvriers sans éducation supérieure. Les émigrants d’aujourd’hui sont de jeunes diplômés de l’éducation supérieure qui partent dans d’autres pays européens après avoir été formés aux frais du Portugal. Presseurop Diario de Noticias 30/10/13

 

L’écotaxe existe depuis 2005 en Allemagne, sans poser aucun problème ni aux entreprises, ni aux transporteurs… De 0,14 euros à 0,28 euros par kilomètre, la « LKW Maut » n’a pas asphyxié le transport routier, bien au contraire. L’autoroute A5 qui traverse le Baden-Würtemberg est élargie à deux fois trois voies, grâce aux recettes de cette écotaxe. Environ la moitié de cet argent est réinvesti dans les infrastructures routières. Un afflux de capitaux qui a notamment permis dans le land voisin du Bade-Wurtemberg d’élargir l’A5 de 4 à 6 voies, un chantier colossal mené depuis trois ans par Vinci… L’autre moitié du produit des redevances est investi dans le développement des infrastructures ferroviaires (35%) et dans le transport fluvial (15%). Pour les écologistes, cette taxe au kilomètre a tout bon, puisqu’elle pénalise le transport routier et favorise en retour les transports doux. Rue 89 31/10/13

 

L'endettement de la zone euro continue de se creuser. Et si ce n'était bientôt plus tenable ? L'endettement de la zone euro passe de 67,3% du PIB en janvier 2008 à 93,4% en juin 2013: Pour Chypre de 71,5% au 4ème trimestre 2011 à 98,3% au deuxième trimestre 2013, Portugal de 108,2 à 131,3 et Grèce de 170,3 à 169,1. Le Monde Sélection hebdomadaire 02/11/13.

 

 

La France est, avec l'Espagne, un des pays d'Europe où la pauvreté et les inégalités ont le plus progressé depuis cinq ans. Alors qu'au Royaume-Uni, par exemple, la pauvreté et les inégalités ont sensiblement reculé. Lettre Alter éco 31/10/13.


La France est derrière l'Espagne, un des pays où le taux de pauvreté a le plus augmenté entre 2008 et 2011, quasiment 3 fois plus que la moyenne de l'UE. Ce taux a sensiblement baissé dans des pays pourtant plus gravement touchés par la crise, comme l'Irlande, le RU, et le Portugal.

Il en va de même pour les inégalités : en moyenne, elles ne se sont pas accrues dans l'UE entre 2008 et 2011. Elles ont diminué un peu en Allemagne, au RU, en Belgique, aux PB. Elles ont augmenté davantage en France qu'en Grèce.

La forte hausse de la pauvreté et des inégalités depuis 2008 ne résulte pas tant de la crise que de l'amplification de ses effets par des politiques qui visaient alors à rendre le système fiscal moins redistributif et à faire la chasse à l'assistanat. Alter éco novembre 2013.


 

Les migrants érythréens, morts en essayant d'atteindre Lampedusa recevront la nationalité italienne a titre posthume. Cette mesure ne s'applique pas aux  255 survivants. Menacés d'expulsion, ils risquent une amende de 5 000 euros… Alter éco novembre 2013.

 

 

La forteresse européenne : en 2012, 473 centres de rétention en Europe et dans les pays méditerranéens, soit 150 de plus qu'en 2000. 570 600 étrangers passés par des centres de rétention dans l'UE. 252 785 personnes expulsées. Alter éco novembre 2013.


Chômage :  Les Pays-Bas et l’Allemagne affichent de loin les meilleurs résultats pour l’Europe, respectivement 5,3 % et 5,5 % de chômeurs selon l’OCDE (données 2012). A l’opposé, l’Espagne avec un taux de 25,1 % figure parmi les mauvais élèves, suivie de la Grèce (24,3 %), du Portugal (15,9 %) et de l’Irlande (14,7 %). La France se classe en-dessous de la moyenne de la zone euro (11,4 %) avec un taux de 10,3 %, mais fait moins bien que la plupart des pays européens comparables comme le Royaume-Uni (7,9 %), hormis l’Espagne et l’Italie (10,7 %). Observatoire des inégalités novembre 2013

 

 

Censée rapporter un milliard d’euros par an, l’écotaxe a été ajournée. Cette taxe vise à inciter les entreprises à choisir des modes de transport moins polluants. Votée au niveau européen, la directive européenne, Eurovignette, permet de faire payer aux utilisateurs les coûts induits de pollution, embouteillages et entretien des infrastructures. Ce texte, voté par le PE et le Conseil, doit être retranscrit dans les lois nationales. Une démarche qui a déjà été accomplie dans 6 pays européens : l’Autriche où la taxation des camions de plus de 3,5 tonnes est effective depuis 2004, l'Allemagne, 2005, pour les véhicules de plus de 12 tonnes qui circulent sur les autoroutes, la Slovaquie en 2010, la Pologne en 2011, la République tchèque 2012, le Portugal en 2013.
En Belgique, le gouvernement a décalé de 2013 à 2016 la mise en place du dispositif. Espagne et Italie se sont prononcées contre son application à l'ensemble de leur territoire. Pays. Benelux, Danemark, Suède utilisent l'eurovignette, droit d'usage journalier, hebdomadaire ou annuel du réseau routier national.
Entre réticences et particularismes donc, le chemin de l'alignement communautaire est encore long. Toute l'Europe 31/10/13.

 



TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT touit TOUIT 

 

Dépités de ne pas avoir été « écoutés «  par la NSA, un certain nombre de chefs d’État s’apprêtent à interpeller les États-Unis à l'ONU. 24/10/13.





Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 16:33

 

 

 

Marine Le Pen a (presque) réussi son coup. Le jour de la libération des 4 otages français, il a été plus question de ses déclarations à leur propos que de leur libération ! Que de la joie de leur retour pour eux-mêmes et leur famille. Que de l'unanimisme qui prévaut, habituellement, dans ces situations. Elle a même fait oublier la question rançon ou pas rançon qui pouvait être embarrassante pour le gouvernement.

Mais pourquoi presque ? Parce que Madame Le Pen a fait des déclarations dans la droite logique de Jean-Marie Le Pen ce qui lui a valu un recadrage rapide par Marine LP.

 

Jean-Marie Le Pen se posait aussi « un certain nombre de questions » sur l'existence des chambres à gaz, sur le nombre de victimes juives durant la seconde guerre mondiale... Contestant le nombre et le fait spécifique, qu'ils avaient été tués parce que juifs. Et rien d'autre. Clin d’œil à tous les négationnistes, à tous les antisémites, à tous les collaborateurs...


Marine Le Pen s'étonne beaucoup :
« Ces images me laissent dubitatives. J'ai trouvé ces images étonnantes, cette extrême réserve étonnante, leur habillement étonnant... une barbe taillée de manière étonnante... » Ainsi donc, des otages revenant de trois ans de captivité, dans le désert, devraient répondre immédiatement aux questions que se pose Marine Le Pen. Pas une parole de compassion. Ces « revenants » sont sommés de s'expliquer, non sur leur survie, sur ce qu'ils viennent de vivre, sur leur souffrance non, ils doivent répondre aux questions qu'elle se pose. Sur leurs vêtement, sur leur barbe...

Et le journaliste compréhensif, essaie de traduire la pensée de Marine Le Pen. « Pense-t-elle qu'ils ont été islamisés pendant la détention ? » Et les voilà transformés de victime en suspects. Séance tenante. Doit-on les soumettre à la question ? Avant qu'ils aient eu le temps de respirer ?

 

Seraient-ils victimes du syndrome de Stockholm, comme d'autres otages ont pu l'être, que la question ne serait pas plus d'actualité. Pour le moment, la question est de permettre à ces hommes de revenir à une vie normale si c'est possible. De se reconstruire. Quelles que soient les conséquences de cette longue captivité.
Mais Marine Le Pen a cédé à sa passion anti-musulmane au moment où seule la compassion avait sa place. Sa nature profonde a resurgi.

 

Ce que le père qui ne voulait pas le pouvoir pouvait dire pour mobiliser les extrêmes derrière lui, Marine Le Pen qui croit arriver un jour au pouvoir ne peut le faire. La situation, par sa volonté a changé. C'est le sens de la dédiabolisation qu'elle a entreprise.

 

Ce que Marine Le Pen, ses partisans peuvent penser ou dire en privé, ils ne peuvent le dire en public. C'est pourquoi elle se désolidarise de ses partisans quand ils prennent des positions trop évidemment racistes, contre les arabes, les musulmans ou les juifs. C'est pourquoi Marine a dû désavouer les propos indécents de Madame.Le Pen. Ces propos contre des otages français que les Français ne pouvaient entendre à ce moment là.

Jean-François Copé qui lui court après a bien compris cela. Bonne occasion pour lui de .se démarquer. C'était le pont trop loin à ne pas franchir.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche