Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2020 6 25 /01 /janvier /2020 09:48
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !

Sixième journée nationale de mobilisation !

En attendant les suivantes !

Au delà de la classique guerre des chiffres entre les organisateurs, le groupe « occurrence » et le gouvernement, tout le monde a reconnu que le nombre de participants aux manifestations du vendredi 24 janvier était plus important que lors de la journée nationale précédente. Sur un fond de soutien constant, avec des variables, de la population malgré les difficultés occasionnées par les grèves et le battage médiatique et gouvernemental pour opposer les uns aux autres.
Est-ce un signe de reprise de la mobilisation ? Ou simple sursaut à l’occasion de la présentation des projets de loi en Conseil des ministres ?

Quoi qu'il en soit, présentation des lois en Conseil des ministres et manifestations témoignent que l'affrontement continue.

Une nouvelle manifestation, toujours aussi animée, qui ne lâche rien. Avec un important groupe de tête, mêlant gilets jaunes, syndiqués et inorganisés.
Derrière eux, une participation importante de groupes venus ajouter leurs propres difficultés à la revendication commune contre la contre-réforme des retraites : avocats, enseignants, jeunes, présence significative d’ATTAC, suivis par les syndicats en queue de manifestation, notamment de la CGT, plus importante.

La Constitution donne à Emmanuel Macron et Édouard Philippe et à leur majorité parlementaire la possibilité juridique de passer outre aux oppositions politiques, syndicales et populaires.
Mais ils viennent de connaître un nouveau et cuisant désaveu, à la fois politique et technique, avec l’avis du Conseil d’État qui confirme, fort heureusement, que cette contre-réforme était aussi techniquement mal préparée, et loin d’être universelle, juste, équilibrée, simple… Toutes qualifications qui étaient déjà mises en doute, y compris au sein de la majorité et des soutiens médiatiques habituels du gouvernement.

Que vont faire Emmanuel Macron et son gouvernement ?
Vont-ils essayer, malgré tout, de passer en force ? Il ne fait pas de doute que ce ne sera pas aussi facile qu’ils l’espéraient.

Vont-ils faire des concessions et essayer d’obtenir un soutien déterminé des syndicats réformistes en abandonnant, définitivement, le pivot douloureux ? C’est à dire désavouer Édouard Philippe et se replier sur la réforme Macron ? Conserver ainsi l’essentiel : le passage à la retraite à points, la remise en question du statut à la RATP et à la SNCF dans la perspective de l’ouverture au privé. Tout en maintenant régimes spécifiques pour les emplois régaliens ?
Édouard Philippe sera-t-il remercié ou maintenu en place pour assumer une continuité politique forte avec Castaner qui défait des pieds et des mains...

La solution tiendra compte des spéculations sur l'échéance électorale présidentielle : d'ores et déjà les municipales sont abandonnées aux manipulations statistiques d'une part et à une sous-estimation volontaire pour pouvoir dire dans deux mois qu'elles sont moins désastreuses que prévues.

Tout cela dépend aussi beaucoup des mobilisations des semaines qui viennent. La population passera-t-elle du soutien sondagier au soutien réellement politique ? Les travailleurs non syndiqués ou syndiqués, quelle que soit leur organisation, donneront-ils le coup de pouce décisif ?

NB : Des images de différentes manifestations en France par Là-bas si j'y suis (accès gratuit)

Voici quelques images de la manifestation du vendredi 24 à Paris .

Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !
Sixième journée nationale de mobilisation !  En attendant les suivantes !

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2020 6 18 /01 /janvier /2020 18:12
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance

La révolution macronienne est cohérente, elle tient dans la paraphrase d’une déclaration célèbre : tout ce qui est bon pour les premiers de cordée est bon pour tous les Français. Elle consiste à remplacer la logique de la solidarité par une logique financière individuelle. Quelques exemples.

Macron a remplacé l’ISF (Impôt de solidarité sur la fortune ) par l’IFI (Impôt sur la fortune immobilière). Qui consiste à soustraire la richesse financière à l’impôt de solidarité pour permettre à son détenteur d’investir comme bon lui semble : autrement dit soustraire à la décision publique, à l’intérêt public, à la solidarité, pour donner à la décision individuelle, à la recherche du profit qui peut, bien sûr, résider dans l’investissement dans des entreprises françaises (motif avancé) ou étrangères ou mieux dans des fonds spéculatifs ou d’investissements dont un des plus puissants est aujourd’hui connu de tous : BlackRock, le plus important gestionnaire d'actifs au monde, avec près de7 000 milliards de dollars dont les principaux clients sont des investisseurs institutionnels (Wikipedia). La société affiche une rentabilité d’exploitation exceptionnelle : acheter dans hésiter (JDD 18/01/20).

Maintenir l’impôt sur la fortune immobilière, c’est inciter les plus pourvus à se désengager de l’investissement dans l’immobilier, imposé, pour passer à l’investissement dans la finance, non imposé.
P
ourtant, il ne semble pas qu’il y ait trop de logements en France !

Ce petit cadeau avec baisse des ressources de l’État est accompagné par la diminution de 5 euros par mois et par ménage de l’Aide personnelle au logement (APL). Diminution de prélèvement pour les gros. Récupération sur les plus pauvres !

Macron : de la solidarité à la finance

Au 1er février, le taux du Livret A et du Livret du développement durable sera abaissé à 0,5 %, taux historiquement le plus bas, avec une inflation proche de 1 %. Pour le ministère des finances, le taux du Livret A n’a plus vocation à couvrir celui de l’inflation (Le Monde 12/01/20).
Il y a 55 millions de Livrets A en France car c’est le moyen le plus simple pour nombre de particuliers d’avoir quelques ressources disponibles en cas de nécessité. Le ministère pense que cette baisse des taux devrait pousser à mettre ses économies dans des placements plus dynamiques ! Plus risqués ! Inciter les plus pauvres à risquer leurs économies ! A devenir boursicoteurs ! Dire aux petits porteurs qu’ils doivent les investir, c’est les pousser à prendre des risques, à se convertir à la spéculation boursière ? Le réveil peut être douloureux, en cas de renversement de la conjoncture ou de besoins de financement imprévus.
On aurait pu diminuer le plafond des placements (actuellement 22 950 euros) et réserver ce conseil aux titulaires des carnets les plus garnis ! Les petits porteurs de Livret A se contenteront probablement de voir se dégrader leurs économies plutôt que de risquer de les perdre.

L’exécutif sait que sa décision est très impopulaire et concerne pratiquement tous les foyers qui détiennent un ou plusieurs livrets A. Or la rémunération est devenue dérisoire. Pour Bruno Le Maire, le maintien d’un taux de 0,75 % aurait été irresponsable par rapport à notre politique de diversification des placements. Et irresponsable pour les milliers de personnes qui attendent un logement social. En effet, la réduction du taux à 0,50 % permettra de construire 17 000 logements sociaux supplémentaires et d’en rénover 52 000 chaque année. La mesure pénalise les épargnants mais renforcerait la politique du logement… Il oublie de dire, que pour compenser cette baisse du taux des livrets, il a imposé aux bailleurs sociaux de diminuer les loyers donc leurs moyens.
Autrement dit, il a organisé un
coup à 3 bandes, sur le dos des pauvres et une opération plus discrète, au bénéfice des banques. Car elles profitent de 40 % des sommes collectées : elles vont rémunérer cette épargne au taux de 0,5 % au lieu de 0,75 % : un cadeau de 400 millions d’euros (Libération 18/01/20).
Il est intéressant de constater que le ministre justifie cette mesure en opposant petits épargnants et mal logés sans parler des bénéfices qu’en tirent les banques.
Il n’a jamais dit combien de logements auraient pu être construits avec le montant du cadeau fait avec la suppression de l’ISF.

Macron : de la solidarité à la finance

Dans la réforme, il est prévu un taux de cotisations retraite unique de 28,12 % sur les salaires mais les revenus au-delà de 120 000 euros par an ne donneront pas de droit à la retraite et ne seront soumis qu'à un taux de 2,81 % de cotisations, utilisées pour contribuer à l'équilibre du système. Les sommes qui ne participeront pas à l’équilibre du système, sur les salaires au-delà de 10 000 euros par mois, donnent beaucoup d’espoir aux assurances privées ou autres fonds de pensions ou d’investissement.

La Révolution libérale d’Emmanuel Macron est en marche : tous libres, tous égaux, tous fraternels ; tous boursicoteurs, tous contre tous. Jamais solidaires !


 

NB : même si le travail reprend sans le retrait total du projet de réforme, les grévistes ont obtenu un certain nombre de concessions. Et nul ne sait ce qui va se passer dans les jours, les semaines qui viennent...
Une chose demeure, les grévistes
souffrent beaucoup au niveau financier. La solidarité financière sera appréciée. Moralement. Financièrement.

https://www.cgt.fr/actualites/france/retraite/mobilisation-solidarite/caisse-de-solidarite-envers-les-grevistes

Ci-après quelques images de la manifestation du16 janvier 2020 à Paris. Avec une participation plus importante des milieux enseignant et culturel...
Et aussi policier : sur le parcours de nombreuses rues étaient fermées par des barrages grillagés...

Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la financeMacron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la financeMacron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la financeMacron : de la solidarité à la financeMacron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la financeMacron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la financeMacron : de la solidarité à la finance
Macron : de la solidarité à la financeMacron : de la solidarité à la finance

Partager cet article

Repost0
9 janvier 2020 4 09 /01 /janvier /2020 22:09
Macron est-il réformable ?

C’est la question que les médias ne posent jamais. Et pourtant. Ce pourrait être dans les jours qui viennent la question fondamentale. Réformable dans les deux sens du mot.
Peut-il s
e réformer, en fonction de la situation politique, peut-il accepter de revoir son projet sur les retraites ? Doit il être réformé, mis à la retraite.
Autrement dit, se soumettre ou se démettre .

Question qui peut paraître incongrue. Mais qui se pose à la suite de trois années de records d’Emmanuel Macron.

Secouant vigoureusement le cocotier, Emmanuel Macron a réussi à mettre hors champ de nombreux hommes politiques et à obtenir une confortable majorité parlementaire sans opposition véritable : gauche dévastée, droite institutionnelle marginalisée, démonétisée, elle a joué la petite finance française, il joue la grande, internationale.

Devenu le monarque républicain, sans véritable expérience politique, plus prés du dollar que du cul des vaches, Emmanuel Macron a pensé que tout était permis. Jouant moi et le peuple, il a voulu prendre sa place, toute sa place, sans corps intermédiaire, assuré que sa parole judicieuse allait entraîner tout le monde.

Mais que peut-on voir ?

Que la République a connu une première année de révolte citoyenne, autour des ronds-points mais en dehors de tous les clous et Macron a dû concéder quelques milliards. Et quelques grenades qui n’étaient pas que lacrymogènes et qui ont, peut être, découragé un certain nombre de gilets jaunes mais ne sont pas sans conséquences sur la bonne marche de la République : un considérable nombre de blessés, définitivement amputés d’une membre ou d’un œil sans compter la pauvre dame qui a été condamnée pour avoir voulu fermer sa fenêtre lors du passage d’une manifestation.

Avec autre conséquence collatérale, un écart encore plus grand entre le peuple et la police, une police de plus en plus droitière dont le gouvernement doit s’assurer de sa fidélité, moyennant quelques médailles et le maintien d’un régime spécial

Les manifestations des Gilets jaunes affaiblies mais persistantes, Macron lance alors sa contre-réforme des retraites et c’est le plus long conflit syndical de la Cinquième république. Petite auto-réforme, Macron envoie ses ministres, surtout son Premier, au front et reste en retrait tout en veillant.

Il garde, apparemment, deux possibilités : passer en force et humilier les deux principales forces syndicales, CGT et CFDT, son rêve, seul face au peuple mais un peuple qui risque d’être plus rebelle que prévu. Ou bien céder sur une partie de la réforme qui, initialement, n’était pas dans son projet et faire de la CFDT l‘interlocuteur principal mais renforcé après plus d’un mois de grèves auxquelles elle n’a pas participé.

Les médias qui ne se demandent pas si Macron est réformable, spéculent chaque jour sur l’affaiblissement du mouvement de grève. Non sur sa force, non sur sa persistance malgré les difficultés financières des grévistes. Qui a prévu que cette grève durerait si longtemps ? Qui a prévu que la majorité de la population la soutiendrait, comme l’indiquent les sondages, comme elle a soutenu les Gilets jaunes jusqu’au bout ? Et pourtant les sondages ne sont faits ni à la demande des GJ, ni à la demande des syndicats !

Sur l’autre plateau de la balance apparaissent les divisions au sein de la droite ou des parlementaires progouvernementaux ?
Certes la droit
e non macronienne s’oppose parce que Macron fait ce qu’elle aurait aimé faire et le pousse à la surenchère, à la faute. Mais les réticences existent au sein de la majorité présidentielle. Et il n’est pas sûr qu’Edouard Philippe et Emmanuel Macron se soutiennent fraternellement. Ni que Macron soit assuré de la fidélité des parlementaires de LREM qui reviennent chaque fin de semaine dans leur circonscription. Ni que LREM accumule les candidatures enthousiastes pour les municipales qui approchent…

Il ne fait pas de doute que si Macron avait la peur au ventre à la veille des grandes vacances, il n’en est pas encore débarrassé. Et sa politique du pourrissement, sur fond d’absence d’alternative politique, est à la merci de l’explosion à partir d’un incident quelconque.

En attendant, tout doit être fait pour le succès des manifestations, le soutien des grévistes, les caisses de solidarité avec les grévistes sont ouvertes...


Aide de la RATP aux grévistes !

Pour les Parisiens qui le peuvent, transférer le montant du remboursement du passe Navigo de décembre aux caisses de solidarité…

 

Pour plus d’informations sur la « réforme » des retraites :

https://www.youtube.com/watch?v=6oToD3KunHU&feature=youtu.be

https://tendanceclaire.org/contenu/autre/Analyse_Retraites_Comite_mobilisation_Insee.pdf

http://pauloriol.over-blog.fr/2019/12/reformer-les-retraites-aux-poings-8.html

 

Quelques images de la manifestation du 09/01/20 à Paris

Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?Macron est-il réformable ?Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?Macron est-il réformable ?Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?Macron est-il réformable ?Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?Macron est-il réformable ?Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?
Macron est-il réformable ?

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2019 6 28 /12 /décembre /2019 21:49

Ce samedi 28 décembre entre Noël et Premier de l'an, des grévistes, des Gilets jaunes et des soutiens ont manifesté de la gare du Nord jusqu'à Châtelet en passant par la place de la République à Paris.

Je suis allé de la place de la République à la place de la République en remontant la manif et en redescendant sur l'avenue Magenta.

Bien sûr, la manifestation n'était pas celle des grands jours mais elle n'était pas ridicule, débordait de vitalité et mêlait Syndicalistes CGT, FO, Sud, Unsa et Gilets jaunes.

Plusieurs boites de demande de solidarité financière. Elle peut aussi s’exprimer par chèques ou virement internet...

Plus d'un million d'euros ont déjà été recueillis.

Mais, pour certains, ça va être difficile de tenir. Le gouvernement joue sur l'épuisement et l'hostilité de la population qui, pour le moment, ne paraît pas même dans les transports parisiens où les gens se pressent... que j'ai peu pris, il est vrai.

Quelques images de solidarité.

Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites
Manifestation contre le projet de réforme des retraites

Partager cet article

Repost0
14 avril 2019 7 14 /04 /avril /2019 21:24

Comme tous les dimanches après midi, depuis le 17 février, d'après une journaliste qui était à ce premier rassemblement, des Algériens de l'Île de France se retrouvent sur la place de la République à Paris de 14 à 18h30 .

Quelques photos du rassemblement du dimanche 14 avril 2019. Sur la statue, un drapeau, une affiche, un seul militant en gilet rouge (sécurité ?), un ruban rouge et blanc pour protéger le lion...

Rassemblement important, militant avec de nombreux groupes de discussion, formels et informels, festif avec danses, chants, musique, familial... Avec de multiples drapeaux qui peuvent s'acheter sur place, des panneaux politiques...

A partir de 17h30, un militant avec porte-voix appelle à la dispersion, les stands sont démontés, des policiers traversent la place discrètement, les banderoles disparaissent peu à peu, certains essaient de nettoyer la place.

A dimanche prochain ?

NB : en fin d'article quelques images de rassemblement à l'occasion du Nouvel an bengali sur l'autre moitié de la place de la République.

Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019

Rassemblement à l'occasion du Nouvel an bengali

Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019
Dimanche algérien place de la République 14/04/2019

Partager cet article

Repost0
6 avril 2019 6 06 /04 /avril /2019 20:37

Pour l'Acte XXI des Gilets jaunes du samedi  6 avril, la manifestation est partie de la Place de la République à Paris pour aller à la Défense...  Quelques photos prises sur le trajet entre Villiers et Courbevoie. Avec ajout de photos de pancartes, inscriptions sur feuilles affichées ou sur les gilets lors du rassemblement de la place de la République, le 13/04/19.

Quelques grenades lacrymogènes au moment du passage au dessus de l'autoroute.


 

Banderoles

Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes

Drapeaux

Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes

et Gilets jaunes

Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes

Complément avec photographies du 13 avril 2019 (Acte XXII)

Sur la place de la République, le nombre de manifestants, entre 15 et 16 heures, n'était pas trés important. Il y avait, en même temps, des tentes d'une campagne contre le cancer et un rassemblement manifestation de Soudanais en lien avec le renversement du chef de État... et de son remplaçant !!!

Ci-après quelques photos des inscriptions sur les gilets jaunes, des pancartes et des feuilles suspendues à des fils entre des arbres.

Quelques affrontements, avec grenades lacrymogènes, ont eu lieu quand la police a voulu rétablir la circulation

 

Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes

Rassemblement de militants soudanais

Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes
Banderoles, drapeaux et Gilets jaunes

Partager cet article

Repost0
31 mars 2019 7 31 /03 /mars /2019 20:33

Le vendredi après-midi, les Algériens manifestent à Alger, le dimanche après-midi, à Paris, place de la République.

Rassemblement animé, de discussions, de slogans, de chansons, de musique, rassemblement coloré de jeunes, de moins jeunes, de familles... dans la joie, la détermination, l'espoir d'un changement démocratique en Algérie...

Quelques images du dimanche 31 mars.

Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...

Au pied de la statue, il y avait encore une place pour le Mali.

Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...
Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...

Et, un peu plus loin, une banderole pour le cannabis....

Vendredi à Alger, Dimanche à Paris...

Partager cet article

Repost0
31 mars 2019 7 31 /03 /mars /2019 09:07

Il y aurait, à Paris, plus d'une dizaine de manifestations revendicatives en moyenne par jour... Ce samedi 30 mars, Démosphère signalait 11 rassemblements ou manifestations en Île de France et 16 à Paris, sans compter les manifestations des Gilets Jaunes dont le lieu n'était pas précisé...

La plus importante était probablement la Manifestation unitaire pour la défense de l'Enseignement dont vous ne trouverez aucune image ici.

C'était aussi l'Acte XX des Gilets Jaunes.
Quelques photos prises au Trocadéro
où l'atmosphère entre 15 et 17 heures était très détendue, bon enfant
Les Gilets jaunes et leurs soutiens étaient mêlés à la foule des touristes. La police bloquait les avenues qui partaient du Trocadéro. En bas du Trocadéro, des militants intervenaient pour Droit au logement.

Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris

Sur la place, un groupe de Gabonais contestait la dernière élection présidentielle au Gabon. Ils étaient là samedi dernier mais ont probablement élargi leur audience grâce aux Gilets jaunes et à leurs soutiens.

Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris

Un rassemblement suivi d'une manifestation de la place de la République à la place de l'Opéra en Soutien à la Résistance palestinienne.

Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris

Aux deux bouts de la place de la République, des Tchadiens d'un côté et des Camerounais de l'autre étaient rassemblés.

Les Tchadiens

Les Tchadiens

Les Camerounais
Les Camerounais
Les Camerounais
Les Camerounais
Les Camerounais

Les Camerounais

Bien sûr comme tous les samedis, des Gilets jaunes proposaient de participer à leur sondage pour élaborer un programme inspiré de celui du Conseil national de la Résistance.

Photo du 9 mars 2019

Photo du 9 mars 2019

Enfin, Place Jean Ferrat, métro Ménilmontant, rassemblement en soutien aux Marches du retour et aux Palestiniens de Gaza.

Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris
Images d'un samedi ordinaire et ensoleillé à Paris

Partager cet article

Repost0
16 décembre 2018 7 16 /12 /décembre /2018 20:52
Peinture de rue, boulevard de Ménilmontant, le 8 mai 2018

Peinture de rue, boulevard de Ménilmontant, le 8 mai 2018

07/12/2018 :
Bonjour,

Hier c’était au Brésil aujourd’hui c’est chez vous. Nous avons perdu et les nuits commencent à tomber sur nos têtes. Et la France v
a où ?
Les analyses d’ici sur la France sont ambigües, et on n’a pas une opinion claire de ce qu
i se passe. Si c’est un mouvement à gauche ou à droite, etc. La manière de mobilisation nous semble tactique de la droite, mais le système économique n’aide pas la vie des gens et ils ont raisons de protester, mais pour aller où ? Et comment ? Nous sommes contre la destruction des biens culturels, mémoire de l´humanité.
Nous voudrions bien savoir ce que vous pensez de tout ça.
J’espère que vous
êtes prudents et sachez que nous sommes avec vous avec toute notre amitié et solidarité.
Abraços.

B. et M.

10/12/2018
Bonjour,
Tu me demandes ce que je pense de la lutte des Gilets jaunes et de la situation française.
Ma réponse est celle d'un parisien d'adoption qui n'a pas de télévision, qui n'écoute pas la radio et qui suit les informations sur la toile. Qui, en plus, suit assez régulièrement les manifestations.
Pour des raisons personnelles, je n'ai participé à aucune manifestation, les 17 et 24 novembre (actes 1 et 2 des Gilets jaunes et Manifestation sur la violence faite aux femmes).

Le 1er décembre (acte 3 des Gilets jaunes), je suis allé à la place de la Nation à l'appel du collectif Rosa Parks. Manifestation pour la Dignité et l'égalité en souvenir du 1er décembre 1955, où Rosa Parks, femme noire, couturière et militante des droits civiques, a refusé d'aller s'asseoir à la place située à l'arrière du bus qui lui était assignée.
Pourquoi à cette manifestation ? Parce que je vois deux types de manifestation celles qui intéressent spécifiquement, les Noirs ou les Maghrébins, où la proportion de Blancs est très faible. Et celles qui concernent les questions sociales générales où les populations d'origine immigrée sont en faible proportion. Et que pour moi, ces manifestations devraient les unes et les autres être unitaires. La division des exploités fait le jeu des exploiteurs.

Il y avait quelques centaines de personnes.

Je suis allé ensuite République à l'appel de la CGT Salariés public, privé, chômeurs et étudiants.

Ces deux manifestations ne dérogeaient pas, dans ce que j'en ai vu, de la règle énoncée plus haut.

Et le 8 décembre (acte 4 des Gilets jaunes), à celle sur le climat.

 

Je n'étais à aucune des manifestation sur les Champs Élysées.

1. Une invention géniale : celle de porter un gilet jaune. Tout les automobilistes en ont un, c'est obligatoire. Cela ne préjuge de rien quant aux opinions politiques mais simplement l'adhésion au mouvement, ici et maintenant.

2. L'utilisation des réseaux sociaux qui a permis de toucher rapidement beaucoup de monde. Réseaux sociaux méprisés par les gens sérieux sauf quand il les utilisent. Facebook (je ne l'ai plus depuis qu'ils ont vendu leur carnet d'adresse) essentiellement, et
Youtube où les gens se mettent en scène et d'où sont sorties quelques personnalités du mouvement.
Comme on cherche toujours des exemples historiques, l'utilisation des réseaux sociaux fait penser, toute proportion gardée, au rôle d'Europe n°1 en 1968 dans la mobilité des manifestants.

3. Le mouvement est parti d'une augmentation de 6 centimes de la taxe sur le diesel et 3 centimes sur l'essence. Ce qui peut sembler dérisoire. Mais qui arrive au
bon moment pour déclencher un mouvement inattendu. Plus dérisoire, mai 1968 est parti des étudiants et d'une histoire de garçons et filles en cité universitaire, dans une France qui s'ennuyait mais dont les changements en profondeur n'étaient pas toujours perçus ...

4. Cette nouvelle taxe a été le facteur déclenchant. Après de multiples mesures qui touchaient profondément l’ensemble de la société : diminution de l'aide au logement, augmentation de la CSG (contribution sociale généralisée) qui est proportionnelle et non progressive, diminution des retraites... Suppression de l'ISF : impôt sur la fortune, remplacée par l'impôt sur la fortune immobilière, c'est à dire suppression de l’impôt sur la richesse financière, flat tax,..

5. L'augmentation du prix du carburant touche tout le monde mais en priorité ceux qui sont obligé d'utiliser leur voiture pour aller au travail (quelquefois, deux voitures quand les deux membres du couple travaillent, pour faire des démarches, les centres administratifs ferment et sont de plus en plus éloignés du domicile : poste, allocations familiales, sécurité sociale, hôpitaux... ).

6. D'où une révolte qui touche essentiellement les gens des régions (pas des centres villes), les gens qui travaillent : pas la classe ouvrière qui n'existe plus en tant que classe mais ceux qui ont besoin de leur véhicule pour aller travailler alors que les transports en commun ne sont pas organisés (infirmières, mères qui travaillent, enseignants et aussi ouvriers) ou pour travailler, ceux dont c'est l'instrument nécessaire au travail (artisans...). Et qui ont quelques difficultés à joindre les deux bouts. D'où une large révolte, ce n'est pas une révolte des
Parisiens mais Paris est le champ de bataille dont on parle le plus, de gens qui viennent des régions ou des grandes banlieues (les quartiers difficiles des banlieues de Paris ne semblent pas avoir bougé).

7. Un sociologue a fait un bouquin récemment, dont on a beaucoup parlé mais dont, paraît-il les
académiques se moquaient La France périphérique. Il semble qu'il n'appartenait pas au milieu, il sortait des schémas de classe traditionnels.... Mais c'est cette France périphérique qui semble s'être soulevée.

8. Donc des couches sociales diverses qui travaillent, mais pauvres ou en voie de paupérisation ou en crainte de paupérisation. Non encadrés, ni par les syndicats, ni par les associations, ni par les partis qu'ils  contestent et assimilent aux politiques responsables même s'ils sont dans l'opposition.

9. On a voulu dénigrer ce mouvement de multiples façons :

91. En montrant du doigt les déclarations de certains : racistes, sexistes, xénophobes, homophobes... Mais ces déclarations de quelques uns n'ont pas été reprises par l'ensemble. C'est un mouvement qui regroupe beaucoup de mo
nde d'horizons, de cultures politiques ou d'absence de cultures différentes. La seule chose commune, ils ne veulent être récupérés par personne. Même pas par leurs représentants qui sont rapidement désavoués après avoir été désignés.

92. En condamnant la violence. Attribuée aux casseurs d’extrême droite ou d'extrême gauche. Malheureusement, sur les 3 ou 400 personnes interpellées, 3 ou 4 étaient fichées. Toutes les autres étaient inconnues des services de renseignement ou de la police. Alors ils essaient de séparer les raisonnables qui veulent bien négocier, des violent qui ne veulent pas. Pour le moment, cela ne marche pas.

94. La dénonciation de la violence ne marche pas. Dans les sondages, l'énorme majorité de la populations défend les
gilets jaunes. La population n'est pas pour la violence. Mais ne la rejette pas. D'après les sondages 60 à 80% des interrogés sont derrière les gilets jaunes suivant la formulation de la question.

10. Tout le monde est obligé de reconnaître que des manifestations syndicales ou politique
s, sages, n'ont obtenu aucun résultat (sur la loi travail, sur la SNCF...) et les gilets jaunes violents ont déjà obtenu des résultats d'un gouvernement qui disait les comprendre mais voulait garder le cap. Et ne savait répondre que par la répression (l'importance du nombre de grenades de tout genre utilisées a été publié...) et n'a pas su protéger, ni les commerces, ni l'Arc de Triomphe !!! La place de l’Étoile a été tenue par les gilets jaunes qui sont entrés dans le monument et même sont montés au sommet !!!

11. Le gouvernement est désemparé. Il a, d'abord, affirmé, haut et fort, qu'il comprenait les revendications mais gardait le cap. Il a commencé à céder. Dans une désunion complète. Le Premier ministre affirmait une chose, quelques heures plus tard, le ministre de la transition écologique annonçait, sur ordre de Macron, le contraire. Un ministre parlait de l'ISF, on apprenait qu'elle s'était faite réprimander en Conseil des ministres par Macron...

12. Le gouvernement essaie de jouer sur la peur. Mais c'est lui qui a peur. La population ne suit pas. Macron ne parle pas mais va à l'Arc de triomphe pour constater les dégâts, voir la police pour la féliciter et lui donner une prime, dans un préfecture attaquée... donc, à chaque fois, sans rien annoncer, seulement pour montrer les dégâts. Jamais pour faire une autocritique, pour dire quoi que ce soit en faveur de la population qui doit supporter ses mesures.

13. La plus grande victime c'est Macron. Les
gilets jaunes, la population ne s'y trompent pas. C'est lui qui est attaqué (Macron démission), c'est lui qui est insulté, sa côte de popularité est tombée, d'après les sondages, à 20%.

14. Tout le monde connaît le mépris de Macron pour les pauvres,
ceux qui ne sont rien, ceux qui coûtent un argent de dingue, ceux qui n'ont qu'à traverser la rue s'ils veulent avoir du travail, ceux qui manifestent au lieu de chercher du travail....
Depuis son élection, il est le président des riches, a pris des mesures en faveur des riches, a tenu des propos flatteurs
pour les premiers de cordée, il défiait qu'ils viennent me chercher... et maintenant il leur oppose la police et se cache derrière un gouvernement qu'il manipule... En attendant ses prochaines déclarations.

15. Jusque là, c'était assez facile pour moi (même si je dis peut-être des conneries). Mais rien n'est plus difficile que de prédire l'avenir, a dit un humoriste. Pour sortir de ce rapport de violence, rien n'est clair.
151 Macron peut démissionner : il ne le fera pas. S'il le faisait, ce serait le président du Sénat qui devrait organiser l'élection présidentielle pour le remplacer. Élection qui risque de voir une montée de l'extrême droite. Un exacerbation des tensions. Et des mesures repoussées.

152. Il peut dissoudre l'Assemblée nationale. Il ne le fera pas. Il a une majorité confortable. S'il y a de nouvelles élections, il y aura une poussée probable de l'extrême droite. De plus, tout le monde se prépare pour l'élection européenne qui aura lieu en juin 2019.

153. Il peut changer de Premier ministre pour amuser la galerie. Avec celui-ci ou un autre, changera-t-il de politique ?

154. Pour le moment, il ne semble y avoir aucune force satisfaisante prête à assurer le pouvoir ni dans la continuité, ni dans l'alternance. Le gouvernement a joué le pourrissement, il peut continuer à le faire au prix d'un certain nombre de concessions...

Je ne sais comment achever ce courriel.

Certains espéraient
que les gilets jaunes modérés  se joindraient à la manifestation sur le climat de cet après midi. J'en viens mais Anne me dit qu'il y a des affrontements sur les Champs Élysées mais pour le moment, je n'en sais rien.

Je n'ai pas parlé, faute grave, de l'évolution des revendications des
gilets jaunes, partis du prix des carburants, ils ont largement étalé leur palette de revendication. Et ce qui pouvait être considéré comme une revendication anti-écologique (annulation de la taxe écologique sur les carburants), s'est élargie aux questions institutionnelles, à la demande d'une plus grande démocratie (directe ?) et de plus en plus de monde refuse l'opposition fin de mois-fin du monde (améliorer les fins de mois, par exemple carburants moins cher au détriment de l'écologie ou l'inverse mesures écologiques quoi qu'il en coûte [surtout aux autres]). La tendance est plutôt à faire la jonction : justice fiscale ! justice écologique !

Il faudrait reposer tout ça , aussi en fonction du corset européen qui contrôle les budgets nationaux, la questions italienne, pour le budget, le Brexit, la montée de l'extrême droite dans toute l"Europe qui risque de s'accentuer lors des élections européennes de juin prochain...
Quoi qu'il se passe, il y a fort à parier que la France ne respectera pas les critères de Maastricht dans les prochains budgets… Et la Commission européenne pourra difficilement condamner la France, deuxième puissance de l'Union européenne.
Elle a déjà des difficultés à condamner l'Italie 3ème ou 4ème... Il risque d'y avoir un mécontentement des autres pays européens, devant le laxisme et l'impunité de la France, qui favorisera encore la montée de l'extrême droite...

Cet après midi je suis allé manifester pour le climat. Manifestation, non interdite de la Nation à République, maintenue malgré la demande du gouvernement et l'existence de l'Acte IV des "gilets jaunes" qui parlent des Champs Élysées, de la Concorde, de bloquer le périphérique, d'un rassemblement de soutien à Saint Lazare.
Il y avait beaucoup de monde. Certains sont venus avec des gilets jaunes. Il n'y avait pratiquement ni police, ni journaliste... Tous étaient mobilisés pour les casseurs... Ça s'est très bien passé.

Voila, c'est un peu long.
Bises à vous tous.
Paul

10/12/2018 :

Merci pour l'analyse minutieuse. Je vois que les manifs peuvent bien être organisées par les réseaux de la droite (Bannon, etc), tout en touchant les points d'insatisfaction populaire, comme montre ton analyse, mais une fois que les masses sont en route, les différents facteurs interviennent et donnent une nouvelle dimension.
Ici au Brésil, la gauche a attendu longtemps pour comprendre ça, car c'était elle qui était au gouvernement. Et la droite, appuyée par les média et la justice, avec les États-Unis derrière, ont profité pour mener une campagne pour renverser Dilma et mettre en prison Lula. Enfin, les réalités sont tout a fait différentes. Ici les manifs ont ouvert une crise à gauche, chez vous une crise à droite. Ici la droite l'a remporté, chez vous nous ne savons pas encore.
Enfin, il faut soutenir le mouvement avec des mots d'ordre d'unification et qui permettent le soutien des organisations à la base.
B.
 

Je ne suis pas sûr de comprendre ta première phrase. Mais ici, personne ne parle de l'organisation par les réseaux de droite (Bannon, etc.). Tout le monde dit que c'est une révolte spontanée. Et Marine Le Pen a échoué, pour le moment, a entraîner le mouvement contre l'immigration.

Il commence à y avoir des bruits sur des infox (Fake news) qui seraient diffusées par les Russes sur les réseaux sociaux.

IL parle à 20 heurs !!!

P.

Quelques images du jour : le 15/12/18 devant la gare Saint Lazare entre 10h et 11h30 à l'appel de différentes organisations : Attac - Solidaires - Fondation Copernic - DAL - CNDF - GDS - Ensemble - Génération-s - LFI - PG - CAC -Mouvement ECOLO - DIEM25 - NPA

 

Le rassemblement devant la gare Saint Lazare, le 15 décembre 2018
Le rassemblement devant la gare Saint Lazare, le 15 décembre 2018

Le rassemblement devant la gare Saint Lazare, le 15 décembre 2018

Echange de courriels sur les Gilets Jaunes avec un ami brésilien
Echange de courriels sur les Gilets Jaunes avec un ami brésilien Echange de courriels sur les Gilets Jaunes avec un ami brésilien
Echange de courriels sur les Gilets Jaunes avec un ami brésilien Echange de courriels sur les Gilets Jaunes avec un ami brésilien Echange de courriels sur les Gilets Jaunes avec un ami brésilien
Echange de courriels sur les Gilets Jaunes avec un ami brésilien Echange de courriels sur les Gilets Jaunes avec un ami brésilien Echange de courriels sur les Gilets Jaunes avec un ami brésilien
Banderoles, fanfare, clowns, jeune ramassant objets et papiers (a commencé seul lors de la manifestation sur le climart, ils étaient quinze à la finde la manif)
Banderoles, fanfare, clowns, jeune ramassant objets et papiers (a commencé seul lors de la manifestation sur le climart, ils étaient quinze à la finde la manif)
Banderoles, fanfare, clowns, jeune ramassant objets et papiers (a commencé seul lors de la manifestation sur le climart, ils étaient quinze à la finde la manif)

Banderoles, fanfare, clowns, jeune ramassant objets et papiers (a commencé seul lors de la manifestation sur le climart, ils étaient quinze à la finde la manif)

La police bloquait, solidement, toutes les avenues  pour empêcher les manifestants de partir en cortège vers la place de la République comme annoncé.

Police bloquant les avenues
Police bloquant les avenues

Police bloquant les avenues

Partager cet article

Repost0
28 mai 2018 1 28 /05 /mai /2018 10:31
Que la Marée monte

English

Après chaque manifestation, les discussions tournent autour du nombre de participants. Avec des estimations diverses, inconsistantes, toutes soupçonnées, à plus ou moins juste titre, de mensonges. Partant de là, les commentaires des journalistes, des syndicalistes, des politiques sont un exercice qui vise plus à satisfaire les mandants qu’à ouvrir des perspectives en fonction de la réalité.

Lors de réunions ou à de petites manifestations où il est possible de compter les participants, il est facile de constater que les organisateurs déclarent des nombres supérieurs à la réalité, le plus souvent du simple au double, pour ne pas désespérer… Pour des événements concernant quelques dizaines ou quelques centaines de participants loin des masses et de Billancourt… La vérité est révolutionnaire mais… dans certaines limites.

Les chiffres ont 2 fonctions. La première : satisfaire les participants, montrer que la décision était la bonne, qu’on gagne, qu’on a gagné... La seconde : vérifier, établir un rapport de force plus favorable.

Le gouvernement et, il faut espérer les syndicats et les politiques, font leur analyse non en fonction des chiffres proclamés mais des chiffres plus proches de la réalité.

Pour ceux qui veulent faire des commentaires à partir de la réalité chiffrée, ce ne devrait pas être très compliqué. Notamment pour comparer le degré de mobilisation.
Concernant Paris, on disposait, jusque là, des chiffres de la préfecture de police et de ceux des organisateurs qui différaient parfois de 1 à 4 ou 5, permettant de satisfaire, d’encourager les militants… Depuis quelque temps, les observateurs disposent des comptages faits par une entreprise privée pour un groupe de journaux de droite et de gauche…

Certes ces résultats ne sont pas d’une fiabilité absolue. Et de ce point de vue, la société Occurrence qui annonce, pour le 12 septembre 2017, 29 329 manifestants, à l’unité près, contre la réforme du Code du travail à Paris, tombe dans le ridicule absolu. Mais en admettant une erreur de 10 % dans les comptages de la Préfecture de police et d’Occurrence, les résultats de ces deux comptages ne sont pas très éloignés et en tout cas plus proches que celui des organisateurs : 60 000.
Immédiatement, l’indépendance et l’orientation des journaux commanditaires et de l’agence ont été contestées. Et la méthode utilisée. Il n’avait jamais été autant questions des méthode de comptage de la police et bien entendu encore moins de celles des organisateurs…
La réflexion et le sens des manifestations est en partie masqué par ces commentaires sur le comment des comptes qui évite de parler du pourquoi des manifestations et de leur importance relative. Ce qui vient s’ajouter au brouillage dû à l’action des Black Blocs dont on énumère plus les effets matériels et le comment ils agissent que le pourquoi....

Est-il si nécessaire de connaître le nombre exact de participants ? Pour avoir des bases solides de réflexion, ne suffit-il pas de prendre les séries de chiffres produits par les mêmes sources (Tableau 1). C’est facile à faire pour celles de la Préfecture de police et d’Occurrence. Plus difficile pour les nombres proposés par les organisateurs surtout s’ils sont différents suivant les manifestations car leur capacité imaginative est différente. Quelquefois en concurrence.

Tableau 1 : Participation aux différentes manifestations du printemps 2018 suivant différentes sources de comptage.

Date

Police

Organisateurs

Occurrence

22/03/18

49 000

65 000

47 800

24/04/18

11 500

50.000

15.300

01/05/18

34 500

55 000 CGT

 

05/05/18

40 000

160 000 FI

38 900

22/05/18

15 000

50 000 FO
30 000 CGT

16 400

26/05/18

21 000

80 000 CGT

31 700

Pour les manifestations de ce printemps, suivant les chiffres de la Préfecture, c’est la manifestation du 22 mars qui a connu la plus importante participation, suivie de celle du 5 mai (La Fête à Macron), ce que semble confirmer le dénombrement d’Occurrence. Et pour les deux, Préfecture et Occurrence, le 5 mai a réuni plus de monde que le 26…

Reste à expliquer ces mathématiques post-modernes inventées par la gauche où 500 + 500 = 400 ! François Ruffin et Dominique Lordon, suivis surtout par la France insoumise, réunissent plus de monde le 5 mai que les 65 organisations, dont la France insoumise, regroupées derrière ATTAC et la Fondation Copernic !

Faut-il attribuer le succès de la Fête à Macron, au facteur personnel de François Ruffin associant jeunesse, méthodes nouvelles, apparition récente dans le monde politique ? A la forte mobilisation de la France insoumise…
Ou la moindre mobilisation de la Marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité du 26 mai, à une forme plus traditionnelle, à un appel unitaire avec les arrière-pensées de chacun, les conditions de cette unité, ensemble mais chacun chez soi… à la lassitude devant les manifestations répétées, les grèves qui perdurent sans apparent fléchissement du gouvernement et du président ?

 

Que la Marée monte

Quoi qu’il en soit, la journée du 26 a été celle d’une manifestation nationale importante. Par le nombre de participants à Paris, même si on aurait souhaité qu’il fut plus élevé… Mais même si ce qui se passe à Paris a toujours un écho plus important, le 26, la Marée était aussi organisée dans 190 villes en France alors que le 5 mai n’avait lieu qu’à Paris. Dans une relative union d’associations, de syndicats (même si tous n’étaient pas là...) et des partis politiques de gauche, union relative parce que ces organisations étaient dans le défilé mais non ensemble.

 

Classiquement, à Paris, les manifestations sociales, politiques contre les nationalisations, les attaques de la sécurité sociale..., sont largement blanches, les populations des quartiers ne participent pas ou peu. Une touche de couleur est souvent apportée par la présence des groupes de sans papiers ou des membres de la CGT ou de Droit au logement. Les proportions sont inversées quand il s’agit de luttes contre les contrôles au faciès, les discriminations, les dérapages policiers. Ou pour revendiquer un mémorial pour les victime de l’esclavage.....

Cette fois, le comité Adama avait appelé à participer et à prendre la tête du cortège. Les quartiers populaires n’ont pas débarqué en masse mais c’est un début.


 

Que la Marée monte

Tout un chacun sait, maintenant, que le président de la République a choisi son camp, qu’il attaque les masses populaires sur tous les fronts, en même temps. Que c’est le même président qui accentue la désertification des campagnes (suppression de services hospitaliers, de bureaux de poste…), pourchasse les demandeurs d’asile, comme les gouvernements précédents, abandonne les quartiers avec la mise dans un tiroir du rapport Borloo qu’il avait demandé, démantèle le code du travail, diminue le nombre de fonctionnaires, les emplois aidés et les budgets sociaux, s’attaque aux donneurs d’alerte, supprime l’APL, privatise et diminue les impôts au profit des plus riches...

 

Le 26 mai a été le premier pas, il faut espérer que les organisations sociales, syndicales et politiques ont conscience de l’attente de toutes les catégories de population.
Pour que la Marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité
monte, de tous les cotés, de toutes les catégories sociales, en même temps.

Quelques images de la manifestation

Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte
Que la Marée monte

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche