Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 00:17

60 engagements de F. Hollande dont 5 propositions concernent directement l'UE :
- conclure un « pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance »,
- création d'euro-obligations,
- signature d'un nouveau traité franco-allemand,
- mise sur pied d'une politique commerciale européenne anti-dumping social et environnemental,
- contribution climat-énergie aux frontières de l'Europe. Euractiv 26/01/12.



Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont identifié six priorités en faveur de la croissance et de l'emploi… L'initiative européenne en faveur de la croissance, présentée par la CE le 23/11/11 comme "la contribution clé au Conseil européen des 1er et 2 mars" n'est pas évoqué…
"Le Conseil européen devrait envoyer des signaux forts en faveur de la croissance et de l'emploi" … mettre l'accent sur 6 priorités :
La lutte contre le chômage, des jeunes en particulier ;
Le développement d’outils pour le financement des entreprises ;
Une meilleure utilisation des fonds européens ;
Un renforcement de la réglementation des marchés financiers ;
La modernisation des administrations publiques ;
Un accès facilité aux marchés de pays tiers.
Ils mandatent… la CE pour préparer une "analyse détaillée […] de l’évolution de la compétitivité des Etats". Le sommet européen de début mars doit permettre… de déterminer comment atteindre plus rapidement les objectifs de la stratégie Europe 2020 et accélérer la mise en œuvre du pacte "Euro Plus".EurActiv.fr 25/01/12.



Croatie ; « Au revoir les Balkans »… le plus grand quotidien croate. L’adhésion à l’UE « permettra à nos enfants de fuir le bourbier des Balkans dans lequel les générations précédentes ont pataugé pendant des siècles », s’est enthousiasmé l’analyste Sasa Ljubicic… L’UE, profitant de son attractivité, a obligé Zagreb à livrer ses criminels de guerre, à abandonner sa rhétorique nationaliste et à se transformer en véritable État de droit. La Croatie deviendra, après la Slovénie, le deuxième État issu de l’ex-Yougoslavie, à rejoindre l’UE. Jean Quatremer 23/01/12.



Les Croates ont massivement approuvé le 22/01/12, l’entrée de leur jeune république dans l’UE... Le « oui » l’emporte avec 64% des voix…. Seule ombre au tableau, la faible participation (44%)… Le 1er juillet 2013, après ratification par les autres membres, la Croatie deviendra le 28e État membre de l’UE. Le Monde 24/01/12.



Selon un texte adopté par le PE, les États seront bientôt obligés de recycler davantage de produits électroniques et d'en exporter moins vers l'Afrique. Euractiv 20/01/2012



« Le premier geste d’un véritable pouvoir politique européen serait de placer la BCE sous son autorité… Il ne suffit pas de convoquer tous les ans le PE pour avoir une véritable démocratie. Celle-ci reste formelle si elle ne réussit pas à produire une véritable communauté.
Aujourd’hui, Goldmann-Sachs a supplanté l’ENA pour ce qui est des élites européennes. J’ai peur que nous n’ayons d’autre choix que de faire émerger une politique européenne. Anré Orléan Le Monde 23/01/12



La CEDH a sanctionné la France, en 2010, considérant que le procureur n’était pas  une autorité judiciaire au sens du procès équitable. Comme souvent en matière de libertés publiques, le salut est européen ; loin du supprimer le juge d’instruction, il est urgent de sortir le parquet  de la relation incestueuse qui l’unit au pouvoir.
La CEDH condamne la France : « Pour avoir enfermé en 2007, pendant 15 jours, une famille kazakhe en attente d’expulsion dans un centre de rétention avec leurs 2 enfants âgés de 5 et 3 ans ». Le Monde 21/01/12.



La CE  a ouvert… une procédure formelle en matière d’entente et d’abus de position dominante visant les entreprises françaises SAUR, Suez Environnement-Lyonnaise des eaux et Veolia. Le Monde 19/01/12.



Taux de chômage Données 2009 Observatoire des inégalités Janvier 2012

                                              Homme    Femme    Ensemble
Français                                  8,3              8,9             8,6
Tous Étrangers                     17,9            17,5          17,8
Étrangers UE                        NS              NS              9,0
Étrangers Non UE               23,3             23,8         23,6
Ensemble                               8,9               9,4           9,1

 

 

Une autre Europe est possible. Une Europe où la finance n’est pas un jeu pour automates débiles ou traders post adolescents mais une activité sérieuse au service des États et des entreprises… Une Europe qui sait compter dont les membres ne dépensent pas plus que ce qu’ils gagnent…
Une Europe qui se donne les moyens de dominer au lieu de subir les marchés financiers pour faire émerger enfin l’Europe des peuples… Edouard Tétreau, Le Monde18/01/12.

 


 

Oskar Lafontaine n'a pas mâché ses mots : « Nous allons travailler à dégager Sarkozy, [...] dégager tous ceux qui servent les marchés plutôt que les hommes et les femmes de nos pays ! ». Puis Jean-Luc Mélenchon a fait preuve de réciprocité : « Nous allons frapper, frapper et encore frapper la droite qui dirige l'Europe et en particulier madame Merkel et monsieur Sarkozy. Madame Merkel, non pas parce qu'elle est allemande mais parce qu'elle est libérale de droite. »  Rue 89 19/01/12.

 


 

"La France fait encore parti des États qui perçoivent le PE comme un lieu de passage, soit en récompense de services rendus si l’élu débute sa carrière, soit en tant que salle d’attente pour les hommes politiques de plus grande envergure". Ainsi, les élections législatives de juin 2012 pourraient être l’occasion d’une migration parlementaire de Bruxelles vers Paris… Au total, une douzaine de parlementaires sur les 74 que compte la délégation française au PE…
Chez les Allemands, les départs sont extrêmement rares. Aucun n'est à signaler depuis les élections de 2009 http://www.euractiv.fr/deputes-europeens-voudraient-rentrer-paris-article?utm_source=Newsletters&utm_campaign=efb3b1ae9e-Quotidienne&utm_medium=email.fr

 


En désaccord sur les salaires et les traitements des membres de la fonction publique européenne, la CE et le Conseil se poursuivent mutuellement devant la Cour de justice. Le Monde 15-16/01/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 09:18

La France a donc perdu son A3. La France ou Sarkozy ? Ou la France à cause de la politique de Sarkozy ?

Il fut un temps où la politique ne se faisait pas à la Corbeille (de Gaulle). Elle est faite désormais par les agences de notation. Non seulement ces agences jugent la situation des pays mais indiquent la politique à suivre. Nous sommes entrés dans l’aire post démocratique. C’est ce que démontre la mise en place de gouvernements technocratiques en Grèce d’abord, en Italie ensuite, en Hongrie bientôt.

 

 

 

Et ceci avec la complicité des politiques : rôle de Merckaussi en Grèce et en Italie. Quelle soit de gauche ou de droite, la politique proposée vise à satisfaire les agences de notation. C’est Sarkozy qui a dit clairement que la réforme des retraites visait à conserver le A3. C’est Sarkozy qui disait, il y a peu, que si la France perdait le A3, c’était une catastrophe. C’est, je crois,  Pécresse qui disait que si Hollande passait, c’était l’assurance que la France perdrait le A3.



Si demain la France perdait le A3, ce serait la faute de Hollande. La France l’a perdu aujourd’hui. Ce ne peut être que la faute de Sarkozy.

 

C’est ce que dit S&P dans son communiqué (14/01/12):

« Il nous semble donc qu'un processus de réformes basé sur le seul pilier de l'austérité budgétaire risque d'aller à l'encontre du but recherché, à mesure que la demande intérieure diminue en écho aux inquiétudes croissantes des consommateurs en matière de sécurité de l'emploi et de pouvoir d’achat, entraînant l'érosion des recettes fiscales…


Les notes de la France continuent de refléter notre opinion sur le fait que le pays bénéficie d’une économie riche, diversifiée et résiliente, ainsi que d’une main d’oeuvre hautement qualifiée et productive. Ces points forts sont partiellement contrebalancés, selon nous, par un endettement public relativement élevé ainsi que par les rigidités du marché du travail. Nous notons toutefois que le gouvernement a engagé une stratégie de consolidation budgétaire ainsi que des réformes structurelles à cet égard ».



L’économie française est riche, diversifiée, résiliente… le processus de réforme basé sur le seul pilier de l’austérité budgétaire…


 

"L'an dernier, nous étions au bord d u gouffre. Depuis, nous avons fait un grand pas en avant"*.   Cette phrase sublime peut être appliquée à la politique du Gouvernement.

 

 

 

Quand Fillon est arrivé au gouvernement, il a annoncé que les caisses étaient vides. Moyennant quoi, il a fait des cadeaux aux couches sociales les plus favorisées en diminuant les impôts, creusant ainsi le trou qu'il dénonçait. Et qui justifie, à ses yeux, l’austérité aujourd’hui condamnée… par beaucoup de monde.

 

 

 

Pour les agences, toute l’Union européenne est sous surveillance parce qu’elle suit, toute, la même politique. Mais l’Allemagne bénéficie de quelques années d’avance et de son industrie. D’où le maintien, pour le moment, de sa note. Ce qui n’est pas le cas de la France dont les comptes sont fortement déséquilibrés (voir l’augmentation de la dette et le déficit commercial). Toutes choses qu’il est difficile d’attribuer à d’autres que la droite au pouvoir depuis 10 ans.

 

*Phrase attribuée, il y a trente ans à un politiaue algérien.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Billets
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 15:58

La crise et la présidentielle


Les candidats aux élections en France, quelles que soient ces élections, y compris les élections européennes, ne s’intéressent guère à l’Europe. Il est difficile qu’il en soit de même cette année !


La crise, particulièrement la crise européenne, a fait l’objet, depuis quelques mois, de 16 réunions, de la « dernière chance », à 2, 4, 6, 8 15 ou 27 !!! Réunions, toutes aussi infructueuses en attendant la prochaine dernière chance. Ou le traité en cours de négociation. Hier, la note de plusieurs pays européens a été diminuée, dont celle de la France.


La crise a été responsable de la mise en place de façon très peu démocratique de 2 gouvernements, en Grèce et en Italie. Elle a entraîné des changements de gouvernement au Portugal, en Espagne, et l’élection démocratique d’un chef de gouvernement, peu démocrate en Hongrie.
Elle fait monter les nationalismes européens, la xénophobie, l’extrême droite et la droite extrême qui se renforcent mutuellement.


On serait en droit d’attendre une voix forte venant de la gauche pour proposer de nouvelles solutions devant la faillite incontesté de la « seule politique » possible. Mais quand elle est au pouvoir, la « gauche » fait la politique de la droite avant d’être remplacée celle-ci (Espagne, Portugal) ou par un gouvernement de technocrates (Grèce, Italie) pour accentuer la seule « politique possible ».


Quand elle est dans l’opposition, la « gauche » ne revendique pas de nouvelles élections (Grèce, Italie) de peur d’être maintenue (Grèce) ou appelée (Italie) au pouvoir.


Et en France ? La « gauche » propose-t-elle une politique de gauche ? Une politique de gauche pour l’ensemble de l’Union européenne* ? Ou une politique de gauche seulement pour la France en contradiction avec celle inscrite dans les traités ?

 

En période de crise, faut-il faire des propositions ?

 

Depuis le début, toutes les « propositions » des gouvernements en place ont contribué plus au développement de la crise qu’à son contrôle. Parce qu’il n’y a pas de pilote, parce que le couple-chef Merckaussi commande toujours, avec un temps de retard, toujours la même politique par suite des contraintes des « marchés » et du magnifique traité qui a été, en France, « imposé, démocratiquement » par l’ensemble de la classe politico-médiatique aux citoyens de base qui ne pouvaient pas comprendre.


Le citoyen de base comprend encore moins qu’il faille un nouveau traité pour réparer la merveille précédente. Qu’à cause de ce traité ou du précédent, la BCE ne puisse pas prêter aux Etats mais puisse prêter aux banques des centaines de milliards à 1% pour qu’elles s’entre aident ou achètent de la dette souveraine à 3, 4 ou 7% !


Alors quand Pierre Larrouturou et Michel Rocard publient un article dans le Monde  proposant que la BCE prête à la BEI (Banque européenne d’investissement) ce qui est permis par les traités, la BEI pouvant prêter aux Etats à 2% par exemple et ainsi desserrer l’étreinte des marchés. Surtout dans le cas de l’Italie dont la balance (hors paiement de la dette est positive), on se dit que les candidats vont sauter sur la proposition. Pour dire que Larrouturou et Rocard sont fous. Ou que s’ils étaient élus, ils reprendraient cette idée.


A part le gazouillis matinal de quelques radios, au bout de 3 jours, il n’en est plus question. Les marchés auraient-ils le pouvoir non seulement au niveau financier mais aussi sur les gouvernements actuels et sur les gouvernements futurs !

 

* F. Hollande propose, avec une grande précision !, de « revoir l’accord européen.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 15:19

La situation en Hongrie est au centre des préoccupations européennes. On ne compte plus depuis quelque temps les prises de position sur le comportement antidémocratique de Viktor Orban. Ce qui est parfaitement justifié. Et qui rappelle les prises de position au niveau européen contre la participation du FPÖ au gouvernement autrichien, il y a quelques années. Puis le silence a tout recouvert.



En Grèce, l'Union européenne ne s'est guère émue quand deux ministères ont été attribués à des membres du Laos parti d'extrême droite grec. Elle aurait pu, en fonction de ses options démocratiques, soutenir soit le référendum proposé par Papandréou, soit une demande d'élections générales pour clarifier la situation. Elle a préféré mettre en place le gouvernement Papademos, « technique », avec la participation de ministres d'extrême droite, appliquant la politique de l'UE. C' est plus sûr, évidemment.



En Hongrie, il est légitime de se demander ce qui vaut un regain d'esprit démocratique aux instances de l'UE, esprit démocratique qui touche même le FMI, ces deux organisations s'étant retirées des négociations avec le gouvernement hongrois.
Viktor Orbàn est au pouvoir à la suite d'une élection démocratique. La réforme constitutionnelle a été adoptée le 14 avril 2011, par 262 voix contre 44 et 1 abstention alors que la Hongrie présidait l'UE ! C'était le moment d'affirmer solennellement l'axe démocratique de l'Union. Il n'en a rien été.



Car pour l'UE et le FMI, la question fondamentale est économique et financière, surtout à travers l’indépendance de la Banque centrale hongroise. Libération le dit clairement : « L'Europe s'est jusqu'ici accommodée des atteintes à la démocratie hongroise, en revanche, elle ne peut tolérer que l'outil monétaire tombe entre les seules mains de M. Orbán. » (03/01/12).
 

 

Et la solution coule de source : faire appel à la démocratie n'est, bien sûr, pas la solution : « Seul un gouvernement d'experts sauvera le pays. Seule une démission du gouvernement du Premier ministre, Viktor Orbán, pourra sauver la Hongrie de la faillite… Le gouvernement Orbán tente de sauver les meubles au moyen de méthodes non conventionnelles. Il prélève de l'argent sur les fonds de retraite privés, restreint l'indépendance de la Banque centrale et détermine un taux de change fixe entre le forint et le franc suisse. Mais en procédant ainsi, il perd au final la confiance des marchés et des organisations internationales. .. La Hongrie est au bord de la catastrophe. Celle-ci ne pourra être évitée que si le gouvernement Orbán démissionne et qu'on forme un gouvernement d'union nationale. Celui-ci aurait alors la possibilité de regagner la confiance des marchés, du FMI et de la CE." (Gazeta Wyborcza Online – Pologne 06.01.2012).

La leçon est claire : « pour la Commission, l'indépendance de la banque centrale est plus importante que le droit des sans-papiers, la liberté de la presse, le droit de l'opposition à s'exprimer ou le droit de la minorité rom… » (http://www.touteleurope.eu/)

 

Ici comme ailleurs, la défense de la démocratie est l'habillage de l'intervention extérieure qui voile d'autres motivations plus « sérieuses ». Il n'est pas sûr que cela satisfasse les démocrates et renforce l'attachement des peuples à l'UE. Et dans le cadre de l'élection présidentielle, cela pose la question du "comment faire avec l'UE" pour toute politique un peu différente.

 

Publié dans Agoravox le 13/01/12

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 16:05

 

 

Allemagne – Retraites : Paradoxalement, c'est... le président de la CSU, l'aile bavaroise de la CDU (chrétiens-démocrates), qui a relancé le débat. Sans remettre explicitement en cause la retraite à 67 ans, M. Seehofer estime qu'il faut " impérativement " améliorer le taux d'emploi des salariés les plus âgés, sinon cela revient à diminuer artificiellement le montant des retraites versées. Le Monde 07/01/12.


 

Chômeurs en Europe...

Selon les chiffres publiés le 3 janvier par l'agence allemande pour l'emploi, le nombre de chômeurs en Allemagnel'an dernier a atteint 2,976 millions en moyenne, soit le plus bas niveau depuis 1991, et 263 000 chômeurs de moins qu'en 2010. Le taux de chômage brut dans le pays a reculé l'an dernier de 0,6 point de pourcentage pour s'établir à 7,1% en moyenne...



Espagne: La secrétaire d'Etat à l'emploi... a annoncé le 03/01/12 une hausse du chômage en décembre 2011. Le nombre total de chômeurs s'établit désormais à 4 422 359...

 
France : Selon des données publiées le 26 décembre par le ministère du travail..., le nombre de chômeurs ayant pointé à Pôle emploi était de 2 844 800 fin novembre. Avec un nombre en hausse de 1,1% par rapport à la fin octobre, la France enregistre un nouveau record, le plus haut depuis 1999 ; sur un an le nombre de demandeurs croît de 5,2%...



Italie : L'institut national des statistiques... a publié le 05/01/12 les données du chômage pour le mois de novembre 2011 qui se caractérise par une hausse du chômage chez les jeunes. Pour les 15-24 ans, le taux de chômage a augmenté à 30,1%, soit une augmentation de 0,9 point par rapport à octobre et de 1,8 point sur une base annuelle ; c'est le taux le plus élevé depuis janvier 2004... Le taux de chômage national s'élève à 8,6% pour novembre, soit une hausse de 0,1 point par rapport à octobre...



Selon une publication
Eurostat du 6 janvier, le taux de chômage, au mois de novembre, s'est élevé à 10,3% dans la zone euro et à 9,8% dans l'UE. Stable par rapport au mois au précédent, il est en légère hausse sur un an, respectivement de 0,3% et de 0,2%. L'Autriche, le Luxembourget les Pays-Bassont les moins touchés... l'Espagne, la Grèceet la Lituanieont les taux... les plus élevés. Les hausses les plus importantes concernent l'Espagne, la Grèce et Chypre (3 à 5% de chômeurs en plus), tandis que les baisses les plus importantes sont enregistrées en Estonie, Lettonie et Lituanie (3 à 5% de chômeurs en moins)... Fondation Robert Schuman 09/01/12 numéro 515



Autriche : Si la coalition au pouvoir continue sur sa lancée, le chef de la droite populiste (FPÖ) ne tardera pas à occuper la chancellerie. Frankfurter Allgemine Zeitung cité par le CI 05-11/01/12.


 

Pologne : « Il y a un problème avec cette organisation politisée (église) et si l'électorat de Palikot (parti anticlérical ayant fait 10% des voix aux élections du 09/10/11) grandit, c'est de la faute à certains prêtres, évêques et politiciens. Il faut faire un audit des relations entre l'Église (qui ne paie pas d'impôts) et l'État. Polityka cité par le CI 05-11/01/12.


 

Outre vouloir conserver un régime de type représentatif et constitutionnel et une séparation des pouvoirs, les puissances occidentales, et en premier lieu la CE, désirent faire adopter à la Hongrie une politique économique qui ne sert pas forcément (c’est un euphémisme) les intérêts du peuple magyar.

Le peuple hongrois, déçu à de nombreuses reprises, pourrait ne voir dans la “cause démocratique” qu’un ornement mis sur les mesures d’austérité de plus en plus lourdes provenant des puissances occidentales soucieuses de stabilité financière. Si la protection des institutions démocratiques va forcément de pair avec un appauvrissement continuel du peuple hongrois, il ne faut point s’étonner que les citoyens hongrois ne s’enthousiasment pas pour le couple restauration de la démocratie libérale et misère. 3 janvier 2012 Heti Világgazdaság Budapest.


 

Recadrer Orbán : La CE doit se demander quelle Europe elle souhaite voir émerger. Si c'est une Europe forte et unie ... alors elle doit s'ériger en gardienne des règles du traité. ... L'Europe s'est jusqu'ici accommodée des atteintes à la démocratie hongroise, en revanche elle ne peut tolérer que l'outil monétaire tombe entre les seules mains de M. Orbán." Libération (03/01/2).


 

En Italie, les partis ne sont pas opposés mais concurrents. Ce sont des gens qui proposent les mêmes choses, qui vendent la même marchandise. Ils ne font pas appel au courage qui est un sentiment que l'on peut exploiter politiquement – comme la fraternité. Erri de Luca, Le Monde 31/12/11-01-02/01/12.




Si la charge de sa dette (de l'État) a culminé à 3,2% du PIB en 1996, celle-ci a depuis reculé d'un point de PIB en 2010. La création de la zone euro a eu pour effet de faire converger les taux français vers les taux allemands qui comptent parmi les plus bas au monde et de permettre ainsi à la France de profiter de la crédibilité monétaire allemande pour s'endetter à bas prix. Ater éco, hors série, 1er trimestre 2012.


La Cour de justice de l'UE a rendu un avis favorable... à la directive européenne qui va obliger les compagnies aériennes – y compris les compagnies étrangères – à racheter l'équivalent de 15% du CO2 émis par leurs avions desservant le territoire de l'UE. Le Monde 23/12/11.



La BCE prête à foison : Les crédits proposés par la BCE au taux préférentiel de 1% ont suscité un fort engouement auprès de plus de 500 banques d'affaires. Elles sont sensées employer ces liquidités pour racheter entre autres des emprunts publics de pays en crise. Pour les commentateurs, ces crédits de 500 milliards d'euros ne seront toutefois pas investis dans les obligations souveraines et ne résoudront donc pas la crise européenne. Eurotopics 22/12/11.



Le dernier rapport de la Cour des comptes belge – détaillé dans plusieurs quotidiens aujourd’hui (dont l’Echo ou le Soir) – trace impeccablement l’origine du déficit. Ne cherchez pas ailleurs : c’est le soutien public aux banques et (dans une moindre mesure) l’opération de sauvetage de la Grèce, qui plombe les comptes de la Belgique aujourd’hui. Europe sociale 21/12/11.

 


Les Espagnols connaissent désormais les visages du nouveau gouvernement de Mariano Rajoy... Le choix du ministre de l’Économie ne passe pas inaperçu, en raison de la crise économique, mais aussi de son parcours. Car Luis de Guindos, qui va porter le programme d’austérité, n’est autre que l’ancien président pour l’Espagne et le Portugal de Lehman Brothers, la banque d’affaires américaine qui a fait faillite en 2008 et précipité la crise financière mondiale. Euronews 21/12/11.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 09:28

 

Du travailler plus pour gagner plus au travailler moins pour travailler tous ? Il ne faut pas désespérer, la conscience vient même aux anciens ministres.

 

« Il est paradoxal que le volume des heures supplémentaires augmente fortement en 2011 tandis que le chômage s’accroît : les entreprises paient ainsi une partie des salaires à compte d’État. Si les entreprises revenues à meilleure fortune continuent à être incitées à faire systématiquement des heures supplémentaire, pourquoi embaucheraient-elle ? »  Philippe BAS (sénateur, ancien ministre). Le Monde 11/01/12.

 

Les défauts de l'impôt sur le revenu (IR) sont connus: assiette trop étroite, il touche essentiellement les revenus du travail ; peu progressif, il est passé de treize tranches en 1986 à cinq tranches aujourd'hui et, taxant faiblement les plus riches, le taux supérieur marginal, qui correspond au taux appliqué à la tranche supérieure du revenu, est passé de 65% en 1982 à 41% aujourd'hui. A cela se rajoutent les fameuses niches fiscales, profitant pour l'essentiel aux ménages les plus aisés, qui permettent de réduire ou même d'éviter l'impôt. En 2010, celles sur l'impôt sur le revenu, près de 250, représentaient près de 40 milliards d'euros de manque à gagner pour le budget de l’État. On a donc assisté, en un quart de siècle, à une véritable contre-révolution fiscale. Pierre Kalfa Mediapart 05/01/12.

 

Après le PSG, le Qatar  au chevet des banlieues françaises. L'émirat du Golfe investit 50 millions d'euros pour financer de jeunes entrepreneurs. L'initiative souligne la faiblesse de la politique de la ville. Le Monde 06/01/12.


Depuis 2009, (les crédits consacrés aux quartiers en difficulté) ont chuté de 30% passant de 794 à 548 milliards d'euros... Le taux de chômage (21%) y a atteint son niveau le plus haut depuis 2003 ; un habitant sur trois y vit sous le seuil de pauvreté. Alter éco janvier 2012

 

Entre 1997 et 2007...Le chiffre d'affaires des Scop (Sociétés coopératives et participatives)industrielles a augmenté de près de 68%... 11 points de plus que la moyenne nationale du secteur. Le Monde 05/01/12.

 

Le non-remplacement d'un retraité sur deux est aujourd'hui vrai à 70% pour la catégorie C de la fonction publique d'État contre seulement 20% pour la catégorie A.


Les Français ont cru que grâce aux centrales nucléaires, ils pourraient être moins
dépendants du pétrole. Quand on compare la France et l'Allemagne, on se rend même compte que, par habitant, nous consommons plus de pétrole que nos voisins, de l'ordre de 5 à 10% de plus.


En 50 ans, on a construit 58 réacteurs en France et on en a vendu seulement 11 à l'étranger !
Le nucléaire... n'est pas une industrie d'exportation.

 
Areva  représente seulement 9 milliards d'euros de chiffre d'affaires alors que  Total  pèse 180 milliards. Alter éco janvier 2012.

 

Sur 93 entreprises françaises cotées... Entre 2009 et 2010, la rémunération moyenne des dirigeants français a progressé de 21%, atteignant plus de 2 millions d'euros en moyenne.


Parmi les 300 exilés fiscauxen Suisse, 44 sont français dont 13 milliardaires en francs suisses. Alter éco janvier 2012.


D'après un article du Guardian de 2006, la CIAaurait envisagé à 638 reprises d'assassiner Fidel Castro ! http://www.guardian.co.uk/world/2006/aug/03/cuba.duncancampbell2

 

Les 9% les plus riches de la population adulte mondiale dont le patrimoine excède 100 000 dollars détiennent plus de 82% de la richesse mondiale, toutes classes d'actifs (immobilier, actions...) confondues. Alter éco Hors série 1er trimestre 2012.

 

Aucune responsabilité (pour les agences de notation)... Les avis publics qu'elles émettent sont considérés juridiquement comme l'expression libre d'un simple commentaire, équivalent à celui que peut faire un journaliste ! Que les agences se trompent complètement ou pas, qu'elles soient prisonnières ou pas de conflits d'intérêts, elles ne paient jamais les conséquences de leurs analyses. Alter éco Hors série 1er trimestre 2012.

 

La montée des inégalités... conflit de répartition qui s'exprime... par la dérive continue de la dette publique... résultat des baisses d'impôts concédées aux plus richestandis que le besoin de protection des plus fragiles augmentait. Alter éco Hors série 1er trimestre 2012.

 

L'État représente aujourd'hui l'essentiel de l'endettement public, des dettes détenue par des acteurs privés étrangers.D'où une dépendance plus grande des sautes d'humeur des marchés...Alter éco Hors série 1er trimestre 2012.

 

Au total, à la fin 2010, l'ensemble des administrations publiques françaises détenaient 517,3 milliards de plus d'actifs que de dette, soit 27% du PIB. Ainsi si chacun des 63 millions de Français porte sur ses épaules 32 000 euros, il peut se rassurer en se disant qu'il dispose également de 40 350 euros d'actifs. Alter éco Hors série 1er trimestre 2012.

 

Haïti, 2 ans après le drame : 600 000 personnes vivent encore sous les tentes, plus de 400 000 personnes infectées par le choléra, 60% de la population vit avec moins de 1,5 euros/jour. Aide et action Décembre 2011.

 

Alors qu'à la fin de 2010, les plus de 60 ansreprésentent 23% de la population, ces derniers occupent plus de 60% des sièges d'élus nationaux. À l'inverse, les 25-40 ans , soit 19% de la population française, ne constituent que 3% des membres du Parlement. Grégoire Tirot, Le Monde 29/12/11.

 

Au terme d'une discussion parlementaire compliquée par la prolifération des lois de finances : 4 en 5 mois... (Le nombre de niches fiscales) était de 468 en 2010, 504 en 2011, et sera ramené, si tout va bien, à 491 en 2012... (en) 2011 222 « dépenses fiscales » (niches) ont été supprimées ou réduites mais 379 ont été créées ou ont augmenté. Le Monde 24-25/12/11.

 

Le nombre d'enfantsconsidérés comme sans-abri aux États-Unis, vivant en 2010 dans un logement précaire (refuge, voiture, parc, bâtiment abandonné...) a augmenté de 38% en 4 ans pour atteindre 1,6 million. Le Monde 21/12/11.

 

Les quelques 75 langues régionales répertoriées... Parmi les plus suivies au collège et au lycée, on comptait, en 2008, 35 850 élèves assidus aux cours d'alsacien, 24 400 dans les cours d'occitan, 9 260 se familiarisaient avec la langue corse, 7 320 fidèles aux cours de breton et 3 890 adeptes d'un apprentissage régulier du créole... basque 3 200,catalan 2 720, mosellan 187. MGEN Filia Magazine Janvier 2012.


En 2010, 65% des salariés se sentaient  très   exposés   au stress selon l'observatoire de la vie au travail. MGEN Filia Magazine Janvier 2012.

 

Va, je ne te hais point !
L'Insee prévoit 6 mois de « croissancenégative », donc de récession... Le Monde 20/12/11.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 10:19
 

Les frontières existent et existeront encore longtemps si, jamais, elles sont appelées à disparaître un jour. Pour le moment, elles sont plutôt en expansion, avec la création de nouveaux États et ce n'est pas fini : 51 États membres de l'ONU en 1945, aujourd'hui 193. Cela veut dire que la réflexion doit porter sur la signification de la frontière

 

.

Tout objet a une limite, plus exactement des limites. Qui dépendent des moyens d’appréhension de cet objet. Une statuette en bois a une limite dans l'espace, apparente au regard, confirmée par le toucher. Mais le bois dont elle est faite a une odeur qui dépasse ces premières limites perçues. Et la statuette que j'ai vue, que je ne vois plus, est dans mon esprit. Où est sa limite ?
La statuette n'a de sens que parce qu'elle est limitée. Ce sont ses limites qui la font statuette aux yeux de l'observateur. Ses limites et leur perception créent son identité.

 


Au delà de de l'objet, inanimé, la limite est pour les êtres vivants une condition de survie comme la membrane de la cellule, paroi qui donne l'individualité mais aussi assure la protection et l'échange avec le monde extérieur. Si cette barrière disparaît ou devient étanche, la cellule meurt.


Pour l'animal, c'est la barrière qui institue l'individu, pas seulement pour l'observateur externe, et assure sa survie. Pour l'être humain, on pense, bien sûr, à la peau mais ce n'est pas la seule barrière-lieu d'échange. Bien d'autres barrières existent qui facilitent certains échanges et empêchent les autres : barrière digestive, barrière respiratoire... même l’œil ou l'oreille, qui ne sont pas perçus comme cela, sont pourtant des barrières hautement sélectives. Chacune, toujours indispensable à la vie, enrichit et protège de l'extérieur.
La barrière assure la constance et l'équilibre du milieu intérieur, protège du danger extérieur, elle n'est pas étanche à tout, elle filtre et assure le renouvellement, l'enrichissement. Qu'elle devienne étanche ou qu'elle disparaisse, l'organisme meurt. La barrière-filtre est la condition indispensable à la survie et à l'intégration de l'être vivant à son environnement.

 


Les sociétés humaines sont aussi des êtres vivants qui, pour survivre, ont besoin d'une limite, avec les mêmes fonctions, la protection et l'échange.

Les limites, ici les frontières, sont une création historique souvent arbitraire, à partir d'un projet politique peut-être discutable mais qui, avec le temps, crée une entité. Leur tracé, leurs fonctions peuvent changer suivant les circonstances historiques, suivant le devenir du projet politique : élargissement, renouvellement, abandon...


Ces frontières sont quelquefois qualités de barrières, frontières « naturelles », elles le sont rarement. Elles sont proclamées telles le plus souvent en fonction du projet politique.


Les Pyrénées, le Rhin, par exemple, sont proclamées frontières « naturelles ». Mais par et pour qui ? Les Pyrénées sont-elles une barrière ou constituent-elles un ensemble géographique et humain ? Basques et Catalans sont de part et d'autre de cette frontière « naturelle ».
Le Rhin est-il une barrière ou une voie de communication ?
La Méditerranée, la nouvelle barrière, était hier « Mare nostrum » et le bassin d'une civilisation dont les frontières étaient plus loin à l'intérieur des terres.
Les frontières « naturelles » sont-elles, doivent-elles être fonction de la géographie, de la langue, de l'ethnie ?


Il existe aussi des limites géographiques internes aux Etats qui ne sont pas des frontières mais qui ont les mêmes fonctions, à un degré moindre, le plus souvent : régions, provinces, départements, communes... et leurs subdivisions. Chacune de ces « entités » a ses limites et à l'intérieur de ces limites son organisation. Et ses relations avec les autres.

 


Dans un même État, dans une même région, dans une même commune, des groupes sociaux peuvent se constituer : groupes sociaux de droit (associations, syndicats, communautés) ou de fait (classes, jeunes, bandes...) formés autour d'un projet. Ces groupes se constituent en fonction de différents critères dont certains peuvent être des limites géographiques ou non (groupe local, régional, national, international...).
Les limites ici ne sont pas des frontières mais répondent toujours aux deux fonctions fondamentales : la protection par un certain filtrage, un certain isolement, un certain repli ; l'échange, le contact pour permettre la survie, le développement. Communautés ouvertes, communautés fermées...

 


Mettre des limites, c'est organiser le monde. La barrière est une notion idéologique, un projet politique. C'est le projet politique qui instaure la frontière, qui permet la mise en place, de façon démocratique ou non, de règles qui vont gérer les relations à l'intérieur du groupe. Ainsi que les relations qui seront établies avec le monde extérieur par accommodation réciproque. Souvent en fonction du rapport de force à l'intérieur (entre les groupes) et à l'extérieur.

Et les dangers de la barrière sont les mêmes quel que soit le groupe : la dissolution, l'enferment, isolement, confrontation.


Au niveau des États, la frontière est la barrière-filtre évidente où l'autorisation d'entrée (ou de sortie) n'est pas générale : on parle de libre circulation des capitaux, des marchandises ou des hommes. Toutes « libertés » très fragmentaires. Et inégales suivant les intérêts, le projet politique du pouvoir. Et sa puissance.


La frontière ne fonctionne pas avec le seul État mitoyen. Les échanges sont organisés, plus ou moins limités, avec des pays qui peuvent être aux antipodes. La frontière n'est plus alors la simple ligne qui sépare deux États. Elle n'est plus qu'une ligne virtuelle dont l'efficacité peut-être très limitée. Certes, on peut bloquer, « à la frontière », les marchandises, plus difficilement les hommes, quant aux capitaux... et aux idées....


Il n'a jamais été facile de bloquer les « mauvaises » idées aux frontières. Aujourd'hui, c'est encore plus difficile. La diffusion des biens culturels par dessus les frontières est un enjeu aussi important que celle des biens matériels qu'elle peut d'ailleurs faciliter, précéder. L'effort de certains États pour favoriser la diffusion de leur langue, de leur culture et la volonté des autres d'échapper à cette influence montrent bien que les uns et les autres en ont compris l'enjeu.


Aujourd'hui, la radio, la télévision, internet semblent se jouer des frontières (malgré les barrières linguistiques... obstacles et moyens d'échange... ) et surtout des États qui veulent les contrôler. Mais au delà des États, ce sont les sociétés elles-mêmes, qui déterminent ce quelles acceptent ou refusent, sans avoir toujours un projet conscient et cohérent. Ce sont les sociétés qui sécrètent les anticorps qui vont neutraliser et rejeter ce qu'elles estiment inadmissible, au sens premier, et qui vont adopter, adapter ou digérer ce qui vient de l'extérieur.

 


 

Si les portes doivent être ouvertes ou fermées, les frontières sont toujours ouvertes et fermées. C'est ce jeu d'ouverture-fermeture différenciée qui permet non seulement la vie mais la croissance et la création, quelquefois douloureuse, conflictuelle, dans des sociétés qui se perpétuent en se renouvelant.

 

Refusé par Barricade le 10/01/12 Pubié le 11/01/12 par Agoravox

 

 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Généralités
commenter cet article
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 00:02

  Avec mes meilleurs voeux à tous les lecteurs.

 

PETIT BILAN CHIFFRÉ DU BLOG DEPUIS SA CRÉATION.

 

Ce blog a été créé le 6 avril 2008, vous trouverez dans le tableau ci-après, le nombre de visiteurs « uniques », le nombre de pages vues et de commentaires ou remarques faits par quelques lecteurs.

Ce blog a aussi permis un contact avec une réalisatrice télé (Chloé Hutzinger) qui a fait un documentaire de 52 minutes (L'Algérie nouvelle, on y croyait...) qui sera diffusé dans quelques semaines (je ne connais pas la date) sur FR3 (Alsace ou Nord-Pas-de-Calais).


 

Nombre de personnes différentes ayant visité le blog

Année

Visiteurs

Pages vues

Articles publiés

Remarques

2008

318

953

12

0

2009

751

1 406

40

3

2010

2 702

5 237

56*

3

2011

5 019

10 762

92**

24

Total

8 790

18 358

200

30

  • * +7 « photos d'Algérie »

  • ** + 1 « photos d'Algérie » et 21 « tableaux de Jean Mogès »

  • Les remarques proviennent de 13 personnes dont 1 avec 10 remarques, 1 avec 5, 1 avec 4.

 

 

Remarques :

  • Chaque personne qui va sur le blog voit en moyenne 2,1 pages depuis le début.

  • Le nombre de lecteurs progresse régulièrement. Cette progression est à relativiser en fonction de plusieurs facteurs :

    • Le lien avec le blog est sur tous mes courriels mais nombreux sont ceux qui ne s'en aperçoivent pas !!!

    • Le nombre d'articles publiés qui a augmenté chaque année.

    • Pendant une période, j'ai constitué des listes et j'ai informé une vingtaine de personnes connues ou inconnues de moi, différentes à chaque publication d'un article.

    • Sans savoir les utiliser, j'ai une adresse Facebook et Twitter et j'annonce les articles lors de leur publication.

    • Une quinzaine d'articles du blog ont aussi été publiés dans Agoravox et d'autres, partiellement, dans « L'Europe et nous... » bulletin mensuel du Comité Citoyen pour une Europe Solidaire. Ce qui a pu entraÎner certains lecteurs à venir sur le blog.

  • Dix personnes sont abonnés dont 3 seulement que je connais pas..., je dois avoir 5 ou 6 « amis » sur Facebook et 2 abonnés sur Twitter...

  • Il ne m'est pas possible de connaître les articles les plus lus depuis le début du blog. Les seules informations que j'ai pu calculer portent sur le mois de décembre :

    • Articles (Immigration, nationalité exclus) 29%,

    • Photos d'Algérie 27%,

    • Articles Immigration, nationalité 25%,

    • Blog sans autre précision 17%,

    • Peintures 2%.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Bilans
commenter cet article
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 21:52

Les élections législatives sont encore loin mais les annonces de parachutages vont bientôt être terminées. Le parachutage est une pratique condamnée par tous les politiques... quand ils n'en ont pas besoin. Et cette pratique est aussi répandue à droite qu'à gauche, chez les anciens comme chez les modernes, chez les jeunes comme chez les vieux, y compris chez ceux qui prétendent faire de la politique « autrement ».



 

Pour pouvoir voter dans une commune, il faut être inscrit sur les listes électorales de cette commune et pour cela, soit avoir son domicile ou sa résidence dans la commune, soit être assujetti aux impôts locaux depuis 5 ans au moins. Pour être candidat dans une commune lors des élections municipales, il faut soit y être domicilié, soit y payer des impôts locaux. Ce n'est pas le cas pour les élections législatives. Le parachutage est donc parfaitement légal, l'élu n'est pas député de telle circonscription mais député du peuple français, élu dans telle circonscription.



 

Les exemples plus ou moins connus de parachutages sont nombreux.

 

Hier, Michel Debré : après avoir été élu et battu en Indre-et-Loire, décide en mars 1963, de se présenter à la Réunion. Arrivé dans l'île en avril 1963, il est élu le 5 mai ! C'est une véritable opération de commando mais en pays conquis d'avance comme souvent dans les parachutages.


 

Avant-hier, Léon Blum : battu aux élections législatives de 1928 dans le département de la Seine par Jacques Duclos, profite d'une élection partielle en 1929, à Narbonne, pour retrouver le Parlement grâce à l'appel de la fédération socialiste de l'Aude.

 

 

Aujourd'hui, les exemples sont nombreux de candidats cherchant une circonscription qui leur permettrait de défendre l'intérêt national. Ainsi Malek Boutih a échoué lors d'un parachutage, avec l'appui de l'appareil du PS, dans la quatrième circonscription de Charente aux législatives de 2007 face à la candidate, soutenue par la quasi totalité des élus PS du département. En 2012, il veut se présenter dans la 10ème circonscription de l'Essonne dont le député sortant est son ami Julien Dray qui ne devait pas se représenter mais quI... que ne ferait-on pas pour un ancien ami ? Ici, après un parachutage manqué, ce serait plutôt un retour au source, difficile, Malek Boutih étant membre du PS dans cette circonscription.


 

Jack Lang, le spécialiste : connu pour ses activité professionnelles à Nancy, il a été successivement membre du Conseil municipal de Paris, député élu dans le Loir-et-Cher, député européen, conseiller municipal et maire de Blois, conseiller régional du Nord Pas de Calais, député élu dans la 6ème circonscription du Pas-de-Calais dans laquelle il ne se représente pas, en 2012, par «choix politique et personnel ». Quasiment par dévouement féministe, une femme se présente pas dans cette nouvelle circonscription. Mais ses camarades ne se sont pas disputés pour le retenir.
Il est, pour l'instant, en attente d'une nouvelle circonscription... Dans ce long itinéraire, il a même visé un moment la mairie de Paris dont il a été détourné par une habile nomination au gouvernement Jospin.


 

Il est des parachutages plus glorieux comme celui de François Hollande après la victoire de Mitterrand qui est envoyé en mission face à Jacques Chirac, sur son propre terrain.



 

Conseillère municipale de Villeneuve-Saint-Georges, Val-de-Marne, conseillère régionale de l'Île de France, élue dans le Val-de-Marne, Cécile Duflot sera candidate dans la sixième circonscription de Paris où Me Danièle Hoffman-Rispal (PS), élue au second tour avec 57,81% des voix en 2007, ne se représente pas. Cécile Duflot ne prend pas de grands risques et ne fera pas augmenter le pourcentage de femmes à l'Assemblée nationale... Mais c'est une circonscription qui a été réservée par le PS pour des raisons internes. Est-ce pour Cécile Duflot le début d'une aventure qui vise, au moins, la mairie de Paris ?

 

 

C'est au moins la mairie de Paris qui semble visée par un parachutage sans risque à droite. Depuis 1981, François Fillon a été député, maire de Sablé-sur-Sarthe, président du Conseil général de la Sarthe, président du conseil régional des Pays-de-Loire, conseiller municipal de Solesme, sénateur de la Sarthe.

Pensant à son avenir, François Fillon se verrait bien élu député à Paris. Courageux mais non téméraire, il ne cherche pas une place à conquérir mais une place déjà conquise où il est assuré d'une élection facile. Même s'il n'est pas très chevaleresque pour cette personnalité « vieille France » de convoiter une circonscription en concurrence avec une femme (parité ! parité!), d'origine modeste, symbole de la diversité...


En effet, Rachida Dati, la maire du VIIème arrondissement, a des vues sur cette circonscription dont elle se pensait la légitime propriétaire. Malgré les faveurs dont bénéficie le premier ministre auprès des membres de leur organisation commune, Rachida Dati n'accepte nullement de céder sa place de parachutée à ce nouveau parachuté sur sa terre d'adoption...
Car en fait de parachutage, François Fillon ne fait que suivre l'exemple, avec 3 ans de décalage, de son ancienne ministre, qui a par ailleurs, tout au long de sa carrière mouvementée, bénéficié de nombreux et puissants parrainages, y compris celui du président de la République.

En suivant les déclaration des uns ou des autres, François Fillon étant le plus discret mais non ses francs-tireurs, ce combat de parachutés éclaire sur les mœurs de la République. Rachida Dati est « choquée que Fillon soit plus préoccupé par son avenir personnel que par la situation des Français »... « Il a dit à des ténors de la majorité qu'il allait être battu dans la Sarthe...Je veux une circonscription acquise à la droite ». Elle a affirmé que cette circonscription lui était réservée par le président de la République ce qui ne témoigne pas comme le parachutage de Fillon d'un « mépris pour la démocratie et les électeurs »... Elle dénonce par ailleurs la distribution d'avantages en échange de soutiens intéressés...

En face, une « camarade » de parti pense qu'elle « a été bien servie sur un plateau en or massif», maire du VIIème arrondissement et député européenne. Si certains pensaient que ces fonctions étaient des charges...


Mais derrière ce conflit banal entre carriéristes d'un même parti se profile une bataille plus importante entre le Calife et prétendants à la succession du Calife.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Billets
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 22:48

  Le FMI et l’UE ont décidé de suspendre leurs discussions... sur une éventuelle aide financière demandée par la Hongrie. Le FMI et l'UE estiment que la réforme de la gouvernance de la Banque nationale présentée par le gouvernement menace l’indépendance de l'institution. Selon le projet de loi, le gouvernement et le Parlement... pourraient nommer certains dirigeants de la banque.

Pour le quotidien de centre gauche Népszabadság..."l'UE commence déjà à renoncer à traiter avec le régime d'Orbán : pourquoi finançons-nous un système autoritaire, anti-démocratique et anti-européen ?"  Presseurop 19/12/11


 

À Londres, prendre le métro est devenu un luxe : selon une enquête, les bas revenus ne peuvent plus se payer tickets ni abonnements. Ils s'entassent donc dans les bus, moins chers mais moins pratiques. New Statesman-CI 15-21/12/11.

 

La cure d'austérité que s'est infligée l'Allemagne au cours des années 2000 a accru la pauvreté et les inégalités tout en affaiblissant ses capacités de croissance future. Alter éco décembre 2011.

 

Selon Eurostat, 12,2% de pauvres en Allemagne en 2005 et 15,6 en 2010 contre 13,5% en France. Chez les retraités, 13,4% de pauvres en Allemagne contre 7,4 % en France. Alter éco décembre 2011.


A la fin de 2010, la dette publique de la France était de 82,3% du PIB et de 79,9% pour le Royaume-Uni selon Eurostat. Le déficit public était de 10,3% du côté de Londres (un chiffre proche de la Grèce, 10,6%), et de 7,1% pour Paris. Une réalité des chiffres peu flatteuse pour les deux pays. Mais au lieu de les pousser à s'unir pour s'en sortir, ces données sont submergées par des ressentiments politiques. Libération 16/12/11.


 

L'Allemagne voulait placer 6 milliards d'euros d'obligations... et n'a réussi à en placer 3,84... La Bundesbank, la banque centrale allemande... s'est portée acquéreuse du reste de l'émission, à savoir 2,36 milliards d'euros ! N'est-ce pas curieux de la part d'un pays dont le gouvernement refuse obstinément que la BCE finance le budget des États par l'acquisition d'obligations sur le marché primaire... Benoît Borrits, Rouge & vert 07/12/11.

 

L'Écosse pourrait rejoindre la zone euro en cas d'indépendance, a déclaré le premier ministre écossais, accusant le premier ministre britannique, d'isoler la Grande-Bretagne au sein de l'UE. Le Monde16/12/11.

 

Paul Thomsen, représentant du FMI, a reconnu... à Athènes que le mémorandum signé entre la Grèce et la "Troïka" comportait des lacunes. Ce ne sont pas seulement les opposants populistes au mémorandum qui déclarent son échec… Le FMI lui-même approuve la plupart des critiques évoquées par ceux qui, depuis plus de 20 mois, annoncent l'échec inévitable de ce plan de rigueur. 15/12/11 Ta Nea - Grèce Eurotopics


 

Rien qu’en Suisse, les particuliers – européens pour la plupart – détiennent 1 560 milliards d’euros. Ils en possèdent 1 400 milliards en Grande-Bretagne, essentiellement dans les Îles anglo-normandes, 440 au Luxembourg, 78 au Liechtenstein. Tous ces pays se rendent ainsi complices d’évasion fiscale... Et comment réagit l’Europe ? Au lieu de s’indigner d’une seule voix, les capitales européennes abordent ces pratiques pourtant scandaleuses comme de vieilles traditions, des affaires diplomatiques. Concernant le Liechtenstein et la Suisse, de rares pays, dont l’Allemagne, ont voulu signer leurs propres accords de double imposition : l’idée est qu’une partie des dettes fiscales soit remboursée au pays d’origine des fonds au moyen d’un impôt forfaitaire. Ce type d’approche compromet le projet de la CE d’instaurer des échanges automatiques d’informations visant à dépister les fraudeurs – un projet également rejeté par le Luxembourg. Ce même Luxembourg qui prône si volontiers la solidarité européenne. Presseurop 14/12/11.


 

ALLEMAGNE : L'espérance de vie des personnes aux revenus les plus faibles est passée de 77,5 ans en 2001 à 75,5 ans en 2010... L'espérance de vie moyenne continue, elle, d'augmenter. Le Monde 14/12/11.


 

Dans une interview au Monde... le président français a estimé que la nouvelle Europe qui allait naître, serait "plus démocratique". Pourtant, elle se fera largement sans le PE, comme en témoigne la complexité juridique des réformes à venir et la montée en puissance des décisions prises entre chefs d’États lors de sommets européens à huis clos... Les parlementaires européens ont été terriblement indulgents envers le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy et le président de la CE, José Manuel Barroso, tous deux venus présenter les conclusions du 9 décembre... http://www.euractiv.fr/eurodeputes-reagissent-mollement-mise-ecart-article




« Les coûts salariaux unitaire ont évolué de façon presque identique pour la seule industrie manufacturière »... L'avantage de l'Allemagne est surtout dû à sa compétitivité hors-prix, comme les dépenses élevées en recherche et développement, le plus grand nombre de ses PME exportatrices ou sa spécialisation dans le haut de gamme. Le Monde 15/12/11.



Non, ils ne sont pas vraiment en colère parce que nous nous sommes opposés au nouveau traité sur la mise en place d’une union fiscale. Si nos frères et sœurs européens sont si chroniquement furieux contre les Britanniques, c’est parce que le temps a montré que nous avions absolument raison au sujet de l’euro.
Depuis plus de vingt ans, les ministres britanniques se rendent à Bruxelles pour répéter à quel point ils adorent toute cette histoire de marché unique, mais qu’ils ne sont pas sûrs qu’il soit très sage de vouloir se doter d’une union monétaire. Et depuis plus de vingt ans, certains d’entre nous rappellent qu’une union monétaire ne peut pas marcher sans union politique – et que cette dernière n’est pas envisageable sur le plan démocratique.
Nous vous avions prévenus qu’il vous faudrait une sorte de gouvernement central européen pour contrôler les budgets nationaux et la fiscalité, et que les peuples d’Europe ne l’accepteraient pas. Boris Johnson, maire de Londres, Daily Telegraph Presseurope 12/12/11.


 

Nous avons maintenant affaire non pas à une Europe à deux vitesses ou à deux niveaux, mais à une Europe du Royaume-Uni contre “le reste”. Dans son nouvel isolement, le Royaume-Uni gardera sans nul doute la tête haute. Comme les Iles Caïmans, le climat en moins. 12/12/11 The independent Presseurop


 

Dans la guerre économique et financière entre les États-Unis et l'Europe, cela joue un rôle important. Pour reprendre une image antique : il semble que la Grande-Bretagne soit le cheval de Troie des intérêts financiers anglo-saxons ayant pénétré l'UE. Paris dissimule ses faiblesses en s'alliant à Berlin. On est en droit de douter que Berlin tienne tête aux Britanniques." 12/12/11) Der Standard Autriche


 

Les trois principaux syndicats italiens se sont unis pour appeler le pays à cesser le travail durant trois heures... Une grève contre le plan de rigueur du gouvernement et notamment la réforme des retraites qui fait le plus grincer des dents. Euronews 12/12/11.


 

Après six ans de négociations, la Croatie a signé son traité d’adhésion prévue pour juillet 2013. Quant à la candidature serbe, elle ne sera examinée qu’en février prochain. Euractiv 09/12/11.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche