Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 00:30

 

 La Palestine a été admise comme État observateur à l'Onu par 138 voix contre 9 (dont Israël et les États-Unis) et 41 abstentions.


Catherine Ashton, Haute Représentante de l'Union pour les affaires étrangères, était pour l'abstention.  En fait, l’Union a dispersé ses voix : 14 pour (Belgique, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie. Luxembourg, Portugal, Autriche, Chypre, Danemark, Malte, Suède), 1 contre (République tchèque) et 12 abstentions (Bulgarie, Estonie, Allemagne, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, RU).


Les divergences ne toucheront pas l'aide de l'UE (325 millions de dollars) à l’Autorité palestinienne, près de la moitié de l'aide budgétaire totale dont elle bénéficie (700 millions en 2012).

 

Pour punir la Palestine, les États-Unis ont menacé de ne pas débloquer les 200 millions de dollars d'aide si la résolution passait. Elle a été adoptée à une très large majorité.


De son coté, le gouvernement israélien a décidé d’autoriser l’implantation de 3 000 logements en Cisjordanie et à Jérusalem-est et de bloquer le transfert du produit des taxes et droits de douane qu'il perçoit pour le compte de l'Autorité palestinienne (92,7 millions d'euros) qui devaient être versés en décembre, sera retenu afin de rembourser une dette palestinienne à la compagnie nationale d'électricité.

 

Plusieurs États européens ont demandé à Israël de revoir cette décision. Paris, Londres, Stockholm, Copenhague et Madrid ont convoqué les ambassadeurs israéliens pour signifier leur désapprobation à ces mesures.

 

Les États-Unis ont aussi fortement regretté ces mesures. Ils n'ont pas menacé. Vont-ils bloquer leur aide à Israël si le gouvernement ne revient pas sur sa décision ? Les États-Unis n'ont qu'un seul bâton !

 

 



 

 :  "Le dernier plan d'aide pour la Grèce n'est que du bricolage", considère Die Welt qui parle de "sauvetage" et de "simple prolongation de la pagaille grecque".
Pour Die Welt, "la seule solution réaliste" consisterait à annuler une partie de la dette grecque au détriment de ses créanciers publics. Mais il faudrait pour cela attendre les élections allemandes de l'automne 2013. Arrêt sur image 27/11/12.

 


: PAC : L'Europe est en crise... parce qu'elle n'a plus d'argent. Des services publics fondamentaux sont supprimés (souvent de façon injuste et injustifiée) mais chaque année les propriétaires terriens reçoivent 50 milliards d'euros de subventions. On a rarement vu un si petit nombre obtenir tant d'aide d'un si grand nombre. 27/11/12 Guardian presseurop

 

 

: La zone euro et le FMI ont accouché dans la douleur dans la nuit du 26 au 27 novembre d'un accord pour réduire nettement la dette grecque et sur le versement d'une aide financière vitale pour un pays au bord de l'asphyxie.


L
es ministres des finances des 17 pays se sont entendus avec le FMI pour que la dette grecque soit ramenée à 124 % du PIB d'ici à 2020 contre un objectif de 120 % défendu par le FMI. Soit un allègement d'environ 40 milliards d'euros. Sans mesures nouvelles, elle aurait atteint 144 % du PIB en 2020, un niveau jugé insoutenable par le FMI.


La directrice générale du FMI, s'est félicitée de l'engagement des Européens à ramener sous 110 % du PIB d'ici à 2022 la dette grecque, ce qui facilitera le retour de la Grèce sur les marchés. Le Monde.fr 27/11/12.

 


: En 2010, les dépenses de protection sociale par habitant, exprimées en standards de pouvoir d'achat qui élimine les différences de niveaux de prix entre les pays, étaient près de 8 fois plus élevées au Luxembourg qu'en Bulgarie. Après le Luxembourg, les dépenses les plus élevées étaient aux Pays-Bas, au Danemark (plus de 40% au-dessus de la moyenne de l'UE27), suivis de l'Autriche, de l'Irlande et de la Suède (à 30% au-dessus de la moyenne). Les plus faibles dépenses par habitant se situaient en Bulgarie et en Roumanie où elles étaient inférieures à 30% de la moyenne de l'UE27. La France arrive en septième position ex-aequo avec l'Allemagne. http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/3-27112012-AP/FR/3-27112012-AP-FR.PDF

 


 : Les pays de la zone euro perdent rapidement de leur importance pour les entreprises exportatrices allemandes. Leur part est de 37,6 % pour les 9 premiers mois de 2012 (Focus). En 2011, elle était avec 39,7 % pour la 1ère fois au dessous des 40 %. Avant la crise 2008, elle s'élevait à 42,8 % et en 1991, au lendemain de la réunification elle représentait 51,6 %.

 


 : En 2011, le coût du travail horaire a augmenté de 3 % en Allemagne, soit plus que la moyenne en Europe, 2,7% (Berliner Zeitung). C'est la première fois depuis 2000, selon l'IMK, institut proche des syndicats, qui prévoie une hausse de 2,5 % en 2012 et 2013. Avec 30,1 euros de l'heure l'Allemagne est en 7ème position en Europe, la France 4ème (34,2 euros). La Belgique, première avec 39,3 euros, précède la Suède (39,1) et le Danemark (38,8 euros). Dans les pays en crise, la Grèce, l'Irlande, l'Espagne, l'Italie le coût de l'heure de travail va de 12 à 26,8 euros. L'IMK ajoute cotisations sociales patronales, formation et taxes considérées comme des coûts salariaux au salaire brut pour déterminer le coût du travail. Revue de la presse allemande 27/11/12.


: Un canadien atypique, à la tête de la Banque d'Angleterre... ancien de Goldman Sachs... Cette nomination risque de relancer la polémique sur le « gouvernement Sachs » au sein des sphères dirigeantes européennes. M.Draghi, président de la BCE, M.Monti, à la tête du gouvernent italien, A.Borges, responsable des privatisations au Portugal, sont eux aussi des « ex-Goldman boys ». Le Monde 28/11/12.

 


: Pour s'en sortir la Grèce a besoin d'un remède plus radical. L'accord du 27/11 pour éviter une faillite d'Athènes ne convainc pas.
Faire bénéficier l'Irlande et le Portugal des conditions octroyées à la Grèce alourdirait la facture de l'Eurozone .
Bruxelles pousse les États à accélérer les réformes. Des contrats négociés et signé avec les pays membres seraient assortis d'aide financières.
L'aide européenne aux banques ibérique a un prix : 10 000 suppressions de postes. Titres d'une page du Monde du 30/11/12.

 


 : Les dépenses de consommation des ménages français ont baissé de 02% en octobre. Elles ont été stable en septembre. Les ventes de détail ont baissé de 2,8% en octobre en Allemagne, après 2 mois de hausse successifs. Le Monde 01/12/11.

 


 : Merkel envisage un effacement de la dette grecque : A la veille de l’ouverture du congrès de son parti, la chancelière allemande assure toutefois qu’une annulation partielle des créances grecques n’interviendrait pas avant 2015, quand Athènes aura concrétisé ses efforts. EurActiv 03/12/12.

 


: En octobre, le taux de chômage a continué à augmenter au sein de la zone euro pour atteindre 11, 7 %. Dans l’ensemble de l’UE, il s’établit à 10, 7 %. EurActiv 03/12/12.

 


: Réduction de la dette : Londres est contraint de revoir sa copie. Le gouvernement pourrait annoncer une hausse de la pression fiscale sur les plus riches et un gel des allocations chômage. Madrid ne parviendra pas à respecter les contraintes budgétaires fixées par Bruxelles. Le Monde 04/12/12.

 


Norvège : Lors de la remise du prix Nobel de la paix à l'UE... Les Norvégiens célèbrent la paix en Europe de la façon la plus malheureuse : avec des contrôles frontaliers à l'intérieur de l'espace Schengen pacifique. Qu'est-ce que la Norvège entend par là ? Premièrement que la paix en Europe n'est pas si ancienne que cela et que l'unité du continent peut être abolie par une simple décision administrative et ce, évidemment, dans l'intérêt général. Reflex - République tchèque 04/12/12 eurotopics

 

 

: Merkel a prononcé le principe d'une nouvelle politique allemande d'armement... Au lieu de se battre eux-mêmes, il vaut mieux que les Allemands fournissent des armes à leurs alliés. Mêmes si ces alliés sont des dictatures ... 42 pour cent des armes allemandes sont désormais exportées dans des pays dits pays tiers, soit des pays qui ne font partie ni de l'Europe, ni de l'OTAN." Der Spiegel 04/12/12 eurotopics



Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 22:57

 

L'UE n'existe pas. Il n'est qu'à voir la bataille de chiffonniers qui oppose les 27 États de l'Union qui tous défendent leurs intérêts nationaux sans grand engagement pour l'intérêt général. Et surtout pour la solidarité européenne.
Le budget de l'UE est insignifiant, 1% du PIB quand le budget fédéral des États-Unis est de 20% et le budget français dépasse 50% du PIB !
La Commission veut augmenter ce budget. La GB veut le diminuer et diminuer sa contribution mais sans toucher à ses propres avantages. Comme la majorité des États.
La recette d'une taxe Tobin européenne, au profit du budget de l'Union, pourrait être une façon d'alimenter les recettes propres de l'Union sans toucher aux contributions nationales.
Elle est, pour le moment, rejetée et pas seulement par les gouvernements eurosceptiques.

 

UE : Le secours populaire lance un appel solennel pour sauver le Programme européen d'aide aux plus démunis. Ce programme, qui permet de distribuer des repas à 18 millions d'Européens est en sursis jusqu'à fin 2013 depuis que l'Allemagne a réclamé en 2011 la fin de son financement par l'UE. Libération 26/11/12.


EU : Depuis 2008, les volumes vendus dans les commerces de détail ont baissé selon Eurostat de 35% en Grèce, 25% en Espagne, 16% au Portugal, 7% en Italie. Ils n'ont pas bougé en Allemagne mais augmenté en France de 9%. Alter éco décembre 2012.


RU ; L'aide à l'électricité verte va tripler. La future loi qui vise à réduire les émissions de CO2, prévoit aussi de soutenir la filière nucléaire. Le Monde 25-26/11/12.


UE : A la veille des élections en Catalogne, le quotidien se penche sur les mouvements séparatistes en Europe : Écosse, Flandres, Pays Basque, “Padanie”. "L’Europe est menacée de division” par ces régions qui ne veulent plus payer pour leurs voisines plus pauvres. Dagens Nyheter Stockholm presseurop 24/11/12.


Espagne : Nouvel avertissement de l'Europe à l'indépendantisme catalan. En réponse à un député européen du PP, le Commissaire européen aux Relations inter-institutionnelles a rappelé qu'un territoire séparé d'un pays membre s’exclurait de fait de l'UE et devrait demander à adhérer à nouveau en tant qu'État. ABC presseurop 22/11/12.


Espagne : Les descendants des juifs séfarades expulsés d'Espagne, il y a plus de 5 siècles, pourront bénéficier d'une procédure facilitée de naturalisation. NYT 22/11/12.


Allemagne : une agence de Hambourg, vient de lancer un appel à candidatures sur son site pour attirer outre-Rhin des nounous françaises. LeFigaro.fr 21/11/12.


Allemagne : 501 000 personnes ont immigré au cours du premier semestre 2012, soit une augmentation de 15% par rapport à l'année précédente... de Pologne, Hongrie, Grèce, Espagne, Portugal. Focus Madrid cité par CI 22-28/11/12.

 


Pourquoi le FMI bloque l'accord : les Grecs sont arrivés au bout des efforts qu'ils sont capables de faire. Les finances publiques sont sur le point d'équilibre si on fait abstraction du service de la dette, c'est-à-dire des intérêts qu'Athènes doit payer à ses créanciers.
En 2013, le déficit devrait être de 5,5 % du PIB, mais l'État pourrait être excédentaire de 0,4 % du PIB hors paiement des intérêts... Si les Grecs décidaient de faire défaut, de ne plus payer leurs créanciers, ils pourraient se débrouiller... payer leurs fonctionnaires,...
Le FMI estime que la charge de la dette est devenue insupportable et l'objectif de ramener l'endettement à 120 % du PIB en 2020 paraît impossible. Les États doivent donc faire un effort, sachant que les banques privées ont déjà donné.
Le FMI... ses avances... sont hors normes, compte tenu des financements que le FMI est amené à effectuer dans les autres continents... La zone euro absorbe plus de la moitié de tous les prêts actuels du FMI à l'ensemble des économies la planète. LeFigaro.fr 21/11/12.


EU : Taux de pauvreté à 60% du revenu médian en 2010. Eurostat Alter éco décembre 2012.

Espagne

Grèce

Italie

Portugal

RU

UE15

Irlande

Allemagne

21,8

21,4

18,2

18

17,1

16,2

16,1

15,8

Belgique

France

Suède

Finlande

Luxembourg

Danemark

Autriche

Pays-Bas

15,3

14

14

13,7

13,6

13

12,6

11

EU : Pourcentage des jeunes de 15 ans en surpoids. Alter éco décembre 21012

 

Lituanie

France

RU

UE

Pologne

Roumanie

Allemagne

Italie

Grèce

2001-02

4

11

15

11

7

6

11

14

16

2009-10

9

10

12

13

14

14

14

17

21



Autriche : Taux de chômage des jeunes 8,9% contre 22,8% en France. Libération 20/11/12.


Grèce : En dépit d'une aide financière massive et de la plus importante restructuration de dette publique des temps modernes, le pays s'enfonce dans une récession vertigineuse (son PIB a chuté de 20% depuis 2009) sur fond de révolte sociale. Libération 20/11/12.


RU. Le Financial Times annonce que l’UE est en train d’élaborer des plans de long terme pour mettre au point un budget sans le RU. Dans le Daily Telegraph, le maire de Londres, Boris Johnson appelle David Cameron à suivre l’exemple de Margaret Thatcher et à opposer son veto à Bruxelles. Le leader travailliste défend le maintien du RU dans l’UE mais réclame certaines des réformes qui tiennent à cœur aux eurosceptiques. Dans le Guardian, le ministre polonais Radoslaw Sikorski dénonce les demandes britanniques sur le budget européen et souligne qu’un veto risque de créer un choc en retour. Revue de presse de l'ambassade de France à Londres. 19/11/12.


Espagne : Des dizaines de milliers de médecins et infirmières ont manifesté contre le projet de privatisation de six hôpitaux de la région madrilène. “Notre système est à vendre”, pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants. Un message qui dénonce la mise en danger de la vie des patients. Le manque de moyens, la baisse des remboursements et donc la hausse des frais de santé constituent un cocktail explosif... Euronews 19/11/12.



Malgré la crise, l 'Europe ne perd pas tous ses atours... Les investissements étrangers sur le Vieux continent ont augmenté de 6,3% sur les 6 premiers mois de 2012 avec 1586 projets... Le RU reste la destination privilégiée, suivie par l'Allemagne et la France.... Les entreprises américaines restent celles qui investissent le plus en Europe avec 30% des projets. Le Monde 16/11/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 08:09

 

Comme en 2008, riait la droite, en 2012 rit la gauche. A la suite, dans les deux cas d'une victoire aussi légère que peu transparente. Par le score, Aubry bat Copé 102 à 98. Reste à savoir si Copé est parti pour 4 années de victoires successives comme Aubry de 2008 à 2012. Toutes élections comprises, des municipales à la présidentielle. Sans oublier, la cooptation très peu démocratique de Harlem Désir à la tête du PS.


 

Tout cela prête à rire jaune devant cette « démocratie formelle », entre membres d'une même organisation. Si les deux « gros » partis respectent aussi peu leurs adhérents, comment peut-on penser qu'ils respectent ou respecteront leurs électeurs ? Si les deux clans peuvent rire, tour à tour, au dépens les uns des autres, sous les regards en direct des citoyens, comment s'étonner que le moment venu les électeurs aillent voir ailleurs ?


 

Quoi qu'il en soit, voici aujourd'hui l'UMP profondément divisée.

  • A la satisfaction, peut-être illusoire, du PS. La division peut entraîner la surenchère oppositionnelle.

  • A la satisfaction des centristes de Borloo qui espèrent profiter de l'occasion pour s'étoffer. C'est déjà le cas avec Méhaignerie mais probablement avec d'autres de moindre notoriété.

  • A la satisfaction du Front national et de ses alliés plus ou moins occultes comme Buisson ou Guillaume Peltier (passé un temps au FN) et ses amis de la Droite forte.

 

Ce résultat est une nouvelle étape dans la progression annoncée du Front national. Après avoir réussi une certaine dédiabolisation, avoir poussé Nicolas Sarkozy, puis Jean-François Copé à droitiser leur campagne, après avoir séduit, malgré cela, une partie des des électeurs et des partisans de l'UMP, voici qu'il a réussi à cliver, profondément, le parti dominant de la droite.

Il ne fait pas de doute que les uns et les autres, au sein de l'UMP, par le simple instinct de survie organisationnelle, vont multiplier les appels à l'unité, au compromis. Mais comment vont réagir les adhérents ? Question qui se pose aussi bien pour les modérés que pour les droitiers de l'UMP.


 

Jean-François Copé ne vise pas seulement la présidence de l'UMP. Avec l'UMP, il vise la présidence de la République. L'élection d'Obama a montré qu'un président pouvait être réélu malgré le chômage... et un premier mandat décevant. Grâce à la dérive droitière d'une partie des électeurs républicains qui ont fait perdre Romney.


 

Malgré son énergie, Nicolas Sarkozy a perdu sa réélection face à un candidat de gauche qui ne déclenchait pas une franche adhésion populaire. Mais Sarkozy a perdu des électeurs centristes au second tour. Au point que François Bayrou s'est prononcé pour le candidat de gauche. Que le centre s'est reconstitué autour Borloo. Que maintenant d'autres sont tentés d'abandonner le navire.


 

Après avoir tiré l'UMP vers une droite extrême décomplexée, Jean-François Copé se trouve devant une équation difficile : faire une unité impossible avec l'extrême droite ? Sous la direction de qui ? Ou après avoir assuré son autorité sur la droite dure de son parti, entreprendre de séduire les modérés ?

Son avenir national dépend aussi de l'évolution économique et sociale (chômage en particulier) du pays, et de l'état de la gauche.

 

 

Le pire n'est pas certain mais les responsabilités de François Hollande sont énormes...

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Billets
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 20:47

 

 

Quelqu'un a dit : « seuls les curés et les homosexuels veulent aujourd'hui se marier ». Avec une différence de taille. Les homosexuels ne s'opposent pas au mariage des curés. Mais, sinon les curés, au moins l'église catholique institutionnelle est violemment opposée au mariage des homosexuels. Les autres cultes aussi, même si l'église catholique est en pointe.

 

 

L’Église est parfaitement légitime pour déconseiller ou même interdire le mariage à ses ouailles de même sexe. Comme elle interdit le mariage aux prêtres qui font d’ailleurs vœu de célibat et non de chasteté... Si deux catholiques, du même sexe, veulent se marier contre sa volonté, elle peut les sanctionner. Libre à elle de ne pas leur accorder le « sacrement du mariage », de les excommunier...

 

 

Elle peut donner son avis comme elle le fait, d'ailleurs, sur tous les sujets de son choix. Mais de quel droit veut-elle faire la loi et interdire le mariage à deux personnes qui ne reconnaissent pas son autorité  ? Qu'a-t-elle à voir dans un mariage laïque ? Ouvrir le mariage aux personnes de même sexe n'oblige personne à se marier. Et, en ce sens, « mariage pour tous » est une mauvaise formule. « Droit au mariage pour tous » serait plus juste.

 

 

Aujourd'hui, le mariage des homosexuels, comme hier, le divorce, la contraception, l'avortement, l’Église catholique s'occupe beaucoup trop de ce qui ne la regarde pas après avoir été aveugle, tolérante, devant ce qui la regardait directement comme la pédophilie parmi ses troupes...

Bien sûr, la règle est valable pour toutes les religions qui veulent non seulement propager mais imposer leurs règles à tout le monde, y compris à ceux qui ne reconnaissent en rien leur autorité. C'est au corps législatif de faire les lois.

 

 

L’Église ne s'oppose pas au nom de ses dogmes ce qui risquerait de laisser indifférents les Français mais avec un argument maintes fois avancé dans le passé : cette réforme va faire exploser la famille, fondement de la société. Ni le divorce, ni la contraception, ni l’avortement, ni le pacs n'ont fait disparaître la famille. Elle n'a pas disparu non plus dans les pays qui ont adopté le mariage homosexuel. Tout au plus l'adoption du mariage homosexuel fera évoluer les modalités de construction de la famille dans la société. Dans ce sens, on peut même qualifier le mariage homosexuel de conservateur, de nouveau pilier de la famille !

 

 

« Seuls les curés et les homosexuels veulent aujourd'hui se marier », voire...

On pouvait le penser devant la diminution des mariages avant l'instauration du Pacs. Maintenant, cette affirmation serait à nuancer (tableau 1). Certes, le nombre de mariages a diminué, régulièrement, entre 2000 et 2010 tandis que celui de pacs augmentait tout aussi régulièrement.

Alors que le pacs a été mis en place, en 1999, essentiellement, pour permettre aux homosexuels d'institutionnaliser leur union, ils ne constituent que 7% des pacsés : 93% sont le fait d'hétérosexuels.

En 2010, le nombre de pacsés, en une année, a été multiplié par 9,23 par rapport à 2000. Mais la progression a été beaucoup plus importante pour les pacsés de sexe différent (multiplication par 11,65) que pour les personnes de même sexe (1,69).

Au total, mariages et pacs, le nombre « d'unions légalisées » est passé de 322 093 à 448 069 soit une augmentation de 28%. Désaffection pour le mariage classique mais non pour une certaine institutionnalisation de la liaison.


Tableau 1 : Évolution des mariages et des pacs

 

 

Mariages

Pacs

Unions sexes opposés

Même sexe

Sexes opposés

Ensemble

2000

305 234

5 412

16 859

22 271

322 093

2001

295 720

3 323

16 306

19 629

312 026

2002

286 169

3 622

21 683

25 305

307 852

2003

282 756

4 294

27 276

31 570

310 032

2004

278 439

5 023

35 057

40 080

313 496

2005

283 036

4 865

55 597

60 462

338 633

2006

273 914

5 071

72 276

77 347

346 190

2007

273 669

6 221

95 778

101 999

369 447

2008

265 404

8 201

137 801

146 002

403 205

2009

251 478

8 434

166 089

174 523

417 567

2010

251 654

9 143

196 415

205 558

448 069

http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF02327

 

Cependant, on ne peut additionner ainsi mariages et pacs. Car un certain nombre de pacs hétérosexuels ont été transformés en mariages. En effet, en 2007, 47% des dissolutions de pacs avaient pour cause un mariage entre les pacsés, 41% en 2008 et 34% en 2009. Ce qui ramène les unions officielles à 357 596 unions en 2007, 393 614 en 2008 et 413 340 en 2009. La progression du nombre de liaisons officialisées est moindre mais demeure (1). Resterait à chiffrer le nombre de couples ni pacsés ni mariés.


 

Les mariages catholiques (Tableau 2). Bien entendu, il s'agit des mariage enregistrés à l'état civil.

 

Tableau 2 - Les mariages catholiques

Mariages catholiques

Deux conjoints catholiques

Un seul conjoint catholique

Ensemble

2000

108229

14351

122580

2001

103501

14586

118087

2002

97959

12450

110409

2003

90734

11290

102024

2004

82940

12094

95034

2005

83047

14385

97 0432

2006

75226

13788

89014

2007

70967

12542

83509

2008

75865

12699

88564

2009

66244

11420

77664

Diminution entre 2000 et 2009 en %

38,8

20,4

36,6

Source : Annuaire statistique de l'Église jusqu'en 2003, puis Conférence des évêques de France. http://www.eglise.catholique.fr/ressources-annuaires/guide-de-l-eglise/statistiques-de-l-eglise/statistiques-de-l-eglise-catholique-en-france-guide-2011.html

 

 

Quant aux mariages religieux catholiques, ils diminuent tout aussi régulièrement : de 36,6% entre 2000 et 2009, plus quand les deux conjoints sont catholiques (38,8%) que lorsqu'un seul conjoint l'est (20,4%). Pendant la même période (2000-2009), le nombre de mariages enregistrés à l'état civil n'a diminué que de 17,6%.

Finalement, les mariages catholiques qui constituaient 40,2% des mariages en 2000, n'en constituent plus que 30,9% et si on tient compte des pacs hétérosexuels, cette proportion est passée de 38,1 à 18,6%. L'union de personnes de sexe différent se fait largement en dehors de l'église catholique.

A la lecture de ces chiffres, il semble difficile de dire que l'institution du mariage repose directement ou indirectement sur les mariages catholiques ! Ceci relativise le rôle de l’Église catholique dans la constitution des familles qui lui échappe de plus en plus, avec ou sans mariage.

Pour mesurer l'influence des églises, il faudrait connaître le nombre de mariages dans les autres confessions.

 

 

Le nombre de divorces augmente 

Il est passé de 114 005 en 2000 à 130 810 en 2010 après un pic de 162 020 en 2005. Ce qui est confirmé par l'indicateur de divortialité (nombre de divorces dans une promotion fictive de mariages dont les taux de divorces seraient à chaque durée de mariage égaux à ceux observés l'année considérée. Il peut différer de la proportion finale de couples divorcés dans une promotion de mariage) calculé par l'Ined qui passe de 38,2% en 2000, à 52,3% en 2005 pour redescendre à 46,2% en 2010 (tableau 3)

Tableau 3 : Nombre de divorces et indicateur conjoncturel de divortialité.

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

114005

112631

115860

125175

131335

162020

135910

131320

129319

127578

130810

38,2

37,9

39,2

42,5

44,8

52,3

46,9

45,5

45,1

44,7

46,2

http://www.ined.fr/fr/france/mariages_divorces_pacs/divorces/

 

Le nombre de dissolutions de pacs aussi.

D'après l'Ined, le nombre de dissolutions de pacs augmente légèrement, 22 783 en 2007, 23 448 en 2008, 26 573 en 2009 (1).Il serait passé à 35 000 en 2010 et 41 000 en 2011 (2). Mais le taux de «dissolution» serait stable depuis sa création, autour de 13%. Près de 15% des pacsés rompent d'ailleurs le contrat pour… se marier : le pacs mariage à l'essai (3) ?



Naissances hors mariage

Le nombre total de naissances évolue peu ce que confirme le taux de natalité pour 1000 habitants et, comme le nombre de mariages diminue, la majorité des naissances ont lieu hors mariage ! (Tableau 4). Ce pourcentage a encore augmenté dans les années récentes : : 53,7 % en 2009 et 54,8 % en 2010..

 

Tableau 4 :Nombre de naissances-Taux de natalité pour 1000h-% des nés hors mariage

 

Nombre de naissances

Taux de natalité pour 1000 h

% des naissances hors mariage

1994

740774

12,5

37,2

1995

759058

12,8

38,6

1996

764028

12,8

39,9

1997

757384

12,7

41

1998

767906

12,8

41,7

1999

775796

12,9

42,7

2000

807405

13,3

43,6

2001

803234

13,1

44,7

2002

792745

12,9

45,2

2003

793044

12,8

46,2

2004

799361

12,8

47,4

2005

806822

12,8

48,4

2006

829352

13,1

50,5

2007

818705

12,8

51,7

2008

828404

12,9

52,5

http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATnon02231

 

Enfin, les parents isolés ne cessent de devenir plus nombreux : 1 490 200 soit 6,8% des ménages en 1990, 1 840 000 soit 7,6% en 1999 et 2 263 100 soit 8,2% en 2009 (4).

 

Le mariage homosexuel dans le monde

La simple consultation de wikipedia permet de constater que le mariage homosexuel a été introduit dans la législation de 13 pays, catholiques ou protestants, sans effondrement ni de la famille, ni de la société, ni de l’État...

 

Les Français, d'après les sondages, semblent avoir pris conscience de cette évolution des mœurs : suivant le dernier sondage, 65% soutiennent l'ouverture du mariage aux homosexuels et 52% pensent qu'ils devraient avoir le droit d’adopter en tant que couple des enfants et 56% sont favorables à ce que les couples de femmes homosexuelles puissent avoir recours à l'insémination artificielle (5).

Pour les représentants des églises et quelques autres, la société est menacée de zoophilie, de polyandrie, d'inceste, de polygamie...


Qui pourra leur dire que la société évolue, que la terre continue et continuera à tourner quoi qu'ils en pensent ?

 

1 - http://www.ined.fr/fichier/t_publication/1524/publi_pdf1_evolution_demographique.pdf

2 - http://www.patrimoinorama.com/index.php?option=com_content&task=view&id=6473&Itemid=29

3 - http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/05/28/01016-20100528ARTFIG00693-pour-les-notaires-le-pacs-est-une-bombe-a-retardement.php

4 - Alternatives économiques, Hors-série, 4ème trimestre 2012

5 - Ifop- le Monde 08/11/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Diversité
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 14:41

 

En allemand les mots "fruchtbar" (fructueux) et "furchtbar" (effroyable) sont très proches, phonétiquement, le "u" et le "r" étant simplement inversés. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre qui voulait parler d'un "fruchtbaren Austausch" (dialogue fructueux) a dit qu'il souhaitait un "furchtbaren Austausch" (dialogue effroyable). Sa langue a "fourché".

 


   

 



La zone euro est en récession. L'économie des 17 pays membres s'est rétractée de 0,1 pour cent au troisième trimestre, soit le deuxième trimestre consécutif de baisse. L'Europe, contrairement aux États-Unis, ne parvient pas à relancer son économie, notent les commentateurs, qui prévoient que la récession atteindra la France et l'Allemagne au plus tard en 2013. Eurotopics 16/11/12.



La CE a présenté un projet de directive imposant la présence de 40% de femmes dans les conseils des entreprises d’ici 2018 pour les entreprises publiques et 2020 pour les entreprises cotées en Bourse. En Allemagne, milieux politiques et économiques s’opposent à cette mesure.Frakfurter Rundschau 15/11/12.

 .

Très préoccupé par le "trou budgétaire" de 2012, le Parlement européen "ne peut pas" poursuivre les négociations sur le budget 2013. EurActiv.fr 15/11/12.


 

Pour aider la Grèce, "nous devons trouver une solution réelle, pas une solution à la va-vite", a déclaré la directrice générale du FMI, à la réunion de l'Eurogroupe. Cette solution qui ne saurait découpler la question de la soutenabilité à moyen terme de la dette et le déblocage des tranches d'aide ne trouve pas un écho chez tous les créanciers.  Pour la première fois, l’UE et le FMI affichent leur désaccord sur le dossier grec. 14/11/12 http://www.touteleurope.eu/


 

La Grèce va se voir accorder deux ans de plus pour restructurer ses finances - une revendication d'Athènes à laquelle Schaüble s'opposait jusqu'ici. Cela coûtera 32,6 milliards d'euros. Comment seront-ils financés ? Schäuble ne cache pas son opposition à une réduction de la dette grecque dont les contribuables allemands feraient les frais. http://www.michel-verrier.com/revue-presse-allemagne/? 2012/11/14/1259-duo-moscovici-schauble-a-bruxelles-berlin-s-interroge-sur-ses-relations-etroites-avec-moscou


La CE a décidé que le montant du prix Nobel de la paix serait alloué à des projets d'aide aux enfants affectés par les guerres et les conflits. Politiken.dk 14/11/12.


La Confédération européenne des syndicats organise une journée de grèves et de manifestations dans 23 pays européens, contre les politiques d’austérité menées pour combattre la crise de la dette en Europe. Neues Deutschland presseurop 14/11/12.

 


 Une enquête de Reuters a révélé que Starbucks se présentait comme bénéficiaire en GB auprès des investisseurs, alors qu'il prétend le contraire au fisc britannique à qui il ne paie pas d'impôts. Cette enquête a attiré l'attention de 2 commissions parlementaires britanniques qui se penchent régulièrement sur les moyens employés par plusieurs grands groupes comme Starbucks, Amazon ou Google pour payer peu ou pas d'impôts. Arrêt sur images 14/11/12.


 

 

La Banque européenne d'investissements a octroyé 14 milliards de prêts pour des projets dans le domaine automobile au cours des 5 dernières année dont 440 millions hors de l'UE. Le Monde 13/11/12.


 

Les banques espagnoles ont accepté un moratoire sur les expulsions des clients qui ne peuvent plus rembourser leur emprunt immobilier, en cas “d’extrême nécessité”. Le gouvernement est en train de négocier avec l’opposition socialiste les détails de la mesure qui prendra la forme d’un décret. "La mobilisation sociale obtient sa première réussite", se félicite le quotidien qui avait fait campagne contre les expulsions. El periodico de Catalunya Presseuropa 13/11/12.


 Bien que la troïka ait salué les réformes entreprises par la Grèce, les ministres des Finances de la zone euro ont repoussé l'octroi de la prochaine tranche de crédit. Pour des raisons électorales, l'Allemagne joue la montre et menace la crédibilité de toute la zone euro : "Depuis le mois d'octobre déjà, le ministre des Finances allemand sait que le prix du sauvetage de la Grèce coûtera encore plus cher. La directrice du FMI l'en a même informé : la dette s'accroît de manière vertigineuse malgré, ou plutôt à cause de la politique d'austérité ; il est impossible de sauver la Grèce sans nouvelles décotes de la dette ou aides supplémentaires de plusieurs milliards. Mais Schäuble et sa chancelière préfèrent jouer la montre au début de la campagne des législatives... Merkel et Schäuble doivent enfin admettre que leur politique vis-à-vis de la Grèce a échoué et que la facture est salée."13/11/12 TAZ Eurotopics.


En pleine crise du marché du travail, la polémique sur le recrutement des salariés étrangers «low-cost» refait surface. Selon une note confidentielle du ministère du Travail révélée par Le Parisien-Aujourd'hui-en-France, le nombre de ces employés aurait été multiplié par dix en quatre ans. De près de 30.000 en 2006, il est compris entre 220 000 et 330 000 en 2010. Et aurait même augmenté de 15% en 2011. «C'est un phénomène qui est connu, qui est extrêmement présent, notamment dans le bâtiment et dans les départements frontaliers, comme le Nord, et c'est un phénomène qui est illégal», a réagi le ministre du Travail,. Michel Sapin.. près d'un entrepreneur sur deux (44%) dénonce la concurrence déloyale comme celle des entreprises étrangères et l'autoentrepreneuriat ?  Le Figaro 13/11/12.



Le DAILY TELEGRAPH annonce le soutien de Lady Ashton, responsable de la diplomatie européenne, au projet français d’établissement d’un quartier-général militaire à Bruxelles. Revue de la presse britannique, Ambassade de France à Londres 12/11/12.



La recommandation de politique économique que le FMI réitère est double. «Les pays en déficit doivent continuer leur ajustement budgétaire et le désendettement du secteur privé à un rythme approprié, tout en poursuivant des réformes structurelles pour améliorer leur compétitivité, ce qui s'applique aux pays de la périphérie de la zone euro». 

Par ailleurs, la croissance mondiale "doit être soutenue par une olus frte demande de la part des pays en ecceedents". De dernier mot sdésigne les Etats qui dégagent des surplus extérieurs, Chine et Allemagne, notamment... Plus précisément les pays avancés devraient relancer leurs investissements et les économies émergentes renforcer leurs mécanismes  de sécurité sociale, voire "une plus grande flexibilité des taux de change" (on pense au yuan) Le Figaro 12/11/12..

 

  Le « made in England » revient à la mode. Échaudés par la crise financière,les Britanniques veulent relancer leur industrie notamment textile. Le Monde 11-12/11/12.

 

Le taux de chômage s’est élevé à 25,4% en août (contre 24,8% en juillet dernier et contre 18,4% en août 2011)... Le taux de chômage des 15 -24 ans a atteint 58%, tandis que celui des 25-35 ans s’est établi à 32,9%. Depuis 2009, 835.648 postes d’emploi ont été perdus alors que le nombre de chômeurs a augmenté de 896.547. Revue de presse de l'ambassade de France à Athènes 09/11/12.

 

La semaine passée, un responsable placé au cœur de la machine gouvernementale à Berlin avait dressé pour le Figaro l'inventaire des recettes des économistes allemands, pour créer un choc de compétitivité en France : «baisser le coût du travail», «abolir les 35 heures», «augmenter la flexibilité», «mettre fin aux avantages des fonctionnaires trop privilégiés par rapport aux emplois précaires», «réduire le poids de l'État dans l'économie», «lever les barrières à la concurrence», «baisse des impôts», «réforme du système social, notamment les retraites». Le Figaro 09/11/12.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 00:23

  HEUREUX  OU MALHEUREUX QUI MALI PENSE ?

 

Les forces armées françaises sont engagées « contre le terrorisme » en Afghanistan depuis 2001. Sarkozy a envoyé l'armée de l'air et des « services » en Libye pour abattre, au sens propre du terme, son ancien ami, Kadhafi. En Cote d'Ivoire, l'armée française est intervenue pour « faire respecter la démocratie ». Ces différentes interventions ont eu des résultats très discutables.

Notamment en Libye. Localement, la situation est loin d'être démocratique et stabilisée mais peut-être faut-il laisser du temps au temps. Surtout la chute du régime a entraîné l'éclatement et la dispersion de forces incontrôlées dont certains se sont relocalisées avec armes et bagages au Sahel.

 

 

François Hollande, changement, a promis de retirer les troupes d'Afghanistan : l'opération est en cours. Mais voilà qu'il semble vouloir assumer, continuité ?, le « service-après intervention en Libye » et prépare sa « guerre » pour libérer le Nord du Mali des islamistes. Pour cela, il est difficile de compter sur l'armée malienne balayée en quelques jours par les troupes du MNLA (Mouvement de libération nationale de l'Azawad). Après quoi, le MNLA a proclamé son indépendance, immédiatement condamné par l'Union africaine mais aussi par la France et l'Union européenne.

 

 

Comme Sarkozy en Libye, Hollande a obtenu une couverture onusienne et ne semble pas décidé à engager des troupes au sol. Ce sont 3 500 hommes, africains de la Communauté économique de l'Afrique occidentale (CEDEAO) actuellement présidée par Alassane Ouattara qui sont appelées à déloger les islamistes.

 

 

Mais la situation sur place est complexe. L’origine de la crise malienne remonte au moins à 1957, lorsque les Touaregs et les Maures de l’Azawad avaient demandé à ne pas faire partie du processus d’indépendance ouest-africain. Ils soulignaient leur incompatibilité avec les sociétés subsahariennes et demandaient à être intégrés au Sahara français devenu depuis algérien. Depuis les indépendances, de multiples rébellions ont donné lieu à autant d'accords sans vraiment résoudre le problème.

Bien entendu, les Touaregs, dispersés sur toute la région, ont une pratique probablement peu respectueuses des frontières héritées du système colonial. Et ce qui se passe dans le nord du Mali ne peut laisser indifférents les pays voisins que sont la Mauritanie à l'ouest, l'Algérie au nord, le Niger à l'ouest.

 

 

La France a des intérêts importants dans certains de ces pays et 4 otages, détenus depuis 2010, et menacés d'exécution, tandis que l’Algérie en a 3 après l'exécution récente d'un de ses diplomates détenus.

 

 

Sur le terrain, différent mouvements sont alliés et/ou concurrents suivant les moments : le MNLA, mouvement national de libération de l'AZAWAD constitué par des Touaregs, Ansar Eddine mouvement touareg islamiste qui aurait des liens plus ou moins avérés avec Ansa El-Charia, Al Qaida au Maghreb islamique, le Mouvement pour l'unité et le jihad en Afrique de l'ouest (MUJAO) et des narco-trafiquants ou narco-terroristes.....

 

 

Face à l'incapacité du Mali de rétablir la situation sur cette partie de territoire, deux types de politiques sont proposées.

 

L’Algérie, suivie de la Mauritanie, du Niger, sans s'opposer absolument à une opération militaire, insiste sur la nécessité d'une négociation, menée à Alger et Ouagadougou, à laquelle, le MNLA et Ansar Eddine auraient répondu favorablement. Pour le MNLA, il faut renforcer et stabiliser le gouvernent malien qui pourrait, avec l'aide du MNLA, reprendre la situation en main et satisfaire ses revendications, avec une garantie internationale.

 

Pour la France, tout en ménageant l'Algérie, c'est l’intervention militaire qui est mise en avant avec la participation sur le terrain de 3 500 hommes fournis par les États de la CEDEAO.

Plusieurs bataillons du Nigeria, du Niger, du Sénégal, du Burkina Faso se tiennent prêts à intervenir. Les Nations-Unies doivent se charger du soutien financier. La France est disponible pour un soutien logistique. Les États-Unis fourniraient des drones. L’opération militaire vise à déloger les groupes islamistes armés, principalement AQMI, MUJAO et Ansar Dine. Ils contrôlent totalement le nord du Mali depuis la fin juin et imposent la charia à la population.

 

 

Chacun veut libérer l'AZAWAD en fonction de ses intérêts particuliers : indépendance de l'Azawad, unité territoriale du Mali, intangibilité des frontières héritées du colonialisme, danger de la contamination islamistes dans des pays qui en souffrent déjà ou qui en sont encore indemnes, sécurité d'accès aux matières premières......

 

 

Personne ne pense que l'armée malienne soit capable, seule de mener à bien une telle expédition. Mais si une intervention étrangère peut libérer rapidement les grandes villes, qui peut penser qu'une armée étrangère, fut-elle noire-africaine pourra quitter au bout d'un an le territoire pacifié ? Après avoir rétabli l'autorité du gouvernent malien ? Sans utilisation de cette occupation par les islamistes même vaincus militairement ? Comment sera acceptée la présence engagée de l'ancienne puissance coloniale ?

 

 

L'occupation des principaux centres urbains devrait être relativement facile. Faudra-t-il regrouper les populations pour les contrôler ? Avec accentuation de la désertification ? Constitution de camps de réfugiés dans les pays voisins ? Accrochages aux frontières ? Fuite dans les pays voisins ? Montée du rejet des troupes extérieures et dénonciation des interventions étrangères notamment de l'ancien colonisateur...

 

 

Bien sûr, le pire n'est pas certain. Mais on trouve toujours l'argent nécessaire pour faire la guerre qui aurait peut-être pu être évitée avec un minimum de développement dont le budget va probablement diminuer en 2013 en France, Une fois de plus, la preuve est donnée que la politique étrangère de l'Union européenne n'existe pas et que c'est l'ancienne puissance coloniale qui mène les choses. Il n'est pas certain que les Africains comprennent très bien le discours de François Hollande le 12 octobre à Dakar disant : "le temps de la Françafrique est révolu".

 

  * Cet article a paru dans Agoravox. Un lecteur a laissé ce commentaire : "Gonflé le Paul Oriol. J’ai fait quatre blogs sur ce sujet et sous ce titre fin septembre dans blogspot.com. Usbek"

Auquel j'ai répondu : " Gonflé, certainement pas. Ignorant ? Oui. Avec mes excuses. Paul

**J'aurais pu, si j'avais su, l'intituler " Heureux ou malheureux qui Mali panse ?"

 

 

 

 

 

 

                                                            

                                                              Drapeau du Mali

 

                                     

            AZAWAD en tifinagh                                  Drapeau de l'AZAWAD (MNLA)

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 16:01

 

 

 

   

 

 

 

 

Miguel-Anxo Murado : "Bien sûr, l'UE n'aspire pas à l'indépendance de la Catalogneet elle tentera de l'en dissuader. Mais si cela se produit, l'UE s'adaptera naturellement à cette nouvelle donne... Il n'y aura en aucun cas d'exclusion automatique... Une exclusion ne sera possible qu'à partir du moment où l'Espagne reconnaît l'indépendance de la Catalogne ; dans le cas contraire, Bruxelles continuera de considérer la région comme une partie de l'Espagne. Mais si l'Espagne reconnaît l'indépendance catalane, l'exclusion serait légale, ce qui change beaucoup de choses. Il est également absurde de prétendre que la Catalogne serait exclue de la zone euro. Tout pays peut choisir librement sa monnaie (Monaco utilise aussi l'euro). La Catalogne ne serait pas représentée à la BCE, mais ce n'était pas le cas non plus jusque-là." El Huffington Post – Espagne 09/11/12 Eurotopics.


 

Le rapport des 5 économistes, conseillers du gouvernement allemand, critique les dernières mesures annoncées par Me Merkel : minimum retraite, suppression du ticket modérateur, création d'une allocation parentale d'éducation. D'après le Monde 09/11/12.



Siemens est victime de la crise en Europe mais aussi de choix industriels peu judicieux.
Chiffre d'affaires en augmentation de 7% mais bénéfice d'exploitation en chute de 30% à 5,2 milliards. Siemens va donc lancer un vaste programme de réduction des coûts de 6 milliards sur 2 ans. D'après le Monde 09/11/12.


 

« Renault dit en France que l'Espagne est plus compétitive mais ici on nous compare avec la Roumanie en nous demandant de travailler gratuitement le samedi, comme là-bas. » Ruben-Gonzalez, Commissions ouvrières, Espagne. Le Monde 09/11/12.


 

L'UE européenne quel numéro demandait Kissinger ? Entre janvier 2010 et juin 2012, quand Tim Geithner, secrétaire au Trésor des États-Unis a souhaité évoquer la crise de la zone euro, il a appelé le directeur du FMI, DSK, Christine Lagarde ou leur adjoint, 114 fois, le directeur de la BCE 58 fois (36 fois Claude Trichet, 22 fois, Mario Draghni), Wolfgang Schäuble, ministre allemand des finances (36 fois), le ministre français des finances, 32 fois (Christine Lagarde, François Baroin ou Pierre Moscovici), le ministre britannique, 19 fois (Alister Darling, Georges Osborne), Olli Rehn (vice-président de la Commission européenne aux affaires économiques et monétaires) 12 fois, Jean-Claude Junker (président de l'Eurogroupe (ministres des finances de la zone euro), 2 fois !!! D'après du 08/11/12.


 

En 2013, la City devrait supprimer 13 000 postes... Ce qui portera le nombre d'employés à son plus bas niveau depuis 1990. Déjà, 100 000 personnes ont été licenciées depuis 2007. Le Monde 08/11/12.


 

Le conservateur français Joseph Daul (PPE) a ainsi rappelé que « 94% du budget (européen) est consacré à l'investissement ». Il n'est pas crédible de vouloir le réduire alors que les dirigeants enchaînent les déclarations sur la nécessité de la relance. Son homologue socialiste, Hannes Swoboda, a tenu des propos similaires. Euractiv 08/11/12.

 

 

 

Le niveau de vie médian des Suédois est supérieur de 36 % à celui des Espagnols. Le niveau de vie des 10 % suédois les plus pauvres est près de deux fois supérieur à celui des 10 % espagnols les plus pauvres (839 euros contre 451).
Il en est tout autrement du côté des plus riches. Les 10 % les plus riches suédois disposent seulement de 9 % de plus que les 10 % les plus riches espagnols. Chez les 1 % les plus aisés... : les Espagnols dépassent les Suédois de 5 % ! Chez les Grecs, ces super-riches vivent avec 20 % de plus qu’en Suède !
Les 1 % des Français les plus riches disposent de 60 % de plus que les 1 % les plus riches suédois ! Les 10 % les plus riches vivent avec 16 % de plus. http://www.inegalites.fr/spip.php?page=article&id_article=1646

Les journalistes s'intéressent à l'évasion fiscale des grandes firmes du numérique. Google, Apple, Facebook, Amazon (GAFA) sont montrées du doigt pour leur propension à installer leur siège social en Irlande où la taxation est plus douce : Apple n'a payé que 7 millions d'euros d'impôts en France pour un chiffre d'affaires sur le territoire français estimé à 3,5 milliards d'euros. Pour payer si peu d'impôt, Apple "optimise" sa fiscalité en Irlande. Et la vente en ligne de produits Apple se fait via une filiale immatriculée au Luxembourg où la TVA est trois fois moins élevée qu'en France. Arrêt sur image 06/11/12.

 

 

 

Une vingtaine de personnes finlandaises, selon le fisc, ont effectué des placements à hauteur de 50 à 60 millions d’euros dans des paradis fiscaux. C’est le service de renseignement allemand qui a obtenu des données bancaires de la banque de Liechtenstein LGT.
La plupart des personnes en question ont réglé les rappels d’impôt qui leur ont été fixées par le fisc. Revue de presse ambassade de France à Helsinki 07/11/12.

 

 

 

Le banquier luxembourgeois, dont la nomination (à la BCE) a été rejetée par le PE pour des raisons de parité hommes-femmes non respectée, est désormais confronté à l'opposition du gouvernement espagnol. L'Espagne essaie de mettre une candidature espagnole sur la table – possiblement, l’ancienne directrice du Trésor espagnol.
La décision de l’Espagne ne s’explique pas tant par un féminisme échevelé que pour mieux faire valoir ses intérêts. Les chefs d’État et de gouvernement des autres pays, qui veulent passer en force, feront tout pour surmonter l’opposition de Madrid. Presseurop Financial Times, Les Echos

 

 

 

Les ministres des Finances des pays du G20, emmenés par le Britannique George Osborne et l’Allemand Wolfgang Schäuble, ont appelé l’OCDE à prendre des mesures rapides pour que les multinationales arrêtent de déplacer leurs bénéfices à travers le monde pour abaisser leurs impôts, et à en rendre compte en février prochain. Times presseurop 06/11/12.

 

 

 

Plus de 900.000 ménages en Grèce se trouvent au seuil de la pauvreté, soit 21,4% de la population (Ta Nea, Eleftheros Typos).

La presse fait état de mobilisations : les journalistes et les chauffeurs de taxi... les employés du métro, du train électrique et du tramway, les médecins d’hôpitaux...Grève de 48 heures organisée par la GSEE (syndicat du secteur privé), l’ADEDY (syndicat du secteur public), les entreprises d’utilité publique (DEKO), les banques, les chemins de fer, les trolleys, les bus, les dockers, les médecins et les dentistes ainsi que la DEI (électricité de Grèce)...les pharmacies seront fermées, les avocats, les aiguilleurs du ciel... Revue de presse de l’ambassade de France à Athènes 05/11/12.

 


 

La récession se prolonge en Espagneau 3ème trimestre... un peu moins forte que prévue. Selon les chiffres de l'Institut national de la statistique, le PIB recule de 0,3% pour le 3ème trimestre contre -0,4% au trimestre précédent. Il s'agit du 5ème trimestre négatif de suite. Le chômage a continué sa progression en octobre, avec 4,83 millions de demandeurs d'emploi, a annoncé le ministère du Travail alors que le pays multiplie les mesures de rigueur, au risque de retarder sa sortie de la récession. L'Espagne a enregistré en octobre 128.242 chômeurs (+2,73%) de plus qu'en septembre, tandis que sur un an la hausse est plus prononcée, avec 472.595 demandeurs d'emploi supplémentaires (+10,84%)... La Lettre Fondation Robert Schuman 05/11/12.

 


Le président du gouvernement régional de la Catalogneassure que “ni les tribunaux, ni la constitution [espagnole]”n’arrêteront le processus enclenché le 11 septembre par la manifestation indépendantiste à Barcelone. Artur Mas demande “une majorité exceptionnelle”aux élections régionales du 25 novembre, pour renforcer l’appel à un référendum sur l’indépendance de la région d’ici 4 ans. Pour le quotidien conservateur, Mas se situe “contre la démocratie”.ABC presseurop 05/11/12.


L’Europe trace sa route, nous faisons marche arrière. La Pologne n’est plus le premier fabricant de voitures d’Europe centrale. Il y a trois ans, l’usine Fiat de Tychy, dans le sud du pays, produisait 600 000 véhicules par an ; en 2013, seulement 250 000 voitures y seront assemblées. L’industrie automobile polonaise, qui générait 13,6% de la production industrielle du pays en 2010 et emploie près de 115 000 personnes, a été dépassée par ses concurrentes en République tchèque, en Slovaquie et en Hongrie. gazeta Wyborcza ABC presseurop 05/11/12.

 

 

     

 

 

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 21:09

 

Partant du constat que 750 000 emplois industriels avaient été perdus en 10 ans, que le déficit commercial s'élevait à 72 milliards d'euros et que la baisse du taux de marge et de la capacité d'autofinancement des entreprises grévait leur politique d'autofinancement et d'innovation, le Gouvernement, de gauche, a demandé, le 11/07/12, à un patron, de gauche, un rapport la « compétitivité, la croissance et l'emploi ». Ce rapport, devenu « Pacte pour la compétitivité de l'industrie française » a été remis au Premier ministre le 05/11/12.


 

Au delà du changement d'intitulé, la bataille autour de ce rapport a été conduite efficacement. Avant sa parution, une suite de fuites savantes a permis aux « compétents » de l'analyser pour préparer l'opinion publique, à travers annonces et démentis, aux glissements, aux décisions suggérées par le rapport.


 

Le diagnostic : « Le décrochage de l’industrie française, qui s’est amorcé dans les années 1970 s’est accéléré au cours de la dernière décennie...
La part de l'industrie... dans la valeur ajoutée totale, en France, est passée de 18 %, en 2000, à un peu plus de 12,5 %, en 2011... L'emploi industriel... de plus de 26 % de l’emploi salarié total en 1980 (5,1 millions de salariés) à 12,6 %, en 2011 (3,1 millions de salariés)... la part de marché des exportations françaises de 12,7 %, en 2000, à 9,3 %, en 2011... La balance hors énergie était de + 25,5 milliards d’euros en 2002, elle est de –25,4 milliards d’euros, en 2011. »


 

Les causes : « Les facteurs macroéconomiques sont essentiels, notamment le poids de la fiscalité lié au niveau élevé de la dépense publique.Le fonctionnement défectueux du marché des services– marqué par le poids des professions réglementées– génère également des surcoûts pour l’industrie. Le « millefeuille » administratif et la superposition des structures déconcentrées et décentralisées, le culte de la réglementation, couplé avec son instabilité, constituent un vrai handicap. Tous ces éléments ont été identifiés, notamment dans les rapports Attali sur la croissance ».


 

A noter l'hommage rendu par Louis Gallois à son prédécesseur, Jacques Attali, « homme de gauche », chargé par un gouvernement de droite de faire un rapport « pour la libération de la croissance française » en 2008. Hommage enterrement ? Hommage sincère ? Avec quel résultat ? Ou le rapport était nul, le silence suffisait. Ou c’était un bon rapport , non appliqué, mal appliqué ? Ce n'est pas dit. Nul n'est responsable.


 

Peu de voix se font entendre pour contredire le diagnostic. Surtout pas celles des politiques qui ont été au gouvernement de 1993 à 2012. Tous, ni responsables, ni coupables ! Surtout pas celles du patronat et particulièrement de la présidente du Medef, depuis 2005. Aucune responsabilité dans l'état décrit par le rapport.

A moins de considérer cette approbation du rapport sur la situation économique comme une autocritique subliminale ?


 

Ce déni de responsabilité permet à Me Parisot de communiquer largement, toujours avec une autorité intacte et vertueuse, ...sur ce rapport très positif et concentrer toutes ses forces sur sa mise en œuvre... «Le diagnostic posé par le rapport Gallois est juste. Il s’agit désormais de savoir quand et comment ses propositions seront mises en œuvre.(...) Le rapport Gallois établit un diagnostic sans appel de la perte de compétitivité des entreprises françaises, rejoignant les analyses du Medef. » Finalement, le patron « de gauche »rejoint les patrons ! Rien d'étonnant, car, à croire l'impudique Me Parisot «  La plupart des recommandations sont issues des réunions de travail entre Louis Gallois et les chefs d'entreprise" (Libération 05/11/10 – AFP). C'est plus clair ainsi !


 

Une proposition chagrine cependant Me Parisot : "la gouvernance des entreprises, en particulier pour la représentation salariée", le Medef "précise que ces sujets relèvent de la négociation nationale interprofessionnelle". C'était probablement la séquence patron « de gauche » du rapport !


 

Dans l'usine nouvelle du 30/10/12, Me Parisot pense que les causes ne sont pas assez claires dans le rapport. Elle tient à établir des responsabilités : « Se pose-t-on la question des pressions qu’ont subi ces deux grands constructeurs automobiles depuis une décennie – gouvernements de gauche et de droite confondus – pour limiter les adaptations que les dirigeants jugeaient nécessaires ? La responsabilité de l’État et des politiques ne doit pas être gommée ».


 

Ce sont les politiques qui sont les vrais responsables, gauche et droite confondus, dit-elle, magnanime ! C'est ce qu'ont du penser les électeurs qui ont renvoyé le gouvernement de droite, peut-être un peu plus responsable dans la durée. Mais les électeurs ne peuvent rien contre les dirigeants d'entreprise.


 

Dans cette dégradation de l'industrie française, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne. Alors que les conditions économiques, les dirigeants des grandes entreprises voient leur rémunération atteindre des sommets quelle que soit la qualité de leur gestion.

Quand les entreprises ferment, les travailleurs sont réduits au chômage et les responsables de l’entreprise sont grassement remerciés.


 

Finalement, le gouvernement va prendre des mesures légitimées par un rapport quasiment technique (comme le gouvernement technique de Mario Monti en Italie), incontesté, sauf aux extrêmes. Il va lisser ces mesures pour tenter de les rendre acceptables, s'efforcer de montrer que cela aurait pu être pire tandis que la droite, jouant son jeu, dira qu'il faut aller plus vite et plus loin.

Jusqu'à ce que ça casse ?

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 22:10

A partir de mercredi, que Barak Obma soit réélu ou non, on va assister à une déferlante dans la presse française  sur qui a voté qui à la dernière élection présidentielle étasunienne et notamment sur le "vote noir". Il peut être intéressant , de jeter un œil à cette occasion sur la place des Noirs lors des grandes élections aux États-Unis. 

 

 

          

 

 

 

UE Le budget de l'UE pour la période 2014-2020 prévoit une réduction de l’ordre de 10% des fonds structurels alloués aux régions les plus pauvres. Concernant le Portugal, le montant des économies s'élève à au moins 2,5 milliards d'euros. Les 27 discutent d'une réduction de 50 milliards d'euros sur le projet de budget de la CE (qui est de mille milliards d’euros). Les pays les plus riches - Allemagne, RUi, Pays-Bas, Finlande, Autriche, Suède et Danemark souhaitent 100 à 200 milliards d’euros d’économies. Publico presseurop 31/10/12. 


 

Drapeau de Turquie Turquie Si l'adhésion turque à l'UE n'est pas pleine et entière d'ici 2023, Ankara se détournera de l'Union européenne, a prévenu le Premier ministre. EurActiv 31/10/12.



UE La présidence de l'UE en exercice (Chypre) propose de réduire d'au moins 50 milliards d'euros le budget de long terme de l'UE par rapport aux propositions de la CE. Elle se rapproche des souhaits émis, en coulisse, par l'Allemagne. EurActiv 31/10/12.



UE  Un chiffre hante l'Europe : 3%, le niveau de déficit public à ne pas dépasser... Voila la norme suprême, la loi d'airain qui s'impose à tous... Tout le reste est secondaire. Le chômage, la pauvreté, on verra plus tard...Le nombre de chômeurs dépasse 10% en France, 25% en Espagne mais le déficit public, lui, ne doit pas dépasser 3%... Alter Eco 4ème trimestre 2012.


 

Allemagne : Les salaires allemands ont augmenté de 3,2% en un an entre juillet 2011 et juillet 2012, soit la plus forte augmentation depuis octobre 2008 (3,4%). Cette progression a dépassé le taux d'inflation qui se situe autour de 2%. Ce gain de pouvoir d'achat alimente les espoirs d'une augmentation de la demande qui stimulerait les importations en provenance des partenaires européens. EurActiv 30/10/12.


 

UE « L'Europe devient allemande » (Frankfurter Rundschau), le nouveau modèle allie la ré-industrialisation à la course aux exportations... L'Irlande... grâce au crédit de sa balance commerciale, à l'exportation, restructure ses finances au dépend de l'étranger.
Les pays en crise réduisent les salaires pour renforcer leur position sur le marché mondial. Les syndicats ont leur pouvoir de négociation mis en cause par la récession, le chômage. Les salaires des fonctionnaires ont été diminués, les réformes du marché du travail suppriment des jours fériés ou contractent les revenus minimum.
« Les pays européens de la périphérie améliorent leur compétitivité ». Ces progrès appauvrissent les gens, restreignent le pouvoir d'achat. « La demande intérieure chute... La Grèce réduit ses importations de 13 %, l'Italie et la Suisse de 6 %. L'euro-zone devient exportatrice. En 8 mois ses exportations ont augmenté de 9 %, ses importations de 2 %, sa balance commerciale est créditrice de 47 milliards d'euros, contre 27 milliards de déficit l'année précédente. »
Certains experts suggèrent que les caisses d'assurance nouent des contrats avec des pensions à l'étranger, où les coûts des seniors peuvent être réduits de façon drastique. Une pension en Taïlande peut être aussi performante qu'en Allemagne. Mais les experts ne se préoccupent pas de l'environnement. La Thaïlande est-elle un pays sûr ? » http://www.michel-verrier.com/revue-presse-allemagne/ 29/10/12.


 

GrèceAvec 14% de l’opinion publique grecque qui lui est favorable selon un récent sondage, la montée du parti néonazi grec Aube dorée soulève de nombreuses questions tant au niveau européen qu'au niveau national. Toute l'Europe 30/10/12.


 

Grèce G. Papandreou, ex-premier ministre grec et député du PS grec (Pasok), va donner des cours à Harvard. Selon la presse grecque, son salaire serait de 46000 euros par mois... Aujourd’hui, l’économie grecque connaît sa sixième année consécutive de récession... Le cynisme dont fait preuve ce M. Papandréou dépasse l’entendement. «Européen convaincu» (!), président en exercice de l'internationale socialiste… dont fait partie le PS français (!). Tiens! Et si on lui attribuait un prix Nobel? Voyons voir… celui de l’infamie? Lettre parue dans Le Monde30/10/12.


 

 

Grèce “Je n’ai fait rien de plus qu’un travail de journaliste. J’ai dévoilé au grand jour la vérité caché par les autorités. Si quelqu'un doit rendre des comptes devant la justice, ce sont les ministres qui ont dissimulé cette liste [Cette liste recense plus de 2000 noms de Grecs fortunés, soupçonnés d‘évasion fiscale en Suisse]et qui ont toujours clamé qu’elle n’existait pas. Je suis journaliste et je n’ai fait que mon travail”, Euronews 29/10/12.
Selon Libération, sur la liste on trouve aussi "le président du Parlement, plusieurs hommes d'affaires et des fonctionnaires du ministère des Finances". Arrêt sur image 28/10/12.

 

 


Espagne A la fin du mois de septembre, l'Espagne comptait 5 778 100 chômeurs, soit 25,02% des actifs et 85.000 de plus que le trimestre précédent (24,63%)... record historique qui assombrit les perspectives d'une sortie de la récession. Le chômage chez les 16-24 ans, malgré un léger recul, culmine à 52,34% contre 53,27% à la fin juin 2012... Fondation Robert Schuman 29/10/12.



 

UE La CE a adopté la proposition du Conseil de mise en place d'une coopération renforcée à 11 États membres (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Estonie, France, Grèce, Italie, Portugal, Slovaquie et Slovénie) concernant une taxe européenne sur les transactions financières. Le président de la Commission a déclaré que celle-ci permettrait de faire contribuer le secteur financier aux coûts de la crise et de soulager les finances publiques des États membres participants.Fondation Robert Schuman 29/10/12

 

 

 

 

Portugal Le FMI a esti.mé que le Portugal était désormais confronté à des risques accrus dans la réalisation de son programme de redressement financier, notamment en raison d'une contestation sociale de plus en plus forte après la présentation du budget 2013 d'une rigueur sans précédent... Fondation Robert Schuman 29/10/12.

 


 

Finlande En remportant 12,3% des voix aux municipales, les populistes d'extrême droite Vrais Finlandais ont plus que doublé leur score. "Pour de nombreux Finlandais, les Vrais Finlandais sont la solution à tous les maux, à commencer par la réforme des communes jusqu'à l'organisation du système de santé publique, en passant par la crise de l'euro. Dans le programme... figurent de nombreux sujets qui n'ont rien à voir avec la politique municipale, tels que l'aide au développement, les crédits accordés à la Grèce, les contributions à verser à l'Europe et l'enseignement obligatoire en suédois [dans les écoles]. La direction du parti a utilisé les problèmes économiques de l'Europe pour les municipales..." Eurotopics 29/10/12.



 

UE En faveur d'un commissaire de la zone euro, le président de la BCE apporte un franc soutient à la proposition allemande, qui entraînerait un renforcement accru du pouvoir de la Commission sur les budgets des États. Euractiv 29/10/12.



 

Lituanie L’opposition gagne les législatives en Lituanie. Le parti social-démocrate a remporté 38 sièges et le Parti du Travail 29 sur 141. L’opposition a souffert de l’impopularité du Premier ministre à cause de sa politique d’austérité drastique, louée à l‘étranger. L’Union patriotique est tout de même arrivé en deuxième position mais a peu de chances de trouver un partenaire pour gouverner. Euronews 29/10/12.

 

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 10:55

 

 

L'Union européenne (UE) a changé de religion. Elle est passée de la Trinité au tout aussi mystérieux 3% dont la pratique essentielle consiste à produire pour exporter suivant le modèle allemand qui fait feu de tout bois. Pour cela, il a fallu comprimer salaires, cotisations, allocations sociales...

 


L'Allemagne, exemplaire, exporte : machines outils aux pays émergents et voitures puissantes à leur bourgeoisie naissante. Elle a même trouvé, pour l’exportation, un gisement inattendu dans sa démographie.

Sa population diminue. En 2010, l'« accroissement naturel » était négatif, le nombre de décès était supérieur au nombre de naissances, de 180 000 personnes, partiellement compensé par une immigration de 130 200 personnes.

 

La population diminue et vieillit. Le nombre de personnes âgées augmente et elle manque de main d’œuvre. Elle doit faire appel à l'immigration ; elle est déjà parmi les pays qui ont la plus forte proportion d'immigrés dans l'UE.

Le phénomène n'est pas près de s'arrêter avec, en 2010, un taux de fertilité totale (nombre d'enfants par femme) de 1,39, un des plus faibles dans l'UE : seules l'Espagne, Malte et la Pologne avec 1,38, la Roumanie 1,33, la Hongrie 1,25 et la Lettonie 1,17 ont un taux inférieur.

 


Le nombre de personnes dépendantes augmente, les maisons spécialisées manquent de personnel, le coût est de plus en plus élevé pour les familles et les dépenses sociales. Les solutions sont multiples : soit utiliser la main d’œuvre étrangère, meilleur marché, soit délocaliser les établissement dans des pays de l'est ou ailleurs, soit exporter les personnes âgées dans des établissements qui se mettent en place dans ces pays. Dans ces établissements de qualité, quelquefois gérés par des Allemands, le coût est bien moindre : avec la retraite, même stagnante, et l'aide de l’État, les familles ont peu à débourser. Ces centres peuvent être plus ou moins éloignés, en Slovaquie, République tchèque, Hongrie, Espagne, Canaries ou même Thaïlande. Mais avec les moyens modernes de communications, la chaleur familiale peut toujours être transmise...
Certains envisagent même un partenariat d’État à État...

 


Seuls les pays riches et vieillissants de l'UE peuvent suivre cet exemple. Les autres doivent être créatifs ! Cela tombe bien. Malgré les « bonnes » politiques suivies, certains pays ont des jeunes à « exporter ». Ainsi, une ancienne présidente de la région de Madrid déclarait en septembre « si l'Allemagne a besoin de jeunes bien formés , Madrid peut les fournir ». L'Espagne n'est pas la seule. Entre le premier semestre 2010 et le second semestre 2011, le nombre d'immigrés en Allemagne, provenant d'Espagne et de Grèce a été multiplié, environ, par 3 : Espagne de 4 868 à 13 405 ; Grèce de 4819 à 14 889. (Le Monde 02/11/12).

 


Avec les politiques suivies depuis quelques années sur les conseils de la Troïka (FMI, BCE, UE), le chômage est florissant : en septembre 2012, 15,1 en Irlande, 15,7 au Portugal, 25,1 en Grèce, 25,8 en Espagne, et environ le double chez les jeunes. Avec les nouvelles émigrations, la population des 20-29 ans a diminué de 19,3% en Irlande, de 13,1% en Espagne, de 10,2% en Grèce, de 9,9% au Portugal, de 3,1% en Italie tandis qu'elle augmentait dans les pays les plus riches de l'UE : Allemagne +1,7%, France 1,8%, Finlande 2,1%, Autriche 2,5%, Pays-Bas 2,8%, Belgique 4,3%, Danemark 7,1%, Royaume-Uni 8,3%, Suède 12,3%.



Décidément, l'histoire et particulièrement l'histoire européenne est loin d'être un fleuve tranquille. Si un moment les pays du Sud de l'UE ont pu se réjouir de la chute des dictatures, de l'ouverture de l'Union à la main d’œuvre, un certain développement a permis l'arrêt de cette émigration vers les pas de l'UE et même le retour ce certains ou la transformation de pays d'émigration en pays d'immigration, voici à nouveau que la porte s'est ouverte par nécessité... Et pour combien de temps ?

Bien sûr, ces nouveaux émigrants ne vont pas seulement en Union européenne, ils se dirigent vers différents pays en fonction de données culturelles, linguistiques, diasporiques... Grecs en Australie, en Suède (demandes doublées par rapport à 2010), Irlandais pour le Canada, l'Australie, la Nouvelle Zélande ou en Asie, Portugais pour le Brésil, l'Angola, le Mozambique ou le nord de l'Europe.


En partant, ils donnent satisfaction à beaucoup de monde : ils diminuent les dépenses sociales, envoient de l'argent et font diminuer les chiffres du chômage (Grèce, Irlande, Portugal, Espagne, Italie la population en âge de travailler s'est réduite de 0,1 à 0,9%, elle a augmenté de 0,2% en Allemagne.


Certains ne cachent pas leur satisfaction. Dans cette ventilation de la main d’œuvre intraeuropéenne, ils veulent voir la constitution d'« un vrai marché du travail européen » !!! Le secrétaire d’État aux Finances irlandais, bon élève de la Troïka, veut servir de modèle à d’autres pays en crise. Avec un chômage en hausse, des salaires en baisse, le pays exporte ses produits dans le monde entier. Y compris des hommes !


En France, ceux qui songent à « s'exporter », ce sont les millionnaires persécutés. La France compte plus de millionnaires que n'importe quel pays européen, d'après le Crédit suisse.


Alors « l'humain » plus tard ? Ou simple variable d'ajustement ?

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche