Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 14:27

 

 

 

L'écologie est entrée dans la sphère politique depuis une quarantaine d'années, au moins depuis la candidature de René Dumont à la présidentielle de 1974 où il a recueilli 1,32% des voix. Depuis, l'écologie ne semble pas avoir beaucoup progressé au moins dans ce type d'élection. Depuis 1974, seul Noël Mamère, candidat en 2002, a réussi à dépasser les 5 % (5,5%). Tous les autres sont restés en dessous : Brice Lalonde, 3,88% en 1981, Antoine Waechter 3,78 % en 1988, Dominique Voynet 3,32 en 1995 et 1,57 en 2007.


Les premiers sondages après la désignation d'Eva Joly ont pu faire espérer des résultats différents pour 2012, certains parlaient alors d'un résultat à 2 chiffres ! En effet, les sondages lui donnaient 5% en juillet et août 2011 mais ces prévisions se sont effondrées depuis quelques mois rejoignant celles qui ont précédé les présidentielles de 1995 et 2007 où Dominique Voynet était candidate. Tout ceci augure mal du résultat en mai prochain, un redressement étant difficile à envisager. L'illusion d'un résultat à 2 chiffres envolée, l'EELV signerait aujourd'hui sans barguigner un petit 5% qui permettrait de récupérer les frais de campagne.

 

Il faut noter que dans le même temps les sondages créditent Jean-Luc Mélenchon, parti aussi de 5%, de résultats qui caressent les 10%.

 

 

 

Que c'est il passé ? Le seul énoncé comparé de ces données sondagières de Eva Joly et de Jean-Luc Mélenchon suggère une différence dans la qualité des 2 campagnes électorales. Probablement. Mais il est possible d'avancer d'autres explications. Notamment, une ligne floue et variante de EELV.

 


 

Après 2005, alors que les "non" de gauche s'entre-déchiraient pour prendre le contrôle de cette mouvance et s'enfonçaient dans le ridicule des résultats de la présidentielle de 2007, Les Verts lançaient, à l'initiative de Dany Cohn-Bendit, une audacieuse campagne d'ouverture et de regroupement des écologistes aussi large que possible y compris de ceux qui avaient voté "non" comme José Bové. Cet élargissement, la présence de Daniel Cohn-Bendit, un scrutin favorable, proportionnelle à l'échelle des grandes circonscriptions et Europe, permettaient une poussée remarquée aux élections européennes de 2009 avec un résultat national de 16,28%, double du précédent, prolongé même si amoindri d'un 12,2% aux élections régionales, scrutin plus difficile pour EELV. I

 

EELV trouvait sa place dans le paysage politique, y compris au Sénat avec la constitution d'un groupe parlementaire. EELV pouvait envisager de nouvelles aventures à l'échelon national pour la présidentielle et les législatives.

 


 

Fort de ces succès électoraux à l'élection européenne et aux élections régionales, Dany Cohn-Bendit pensait que EELV ne devait pas présenter de candidat à l'élection présidentielle et soutenir le PS dès le premier tour en échange d'un contingent substantiel de places de députés. Il a même pensé un moment se présenter à la primaire socialiste ce qui aurait démontré et l'intégration de EELV à la gauche classique comme l'a fait Baylet et dans le même temps chiffrer l'importance du courant EELV parmi les électeurs de gauche. Sans heurter les militants du PS qui auraient vu là (comme nombre de militants de EELV) un ralliement.

 

 

EELV et sa direction ont préféré compter leurs troupes au niveau de la présidentielle partant du principe, justifiée mais risqué, que l'écologie politique n'est pas réductible à un supplément d'âme du PS. Pour cela, la direction de EELV avait réussi à trouver un candidat médiatique en Nicolas Hulot. Les participants à la primaire verte en ont décidé autrement et choisi Eva Joly dont le passé professionnel est exemplaire de préférence à un Nicolas Hulot discuté pour ses relations avec l'industrie et sa position sur le nucléaire.

 

 

Les participants à la primaire verte choisissaient le fond plus que l'apparence. Dans le même temps, la direction d'EELV adoptait la souplesse par un contrat avec le PS que certains ont trouvé douteux par les concessions qui étaient faites sur le fond contre des sièges à l'Assemblée nationale. Des EELV qui avaient soutenu Eva Joly ont commencé à prendre du recul.

 


 

Les sondages ne sont pas favorables. Eva Joly, c'était son mandat, ne s'est pas cantonnée à l'écologie et ce sont des prises de position sur d'autres sujets qui ont fait du bruit : 14 juillet, désistement au second tour...
Sacrifiant le leurre des sondages, elle aurait pu essayer d'attaquer de front les questions fondamentales comme l'Union européenne, le réchauffement climatique, le prix du pétrole, les gaz de schistes, le nucléaire avec l'aide du choix de l'Allemagne d'en sortir et de développer l'emploi dans les énergies de substitution contrairement Nicolas Sarkozy.
Mais quand elle va au Japon ou en Grèce, cela ne fait pas l'événement. Quand elle prend position contre le traité et ce sont ses "amis européistes" qui s'insurgent...

 


 

La candidate EELV ne décolle pas. Elle n'a pas trouvé sa base électorale qui est peut-être trop diffuse dans la société pour s'exprimer dans l'élection forte qu'est la présidentielle. Corinne Lepage n'en tire aucun bénéfice même si elle énerve Eva Joly.

 


 

Mais, pour le moment, tout ne peut s'expliquer par le vote utile. La comparaison avec Jean-Luc Mélenchon montre qu'à ce stade il ne peut être qu'une excuse devant l'échec.

Jean-Luc Mélenchon a asséché l'extrême gauche qui n'avait pas besoin de lui pour cela, l'aventure du NPA n'a pas duré longtemps. Il a redonné de l'espoir à la gauche qui, depuis 2005 n'avait pas trouvé de lieu d'expression en dehors des luttes sociales et se constitue point par point une base électorale. Il rallie, malgré ses faiblesses de ce coté, un certain nombre d'écologistes déçus ce qui pourrait lui permettre de tenter la synthèse du rouge et du vert, synthèse difficile avec le poids traditionnel du "progrès" dans une partie importante de ses troupes.

 

 

Aux législatives, EELV risque de rencontrer des difficultés inattendues avec la possibilité d'une révolte des militants du PS dans les circonscriptions réservées à la suite d'un résultat trop faible à la présidentielle. Cela voudrait dire que le pari a été à moitié perdu, pour cette fois.

 


 

EELV survivra à cette mésaventure, qui n'est pas la première, car la question écologique ne peut pas quitter le devant de la scène. Mais faute d'un choix cohérent, une alliance en bonne et due forme avec le PS ou une autonomie franche, aujourd'hui ils ont probablement perdu une bataille. Et n'ont pas fait progresser leur cause.

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 21:19

Copie de la lettre que je viens d'envoyer au courrier des lecteurs du Monde.


Monsieur,
Je vous fais part ci-après de ma réaction après la lecture du Monde consacré ce jour à la journée de la femme.
Avec mes sentiments les meilleurs.

 

Où sont les femmes ?


 

Le Monde dans un article en page 3 du 09/03/12 pose justement la question. Et l'éditorial s'affirme même "pour l'abolition du 8 mars", sans ponctuation ce qui permet de penser que Le Monde serait pour que la situation de la femme évolue et que cette journée de la femme puisse être supprimée. Mais la situation est loin du compte, et le Monde lui-même.


 

En effet, dans ce même éditorial, Le Monde envisage la situation de la femme dans le monde arabe, dans les économies émergentes, en Europe et en France : droit de vote, parité dans les mandats électoraux, les partis politiques, la haute fonction publique, la sphère professionnelle et sociale...


 

Malgré un large tour d'horizon, le Monde oublie de parler de la presse et... du Monde. Or en consultant l'ours du journal, il est possible de constater que sur 21 personnes figurant avec leur prénom, 6 sont des femmes soit 28,6%, alors que dans la figure qui illustre l'article de la page 2, il apparaît que les femmes en 2010 constituent 39% des cadres à l'échelle nationale.
Et si le journal signale, justement, qu'aucune femme "n'a occupé la présidence de l'Assemblée nationale ou du Sénat", il oublie de dire qu'aucune n'a occupé le poste de directeur de la publication !


 

Par ailleurs, l'illustration de la page 2, rappelle les données de l'Insee : les femmes touchaient en moyenne, fin 2008, une pension de retraite de 833 euros et les hommes de 1743 euros. Il n'est pas mathématiquement exact d'affirmer que les hommes touchent 52% de plus que les femmes, en réalité, plus 109% ; ce sont les femmes qui touchent 52% de moins que les hommes !


 

Il y a encore des progrès à faire avant de pouvoir supprimer la "journée de la femme" !

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 12:51

 

TESTAMENT POLITIQUE DE NICOLAS SARKOZY ?

 

Le président -candidat à la présidence a fait une déclaration qui sonne comme un testament, un aveu ? Peut-être même un souhait ?


Malgré son optimisme officiel et son volontarisme affichés, Nicolas Sarkozy reconnaît aujourd'hui la possibilité d'une défaite qu'il accompagne de quelques considérations.

Il rappelle son combat « contre les carrières politiques qui n'en finissent pas » : il semble donc penser qu'après 35 annuités en politique, il pourrait, à 57 ans, prendre sa retraite politique. On peut espérer que les Français, logiques avec eux-mêmes et peu rancuniers, lui reconnaîtront ce droit à la retraite pour lequel ils ont combattu, contre lui.


Autre affirmation valable seulement en politique, semble-t-il, sur ces trop longues carrières « politiques qui n'en finissent pas » et « empêchent les jeunes de monter » : allusion probable à son opposition à Chirac, alors âgés de 63 ans en 1995 et son soutien au jeune Balladur (66 ans).



Une fois de plus satisfait de lui-même, « j'aurais fait une très belle carrière politique »,il semble oublier qu'elle s'achèverait sur un échec mais peut-être, est-ce son souhait intime et désigne-t-il pour lui succéder, immédiatement, Hollande (58 ans) plutôt que Bayrou (61 ans).

Et tiercé gagnant pour 2017 : Copé aujourd'hui 48 ans, Fillon 58 ans et... Juppé 67 ans. Nul doute que certains, non seulement dans l'opposition, y verront une invitation... à l'aider à la réalisation rapide de ses souhaits ?



"...si les Français devaient ne pas me faire confiance, est-ce vous croyez vraiment que je devrais continuer dans la politique? Non". Et de rappeler son combat contre ces "carrières politiques qui n'en finissent pas", qui "empêchent les jeunes de monter". "Cela fait des carrières où on s'habitue au pouvoir, ce qui est toujours une mauvaise chose. Je dis aux Français, je vais me battre pour vous protéger, mais si tel n'est pas votre choix, je m'inclinerais" "J'aurais fait une très belle vie politique." JDD.fr 08/03/12.

 


- - - - - - - - - - - - - -


 

F. Hollande et GB : 50% des hommes d’affaires britanniques viennent d’adresser un appel aux conservateurs visant à ramener leur taux d’imposition à 45% [il est à 50% actuellement], soit celui justement proposé par François Hollande... David Cameron et Tony Blair ont en commun d’avoir fait leur entrée au 10, Downing Street sans avoir jamais été ministres au préalable.Slate.fr 07/03/12.



 

François Copé, visant ses amis de l'UMP et notamment François Fillon après ses déclarations sur la viande halal : «Quand je pense que lorsque nous avons fait un très beau débat sur la laïcité, empreint de tolérance et de fermeté sur les principes de la République, certains de nos amis m'ont reproché de stigmatiser…» LeFigaro.fr 06/03/12.


 

 

États-Unis : Depuis janvier 2008, plus de 6,9 millions de logement ont fait l'objet de saisies selon le cabinet Realtytrac. Et pour les experts, 2 à 4 millions de propriétés pourraient/devraient être récupérées par leurs créanciers. Le Monde 07/03/12.

 

 


De toutes les lois d'application de la révision constitutionnelle de juillet 2008, une seule n'a pas été menée jusqu'à son terme : le référendum d'initiative partagéequi pourtant bénéficiait d'un relatif consensus. De même, la procédure de destitution du président de la République, complétant la révision constitutionnelle du 23/02/07 sur le statut pénal du chef de l'Etat... Le Monde 07/03/12.

 

 


40 % des cadres partent en vacances en hiver au moins un an sur deux contre 9 % des ouvriers.
10,9 % des 18-29 ans sont considérés comme pauvres en 2009, au seuil de 50 % du revenu médian, contre 7,5 % de l’ensemble de la population en moyenne. Le nombre de pauvres augmente chez les jeunes, mais aussi chez les plus âgés.
13 % de la population dispose d’un diplôme d’études supérieures à bac+2 et 30 % détient au mieux le certificat d’études primaires. On est loin de la vision d’une société où le diplôme serait la norme.
Observateur des inégalités,n°95 mars 2012.




«En dix ans, le nombre d’associations financées par l'Etat et œuvrant expressément dans le domaine de l’intégration des immigrés et de leurs descendants directs a diminué de 80%». De 6 000 en 2000, elles ne sont plus que 1 300. Et les subventions ont fondu de 200 millions d’euros à 100 millions sur la même période.
Le Haut Conseil (de l'intégration)s’inquiète de la montée d’associations communautaristes qui prennent le relais de petites structures locales perdues dans le maquis administratif et la concentration du secteur. Toutefois, il est regrettable que les financements publics excluent les associations «communautaires qui s’inscrivent dans un cadre républicain». Libération 04/03/12.

 


 

"Accepter le droit de vote des étrangers, c'est la porte ouverte au comunautarisme. Nous ne voulons pas que des conseillers municipaux étrangers rendent obligatoire la nourriture halal dans les repas des cantines ou réglementent les piscines à l'encontre des principes de laïcité" a dit le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant. Le Monde 4-5/03/12.

Rem :
1 - C'est un pas en avant (involontaire ?), il n'est pas contre le droit de vote pour des raisons de principe (nationalité/citoyenneté) mais pour la politique que cela pourrait induire.

2 – Faut-il enlever le droit de vote aux musulmans français qui ....
3 – Sans que les étrangers (évidement musulmans) aient le droit de vote, de la viande halal est vendu dans les commerces généralistes. Atteinte à la laïcité ? Dont il est responsable. Et dans les cantines ?
4 - Il est ministre de l'intérieur (chargé de cultes), d'un gouvernement qui est incapable de dire la quantité de viande halal mise dans les circuits de distribution. Ni casher dont on parle beaucoup moins mais qui semble exister depuis longtemps.
5 – Les pays qui ont donné le droit de vote aux étrangers ont ils plus de viande halal dans les cantines qu'en France ?
6 – Peut-on savoir combien de piscines et où sont ces piscines actuellement, réglementées en contradiction avec le principe de laïcité ?

 


 

Trouver dés 2012, 80 à 100 milliards de recettes publiques supplémentaires sans surtaxer 90% des gens, en réservant des déficits futurs raisonnables aux investissements de la transition écologique et sociale, n'est pas un problème économique. C'est une question de rapport de force. Jean Gadrey,  Politis 01/03/12.


 

"Le terrorisme , il y a plus de gens qui en vivent que de gens qui en meurent" (Blague circulant dans les milieux de l'antiterrorisme citée par le Monde des livres. 02/03/12.


 

Sarkozy: "Y a-t-il un pays au monde, un seul, où il y a une taxation à 83%... A 83%, il n'y a plus d'intérêt à rester". Le Monde 02/03/12.

Y a-t-il intérêt à rester dans le seul pays au monde où il y a Sarkozy ?


 

En 2007, notre taux de chômage était de 2,7 points inférieur à celui de l'Allemagne. Il est aujourd'hui supérieur de 4 points. Le Monde 01/03/12.


 

Apple : Sur 629 euros que coûte un Iphone en France, 6 vont au salaire. Chez Foxconn (sous-traitant de Apple), 14 suicides d'ouvriers entre début 2010 et mai 2011. L'entreprise a réagi, en plaçant des filets antisuicide, en faisant signer une décharge empêchant les descendants de poursuivre et... en augmentant les salaires. Le Monde 01/03/12.


 

Etats-Unis : Plus que la race, la richessefait aujourd'hui la différence à l'école...
Le nombre de familles vivant avec
moins de 2 dollars par joura plus que doublé en 15 ans, passant de 636 000 en 1996 à 2,5 millions en 2011. Le Monde 29/02/12.

 

 

 

Peut-on être à la fois chef des urgences d'un mastodonte, l'Hôpital européen Georges Pompidou, à Paris, secrétaire national de l'UMP, député européen et maire de La Garenne Colombes (Hauts d' Seine) ? Le Monde29/02/12. Oui, quand on s'appelle Philippe Juvin.

Pourquoi les super riches aiment vivre au Royaume-Uni..., c’est en raison d’une politique délibérée liée au statut des contribuables qui ont des revenus à l'étranger : l'argent gagné hors du Royaume-Uni n’est pas pris en compte dans le calcul de l’impôt. «Cette politique revient en pratique à mettre un énorme panneau disant: "Vous les riches, venez vivre ici ! Vous n’aurez pas à payer d’impôt !" D'autres pays ont des impôts réduits pour attirer les entreprises, mais les seuls dont la politique fiscale envers les super riches ressemble à celle des Britanniques sont des paradis fiscaux comme Monaco ou la Suisse !» Slate.fr 27/02/12.

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 23:12

 

 

 

 

"La question européenne est entré en fanfare dans la campagne présidentielle. Elle n'en sortira probablement pas." C'était la conclusion d'un précédent billet (1) qui est confirmé par l'actualité maisd'une façon peu claire et plus politicienne que politique.

 


Jusqu'aux élections actuelles en France, l'Union européenne était la grande absente de toutes les élections fussent-elles européennes. Ce qui était une aberration, toute politique nationale étant désormais européenne. Dans la présente campagne, il ne se passe pas de journée sans que cette question ne soit, bien ou mal, sur le devant de la scène. C'est même, probablement la seule question importante qui soit abordée par la plupart des candidats.

 


 

Il y a plusieurs façons d'aborder la question : soit s'indigner que des responsables politiques de pays de l'UE veuillent se mêler des affaires "françaises" qui sont, répétition, en réalité européennes, soit essayer de démêler ce qui se passe derrière l'affiche...


 

Que des responsables politiques aillent chercher une reconnaissance à l'extérieur est une démarche classique que même une candidate nationaliste a entreprise, sans grand succès d'ailleurs, aux États-Unis, en Israël, avant d'aller valser à Vienne. D'autres l'avaient fait avant elle, d'autres le feront après, sans que personne ne fasse état de ses sueurs froides.
Ségolène Royal l'avait fait en son temps. Sarkozy a fait deux prestations télévisées successivement avec Barak Obama et Angela Merkel alors qu'il n'était bien évidemment pas candidat...

 

 

Aujourd'hui, on parle beaucoup des demandes de rencontre et des voyages infructueux de François Hollande dans les capitales européennes. Il y aurait même une alliance, une machination à la demande d'Angela Merkel, certes démentie, avec

  • Mariano Rajoy obligé d'annoncer qu'il ne pourra tenir les promesses de l'Espagne quant à son déficit,

  • David Cameron, grand européen, décidément peu rancunier que son ami Sarkozy a récemment fustigé à Bruxelles, et qui n'a pas signé le dernier projet de traité qu'il veut voir appliqué sans faille par les autres,

  • Mario Monti qui a lancé un appel des 12 pour ajouter une part relance "oubliée" dans le traité.

 

Cette alliance conservatrice inquiète même certains conservateurs allemands et autres européens qui se souviennent que les alliances entre gouvernements allemand et français ont bien fonctionné même et peut être surtout quand ils avaient des orientations internes différentes (Giscard-Schröder, Kohl-Mitterrand).

 


Ils pensent que ce coup de pouce pourrait être un coup de poignard dans le dos de Sarkozy s'il réveillait un nationalisme français qui viendrait renforcer l'avance aujourd'hui, sondagière de François Hollande. Que la volonté un peu trop voyante de Merkozy se traduit par un ressentiment populaire essentiellement antiallemand en Grèce et qu'il n'est peut être pas opportun de faire naître un tel sentiment en France. Que, pour certains, les dés étant jetés, il n'est pas bon de jouer, ouvertement, contre un futur interlocuteur légitimé par une élection récente surtout quand on n'est pas sûr soi-même d'être réélu.


 

Il ne faut pas être trop mesquin et penser qu'Angela Merkel a pu être indisposée par le soutien que François Hollande a apporté à ses amis du SPD. Ce qui peut gêner Angela Merkel c'est que François Hollande, qui n'a aucun poids international comme le répètent Nicolas Sarkozy et ses amis, est peut-être plus visible que beaucoup de ceuxqui ne se satisfont pas de la politique "austéritaire" de Angela Merkel. Car il n'est pas le seul.

 


La Confédération européenne des syndicats est une organisation modérée. Elle a cependant organisé le 29 février une journée européenne contre le nouveau traité qui "imposera davantage d’austérité budgétaire en Europe et empêchera la relance de l’emploi. Le syndicat européen déplore que la croissance et l’emploi ne fassent pas l’objet d’engagements chiffrés au même titre que la rigueur budgétaire".


 

En Allemagne, le 28 avril, les négociations salariales vont commencer et les trois principaux syndicats allemands, IG Metall, IG BCE (chimie) et Verdi (service public), s'appuyant sur les chiffres de la croissance allemande et la masse des dividendes distribués, avancent pour leurs huit millions de salariés, une dema nde de hausse de salaire de 6% : les dividendes ont augmenté de 87% en 10 ans et les salaires de 12%. Hausse propre à relancer la consommation intérieure en Allemagne, hausse demandée bien au delà des syndicalistes, par des politiques (y compris un ministre d'Angela Merkel) et des économistes.


 

Au niveau de l'UE, douze chefs de gouvernement, dont le trio des "conjurés" (David Cameron, Mario Monti et Mariano Rajoy) mais aussi les Pays-Bas, la Finlande, la Suède, l'Irlande, la République tchèque, la Slovaquie, la Pologne, la Lettonie et l'Estonie, ont écrit une lettre ouverte aux présidents de l'UE Herman van Rompuy et de la CE José Manuel Barroso pour affirmer leurs priorités pour relancer la croissance européenne. Sans la signature de la France et de l'Allemagne. Trahison ? Contre-feu ?


 

Tout ceci montre qu'au moment où Nicolas Sarkozy est aussi mal en point dans les sondages que dans les agences de notation, la seule Angela Merkel perd un peu de son autorité et certains proposent une politique de relance qu'elle a toujours refusée jusqu'ici. Peut-être veulent-ils prendre la place au moins momentanément vacante de Nicolas Sarkozy.

 


Certes les douze ne remettent pas en cause le traité ni la politique néo-libérale de l'UE. Mais François Hollande met-il en question cette politique ?



 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 22:36

 

Le premier ministre irlandais Enda Kenny a annoncé, mardi 28 février, qu’il appellerait ses concitoyens à se prononcer dans les semaines à venir sur la ratification du traité budgétaire.
En cas de victoire du non, le nouveau texte n’est pas menacé en soi. Il est prévu qu’il puisse entrer en application à partir du moment où douze États l’ont ratifié. Mais le coût politique pour l’Irlande pourrait être important. En janvier, la ministre des Affaires étrangères, Lucinda Creighton, a déclaré qu’en cas d’échec, il serait difficile pour le pays de se maintenir dans la zone euro. EurActiv 29/02/12.


 

L’Union pour la Méditerranée… continue de fonctionner… le projet d’une autoroute maghrébine de Rabat à Tunis, destinée à finaliser les 250 km qui manquent… va commencer à être financé. Un projet de dessalinisation à Gaza devrait également être approuvé … les 20-21 mars.
C’est la Haute représentante de l’UE, Catherine Ashton, qui devrait présider les réunions des ministres des Affaires étrangères… Bruxelles 2, 27/02/12.


 

Climat : les compagnies aériennes étrangères ne boycottent pas l'UE

Le système d'échange de quotas d'émission de CO2 de l'UE (ETS)… a été étendu à l'aviation le 01/01/12. Les émissions de la plupart des autres secteurs ont chuté mais celles générées par les compagnies aériennes ont doublé depuis 1990 et pourraient tripler d'ici 2020, selon des chiffres de la CE. C'est pourquoi l'UE a décidé de faire payer aux compagnies aériennes 15% du carbone qu'elles émettent…
Les 32 pays réunis… pour organiser la riposte aux nouvelles obligations de lutte contre le changement climatiques décidées par l'UE n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur des mesures collectives… En attendant, toutes les compagnies aériennes internationales doivent se conformer aux réglementations de lutte contre le changement climatique de l'UE, sous peine d'amende. EurActiv.fr 27/02/12.

 


L’Allemagne et son chômage. Les recettes saluées par l'OCDE ? Le taux de sous-emploi outre-Rhin aura été ramené de 11% en 2005, alors un record européen, à 5,5% aujourd’hui….
La politique, inédite, y compris en Allemagne, d’une baisse de la durée du travail. Depuis dix ans, dans leur recherche de flexibilité, les entreprises industrielles ont conclu des accords avec les syndicats pour s’adapter aux cycles : réduire temporairement les heures travaillées et les rémunérations et répartir les comptes épargne temps sur plusieurs années… perte de salaire en partie compensée par un transfert de l’Agence de l’emploi, les droits acquis à l’assurance maladie, à la retraite sont restés inchangés. 


Plus de seniors au travail… les réformes Harz ont renforcé les incitations à travailler, par une baisse des indemnités chômage, d’autre part il est devenu plus coûteux pour les entreprises de se séparer des seniors en les plaçant en retraite anticipée. Le taux d’emploi des 55-64 ans a grimpé de 40% en 2003 à 60% en 2010.


L’Allemagne souffre autant que ses partenaires d’un mal profond: la faiblesse de sa croissance. Eric Le Boucher Slate.fr 27/02/12.

 


Trou d'air pour l'industrie éolienne britannique. Des élus conservateurs appelent à une baisse des subventions et les investisseurs se montrent de plus en plus frileux. Le Monde 01/03/12.

 

L’Allemagne  réduit ses subventions au photovoltaïque. Le Monde 26-27/02/12.

 


« Nous ne cesserons de le répéter, l’Euro doit baisser fortement. Au moins à 1,15 dollar pour 1 euro pour que la Grèce s’en sorte. Une baisse de10% de l’euro, c’est 0,4 point de croissance en plus » Marc Touati, Assya Compagnie financière. Le Monde 26-27/02/12.

 

 


Même s’il doit encore préciser sa vision européenne et lever les ambiguïtés de son parti, Hollande ne serait pas isolé. Certes l’Allemagne d’Angela Merkel, appuyée par des pays comme la Finlande et les PB et par le Commissaire européen aux Affaires monétaires, maintient sa ligne de discipline budgétaire et de réduction des déficits. Mais comme l’a démontré la lettre signée… par 12 chefs de gouvernements, dont David Cameron et Mariano Rajoy, que l’on ne peut pas qualifier de dépensiers, l’idée d’une politique de croissance fait son chemin en Europe.


S’il est élu, François Hollande ne pourra certainement pas renégocier le pacte budgétaire, qui a pour l’instant apaisé la crise. Mais il sera une voix de plus pour infléchir la politique de rigueur actuelle. Dans la discrète compétition qui se joue entre la France et l’Italie de Mario Monti pour être le partenaire-contrepoids de l’Allemagne, ce que dira Hollande… aura son importance. C’est pour cela… qu’il doit parler clairement. presseurop 24/02/12.

 


La France a été condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour avoir emprisonné un détenu souffrant de graves troubles mentaux au lieu de le faire interner. Le Monde 25/02/12.

 


«  Il y a eu 33 affaires concernant la France et la France a été condamnée 23 fois dont 5n pour torture, traitements inhumains ou dégradants »…. Ce que révèle la CEDH ce sont des pratiques qui ne sont pas bonnes…. C’est un moteur pour la démocratie ». Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté. Le Monde  28/02/12.

 


"Les Grecs sauvent les banques européennes" l’aide européenne ne profitera pas aux Grecs, qui "devront à l’avenir vivre avec des revenus encore plus faibles, une protection limitée contre les licenciements, une mauvaise assurance maladie et une liquidation massive de leur Etat." Et malgré tout la dette grecque pourrait se retrouver en 2020 à son niveau actuel... cette aide… "diktat impitoyable", profite essentiellement au système bancaire, qui grâce aux intérêts générés par les emprunts de l'Etat grec, échappera à un effondrement
Schäuble & Cie ont sauvé les créanciers, pas les Grecs. Ce sont les banques, les assurances et les fonds de pension en Allemagne, en France et en Grande-Bretagne qui en profiteront. En cas de faillite, ils auraient tout perdu. [...] Les créanciers privés, qui auraient dû… aussi se porter garants, sont en vérité massivement favorisées. C’est une belle affaire pour les créanciers, une très mauvaise pour l’Europe. Tageszeitung 22/02/12. PressEurop.

 


1,5 millions d’immigrés se sont installés en France entre 2006 et 2009 contre 3 millions en Italie, 3,6 au Royaume-Uni, 4,6 en Allemagne et 5,1 en Espagne.
11% de la population française sont nés à l’étranger, selon d’Eurostat 2009 comme au Royaume-Uni, un peu moins qu’en Allemagne (11,6%) ou qu’en Espagne (132,8) mais plus qu’en Italie (7,3). Alter éco HS n°92

 

Née de la volonté politique, l’UE est arrivée à une certaine démission politique. Alter éco HS n°92.


 

Grèce : Une dette restructurée qui reste à 130% du PIB et qui est rémunérée à 4%, cela représente  plus de 5% du PIB d’intérêts par an, soit plus de 10% du budget annuel de l’Etat à consacrer au paiement de la dette  pendant une période infinie. Athanase Contargyris, économiste grec, Politis 23/02/12.


 

Italie, Mario Monti a renoncé à ses traitements  de président du conseil  et de ministre de l’économie et mis l’église catholique à contribution.
Espagne, Mariano Rajoy, le chef du gouvernement, a limité son salaire annuel à 78 185 euros (à titre de comparaison, celui du président Sarkozy  approche de 240 000 euros. Le Monde 22/02/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 23:30

 

Les contradictions dans les discours de Sarkozy ne sont pas une découverte. On pourrait dire que Sarkozy ne ment pas, il a seulement des sincérités successives en fonction de son intérêt du moment.

"Croyez-vous que, si je suis élu, je vais aussitôt direaux Français : 'Excusez-moi, j'ai besoin de vous demandervotre avis sur un autre sujet ? " (Nicolas Sarkozy, mars 2007).
"Il y a une idée centrale dans mon projet, c'est redonner la parole au peuple français par le référendum"
(Nicolas Sarkozy, février 2012).

 

 

 

 

Le référendum a mauvaise presse en France. Parce qu'il a été d'abord un plébiscite napoléonien. S'il a été utilisé après la seconde guerre mondiale pour faire adopter la Constitution en 1945 et 1946 (2 fois), il a surtout connu une seconde jeunesse avec le président De Gaulle. Mais celui-ci a toujours donné au référendum un aspect "plébiscitaire" pour obtenir le soutien à sa politique et à sa personne contre le danger d'une opposition militaire et politique.

Avec ses proclamations contre les "corps intermédiaires", c'est avec cette tendance que Nicolas Sarkozy semble vouloir renouer dans une situation qui est certes difficile mais qui n'a pas la même intensité dramatique qu'à l'époque et avec une légitimité que des talonnettes ne suffisent pas pour être à la hauteur.


 

Un moment, le référendum a pu paraître en voie de normalisation en France quand il a porté sur les statuts de la Nouvelle Calédonie (1988, référendum national) ou de la Corse (2003, réservé aux citoyens français en Corse), sur le traité de Maastricht (1992), le projet de constitution européenne (2005) ou le passage au quinquennat (2000). A chaque fois, la question était claire et le débat pouvait en présenter les conséquences.


 

La participation a été inégale, particulièrement importante quand les référendums ont donné lieu à un véritable débat national comme lors des deux traités européens, Maastricht et le projet de constitution européenne, avec des discussions qui ont montré que les Français pouvaient s'intéresser à la politique, y compris aux questions européennes pourtant négligées lors de toutes les élections.


 

Dans ses ouvertures démocratiques à responsabilité très limitée, Nicolas Sarkozy a même fait inscrire dans la Constitution la possibilité d'un pseudo référendum d'initiative populaire en 2008. En réalité, il s'agit d'un référendum qui pourrait être organisé à l'initiative des membres du Parlement (184 députés ou sénateurs) soutenus par un dixième des électeurs (environ 4 500 000). Pour les référendums prévus par l'Union européenne, 1 000 000 de signatures de citoyens européens suffisent.


Mais, même si les conditions, difficiles, exigées par la réforme de 2008 étaient remplies, le référendum pourrait ne pas avoir lieu. Il suffirait pour cela que la proposition de loi soit examinée par le Parlement dans un certain délai. C'est encore un faux semblant, une contrefaçon démocratique dont, par ailleurs, les lois organiques d'application n'ont toujours pas été publiées.



Pendant le quinquennat, le président Nicolas Sarkozy n'a pas fait preuve d'un amour démesuré pour les référendums suivant les règles constitutionnelles ou simplement démocratiques. Il lui a même porté de très mauvais coups : en France, en faisant adopter par voie parlementaire un traité qui avait été préalablement rejeté par référendum, passant outre à la volonté du peuple français ; en Grèce, en se permettant d'intervenir dans un pays étranger pour empêcher un référendum proposé par le gouvernement légitime !

 


Nicolas Sarkozy semble encore s'acharner contre le référendum en le mettant à nouveau sur la table dans des conditions très discutables.


 

La France a déjà une constitution qui fait de son système de gouvernement une monarchie républicaine. Président, Nicolas. Sarkozy a disposé pendant cinq ans de tous les pouvoirs (présidence de la République, majorité absolue à l'Assemblée nationale, au Sénat, au Conseil constitutionnel) et il a suscité un rejet qui s'est exprimé à travers tous les scrutins du quinquennat, réussissant même à perdre la majorité au Sénat !

Maître absolu de la politique française depuis cinq ans, il veut se décharger de cette responsabilité sur une partie de la population en dressant les victimes de sa politique les unes contre les autres. Désignant des coupables de remplacement.


 

Il devrait pourtant y avoir place pour un référendum dans une république apaisée et qui veut progresser vers plus de démocratie. Encore faut-il vouloir et la participation et le débat démocratiques et ne pas en faire un tour de passe-passe au service d'un clan qui veut masquer les problèmes pour se maintenir au pouvoir.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 23:14

 

 

Depuis le 22 février, il n'y a plus en France de ministre de l'écologie, NKM étant nommée ... "porte parole de la campagne".... On déroule le tapis rouge aux chasseurs par une loi votée sans un murmure... accordant notamment une rente fiscale aux propriétaires d'installation de chasse... Le Monde 26-27/02/12.

 


Trafic d'armes : les navires occidentaux impliqués. La plupart des marchandises qui transitent par mer, et qui constituent l'immense majorité du commerce mondial, ne subissent aucun contrôle. Pesticides prohibés, armes clandestines, drogues, contrefaçon de vêtements,...
Parmi les navires concernés dans de tels trafics entre 1991 et 2011, 19,5% appartenaient à des compagnies allemandes. Dans le classement suivent dans l'ordre, Grèce, États-Unis, Corée du Nord, Panama, Iran, Norvège, Russie, Belize et PB. Le Monde2 6-27/02/12,

Laisser filer la dette, c'est la politique de ceux qui préfèrent emprunter de l'argent aux riches que de leur faier payer de impôts. Alter éco HS n°92.

 


Avec un déficit commercial de 73 milliards d'euros en 2011 contre 51 l'année précédente, la France vient de battre un nouveau record. Alter éco HS n°92.

 


Google un taux global d'imposition de 2,4%. Alter éco HS n°92.

 


Les exportations françaises d'armement ont bondi en 2011 de 25%, pour s'établir à 6,5 milliards d'euros, selon les chiffres dévoilés par le délégué général pour l' armement. Le Monde 24/02/12.

 


L'opium assure 60% du PIB de l'Aghanistan fournisseur de 90% de la production mondiale. Selon The Times, la drogue rapporterait environ 100 millions de dollars par an aux talibans. CI 16-22/02/12.

 


États-Unis : Les 5 plus grandes banques américaines ont accepté de verser 26 millairds de dollars pour mettre fin aux poursuites du gouvernement fédéral et de 49 États dans le cadre du scandale des créances immobilières douteuses. Au total, 2 millions de foyers américains pourraient bénéficier de cette manne. CI 16-22/02/12.

 


Migrations : En 2009, la planète comptait 62 millions de migrations Sud-Nord, 61 Sud-Sud, 50 Nord-Nord, 14 Nord-Sud, les reste était constitué de migrations Est-Ouest et plus rarement Ouest-Est... Selon l'Agence française de développement. A ces migrations internationales, il faut ajouter 740 millions de migrants internes et les seules migrations internes en Chine (240 millions) dépassent le chiffre des migrations internationales.
Les transferts de fonds (300 milliards de dollars en 2006, 337 milliards en 2007, 328 milliards en 2008) représentent 3 fois l'aide publique au développement (105 milliards de dollars en 2008). Catherine Wihtol de Wenden, L'Atlas des mondialisations.



Alain MadelinUn bon droit à la formation professionnelle vaut pieux qu'un mauvaiss référendum.. Huffingtonpost 20/02/12.



Jacques Attali: Il a raison de dire que quelques groupes de pression peuvent bloquer les réformes. Mais desquels parle-t-il ? Des syndicats qui peuvent faire grève pour sauver des emplois ou des banques qui ont imposé des réformes financières à leur profit ? Des associations de défense des mal logés ou des patrons proches du pouvoir ?
Il a raison de dire que les élitesne doivent pas imposer leurs points de vue au peuple. Mais de quelles élites s'agit-il ? De celles issues des écoles républicaines, en toute transparence, qui sont aujourd'hui mises à l'écart, ou de celles, auto-proclamées, des plus riches, qui ont réussi jusqu’a présent à façonner à leurs profits la fiscalité et les regroupements d'entreprises ? Slate.fr 21/02/12.



En 1984, The Economist avait mené une enquête... 4 anciens ministres des Finances, 4 présidents de grandes multinationales, 4 étudiants de l'Université d'Oxford et 4 éboueurs londoniens à donner leur avis sur l'état de l'économie durant les 10 années qui allaient suivre... les éboueurs sont arrivés en tête avec les chefs d'entreprise... The Economist-Courrier international  Hors série.

 

Alors que la consommation stagne dans les grandes surfaces alimentaires, le marché des produits issus de l'agriculture biologique a bondi de 10% l'an passé. Les distributeurs ont démocratisé ce segment. Figaro.fr 15/02/12

 

Les recettes de l'Etat sont passées de 22,5% du PIB en 1982 à 15,1% en 2009.... Un rapport de Gilles Carrez, député UMP... indique ainsi qu'en l'absence de cadeaux fiscaux, le déficit budgétaire n'aurait été que de 3,3% du PIB en 2009 – au plus fort de la récession - au lieu de 7,5%... Pierre Khalfa, Politis, 16/02/12.


 

Rama Yade : Il (Nicolas Sarkozy) n'a pas fait tout et n'importe quoi. Une part de son bilan est bonne, ne serait-ce que parce que j'y ai participé. Le tournant s'est joué à l'automne 2010 avec ce projet incroyable de la déchéance de la nationalité. Le Monde.fr 15/02/12.


Pluralisme ? Depuis le début de l’année 2012 sur les 33 numéros de l’émission de télévision C dans l’air d’Yves Calvi, 16 ont été consacrés exclusivement à Nicolas Sarkozy et à la promotion de sa politique. Les titres choisis pour chaque numéro parlent d’ailleurs d’eux-mêmes...16/02/12. Observatoire des sondages.

 

Avec 6 milliards de profits, la BNP Parisbas est la banque la plus rentable en Europe.



PSA Peugeot Citroën : Si le groupe familial gagne de l'argent, ce n'est pas en vendant des voitures mais grâce à ses filiales dans la banque, le transport ou les équipements. Le Monde 16/02/12.

 

 

« La gauche a été au gouvernement pendant 15 ans, nous avons libéralisé l'économie et ouvert les marchés à la finance et aux privatisations. Il n'y a pas de craites à avoir. » Déclaration de F.Hollande au Guardian, rapporté dans le Monde 16/02/12.

 

 

Selon l'institut britannique de la statistique, en 2010, la communauté française au Royaume-Uni était forte de 111 000 âmes contre 38 000 en 2001. Le Monde 15/02/12.

 

 

La place Beauvau refuse l'aide juridique à deux fonctionnaires innocentés. Mis en cause par l'IGS dans l'affaire de délivrance de titres de séjour, les administrateurs Y.Blanc et B.Triquenaux réclament... la protection juridique du ministère de l'intérieur... L'ancien préfet de Corse B.Bonnet, condamné pour avoir ordonné aux gendarmes... de mettre le feu à des paillotes, avait bénéficié de cette assistance juridique. Le Monde 15/02/12.

 

 

M.Hollande confirme sa volonté d'inscrire les 2 premiers articles de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l'Etat dans la Constitution..."les relations entre l'Etat et les cultes en Alsace-Moselle, seront. confortées, en se voyant reconnues au niveau constitutionnel". Le Monde 15/02/12.

 

 

A neuf mois de l'électionn présidentielle, Barak Obama veut taxer les contribuables les plus riches. Le Monde15/02/12.

 

 

Amiante : Le magistrat italien Raffaele Guariniello a obtenu 16 ans de prison contre deux dirigeants suisses Eternit.
Un petit agriculteur charentais gagne contre le géant américain Monsanto. Le TGI de Lyon a estimé que la firme était responsable de l'intoxication par un herbicide du céréalier. Le Monde 15/02/12.

 

 

France-Allemagne : Pourtant, en 2002, quand la droite est revenue aux affaires, les deux pays avaient un excédent commercial comparable (2% du PIB), le même taux de chômage (8%), un déficit public voisin (2% du PIB). Sur la période 1980-2010, la balance commerciale française est en moyenne exactement équilibrée. Aujourd’hui, le taux de chômage atteint 10% en France (6% en Allemagne), et le déficit budgétaire 5% du PIB (1% outre-Rhin). Thomas Picketti, Libération 15/02/12).

 

 

En 2000, 25 000 sociétés se sont lancées sur le marchés internationaux. Ces "primo-exportateurs" n'étaient plus que 17 000 en 2010. Le Monde 14/02/12.

 

 

Selon le treizième rapport de la société de conseil aux investisseurs institutionnels Proxinvest..., la rémunération totale moyenne d'un dirigeant du CAC 40 s'est élevée à 4,11 millions d'euros en 2010 contre 3 millions en 2009. Le Figaro 14/02/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 14:50

 

Les prochaines élections vont mettre en place un président de la République et une majorité pour les 5 ans qui viennent. Il reste encore 2 mois de campagne et rien n'est joué mais, sauf tsunami, se dessine la victoire de F. Hollande. Les sondages sont stables depuis quelque temps, on peut remarquer des signes de détresse dans le camp du président sortant, certains déjà se recasent, d'autres prennent plus ou moins discrètement des contacts...

 


Les sondages font apparaître la percée modeste mais significative de J-L. Mélenchon, pour le moment autour des 9%. Si le "populiste" Mélenchon a été traité avec une certaine condescendance, sa progression est peu analysée même s'il n'est, dans le dernier sondage du Monde (22/02/12), qu'à 2 points d'un F. Bayrou considéré comme un de 4 grands !

Le Monde cependant vient de consacrer un article assez important à ses relations avec le milieu syndical. Il pourrait en faire d'autres sur ses thèmes qui rejoignent nombre de mobilisations du monde associatif : sans papiers, droit de vote des résidents étrangers, sans logement, dette, situation européenne et notamment ses interventions sur les traités en cours d'adoption... qui ont été entendus jusqu'au PS, d'où un grand effort pour ne pas les voter (sa majorité se cantonnant dans l'abstention).

 


Au delà des sondages, il est aussi possible de noter la participation nombreuse et enthousiaste à ses réunions publiques même si elle n'atteint pas celle des "gros" candidats. Surtout, pour la première fois depuis le débat Tapie-J-M. Le Pen, il faut remarquer sa volonté d'arracher une partie des voix populaires au FN par un affrontement direct et public avec sa candidate, n'abandonnant rien, au contraire, des valeurs républicaines.
Tandis que le candidat N.Sarkozy essaie d'occuper le même terrain que M Le Pen pour récupérer quelques voix et, d'une certaine façon, légitime son discours. N.Sarkozy veut leur montrer qu'il est mieux placé que M. Le Pen pour faire cette politique. J-L. Mélenchon dit à ceux qui votent FN qu'ils se trompent de colère et font le jeu de leurs adversaires les plus redoutables


 

Si la tendance actuelle des sondages se maintient ou s'accentue, cette percée de J-L. Mélanchon peut avoir des conséquences importantes.
Pour le moment, sa progression ne semble pas se faire au détriment de F. Hollande ce qui peut expliquer que l'argument du vote utile est peu entendu. Il n'est pas interdit de penser qu'après avoir perçu leur ancien camarade comme un traître, certains voient maintenant qu'il peut être un facteur de succès en constituant une réserve de voix pour le second tour. Il assèche le vote d'extrême gauche et le réintègre dans le rapport de forces droite-gauche. Il glane quelques voix qui seraient allées à l'extrême droite et qui peuvent se porter sur Hollande au second tour. Cela libère F. Hollande qui peut se livrer à une séduction du centre.


 

N. Sarkozy est dans une tout autre situation qui perd des voix au centre à force de vouloir assécher l'extrême-droite. Qui risque gros, et même sa place au second tour, s'il pense trop au centre et néglige l'extrême droite. N. Sarkozy doit combattre sur deux fronts, F. Hollande et M. Le Pen ; F.Hollande sur un seul N.Sarkozy.


 

Lors d'élections antérieures, LO, avec A. Laguiller a connu un certain succès auprès des médias et des électeurs mais n'a pas su le faire fructifier. La LCR avec O. Besancenot a fait mieux. Mais le lancement du NPA a rapidement déçu ses nouveaux adhérents et s'étiole alors que ses fractions s'échappent l'une après l'autre, vers le Front de gauche.


 

Dans cette élection présidentielle, au Front de gauche, la locomotive est J-L. Mélenchon mais de nombreux wagons sont constituées par les troupes du PC. Ce qui se traduira en cas de victoire de la gauche aux législatives part un nombre d'élus PC plus important que celui du Parti de gauche. Mais il est possible que cette candidature, cette campagne, ces résultats poussent le PC, après avoir accepté de soutenir un candidat qui n'était pas du parti, à continuer cette évolution. Acceptera-t-il cette fois une mutation dont le refus après le référendum sur le projet de constitution européenne l'a conduit à un score dérisoire lors de la précédente élection présidentielle ?


 

Pour le Front de gauche, l'après élections présidentielle et législatives sera aussi important ou plus important que les élections elles-mêmes. Le Front de gauche est le rassemblement d'une large partie des militants et des organisations à la gauche du PS. Malgré le rôle fondamental de J-L. Mélenchon et du PC, un éventuel succès ne sera pas seulement leur succès. Mais celui de tous ceux qui auront participé à cette aventure.


La difficulté, surtout en cas de bons résultats aux deux élections de ce printemps, sera de ne pas détruire tout ce travail par les déchirements qui ont rapidement dilapidé le succès du "non" en 2005.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 17:51

 

Espagne : Selon les derniers chiffres de l'Institut national de la statistique espagnol, pour la première fois depuis 20 ans, le nombre de départs a dépassé celui des arrivées. CI 16-22/02/12.


Allemagne : L'Office fédéral des statistiques de Wiesbaden vient de publier le solde migratoire allemand. Il est largement posuitif : + 135 000 personnes et 75% de ces immigrés viennent de l'UE. CI 16-22/02/12.


 

L’initiative vient cette fois-ci de l’Italie, appuyée par onze pays européens*. Dans une lettre adressée à José Manuel Barroso et Herman Van Rompuy…, le groupe des douze appelle à un approfondissement du libre échange pour recouvrer les points de croissance qui font aujourd’hui défaut. L’approche est sensiblement différente du document franco-allemand… où il était question d’harmonisation fiscale et de réutilisation des fonds régionaux européens. Ni Paris, ni Berlin, n’ont… souhaité apposer leur signature au bas de la lettre, dont le contenu devrait être discuté lors du sommet des 1er et 2 mars…
"La France et l'Allemagne ne signent pas de lettres qu'elles ne rédigent pas elles-mêmes"… Les pistes évoquées mettent l’accent sur la levée des dernières barrières commerciales avec tous les grands partenaires commerciaux de l’UE, comme les États-Unis, la Russie et la Chine. Des accords devraient également être signés avec l’Inde, le Canada, l’Amérique latine et les pays voisins de l’UE anciennement membres du bloc soviétique…. Les gouvernements font aussi mention de la région méditerranéenne, avec laquelle les relations commerciales sont appelées à se développer…. « Les garanties implicites… Les banques, et non les contribuables, doivent être responsables des risques qu’elles prennent. »
 * La Grande-Bretagne, l'Estonie, la Lettonie, la Finlande, l'Irlande, la République tchèque, la Slovaquie, l'Espagne, la Suède, la Pologne et les Pays-Bas. EurActiv.fr 21/02/12.

 

 


Mélanchon et le projet soumis à l’AN le 21 et au Sénat le 26/02/12. « Je conjure ceux qui envisagent de voter pour l’application de tels plans de bien examiner leur résultat en Grèce depuis deux ans et demi. Après huit plans d’austérité successifs imposés en vertu de la méthode qu’il est proposé de généraliser, la dette grecque a grimpé de 25%. L’activité s’est violemment contractée et le chômage a doublé pour atteindre plus de 20% des actifs. La démonstration concrète est donc faite que l’austérité, en comprimant la demande, fait reculer l’activité. Cela réduit les rentrées fiscales et creuse plus vite encore les déficits. Pourquoi vouloir étendre à d’autres États ce qui a si lamentablement échoué en Grèce ? …
De plus, en contradiction avec toutes les règles de fonctionnement de l’UE, le traité donne à deux Etats seulement, l’Allemagne et la France, un droit de veto pour l’octroi des aides. Ce traité entérine donc un directoire autoritaire de la zone euro. Il impose aussi le secret sur les mécanismes de décision et le fonctionnement du «Mécanisme». La France s’expose donc financièrement jusqu’à 142,7 milliards d’euros dans un fonds auquel aucun compte ne pourra être demandé par son gouvernement ou son Parlement. Quel parlementaire est prêt à ce renoncement ?.»…
Il nous faut un référendum sur les nouveaux traités.
Libération.fr 21/02/12.

 


Grèce : "L'Eurogroupe salue l'accord trouvé avec le gouvernement grec sur un train de mesures politiques"… félicite également les autorités du pays pour avoir trouvé 325 millions d'euros d'économies supplémentaires à réaliser cette année pour respecter ses engagements budgétaires. Les deux coalitions politiques grecques du moment se sont en outre engagées à respecter la feuille de route quelle que soit l'issue des prochaines élections législatives. JDD.fr 21/02/12. (vive les élections démocratique dont le résultat est connu : quel que soit le résultat la politique sera la même !)

 


Italie : Certains parlementaires sont là depuis plus longtemps que la plupart des meubles. Le Monde en 2012 The Economist-Courrier international  Hors série.

 


Monti abolit les privilèges fiscaux du Vatican Le Premier ministre italien Mario Monti a informé jeudi le Vatican que des impôts seraient à l'avenir prélevés aussi sur le patrimoine immobilier de l'Église. Un chef de gouvernement européen exauce enfin les vœux des citoyens et abolit les vieux privilèges, se réjouit le quotidien de centre-gauche Le Soir (Belgique) 19/02/12.

 


Espagne : Une marée humaine, agitant des drapeaux rouges, a envahi les villes d'Espagne dimanche pour protester contre la réforme du travail, première réponse de masse à la politique du gouvernement conservateur qui espère ainsi lutter contre un chômage de près de 23%.
Des manifestations semblables étaient prévues dans 57 villes d'Espagne contre cette réforme annoncée par le gouvernement dans le but d'aider le pays à sortir de la crise et d'un chômage de 22,85%, un record parmi les pays industrialisés.
En l'absence de chiffres du côté policier, les syndicats ont fait état d'une très forte mobilisation, annonçant 500.000 manifestants à Madrid, 400.000 à Barcelone, 150.000 à Valence. Libération.fr 19/02/12.

 


Italie : Serpico (Service pour les contribuables) a déjà pincé plus de 500 propriétaires d'avions et d'hélicoptères privés, 40 000 possesseurs de bateaux de 10 mètres ou plus déclarant des revenus "d'indigents" et 7 000 personnes inconnues du fisc. Le Monde magazine 18/02/12.


 

Le Premier ministre a estimé que l'UE doit tenir ses engagements vis-à-vis de la Grèce. "Il faut absolument tout faire pour qu'il n'y ait pas de défaut de la Grèce, ça serait dramatique pour les Grecs eux-mêmes et dramatique pour les Européens". " Il faut que les Européens tiennent leurs engagements, c'est la position que la France défendra", a insisté François Fillon. "Jouer le défaut de la Grèce, c'est tout à fait irresponsable".

 

Une stratégie pour des retraites adéquates, sûres et viables
La CE a recommandé :

a) d’adapter l’âge de la retraite pour tenir compte de l’augmentation de l’espérance de vie ;

b) de limiter l’accès aux régimes de retraite anticipée et aux autres possibilités de sortie prématurée du marché du travail ;

c) de favoriser l’allongement de la vie professionnelle en améliorant l’accès à l’apprentissage tout au long de la vie, en adaptant les lieux de travail à une main d’œuvre plus diversifiée, en développant les possibilités d’emploi pour les travailleurs âgés et en promouvant le vieillissement actif et en bonne santé ;

d) d’égaliser l’âge ouvrant droit aux prestations de retraite pour les hommes et les femmes ;

e) d’encourager le développement de l’épargne-retraite complémentaire afin d’accroître les revenus des retraités. Libre blanc COM(2012) 55

NB 1 : Sans pouvoir sur le sujet, la CE s’est malgré tout positionnée sur les systèmes de pension (Euractiv).

NB 2 : Toutes les suggestions vont dans le sens d’une augmentation du temps de travail… sauf l’encouragement de l’épargne-retraite qui va dans le sens de la retraite par capitalisation et privatisation.

 


 

Belgique : Une grève portuaire économiquement criminelle
Les dockers flamands ont mis fin vendredi à une grève du zèle de trois jours. Un groupe de travail composé de représentants des syndicats, des exploitants portuaires et du gouvernement flamand doit désormais trouver une solution au conflit sur le projet d'augmentation de l’âge de la retraite. De Standard Eurotopics 17/02/12.



Schäuble interdirait-il la présidentielle française ?
"Le ministre des Finances allemand… a proposé officiellement… de reporter les élections grecques prévues en avril et de mettre en place à Athènes un gouvernement purement technocrate sans personnalités politiques… Quel est la prochaine étape ? Va-t-on annuler les élections présidentielles françaises parce que Nicolas Sarkozy risque d'être évincé par le socialiste Hollande, qui conteste la méthode allemande de contrôle du budget?" Lidové noviny - République tchèque  Eurotopics 17/02/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 10:18

 

 

« Pour mener à bien une politique minimale de gauche dans n’importe quel pays de l’UE, il faut désormais non seulement un gouvernement majoritaire dans le pays en question mais aussi une détermination sans faille pour combattre pied à pied une CE et un Conseil européen armés de l’ensemble des décisions contenues dans les directives et les traités européens. » Publico de Lisbonne (cité par CI 09-15/02/12).



Parce que la crise n'en finit pas, la question européenne s'invite à la présidentielle alors que, jusqu'ici, elle a été absente de la plupart des élections, y compris des élections « européennes ». A cause de l'euro, la crise est à la fois nationale et européenne. Elle met en question l'existence de la construction européenne dans sa conception actuelle.

Il est étonnant que, crise ou non, les politiques aient pu présenter, pendant de années, leur programme électoral comme si la France avait sa totale autonomie alors qu'elle est signataire de traités, de conventions... qui l'engagent et la corsètent solidement.


En réalité, bien des propositions avancées par les uns ou les autre étaient totalement inapplicables sans remettre en question les règles du jeu de l'Union européenne.

Il n'est pas interdit, loin de là, de remettre ces règles en question. Encore faut-il l'annoncer, dire comment : par la politique de la chaise vide comme à une certaine époque ? Avec l'aide d'alliés européens ? Lesquels ?


En ce sens, la participation de politiques de l'Union à la campagne électorale française peut être considérée comme positive même si elle peut apparaître quelquefois comme un signe de détresse : Oscar Lafontaine (Die Linke) à un meeting de Jean-Luc Mélanchon, intervention télévisé d'Angela Merkel (CDU) avec M.Bla-Bla comme elle l'appelle ou participation annoncée de Sigmar Gabriel (président du SPD) à la campagne de François Hollande.


Ces interventions sont aussi le signe d'une faiblesse inconsciemment reconnue sur l'échiquier européen. Il s'agit d'appeler en renfort, quel que soit le parti, le grand frère allemand. Ce qui conforte l'image du directoire allemand-français. Il faudra bien qu'un jour il apparaisse évident à tous que l'Union européenne, ce sont tous les pays de l'UE, tous les peuples de l'UE et pas seulement l'Allemagne suivie de la France.


Il est tout aussi légitime que François Hollande veuille aller en Allemagne et au Royaume-Uni pour affirmer sa stature internationale mais aussi pour parler de sa politique européenne à condition qu'ici ou là-bas il dise la même chose et qu'il n'oublie pas que la Guardian n'est pas seulement lu à la City... Qu'il y a quelques Français qui le lisent, quelquefois même des communistes français... Que certaines déclarations peuvent inquiéter bien au delà de communistes et qu'à trop vouloir vilipender la finance ici et la séduire là, il court le risque de jeter le trouble comme un candidat socialiste affirmant que son programme n'était pas socialiste.


François Hollande a déclaré que, s'il était élu, il demanderait une renégociation du projet de traité en cours d'adoption. Nécessité du calendrier ou habileté du président de la République, les élus socialistes vont devoir se prononcer sur ce traité dès le 21 février (mécanisme européen de stabilité). Il semblait entendu que le texte allait être voté discrètement avec l'appui du PS. Mais depuis que le candidat du Front de gauche a soulevé la question, que les élus du Front de gauche ont demandé un vote public (refusé à 'Assemblé nationale), la décision des groupes socialistes est incertaine... vote négatif, abstention ? Comme pour le traité de Lisbonne ?
Ce vote sera lourd de sens.


La question européenne est entré en fanfare dans la campagne présidentielle. Elle n'en sortira probablement pas.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche