Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 15:08

"J’accorderai le droit de vote aux élections locales aux étrangers résidant légalement en France depuis cinq ans. " C'est l'engagement n°50 de François Hollande, candidat à la présidence dela République.

 

 

 

 

Nous avons voté pour qu'ils votent !

 

Est-ce suffisant ?


Faut-il se contenter d'attendre ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le droit de vote des résidents étrangers aux élections municipales est donc un engagement de François Hollande, lors de la campagne présidentielle. Le passage à l'acte, c'est maintenant.


La réalisation de cet engagement nécessite une modification de la constitution. Pour cela, le projet doit être  voté par 'Assemblée nationale et le Sénat en termes identiques. Il faut ensuite qu'il soit approuvé à la majorité qualifiée des trois cinquièmes de ces deux assemblées réunis en Congrès ou par référendum. Le président de la République a le choix entre ces deux procédures, également difficiles.


La gauche dispose d'une majorité à l'Assemblée nationale et au Sénat (au moins jusqu'en 2015 date des prochaines élections sénatoriales)  qui devrait permettre l'adoption, sans problème, du projet de loi dans les mêmes termes dans les deux assemblées.


Il est probable que la réforme constitutionnelle ne portera pas sur cette seule question mais pourrait être constituée d'un paquet de réformes :  inscription de la laïcité (engagement 46), composition de Conseil constitutionnel, statut pénal du chef de l'état (47), nomination aux plus hautes fonctions de l'état, rôle du Parlement (48), démocratie sociale (55) . Chacune de ces réformes sera adoptée, séparément,  à l'Assemblée nationale et au Sénat. 


C'est l'ensemble du projet de réforme de la Constitution qui doit être approuvé par une majorité des trois cinquièmes en Congrès. Il est évident que, pour obtenir cette majorité qualifiée, le président devra soumettre au Congrès des réformes voulues ou acceptées par une partie de la droite. Si l'une d'entre-elles est un "casus belli", le président sera contraint de faire des concessions sur un autre point ou de la retirer, pour faire passer l'ensemble.


Le droit de vote des résidents étrangers peut être ce point de blocage. Car il est difficile de réunir une majorité des  trois cinquièmes favorables au droit de vote des résidents étrangers  au Congrès. En comptant que toute la gauche, au sens large, soit favorable à cette modification, le compte n'y est pas (Tableau). Il n'y a que  523 parlementaires de gauche, il en faut 555 pour arriver à la majorité qualifiée.  De plus, il n'est pas exclu que certains parlementaires de "gauche", votent contre, s'abstiennent ou soient absents au moment du vote. Pour obtenir, la majorité qualifiée requise, il faut donc trouver 40 à 50 voix au centre ou à droite.


Ce ne sera pas facile. Certes, certains parlementaires qui ne sont pas de gauche se sont prononcés en faveur du droit de vote des résidents étrangers aux élections municipales comme  jean-Louis Borloo, Jean-Pierre Raffarin ou Yves Jégo mais il ne sont pas très nombreux et il n'est pas certain qu'ils votent contre la majorité de leur camp.

Le candidat Hollande a prévu cette difficulté dans un débat le 2 mai 2012.  Si le droit de vote ne peut être voté par le Congrès, l'autre solution consiste à soumettre le projet de modification à référendum : «ce sera au peuple français et seulement au peuple français de pouvoir en décider».


Il est fort probable que le président de la République hésitera avant de s'engager dans cette voie. Il n'est pas sûr de gagner d'une part, d'autre part lancer le débat sur cette question entraînerait fort probablement un conflit passionné, au moins dans certains secteurs de l'opinion publique, et ce n'est pas, semble-t-il dans la volonté du président de la République de susciter, d'exacerber les affrontements.


Dans les deux cas, les partisans du droit de vote ne peuvent se dessaisir de la question : voie parlementaire ou voie référendaire, une forte mobilisation de tous les militants sera nécessaire pour faire pencher la balance.


Assemblée nationale/ Groupe Membres Sénat
Groupe
Membres Congrès
Total

577

Total

348

925

Socialiste, républicain et citoyen 297 Socialiste et apparentés 128  
Écologiste 17 Écologiste 12  
Gauche démocratique et républicaine 15 Communiste, républicain et citoyen 21  
Radical républicain, démocrate et progressiste 16 Rassemblement démocratique et social européen 17  
 

345

 

178

523

UMP 196 UMP et apparentés 132  
Démocrates indépendants 29 Centriste et républicain 31  
 

225

 

163

388

Non inscrits

7

Non inscrits

7

14

 

Repost 0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 18:53

 

 

En juin 2012 par rapport à juin 2011, la production industrielle a baissé de 2,1% dans la zone euro et de 2,2% dans l'UE27. Eurostat 14/08/12.

 

Allemagne : La Rhénanie du Nord-Westphalie, Land le plus peuplé d’Allemagne et où l’on compte le plus d’élèves musulmans (320 000), prend les devants et commence, ce mercredi, l’enseignement de la religion musulmane dans 44 écoles primaires. Ainsi, le gouvernement régional compte envoyer un signal à ses 15 homologues qui se débattent depuis plus d’une décennie pour établir l’enseignement de l’islam chez eux rapporte la Süddeutsche Zeitung.
Le début n’est pas optimal. Il n’y a pas encore de professeurs formés et le programme d’études n’est pas fixé. Mais il y a la volonté d’enfin démarrer et d’envoyer un signal.
Avant que les premiers professeurs de religion islamique ne sortent de l’Université, en 2019, ce seront les enseignants de culture islamique, qui existe déjà dans plusieurs Länder, qui vont se charger de l’enseignement religieux. L’introduction à la foi musulmane suscite un débat en Allemagne où catholiques et protestants sont réconnus comme des “communautés de foi” ayant le droit d’établir le programme de l’enseignement de la religion à l’école, contrairement aux musulmans. Presseurop 21/08/12

 

LA LETTRE DU FORUM ROBERT SCHUMAN 27/08/12

Le 12 septembre 2012, les Néerlandais sont invités à élire les 150 membres de la Tweede Kamer (Chambre des États Genéraux). La coalition gouvernementale sortante (VVD, CDA et SGP), minoritaire, est tombée sur la question du budget 2013. Les Pays-Bas, pourtant notés AAA, sont entrés en récession...

La
République de Chypre en récession... prévoit que son économie devrait se contracter de 1,5% en 2012, un taux plus élevé que celui de 0,5% prévu précédemment, le déficit budgétaire restant supérieur à 3% du PIB...

Le budget  2013-2014 approuvé par le gouvernement espagnol doit désormais être soumis à la CE. Il prévoit des mesures pour réduire le déficit budgétaire à 4,5% en 2013 et 2,8% en 2014...

L'Espagne n'a finalement enregistré en 2011 qu'une croissance du PIB de 0,4% contre 0,7% annoncé... La quatrième économie de la zone euro,  privée depuis 2008 de son moteur de croissance, la construction, peine depuis à se relever et a renoué ces derniers mois avec la récession, à peine deux ans après en être sortie.

Le produit intérieur brut de la Finlande a reculé au deuxième trimestre de 1% par rapport au trimestre précédent, selon une première estimation de l'institut statistique finlandais.

Le PIB de la Grèce s'est contracté de 6,2% au deuxième trimestre 2012, après une contraction de 6,5% au premier trimestre 2012...

L'économie italienne s'est enfoncée dans la récessionau deuxième trimestre avec une nouvelle contraction de 0,7% de son PIB par rapport au trimestre précédent... 

Chômage record au Portugal de 15% au deuxième trimestre alors qu'il s'établissait déjà à 14,9% au trimestre précédent. Le gouvernement portugais prévoit sur l'ensemble de l'année un taux de chômage à 15,5% avant d'atteindre un pic à 16% en 2013...

Recul du PIB britannique de 0,5% au deuxième trimestre de l'année 2012. La production industrielle s'est contractée de 0,9%, et les services de 0,1%. La consommation domestique a diminué de 0,4%...

L'Office fédéral des statistiques allemand a annoncé le 23 août que le gouvernement, pour la première fois depuis 2008, avait dégagé un excédent budgétaire de 0,8% du PIB. Le système de protection sociale a dégagé un large bénéfice (11,3 milliards d'euros) permettant de combler amplement le déficit de l'Etat fédéral et des Länder (3,3 milliards d'euros). Le déficit public devrait atteindre 0,5% sur l'année, et la croissance était de 0,3% au deuxième trimestre. Ces bons chiffres s'expliquent par les fortes exportations, une consommation intérieure importante et un marché du travail dynamique...


Stabilisation du taux d'inflation aussi bien dans la zone euro que dans l'UE, à respectivement 2,4 et 2,5%. Suède, Grèce, Allemagne et Lettonie enregistrent les taux les plus faibles (< 2%), et la Hongrie, Malte et l'Estonie les taux les plus forts (> 4%). Boissons alcoolisées, tabac, logement et transports sont les secteurs connaissant la plus forte hausse des prix, tandis qu'ils ont diminué de plus de 3% dans le secteur des communications...

Excécent commercial record : zone euro et UE ont enregistré, au mois de juin, des excédents commerciaux, respectivement à hauteur de 14,9 milliards et 0,4 milliard d'euros. La balance commerciale s'est sensiblement améliorée depuis un an, puisque en juin 2011, la zone euro enregistrait un excédent de seulement 0,2 milliard d'euros, et l'UE un déficit de 15,3 milliards d'euros. L'Allemagne, les Pays-Bas et l'Irlande ont la meilleure balance commerciale, tandis que le Royaume-Uni, la France et l'Espagne enregistrent les déficits les plus importants. L'exportation de produits manufacturés et l'importation de ressources énergétiques ont fortement augmenté...

Eurostat a annoncé que le PIB de la zone euro et de l'UE étaient en recul de 0,4 et 0,2% au deuxième trimestre 2012 par rapport au deuxième trimestre 2011. La Grèce enregistre un recul de plus de 6%, tandis que l'Italie, Chypre et le Portugal font face à des reculs de plus de 2%. Les trois pays baltes affichent les meilleurs résultats, avec une croissance supérieur à 2,5%...

 

Espagne : Les mariages civils représentent 60% des unions, le nombre de cérémonies religieuses dégringole. Chaque année, le nombre de mariages diminue en Espagne. Pourtant, les unions officialisées devant un tribunal ou à la mairie ne cessent d’augmenter. L’année dernière, 97 666 mariages civils ont été célébrés, presque le double de 2000. Les mariages religieux ne cessent de baisser, passant de 152 000 à 62 000 en dix ans. Une chute qui confirme la sécularisation de la société espagnole. El Correo Bilbao Presseurop 28/08/12.

 

La ville de Hambourg a décidé de reconnaître officiellement des jours fériés musulmans, leur donnant une valeur similaire aux jours fériés chrétiens.
Tous les salariés seront concernés et pourront être absents lors de certaines fêtes religieuses et les écoliers auront droit à trois jours par an (mais devront rattraper les heures perdues).
Cette nouveauté est introduite par un accord, passé avec plusieurs associations musulmanes et alévies, après cinq ans de négociations. Cet accord, une première en Allemagne, a été réalisé sur le modèle d’accords conclus en 2007 avec la communauté juive et en 2005 avec les églises catholiques et protestantes.
Cet accord prévoit aussi d’élargir l’enseignement religieux, obligatoire en Allemagne. Actuellement, ne peuvent enseigner que des professeurs protestants : à terme, des professeurs musulmans pourront être chargés de cours.
La question du voile passée sous silence. Le maire de Hambourg, Olaf Scholz, ne veut pas prendre de décision officielle et laisse la discussion ouverte au sein des entreprises. Martin Untersinger Rue 89 16/08/12 -

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 17:31

 

Pour la 1ère fois, plus de 200.000 personnes en République d'Irlandese trouvent au chômage depuis plus de 12 mois. Le quotidien conservateur Irish Independent attribue cela à l'éclatement de la bulle immobilière et ne s'attend pas à une amélioration de la situation : "Pour les individus qui dérivent dans le chômage longue durée, il sera particulièrement difficile de retrouver du travail, même si l'économie devait lentement reprendre... De nombreux chômeurs longue durée travaillaient dans le secteur de la construction avant que n'explose la bulle immobilière. La majorité des 180.000 postes qui y ont été supprimés ces 5 dernières années ne seront vraisemblablement jamais recréés. Il est largement plus probable que de nouveaux postes soient éliminés."Eurotopics (02.08.2012)


Quarto Reich : Pour Il Giornale, détenu par le frère Silvio Berlusconi, la décision de la BCE est dictée par l'Allemagne. Le journal estime que le "quatrième Reich", s'impose en Europe. Il Giornale compare la pression opérée par l'Allemagne sur l'Europe à celle qui existait sous les nazis. "Le non de Merkel met l'Europe à genoux". Euractiv 03/08/12.


Le seul moyen de sauver l’Europe n’est pas une stratégie de relance, mais moins d’austérité...Aider les Italiens et les Espagnols c'est nous aider aussi. La stratégie allemande depuis le début de la crise est un échec. Eric Heyer (OFCE) Eurctiv 27/07/12.


Le pays qui a pris les rênes de l'UE depuis un peu plus d'un mois traverse une mauvaise passe financière..., l'agence Standard and Poor's annonce  avoir abaissé la note souveraine de Chyprede BB+ à BB, tout en la plaçant sous surveillance avec implication négative. S&P anticipe une augmentation de l'endettement chypriote qui pourrait dépasser 105% du produit intérieur brut (PIB) l'an prochain. Euractiv 02/08/12.


Le taux de chômage à 11,2% dans la zone euro-17 (10,0 en juin 2011) et 10,4% dans l'UE27 (9,5 en juin 2011).

Les taux de chômage les plus bas ont été enregistrés en Autriche (4,5%), aux Pays-Bas (5,1%) ainsi qu'en Allemagne et au Luxembourg (5,4%), et les plus élevés en Espagne (24,8%) et en Grèce (22,5%).

Sur un an, le taux de chômage a baissé dans 7 États, augmenté dans 19 et est resté stable en Suède. Les baisses les plus importantes ont été observées en Estonie (de 13,6% à 10,9%), en Lettonie (de 17,1% à 15,3%) et en Lituanie (de 15,4% à 13,7%).

Les plus fortes hausses ont été enregistrées en Grèce (de 16,2% à 22,5%), en Espagne (de 21,2% à 24,8%) et à Chypre (de 7,6% à 10,5%). Eurostat, 31/07/12.


Quelle est l’influence de l’Europe sur la législation nationale ? Juristes et spécialistes de l’administration publique se sont penchés sur les lois, et ont calculé le nombre d’entre elles qui dérivaient directement de réglementations européennes. Différentes enquêtes, menées dans plusieurs pays, sont parvenues au même résultat :environ une loi sur cinq était influencée par l’UE... Les enquêtes soulignent d’énormes différences selon le domaine : l’ Asser Instituut a calculé que les deux tiers de la législation en matière d’environnement étaient influencés par l’Europe, contre 6 % pour l’éducation. Presseurop 31/07/12.


Sommet des 28 et 29 juin 2012, « 19 ème sommet de la dernière chance ». Lignes d'Attac, juillet 2012


En 2009, les impôts sur le patrimoine des ménages représentaient 8% des recettes fiscales en France contre 7,4 en Suisse, 12 au RU et 14 aux États-Unis. Le Monde 31/07/12.


Du coté de la City,on ne peut pas ne pas se souvenir que la permanence historique de la politique britannique a toujours été d’éviter toute unification sur le continent européen. Ce pourquoi la Grande Bretagne a toujours agi pour que l’Union européenne ne soit qu’une simple et vaste zone de libre  échange. J-M Colombani  Slate.fr 31/07/12.


Grèce : Une fois les Jeux terminés, la plupart de la vingtaine de bâtiments construits pour l'occasion n'a plus jamais été utilisée. Une aberration au regard du budget dépensé : de 4,6 milliards d'euros prévus au départ, il est serait passé, selon les chiffres officiels, à 11,2 milliards. Selon des estimations indépendantes, il serait en fait grimpé à 20 milliards d'euros. Les sommes dépensées pour Athènes 2004 ont porté un coup fatal à la Grèce. Slate.fr 31/07/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 20:42

 

Les « subprimes »des banques étasuniennes sont à l'origine de la crise de 2008. La spéculation des banques est à l'origine de la bulle immobilière et des difficultés de l'Espagne et de l'Irlande, ces bons élèves de l'UE.

Personne ne s'est ému tant que la crise ne touchait que les souscripteurs. C’est devenu grave quand les banques ont été entraînées dans la tourmente. Après Lehman-Brothers, les États ont volé au secours des banques. L'endettement est devenu public.

 


L'image du gros capitaliste au cigare a disparu. Les marchés anonymes mènent la danse. Les entreprises, les banques « pauvres victimes » qu'il faut aider, refinancer. Et protéger leurs dirigeants par des salaires faramineux, des stock options, des parachutes dorés même s'ils sont responsables des catastrophes !


 

La politique ne se fait pas à la corbeille, aurait dit le général de Gaulle. Aujourd'hui, elle veille à la santé des marchés et des banques. Pour les satisfaire, 18 ou 19 sommets européens de la dernière chance, sans grand succès. L'économie mondiale plonge avec des chômeurs par millions, variable d'ajustement comme ils disent...




« Depuis vingt ans, les marchés se sont crus tout permis parce qu’on leur a tout permis en détricotant les régulations existantes. Ce temps est révolu : aucun acteur de marché n’échappera à une régulation publique, ils doivent le savoir. Nous sommes en train, à grande vitesse, de reconstruire ce qui a été défait » (Barnier Michel, Coulisses de l'Europe 04/08/12). Acceptons en l'augure. Mais qui a « détricoté » et « tout permis ». Si ce n'est les politiques ?

« Ils doivent savoir... ». Ils tremblent après toutes les fermes déclarations des uns et des autres. Par exemple, sur les paradis fiscaux, toujours aussi prospères – et pas seulement dans des îles exotiques mais à Londres, dans les îles anglo-normandes, au Luxembourg, au Liechtenstein...

 


De toute façon, les banques françaises sont solides. Après la publication des tests de résistance, aujourd'hui bien oubliés François Baroin, ministre de l'Économie, : « Il n'y a aucune interrogation et aucune inquiétude à avoir sur le dispositif bancaire ». Et pour Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France : « très solides. Elles ont une base de capital importante, comparable à celle des autres banques européennes et elles sont rentables. En tant que superviseur, nous sommes vigilants et nous connaissons leur bilan. Aucune ne cache d’actifs toxiques » (JDD 27/09/11).

 


Mais que sont devenus les 6 milliards d'euros du sauvetage public de Dexia de 2008 ? Et le test de résistance Dexia passé haut la main ? Finalement où est passée Dexia ?

 


La CE a reconnu que des banques européennes, qui n'ont pas échoué lors du test auront vraisemblablement besoin d'être recapitalisées du fait de la crise de la dette (La Lettre 502 Fondation Robert Schuman). Car les tests sont « comiques » ou « pathétiques » (Jacques Attali). Test ou non, Christine Lagarde de parler de la nécessité « urgente »de recapitaliser un certain nombre de banques européennes (Politis 15/09/11). Dexia avait obtenu la troisième meilleur note de solvabilité parmi les grandes instituions bancaires (El Païs cité par CI 17/10-02/11/2011). Alors pour qui toutes ces déclarations ? Pour amuser le tapis ?

 

 

Les banques ne se sont pas contentées de créer des produits sophistiqués et hasardeux dans lesquels elles ont entraîné le système, elles se sont engagées dans des opérations reconnues comme illégales...
La dernière affaire est la manipulation du Libor...
« De vrais salauds ! », s’exclame ce haut fonctionnaire européen... Cinq ans après l’éclatement de la bulle des « subprimes » américaines, 4 ans après l’explosion des bulles immobilières irlandaises et espagnoles, 3 ans après le début des attaques spéculatives contre la zone euro, la CE croyait que les banques ne pourraient plus surprendre... Loupé ! (Jeaan Quatremer 17/07/12). Et on parle d'échec de l'autorégulation. Depuis quand demande-t-on aux délinquants de s'autoréguler ?

 


Barclays, 4ème banque du Royaume-Uni, va payer une amende de 360 millions d'euros pour mettre un terme à des enquêtes des régulateurs britannique et américain et éviter des poursuites judiciaires... Barclays n'est pas le « mouton noir ». Auraient participé à la manipulation du Libor la Bank of America, la Royal Bank of Scotland, JP Morgan Chase, Citigroup, UBS, HSBC, Llyods, Crédit suisse, Deutsche Bank, Société générale…

Des enquêtes, des poursuites pénales sont envisagées, jusqu'à quel niveau ? L’ancien PDG de Barclays met en cause le vice-gouverneur de la banque d’Angleterre... Le gouverneur de la banque d'Angleterre montre du doigt la FSA (autorité financière) qui accuse Barclays... « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette... »

 


A partir de l'exposition de chaque banque aux actifs indexés sur le Libor. Morgan Stanley chiffre le coût pour les banques : 60 millions de dollars pour Lloyds, 350 millions pour la Société générale... 1,1 milliard pour Deutsche Bank ou RBS. Au total, la facture pour les deux prochaines années, près de 20 milliards de dollars pour l'ensemble des banques soupçonnées. Et l' Europe cherche s'il y a eu aussi une entente sur les cousins européen (Euribor) et japonais (Tibor)...

 


Cela n'empêche pas la banque HSBC de faire des affaires ou peut-être en ont elles été favorisées : bénéfice avant impôt en hausse de 11%. HSBC a plusieurs cordes à son arc !
De 2004 à 2010, la banque aurait blanchi de l'argent aux États-Unis et au Mexique en utilisant les paradis fiscaux. Elle a permis de faire circuler, sans contrôle, dans le monde entier, des sommes importantes, notamment, du cartel de la drogue, du terrorisme (Al Qaida), de l'Iran, de la Corée du nord, de la Birmanie (Time Presseurop 18/07/12). Un accord pour éviter les poursuites judiciaires est en négociation avec les autorités aux États-Unis et la banque a mis de coté 700 millions de dollars pour cela.

Elle est aussi accusée, comme nombre d'autres britanniques de vente agressive de produits que les clients achetaient souvent sans s'en rendre compte, en cochant une case en même temps qu'ils contractaient un prêt. Et aussi de la vente de produits d'assurance aux PME... (ainsi que Barclays, Lloyds, RBS) volontairement flous sur les conditions et les risques. Ces banques ont été condamnées à rembourser leurs clients.


Le Monde a trouvé l'explication « l'absence de valeurs éthiques et culturelles pour guider les cadres dirigeants des banques » (01/08/12). Le Jornal de Negócios de Lisbonne est moins timoré. « Complices, les banques et les politiques sont responsables du désastre bancaire en Espagne. Et ce sont les citoyens qui vont devoir en assumer les conséquences »(12/06/12). Tout le monde ment... aux contribuables/citoyens. Et de parler « des républiques de débiteurs et des monarchies de créanciers. Des financiers qui savent tout et qui embobinent des politiciens qui ne savent rien. Et qui ont la suprême audace de traiter les autres, qui paient pour leurs erreurs, d'analphabètes de la finance. Oui, ceux qui ont fait exploser les budgets futurs..., provoquent faillites et chômage, sont aussi ceux qui accusent le peuple d'ignorance financière ». Et de demander si mentir aux institutions européennes, comme cela a été le cas en Grèce, est plus grave que mentir au peuple ?

 


Disons que dans les 2 cas, ce ne sont pas les banksters et leurs complices politiques qui paient les factures mais les peuples...

 


Pour le moment, seule la petite république d'Islande échappe à la règle générale. Si petite qu'il n'est pas nécessaire de beaucoup en parler. Après la chute de Lehmans Brother, les 3 principales banques d'Islande (923% du PIB) s'écroulent. Après démission du gouvernement, élections, refus de se soumettre au diktat des institutions bancaires internationales, les Islandais se sont donnés les moyens de poursuivre ceux « qui ont poussé l'Islande dans l’abîme économique ».

A ce jour, deux anciens dirigeants de banque purgent une peine de quatre ans et demi de prison. L'ancien directeur de cabinet du ministre des finances a été condamné à deux ans de prison ferme. Un ancien président de banque a été condamné à rembourser à la banque 3,2 millions d'euros et tous ses avoirs ont été gelés. D'autres attendent de passer devant la justice. La plupart sont d'anciens cadres financiers qui ont souvent choisi de s'exiler (Charlotte Chabas Le Monde 12/07/12).

Mais si tous les pays appliquaient la même politique, si tous les financiers véreux étaient emprisonnés où pourrait-on mettre les voleurs de poules ?

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 10:41

 

Pesaro est une ville portuaire et balnéaire, italienne de 92 000 habitants, sur le bord de l'Adriatique. C'est dans cette ville qu'est né Gioachino Rossini (musée dans sa maison natale).

Chaque année, à l'occasion du festival de cinéma, nous y passons une semaine. Voci quelques photos faites en 2012.

Photo-140.jpgC'était cette année la 48ème Mostra avec une rétrospective Nanni Moretti.

Le festival se déroule dans 1 ou 2 salles de la ville et, le soir, sur la "Piazza del Popolo". Toutes les séances sont gratuites.

 

Le port de pêche.

Photo-105.jpg


Photo-111.jpg

Photo-112.jpg

 

Photo 110


 

Photo-121.jpg


Photo 119


Photo-132-copie-1.jpgDes excursions sont oganisées en catamaran, à partir de Pesaro, pour la Croatie qui est de l'autre coté de l'Adriatique.

 

Pesaro est aussi une sation balnéaire avec une immense plage de sable, une eau toujours chaude. La plage s'enfonce en pente douce, protégée par une bande artificielle de rochers.

 

Photo 145Comme souvent, en Italie, la plage est envahie par des plagistes, quelquefois en accord avec les hôtels. La plage publique gratuite, ici, au centre ville, est réduite, elle est plus étendue à l'extérieur.

Photo-138-copie-1.jpg

Le marché sur la plage

Photo 136Les bicyclettes sont très utilisées. Certains hôtels en mettent, gratuitement (!), à la disposition des clients...

Photo 189

Les pistes cyclables traversent toute la ville à proximité des plages

Photo-188.jpgIl n'y a pas que des vélos...

Photo 190

ET TOUJOURS LE... CINEMA

 

Photo 134-copie-1


Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Cinéma
commenter cet article
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 22:10

 

Angela Merkel a-t-elle vraiment perdu ? 

                     Le calendrier de réduction des déficits n'a pas été modifié.
                    Le « pacte budgétaire » de Merkel et Sarkozy est toujours là.
                    Le pacte de croissance
: Le montant des sommes mobilisées ne représente que 0,9% du PIB de l'UE. En 2009, Barak Obama avait su mobiliser 1000 milliards d'euros, soit 7% du PIB des États-Unis pour relancer la croissance...
                   
La taxe sur les transactions financières... est une avancée.... L'accord...ne précise ni le nombre d’États concernés, ni le taux ou l'assiette, ni les délais de sa mise en œuvre.
                  
Le rachat de la dette publique des États européens par les fonds de secours européen. L'accord... prévoit que le FESF (ou le MES qui va prendre sa succession) devrait pouvoir racheter des dettes publiques....
Jusqu'à cet accord, c'était la BCE... Or la BCE a une « puissance de feu » illimitée puisque c'est elle qui crée les euros.... le FESF et le MES ont, par contre, une puissance de feu limitée.
                  
La recapitalisation des banques par les fonds de secours européen... Le MES ou le FSEF pourront recapitaliser directement les banques, à commencer par les banques italiennes et espagnoles.
En 2011, les 15 premières banques européennes ont distribué 18 milliards de dividendes à leurs actionnaires. Pourquoi ne les ont-elles pas utiliser à recapitaliser ?... Angela Merkel n'a fait qu'accepter que les dettes privées soient transférées à la dette publique européenne.
                
Un risque accru de récession généralisée pour toute l'UE.
                Soumettre le TSCG à un référendum.
(D'après Jean-Jacques Chavigné in Démocratie et socialisme n°196 Spécial été 2012.)


Mario Draghi, le président de la BCE, a reçu le soutien des chefs de l'exécutif français, allemand et italien pour racheter des obligations espagnoles s'il le faut. Mario Draghi a déclaré le 26 juillet que “la BCE est prête à faire tout ce qui est nécessaire pour préserver l’euro”. Les échos Presseurop 30/07/12.


Croissance européenne :

                 En réalité, il ne s'agit pas de 120 milliards mais de 10 milliards de fonds nouveau... Pour le reste des 12 milliards, ce sont des fonds structurels européens qui n'ont pas encore été engagés...Et puis, il faut raison garder, 10 milliards pour lancer de nouveaux projets dans l'UE, avec 27 pays, c'est peanuts.... Eva Joly
                 Les 120 milliards... représentent moins de 1% du PIB européen, quand les banques ont obtenu, entre décembre et février, que la BCE leur prête 1000 milliards d'euros à 1% sur 3 ans ! Jean-Luc Mélenchon
                 Ce n'est point par erreur qu'il est interdit à la BCE de monétiser les dette mais parce que c’est le seul moyen de contraindre tous les États à se financer sur le marché financier , moyennant un gigantesque impôt prélevé par le système bancaire sur l'économie productive européenne. Jean-Luc Mélenchon.
(Dans le numéro 1213-14-15 de Politis de juillet-août 2012).


Les « super-riches » de la planète cachent dans les paradis fiscaux 17 000 milliards d'euros soit 10 fois le PIB de la France selon une étude l'association britannique Tax Justice Network Le Monde24/07/12.


L’Espagne va demander à l’UE des mesures rapides pour faire baisser la prime de risque. Expansion.
La Grèce se dirige vers la banqueroute. Süddeutsche Zeitung.
Italie : Dix villes risquent la faillite. La Stampa.
Pologne :
Une avalanche de banqueroutes. Les entreprises ferment.Dziennik Gazeta Prawna. Presseurop 23/07/12.



Martin Schulz, président du PE, a dit : « Nous agissons avec des majorités claires. Je vais vous donner trois exemples. Il y a 2 ans, le PE a demandé et présenté un pacte d'investissement correspondant à 1 % du PIB de la zone euro. La proposition a été rejetée [par le Conseil]. L'année passée, il a voté la taxe sur les transactions financières à 570 voix – une majorité telle que je n'en avais jamais vu, tous groupes confondus. Idem, rejetée. Enfin, il y a 2 ans, le PE a demandé avec une majorité écrasante une union bancaire. Encore une fois, sa proposition a été rejetée.

Et aujourd'hui, avec un délai de réaction de 24 mois, le Conseil européen décide de mettre en place une union bancaire, une taxe sur les transactions financières et un pacte de croissance de 1 %, et il voudrait qu'on lui jette des fleurs. Ce ne sont que des idées que le PE a depuis longtemps proposées, et que les chefs d’État et de gouvernements ont refusé avec arrogance. Et nous avons perdu 2 ans. En résumé : le PE agit, les chefs de gouvernement, malheureusement, non ». Presseurop 23/07/12.


À la fin du premier trimestre 2012, le ratio de la dette publique1 par rapport au PIB s'est établi à 88,2% dans la zone euro3 (ZE17), contre 87,3% à la fin du quatrième trimestre 2011. Dans l'UE273, le ratio a augmenté passant de 82,5% à 83,4%. Par rapport au premier trimestre 2011, le ratio de la dette publique par rapport au PIB s'est accru tant dans la zone euro (passant de 86,2% à 88,2%) que dans l'UE27 (de 80,4% à 83,4%).Eurostat 23/07/12.


Le DAILY TELEGRAPH consacre sa UNE à une longue interview de David Cameron... dans laquelle l(il) évoque plusieurs grands thèmes : l’austérité qui pourrait se prolonger jusqu’en 2020, l’UE (soulignant qu’il ne fera jamais campagne pour une sortie du RU) et la coalition qui pourrait opter pour une relation « plus souple » l’année précédant les élections. L’INDEPENDENT évoque le soutien des libéraux-démocrates à une version réduite du programme de remplacement du Trident (dissuasion nucléaire), sujet qui selon le journal sera un des thèmes de la prochaine campagne électorale. Revue de presse ambassade France à Londres 20/07/12.


Des centaines de milliers de manifestants ont dénoncé... à Madrid le plan de 65 milliards d’euros d‘économies mis en place par le gouvernement Rajoy d’ici 2014. Ce plan comprend une hausse de la TVA et des coupes budgétaires supplémentaires frappant les chômeurs et les fonctionnaires. Un hold-up selon ces deux agents publics :

Lorsque la crise a commencé ils ont baissé notre salaire. Nous avions compris que nous devions faire un effort et nous n’avions pas protesté. Mais maintenant, il continue à demander des efforts alors que nous ne sommes pas responsable de toute cette situation. C’est injuste, c’est pourquoi nous sommes venus ici”, explique cette fonctionnaire au service des impôts. Euronews 20/07/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 20:31

 

Notre Festival de cinéma de Pesaro 2012

48ème MOSTRA INTERNAZIONALE DEL NUOVO CINEMA

PESARO 25/06/12-02/07/12

 

Photo-139.jpg

 

Le programme s'articulait autour de 4 types de films :

  1. Concorso Pesaro Nuovo Cinema (Nouveau cinéma mondial)

  2. Il cinema documentario oggi : l'Italia allo specchio (L'Italie au miroir de son cinéma documentaire)

  3. 50 anni del Manifesto di Oberhausen

  4. 26° evento speciale : Nanni Moretti (Rétrospective de l'œuvre de Nanni Moretti en présence de l'auteur).

 

Programme complet sur le site de la « MOSTRA ».

 

On trouvera ci-après, la liste des films que nous avons pu voir pendant ce séjour, quelques réflexions sur certains d'entre eux et sur le cinéma de Nanni Moretti.


1 - Nuovo Cinema :
- « Un consiglio a Dio » de Sandro Dionisio, (2012, 72 mn).

 

Photo-158.jpg


 

Vinicio Marchioni (acteur principal), Giovanni Spagnoletti (directeur artistique de la Mostra), Sandro Dionisio.(réalisateur).

 

Long monologue d'un homme qui gagne sa vie en collectant les corps d'immigrants, échoués sur une plage. Il parle au cadavre qu'il a récupéré et baptisé Napoléon... Monologue entrecoupé d’entretiens avec le gardien du cimetière qui consent à enterrer ces corps et met une croix sur leur tombe pour leur donner une dignité (ce qui lui est reproché, ils sont musulmans), avec d'autres immigrants, d'origines diverses, qui ont « réussi » le passage : un Tunisien, un Marocain, un Ethiopien, un Burkinabé, un(e) Albanais(e)...

Notre collecteur va mourir avant l'aube et être ramassé comme cadavre de clandestin par des concurrents amateurs.

Absolument remarquable, à la fois documentaire et film, « analyse lyrique et féroce de la réalité »....

 

- « TOKYO PLAY BOY CLUB » de Yosuke Okuda, Japon, ( 2011, 97 mn).

Un jeune, « énergique », venant de province, arrive à Tokyo et se rend chez un ami à qui il a rendu service, autrefois. Celui-ci, directeur d'un night-club, intégré et soumis à une chaîne « mafieuse », l'accueille amicalement. Les complications surviennent du fait de son énergie et de son manque de « souplesse ». Violent, il refuse de se soumettre à l'ordre violent établi.

- IN APRIL THE FOLLOWING YEAR, THERE WAS A FIRE : Wicchanon Somunjarn, Thaïlande (2012, 76 mn).

Un jeune quitte la capitale pour revenir dans sa ville natale à l'occasion du mariage d'un ami... Mélange de la réalité, chômage, des loisirs des jeunes, et de ses souvenirs...

 

Parmi les autre films présentés, nous avions déjà vu Barbarade Christian Petzold, Allemagne, 2012, 105 mn et SharqiyadeAmi Livne, Israël-France-Allemagne, 2012, 82 mn.

 

2 – Documentaires italiens

- MUSI NERI : Filippo Biagianti, (2012, 47 mn)

Musi neri, « gueules noires », Italiens émigrés en Belgique pour travailler dans les mines. Lors de la catastrophe de Marcinelle, 9 victimes venaient de la commune de Pesaro. Témoignages d'anciens mineurs et images d'époque.


- QUINTOSOLE : Marcellino De Baggis (2004, 51 mn)

Dans une prison des environs de Milan, les détenus constituent une équipe de football qui joue contre les gardiens puis dans le championnat régional. Entretiens avec les joueurs, le personnel, le directeur et des intervenants de l'extérieur dont l’entraîneur, professionnel. Même si la cellule est plus petite que les « bois », la prison est en nous ; se concentrer sur le match est une évasion, le défi est la sortie.


- ARMANDO E LA POLITICA : Chiara Malta (2008, 73 mn)

La cinéaste, entre Paris et Rome, essaie de comprendre l'évolution politique de son père à travers photos, discours du père, entretiens avec ses (anciens) amis ou collègues... Les tribulations incertaines d'un politicien de « centre gauche »...


- GRANDI SPERANZE : Massimo d'Anolfi, Martina Parenti (2009, 77 mn)

La formation de « jeunes cades dynamiques » de la nouvelle société italienne... L'un d'eux va essayer d'implanter une usine d'eaux minérales en Chine. Dure tâche...


- PALAZZO DELLE AQUILE : Stefano Savona, Alessia Porto, Ester Sparatore (2011, 128 mn)

Des sans-logis occupent pacifiquement la mairie de Palerme pour obtenir satisfaction. Reportage au jour le jour, avec les difficultés pour définir les règles démocratiques, les bénéficiaires éventuels de l'occupation... A cette occasion, description de la vie des occupants..


- SCUOLAMEDIA : Marco Santarelli (1971, 77 mn)

La vie dans un collège de la périphérie de Tarente, coincée entre un complexe industriel, des HLM et un couvent de Carmélites. Reportage suit la vie quotidienne de l'école avec des enseignants très préoccupés de l'avenir de leurs élèves dans un milieu défavorable où ils essaient de leur apprendre la liberté et la responsabilité en abordant les questions de la vie quotidienne : avenir professionnel, absentéisme, sexualité...


- COME UN UOMO SULLA TERRA : Andrea SEGRE, Dagmawi YMER , Riccardo BIADENE (2008, 60 mn)

Un étudiant d'Addis Abéba décide d'émigrer suite à la forte répression politique. Il raconte la traversée du désert et interroge d'autres Éthiopiens qui ont subi les violences des passeurs et surtout les persécutions des policiers libyens.


- GIALLO A MILANO : Sergio BASSO (2009, 75 mn)

« Giallo » signifie jaune et roman policier. Film sur la communauté chinoise à Milan avec une structure de roman policier et l'utilisation de dessins animés dans la première partie. Le réalisateur interroge un vieux calligraphe, une gymnaste, une interprète dans un hôpital gynécologique, des étudiants chinois, un couple...

L'immigration chinoise est ancienne en Italie et les choses ont beaucoup évolué. Certains spéculent sur les chances d'un retour, discussions sur la culture, les cultures, les langues (les jeunes ne connaissent que le dialecte parlé à la maison et l'Italien).... 

 

CIAO SILVANO ! : Tekia Taidelli (2011, 30 mn) Hommage à Silvano Cavatorta 

 

IL PRANZO DI NATALE : Coordonné par Antonietta de Lillo (2011, 50 mn)

A travers le fil conducteur de la fête de Noël, enquête sur les changements économiques, sociaux et culturels de l'Italie.

 


3 – 50 ans du Manifeste d'Oberhausen

Mosckau Ruft : Petrer Schamoni, 1957, 12 mn

Menschen in espresso : Herbert Vesely, 1958, 18 mn

Massnahmen Gegen Fanatiker : Werner Herzog, 1969, 12 mn

Max Ernst, Maximiliana (Die Wiederrechtliche Ausübung der Astronomie) Peter Schamoni, 1966, 12 mn

Machorka-Nuff : Jean-Marie Straub, 1963, 18 mn

Es musst ein Stück von Hitler sein : Walter Krittnor, 1963, 12 mn

Arme Leute : Vlado Kristi, 1963, 9 mn

Marionetten : Boris von Borreshelm,1964, 11 mn

Porträt einer Bewährung : Alexander Kluge, 1964, 13 mn

 

4 – Nanni Moretti

 

 

Photo-193-001.jpg

 

 

IO SONO UN AUTARCHICO : 1976, 95 mn

Michele, abandonné par Silviza, est seul avec un fils, il participe à une groupe de jeunes qui veulent faire du théâtre expérimental. Échec et du projet théâtral et de leur vie.


 

ECCE BOMBO : 1978, 103 mn

Ecce Bombo, comme dans les Vitelloni 25 ans plus tôt, avec des thèmes proches, des jeunes désœuvrés vivent aux crochets de leurs parents, dans une société qui a beaucoup évolué. Problèmes familiaux de Michele avec cependant des parents relativement ouverts, une sœur qui occupe son établissement scolaire... Michele sort avec Silvia qui travaille dans le cinéma, ce qui donne lieu à de longues conversations passionnées sur le cinéma italien.
Le reste du temps, Michele traîne avec son groupe d'amis. Ensemble, ils écoutent les premières radios libres et se laissent surtout aller à leur désœuvrement. Les 5 essaient de traiter leur mal-vivre en se racontant. Vision critique de la jeunesse d'après 68 et de leur art de vivre sans rien faire...

 

 

 

 

SOGNI D'ORO : 1981, 105 mn

Michele, jeune metteur en scène, effectue une tournée de débats dans les universités, les écoles, les instituts religieux ayant pour thème son dernier film sur les jeunes. A chaque réunion, il rencontre un personnage qui accuse le film d'intellectualisme et lui demande s'il peut intéresser un ouvrier agricole de Lucanie, un berger des Abruzzes ou une femme au foyer de Trévise.

Mais Michele fait école et méprise ses épigones. Quand il découvre que son producteur s'apprête à produire, en même temps que « La Mama di Freud, » son prochain film, une comédie musicale réalisé par un de ses admirateurs, le mépris se transforme en affrontements. Un combat entre les deux réalisateurs est orchestré par la télévision italienne...


 

BIANCA : 1984, 95 mn

Michele, nouveau professeur de math dans uns école branchée « Mailyn Monroë », tombe amoureux d'une très belle collègue... qui se trompe profondément sur ses qualités.

De sa fenêtre, il espionne les voisins, assiste à leurs disputes conjugales et ne supporte pas les problèmes des amis idéalisés... cela l'amène à faire disparaître tous ces imparfaits. Il devient un assassin et un fou.


 

LA MESSA E FINITA : 1985, 94 mn

Julio, curé sur une île, est nommé à la périphérie de Rome où vivent sa famille et ses anciens amis dans une cure désertée. Julio a de multiples difficultés avec sa famille, ses amis et souffre d'une profonde solitude devant une société qui évolue vers la déchristianisation : l'ancien curé s'est marié et a un enfant, son père part avec une amie de sa sœur, sa sœur enceinte veut avorter, un de ses anciens amis est inculpé de terrorisme, un autre suit le catéchisme pour devenir prêtre mais finit par se marier, un autre refuse tout contact avec son passé.


 

PALOMBELLA ROSSA : 1989, 89 mn

Palombella signifie « lob ». Michelle, député communiste ; joueur de water-polo, a perdu la mémoire à la suite d'un accident... Lors d'une partie de water-polo, harcelé par une journaliste politique et des supporteurs enthousiasmés par sa nouvelle ligne politique, ses souvenirs affleurent. Sur sa ligne politique, sur son désamour du water-polo et son attachement maladif à la mère.

Le film qui a commencé par un accident de voiture qui lui a fait perdre la mémoire, se termine par un accident de voiture dont il réchappe avec sa fille et se retrouve en train de monter une colline entouré de ceux qui venaient à son secours et de son passé (sa mère et lui enfant) au sommet de la colline s'élève un faux soleil rouge.




LA COSA : 1990, 59 mn

La cosa = la chose, le Parti. Suite à l'initiative du secrétaire du PCI, Achille Occhetto, de débaptiser le parti en supprimant le mot « communiste », un grand débat parcourt le PCI qui est très perturbé à la suite de ce qui s'est passé dans les pays de l'est et de l'échec des PC. Faut-il conserver le mot communiste et ainsi devoir expliquer en permanence que communiste ne veut pas dire la même chose en Italie et en Russie, Pologne... ou abandonner le mot communiste et avec lui tous ceux qui sont morts contre le fascisme en Italie...
Nanni Moretti veut saisir ce moment d'espoir de renouveau d'une gauche qui le tourmente. Armé d'une caméra de 16 mm, il sillonne le pays de bout en bout et enregistre les paroles de militants de tous ages, de toutes les couches de la société italienne.
«Il me paraissait intéressant de suivre cet instant unique de conscience collective: des centaines de milliers de personnes discutaient simultanément des mêmes choses avec euphorie, égarement ou rage, en repensant à leur propre passé politique, et donc à leur propre vie, à leur propre vision du monde».


 

CARO DIARIO : 1993, 100 mn 

Film en 3 épisodes :

1 – Nanni Moretti fait une balade en vespa à travers Rome déserte au mois d’août, dans différents quartiers et interroge quelques personnes pour parler de la beauté de Rome, des anciens et de nouveaux quartiers, de son inaptitude à la danse, de la nullité des films qui passent à Rome en été et de la nullité des critiques cinématographiques, de la « pauvreté » des habitants des beaux quartiers : dvd, télévision, pizza à domicile


2 – Les îles Lipari où il veut se retirer pour travailler et où il ne rencontre que gêneurs. Chez un ami à Lipari, il ne supporte pas le bruit ; la circulation... A Salina, les enfants ont pris le pouvoir sur leurs parents … A Stromboli, le maire veut les accueillir princièrement mais tout le monde lui ferme la porte au nez, car il veut faire de l'île, une île lumière... A Panarea, le débarcadère est transformé en terrasse de café à la mode et une gentille organisatrice les arrête et leur propose fête, activité mondaine... Alicudi, l'île refuge par excellence sans voiture, ni électricité, ni télévision... qui met en déroute l'ami accompagnateur, en « manque » de télévision qu'il prétendait ne jamais avoir revu depuis plus de 30 ans.


3 – I medici

Nanni Moretti souffre d'un intense prurit qui l'amène à consulter d'éminents spécialistes, dermatologues (le prince des dermatologues), allergologues, médecins chinois... et finalement une radio demandée par le médecin chinois parce qu'il tousse permet le diagnostic de maladie de Hodgkin....

Ce voyage chez les médecins lui permet de faire une critique acerbe de leur suffisance, de l'abus de médicaments...


 

L'UNICO PAESE AL MONDO : 1994, 18 mn

Participation à un film collectif. Sur sa légendaire Vespa, Nanni Moretti parcourt le quartier parisien de la Défense et dénonce le retard de la bourgeoisie italienne qui permet la candidature à la présidence du Conseil d'un magnat de la presse, propriétaire de journaux et de télévisions.


 

APRILE ; 1998, 78 mn

Perturbé par la victoire de la droite et de l'absence de projet de la gauche, NM est hanté par l'idée qu'il « doit faire un documentaire sur l'Italie » et finalement décide de filmer ce qui lui plaît... le résultat des élections, Bossi et ses partisans de la Padanie, cela se termine sur une idée que lui proposait un candidat réalisateur dans un autre film, un musical avec un chef pâtissier trotskiste.

Pendant ce temps, sa femme conduit une grossesse qui le transforme en père bêtifiant, parlant à son fils dans le ventre de sa mère, lui demandant d'attendre la fin du film, participant à la préparation du trousseau avec une dizaine de paires de souliers, blanc, bleu... y compris des chaussures de sport...

Journal filmé qui commence le 28 mars 1994, le jour du résultat des élections où la droite a gagné, pour se terminer en août 1997, le jour du quarante-quatrième anniversaire de l'auteur. Pendant ce temps, le gouvernement a changé, un bébé est né, une comédie musicale est en gestation et un documentaire sur l'Italie est réalisé.

 

 

 

LA STANZA DEL FIGLIO : 2001, 99 mn

Giovanni, psychanalyste a une belle famille, femme éditrice, fils et fille au collège. Vie sans grande histoire jusqu'à la mort accidentelle du fils. Giovanni doit affronter désormais ses propres problèmes de deuil.

Dans ce film de fiction, Nanni Moretti, semble exorciser une peur commune à tous les parents : la perte de leur enfant.

 

 

 

 

IL CAIMANO : 2006, 112 mn

Un producteur de films de série Z (Les Mocassins assassins, Maciste contre Freud), en pleine déroute sentimentale et professionnelle, accepte de produire un film plus ambitieux, « Il Caimano », une biographie de Berlusconi, porté par une jeune réalisatrice. Cette réalisation rencontre de multiples difficultés tandis qu'il essaie de recoller les morceaux de son couple... Dans le film de Nanni Moretti, Berlusconi est incarné par 3 acteurs successifs, le 3ème étant... Nanni Moretti. Lui-même.


 

HABEMUS PAPAM : 2011, 104 mn

Après la mort du Pape, le Conclave se réunit afin d’élire un successeur. Un cardinal est élu ! Mais les fidèles massés sur la place Saint-Pierre attendent en vain l’apparition au balcon du nouveau souverain pontife. Il ne veut pas, il ne peut pas assumer la fonction, le rôle pour lequel il a été choisi. Le monde attend à la fenêtre de Sait Pierre.

Pendant ce temps, on fait appel à un psychanalyste (Nanni Moretti) pour résoudre en urgence le problème... à condition de ne poser aucune question « dérangeante ».

On décide ensuite d'aller consulter, clandestinement, en ville. Et le le pape élu s'échappe. Pendant qu'il erre dans Rome, rencontre des comédiens, sa première vocation... Le psychanalyste enfermé dans le Vatican occupe les cardinaux...

 

Photo-191-001.jpg

 

 

 

5 Quelques réflexions sur le cinéma de Nanni Moretti

 

Voir le plupart des films d'un auteur en une semaine entraîne la tentation d'écrire quelques réflexions sur cet auteur et son œuvre. Particulièrement difficile quand il s'agit de Nanni Moretti.

Une évidence, Nanni Moretti est un auteur : réalisateur, il est aussi presque toujours acteur dans ses films (il n'est pas acteur dans La Cosa), il en est quelquefois, le producteur, le scénariste et très souvent le sujet. Ce n'est pas le cas dans L'unico paese al mondo, Il caimano, Habemus papam.


Au point que si on peut dire que Woody Allen fait des films pour payer son psychanalyste, Nanni Moretti fait des films pour faire sa propre analyse. Ce qui veut dire que le cinéma de Nanni Moretti est un cinéma très personnel, autobiographique.

Certes « Madame de Bovary, c'est moi » et la plupart des œuvres sont partiellement autobiographiques. Pour Moretti, cette partie est importante même s'il n'est pas toujours facile de séparer ce qui appartient à sa vie réelle, la part d'imagination, de fantasme, d'emprunts.... On ne sait pas toujours s'il fait une critique de Nanno Moretti ou du personnage qu'il incarne ou de tout le monde sauf justement de lui même...


Les thèmes, le personnage, les acteurs, les images qu'il choisit se retrouvent dans de nombreux films.


Dans ses premiers films, le personnage central se nomme Michele Apicella, Apicella est le nom de sa mère. C'est dire qu'il assume ces films comme fortement autobiographiques. Il décrit un groupe de jeunes, leurs difficiles relations familiales, l'échec dans la tentative de monter une pièce...


On retrouvera Michele Apicella sous ce même nom dans plusieurs films jusqu'au moment où il sera Giulio (La messa e finita) et finalement Giovanni (La stanza del figlio) qui est son vrai prénom signifiant par là que sa psychanalyse cinématographique (Nanni Moretti n'a jamais suivi de psychanalyse) est terminée, qu'il estime être devenu adulte.

Parallèlement, il change de point de vue et devient professeur, prêtre, psychanalyste, s'adjoint des co-scénaristes, même si nombre de ses obsessions ne l'ont pas encore totalement abandonné. Il ne manque pas de se mettre en scène, y compris en étant un des 3 acteurs qui incarnent Berlusconi dans « Il caimano ». Il est encore le psychanalyste dans le film de fiction et de costumes « Habemus papam ».


En même temps, Nanni Moretti parle beaucoup de l'Italie, de la politique italienne. Au sens large, des institutions incertaines : de la famille, d'abord à travers les conflits avec son père, sa mère, sa sœur (La messa é finita), mais aussi par l'observation des couples d'amis ou de voisins, du couple qu'il craint d'assumer (Bianca), de ses amis parents menés par le bout du nez par leur enfant unique (Caro diario), de ses difficultés devant l'accouchement, de ses angoisses de futur père (Aprile) ou de père (La stanza del figlio).

 


S'affirmant de gauche, il traite aussi de ses relations avec la gauche italienne dont il attend toujours beaucoup et dont ils condamne les errances extrêmes (La messa é finita), les insuffisances (Aprile), l'incapacité à s'adapter à la nouvelle situation italienne (La Cosa, La palombella rossa).

Nanni Moretti met en évidence l'échec des différentes structures porteuses d'une certaine autorité :

  • la famille : toute la famille (La messa e finita, Io sono un autarchico), qu'il conteste en tant que jeune et quelquefois énergiquement (Sogni d'oro), en tant qu'ami (Caro diario)... Mais qu'il semble bien utiliser jusqu'à un âge assez avancé...


  • la médecine : après avoir consulté toutes les sommités italiennes, c'est un médecin chinois qui fait le diagnostic de sa maladie de Hodgkin (Caro diario),


  • la psychanalyse : le psychanalyste démuni devant la perte d'un fils (La Stanza del figlio) ou, enfermé dans le Vatican, réduit a organiser un tournoi de volley-ball (Habemus papam), Freud, lui-même ridiculisé (Sogni d'oro),


  • l’Église : le prêtre qui va choisir la Terre de feu pour fuir son échec dans la paroisse de la banlieue de Rome (La messa é finita) ou le pape élu qui recule devant les responsabilités pontificales (Habemus papam),


  • le parti communiste : la ligne du compromis historique qui entraîne une partie de la jeunesse dans la lutte armée (La messa é finita), le député qui voulait changer mais qui a perdu la mémoire(Palombella rossa), les militants désorientés entre le communisme « réellement existant » et la proposition de Ochetto d'abandonner le nom « communiste » (La cosa), le parti, silencieux face à Berlusconi (Aprile)...

  • l'école occupée par les élèves (Ecce bombo) ou véritable barnum ( Bianca).


  • le cinéma : critiques et réalisateurs débiles sauf Nanni Moretti qui doit inventer un nouveau langage cinématographique car qui « parle mal » « pense mal » et « agit mal »... Et même le public, intellectuel qui lui demande de faire des films compréhensibles par le paysan de Lucanie, le berger des Abruzzes ou la ménagère de Trévise, ou de la télévision « publico di merda » qui lui préfèrent les films de gens qu'il méprise.



Nanni Moretti se présente comme critique surtout de la gauche (qui aime bien, châtie bien) qui le déçoit.. il se revendique comme minoritaire : « Moi, je crois en l’homme, mais pas à la majorité. Je serai toujours bien avec une minorité. ». Tellement bien qu'il ne s'entend ni avec la famille, ni avec les amis, ni avec les cinéastes ou les équipes de cinéma ou de sport...  Car eux s'engagent et donc se trompent alors que lui : « moi, je criais des choses justes, et je suis un splendide quadragénaire ! ». Et ne répond pas à la question de son ex-ami qui s'est engagé dans le terrorisme : Que fallait-il faire ? Pas plus qu'il n'avance de proposition pour le PCI.

Il fait des films, de bons films. Ce n'est déjà pas si mal.

 

Photo-134-copie-1.jpg

Les projections ont lieu dans une ou deux salles, les entrées sont gratuites.

Tous les soirs, une projection sur la Piazza del Popolo

Mais ce soir.... d'abord match de football... quand il fera nuit... le public est frustré car le match a déjà commencé...

 

 

Photo-149.jpg

 

 

























































Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Cinéma
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 10:44

 

« Une fracture se dessine au sein de l’UE » « la crise est de plus en plus favorable à certains pays de l’Europe... Après l’Allemagne, la Finlande, les Pays-Bas, l’Autriche et depuis peu aussi la France, même la Belgique bénéficie d’un taux d’intérêt négatif pour financer sa dette d’État. Les investisseurs sont prêts à payer pour ne pas investir dans des pays à risque comme l’Espagne et l’Italie ». Volkskrant Revue de presse de l'ambassade française aux Pays-Bas 18/07/12.


 

Le scandale chez HSBC accusée de blanchiment de l’argent de la drogue fait la UNE de plusieurs journaux (TIMES, GUARDIAN, INDEPENDENT). Revue de presse de l'ambassade de France à Londres.


 

Alors que Barclaysa déjà payé 450 millions de dollars..., les analystes de Morgan Stanley tablent sur... des amendes que pourraient se voir infliger les dix autres banques ciblées dans le rapport : les américaines Bank of America, Citigroup et JPMorgan, les britanniques Royal Bank of Scotland, HSBC et Lloyds, les suisses Credit Suisse et UBS, l'allemande Deutsche Bank, et la française Société générale. Sur cette base, elles paieraient chacune en moyenne 850 millions de dollars d'amende (soit 690 millions d'euros).

Au total, la facture pourrait grimper sur les deux prochaines années à près de 20 milliards de dollars pour l'ensemble des banques soupçonnées de triche sur le Libor. Morgan Stanley... précise que ses estimations ne comprennent pas les retombées - qui pourraient s'avérer gigantesques - des enquêtes américaines et européennes en cours sur les taux Libor. En outre, ... une enquête pénale est ouverte. Un mode de sanctions privilégié par Michel Barnier, commissaire européen. Car des sanctions financières trop lourdes nuiraient au système bancaire mondial… sauvé à coup d'aides publiques massives au plus fort de la crise économique et financier. Le figaro 13/07/12.


 

Le désespoir fait grimper le nombre d’émigrants Espagnols. Depuis le début de l’année, 40 625 Espagnols ont quitté leur pays, une augmentation de 44,2% par rapport à l'an dernier.  Parmi les raisons : “la crise et les faibles perspectives d’emploi”. Ces personnes, “entre 18 et 40 ans avec formation universitaire”,vont principalement au Royaume-Uni, en France et en Allemagne. D’après les prévisions, le nombre d’émigrés atteindra 80 000 à la fin de l’année. La Gaceta Presseurop 18/07/12.


 

HSBC est accusée par des hommes politiques américains de faire passer ses intérêts commerciaux avant la lutte contre le blanchiment d’argent pratiqué par les cartels de la drogue et les terroristes du monde entier. La plus grande banque britannique est accusée de permettre à des clients liés aux cartels de la drogue mexicains, à Al-Qaida ou à des régimes voyous comme l’Iran, la Corée du nord ou la Birmanie de transférer de l’argent dans le monde entier sans surveillance particulière. The Time Presseurop 18/07/12.


 

Libor. La CE veut revoir les règles concernant les prêts interbancaires dans l'UE et la fixation du Libor pour empêcher toute tentative de manipulation. Une prise de position qui intervient après le scandale des banques britanniques, dont la Barclays, accusées d’avoir manipulé le Libor au plus fort de la crise financière de 2008.Cet indice est le taux interbancaire utilisé pour calculer le coût de la dette. Fiancial Times Presseurop 09/07/12.


 

L’agence d'évaluation financière Moody’s a annoncé lundi avoir abaissé la note de 13 banques italiennes, dont UniCredit et Intesa Sanpaolo, quelques jours après avoir revu à la baisse la notation de la dette de l’État italien Libération 17/07/12.

 

 

L'Europe devient une "terre divisée entre vertueux et maudits". Cinq pays (Allemagne, France, Autriche, Pays-Bas et Finlande) se financent à des taux d'intérêt négatifs, tandis que l'Espagne, l'Italie et les autres pays en difficulté doivent payer les intérêts “les plus élevés de l'histoire de l'euro". El Païs Presseurop 13/07/12.


 

APPEL DE SOUTIEN À LA LUTTE DES MINEURS ESPAGNOLS
Le combat des mineurs en défense de leurs emplois constitue un exemple de lutte, de combativité et d’auto-organisation qui doit être soutenu par l’ensemble de la classe ouvrière, par la gauche et par les mouvements sociaux.
L’impact de ce combat est en train de susciter une solidarité qui s’étend à tous les secteurs et dans toutes les régions. Il inspire tous ceux et toutes celles qui luttent en ce moment pour s’opposer aux attaques incessantes contre les droits sociaux et les droits des travailleurs.
Il faut résoudre les problèmes des bassins miniers et il faut commencer à les résoudre dès maintenant, avec des objectifs à court et moyen terme. A court terme, il est nécessaire de défendre tous les emplois pour éviter l’aggravation de la tragédie sociale que subissent depuis des années les familles des travailleurs dans ces régions. A moyen et long terme, il est nécessaire d’avancer des alternatives d’emploi réelles dans les secteurs énergétiques non polluants qui permettent de sortir de la crise sans hypothéquer l’avenir des travailleurs.
Au cours de ces dernières années de reconversion, les fonds publics destinés à cette fin ont été dilapidés et utilisés au profit d’une petite minorité. Mener une enquête sur leur affectation précise et établir les responsabilités, c’est le premier pas nécessaire afin d’ouvrir un véritable processus qui impulse un nouveau modèle productif, généré et contrôlé par ceux et celles d’en bas. Un nouveau modèle productif qui soit au service des besoins sociaux de la majorité et respectueux envers notre planète.
Tandis qu’ils sauvent les banques et les banquiers, l’austérité retombe sur les épaules des travailleurs qui se voient forcés de lutter pour défendre leur avenir. Les mineurs nous montrent le chemin que doivent suivre les autres secteurs en lutte. Nous voulons leur exprimer notre soutien et nous lançons un appel pour élargir leur exemple. Il en va de notre avenir.
Signer la pétition


 

Italie : La dette souveraine italienne a été dégradée de deux crans, de A3 à Baa par l'agence de notation américaine Moody's… Or, le même jour, l'Italie prévoit d'émettre des obligations à hauteur de 5,25 milliards d'euros. Cette décision risque d'augmenter les taux d'intérêts pour le pays et d'accroître ses remboursements. Euractiv 13/07/12.



Comment l’Islande traque les “banksters”: A ce jour… Deux anciens dirigeants de la banque Byr, premiers à avoir été jugés, purgent une peine de quatre ans et demi de prison. L'ancien directeur de cabinet du ministre des finances au moment de la crise… a été condamné pour délit d'initiés à deux ans de prison ferme. Plus récemment, c'est l’ancien président de la banque Kaupthing, qui a été condamné à rembourser à la banque 500 millions de couronnes islandaises – 3,2 millions d'euros – et a vu tous ses avoirs gelés. D'autres attendent encore de passer devant la justice. l'ancien trésorier de la banque Landsbanki, devrait bientôt connaître son sort, tout comme l'ancien directeur général de la banque Glitnir. Presseurop 13/07/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 22:04

Dans un entretien au Monde, Manuel Valls, ministre de l'Intérieur a déclaré : « La naturalisation, c'est une réussite pour la France. Elle ne doit plus être pensée comme l'issue d'un parcours du combattant mais comme l'issue d'un processus d'intégration ». (Le Monde 27/06/12).

 


On ne peut que se réjouir d'une déclaration qui annonce un retour à la normale dans les démarches à accomplir pour les personnes désirant acquérir la nationalité française et surtout dans les réponses apportées par l'administration. Mais à cette occasion, pourquoi ne pas innover en inscrivant d'office ces personnes sur les listes électorales comme les jeunes qui arrivent à la majorité.

 


En effet, désormais, « sont inscrites d'office sur la liste électorale de la commune de leur domicile réel les personnes » de nationalité française qui arrivent à leur majorité. Cela présente quelques difficultés car, depuis leur naissance, elles ont pu changer de résidence et leur adresse risque de n'être pas toujours connue. Malgré tout, cela veut dire que, à terme, tous les « Français de naissance » seront inscrits sur les listes. Mais non les Français par acquisition !

 


Autrement dit, seuls les Français qui ont choisi, demandé et obtenu la nationalité française doivent faire de nouvelles démarches pour pouvoir bénéficier de leur nouveau droit et accomplir leur nouveau devoir : participer aux élections.

Il serait pourtant simple, lors de l'attribution de la nationalité, de les inscrire d'office sur les listes car leur lieu de domicile est, alors, bien connu de l'administration. Cela éviterait de nouvelles démarches, la constitution d'un nouveau dossier, sans surcharger l'administration d'un travail supplémentaire.

 


Cette mesure mettrait sur un pied d'égalité toutes les personnes qui entrent dans la citoyenneté que ce soit par l'âge ou la naturalisation, elle aurait l'énorme avantage de dire clairement aux Français par acquisition qu'ils sont les bienvenus et qu'on attend d'eux leur pleine participation à la vie de la nation. Elle témoignerait du changement d'atmosphère par rapport à celle des dix dernières années.

Ce serait un bon complément à l'adoption du droit de vote pour les résidents étrangers non communautaires aux élections municipales.

 


Tous les responsables politiques à qui cette idée a été soumise l'ont trouvé intéressante... et l'ont rapidement oubliée. Dans la conjoncture actuelle, on peut espérer qu'elle sera bien reçue et rapidement mise en place. On voit mal qui pourrait s'y opposer et au nom de quoi.

 

 


Une lettre a été envoyée au ministre de l'Intérieur avec l'espoir que demain tous les citoyens français seront mis sur un pied d'égalité pour l'inscription sur les listes électorales.

Repost 0
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 10:24

Après la seconde guerre mondiale, les "pères" de l'Europe ont voulu assurer la paix entre les pays européens, la reconstruction de leur économie et unifier une Europe forte face à l'Union soviétique. Conscients qu'une union politique immédiate était impossible pour les peuples, ils se sont engagés dans une suite de traités économiques qui devaient ligoter le géant allemand et conduire peu à peu vers une union fédérale européenne.


Cette union économique entre les 6 pays devait, pour assurer une concurrence libre et non faussée, entraîner aussi une harmonisation sociale, vers le haut. Le poids de l'Union soviétique et la force des partis communistes dans au moins 3 de ces 6 pays, l'expansion économique dans l'ensemble de l'Europe occidentale étaient des arguments forts pour faire accepter au patronat ce compromis social.


Le déchaînement du libéralisme économique, l'affaiblissement des partis communistes, l'implosion de l'Union soviétique, l'élargissement de l'Europe politique en construction ont complètement changé la donne.

Désormais, le politique est au service de l'économie et de la finance. La recherche de l'harmonisation est toujours le mot d'ordre mais vers le bas aussi bien au niveau social qu'au niveau fiscal.


A l'évidence, la construction européenne n'a jamais été démocratique. Elle s'est faite contre les peuples ou, au minimum, en dehors d'eux grâce aux années d'expansion qui assuraient un consentement silencieux.


Aujourd'hui, devant l'impasse de la crise et pour assurer la pérennité du pouvoir économique et financier, les politiques essaient de prendre le relais en invoquant le manque (le déficit, disent-ils !) de démocratie.

Bien entendu, ils ont leur solution : tout changer pour que rien ne change. C'est à dire donner le pouvoir aux institutions non démocratiques qui gèrent l'Union européenne actuellement en incluant dans les textes sacrés des mesures économiques comme "la règle d'or" qui empêchent toute politique économique et financière différente.


Ils veulent une constitution européenne, leur constitution, un corset. Ils ont échoué une première fois avec la Convention sur l'avenir de l'Europe. Toutes les déclarations actuelles montrent qu'ils vont reprendre la question, au nom de la démocratie, avec un quelconque "processus constituant" et mettre en place des institutions pour empêcher toute alternance socio-économique.


Mais en oubliant le seul "processus constituant" qui vaille : l'élection d'une assemblée constituante européenne. Cette assemblée devrait mettre en place les institutions européennes (exécutif, législatif, judiciaire) et organiser leurs rapports avec les institutions nationales du même type.
Et, en aucune façon, fixer les politiques à suivre au niveau financier, économique et social qui seraient assurées par les institutions mises en place démocratiquement.




Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche