Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 14:49

 

 

 

En commençant par la fin, mon voeu le plus cher, dans cette élection présidentielle, est de voir Nicolas Sarkozy quitter la présidence de la République. Pour cela, je suis prêt à voter, au second tour, pour la personne, quelle qu'elle soit, qui lui serait opposée. 


 

Je ne suis pas sûr qu'une présidence autre que celle de Sarkozy aurait donné une politique très différente sur tel ou tel point. Je ne sais pas si Nicolas Sarkozy est ou non raciste et cela m'indiffère profondément. Par contre, je ne supporte pas qu'un président de la République conduise la politique qui a été celle du quinquennat contre les étrangers ou les "étrangers d'apparence", ou tienne les propos qui ont soutenu cette politique. Ainsi que certains de ses ministres.
La présidence de la République, le gouvernement ne peuvent, comme ils l'ont fait, légitimer le racisme aux yeux d'un certain nombre de Français.


 

Pour le premier tour, avec comme tout un chacun un certain souvenir, je pensais voter, si les prévisions me le permettaient, pour Eva Joly ou Jean-Luc Mélenchon, suivant les sondages avant le premier, pour accentuer la pression écologique ou sociale sur le futur "sélectionné" pour le second tour. Le risque d'une qualification des deux candidats de droite extrême à la suite du premier tour semblant écarté, je voterai donc au premier tour pour Jean-Luc Mélenchon.


 

Au delà des résultat du permier tour de la présidentielle, la percée de la candidature de Jean-Luc Mélenchon est riche de potentialités à condition de ne pas reproduire l'histoire de l'après "non" au projet de traité constitutionnel.


 

Le risque, c'est de voir chaque composante du Front de gauche penser plus à faire prospérer sa petite boutique qu'à développer l'élan unitaire et nouveau du Front. L'attelage du Front de gauche dans cette présidentielle a reposé sur un bon candidat du PG, soutenu par un appareil du PC, encore en ordre de marche malgré les échecs électoraux antérieurs.

Le succès risque d'augmenter l'appétit des uns, des autres... On entend déjà des rumeurs... candidatures pour les législatives, prééminence au groupe de députés...

 


Le pire n'est cependant pas certain : Les thèmes de la campagne du Front de gauche et de son candidat ne sont pas toujours conformes aux thèmes traditionnels de ses composantes. Grand espoir ? Que la vague d'adhésions durant la campagne, sur les thèmes de la campagne, entraîne une évolution de ces composantes vers une réelle unité et que le Front de gauche aboutisse à une formation relativement homogène prenant en charge les problèmes d'aujourd'hui et soit la grande formation rouge-verte adaptée au siècle. Mais dans ce regroupement qui va des productivistes au décroissants, l'union est aussi un combat, quelquefois contre soi-même, dont l'issue n'est pas écrite.


 

On ose à peine rêver que la percée du Front de gauche et la victoire de François Hollande soit le point de départ d'un profond mouvement de résistance aux politiques "austéritaires" en Europe.


 

Pour le moment, le dernier traité n'a été ratifié qu'en Grèce, au Portugal et en France, 22 Etats ne l'ont pas encore fait. Angela Merkel a besoin du soutien du SPD pour obtenir la majorité nécessaire au Parlement, le référendum aura lieu en Irlande le 31 mai.
Les déclarations de François Hollande après son éventuelle élection vont être regardées attentivement et risquent de peser...
Sans oublier que des élections vont avoir lieu le 6 mai en Grèce et dans le Schlewig- Holstein, en Islande (juin), Lituanie et Slovénie (octobre), Roumanie (novembre) et même en Allemang et Italie en 2013...


 

La crise aidant, 2012-2013 risquent d'être des années mouvementées. Seront-elles celles d'un changement à l'échelle européenne ?

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 10:47

 

 

Beaucoup de monde dit ne pas croire aux sondages surtout quand ils sont défavorables. Tout le monde se réjouit dans le cas contraire. Il serait presque inutile de les consulter, en regardant la tête des candidats et de leurs amis.


 

Que disent-ils ?


 

Pour le second tour de l'élection, toujours envisagé entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, François Hollande l'emporterait nettement : en reprenant les 11 derniers sondages de CSA, François Hollande est chaque fois en tête avec une moyenne de 56,3% de voix favorables, variant de 53% à 60%. Les autres instituts donnent l'avantage à François Hollande.
Pour la fiabilité de ce pronostic, voir ici. 


 

Encore faut-il que ces 2 candidats soient choisis au premier tour. Que permettent de penser les sondages.


 

Pour prendre un exemple, d'après les 11 sondages de CSA réalisés du 9-10 janvier au 16-17 avril 2012, Hollande parti à 29 % en janvier, Hollande se trouve à 29% en avril avec des variations qui l'on conduit aux valeurs extrêmes de 31 et 26%. Sarkozy, parti de 26%, se retrouve à 24% avec comme maximum 30 et minimum 24.


Quoi qu'il en soit, tous les sondages, de tous les instituts, depuis des mois mettent François Hollande et Nicolas Sarkozy en tête. Seul l'ordre de préséance de ces deux candidats a varié avec de faibles différences.

 


Quand on pense aux pages qui ont été écrites pour expliquer la hausse ou la baisse d'un sondage à l'autre de l'un des candidats ! Si des scientifiques pouvaient dire dans quelle mesure ces variations sont supérieures aux marges d'erreur de la technique utilisée. Cela éviterait bien des élucubrations sur des différences inexistantes. Mais peut-être est-ce là une des fonctions principales de l'élection présidentielle. Discuter plus des sondages que des problèmes politiques.


Qui peut par exemple dire quelle sera la politique extérieure de la France en ca s de victoire de l'un ou l'autre des candidats ? La France est intervenue militairement, mandatée ou non, en Afghanistan où la guerre continue, en Libye avec les conséquences que l'on voit aujourd'hui en Libye et Afrique subsaharienne, en Cote d'Ivoire dont on ne parle plus... Qu'en pensent les candidats ? Que proposent-ils ? Quelles questions posent les journalistes ?
Les sondages s'autoentretienent et font vendre et sondages et journaux. C'est leur charme principal ?


 

Pour 5 candidats, les sondages semblent sans appel depuis le début de l'année. Ils ne devraient pas dépasser 2 à 3%. Pourtant, Eva Joly, dans les sondages suivant sa nomination, était au dessus de 5% et pouvait espérer, avec une bonne campagne, faire beaucoup mieux. Cela ne semble pas le cas. Est-elle seule responsable ou a-t-ele été victime du syndrome Ségolène Royal ? Faut-il parler des cadres verts déçus qui auraient préféré Nicolas Hulot quand la base a choisi Eva Joly ?


 

La difficulté des instituts de sondage pour cerner le le vote d'extrême droite est connue. Sur ou sous estimé lors des élections précédentes. Il se complique cette année par la tentative de dédiabolisation du FN par Marine Le Pen, de la volonté de celle-ci d'aller au delà des thèmes habituels de l'immigration et de la sécurité. Apparemment, Marine n'est pas la simple copie de Jean-Marie. Cela peut dérouter une partie de la clientèle traditionnelle.
Après avoir tutoyé les deux "favoris" des sondages, ses pourcentages se sont légèrement tassés ce qui peut expliquer un retour aux thèmes traditionnels.

Mais il faut garder en tête la difficulté des instituts de sondages à prévoir les scores de l'extrême-droite. Et surtout prendre fortement conscience qu'en France, aujourd'hui, annoncer que l'extrême droite peut obtenir 15 à 20% des voix des Français est devenu admis et banal ! Il semble cependant peu probable, mais non certain, qu'elle soit en course pour le second tour.


 

Le seul candidat que cela semble indigner de l'écho de l'extrême droite est Jean-Luc Mélenchon. Le seul qui le dit clairement ? Dans son discours de Marseille notamment. Efficacement pour le faire reculer ?

Quant aux sondages le concernant... Comment les instituts peuvent-ils "redresser" les données brutes qu'ils recueillent. Il n'a jamais été candidat. Sa campagne est reconnue par tous, quelquefois de façon intéressée, comme bonne et il n'est pas possible de faire des comparaisons avec résultats de Marie-Georges Buffet ou de l'extrême gauche


 

Quoi qu'il en soit, crédité de 6% jusqu'en janvier 2012, il a progressé régulièrement depuis jusqu'à être qualifié un peu rapidement peut-être de "troisième homme" avec 13 à 17% suivant les instituts dans les 15 derniers jours.
Cette montée est-elle un artefact ou traduit-elle une réalité ? Peut-elle continuer dans les derniers jours ? Bien sûr, le verdict comme pour les autres candidats tombera dimanche en fin d'après midi.


Ce qui est certain, c'est que ce succès sondagier est conforté par le soutien populaire. S'il est difficile de dire qui a gagné, de Nicolas Sarkozy à La Concorde et de Fançois Hollande à Vincennes, chacun annonçant 100 000 personnes à son rassemblement, peut-être, est-ce finalement Mélenchon à La Bastille, et à Toulouse, et à Marseille...


 

A cette bataille des chiffres lors des rassemblements, il est possible de joindre une bataille plus objective sur la toile. En effet, il est possible de savoir combien d'internautes ont suivi les discours en direct sur internet. Les données sont publiques. Ce n'est pas un vote, ce n'est pas une participation militante mais les chiffres là encore entre Hollande, Sarkozy et... Mélenchon. 


Mais ces rassemblements sur la place publique, cette activité sur la toile montrent l'intérêt porté aux candidats, mais ne préjugent en rien du vote des électeurs. Mais quelle a été la valeur prédictive des sondages lors de l'élection précédente ?


 

François Hollande a vu aussi que la progression du candidat du Front de gauche ne se faisait pas à son détriment mais contribuait plutôt à gonfler les résultats de l'ensemble de la gauche. Il a gauchi quelques propos, avec modération pour ne pas effaroucher les centristes. Finalement, les sondages mettent Jean-Luc Mélanchon au niveau des résultats de la présidentielle de Georges Marchais en 1981... Et le clan Chirac qui semble vouloir jouer le même jeu qu'en 1981 avec Giscard...

 

Tout cela vient-il conforter les prévisions du second tour ?

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 13:35

 

Pour un renouveau de l’Europe : Dans une tribune tirée de sa récente intervention devant les membres du groupe S&D du PE, J.Delors appelle à sortir de la crise actuelle de l’UEM en misant davantage sur le triptyque « compétition, coopération, solidarité » et sur les vertus de la méthode communautaire. http://www.notre-europe.eu/uploads/tx_publication/AlternativeEuropeenneSocialiste_J.Delors_NE_Avril2012.pdf (note très intéressante)

 


Depuis le 01/01/11, 23 petits patrons d’Italie se sont suicidés. Le Monde17/04/12.

En Grande-Bretagne, les nouveaux commissaires de police seront élus par leurs concitoyens avant la fin de l’année. Cette pratique reconnue depuis longtemps aux États-Unis, s’inscrit dans le projet politique prônant le désengagement de l’Etat dans le cadre de la « Big society » de David Caeron.. The economist s’interroge sur la pertinence de cette réforme en matière de police et de sécurité. Vocable (anglais) 5-18/04/12.

 


Face aux attaques contre la santé et la protection sociale menées partout en Europe et dans le Monde, fortement aggravées par les politiques d’austérité, il apparaît urgent et nécessaire de faire le point et de réfléchir aux initiatives à prendre et aux mobilisations à organiser au moins au niveau européen. Dans ce cadre, suite aux conférences organisées en 2011 à Amsterdam et Katowice, et sur la base de la plate-forme adoptée à Katowice, une Conférence européenne est organisée les 12-13 mai 2012 à Paris. Prochaine réunion préparatoire le mercredi 25 avril à 19 h à la Bourse du travail rue du Château d’eau à Paris, métro République. Contact : jean.rostandivry@wanadoo.fr  perceboisbruno@club-internet.fr l fbinot@sud-sante.org  nieddubacle@free.fr janmalewski@free.fr

 


N. Sarkozy a brisé le pacte du silence scellé avec A. Merkel lors du sommet de Strasbourg du 24/11 en présence de Mario Monti. Ne jamais évoquer la banque centrale européenne, mais la laisser faire. Ce pacte hypocrite valait autorisation pour la BCE de mener toutes les opérations, y compris les plus hétérodoxes, pour sauver l'euro. Tant pis pour les traités européens…
François Hollande a estimé, lundi 16 avril, qu'en affirmant vouloir renforcer le rôle de la BCE pour le soutien de la croissance, Nicolas Sarkozy "vient de déclarer en définitive ce qu'il n'a pas fait". lemonde.fr 16/04/12.

 


En pleine rigueur, l’Espagne dévoile un vaste plan contre la fraude fiscale. Le gouvernement conservateur espère récolter plus de 8 milliards d’euros. Le Monde15-16/04/12.

 


Après la Grèce, le Portugal ratifie à son tour le pacte budgétaire européen. Le parti socialiste a tenté en vain d’ajouter des mesures pour la croissance. Le Monde15-16/04/12.

 


Chômage des jeunes en Europe : en Grèce, le chômage frappe désormais 21,08% de la population active… (ce taux doublé en 1 an), grimpe à 50,8% pour les moins de 25 ans…Le pays vient de dépasser le « record » espagnol où 50,5% de la jeunesse est sans emploi… Au Portugal, (35,4%), en Italie (31,9%) et, dans une moindre mesure en France (21,7%)…Le Monde 14/04/12.

 


Après Londres et Berlin, Vienne va taxer ses évadés fiscaux en Suisse… En attendant la Grèce. Négocié sur le modèle allemand, même si la fourchette d’imposition y est plus basse (de 15 à 38% au lieu de 21 à 41% dans l’accord germano-suisse). Le Monde 14/04/12.

 


Italie : 12,5 milliards d'euros ont été récupérés par le fisc l'an dernier. Un montant qui pourrait doubler en 2012. Parmi les contribuables déclarant moins de 20.000 euros de revenus par an (66 % des Italiens) figurent les propriétaires de 118.000 voitures de luxe, de 42.000 bateaux de plus de dix mètres de long, et de 518 avions ou hélicoptères! 

Sarkozy : L’Espagne, « grand pays emporté dans une crise de confiance »… A Bruxelles, comme à Berlin, on craint que la dramatisation amorcée par M.Sarkozy ne contribue à amplifier la volatilité des marchés, à ‘heure où la défiance vis-à-vis de l’Espagne est de retour. Le Monde 13/04/12.

 


Allemagne : Depuis 2004, les jours d’absence pour syndrome d’épuisement professionnel qui, outre-Rhin, sont classés comme maladie ordinaire ont décuplé pour représenter 10% des absences au travail. Le nombre de morts au travail a progressé de 13% en 1 an. Le Monde 11/04/12.

 


Italie : Nous avons besoin d’une stratégie européenne pour la croissance, ça veut dire d’investissements européens, d’eurobonds… Maximo d’Alema http://fr.euronews.com/2012/04/12/massimo-d-alema-angela-merkel-a-joue-un-role-negatif-dans-la-crise/

 


Espagne : Après deux jours de hausse des taux d'intérêts des obligations d'Etat espagnoles et d'inquiétude quant à la solvabilité du pays, le Premier ministre a réclamé aux dirigeants européens de faire preuve de "prudence". Mario Draghi, le chef de la BCE ainsi que le gouvernement allemand, étaient plus particulièrement visés : le Premier ministre leur a en effet demandé de ne faire aucune déclaration publique sur la situation économique espagnole. La Razon
Le président français a publiquement émis des doutes quant à la solvabilité espagnole et a évoqué les mauvais choix économiques décidés par le prédécesseur de Rajoy, José Luís Zapatero, alors qu'il était en pleine campagne électorale. Selon le quotidien madrilène, le Premier ministre M. Rajoy aurait rappelé au président français que les dirigeants espagnols, de leur côté, "ne parlaient de personne". ABC
Le journal belge déplore que la crise "dont a été victime la zone euro plus de deux ans, semble être de retour, plus forte que jamais." De Morgen.
http://www.presseurop.eu/fr/content/todays-front-pages/1789941-les-titres-du-jour

 


La Grèce vote le 6 mai. Selon les derniers sondages, le parti de droite Nouvelle Démocratie est donné favori mais avec des intentions de vote entre 13 et 20%, il serait obligé de s’allier avec les socialistes du PASOK ou d’autres partis plus petits. Presseurop 12/04/12.

 


 

L’industrie photovoltaïque européenne est en pleine déroute, avec la quasi-faillite des Allemands et des Français…. Deux raisons majeures : la concurrence chinoise  mais aussi l’austérité européenne. Cette affaire est un révélateur éclatant de l’absurdité du libre-échange et de la domination financière. Politis 12/04/12.

 


 

Portugal : Dans un rapport, le FMI estime que de nouvelles coupes budgétaires pourraient affaiblir le soutien politique au programme de la troïka, y compris au sein du gouvernement de Pedro Passos Coelho. presseurop 11/04/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 10:09

 

Version Sarkozy : «Vous voulez la gauche, vous aurez la Grèce.» Ou, option NKM, sa porte-parole : «La gauche au volant, c’est la Grèce au tournant.» Libération.fr 13/04/12.



Mélenchon à Marseille : "Il n'y a pas d'avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb !", a-t-il poursuivi dans cette ville qui a voté à plus 22 % pour Jean-Marie Le Pen aux régionales de 2010. Une déclaration qui lui a valu des applaudissements nourris. Lemonde.fr 14/04/12.

 


Mensonges : Le 6/04, N. Sarkozy : « Avec Nathalie Kosciusko-Morizet, nous avons été à Fukushima »
N. Sarkozy a dû admettre, le 13/04, sur i>Télé, qu’il avait enjolivé son récit de voyage... mais en assurant à nouveau que sa ministre s’était bien rendue à Fukushima :
NKM reconnaît que N. Sarkozy ne s’est jamais rendu à Fukushima (et elle non plus) :
« Mais personne ne va à Fukushima ". Comme elle l’expliquait sur son blog, elle s’est approchée à « une quarantaine de kilomètres » de la centrale. N. Sarkozy, à Tokyo, est resté à une distance de plus de 200 km de la zone de l’accident.
- N. Sarkozy avait déjà raconté s’être rendu à Berlin dès le 09/11/89 pour assister à
la chute du mur :un décalage de 24 h avec la réalité, qui modifiait la portée de son récit ;
- Il a expliqué avoir voté l’
Acte unique européen voulu par François Mitterrand : un texte adopté en 1986, soit..2 ans avant que Nicolas Sarkozy devienne député.
Rue89 13/04/12 : http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/04/13/fukushima-nkm-raconte-son-voyage-sans-sarkozy-231158




«Si je suis élu président de la République, je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des harkis et de milliers de musulmans français...» Ces phrases, N. Sarkozy les avait prononcées en mars 2007. Le président sera ce samedi après-midi au camp de  Rivesaltes, près de Perpignan, un lieu symbolique où furent regroupés des harkis et leurs familles après la guerre d'Algérie... A-t-il trop tardé ? LeFigaro.fr 13/04/12.




Dans un éditorial le 10/04, le Financial Times, quotidien de la City, explique.que l'Europe a besoin d'un "agenda de croissance" appuyant explicitement M.Hollande. Le Monde 13/04/12.

Depuis mai 2009, Londres accepté que les vétérans gurkas partis à la retraite avant 1997 et ayant effectué au moins 4 années de service dans l'armée britannique puissent s'installer au Royaume-Uni et y toucher la même retraite que les soldats britanniques. CI 12-18/04/12.

 


"Peu de managers devraient s'expatrier en raison de l'impôt sur les riches. La demande mondiale pour les patrons français est limitée" Die Zeit, cité par le Monde 11/04/12.

 


Le Monde a eu la bonne idée de comparer les chiffrages des programmes des principaux candidats à l’élection présidentielle... Sauf que pour le Monde, le Front de Gauche et son porte voix J.-L. Mélenchon ne font visiblement pas partis des grandes forces politiques démocratiques françaises... sont comparés les programmes UMP, PS et Modem. En clair, un François Bayrou compterait plus qu’un Jean-Luc Mélenchon alors que...
Le Figaro quant à lui souhaite recueillir les interviews des 4 principaux candidats avant le premier tour... le candidat du PS décline finalement cette demande... Sauf qu’au Figaro les 4 principaux candidats sont issus des 4 formations politiques de l’élection de 2007, pas de l’élection de 2012.. le chef de l’UMP, le chef du PS, la caporale du F Haine et le sous brigadier du Modem. http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/melenchon-et-la-presse-victime-du-114490

 

 


DETECTEUR DE MENSONGES - "Il n’y aura pas de surprises avec moi, il n’y aura pas d’augmentation d’impôts pour les particuliers, pour les ménages, pour les familles", (11/04/12). "Je crois à la réduction des dépenses. Quand on est pour la réduction des dépenses, on n’a pas besoin d’être pour l’augmentation des recettes".
Les affirmations de Nicolas Sarkozy... sont fausses. La preuve provient du programme du chef de l'Etat lui-même. Dans une annexe donnée aux journalistes lors de la présentation du projet... le président-candidat compte faire passer le taux de prélèvements obligatoires de 43,8% en 2011 à 45,8% en 2016, puis 45,6% en 2017:
L
es mesures concernent surtout les sociétés : fiscalité sur les dividendes, imposition minimale des grands groupes, fiscalisation des entreprises du secteur Internet, augmentation du rendement de la taxe sur les transactions financières et réduction de niches fiscales concernant les entreprises. Et, contrairement à François Hollande, il ne prévoit pas de nouvelles tranches de l'impôt sur le revenu.
Il faut aussi compter sur la taxe sur les exilés fiscaux et la réduction de la déductibilité des dépenses de gros travaux en revenus fonciers qui concernent les propriétaires-bailleurs d'appartements. Selon le chiffrage de l'équipe du candidat
1,2 milliards d'euros. La "TVA sociale", qui permet de compenser une diminution des cotisations patronales... est reprise dans le projet de Nicolas Sarkozy. Et la taxe touche l'ensemble des consommateurs. JDD 11/04/12.

 


Loi sur le voile intégral: En un an, 299 verbalisations ont été effectuées, 354 contrôles, et 55 rappels à la loi ou convocations en justice, selon les chiffres de la police nationale obtenus par le Huffington Post. Ces chiffres englobent la période depuis le décret de promulgation de la loi le 11 avril 2011 jusqu’à la fin mars 2012. Huffington Post 10/04/12.


La fraude fiscale internationale annuelle en France s'élève à 20 milliards d'euros ce qu représente un tiers du budget de l'éducation.
Les entreprises du Cac40 paient en moyenne 8% d'impôts sur les bénéfices, loin des 33% théoriques contre 22% dans les PME.
Dans les pays du Sud, l'évasion fiscale de entreprises multinationales génère un manque à gagner pour les États de 125 milliards par an soit plus que l'aide publique totale au développement.
En 30 ans, le nombre de multinationales dans le monde a été multiplié par dix.
En 2002, les entreprises françaises comptaient 2637 filiales en Afrique.
Au niveau international, entre septembre 010 et septembre 2011, les prix des denrées alimentaires ont augmenté en moyenne de 19%.
Sur le première bourse d'échange de matières premières, à Chicago, ce sont, en produits dérivés, 46 fois la production réelle de blé et 24 fois la production mondiale réelle de maïs qui sont échangées chaque année.

Pacte pour une terre solidaire. Élections 2012 : 16 propositions pour un monde plus juste. Ccfd-terre solidaire.

 


Le déficit commercial de la France s'est fortement dégradé en févrierf. Le Monde 07/04/12.

 


700 dossiers de victimes de l'amiante transies à la justice. Le Monde 06/04/12.

 


Les dépenses de logement conduisent les ménages à des privations quotidiennes... non seulement les dépenses superflues mais aussi les postes essentiels tels l'alimentation ou la santé. Le Monde 06/04/12.

 


Les invités de C Dans l'air avant que s'imposent les normes légales d'égalité. 05/04/12 http://www.observatoire-des-sondages.org/Temps-de-paroles-la-comptabilite.html



Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 16:13

 

« Exhibitions, l'invention du sauvage » est une intéressante exposition présentée au musée du quai de Branly. Elle montre « comment ces spectacles, à la fois outil de propagande, objet scientifique et source de divertissement, ont formé le regard de l’Occident et profondément influencé la manière dont est appréhendé l’Autre depuis près de cinq siècles.
L’exposition explore les frontières parfois ténues entre exotiques et monstres, science et voyeurisme, exhibition et spectacle, et questionne le visiteur sur ses propres préjugés dans le monde d’aujourd’hui. »


 

Malgré l'attention apportée à ne pas mélanger les genres et à éviter le simplisme militant qui guette ce type de travail, surtout dans la période actuelle où les dérapages contrôlés mais intéressés et dangereux sont fréquents, y compris en haut lieu, l'exposition n'échappe pas et ne peut probablement pas échapper à sa situation dans le temps et dans l'espace. C'est une exposition qui se situe en France au XXIè siècle.


 

Dater la découverte de l'autre dans le regard occidental, du 15ème siècle, est évidemment discutable. Parce que l'autre a, probablement, toujours existé peut-être même avant le regard, dans l'imagination.


 

Dans les églises, à partir du 13ème siècle, apparaissent les gargouilles, utilitaires certes mais avec des sculptures qui font une large place à l'imagination, leur donnant un aspect terrifiant pour remplir une seconde fonction : éloigner les mauvais esprits et protéger la maison de Dieu.


 

Mais l'imaginaire terrifiant est n'est une création ni du Moyen Age, ni de l'Occident. Dans l'antiquité, les centaures ont pu illustrer l'affrontement entre civilisés et autres (sauvages ?), les chimères fantastiques et les dragons crachant le feu et dévorant les humains sont retrouvés dans des mythologies très diverses.


 

A coté de cet imaginaire, la nature donne vie à des créatures que l'on va appeler « monstre » : « celui dont l'aspect nous est inhabituel par la forme de son corps, sa couleur, ses mouvements, sa voix, et même les fonctions, parties ou qualités de sa nature. » (Saint Augustin). L'étymologie du mot témoigne de son utilisation. Le « monstre » est présenté au regard des curieux parce qu'il est « inhabituel » et bien que naturel, il paraît comme une anomalie de la puissante nature.


 

L'Occident a inventé ou découvert l'autre, comme chaque civilisation, chaque peuple, chaque village invente ou découvre son « autre ». Il est bien connu que les peuples parlant d'eux-mêmes, se nomment souvent en des termes qui veulent dire « humains, personnes » (Inuits), « peuple du ciel » (Zoulou), « homme libre » ou « rebelle » (Imazighen), « noble et libre » (Imajeren/Touareg), « vrais hommes issus de cette terre » (Anishinaabe)... Ils sont, souvent, beaucoup moins flatteurs pour désigner leurs voisins : « mangeurs d'homme » (Mohawaks pour les Alonguins), « serpents à sonnettes » (Iroquois pour les Alonguins), perçus comme concurrents, dangereux ou ennemis...

 


Une période importante dans l'histoire de l'Autre en Europe, est la « découverte » des Amériques, de l'or et des Amerindiens dont certains sont ramenés à la cour comme pièce à conviction. Ces peuples, inférieurs bien sûr, vont être réduits en esclavage malgré Charles Quint qui interdit cette pratique en 1526, malgré la bulle du pape Paul III en 1537, malgré Bartolomé de Las Casas. Premières condamnations de l'Occident chrétien, déjà peu efficaces dans le contexte colonial de l'Espagne.

 


Le continent noir va être une réserve d'esclaves, pas seulement pour l'Occident. Mais le recours au continent noir par la traite pour l'esclavage occidental va fournir une main d'oeuvre peu chère, soumise et abondante. Cette situation connaîtra de « beaux jours » jusqu'au XIXème siècle. Malgré de multiples révoltes notamment la Révolution haïtienne menée par d'anciens esclaves (Toussaint Louverture, Jean-Jacques Dessaline) qui aboutit à la création de la première république noire, deuxième État indépendant des Amériques.
Si l'esclavage est aboli en France une première fois en 1792, Napoléon en 1802 permet son rétablissement sous la pression des colons des Antilles et l'abolition définitive n'aura lieu qu'en 1848... avec quelques entorses. Et le développement colonial.

 


Mais l'Autre (par excellence en Occident ?), n'est-ce pas aussi le juif, avec un antijudaïsme qui remonte au moins au IIIème siècle avant notre ère et qui a été accentué par la condamnation du peuple déicide et mangeur d'enfants chrétiens...

 

 

On pourrait dire aussi que « l'autre » se décline d'abord et partout (?) au féminin dans un monde pas seulement occidental où la femme se voit le plus souvent reconnaître une place seconde.

Mais le véritable sujet de l'exposition, ce n'est pas la découverte de l'autre, ce n'est pas l'esclavage, ce n'est même pas la présentation d'êtres humains particuliers, inquiétants ou spectaculaires, soumis au regard curieux ou voyeur, intéressé ou méprisant, inquiet ou concupiscent, à la cour, dans les salons ou même à la foire du Trône, c'est le rôle de l'exhibition et la mise en scène à une échelle plus importantes de ces étranges étrangers dans la représentation de certains peuples façonnant leur infériorité et facilitant l'expansion coloniale.

Dans ce nouveau regard, dans cette nouvelle appréhension, la science et la politique vont jouer un rôle très différent mais très important.


Désormais, la science peut tout étudier « objectivement ». D'autant que Darwin a désacralisé l'homme. L'homme n'a pas été créé par Dieu, il est le fruit d'une longue histoire. La science étudie, décrit, classe tous les êtres vivants, flore et faune. Rien n'interdit de classer les hommes comme on classe les plantes ou les animaux. Leur unicité « sacrée » n'avait pas empêché la hiérarchisation. La science justifie le classement et va essayer de prouver la hiérarchie. Les hommes sont évidemment différents. Dans la tête de tout un chacun et donc dans celle des savants qui sont de leur époque et cette différence va impliquer une hiérarchie. A partir de mesures diverses, d'observations, anatomiques, culturelles..., ils vont s'efforce de démontrer cette hiérarchie.


La question est toujours la même : diversité et/ou égalité ? Du constat, les hommes sont différents, on passe au postulat, les hommes sont inégaux. Postulat de départ, qui va entraîner la recherche de preuves scientifiques de cette inégalité  : on va alors hiérarchiser en fonction de telle particularité physique ou comportementale... A l'inverse, la déclaration des droits de l'homme postule l'égalité des hommes « en droits et en dignité », entraîne pour beaucoup un refus de l'évidente diversité. Notamment par peur d'une tentation hiérarchisante dont on a connu les effets au XXème siècle... (Peut-on parler de races humaines ?)


Les conclusions des savants du XIXème siècle, « savants de leur temps », vont être très utiles aux politiques. Ils ont entretenu l'idée de supériorité. Qui était « légitimée » par une supériorité indéniable, celle des armes, des moyens techniques qui vont permettre l'extension et l'exploitation coloniales et aussi l'ouverture de nouveaux champs à la rivalité au delà des océans, sur l'ensemble de la planète, entre impérialismes européens.

 


Les discours sur l'inégalité considérée comme essentielle, définitive, permet l'exploitation et même l'esclavage, sans problème, des êtres inférieurs, hommes ou bêtes. L'inégalité temporaire, remédiable, justifie un colonialisme moral, émancipateur, « civilisateur ». Les exhibitions ethniques vont populariser ces deux types d'exploitation, la colonisation et toutes les aventures « exotiques ». La mise en esclavage des vaincus n'est pas un phénomène nouveau, il est ici justifié par une supériorité qui n'est pas seulement celle des armes. Qui est démocratisée par les exhibitions.


L'exposition est très riches en documents de cette époque qui a vu à la fois une professionnalisation de la mise en scène de ces exhibitions, de tournées allant de ville en ville, professionnalisation même des « acteurs de la sauvagerie », exhibés, jouant un rôle, souvent rémunérés. Ils venaient de tous les continents « aborigènes, les femmes à plateaux, les amazones, les charmeuses de serpents, les funambules japonais ou les danseuses du ventre orientales, mais aussi le Clown Chocolat dessiné par Toulouse-Lautrec ou encore le personnage mythique de Buffalo Bill qui présente son show autour de l’archétype de l’Amérindien exhibé, qui marquera à jamais l’imaginaire du Far West ».

C’est un « sauvage » fabriqué, inventé, pour le spectacle que découvre, sans le savoir, le public.


Parmi les documents présentés, la « Vénus hottentote »réapparue, sur les écrans, en 2010 dans lefilm d'Abdellatif Kechiche, la « Vénus noire ».Venue du Cap, Saartjie Baartman a été exposée d'abord en cage, à Londres, puis est venue à Paris où elle mourra.


Après le public des foires, c'est devant les yeux de scientifiques et de peintres qu'elle est exposée nue, transformée en objet d'étude. Peu de temps plus tard, le rapport qui en résulte compare son visage à celui d'un orang-outang et ses fesses à celles des femelles des singes mandrills. Devant le moulage de son corps qui est resté au musée de l'Homme jusqu'en 1974, l'anatomiste Cuvier dira
« Je n'ai jamais vu de tête humaine plus semblable à celle des singes ». Mais les choses ne sont pas simples et Cuvier aurait parlé d'une dame sauvagesse de qualité, parlant trois langues et bonne musicienne.


Ce n'est qu'en 2002 que ses restes ont été remis à sa communauté d'origine, la communauté Khoikhoï (hommes des hommes).



Elle avait tout pour être l'Autre car comme le dit Abdellatif Kechiche :
«Les hommes ont beaucoup opprimé les femmes dans l’Histoire. Noire et différente, Sarah synthétise en elle tous les motifs d’oppression».

 


« L'invention » de l'autre ne veut pas dire qu'il n'existait pas auparavant comme l'Amérique existait avant sa « découverte » par les Européens. Il existait mais il ne devient « autre » que par le regard des... autres. L'exposition montre bien que l'autre inventé à cette époque, et qui nous marque encore aujourd'hui, n'a pris cette forme et cette ampleur que parce qu'elle répondait aux besoins de la société à un certain moment.


Il reste à avancer vers une société qui reconnaisse et la diversité et l'égale dignité de toutes les personnes.

 


L'exposition se termine par une question posée au visiteur sur le regard qu'il porte sur les divers « autres » de notre société.



Exhibitions, l'invention du sauvage, musée du Quai Branly 29/11/2011 – 03/06/12. Meilleure exposition 2011 aux Globes de cristal art et culture

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Diversité
commenter cet article
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 11:53

 

JDD : Est-ce que le 15 avril, à la Concorde, Angela Merkel ou d’autres responsables étrangers seront présents?
N.Sarkozy : Angela Merkel est mon amie. L’amitié franco-allemande est incontournable, mais c’est une campagne en France, pour les Français.JDD 08/04/12.

 

 

Inciter les consommateurs à acheter national se heurtera aussi à des obstacles européens. "C'est une vraie mesure antieuropéenne. Si tout le monde s'inscrit dans cette logique, on nie complètement le principe du marché unique. EurActiv 06.04/12.

 

 

Italie : Depuis le début de la crise, en 2008, au moins 50 artisans et patrons de PME se sont suicidés en Vénétie, le moteur du miracle économique des années 1990. Presseurop 05/04/12.

 

 

S’agissant de la proposition allemande d’introduire dans un premier temps une taxe s’inspirant du droit de timbre boursier en vigueur en Grande-Bretagne, Die Welt … Osborne ayant jugé « très improbable » que Londres se rallie à une telle mesure...
« C’est l’échec de deux objectifs poursuivis en commun par Berlin, Paris et Bruxelles : introduire une taxe au niveau européen, d’une part, et l’appliquer à l’ensemble des transactions financières, d’autre part », ajoute Die Welt. « L’Europe ménage les spéculateurs », regrette … la Frankfurter Rundschau. Revue hebdomadaire de la presse allemande, ambassade de France 23-30/03/12.

 

 

L’Autriche  est le pays d’Europe, avec la République tchèque, où la différence de salaires entre hommes et femmes est la plus élevée. Selon Eurostat, ces dernières gagnent en moyenne 25,5 % de moins que leurs collègues masculins. Presseurope 05/04/12.

 

 

Grèce : Un septuagénaire s'est tiré une balle dans la tête en plein cœur d'Athènes. Une manifestation du "désespoir" suscité par la crise en Grèce. Le Monde 05/04/12.

 

 

Allemagne : Hausse de salaire de 6,3% pour les fonctionnaires… 3,5%de salaire en plus en 2012 puis… augmentés en janvier et août 2013. Le Monde 03/04/12.

 

 

Février 2012 : Le taux de chômage à 10,8% dans la zone euro. À 10,2% dans l'UE27…, son plus haut niveau en 15 ans. Eurostat 03/04/12. L’euro accentue le chômage ?

 

 

A partir du 1er avril, il est possible de lancer des initiatives citoyennes européennes en recueillant un million de signatures venant d'au moins 7 pays de l'UE, les citoyens ont désormais la possibilité de mettre sur l'agenda politique des institutions un sujet qui les concerne directement. http://www.touteleurope.eu/fr/actions/citoyennete-justice/les-droits-du-citoyen-europeen/presentation/dossier-special-sur-l-initiative-citoyenne/l-initiative-citoyenne-europeenne.html

 

 

Allemagne : Élections régionales en Sarre : la presse met l’accent sur le renforcement de la CDU, (+ 0,7%), le revers du par le FDP (- 8%) et l’événement créé par les Pirates qui avec 7,4% et devancent les Verts (5%).

Obtenant 30,6%, les sociaux-démocrates du Land améliorent substantiellement leur score (+6,1%), mais… devront se contenter du second rôle.
Le gouvernement fédéral souhaite faciliter l’entrée en Allemagne de main d’œuvre qualifiée en provenance de pays non européens.

Le président fédéral a démenti les spéculations parues dans la presse polonaise, selon lesquelles il n’aurait pas fait le choix de la France pour son premier déplacement parce que la campagne électorale y bat son plein. « Ma décision n’était pas un calcul, mais venait du cœur ».

Certains partenaires, à commencer par la France, pourraient y voir un signe du desserrement des liens de l’Allemagne, désormais dirigée par deux Allemands de l’Est, avec ses voisins occidentaux. Revue de la presse allemande Ambassade de France, 30/03/12.

 

 

Suisse : Dans 6 mois, non seulement les banques ne devront plus accepter de fonds non déclarés mais il faudra aussi régler le cas de ceux qui ont été déposés chez elles dans le passé… Si le client veut transférer son argent ailleurs, l’établissement doit s’assurer que les capitaux quittent effectivement la Suisse….
La Suisse perdra son statut de principale place pour la gestion de fortune au profit de Singapour dans les prochaines années… .
Les banques suisses ont donc fondé des filiales – et en particulier à Singapour – où les clients peuvent transférer dés maintenant leurs capitaux. Courrier international 29/03-04/04/12.

 

 

Italie : Le 13/04 aura lieu une manifestation unitaire de tous les syndicats contre a réforme des retraites : une première après des années de division. Le Monde 31/03/12.

 

 

Grève générale en Espagne : Des centaines de milliers d'Espagnols ont protesté conte la réforme du marché du travail du Premier ministre conservateur… en suivant une grève générale de 24 heures. Pour certains commentateurs, le gouvernement espagnol ne fait que suivre ce que d'autres pays ont fait avant lui, tandis que d'autres appellent Rajoy à prendre ses distances des consignes de l'UE. Eurotopics 30/03/12.

 

 

Le député socialiste et ancien secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires européennes… regrette l'impasse économique dans laquelle le couple Merkozy a… précipité l'Europe. Il mise sur l'élection de dirigeants de gauche pour ouvrir un nouveau cycle politique dans l'Union. EurActiv 30/03/12.



Jacques Delors… a tiré à boulets rouges sur ses successeurs qu'il a accusé de tuer l'Europe avec la complicité des institutions de l'Union. EurActiv.fr 30/03/12.

 

 

La Suède a très largement dépassé les limites du simple contrat commercial et a clairement apporté son aide à un régime dictatorial. Le ministre doit démissionner ! . Euronews 29/03/12.

 


Italie : Crise économique : 2 hommes s’immolent par le feu. Euronews 29/03/12.

 

 

Selon…Eurostat, les inégalités se sont fortement réduites en Roumanie (- 1,8) et en Bulgarie (- 1,1) et, dans une moindre mesure, au Portugal (- 0,9), en Irlande (- 0,6), en Allemagne (- 0,4) ou encore en Grèce (- 0,4). En revanche, elles se sont… creusées… avec un record en Espagne (+ 1,6). La France figure aussi parmi les pays où les inégalités ont le plus augmenté en Europe (+ 0,6). Ce qui n'est pas surprenant au vu de la politique fiscale menée durant cette période. Alter éco 29/03/12.

 

 

Le référendum irlandais sur le pacte budgétaire se tiendra le 31 mai. Les sondages annoncent pour une franche approbation. EurActiv 28/03/12 .

 

 

Suite aux pressions internationales,… Angela Merkel s'est prononcée… pour l'augmentation de la dotation du fonds de secours de la zone euro à 700 milliards d'euros. Le fonds permanent MES doit ainsi être dans un premier temps augmenté de 200 milliards d'euros issus du Fonds européen de stabilité financière. Tandis que certains commentateurs déplorent que les aides restent encore trop limitées, d'autres redoutent une mutualisation des dettes de la zone euro. Eurotopics 27/03/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 10:21

 

Par suite de la crise et pour la première fois, il est question de l'Union européenne dans les discours des candidats à l'élection présidentielle de 2012. Notamment pour affirmer que les institutions ne sont pas adaptées à une UE qui regroupe 27 pays aux niveaux économiques bien différents.


 

Les propositions pour modifier les institutions (1) sont loin d'être à la hauteur des critiques. Elles sont toujours partielles. A la lecture, on pourrait penser que tous les candidats ont voté « non » au référendum de 2005. Y compris ceux qui ont contourné les résultats du référendum.
Les plus « européens », François Bayrou propose l'élection du président du Conseil au suffrage univcerse et un reforcement du Parlement européen, Eva Joly la mise en marche d'un « processus constituant ».

Cependant que circule un appel pour une « convention constituante européenne » ! La dernière expérience, malheureuse convention, ne leur suffit pas ? Ils veulent recommencer ? Peut-être parce que l'Union s'est construite, depuis le début avec un minimum de démocratie apparente, contre ou en dehors des peuples qui n'ont jamais été directement consultés.


 

Processus ? Convention ? Curieusement, la seule démarche démocratique propre à redonner du sens à Europe démocratique ne perce pas : l'élection d'une assemblée constituante européenne au suffrage universel.


 

Désormais, les gouvernements nationaux ont, volontairement, délégué une part de leur pouvoir aux instances européennes qui sont loin des peuples et en lien direct avec les groupes de pressions installés plus ou moins officiellement à Bruxelles. Commission européenne et gouvernements nationaux sont, à l'évidence, sous l'influence des marchés financiers auxquels ils ne sauraient résister qu'en retrouvant une légitimité démocratique qu'ils ont perdue et qui reste hors de portée et des uns et des autres.

 

 


D'où un affaiblissement des sentiments populaires démocratiques en Europe :

  • repli sur l'abstentionnisme favorisé par l'individualisme ambiant ;

  • montée des populismes, des micronationalismes (il n'y a jamais eu autant de frontières intérieures en Europe et ce n'est pas fini), des solidarités ethnico-nationales contre l'Europe, contre les étrangers...,

  • mise en place de pouvoirs technocratiques et autoritaires au service des privilégiés.

 

 

L'échelle nationale garde une certaine légitimité qui n'est ni complétée, ni remplacée par une légitimité européenne :

  •  
    • la solidarité, même insuffisante, même partiellement démontée, ne s'exerce pour l'instant que dans l'espace national (impôts, aménagement du territoire, lois sociales...). Le budget européen est ridicule. Et si solidarité il y a, elle est entre États pour maintenir le statu quo économique, non entre les peuples ;

    • l'organisation politique est plus compréhensible au niveau national qu'au niveau européen même s'il y a beaucoup à dire, dans les deux cas, au point de vue démocratique...

 

 

Devant l'organisation financière, économique et politique du monde, les États-nations européens perdent chaque jour de leur poids économique, démographique et de leur autonomie de décision.

Ils ne peuvent se réinsérer dans l'histoire qu'en se regroupant et en créant un sentiment d'appartenance européen, un espace public européen de débat démocratique.

Le Parlement européen ne joue pas ce rôle, par suite d'un poids insuffisant dans les institutions européennes, par suite de son fonctionnement sur le mode du compromis qui gomme les différences et nie la politique, par suite aussi de son manque de visibilité médiatique et du désintérêt dont font preuve les politiques, notamment en France, pour cette institution.


 

L'Union européenne a enfermé dans des traités le mode d'organisation des pouvoirs (constitution qui ne dit pas son nom) et une politique économique et sociale qui échappent à tout contrôle démocratique. 

 


Un mouvement démocratique est nécessaire pour séparer ces deux fonctions :

  • 1) Une véritable démocratie européenne avec organisation des rapports entre les différents pouvoirs au niveau européen (exécutif, législatif, judiciaire...) et leurs rapports avec leurs correspondants nationaux.

  • 2) La mise en place ensuite d'un exécutif chargé de conduire la politique économique, sociale, diplomatique, militaire... responsable devant le Parlement européen.

 

 

C'est le but qui devrait être donné à l'élection d'une assemblée constituante de l'Union européenne, élue au suffrage universel dans les 27 ou 28 pays de l'Union. Cette assemblée ne peut être constituée par le Parlement européen ou ses représentants, ils n'ont pas été mandatés par les citoyens pour mettre sur pied une constitution.
L'élection d'une constituante européenne serait l'occasion d'ouvrir un vrai débat à l'échelle européenne sur les institutions que veulent les citoyens, de créer cet espace public européen absolument indispensable.

Cette assemblée pourrait siéger à Strasbourg que le Parlement européen n'investit que périodiquement.

 


 

Une fois le projet constitutionnel adopté, il serait soumis, par référendum, à tous les peuples de l'Union. Ceux qui l'accepteraient feraient partie de la nouvelle Union européenne.
Ceux qui ne l'accepteraient pas auraient la possibilité de signer une convention avec la nouvelle Union. Ils pourraient ultérieurement organiser un référendum pour adhérer.

 


 

Pour la première fois, les peuples de l'Union pourraient débattre ensemble du type d'institutions qu'ils veulent construire ensemble. L'orientation politique serait ensuite définie par de nouvelles élections pour le Parlement européen.

 


 

Une telle initiative n'a de chances de voir le jour que si elle est citoyenne. Car il est peu probable que les politiques, même s'ils se proclament démocrates, acceptent de bon cœur que les peuples décident quelle Europe ils veulent.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 15:11

 

Les données ci-après ont été obtenues d'après les sites lemonde.fr et Le Huffington Post.
ARTHAUD

- Mise en place des États-Unis socialistes d’Europe en se débarrassant du capitalisme
- Unification de l'Europe comme premier pas vers l'internationalisation.


BAYROU
- Élire un président de l'Union européenne (UE) au suffrage universel qui incarne, face aux intérêts nationaux, l’intérêt supérieur de l’UE. Il coordonnera le Conseil et aura autorité sur la Commission (CE). S'il est besoin d'une transition, il peut être élu par un Congrès des parlements de l'Europe représentant à parts égales les parlements nationaux et le Parlement européen (PE).
- Renforcement des lois communautaires sur les sujets économique et budgétaire.
- Défendre et remettre en vigueur la méthode communautaire, comme une coopérative où l’on fait les choses ensemble, avec une CE de plein exercice en charge de la défense de l’intérêt général européen.
- Reconnaître la zone Euro comme une zone de solidarité et permettre à la Banque centrale européenne (BCE) d’intervenir, directement ou par un organisme interposé, lorsque les États ont besoin de refinancer leur dette, avec des contreparties de remise en ordre de leurs finances.
- Renforcer aux yeux des gouvernements nationaux et aux yeux des citoyens européens eux-mêmes l'importance, la légitimité des débats du PE. Il faut que le PE fasse connaître à l'opinion publique son agenda largement à l'avance.
- Permettre à la Cour des comptes européenne de vérifier la véracité des chiffres des comptes publics fournis par les États-membres, par l’intermédiaire d’Eurostat.
- Mettre en place une Commission parlementaire de la zone euro composée de parlementaires nationaux et de députés européens.
- Favoriser l’émergence d’une Agence de notation européenne et la création d’un régulateur financier européen unique.



CHEMINADE

- Passer de l’euro unique à des euros nationaux ("franc polytechnique" en France)
- Les « coopérations avancées » entre nations européennes, à travers lesquelles l’Europe pourra retrouver une politique économique digne d’elle-même, pourront être les locomotives d’une grande politique culturelle, fondée sur le respect de la dignité de la création humaine aujourd’hui à l’abandon.
- Je dénoncerai les traités européens actuels pour construire une nouvelle Europe qui rendra aux États nations leur liberté d’action en supprimant toutes les structures relevant de l’inspiration fédérale anti-démocratique (Cour de Justice, CE, BCE).
- En lieu et place d’une Europe technocratique et uniformisatrice, je propose de mettre en place des « agences de coopération européenne », organisées de manière souple et respectueuse des souverainetés nationales, dans les domaines où les pays membres gagneront à s’allier pour créer les Airbus et Ariane de demain (panneaux solaires du XXIe siècle, voiture propre, lutte contre le cancer, universités européennes, biotechnologies...).




DUPONT-AIGNAN

- Replacer l'Europe en dessous des nations. Rendre aux États leur liberté d'action
- Mise en place d'"agences de coopération européenne" à la carte.
- Sortir de la monnaie unique pour passer à l’euro- franc. Cette monnaie nationale sera intégrée à un nouveau système monétaire européen - dont l’euro pourrait rester l’unité de compte ou de transaction. Sa valeur flexible sera mieux adaptée à la structure de notre économie : dans la mondialisation, il faut de la souplesse !
- Depuis le « non » des Français au Traité Constitutionnel en 2005, l’ensemble des traités européens actuels (qui étaient intégrés à sa partie III) ne sont plus légitimes et doivent donc être renégociés sur une autre base politique et économique que celle qui a été désavouée.

 

 


HOLLANDE

- Fédéralisme budgétaire. Je défendrai un budget européen (2014-2020) au service des grands projets d’avenir. Je proposerai de créer des euro-obligations. Je défendrai une association pleine et entière des parlements nationaux et européen à ces décisions. ,
- Je renégocierai le traité européen issu de l’accord du 9 décembre 2011 en privilégiant la croissance et l’emploi, et en réorientant le rôle de la BCE dans cette direction. Je défendrai une association pleine et entière des parlements nationaux et européen à ces décisions.

 

 


JOLY

- La France proposera de lancer un nouveau processus constituant permettant de doter l’Europe d’une Constitution digne de ce nom – c’est à dire d’un texte court et compréhensible par toutes et tous, rappelant les valeurs et les projets qui unissent les Européens, et faisant progresser l’Europe vers le fédéralisme. Ce texte tirera sa légitimité de sa ratification par un référendum européen.
- Création de la fonction de vice-premier ministre chargé des questions européennes, avec une autorité transversale.

 

 


LEPEN

- Replacer l'Europe en dessous des nations. Dans le cadre de l’article 50 du Traité de l’UE, il convient d’initier une renégociation des traités afin de rompre avec la construction européenne dogmatique en total échec. Il faut désormais jeter les bases d’une Europe respectueuse des souverainetés populaires, des identités nationales, des langues et des cultures, et qui soit réellement au service des peuples par des actions concrètes.
- La loi française retrouvera sa supériorité sur le droit européen dérivé (directive, règlement, etc.). Ces éléments feront l’objet d’une discussion avec nos partenaires européens dans le cadre de la renégociation nécessaire des Traités européens. La France se tiendra à sa doctrine en cas d’échec des négociations.
- Retour aux frontières des États et loi française supérieure au droit européen
- Création d'un ministère des souverainetés pour renégocier des traités européens
- Retour de l’État fort via une association libre de pays européens, avec un fort moteur franco-allemand
- Sortie de l'euro et retour aux monnaies nationales. Veto à tous les plans de renflouement de l'euro. La France doit préparer, avec ses partenaires européens, l’arrêt de l’expérience malheureuse de l’euro et le retour bénéfique aux monnaies nationales qui permettra une dévaluation compétitive pour oxygéner notre économie et retrouver la voie de la prospérité. La réintroduction du franc ira de pair avec le rétablissement des prérogatives de la Banque de France en matière monétaire, y compris la capacité de consentir des avances au Trésor.
- Que la contribution nette de la France au budget européen soit nulle, afin de dégager des marges pour le soutien notamment de notre agriculture.

 

 




MELENCHON

- Introduire plus de démocratie et de problématiques environnementales dans les institutions européennes
- Bataille politique et diplomatique pour un nouveau traité européen adopté en France par référendum, sortie du traité de Lisbonne
- Diminution des pouvoirs de la Commission au profit du Parlement.
- Refonte des statuts et missions de la BCE qui doit pouvoir prêter directement aux États et qui financerait un Fonds européen de développement social, écologique et solidaire.
- Fin de l'indépendance de la BCE vis à vis des instances démocratiques nationales et européennes, et pour que sa mission, sa politique monétaire et de crédit donnent la priorité à l'emploi et au développement durable humain.




POUTOU

- Démantèlement des institutions européennes

 

 

 

SARKOZY

- Mise en place d'une gouvernance politique de Schengen. Révision des accords pour pouvoir "sanctionner, suspendre ou exclure de Schengen un État défaillant". Possibilité de sortir de l'espace Schengen si "aucun progrès sérieux n'est fait en douze mois"
- Nous nous engageons en faveur d’un véritable gouvernement économique de la zone euro. Nous voulons notamment qu’un sommet de la zone euro se réunisse au niveau des chefs d’État selon les besoins et au moins six fois par an. Ce sommet devra disposer d’un secrétariat...
- Sur le plan institutionnel, nommer un commissaire commun à la concurrence et à la politique industrielle.
- Nous proposons de créer une assemblée parlementaire de la zone euro regroupant des députés européens de la zone euro et des représentants des parlements des États de la zone euro. Elle assumera un rôle de contrôle et de suivi des décisions prises lors des sommets de la zone euro.
- Création d'une banque européenne d’investissement, qui doit renforcer son intervention auprès des PME (programme de l'UMP).
- Nous souhaitons poursuivre les processus d’adhésion engagés avec les pays des Balkans.


Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 22:32

 

Depuis 1893, il était donc établi que toute personne démunie résidant en France devait avoir accès à une couverture maladie. Les étrangers en situation irrégulière ont bénéficié de la couverture santé de droit commun dans des conditions identiques aux Français, soit en tant que personnes démunies depuis 1893, soit comme travailleurs, aucun titre de séjour n’étant demandé pour être affilié à la Sécurité sociale, de sa création en 1945 à 1993. 
En 1993, la réforme « Pasqua » sur l’immigration a exclu les sans-papiers de toutes les prestations sociales à l’exception de l’aide médicale... 
En 1999, les personnes démunies ont toutes quitté le système d’aide médicale... pour être intégrées à l’Assurance maladie généralisée à toute la population active et inactive grâce à la réforme CMU. Toutes, sauf les sans-papiers démunis qui sont restés seuls dans l’aide médicale d’Etat. La machine à exclure était en route....
Depuis 1993, mais encore plus depuis 2002,...Libération 05/04/12.

 

 

Il suffit ... qu'un produit ait 3% de sa fabrication sur le territoire national pour pouvoir dire qu'il a été réalisé en France alors que la loi américaine impose un taux de 60%... Le Monde 05/04/12.

 

 

La rupture est consacrée entre N.Sarkozy et l'UOIF. En 2003... N.Sarkozy crée au forceps le Conseil français du culte musulman, il y impose la présence de l'UOIF Ces "partisans d'un islam plus épicé", comme il définit alors les membres de cette organisation... Le Monde 05/04/12.

 

 

Le système fiscal français avantage les détenteurs de patrimoine. Plus de 50% des revenus des 0,1% les plus riches ne sont pas taxés... 90% des revenus du travail... sont taxés.
Les années 2007-2012 ont vu un alourdissement de l'imposition des revenus en fin de période et un allègement de la fiscalité du patrimoine.
Les gagnants du quinquennat sarkozyste sont avant tout les contribuables ayant de hauts patrimoines mais de faibles revenus... Les perdants sont les contribuables ayant de faibles patrimoines mais de hauts revenus. Le Monde 04/04/12.

 

 

3 millions d'enfants et de jeunes privés de vacances. Une étude... la situation se dégrade pour les 5-19 ans, que les inégalités sociales s'accentuent. Le Monde 03/04/12.

 


Le niveau global d’éducation s’est amélioré en France mais en revanche nous sommes toujours dans le peloton de tête des pays de l’OCDE, voire les premiers, pour l’inégalité et l’élitisme que sécrète notre système scolaire. Observatoire des inégalités, 20/03/12

 



Les revenus annuels du show-biz et du sport représentent pour certains près de 900 années de Smic en France, 17 000 années aux Etats-Unis. Observatoire des inégalités le 20/03/12.

 

 

Chiraquie-Sarkozie : Selon le Canard Enchaîné du 14 mars, l’ancienne Première dame serait en réalité isolée dans son soutien à Nicolas Sarkozy : Jacques Chirac confierait «toujours ses sympathies pour [Hollande] et son souhait de le voir l’emporter» pendant que sa fille Claude ferait «ouvertement de la retape pour Hollande en expliquant qu’il faut voter pour lui "dès le premier tour"». Son ancien gendre Thierry Rey, père de son petit-fils Martin, soutient lui officiellement le candidat socialiste, tandis que son gendre actuel, Frédéric Salat-Baroux, secrétaire général de l'Elysée de 2005 à 2007, pencherait pour François Bayrou. Slate.fr 29/03/12.

 

Le paradoxe de Toulouse : à qui profite le crime ? Cela deviendra peut-être un beau paradoxe pour les cours de logique... Nicolas Sarkozy a la haute main sur la sécurité publique en France depuis dix ans comme ministre de l’Intérieur puis comme président de la République... Au bout de dix ans, on pouvait penser qu’il lui serait difficile de souligner l’insécurité qui serait un aveu d’échec. Ce serait mal connaître le professionnel de la politique qui ne s’embarrasse guère de contradiction... Si les attentats ont été commis, il y a eu une faille dans l’organisation policière. Il semble même qu’elle ait été béante. Or les sondeurs nous apprennent que Nicolas Sarkozy profiterait de l’événement dans l’opinion. La leçon politique est fondamentale : pour un chef politique sécuritaire, il faut échouer (to loose) pour réussir. Observatoire des sondages 29/03/12.

 

La Sarkozie s'énerve : De Maistre : Fillon "s'étonne" puis regrette. Séguéla traite Pulvar de "salope" et s'excuse. Bernadette Chirac regrette "un mot, un petit peu trop fort" sur Hollande. JDD 29/03/12.

 

"L’UE valide la baisse des prix de l'itinérance sur les téléphones mobiles" (baisse du surcoût... pour l'utilisation d'un téléphone mobile à l'étranger.) Le coût... de certains services comme le courriel ou l’utilisation d’Internet sera plafonné à 70 cents par méga-octet, bien moins que  les 2 à 5 euros jusqu’ici facturés par la plupart des opérateurs... Financial Times Preesseurop 29/03/12.

 

 

Plus 6,2% en un an ! Sarkozy se félicite de la baisse de la hausse du chômage ! Sarkozy aura pourtant tout essayé pour diminuer artificiellement les chiffres du chômage. D’abord, en demandant à son ministre du Travail de multiplier, selon le dirigeant de la CFDT François Chérèque, les coups de téléphones aux chefs d’entreprise pour leur demander de ne mettre en œuvre leurs plans de licenciements qu’après le 6 mai. Ensuite, en faisant voter..., une concentration de l’utilisation des emplois aidés prévus pour l’ensemble de l’année : les 2/3, soit 206 000 sur les 311 000 inscrits au budget, selon le SNU-FSU Pôle Emploi. Démocratie et socialisme 29/03/12.

 

 

Le cumul du mandat de parlementaire et du titre de professeur d'université-praticien hospitalier. Outre ce parlementaire (Philippe Jouvin déjà signalé dans un précédent Polo a lu), 4 députés -Bernard Debré (UMP Paris), Jean-Louis Touraine (PS Rhône), Jacques Domergue (UMP Hérault) et Olivier Jardé (Nouveau centre, Somme) cumulent ces 2 fonctions et les rémunérations qui vont avec. Un autre député-médecin, Arnaud Robinet (UMP, Marne) est, lui, maître de conférence. Le Monde 29/03/12.

 

Encadrer les loyers, c'est possible... en Allemagne. Créé en 1973, le dispositif du "miroir des loyers" a largement démontré son efficacité. Le Monde 28/03/12.

 

Bilan de la droite au pouvoir ? Le président du Parti radical (Borloo) a affirmé que sur les "750.000 jeunes, 100.000 sortaient du primaire sans les acquis fondamentaux". L'ancien ministre a affirmé "attendre un programme pour que chacun de ces enfants, ces pépites de la nation, dispose d'un modèle spécifique de soutien scolaire le soir, qu'on puisse payer immédiatement un orthophoniste et faire des parents des acteurs bénévoles du redressement". JDD 28/03/12.

 

Selon une enquête BVA parue... dans Le Parisien/Aujourd'hui en France. Les questions économiques et sociales sont plébiscitées... : le pouvoir d'achat (42%), le chômage (30%), la croissance (23%), la dette publique (20%), la pauvreté et la précarité (18%), l'école (17%), les impôts (14%). Une semaine après les tueries de Toulouse et Montauban, le thème de l'insécurité pèsera dans le vote de seulement 8% des sondés, à égalité avec l'immigration, devant les retraites (7%), la santé (5%), l'Europe (4%) et enfin l'environnement (3%). LeFigaro.fr 28/03/12.

 

Elle a su s'adapter sans tambour ni trompette : l'armé a institutionnalisé l'islam, ce que la République n'est toujours pas capable de faire...
La quasi inexistence d'écoles privées musulmanes en France alors que plus de 30 000 enfants sont scolarisés dans les écoles communautaires juives. Olivier Roy, Le Monde 27/03/12.

 

 

Chauffer près de la moitié de la ville, en particulier les logements sociaux, avec les énergies renouvelables. Et économiser 60 000tonnes de CO2 chaque année. C'est avec cet objectif que Nantes ... Le Monde 27/03/12.

 

 

"Le PS pourrait pourrait très bien nous (Front de gauche) attaquer sur le fond, en nous disant que notre projet n'est pas réaliste. Mais ils se contentent de l'argument du vote utile..." Eric Coquerel, Le Monde 27/03/12.

 

 

États-Unis : Le nombre de personnes qui se disent sans affiliation religieuse est en nette augmentation. Dans les années 1960, ils étaient 5 à 7%... Dans les annnées 1990, 12%, ils sont 19% aujourd'hui... Chez les jeunes : 33% aujourd'hui contre 12% dans les années 1970. Le Monde 27/03/12.

 

 

La crise des subprimes est née aux États-Unis et une nouvelle crise est en préparation : la dette totale des États-Unis atteint 358 % du PIB. En 2011, alors que la dette publique augmentait de 1.300 milliards, le PIB a augmenté de 260 milliards seulement. Le PIB augmente 5 fois moins vite que la dette ! De plus en plus de dette pour de moins en moins de croissance... La première économie mondiale est comme une voiture, qui a besoin d’un litre d’huile tous les 300 mètres. Appel Roosevelt 2012 (reçu le 25/03/12)

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 11:37

 

Le drame de Montauban et Toulouse pose des questions graves à l'ensemble de la société française. Et certains le sentent bien qui essaient de transférer la responsabilité à... l'autre. C'est un demi aveu. Ou qui essaient de mettre en avant le "cas" psychiatrique ou la fatalité. Ceci n'est pas complètement faux mais n'explique pas tout.

 


Questions posées à la société française mais la France n'a pas l'exclusivité de cette violence. Ce drame n'est qu'un nouveau maillon de la chaîne meurtrière qui touche la France (ce n'est pas la première fois) comme d'autres pays occidentaux : des Etats-Unis à la Norvège en passant par l'Allemagne ou le Royaume-Uni.

 


Essayer de comprendre ce que révèlent de tels événements. Ce qu'ils ont de singulier. Ce en quoi, ils traduisent une maladie de la société. Comprendre est particulièrement difficile car les informations sont filtrées, volontairement ou non., la période électorale accentuant le phénomène.

 


Les faits ont rarement une cause unique, surtout quand ils ont une telle gravité. Et ce n'est pas vouloir masquer les problèmes que de chercher les facteurs intriqués qui ont pu jouer au niveau psychologique et au niveau social.

Il ne fait pas de doute qu'il faut être profondément déséquilibré pour en arriver à ces meurtres que ce soit à Toulouse, à Montauban ou ailleurs... Mais ces actes sont situés dans une histoire individuelle et dans une histoire collective qui ont permis, favorisé ou poussé le passage à l'acte.

 


L'histoire individuelle : Mohamed Merah fait partie de ces jeunes qui, pour de multiples raisons, personnelles, familiales, sociales ne trouvent pas une place ou la place qu'ils espéraient dans la société et versent dans la délinquance. Comme des centaines d'autres. Comme les autres jeunes de son âge, il aimait aller en boite, il aimait le foot et les voitures... Comme des milliers d'autres, il ne devait pas entrevoir la possibilité d'un avenir. Qu'il a peut-être cherché dans l'armée qui, connaissant ses antécédents, n'en aurait pas voulu. Qu'il a cherché en Afghanistan où il aurait reçu un entraînement individuel sans formation idéologique bien poussée.

 


Ces enfants de nulle part, et quelquefois de personne car ils ont échappé à des familles dépassées, sont dans des situations désespérées qui ne justifient rien mais qui expliquent que les plus intimement cassés peuvent être la proie de recruteurs intéressés.


Enfant de nulle part : si Mohamed Merah était passé en assises, sa vie aurait été décortiquée, contradictoirement, pour essayer de trouver les failles psychologiques et les facteurs ayant joué de ces failles. Sans procès, ce sont des jugements rapides et souvent intéressés, qui sont avancés. Inconscients, dans le meilleur des cas, quand ils mettent en question la  double nationalité, situation de millions de personnes en France. Et pas seulement de franco-algériens. Nationalité "à part entière" refusée, dans la vie quotidienne, refus involontairement rappelé quand il est question de "militaires musulmans, en tout cas d'apparence, puisque l'un était catholique", refus ressenti quand l'armée le rejette même si ce rejet est justifiable. Refus encore quand l'Algérie impose la nationalité à tous les enfants de ses ressortissants nés à l'étranger, mais lui refuse un lieu de sépulture... Double nationalité ou double demi-nationalité quand aucune n'est , normalement, quotidiennement reconnue.

 


Quel est le facteur précis, événement, argument, personne, qui a activé le déclic...


Une chose est sûre : il avait des armes. Comment se les est-il procurées ? Avec quel argent ? Depuis quand ? Est-ce particulièrement facile pour un petit délinquant d'avoir autant d'armes ? Au nez et à la barbe d'une police qui est chargée de le surveiller ?


D'autre part, il n'a pas improvisé ses actions sur un coup de tête : il avait les armes, il a filmé et il a visé deux types de populations bien précis : des militaires et des juifs.


Il a expliqué son action par son opposition à la participation de l'armée française à la guerre en Afghanistan. Mais qu'avaient à voir ces militaires avec l'Afghanistan ; il aurait pu être l'un deux, si l'armée l'avait recruté !


Il a tué des enfants juifs par solidarité avec les enfants palestiniens. Mais qu'avaient à voir ces enfants avec les enfants palestiniens. Si ce n'est qu'ils étaient des enfants ? Ils étaient juifs ? Et pour certains, ce ne serait pas du racisme...

Heureusement, tous ceux qui sont opposés à l'intervention militaire ou sont solidaires des enfants palestiniens n'en tirent pas de telles conséquences. C'est là où ont joué des influences qui ont condamné à mort des jeunes militaires et des enfants.

 


Heureusement, l'engrenage du racisme réciproque ou généralisé ne s'est pas enclenché malgré la gravité des faits, malgré le nombre de morts, malgré l'emballement des médias en recherche permanente du sensationnel, malgré quelques sirènes. La population a refusé de se laisser entraîner dans le cercle infernal où certains ont vu la misérable possibilité de gagner quelques voix.

 


Il n'est pas question de porter quelque jugement que ce soit sur les méthodes policières. C'est du ressort d'une éventuelle commission d'enquête qui pourra répondre à la question que se pose Alain Juppé sur une faille éventuelle. Il semble que le travail policier a été conduit sous l'autorité directe du ministre de l'Intérieur qui aurait imposé le tempo à la demande du président de la République.

 

 

Il est cependant permis de juger la parole politique des politiques.


Quels mots utiliser pour désigner, en ce moment de gravité, de solidarité, d'unité nécessaires, le comportement des plus hauts responsables. Propos peut-être maladroits, quand il est question de soldats en apparence musulmans ? Quelquefois trop habiles, quand il s'agit de fuir les responsabilités ?

 


C'est la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy qui a été tenue en échec : responsable de la sécurité depuis 10 ans, comme ministre de l'Intérieur d'abord, président de la République ensuite, détenteur de tous les pouvoirs, législatif, exécutif..., à l'origine de multiples lois circonstancielles qui devaient assurer la sécurité des Français, il trouve le moyen de discourir au lieu de s'incliner en silence devant l'échec de sa politique dans son "domaine préféré". Il est probablement impossible d'assurer la sécurité de tous de façon absolue. Mais était-ce nécessaire de mettre en cause l'opposition alors même que la police a utilisé des lois qui avaient été mises en place par celle-ci.

 


Si les paroles du président n'ont pas toujours été très heureuses, d'autres ne l'étaient guère plus. Ainsi celle du ministre de l'intérieur, Claude Guéant, le 26 mars, devant la Grande synagogue de la Victoire à Paris : « Je suis venu m'associer à la peine qu'éprouve toute la communauté israélienne de France, une peine qui est partagée par tous les Français que je représente ce soir. ».  La communauté israélienne de France !!!

 


Les multiples déclarations du président de la République Sarkozy ou de ses ministres (communauté israélienne, militaires ou préfet musulmans, nationalité du jeune entrepreneur de Villiers le Bel, roms, "auvergnats"...), la mise en place d'une législation de plus en plus dure contre les étrangers (conduisant même à la remise en cause, verbale, de traités signés par le France) témoignent de la piètre idée que Nicolas Sarkozy se fait de la France et du rôle de président de la République dans sa volonté désespérée pour échapper à ses responsabilités et arracher sa réélection.



D'après les sondages, la majorité des électeurs n'est pas dupe des manoeuvres. La volonté de dresser les pauvres contre les plus pauvres ne passe pas facilement. Ce que demandent les électeurs c'est un débat qui porte non sur l'immigration ou la sécurité mais sur les difficultés qu'ils rencontrent au jour le jour, sur les questions économiques et sociales.

 


La politique de sécurité n'est pas leur première préoccupation. Elle ne passe pas par des déclarations sécuritaires et des attaques contre la,justice associées à la diminution du nombre de fonctionnaires de police, à la multiplication des officines privées, à la suppression de la police de proximité...


Elle nécessite surtout que personne ne se sente exclu, a priori, et que chacun trouve sa place dans la cité.



PS : à titre de bonus, un passage de l'article de l'ancien ambassadeur d'Israël en France, Elie Barnavi

Bien sûr, la France n'en a pas fini avec les séquelles de l'affaire de Toulouse. Le pire pour elle serait de s'en tenir, au-delà des questions immédiates de police, de renseignements et de contrôle les éléments extrémistes, à sa dimension politicienne. Celle-ci est, hélas, inévitable, surtout en pleine campagne présidentielle où chacun évalue, quoi qu'il en ait, l'impact de la tuerie sur les chances de son camp. Mais elle n'a aucun intérêt. Aux Français de réfléchir aux causes profondes de la tragédie et aux manières d'en prévenir de semblables à l'avenir. Car il y a bien une fracture au sein de leur société. Tout le monde voit que leur modèle républicain d'intégration, dont ils étaient légitimement fiers, bat de l'aile. Ce modèle égalitaire et universaliste, c'est-à-dire aveugle aux déterminismes de la naissance, a des ennemis fanatiques et des défenseurs mous aux armes rouillées. Comment le restaurer, tel est le grand défi de notre temps. Dans ce combat, l'antisémitisme n'est que l'un des éléments du front. ("Entre Toulouse et Jérusalem")

 

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche