Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 20:45


"Puisque le peuple vote contre le Gouvernement, il faut dissoudre le peuple." (Bertolt Brecht)

Sarkozy, l'auto-rupture, le dépassement, vient de découvrir les avantages du référendum :
"Je crois que la meilleure façon de surmonter le blocage dans notre société, c'est de s'adresser directement au peuple français" (Le Monde 11/02/12). C'est probablement une autocritique, sur son comportement après l'échec du Projet constitutionnel de 2005. Il a fait adopter le traité de Lisbonne par la voie parlementaire. Bien entendu, ce ne sera pas pareil pour le nouveau traité. Avec le référendum, Sarkozy débloque (la situation).
Il ne fait pas de doute que le nouveau traité va être soumis à référendum. Enfin, faut espérer...

 

 

Pour le moment, les points avancés en vue d'un référendum touchent d'autres sujets :

Faute d'avoir réduit le chômage, Nicolas Sarkozy se propose de réduire les droits des chômeurs et veut soumettre la nouvelle législation contre les chômeurs à référendum. Même le très libéral Madelin s'étonne qu'au lieu de lutter contre le chômage, on s'attaque aux chômeurs !



Après des années de législation contre les résidents étrangers, après tout un arsenal législatif qu'il a mis en place en tant que ministre de l'Intérieur puis comme président, Nicolas Sarkozy veut aussi s'attaquer aux immigrés en mettant au point une nouvelle législation répressive qu'il veut soumettre à référendum. Il faut espérer qu'il pensera à mettre à l'abri les conjoints de président, de ministre, les pdg étrangers et les intermédiaires dans les affaires juteuses pouvant aider les amis dans leur campagne électorale...



C'est probablement dans cet esprit qu'il pense soumettre à référendum un changement dans la justice concernat la législation sur l'immigration. Il devrait en profiter pour supprimer les juges d'instruction quelquefois trop curieux et demander un serment d'allégeance aux magistrats du siège pour être plus sûr de leur soumission.



"L'écologie, ça commence à bien faire". Un référendum pour éliminer toutes ces personnes qui prétendent avoir des idées et n'ont pas l'accent de Neuilly, est nécessaire pour se débarrasser des débats inutiles sur les OGM ou le nucléaire.



La question des retraites est en partie résolue. Pas totalement cependant et un bon référendum sur la question pourrait permettre d'aller plus loin et comme il s'agit de traites sur l'avenir, la participation pourrait être réservée aux moins de 35 ans. Mais il ne faudrait pas exagérer et parler des retraites des présidents, des anciens ministres et de leurs conseillers ou des parachutes dorés et autres stock-options.



Un référendum pour interdire la délinquance, notamment des "jeunes des quartiers" arriverait-il à faire mieux que le célèbre "kärcher" dont l'efficacité n'a pas été fulgurante, semble-t-il. Tout en excluant la délinquance en col blanc des (beaux) quartiers pour éviter qu'elle ne s'expatrie vers d'autres paradis (fiscaux).



Même avec une administration préfectorale efficace, il est difficile de demander au président de se déplacer dans les 36 000 communes ou même dans la centaine de départements de France. Ce n'est que par référendum qu'on peut diminuer ou supprimer le pouvoir des élus locaux, faire disparaître les départements et mettre fin à l'embryon de décentralisation et aux dépenses sociales inutiles.



La construction coûte cher, le terrain est rare, surtout à Neuilly. Nora Berra a déjà suggéré, brièvement, aux sans-abri de ne pas sortir par les grands froids. Mais ils vont reparaître au moindre redoux. La solution ne serait-elle pas, par référendum, d'interdire les sans-abri en ville ? Sans qu'il soit nécessaire de construire des villes à la campagne.



Une façon d'alléger le budget social de la nation serait de soumettre à référendum une réforme profonde qui permettrait d'accorder le bénéfice des lois sociales aux seules personnes, françaises, ayant cotisé toute leur vie sans interruption, de leur attribuer le minimum vieillesse, de réserver les allocations familiales aux enfants des personnes, de sexe différent, mariées religieusement.



Pour répondre au souhait du ministre du travail, il faut installer la délation d'Etat et mettre dans la presse le nom des fraudeurs aux allocations sociales, il n'est pas nécessaire de mettre en place un référendum, une circulaire devrait suffire qui fera bien attention de ne pas confondre fraude aux allocations sociales et fraudes aux cotisations sociales.



Mais le référendum final qu'il faudrait mettre en place, le seul qui résoudrait tous les problèmes, c'est le référendum qui approuverait la suppression du peuple.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 20:22

Le Monde daté du 08 février 2012 s'est laissé aller à quelques titres douteux.



Ainsi, ce titre, jeune, moderne, dans le coup : « Mélenchon-Le Pen, le match des populismes ». Voici donc que « Le Monde », journal dont le fonds de commerce est bien plus la politique que le sport, ramène un débat important à un match ? Un journaliste, pour avoir proposé des gants de boxe lors d'un débat, a perdu sa place à télévision. Qui fera le ménage au Monde ?
Il fut une époque où un journal de qualité, même s'il n'était pas parfait, défrichait et nous aidait à voir, à comprendre ce qu'il y avait d'important dans des faits, situation ou événement.

 



Ce titre ramène le débat politique à un affrontement de personnes sur un terrain méprisé le populisme. Ne reste plus qu'à organiser les paris ! Le désenchantement de la politique, l'abstentionnisme, la montée de la droite extrême et de l'extrême droite sont suffisamment inquiétants pour mériter une réflexion sur les moyens d'y faire face, en les discutant. Il ne faut pas oublier que le premier parti de France est celui des abstentionnistes !




Le même jour un autre titre pouvait attirer l'attention :« L'école française doit délier les langues. Un rapport présenté le 7 février au ministre Luc Chatel préconise une sensibilisation aux langues étrangères avec des natifs dès la maternelle. »

 



Un titre rédigé par un journaliste qui a la langue plutôt liée. En effet, natif : « est spécialement employé pour une personne originaire d'un pays peu civilisé, un indigène : c'est alors un emprunt (1829) à l'anglais native de même origine qui correspond à « celui qui est dans la servitude » (1450) et à « celui qui appartient à une race peu civilisée »(Le Robert  Dictionnaire historique de la langue française).

 

 

 

Que veut dire le titre du Monde ? Que l'enseignement des langues étrangères sera réservé à des « natifs », de jeunes Français nés en France et un peu primitifs (les natifs que d'autres, avec le même bonheur d'écriture, appellent les « souchiens » ?), probablement parce qu'ils ne parlent pas une autre langue que le français à la maternelle ? Que les autres, nés à l'étranger et donc non natifs, non indigènes, en seront dispensés parce qu'ils sont supposés parler une autre langue ou qu'ils en seront exclus ? Par le rapport ? Par le ministre ou par le Monde ?

 

 

La qualité de la langue n'est pas seulement une forme d'élgance. Elle est une nécessité.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Billets
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 12:45

Depuis quelque temps, Nicolas Sarkozy envoie des signes de détresse. Ce qui ne veut pas dire que les jeux sont faits mais qu'il pense que les jeux sont faits.

Il avait annoncé que sa seule arrivée rétablirait la confiance de la finance, il a donc fait la fête avec ses amis, les bras pleins de cadeaux fiscaux et un comportement de nouveau riche. Cela n'a pas rétabli la confiance et cela n'a pas plu à tout le monde..

Il s'est jeté dans les bras de Bush, le puissant du moment, proposant de faire en France sa politique qui s'est terminée par un fiasco. Devant la froideur d'Obama, il n'a plus juré que par l'Allemagne... Après avoir paradé en Sarko l'Américain, certains disent, pudiquement, Sarko le Berlinois. Disons... l'Européen, mais c'est Madame qui porte la culotte. Lui est plus ou moins obligé de courir derrière.

La faiblesse persistante dans les sondages a jeté le trouble dans les troupes et fait  prendre de conscience de leur erreur à certains qui avaient voté pour lui et même à quelques ministres rappelés à l'ordre.
Elle a aussi semé le doute au sommet. Celui qui n'aime rien plus que les batailles électorales fait appel au renfort. Angela Merkel ne rechigne pas trop pour se déplacer et soutenir celui qu'elle appelle M. Bla Bla... Il n'est pas encore candidat, elle l'est déjà. C'est dire l'urgence.
Pour convaincre quelques dissidents de renoncer à se présenter à la présidentielle, des places ont été gelées aux législatives pour leurs faibles troupes malgré la crainte des députés sortants de l'UMP pour leur réélection...
Déjà de fidèles soutiens prennent leurs dispositions en se faisant recaser discrètement, d'autres encore plus discrètement prennent langue pour faire part de leur disponibilité au changement. Quant au fidèle parmi les fidèles, il quitte la Sarthe, avec un grand bruit « rachidien » qu'il aurait bien voulu éviter, pour marcher sur les traces de Chirac, se rapprocher de l’Hôtel de ville de Paris et, qui sait, de l'Elysée.

Il était le seul à pouvoir protéger les Français. Du déclassement par les agences de notation et voici que Standards & Poors déclasse. Du chômage et voilà qu'il augmente. Le tout à quelques mois des élections. Et, dans les deux cas, avec perspective négative, d'après l'agence pour le classement et Xavier Bertrand pour le chômage.

Pour essayer de regagner quelques points dans ces sondages, Nicolas Sarkozy joue des  fausses confidences, aujourd'hui appelées déclarations off devant 14 journalistes chargés de les diffuser largement.
Dans ce moment de détresse affichée, il fait savoir qu'il regrette certains comportements : le coté bling-bling de parvenu qui a pu choquer, certaines réactions face aux journalistes qui ont pu le desservir. Mais tout cela est terminé...
A la veille du second tour de l'élection présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy annonçait une retraite dans un couvent pour préparer son entrée en fonction de président. Il fallait comprendre séjour sur le yacht Bolloré. Aujourd'hui, il est question de Carmel, au cas où il ne serait pas réélu. Il avait aussi annoncé son engagement dans les affaires. Craignons le pire…

Mais il ne regrette en rien les mesures prises qui ont augmenté le déficit en allégeant les impôts des plus fortunés. Qu'il veut aujourd'hui partiellement remplacer par la TVA dite sociale (payée par tous).
Ah ! Ce débat sur la TVA « sociale », bien localisée. Les Français ont dû entendre des voix et les députés de l'UMP aussi : Nicolas Sarkozy n'a jamais parlé de TVA sociale. Et cette taxe sociale n’entraînera pas une augmentation des prix, sauf pour le caviar. Le Figaro a déjà fait le calcul... Et cela l'inquiète. La boîte de 50 grammes que chaque Français consomme quotidiennement devrait, nous apprend le journal, passer de 76,93 euros à 77,96 euros. Ce qui prouve bien en passant le coté social de cette TVA.

L'inconstance verbale de Nicolas Sarkozy est connue. Il dit ce qu'il croit nécessaire pour attirer des voix à un moment donné, quitte à dire le contraire quelques mois plus tard. Il était pour l'union civile des couples homosexuels, il est opposé à leur mariage ; il n'était pas défavorable au droit de vote des résidents étrangers, il est contre ; il était pour la discrimination positive, il fait de plus en plus dans la discrimination tout court ; il était contre le référendum pour ratifier le traité de Lisbonne, il est pour le référendum pour persécuter les chômeurs...

Cette inconstance verbale traduit aussi la détresse d'un président qui se sent piégé et qui cherche désespérément une solution. Quelle qu'elle soit. Il faut espérer qu'il ne la trouvera pas . Car si Nicolas Sarkozy est inconstant dans ses déclarations, il est constant dans ses actions. Pour donner plus à ceux qui ont plus. Et moins à ceux qui ont moins.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 00:02

Le candidat de la gauche radicale a fixé un autre rendez-vous, le 29 février. Ce jour là, la Confédération des syndicats européens qui, chose rare, s’est prononcé contre le traité sur la discipline  budgétaire a appelé à manifester contre l’austérité partout en Europe. Le Monde 10/02/12.

Mario Monti : « L’Europe ne sera pas une place où il fait bon vivre d’ici 5 ans si nous n’avons pas résolu notre problème de croissance » Le Monde 09/02/12.

Le syndicat allemand IG Metall a estimé… qu’une hausse des salaires de 6,5% était une nécessité économique afin d’assurer aux salariés  une participation juste à la croissance Les négociations… débuteront mi-mars. Le Monde 09/02/12.

Nicolas Hulot : « On sait  ce qu’il faut faire : agir  au niveau européen, pour réformer les excès du capitalisme, mettre fin aux spéculations sur les matière premières, empêcher les banques de spéculer avec l’épargne des Français ». Le Monde 09/02/12.

Si la Grèce est parmi les pays où l’on travaille le plus longtemps, la productivité y est l’une des plus basses de la zone euro. Le Monde 08/02/12.

Mais ce qui est quasi répugnant c'est de voir comment les deux membres du couple instrumentalisent la crise grecque pour des slogans conservateurs. Merkel, membre d'un parti de même orientation, et Sarkozy qui se traîne à ses pieds doivent être bien paniqués pour en venir à de telles extrémités… La chancelière redoute que sa dictature de l'austérité en Europe prenne fin si Hollande s'installe à l'Elysée en mai. Mais cette affaire revêt également un nouvel aspect intéressant : clairement, la politique européenne est devenue politique intérieure, et inversement - et ce au sommet de l'Etat." Der Standard (Autriche) Eurotopics (08.02.2012)

Après la droite, c'est à la gauche allemande de se mêler de la campagne électorale en France ! Le parti social-démocrate allemand (SPD) a déclaré, à son tour, vouloir soutenir François Hollande. Selon le journal Franfkurter Rundschau du 8 février, la vice-présidente du SPD Hannelore Kraft a annoncé l'engagement des socialistes allemands en France. Le journaliste indique que le président du parti, Sigmar Gabriel,  se déplacera au moins une fois en France pour se montrer aux cotés de François Hollande. Euractiv 08/02/12.

L’opposition allemande social-démocrate ne s’est quant à elle pas non plus privée de décocher quelques flèches contre Angela Merkel et Nicolas Sarkozy. Ils ont "servi aux Allemands et aux Français des flagorneries politiciennes" au lieu de s'intéresser aux "questions urgentes" : "créer de la croissance pour sortir les Etats du cercle vicieux de la dette", "faire une Europe plus sociale et plus démocratique", a déploré l’un des chefs de l’opposition du Parti social-démocrate (SPD), Sigmar Gabriel JDD 07/02/12.

François Hollande : Et de souligner à l'adresse du pouvoir allemand : "Que les choses soient bien claires", le traité "ne sera pas ratifié lorsque l'élection présidentielle aura lieu". "Il ne sera ratifié qu'après, si le Parlement en décide. C'est le Parlement qui ratifie les traités, ce ne sont pas les chefs d'Etat ou de gouvernement"… avant d'ajouter : "Seuls les Français décideront." JDD 0702/12.


Ceux qui respectent le mieux les critères de Maastricht : 5/5 : Danemark, Finlande, Suède et 4/5 : Bulgarie, Slovénie, Estonie…L'Allemagne ne fait que 3/5, France, Royaume-Uni, Italie, 2/5, .Huffingtonpost 07/02/12.


« Il y a de bons arguments qui plaident en faveur d’une relance d’investissements publics. L’Espagne et l’Irlande ont été victimes du secteur privé. Cela est dû au traité de Maastricht qui disait que les dépenses privées étaient une bonne chose et que les dépenses publiques étaient une mauvaise chose » (Mario Monti). Revenir sur la logique de Maastricht tout en renforçant l’intégration européenne ne sera pas facile. Pourtant, c’et la seule solution que voient les dirigeants présents à Munich. Le Monde 07/02/12.


Avec le nouveau traité, les Européens se sont embarqués dans un processus à la fois inutile, inadapté et risqué. Alter éco février 2012.


La France ne soutient plus le projet pénalisant les carburants « sales ». Le texte de la CE sur la qualité des carburants vise en particulier les très polluants sables bitumeux. Le Monde 5-6/02/12 .

 
Des parlementaires de l’opposition irlandaise ont lancé… une pétition destinée à obtenir du chef de l’Etat l’organisation d’un référendum sur le nouveau traité européen. Le Monde03/02/12.


« Je ne peux pas m’imaginer que la France ne transpose pas  la règle d’or » a insisté Me Merkel tandis que la République tchèque a annoncé qu’elle ne signerait pas  le texte, tout comme le Royaume-Uni. Le Monde01/02/12.

 

Il y a eu un accord très important... sur le pacte budgétaire européen. Je ne comprends pas que l'on ne s'en serve pas plus ! Tous les socialistes européens ont signé ce texte. Le PS est le seul en Europe à s’y opposer. Voilà le vrai débat que l'on devrait avoir : ce serait un beau débat pour le président ! Il faudrait que l'on mette les socialistes face à leurs responsabilités ! Ils sont la menace d'un nouvel abaissement de la note de la dette française. Lionel Luca, député UMP, JDD 31/01/12.


Tous les deux ou trois ans, il faut apparemment ajouter un nouveau traité à chaque fois vendu comme la panacée qui va, cette fois c'est sûr, nous apporter l'emploi et la prospérité. Evidemment, personne n'y croit plus…
Le nouveau traité limite à 0,5 % les déficits primaires annuels autorisés et prévoit des sanctions automatiques pour les pays dont le déficit passerait la barre des 3 % de produit intérieur brut….
Au Printemps de chaque année, les gouvernements enverront leur projet de budget à Bruxelles pour approbation, réduisant les Parlements nations au rôle de simple chambre d'enregistrement. L’Observatoire de l’Europe 31/01/12.

La France n'a pas correctement transposé dans son droit national la définition des emballages et des déchets d'emballages prévue par la législation européenne. Si l'avis rendu par la CE le 26 janvier reste sans suite dans un délai de deux mois, l'exécutif européen pourra saisir la Cour de justice de l'Union. EurActiv 30/01/12.

« L’Europe doit ajuster son modèle économique, et non pas y renoncer, » a déclaré Philippe Le Houerou, Vice-président de la Banque mondiale pour l’Europe et l’Asie centrale. Lettre de la Fondation Robert Schuman 30/01/12.

Grèce, où le Smic a décru de 700 à 590 euros… Royaume-Uni, pays qui concentre à lui seul un cinquième des jeunes chômeurs en Europe, l’allocation versée aux Britanniques de conditions modestes en vue de poursuivre leurs études après 16 ans a été supprimée début 2011… Espagne, la transformation du CDD en CDI au-delà de 30 mois passés dans une même entreprise est suspendue pour les deux prochaines années… Mariano Rajoy … ne fait d’ailleurs pas mystère de son intérêt pour les « mini-jobs » défiscalisés et plafonnés à 400 euros par mois, calqués sur le modèle allemand… Le gouvernement français est quant à lui convaincu des vertus de l’apprentissage. En recrutant un apprenti, les PME sont généreusement dédommagées de façon à couvrir la quasi-intégralité des charges patronales pendant un an. Mais les résultats ne sont pas au rendez-vous et les contrats signés ont reculé entre 2008 et 2010…
Allemagne. La santé insolente du pays a permis de ramener le taux de chômage des jeunes à 8%. « Tous les indicateurs sont au vert »… A condition d’en accepter le prix : depuis 1995, la part des salaires réels des Allemands est passée de 100% de la moyenne de la zone euro à 88%, pendant que la productivité du pays s'est maintenue à un très bon niveau. Une forme de distorsion qui a stimulé les exportations allemandes mais a "créé les conditions d'une crise économique prolongée" en Europe, prévient l'Organisation internationale du travail. Euractiv 30/01/12.

La France refuse que les pays non membres de l’union monétaire assistent aux sommets de la zone euro. L’Allemagne, en quête d’alliés pour de futures coalitions, soutient au contraire cette idée. Euractiv 27/01/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 16:22

(Commentaires reçus  en fin d'article)

 

Les poules sont-elles bien logées ?

Eh bien non ! C'est le constat que fait la Commission européenne qui s'en inquiète d'ailleurs. Elle vient de rappeler à 13 pays de l'Union européenne dont la France qu'une poule pondeuse, dans les élevages en batterie, doit disposer au minimum de 600 cm2 (Le Monde 01/02/12). Nous ne pouvons que soutenir la CE dans ce juste combat et féliciter le commissaire européen qui, au milieu de la tempête économique et financière, est encore assez optimiste pour visiter les poulaillers de l'Union.
Mais il est difficile de ne pas mettre en relation cette information et celle paru quelques jours plus tard qui annonce que 470 personnes mortes de froid en Europe dans les pays avec ou sans poules exploitées en batterie. La CE ne semble pas dire grand chose sur cette question.

Malheureusement, le logement n'est pas de compétence communautaire, Iil n'y a pas de commissaire pour se pencher sur la question. Et la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne ne parle pas de droit au logement : "Afin de lutter contre l'exclusion sociale et la pauvreté, l'Union reconnaît et respecte le droit à une aide sociale et à une aide au logement destinées à assurer une existence digne à tous ceux qui ne disposent pas de ressources suffisantes, selon les modalités établies par le droit communautaire et les législations et pratiques nationales" (article 34-3).

Mais qui connaît le commissaire qui a en charge le logement des poules ? D'ailleurs quelle que soit leur fonction, les commissaires européens sont peu connus, y compris de leurs compatriotes. Mais c'est Michel Barnier, commissaire français en charge du Marché intérieur, qui est le plus mal connu de ses compatriotes. Seules 8% des personnes interrogées en France affirment avoir entendu parler de lui !

A défaut de compétence européenne, il y a la compétence nationale, régionale, communale... Dans certains pays de l'Union il existe un droit au logement dans la Constitution (Belgique, Espagne, Pays-Bas, Portugal, Finlande, Grèce ) ou sous forme législative faisant le plus souvent obligation aux communes de prendre cette question en charge (Danemark, Iralnde, Luxembourg, Royume-Uni).. (1)

En France, nous avons depuis mars 2007, la DALO (droit au logement opposable). Il n'y a donc plus de problème. Mais, il ne semble pas que quelques pages de journal officiel soient assez efficaces pour protéger des grands froids (2).
C'est pourquoi Nora Berra, secrétaire d'Etat à la Santé, donne quelques conseils dans cette période difficile sur son blog que les "sans abri" consultent régulièrement : "Je rappelle, dans le cadre de la vague de froid qui s'abat actuellement les principales mesures à adopter en cas de grand froid, notamment pour les populations vulnérables (sans-abri, nourrissons...)... En cas de grand froid, je recommande aux personnes les plus vulnérables d'éviter de sortir" (3).

La situation est sous contrôle. Tout est donc parfait !

1 - http://www2.logement.gouv.fr/actu/logeurope/default.htm
2 - Loi n° 2007-290 du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale, publiée au Journal officiel du 6 mars 2007.
3 - La note de son blog a été modifiée, et la mention "sans-abri" a été rayée de la liste des personnes "les plus vulnérables" à la suite après avoir été diffusée largement sur le réseau social. Nouvel Obs 08/02/12.

 

 

Je dois dire qu'aucun de mes textes précédents n'a suscité autant de commentaires : 3 en 2 jours. Une brève réponse à la suite de ces commentaires.

 

 

salut Paulo,
tu aurais pu faire remarquer que dans sa grande bonté, l'Europe permet à chaque poule de se loger sur une feuille de papier A4
et conclure: "acheter des oeufs de poule élevées au grand air, voire en plein champ"
Pour le reste, cela montre que les Etats s'occupent des SDF, la commission des poules et qu'ainsi les vaches seront bien gardées...
tu en as d'autres des comme ça?
à+

  P. Gi.

 

¨Les poules sont-elles bien logées ? (Commentaires de A.G.)

Eh bien non ! C'est le constat que fait la Commission européenne qui s'en inquiète d'ailleurs. Elle vient de rappeler à 13 pays de l'Union européenne dont la France qu'une poule pondeuse, dans les élevages en batterie, doit disposer au minimum de 600 cm2 (Le Monde 01/02/12). Nous ne pouvons que soutenir la CE dans ce juste combat et féliciter le commissaire européen qui, au milieu de la tempête économique et financière, est encore assez optimiste pour visiter les poulaillers de l'Union.
Mais il est difficile de ne pas mettre en relation cette information et celle paru quelques jours plus tard qui annonce que 470 personnes mortes de froid en Europe dans les pays avec ou sans poules exploitées en batterie. La CE ne semble pas dire grand chose sur cette question.¨

 
Commentaire: Paul Oriol (ici en copie), semble faire partir de la branche humaniste qui pense que des humains meurent, ou sont mal traités, alors la maltraitance animale n´est pas une priorité aussi élevée.

Je vois les choses différement: quand on admet l´idée de faire souffrir un être vivant pour le profit, pourquoi alors ne pas continuer avec les humains? (Esclavage, prostitution forcée,  etc...)
Est-ce que gaver les oies, ou canards pour provoquer une cirhose du foie chez ces volatiles améliore la condition humaine, au point de justifier cette torture? 
J´aime le fois gras, mais une vie de torture d´un volatile pour quelques minutes de plaisir humain?
Ici faire souffrir des volailles permet-il de d´atténuer des souffrances humaines?
Est-ce que torturer un poussin de sa naissance à sa mort est une chose nécéssaire, utile?
In fine, est-ce que je pose ces questions correctement?
Sur une note rationelle, le trés faible espace vital de poules les amèment à se blesser trés souvent (griffures), alors ces blessures s´infectent et poules et poulet meurent: ca diminue le profit.
Pour éviter cela on les gave à présent d´anti-biotiques... que les humains ingèrent quand ils mangent ces animaux.
Et cela n´est pas sans de sérieux et multiples inconvenients, à présent bien documentés.
.

Un commentaire d'un lecteur sur Agoravox.

Résumons : parce que des humains meurent de froid il est acceptable de traiter des millions d’animaux comme de simples choses, d’industrialiser la torture ?

Voyez, derrière de bonne intentions humanistes se cachent inconsciemment les réflexes les plus fascisant qui soient. 
On vous aurez pu vous parler des pubs pour parfums ou des croisières aux caraïbes vous n’auriez pas tiquer, mais qu’on vous suggère un instant un peu de compassion pour vos victimes et là c’est l’indignation
Vous ne valez donc pas mieux que les puissants que vous critiquez. 
Car elle est là l’angoisse du faible, plus que la peur du fort, c’est de perdre son droit à martyriser plus faible que lui. 
C’est pourquoi il n’y a pas d’espoir. 
Triste texte.

Il est évident que je préfère l'homme aux poulet sur tout quand ils est saignant bien rouge. Mais comme on en trouve difficilement dans le commerce et au restaurant, je me suis résolu , depuis quelques temps, à ne plus manger de viande (sauf exceptionnellement quand des amis m'invitent chez eux). Mais je mange encore des oeufs et du poisson, notamment au restaurant.
Reste qu'il y a des fascistes végétariens et même végétaliens.
Je ne sais pas comment m'en sortir. PO.


 

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Billets
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 23:43

Le nombre de millionnaires adultes en dollars, pour un couple, il faut avoir 2 millions. En 2011, le calcul de la banque suisse (Crédit suisse), la Finlande en compte 80 000, l'Allemagne 1,75 million, l'Italie 1,54 million... et la France  2,61 millions !  Près de 9% des millionnaires de la planète se trouvent  sur le territoire hexagonal...
Un quart de leur patrimoine suffirait  à diviser par 2 la dette nette de l’État...
Les  millionnaires représentent  5% de la population adulte en France... et seulement 2,6% en Allemagne. Comme les millionnaires sont plus souvent inscrits sur les listes électorales et participent plus aux scrutins électoraux, ils peuvent représenter un douzième des  votants... Cela ne justifie-t-il pas une politique de préservation des gros patrimoines au détriment des finances publiques ? Le Monde 31/01/12.



Avec 26% des actions, Dassault  pilote la stratégie de Thalès ou encore celle de DCNS dont il détient indirectement 9% du capital. Le Monde 31/01/12 .



La France est le seul pays industrialisé avec l'Italie de Silvio Berlusconi où de grandes entreprises de presse appartiennent à des industriels et pas à des groupes de médias. Le Monde 02/02/12.



La crise de la zone euro n'a d'ailleurs rien à voir avec le coût  de sons système social. Des économies avec un fort État-providence ne s'en sortent pas si mal. Regardez la France....Au final, la production horaire est la même qu'aux États-Unis. En aucune manière, cette crise ne montre l'échec de ces systèmes sociaux..Paul Krugman, Le Monde 31/01/12.




Il (Richard Descoings) livre enfin un dernier argument: "un étudiant peut-il me dire droit dans les yeux que quand il sera cadre dirigeant, il n’espère pas gagner quatre fois plus que dans son premier emploi ?"
Fascinante vision du monde. Le directeur de Sciences Po, école publique dont les salaires sont financés à 85% par l’État, n'envisage pas un seul instant qu'un seul de ses étudiants, s'il est sincère, puisse avoir un autre ressort dans la vie que de gagner beaucoup d'argent. Il faut remercier Libé et Richard Descoings de nous montrer, en quelques répliques, comment les valeurs du service public ont été pourries par celles de l'argent, et comment le système ainsi édifié fabrique son auto-justification, laquelle, au total, produit une sorte de chef-d’œuvre d'auto-aveuglement. Daniel Schneidermann Arrêt sur image 31/01/12.




Il n'y a pas d'élites mondialisées. Seules 5% d'entre elles (principales entreprises de Chine, Japon, États-Unis, Allemagne, France, Grande-Bretagne) sont gouvernées par des étrangers, qu'elles soient multinationales ou non... En 2010, plus d'un tiers des administrateurs des grands groupes suisses étaient étrangers. Le Monde29-30/01/12.

 

 

 

Pfizer (laboratoire pharmaceutique) bénéficie des conseils éclairés du Dr Jérôme Cahuzac, député du Lot-et-Garonne mais surtout Président de la Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire à l'Assemblée Nationale.
Et enfin, pour ne prendre aucun risque, l'Agipharm a eu le plaisir d'inviter à plusieurs reprises le député socialiste de Paris Jean-Marie Le Guen aux États-Unis. Agoravox 27/01/12.




Depuis 30 ans, en Amérique du Nord comme en Europe, les inégalités se creusent. Au point, dit l'enquête du FT (Financial Times,) qu'elles menacent les fondements de nos démocraties, sociétés de consensus, ancrées dans de classes moyennes majoritaires. Les États-Unis connaissent une inégalité de revenus sans précédents depuis presque un siècle. Le Monde 27/01/12.




L'International Herald Tribune, l'édition internationale du New York Times... « Les changements sérieux que M.Hollande a proposés ne sont pas effrayants et ceux qui sont effrayants ne sont pas sérieux ». Rapporté par Rue 89 26/01/12.




Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, dans les quelques 3000 communes de plus de 3 500 habitants, seules statistiques disponibles, 991 étrangers communautaires se sont présentés en 2001 (aux élections municipales) et 1205 en 2008 ; 204 ont été élus en 2001 et 396 en 2008. Un chiffre en progression, tout comme celui des ressortissants communautaires inscrits sur les listes électorales. Le Monde 26/01/12.


.
« Je vais vous confier mon secret que j'ai gardé depuis longtemps : j'aime les gens  comme d'autres sont fascinés par l'argent ». François Hollande au Bourget Le Monde 24/01/12.




A temps plein, les femmes gagnent 20 % de moins que les hommes. Tous temps de travail confondus, l’écart est de 27 %. Observatoire des inégalités Janvier 2012.



 

 Le gouvernement français a accepté que les entreprises françaises puissent recourir au chômage partiel, mais l'enveloppe dégagée en 2009, et gérée par l'Unedic (la caisse d'assurance-chômage), ne s'élève qu'à 150 millions d'euros. Et en Allemagne ?... entre décembre 2008 et janvier 2011... l'Agence allemande pour l'emploi a déboursé plus de 7 milliards d'euros.
Selon une évaluation de l'OCDE de 2010, 221.500 emplois ont été sauvegardés en Allemagne contre… 18.000 en France. JDD.fr 18/01/12.

 



« Nous estimons qu'un processus de réforme basé sur le seul pilier de l'austérité fiscale risque de devenir contraire au but recherché alors que la demande intérieure baisse en même temps qu'augmentent les préoccupations des consommateurs au sujet de la sécurité de l'emploi et de leur revenu disponible, érodant les recettes fiscales des pays », déclare Standard & Poor's dans son communiqué. Rue89 14/01/12.


Près des deux tiers des 10,1 milliards de réduction d'impôts liées au quotient familial le sont par les 11 % les mieux lotis des foyers fiscaux (en supposant que la charge d'enfants est la même pour chaque décile de la distribution des foyers fiscaux, ce qui n'est sans doute pas totalement vérifié, voir page 201 et suivantes du rapport du Conseil des prélèvements obligatoires). 900 € en moins par an, c'est une réduction de niveau de vie quasi imperceptible pour le dixième le plus aisé des familles qui disposent toutes d'un niveau de vie d'au moins 36 000 € par unité de consommation, alors que 900 € en plus pour des familles qui, dans le dixième le moins favorisé de la population, disposent toutes actuellement de moins de 10 400 € par an et par unité de consommation, c'est une amélioration sensible de leur niveau de vie (de l'ordre de 8 % au moins, voire davantage pour les familles qui perçoivent moins que ce seuil).
Le quotient familial, qui n'est plus appliqué en Europe que par deux pays (Luxembourg et Suisse) Denis Clerc Alter éco web 11/01/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 00:17

60 engagements de F. Hollande dont 5 propositions concernent directement l'UE :
- conclure un « pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance »,
- création d'euro-obligations,
- signature d'un nouveau traité franco-allemand,
- mise sur pied d'une politique commerciale européenne anti-dumping social et environnemental,
- contribution climat-énergie aux frontières de l'Europe. Euractiv 26/01/12.



Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont identifié six priorités en faveur de la croissance et de l'emploi… L'initiative européenne en faveur de la croissance, présentée par la CE le 23/11/11 comme "la contribution clé au Conseil européen des 1er et 2 mars" n'est pas évoqué…
"Le Conseil européen devrait envoyer des signaux forts en faveur de la croissance et de l'emploi" … mettre l'accent sur 6 priorités :
La lutte contre le chômage, des jeunes en particulier ;
Le développement d’outils pour le financement des entreprises ;
Une meilleure utilisation des fonds européens ;
Un renforcement de la réglementation des marchés financiers ;
La modernisation des administrations publiques ;
Un accès facilité aux marchés de pays tiers.
Ils mandatent… la CE pour préparer une "analyse détaillée […] de l’évolution de la compétitivité des Etats". Le sommet européen de début mars doit permettre… de déterminer comment atteindre plus rapidement les objectifs de la stratégie Europe 2020 et accélérer la mise en œuvre du pacte "Euro Plus".EurActiv.fr 25/01/12.



Croatie ; « Au revoir les Balkans »… le plus grand quotidien croate. L’adhésion à l’UE « permettra à nos enfants de fuir le bourbier des Balkans dans lequel les générations précédentes ont pataugé pendant des siècles », s’est enthousiasmé l’analyste Sasa Ljubicic… L’UE, profitant de son attractivité, a obligé Zagreb à livrer ses criminels de guerre, à abandonner sa rhétorique nationaliste et à se transformer en véritable État de droit. La Croatie deviendra, après la Slovénie, le deuxième État issu de l’ex-Yougoslavie, à rejoindre l’UE. Jean Quatremer 23/01/12.



Les Croates ont massivement approuvé le 22/01/12, l’entrée de leur jeune république dans l’UE... Le « oui » l’emporte avec 64% des voix…. Seule ombre au tableau, la faible participation (44%)… Le 1er juillet 2013, après ratification par les autres membres, la Croatie deviendra le 28e État membre de l’UE. Le Monde 24/01/12.



Selon un texte adopté par le PE, les États seront bientôt obligés de recycler davantage de produits électroniques et d'en exporter moins vers l'Afrique. Euractiv 20/01/2012



« Le premier geste d’un véritable pouvoir politique européen serait de placer la BCE sous son autorité… Il ne suffit pas de convoquer tous les ans le PE pour avoir une véritable démocratie. Celle-ci reste formelle si elle ne réussit pas à produire une véritable communauté.
Aujourd’hui, Goldmann-Sachs a supplanté l’ENA pour ce qui est des élites européennes. J’ai peur que nous n’ayons d’autre choix que de faire émerger une politique européenne. Anré Orléan Le Monde 23/01/12



La CEDH a sanctionné la France, en 2010, considérant que le procureur n’était pas  une autorité judiciaire au sens du procès équitable. Comme souvent en matière de libertés publiques, le salut est européen ; loin du supprimer le juge d’instruction, il est urgent de sortir le parquet  de la relation incestueuse qui l’unit au pouvoir.
La CEDH condamne la France : « Pour avoir enfermé en 2007, pendant 15 jours, une famille kazakhe en attente d’expulsion dans un centre de rétention avec leurs 2 enfants âgés de 5 et 3 ans ». Le Monde 21/01/12.



La CE  a ouvert… une procédure formelle en matière d’entente et d’abus de position dominante visant les entreprises françaises SAUR, Suez Environnement-Lyonnaise des eaux et Veolia. Le Monde 19/01/12.



Taux de chômage Données 2009 Observatoire des inégalités Janvier 2012

                                              Homme    Femme    Ensemble
Français                                  8,3              8,9             8,6
Tous Étrangers                     17,9            17,5          17,8
Étrangers UE                        NS              NS              9,0
Étrangers Non UE               23,3             23,8         23,6
Ensemble                               8,9               9,4           9,1

 

 

Une autre Europe est possible. Une Europe où la finance n’est pas un jeu pour automates débiles ou traders post adolescents mais une activité sérieuse au service des États et des entreprises… Une Europe qui sait compter dont les membres ne dépensent pas plus que ce qu’ils gagnent…
Une Europe qui se donne les moyens de dominer au lieu de subir les marchés financiers pour faire émerger enfin l’Europe des peuples… Edouard Tétreau, Le Monde18/01/12.

 


 

Oskar Lafontaine n'a pas mâché ses mots : « Nous allons travailler à dégager Sarkozy, [...] dégager tous ceux qui servent les marchés plutôt que les hommes et les femmes de nos pays ! ». Puis Jean-Luc Mélenchon a fait preuve de réciprocité : « Nous allons frapper, frapper et encore frapper la droite qui dirige l'Europe et en particulier madame Merkel et monsieur Sarkozy. Madame Merkel, non pas parce qu'elle est allemande mais parce qu'elle est libérale de droite. »  Rue 89 19/01/12.

 


 

"La France fait encore parti des États qui perçoivent le PE comme un lieu de passage, soit en récompense de services rendus si l’élu débute sa carrière, soit en tant que salle d’attente pour les hommes politiques de plus grande envergure". Ainsi, les élections législatives de juin 2012 pourraient être l’occasion d’une migration parlementaire de Bruxelles vers Paris… Au total, une douzaine de parlementaires sur les 74 que compte la délégation française au PE…
Chez les Allemands, les départs sont extrêmement rares. Aucun n'est à signaler depuis les élections de 2009 http://www.euractiv.fr/deputes-europeens-voudraient-rentrer-paris-article?utm_source=Newsletters&utm_campaign=efb3b1ae9e-Quotidienne&utm_medium=email.fr

 


En désaccord sur les salaires et les traitements des membres de la fonction publique européenne, la CE et le Conseil se poursuivent mutuellement devant la Cour de justice. Le Monde 15-16/01/12.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Polo a lu
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 09:18

La France a donc perdu son A3. La France ou Sarkozy ? Ou la France à cause de la politique de Sarkozy ?

Il fut un temps où la politique ne se faisait pas à la Corbeille (de Gaulle). Elle est faite désormais par les agences de notation. Non seulement ces agences jugent la situation des pays mais indiquent la politique à suivre. Nous sommes entrés dans l’aire post démocratique. C’est ce que démontre la mise en place de gouvernements technocratiques en Grèce d’abord, en Italie ensuite, en Hongrie bientôt.

 

 

 

Et ceci avec la complicité des politiques : rôle de Merckaussi en Grèce et en Italie. Quelle soit de gauche ou de droite, la politique proposée vise à satisfaire les agences de notation. C’est Sarkozy qui a dit clairement que la réforme des retraites visait à conserver le A3. C’est Sarkozy qui disait, il y a peu, que si la France perdait le A3, c’était une catastrophe. C’est, je crois,  Pécresse qui disait que si Hollande passait, c’était l’assurance que la France perdrait le A3.



Si demain la France perdait le A3, ce serait la faute de Hollande. La France l’a perdu aujourd’hui. Ce ne peut être que la faute de Sarkozy.

 

C’est ce que dit S&P dans son communiqué (14/01/12):

« Il nous semble donc qu'un processus de réformes basé sur le seul pilier de l'austérité budgétaire risque d'aller à l'encontre du but recherché, à mesure que la demande intérieure diminue en écho aux inquiétudes croissantes des consommateurs en matière de sécurité de l'emploi et de pouvoir d’achat, entraînant l'érosion des recettes fiscales…


Les notes de la France continuent de refléter notre opinion sur le fait que le pays bénéficie d’une économie riche, diversifiée et résiliente, ainsi que d’une main d’oeuvre hautement qualifiée et productive. Ces points forts sont partiellement contrebalancés, selon nous, par un endettement public relativement élevé ainsi que par les rigidités du marché du travail. Nous notons toutefois que le gouvernement a engagé une stratégie de consolidation budgétaire ainsi que des réformes structurelles à cet égard ».



L’économie française est riche, diversifiée, résiliente… le processus de réforme basé sur le seul pilier de l’austérité budgétaire…


 

"L'an dernier, nous étions au bord d u gouffre. Depuis, nous avons fait un grand pas en avant"*.   Cette phrase sublime peut être appliquée à la politique du Gouvernement.

 

 

 

Quand Fillon est arrivé au gouvernement, il a annoncé que les caisses étaient vides. Moyennant quoi, il a fait des cadeaux aux couches sociales les plus favorisées en diminuant les impôts, creusant ainsi le trou qu'il dénonçait. Et qui justifie, à ses yeux, l’austérité aujourd’hui condamnée… par beaucoup de monde.

 

 

 

Pour les agences, toute l’Union européenne est sous surveillance parce qu’elle suit, toute, la même politique. Mais l’Allemagne bénéficie de quelques années d’avance et de son industrie. D’où le maintien, pour le moment, de sa note. Ce qui n’est pas le cas de la France dont les comptes sont fortement déséquilibrés (voir l’augmentation de la dette et le déficit commercial). Toutes choses qu’il est difficile d’attribuer à d’autres que la droite au pouvoir depuis 10 ans.

 

*Phrase attribuée, il y a trente ans à un politiaue algérien.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Billets
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 15:58

La crise et la présidentielle


Les candidats aux élections en France, quelles que soient ces élections, y compris les élections européennes, ne s’intéressent guère à l’Europe. Il est difficile qu’il en soit de même cette année !


La crise, particulièrement la crise européenne, a fait l’objet, depuis quelques mois, de 16 réunions, de la « dernière chance », à 2, 4, 6, 8 15 ou 27 !!! Réunions, toutes aussi infructueuses en attendant la prochaine dernière chance. Ou le traité en cours de négociation. Hier, la note de plusieurs pays européens a été diminuée, dont celle de la France.


La crise a été responsable de la mise en place de façon très peu démocratique de 2 gouvernements, en Grèce et en Italie. Elle a entraîné des changements de gouvernement au Portugal, en Espagne, et l’élection démocratique d’un chef de gouvernement, peu démocrate en Hongrie.
Elle fait monter les nationalismes européens, la xénophobie, l’extrême droite et la droite extrême qui se renforcent mutuellement.


On serait en droit d’attendre une voix forte venant de la gauche pour proposer de nouvelles solutions devant la faillite incontesté de la « seule politique » possible. Mais quand elle est au pouvoir, la « gauche » fait la politique de la droite avant d’être remplacée celle-ci (Espagne, Portugal) ou par un gouvernement de technocrates (Grèce, Italie) pour accentuer la seule « politique possible ».


Quand elle est dans l’opposition, la « gauche » ne revendique pas de nouvelles élections (Grèce, Italie) de peur d’être maintenue (Grèce) ou appelée (Italie) au pouvoir.


Et en France ? La « gauche » propose-t-elle une politique de gauche ? Une politique de gauche pour l’ensemble de l’Union européenne* ? Ou une politique de gauche seulement pour la France en contradiction avec celle inscrite dans les traités ?

 

En période de crise, faut-il faire des propositions ?

 

Depuis le début, toutes les « propositions » des gouvernements en place ont contribué plus au développement de la crise qu’à son contrôle. Parce qu’il n’y a pas de pilote, parce que le couple-chef Merckaussi commande toujours, avec un temps de retard, toujours la même politique par suite des contraintes des « marchés » et du magnifique traité qui a été, en France, « imposé, démocratiquement » par l’ensemble de la classe politico-médiatique aux citoyens de base qui ne pouvaient pas comprendre.


Le citoyen de base comprend encore moins qu’il faille un nouveau traité pour réparer la merveille précédente. Qu’à cause de ce traité ou du précédent, la BCE ne puisse pas prêter aux Etats mais puisse prêter aux banques des centaines de milliards à 1% pour qu’elles s’entre aident ou achètent de la dette souveraine à 3, 4 ou 7% !


Alors quand Pierre Larrouturou et Michel Rocard publient un article dans le Monde  proposant que la BCE prête à la BEI (Banque européenne d’investissement) ce qui est permis par les traités, la BEI pouvant prêter aux Etats à 2% par exemple et ainsi desserrer l’étreinte des marchés. Surtout dans le cas de l’Italie dont la balance (hors paiement de la dette est positive), on se dit que les candidats vont sauter sur la proposition. Pour dire que Larrouturou et Rocard sont fous. Ou que s’ils étaient élus, ils reprendraient cette idée.


A part le gazouillis matinal de quelques radios, au bout de 3 jours, il n’en est plus question. Les marchés auraient-ils le pouvoir non seulement au niveau financier mais aussi sur les gouvernements actuels et sur les gouvernements futurs !

 

* F. Hollande propose, avec une grande précision !, de « revoir l’accord européen.

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 15:19

La situation en Hongrie est au centre des préoccupations européennes. On ne compte plus depuis quelque temps les prises de position sur le comportement antidémocratique de Viktor Orban. Ce qui est parfaitement justifié. Et qui rappelle les prises de position au niveau européen contre la participation du FPÖ au gouvernement autrichien, il y a quelques années. Puis le silence a tout recouvert.



En Grèce, l'Union européenne ne s'est guère émue quand deux ministères ont été attribués à des membres du Laos parti d'extrême droite grec. Elle aurait pu, en fonction de ses options démocratiques, soutenir soit le référendum proposé par Papandréou, soit une demande d'élections générales pour clarifier la situation. Elle a préféré mettre en place le gouvernement Papademos, « technique », avec la participation de ministres d'extrême droite, appliquant la politique de l'UE. C' est plus sûr, évidemment.



En Hongrie, il est légitime de se demander ce qui vaut un regain d'esprit démocratique aux instances de l'UE, esprit démocratique qui touche même le FMI, ces deux organisations s'étant retirées des négociations avec le gouvernement hongrois.
Viktor Orbàn est au pouvoir à la suite d'une élection démocratique. La réforme constitutionnelle a été adoptée le 14 avril 2011, par 262 voix contre 44 et 1 abstention alors que la Hongrie présidait l'UE ! C'était le moment d'affirmer solennellement l'axe démocratique de l'Union. Il n'en a rien été.



Car pour l'UE et le FMI, la question fondamentale est économique et financière, surtout à travers l’indépendance de la Banque centrale hongroise. Libération le dit clairement : « L'Europe s'est jusqu'ici accommodée des atteintes à la démocratie hongroise, en revanche, elle ne peut tolérer que l'outil monétaire tombe entre les seules mains de M. Orbán. » (03/01/12).
 

 

Et la solution coule de source : faire appel à la démocratie n'est, bien sûr, pas la solution : « Seul un gouvernement d'experts sauvera le pays. Seule une démission du gouvernement du Premier ministre, Viktor Orbán, pourra sauver la Hongrie de la faillite… Le gouvernement Orbán tente de sauver les meubles au moyen de méthodes non conventionnelles. Il prélève de l'argent sur les fonds de retraite privés, restreint l'indépendance de la Banque centrale et détermine un taux de change fixe entre le forint et le franc suisse. Mais en procédant ainsi, il perd au final la confiance des marchés et des organisations internationales. .. La Hongrie est au bord de la catastrophe. Celle-ci ne pourra être évitée que si le gouvernement Orbán démissionne et qu'on forme un gouvernement d'union nationale. Celui-ci aurait alors la possibilité de regagner la confiance des marchés, du FMI et de la CE." (Gazeta Wyborcza Online – Pologne 06.01.2012).

La leçon est claire : « pour la Commission, l'indépendance de la banque centrale est plus importante que le droit des sans-papiers, la liberté de la presse, le droit de l'opposition à s'exprimer ou le droit de la minorité rom… » (http://www.touteleurope.eu/)

 

Ici comme ailleurs, la défense de la démocratie est l'habillage de l'intervention extérieure qui voile d'autres motivations plus « sérieuses ». Il n'est pas sûr que cela satisfasse les démocrates et renforce l'attachement des peuples à l'UE. Et dans le cadre de l'élection présidentielle, cela pose la question du "comment faire avec l'UE" pour toute politique un peu différente.

 

Publié dans Agoravox le 13/01/12

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Europe
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche