Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2018 6 13 /01 /janvier /2018 20:59
BILAN DES BLOGS 2017

In English

Les articles que vous avez pu lire sur ce blog, ouvert depuis avril 2008, sont publiés, aussi, sur wordpress, en anglais depuis le 12 avril 2017 avec l’aide de Google, sur le blog hébergé par Mediapart, depuis décembre 2014 et sur Agoravox depuis 2011.

 

BILAN DES BLOGS 2017

Over-blog.fr depuis sa création, le 06/04/08.

 

Tableau 1 : Nombre de visiteurs uniques, page vues, articles par année

Année

Visiteurs

Pages vues

Articles

(dt Revue de presse)

Visiteurs/Article

2008

318

953

12 (0)

27

2009

751

1 406

40 (0)

19

2010

2 702

5 237

56 (12)

49

2011

5 019

10 762

92 (35)

55

2012

8 308

16 330

137 (46)

61

2013

6 126

10 699

75 (32)

82

2014

5 212

8 715

81 (29)

64

2015

6 690

9 311

79 (13)

85

2016

8 011

10 150

49 (0)

163

2017

4 608

6 295

53 (0)

87

Total

47 745

79 858

491 (167)

72

- Nombres d'abonnés au blog : 14.

- Environ 5 000 visiteurs uniques et 8000 pages vues par an. Le tout sans progression nette avec le temps : 2016 année la plus favorable, 2017 la plus faible depuis 2010.

- Chaque personne a vu, en moyenne, 1,67 pages depuis le début : 2,9 en 2008, puis, les visiteurs regardent de moins en moins de pages pour arriver à 1,27 en 2016 et 1,37 en 2017.

- Chaque article a été vu, depuis le début, en moyenne, par 72 visiteurs. Ce nombre a augmenté de façon nette en 2016 avec 163 visiteurs par article. Mais revenu à 87 en 2017.

- Il n'est pas possible de connaître les articles les plus lus depuis le début du blog, seulement les 10 articles les plus lus chaque mois.
En reprenant
ces 10 articles, chaque mois, le tableau 2 permet d’obtenir les 5 plus consultés en 2016 : ils sont anciens, concernent l'immigration et la bio-éthique. Le même calcul pour 2017 permet de constater un résultat proche pour les 5 premiers titres mais avec un nombre de lecteurs nettement inférieur.

 

Viennent ensuite, les articles consacrés à Camus. Les articles d’actualité sont moins regardés, par nature plus « périssables ».

 

Tableau 2 : Articles les plus lus

Titre de l’article

En 2016

En 2017

Date de publication

Nationalité, citoyenneté, droit de vote des résidents (2art.)

1687

555

29/10/09

Peut-on parler de races humaines

1045

778

16/10/10

Droit du sol/Droit du sang en Italie

561

300

13/02/12

Pourquoi n’avons-nous pas pu obtenir le droit de vote

564

66

14/12/09

Procréation médicalement assistée

405

146

19/04/15

Premier homme

93

99

23/01/14

BILAN DES BLOGS 2017

Wordpress

 

Sur wordpress, il est possible de connaître l’origine géographique des visiteurs chaque mois pour les 10 premiers pays. Les visiteurs les plus nombreux de 2012 à 2016 viennent de France 1433 sur 1867, ils diminuent chaque année. Viennent ensuite les États-Unis avec 194 visiteurs dont 86 pour la seule année 2017. Effet, peut-être, de la présentation en anglais des textes, car 23 visites provenaient des États-Unis entre avril et décembre 2016 contre 72 pendant la même période de 2017. Ce qui ne semble pas jouer pour les autres origines géographiques.

Tableau 3 : Nombre de visites, de visiteurs, d’articles publiés.

Année

Visites

Visiteurs

Articles Publiés

Visites par article

2012

344

28

28

12,3

2013

550

257

70

7,8

2014

431

300

80

5,4

2015

279

212

71

3,9

2016

128

88

46

2,8

2017

194

162

46

4,2

Total

1926

885

295

6,5

- 7 abonnés, apparemment des francophones

 

Tableau 4 : Origine nationale des lecteurs

 

2012

2013

2014

2015

2016

2017

Total

France

322

452

308

187

83

81

1433

États-Unis

7

10

24

43

24

86

194

Brésil

4

0

7

12

12

7

42

R-U

1

4

16

11

0

3

35

Autres

9

65

54

16

9

10

163

Total

343

531

409

269

128

187

1867

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

BILAN DES BLOGS 2017

Mediapart

 

Les articles sont aussi publiées sur le blog personnel de Mediapart, (12 abonnés, 16 contacts). Depuis sa création, le 22 décembre 2014, 118 billets ont été publiés. Le nombre de lecteurs n'est pas connu. Pour chaque article, le lecteur peut laisser un « commentaire » ou le « recommander ».

 

Tableau 5 : Nombre d’articles publiés, « commentaires », « recommander ».

Année

Articles publiés

Commentaires

Recommandés

2014

2

2

4

2015

30

52

57

2016

40

16

41

2017

46

19

43

Total

118

89

145

 

 

BILAN DES BLOGS 2017

Agoravox

 

Sur Agoravox, le nombre de personnes qui consultent les articles peut être connu.

 

Du 2/06/11 au 29/12/17, 229 articles ont été publiés et 379 822 visiteurs ont laissé 2 706 commentaires. En moyenne, chaque article a été vu 1 696 fois (et commenté 12 fois) variant de 1 170 visiteurs en 2012 à 2 026 fois en 2017. Mais ce nombre varie beaucoup suivant les articles : 381 pour Pas de vie sans Frontière (10/01/12), 12 780 pour A propos de l’Étranger d’Albert Camus (03/12/13).

Le tableau 6 permet de voir les articles qui ont eu plus de 3 000 lecteurs, 4 portent sur l’UE, 3 sur des livres d'Albert Camus.

 

Publier dans Agoravox a plusieurs intérêts : une audience incomparablement plus importante, plus diversifiée et plus politisée que celle des blogs personnels. Ceci se voit à travers les réactions qui sont plus nombreuses et parfois vives. Pouvant déborder le sujet de l’article.

 

Les articles sur Camus sont au premier rang mais aussi les articles d’actualité.

 

 

 

 

Tableau 6 – Articles ayant eu plus de 3 000 visiteurs sur Agoravox

Titre

Date

Nombre de lecteurs

A propos de LÉtranger d'Albert Camus

03/12/13

12 780

A propos de La Mort heureuse d'Albert Camus

12/11/13

8 329

22/10/15

8 170

Comparaison de journaux français/étrangers du 25/09/14

04/11/14

7 452

Immigration et UE : La crise migratoire

22/10/15

6 183

21/02/14

5 620

A propos de Lettres à un ami allemand d’Albert Camus

17/10/13

4 733

Les étrangers dans l’UE

26/07/11

4 996

L'Union européenne ébranlée

17/07/11

4 654

Touchée ! Coulée ? L’UE et les réfugiés

17/03/16

4 581

Démocratie directe. Démocratie indirecte. Démocratie !

21/02/14

4 505

Ségolène Royal : parachutage ou chute aidée ?

18/06/12

3 773

Après les attentats

22/11/15

3 692

28/02/14

3 401

Gouverner, c’est choisir

30/07/16

3 147

Boulevard Marine Le Pen

09/07/11

3 100

Mélenchon part en campagne

12/06/16

3 072

27/06/16

3 066

18/07/11

3 010

 

 

BILAN DES BLOGS 2017

Twitter, Facebook, Linkeln

 

Lors de leur publication, tous les articles sont annoncés sur Twitter (43 abonnés), Facebook (193 amis) et Linkedln (51 relations) pour informer de leur parution.


Sur Twitter sont aussi publiés, au jour le jour, des touits d’humeur (mauvaise), 1 138 depuis le début, qui sont ensuite regroupés dans le blog (over-blog) sous le titre touits 1, 2, 3 mis à jour régulièrement.



 

BILAN DES BLOGS 2017

Conclusion

Pendant 10 ans, j’ai essayé de publier régulièrement des articles et une revue de presse sur l’actualité politique.

J’ai, au bout de quelque temps, abandonné la revue de presse, peu lue.

J’ai essayé de varier les articles, avec des photos prises lors de manifestations, des articles sur le cinéma, à la suite des festivals de Pesaro, Cannes, Venise, des notes de lecture issues des discussions dans le cadre du Cercle des Chamailleurs ou de relations anecdotiques, de vacances ou de la vie quotidienne.

En ce début d’année, à l’occasion du bilan annuel, j’ai décidé d’arrêter d’écrire régulièrement des articles. Peut-être à l’occasion, si j’en éprouve le besoin… un article ou quelques photos…

Avec mes meilleurs de paix et de santé… et quelques photos pour les vaillants qui seront arrivés jusque là...

BILAN DES BLOGS 2017
BILAN DES BLOGS 2017
BILAN DES BLOGS 2017
BILAN DES BLOGS 2017
BILAN DES BLOGS 2017
BILAN DES BLOGS 2017
BILAN DES BLOGS 2017
Partager cet article
Repost0
27 décembre 2017 3 27 /12 /décembre /2017 18:08
Bref séjour à Naples et environs...

Noël n'est probablement pas le meilleur moment pour visiter Naples et ses environs. On peut en ramener cependant quelques images à partager...

Au delà des mésaventures habituelles dont on est averti mais... (cette  fois, un sac à main pris alors  qu'il était dans un sac à dos).

Le soir des 24 et 25 décembre, la plupart des restaurants sont fermés. Nous avons mangé le soir du 24 dans un restaurant indien et le 25 dans un restaurant chinois.

Par décision de la municipalité, la ligne 1 du métro ne fonctionnait pas l'après midi du 25. Nous sommes repartis le 26 qui est aussi un jour férié...

Voici quelques images, prises au hasard des promenades, en commençant par le DUOMO

Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...

Quelques vues sur la ville...

Bref séjour à Naples et environs...Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...Bref séjour à Naples et environs...

et des lieux emblématiques...

Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...

Un rapide passage dans les riches musées de Naples

Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...

et un échantillon de pièces du cabinet secret...

Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...

Des rues du centre historique

Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...

...qui sont aussi une forme de  musée, par les peintures de rue...

Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...

les devantures des magasins...

Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...

du métro...

Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...

et l'animation : commedia del'arte, magasins de crèches, nouveaux santons

Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...
Bref séjour à Naples et environs...

et, pas loin, le Vésuve...

Bref séjour à Naples et environs...

A suivre... pour les environs... Pompei, Sorrento, Amalfi.

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2017 3 27 /12 /décembre /2017 18:07
... les environs de Naples...
Ce qu'il faut craindre, ici, ce n'est pas le chien mais le Vésuve. Toujours endormi mais jamais éteint...
 
Les environs de Naples, ce sont les vestiges romains qui rappellent ses sautes d'humeur et la côte amalfitaine.
 
A partir de Naples, avec le train, on peut aller facilement à Herculanum ou Pompéi , pour les vestiges romains et, à Sorrento. A partir de Sorrento, le bus permet d'atteindre Amalfi par la côte et Capri par bateau...
 
Les vestiges les plus célèbres sont ceux de Pompéi. Bien des pièces essentielles sont dans les musées. Il reste le site...

 

... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
Les "environs" de Naples, c'est aussi la côte amalfitaine Mais pas plus que Rome, tout cela ne peut "se faire" en un seul jour, avec le bus.
Quelques images de Sorrento... de la côte de Sorrento à Amalfi... pour allécher les candidats au voyage.
 
Sorrento
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... de la côte de Sorrento à Amalfi en bus...

 

 

... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... et, enfin, Amalfi.
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
... les environs de Naples...
Mais ici, comme partout, CAVE CANEM
... les environs de Naples...
Partager cet article
Repost0
12 décembre 2017 2 12 /12 /décembre /2017 10:38

Anglais

 

Quelques images de la manifestation organisée par Attac, à l'occasion du One Planet Summit, sur la place du Panthéon à Paris, contre les investissements et les subventions pour les énergies du passé. Qui conduisent l'humanité à sa perte.

ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
Les peuples submergés par les puissances économiques et financières....
Les peuples submergés par les puissances économiques et financières....
Les peuples submergés par les puissances économiques et financières....
Les peuples submergés par les puissances économiques et financières....
Les peuples submergés par les puissances économiques et financières....
Les peuples submergés par les puissances économiques et financières....
Les peuples submergés par les puissances économiques et financières....
Les peuples submergés par les puissances économiques et financières....
Les peuples submergés par les puissances économiques et financières....

Les peuples submergés par les puissances économiques et financières....

se soulèvent et montrent qu'une autre politique est possible...
se soulèvent et montrent qu'une autre politique est possible...
se soulèvent et montrent qu'une autre politique est possible...

se soulèvent et montrent qu'une autre politique est possible...

ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
ATTAC et LE CLIMAT
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2017 7 10 /12 /décembre /2017 11:25
La longue lutte des Femmes pour l’égalité (2)

Prenant le contre-pied d’Albert Einstein, certains, pour favoriser l’autorisation des statistiques ethniques, disent que ce qui ne se compte pas ne compte pas (1). Les statistiques, au-delà de l’égalité proclamée, permettent de montrer les inégalités femmes-hommes dans les faits et la lente progression vers l’égalité dans différents domaines.

Au niveau politique.

La proportion des femmes au Parlement européen augmente progressivement, elle est passée de 16,6 % en 1979-84 à 36,6 % en 2014-19. Cette proportion varie d’un pays à l’autre, au plus bas, en Pologne, Hongrie, Slovaquie, Bulgarie (respectivement 17,7 %, 19,1 %, 23,1 %, et 23,5 % de femmes députées européennes), au sommet, Suède et Finlande (55 % et 53,9 %). La France est avec 43,2 % est en cinquième place (2).

Toute l'Europe a publié, en septembre 2017, les informations sur la proportion des femmes dans les parlements nationaux, Chambre basse seulement (en France, l’Assemblée nationale). A nouveau, la Suède et la Finlande sont en haut du tableau avec respectivement 43,6 % et 42 % de parlementaires femmes, l’Espagne arrive en troisième position (39,1 %). Mais ces pays ne sont que, respectivement, 6e, 9e et 14e au classement mondial. En fond de tableau, se trouvent Lettonie (16 %), Malte (11,9 %) et Hongrie (10,1 %).
Avec 38,8% de femmes députées, la France arrive en quatrième position (3).
 

En France, la proportion des femmes au Sénat est moindre qu’à l’Assemblée nationale : 31,8 %. Elle est cependant en augmentation constante depuis 2001 (Tableau 1)

Tableau 1 : Nombre et Pourcentage de femmes au Sénat (4)

Élection

Nombre

Pourcentage

2001

35

10,9 %

2004

60

18,1 %

2008

75

21,9 %

2011

77

22,10%

2014

87

25,0 %

2017

110

31,80%

Concernant les postes de ministre, pour les 28 États de l’Union, la proportion de femmes n’est que de 25 %. Au premier juillet 2017, deux pays ont plus de ministres femmes que de ministres hommes : la France (58 %, hors secrétaires d’État) et la Suède (52%), suivies par la Slovénie (44%). Au bas du tableau, Malte et Slovaquie (14%) et Chypre et Hongrie qui n’ont aucune femme à la tête d’un ministère (5).

Après le dernier remaniement ministériel, le gouvernement français est constitué, en comptant le Premier ministre, de 20 ministres, 11 femmes et 9 hommes, et de 12 secrétaires d’État, 7 hommes et 5 femmes, soit au final 32 postes également répartis.

Si les inégalités s’estompent lentement au niveau députés et ministres, on est encore loin du compte dans certaines fonctions. Malgré la loi sur la parité de juin 2000, 83 % des maires sortants en 2014 étaient des hommes (6) et 87 % des têtes de liste des élections municipales de 2014 (7).
 

La longue lutte des Femmes pour l’égalité (2)

La situation évolue encore plus lentement au niveau social et économique.

Dans l’Union européenne, l’écart moyen des salaires entre hommes et femmes qui était de 17 % en 2012, est passé à 16,7 en 2014 et 16,3 en 2015. Mais , suivant les pays, cet écart varie de 5,5 à 26,9 %.
En Italie et au Luxembourg (5,5 %), en Roumanie (5,8 %), en Pologne (7,7 %) et en Slovénie (8,1 %) les écarts sont les plus faibles, les plus importants sont en Estonie (26,9 %), République tchèque (22,5 %), Allemagne (22 %), Autriche (21,7 %) et Royaume-Uni (20,8 %). La France se situe en milieu de tableau avec 15,8 % (8).

En France, les entrepreneurs sont surtout des hommes : 60 % des autoentrepreneurs, 75 % des gérants de Société anonyme à responsabilité limité et 83 % des dirigeants salariés d’autres entreprises, selon l’Insee (9). La proportion des femmes diminue quand la taille de l’entreprise augmente : 37 % des personnes travaillant seules dans leur entreprise, 28 % dans les entreprises comptant de 2 à 4 personnes, 16 % dans les entreprises de 20 à 49 personnes et 14 % dans les entreprises de 50 personnes ou plus.
E
lles sont moins nombreuses à ces postes et gagnent moins : 31 % de moins que les hommes. Ce que l’Insee explique par un nombre d’heures travaillées moins important sur l’année (10).

Alternatives économiques se penche sur la proportion de femmes et d’hommes qui ont un poste de cadre en fonction de leur bagage universitaire (Tableau 2).

Tableau 2 : Pourcentage de femmes et d’hommes
cadre en fonction des diplômes

Niveau

% de femme cadres

% d’hommes cadres

Bac+2

8,6

23,4

Bac+3 ou plus

35,9

62,2

A niveau de diplôme équivalent, le taux d’emploi des femmes est inférieur à celui des hommes et les femmes sont moins souvent cadres que les hommes. Au total, les revenus des hommes sont supérieurs de plus de 30 % à ceux des femmes à tous les niveaux de diplôme et atteignent même 46 % pour les titulaires de bac+3 et plus.
Ces inégalités apparaissent dès le début des activités professionnelles et s’accentuent par la suite : ce qui veut dire des revenus inférieurs pour les femmes de 25 % par rapport aux hommes à 25 ans et de 64 % à 65 ans (11) !

Pour les postes de Pdg, si l’on en croit LeFigaro, les choses ne semblent pas s’améliorer. En 2015, un peu moins d’une entreprise sur cinq a changé de PDG dans le monde, le taux le plus élevé depuis 16 ans. A cette occasion, sur les 359 nouvelles nominations, 10 étaient des femmes, soit 3 % (12).

Au niveau des salaires comme de l’emploi, la route vers l’égalité hommes-femmes sera encore longue.

La longue lutte des Femmes pour l’égalité (2)
Partager cet article
Repost0
9 décembre 2017 6 09 /12 /décembre /2017 08:29
La longue lutte des Femmes pour l’égalité (1)

English

 

La journée du 25 novembre est dédiée par l'Onu à la violence faite aux femmes. Elle a connu, cette année, un retentissement important. Probablement parce qu'elle arrivait à la suite de l'affaire Harvey Weinstein. Il faut espérer que, un événement chassant l'autre, la question ne va pas être oubliée jusqu’à l’année prochaine.

 

En 1993, l'Assemblée générale des Nations unies adopte la Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes et, en 1999, le 25 novembre est proclamé journée internationale pour l'élimination de la violence contre les femmes, en souvenir de l’assassinat, commandité par le dictateur Rafael Trujillo, des trois sœurs Mirabal, militantes politiques dominicaines, le 25 novembre 1960.

 

Quelques chiffres, publiés à l’occasion de cette journée, donnent une idée de l’ampleur du problème.
D’après lOnu, données de 87 pays de 2005 à 2016, 19% des femmes âgées de 15 à 49 ans affirment avoir subi des violences physiques ou sexuelles infligées par un partenaire intime au cours des 12 mois ayant précédé l'enquête (1).

Dans l’Union européenne, en 2015, 215 000 crimes sexuels ont été rapportés à la police dont un tiers sont des viols. Les victimes sont des femmes dans 90 % des cas et 99% des personnes emprisonnées pour ces crimes sont des hommes.

En France, la police a enregistré 16 741 plaintes, soit près de 50 dénonciations d'agression sexuelle et 31 plaintes pour viol pour 100 000 habitants (10 729 plaintes au total).
Tous ces chiffres sous-estiment probablement l’importance du phénomène car ils ne comptabilisent que les cas signalés à la police (2).

Au delà de l’affaire , il ne faut pas oublier un phénomène permanent et universel. Dans l’enquête de l’Onu, citée ci-dessus, en 2012, près de la moitié des femmes victimes d'homicides volontaires dans le monde ont été tuées par un partenaire intime ou un membre de leur famille contre 6% des hommes.
En France, deux femmes meurent par semaine et un homme toutes les deux semaines du fait de violences dans le couple. La cause principale, pour les hommes auteurs d'homicides, est le refus d‘une séparation en cours ou qui a déjà eu lieu. Pour les femmes, souvent victimes de violences antérieures, c’est à l’occasion d’une énième dispute (3).

 

En 2014, La Croix rapporte une enquête de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne sur 42 000 Européennes : une femme sur cinq dit avoir été victime de violences physiques et/ou sexuelles. Pour la France, une femme sur quatre. Et trois Françaises sur quatre ont subi du harcèlement contre une sur deux en Europe. Près de une sur deux a dû faire face à violences physiques, sexuelles ou psychiques dans l’enfance contre un tiers des européennes.
Chose étonnante dans cette étude, les pays scandinaves, Finlande, Suède, sont plutôt mal classés. Plus que l’importance de la violence, cela traduirait une parole plus libérée des femmes, plus sensibilisées (4).

Quelles que soient les études, les résultat ne permettent pas d’établir un palmarès entre les pays car les chiffres collectés dépendent énormément des conditions de recueil des informations, de la sensibilisation et des attitudes générales vis-à-vis des violences sexuelles. Ils permettent seulement de mettre en évidence et l’ubiquité et l’importance du problème.

Le harcèlement sexuel, le viol sont très répandus dans le temps, ils ne datent pas d’hier, et dans l’espace, classes sociales, pays, continents.


 

La longue lutte des Femmes pour l’égalité (1)

L’affaire Harvey Weinstein a joué un rôle particulier, cette année, parce que le producteur de cinéma le plus puissant d’Hollywood se croyait intouchable et avait un comportement, connu de tous, particulièrement détestable.
Pour que ce comportement soit dénoncé dans la presse, il a fallu des femmes qui aient une surface sociale certaine pour pouvoir assumer publiquement leur accusation.
Ce sont deux femmes journalistes connues : Megan Twohey, qui a contribué à dévoiler, entre autres, le comportement de Donald J. Trump envers les femmes et Jodi Kantor, spécialiste des questions de genre et de travail qui a suivi la campagne présidentielle étasunienne de 2008, qui ont mis en cause Harvey Weinstein, dans le New York Times du 5 octobre 2017. Elles ont été relayées, le 10 octobre, par un article du New Yorker de Ronan Farrow.
Au total, Harvey Weinstein a été publiquement accusé de harcèlement sexuel, d’avoir proposé de favoriser leur carrière contre des faveurs sexuelles, d’avoir voulu acheter le silence de certaines de ses victimes contre de fortes sommes et de viols, faits que beaucoup de monde connaissait, par plus de 70 femmes, majoritairement des actrices mais aussi des employées, des journalistes, des productrices, des mannequins qui se sont senties suffisamment fortes pour cela.

Ces comportements touchent davantage les femmes en situation de faiblesse pour qui il est difficile de protester. Quelquefois, ce sont les victimes qui sont condamnées ! En 2007, une campagne MeToo avait été lancée pour dénoncer les violences sexuelles, notamment à l'encontre des minorités visibles. Sans grand succès (5).
Cette année, à la suite des articles dans les deux prestigieux journaux, une actrice étasunienne propose de reprendre la campagne #metoo pour partager des témoignages de violences sexuelles et sexistes dans différents milieux. D’autres personnalités sont mises en cause. A partir de là, d’autres femmes se sont levées, un peu partout dans le monde.

Cette campagne est reprise en France sous la forme #BalanceTonPorc pour que la peur change de camp . C’est un rapide succès. Et #MeToo et repris aussi dans 85 pays dont, après les États-Unis, le R-U, l'Inde, le Pakistan, le Japon... Mais encore dans d’autres langues et pays : en français au Canada, en arabe, Tunisie, Égypte, Dubaï : أنا_كمان, en Chine : #我也是, Espagne : #YoTambién, Corée du Sud : #나도, Vietnam : #TôiCũngVậy, Israël : גםאנחנו# (NousAussi), Italie : #QuellaVoltaChe (LaFoisOù)…

Les messages diffusés signalent des faits depuis des propos jusqu’au viol en passant par le harcèlement, les agressions… dans différents milieux professionnels (monde du divertissement, politique, finance, sport...), à l’école, en famille, quelquefois en désignant de personnalités connues. Dont certaines démissionnent de leur fonction...

La longue lutte des Femmes pour l’égalité (1)

Dans cette histoire, le perspicace philosophe Alain Finkielkraut voit tout de suite le sens profond de l’opération un des objectifs de la campagne #balancetonporc était de noyer le poisson de l’islam.
Certes, il est concevable que la dénonciation de personnes et la forme élégante du dièse français #BalanceTonPorc le choquent. Il est beaucoup moins admissible qu’il sous-estime la gravité des faits, du chantage hiérarchique, du viol, des femmes assassinées…, qu’il minimise le courage de ces femmes qui s’exposent.
Il aurait pu reconnaître, pour une fois, les bienfaits de l’ouverture des études, ici et ailleurs, à des milliers de jeunes filles qui, peu à peu, ont acquis les moyens culturels, professionnels, économiques de leur indépendance.

En 1965, j’ai été très surpris de constater dans un amphithéâtre de la faculté des lettres à Toulouse que la grande majorité de l’assistance était féminine ! J’en avais conclu que cela devait se traduire, un jour ou l’autre, au niveau de la société. Je ne savais comment.

Tout simplement, depuis cinquante ans, les femmes ont pris en charge les luttes pour leur libération, leur autonomie et l’égalité des droits. Que cela pose des problèmes à certains, à la société… c’est évident mais toute libération pose des problèmes. Un nouvel équilibre est à trouver.

Maintenant, il faut souhaiter que cet événement ne tombe pas dans l’oubli en attendant la prochaine affaire. Qu’il favorisera, au moins dans certaines sociétés, l’évolution des mentalités non vers une guerre des sexes mais vers l’invention d’un nouveau vivre ensemble, plus équilibré.

 

La longue lutte des Femmes pour l’égalité (1)
Partager cet article
Repost0
29 novembre 2017 3 29 /11 /novembre /2017 18:34
Après nous, le déluge ?

English

 

L’Histoire est faite de luttes, pacifiques ou non, entre groupes sociaux. Ces luttes aboutissent à un équilibre plus ou moins stable, par la victoire d’un groupe sur l’autre ou par un compromis. En attendant de nouveaux conflits ou la renaissance de conflits anciens.

 

Au niveau international, avec l’énergie nucléaire, le surarmement et le système des blocs et alliances, le risque est apparu d’un embrasement planétaire avec possible disparition de toute l’humanité, belligérants et non belligérants confondus. La prise de conscience de ce risque, où tout le monde serait vaincu, a conduit à la Guerre froide, à l’équilibre de la terreur, à l’absence d’affrontement direct entre les deux superpuissances mondiales, la confrontation militaire persistant à travers des guerres par belligérants locaux interposés…

 

La disparition de l’URSS a diminué, sans le rendre impensable, le risque de conflit nucléaire généralisé. Car des États en conflit larvé ont des armes nucléaires et demeurent un danger pour l’humanité… D’où l’intérêt d’un traité de désarmement nucléaire généralisé.

 

Aujourd’hui, est apparu un nouveau risque pour l’humanité et de nombreuses formes de vie sur la planète : la compétition de tous contre tous, individus ou groupes, avec le développement des possibilités techniques et scientifiques dans la recherche du toujours plus, plus d’accumulation et d’accaparement de biens matériels,
Quoi qu’il advienne.

 

Cette course infinie n’évolue pas comme il avait été annoncé vers l’épuisement des ressources, plus ou moins repoussé par la découverte de nouveaux gisements ou moyens d’exploitation. Mais le rejet dans la terre, dans l’eau, dans l’air de produits les rendent dangereux, impropres à la consommation et facteur de dérèglement climatique avec des conséquences catastrophiques...

 

 


 

Après nous, le déluge ?

Les climato-sceptiques sont de plus en plus rares même si le poids de Donald Trump n’est pas négligeable. S’ils pensent que le réchauffement climatique n’est pas dû exclusivement à l’activité humaine, ils devraient admettre qu’il n’est pas utile qu’elle y contribue…

Au niveau international, l’influence importante des activités humaines sur l’avenir de la planète est reconnue maintenant depuis de nombreuses années. A la demande du G7, sous la pression de Ronald Reagan et Margaret Thatcher, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) a été créé en 1988, pour contrer une agence de l’ONU, trop favorable à l’écologie.

 

Depuis, le Giec ne cesse de lancer des avertissements. Le premier rapport (1990) signalait que depuis 1900, la température avait augmenté d'environ 0,5 °C. Dans le troisième (2001), il prévoyait une augmentation de température entre 1,4 °C et 5,8 °C entre 1990 et 2100 et signalait que le rythme du réchauffement était sans précédent depuis les dix derniers millénaires. Le cinquième (2014) affirmait qu’il était possible de limiter l'élévation de température à 2 °C de plus qu’avant la révolution industrielle si les émissions de gaz à effet de serre étaient réduites de 40 à 70 % entre 2010 et 2050. Et aussi que la seule utilisation des réserves de combustibles fossiles disponibles entraînerait un réchauffement de 4 à 5 °C en 2100…
Le plus dangereux n’apparaît pas l’épuisement des réserves mais la découverte de nouvelles qui pourraient conduire à leur exploitation et à un réchauffement planétaire... de 7 ou 8 °C au siècle suivant (1)

Ces rapports ont servi de base à des rencontres internationales les résolutions sont adoptées par des États de plus en plus nombreux. Mais sans grandes conséquences pratiques pour le moment.

Après nous, le déluge ?

Il n’est pas possible, cependant, d’affirmer que rien n’a changé. La question, avec l’aide de grandes organisations écologiques, plus que de partis écologiques qui n’ont même pas su profiter de la vague, est entrée dans le débat public.


La Conférence de Paris, malgré ses insuffisances, est un événement majeur : pour la première fois, l’ensemble des États de la planète est d’accord sur le diagnostic. Le texte signé fixe un but chiffré, même s’il est insuffisant et surtout insuffisamment financé, même si, 2 ans après, les engagements des signataires ne sont pas à la hauteur de la situation.
Même si la COP23 a eu lieu en l’absence d’un des États les plus pollueurs de la planète au moment 15 364 scientifiques de 184 pays, biologistes, physiciens, astronomes, chimistes, agronomes... ont lancé un cri d’alarme… sur l’état de la planète, un avertissement à l'humanité (2).

 

Désormais, les scientifiques savent et font savoir ce qu’ils savent, notamment les risques de basculement vers l’irréversible. Les gouvernements savent. Les politiques savent. La population sait. Tout le monde sait.

Nous savons tous. Nous continuons à nous comporter comme si nous ne croyions pas à ce que nous savons. Parfois, à ce que nous disons ! Les puissances agissent plus en fonction de leur intérêt à court terme qu’en fonction du maintien de la vie, de l’humanité dans le temps qui vient.

 

Pourtant, une partie de la population subit, déjà, les conséquences du dérèglement climatique : catastrophes, dites, naturelles mais dont les données du bureau des Nations unies pour la réduction des risques montrent qu’en 2014, 87% avaient un lien avec le réchauffement de la planète (3).


 

Après nous, le déluge ?

Les déplacés sont de plus en plus nombreux, contraints de fuir leur terre par suite de l’intensité des catastrophes naturelles extrêmes (4). Dans son premier rapport sur les déracinés par le changement climatique, Oxfam les estime à 23,5 millions en 2016 : total ne tenant pas compte des catastrophes lentes et peu spectaculaires, sécheresses ou montée du niveau de la mer. (5). En 2014, 87 % des réfugiés climatiques étaient asiatiques.

La pollution est responsable de 5,5 millions de décès prématurés dans le monde chaque année, la moitié en Chine et en Inde (6).

 

La COP23 était présidée par la République des Fidji, ce qui témoigne de l’inquiétude de nombreuses îles du Pacifique menacées de disparition par la montée des eaux : 9,2 millions de personnes dans 22 États insulaires. Certaines pourraient disparaître dans les trente prochaines années.
Des juristes prennent la question au sérieux. Ils se demandent que vont devenir les États insulaires qui vont être submergés alors que, selon le droit international, la souveraineté territoriale et les bénéfices qui en découlent supposent une étendue naturelle de terre entourée d'eau qui reste découverte à marée haute. (7).
Les populations ont déjà commencé à émigrer (57 % des Samoans et 46 % des Tongiens vivent à l’étranger).

 

Pour empêcher les catastrophes de demain ou diminuer leur gravité, la COP21 a admis qu’il fallait limiter le réchauffement de la planète à 2 degrés maximum et, si possible, à 1,5 d’ici à 2100. La COP23 a reconnu comme insuffisants les engagements actuels des États et que le réchauffement serait plus probablement de 3 degrés ou plus (8).

 

En France, selon un rapport de l’Ademe, il est possible de produire 100 % de l’électricité avec des énergies renouvelables en 2050 : éolien 63 %, solaire 17 %, hydraulique 13 %, thermique 7 %. Ce qui ne coûterait pas plus cher que de maintenir 50 % de nucléaire, comme prévu.
Mais ce rapport a disparu (9). Et pour le moment, la France prend du retard sur ses engagements.

Devant la faiblesse des politiques, les intérêts immédiats des financiers, une mobilisation populaire internationale est nécessaire pour pousser à la prise de décisions efficaces.

Au delà de l’hexagone, les banques françaises jouent un grand rôle dans les investissements financiers dans des projets miniers très importants. Alors qu’elles développent une rhétorique de lutte contre le changement climatique, les banques françaises ont augmenté de 218 % leur financement dans le secteur du charbon entre 2005 et 2013. Sur cette période, la France est le quatrième pays qui a le plus financé le secteur, derrière la Chine, les États-Unis et le Royaume-Uni.
Mais il est possible de faire pression sur ces banques qui sont sensibles à leur image : BNP Paribas, Crédit agricole et Société générale se sont engagées à ne plus financer les projets miniers pharaoniques dans le bassin de Galilée, près de la côte orientale de l’Australie où se dresse la Grande Barrière de corail. (10).

Après nous, le déluge ?

A l’initiative d’Emmanuel Macron, après le retrait des États-Unis de l’accord de Paris, le One Planet Summit se tiendra à la Seine Musicale, en décembre. Il accueillera 2000 personnes dont une centaine de chefs d’État ou de gouvernement. Ce sommet est organisé avec l'ONU, l'OCDE, l'Union européenne, la Convention mondiale des maires, les réseau de villes C40, les ONG du Climate Action Network, des entreprises, sur la recherche de financements pour accélérer la lutte contre le réchauffement climatique (11).
Survenant un mois après la COP23 sera-t-il plus efficace que celle-ci ?

En attendant, les émissions de gaz carbonique vont augmenter de 2 % en 2017, alors qu’elles étaient stables depuis 2014, selon une étude du consortium international de scientifiques, le Global Carbon Project. Rester en dessous de 2 °C de réchauffement d’ici à 2100 semble inaccessible. Sans une baisse très rapide des émissions carbonées, le réchauffement de 1,5 °C sera atteint dans dix ans, de 2 °C dans quelques décennies et de 3 ou 4 °C d’ici à la fin du siècle (12).

Une vingtaine de pays, à l'initiative du Canada et du Royaume-Uni, dont la France, le Costa Rica, les îles Fidji, le Danemark, les Pays-Bas, la Finlande, l'Italie et la Nouvelle Zélande, ont annoncé, lors de la COP23, leur volonté de fermer les centrales au charbon au plus tard en 2030.
La notion de croissance est, de plus en plus, à interroger. Mais les États-Unis depuis 2005 ont réduit de 11,5% les émissions de dioxyde de carbone en affichant une hausse de la richesse nationale de 15%, selon la représentante américaine à la COP23. En 2017, après cinq années de baisse, les émissions de dioxyde de carbone liée au charbon devraient augmenter légèrement par suite de l’évolution des prix et de la volonté de Donald Trump de relancer cette énergie (13).

Les événements climatiques sont d’autant plus catastrophiques qu’ils font des dégâts matériels et humains. Ces catastrophes touchent surtout les populations les plus faibles : les pays les plus pauvres, les moins bien équipés ou organisés et, dans les pays riches, les populations les plus pauvres.

Au niveau mondial, les 10 % les plus riches sont la source de 50 % des émissions de gaz à effet de serre, tandis que les 50 % les plus pauvres y contribuent pour 10 %. A l’échelle d’un pays comme l’Inde, la moitié des émissions liées à la production électrique est le fait de moins de 15 % de la population, tandis que près d’un tiers des Indiens est privé d’accès au réseau. (14).

Au total, les pays riches polluent plus, par habitant, que les pays pauvres. Dans les pays riches et dans les pays pauvres, les personnes riches polluent plus que les personnes pauvres. Et ce sont ces personnes qui tiennent le pouvoir de décision. Tandis que, avant de toucher tout le monde, les catastrophes climatiques touchent en priorité les pauvres et les pays pauvres.

Ce sont ceux qui détiennent les pouvoirs qui sont les plus dangereux pour l’avenir. C’est dire la difficulté pour prendre des décisions qui mettent en question l’organisation financière, économique, sociale et politique. Et encore plus pour les appliquer.

 

Tout le monde sait.

L’année 2016 a été la plus chaude depuis les premiers enregistrements à la fin du 19ème siècle. Les déplacés climatiques se chiffrent par millions.
Si un changement de cap n’est pas pris rapidement, après nous le déluge risque de n’être pas une métaphore !



 

Après nous, le déluge ?

1 - https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_d%27experts_intergouvernemental_sur_l%27%C3%A9volution_du_climat)

2 - Le Monde 13/11/17

3 - Libération 16/03/15

4 - Le Monde 02/11/17

5 - http://www.oxfamfrance.org/rapports/changement-climatique-protection-des-civils-crises-humanitaires/deracines-par-changement

6 - Le Figaro 12/02/16

7 - Foreign affairs 04/09/15, cité par Courrier international 17/12 06/01/16

8 - Le Monde 31/10/17

9 - Mediapart 08/04/15

10 - Le Monde.fr 08/04/15

11 - La Tribune 07/11/17

12 - Mediapart 14/11/17

13 - Le Figaro 16/11/17

14 - Alternatives économiques 16/11/2017

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 09:13
Ardiente Paciencia, Il postino, Le Facteur

Ardiente Paciencia, Il postino, Le facteur

English

Antonio Skármeta a écrit Ardiente Paciencia dont s’est inspiré Michael Radford pour réaliser Il postino (Le facteur). Livre et film narrent l’amitié entre le jeune facteur qui veut devenir poète pour séduire les femmes et son unique client quotidien, Pablo Neruda. (1). Quand Mario découvre la belle Beatriz, il va faire du poète son complice d’abord involontaire puis bienveillant et efficace dans son éducation poétique et sa conquête...

 

Cette histoire d’amour et de poésie se déroule en parallèle et en harmonie avec celle de Salvador Allende dans la conquête et l’exercice du pouvoir et sa chute. Pendant cette période, Pablo Neruda, très impliqué dans les événements politiques de son pays, réside dans l’Île noire, située au Chili dans le roman, en Italie dans le film. D’où quelques adaptations au niveau du scénario.

 

Alors que le livre a été écrit en espagnol et le film tourné en italien, très souvent le même texte se retrouve en français dans le livre et dans le film. Malgré cette fidélité au texte, le film et le livre ont une identité qui leur est propre.

Ardiente Paciencia, Il postino, Le Facteur

Dans le livre, Antonio Skármeta alterne de très longues phrases avec une déferlante de mots, de qualificatifs qui témoignent de l’importance du phénomène ou du sentiment décrits mais souvent avec une ironie, autodérision de l’auteur et une certaine truculence. Et des dialogues rapides, parfois, un vocabulaire populaire et de nombreux traits d’esprits qui donnent au lecteur le sourire à des moments, plus ou moins dramatiques pour les protagonistes.

 

Cet aspect est un peu gommé dans le film qui insiste plus sur la beauté des paysages, la confrontation des couleurs : obscurité du bureau de poste, maison rose du calme et du bonheur où le facteur porte, chaque jour, le courrier pour Neruda et s’ouvre à la poésie et à l’amitié, variantes de bleu et de gris de la mer, calme ou agitée, Île noire, volcanique, …

 

Paradoxalement, là où le livre donne à voir et à entendre par les mots, le film suggère par les images et le jeu des acteurs, les regards séducteurs de Maria Grazia Cucinotta (Beatriz), les mains et le visage très expressifs de Massimo Troisi (Mario) qui contrastent avec le jeu plus retenu de PN (Philippe Noiret, Pablo Neruda).

 

La poésie est souvent présente, comme apprentissage, la révélation de la métaphore, comme moyen de séduction pour Mario qui utilise sans vergogne les poèmes du barde pour dominer sa timidité et séduire la séductrice Beatriz qui ne demande que cela et utilise d’autres moyens ; la poésie comme transfiguration de la réalité, quelquefois inconsciente, Rosa, la mère de Beatriz, lisant ou entendant le poème que Mario a donné à sa fille en conclut qu’il a vu Beatriz, nue, car elle est bien comme cela (le poème a été écrit pour Matilde l’épouse de Neruda) ; Mario a le mal de mer en écoutant un poème récité par Neruda...

Ardiente Paciencia, Il postino, Le Facteur

L’adaptation de l’intrigue à la situation italienne est à l’origine de quelques scènes bienvenues  : le jeune Mario est embauché parce qu’il a une bicyclette nécessaire pour porter le courrier à Pablo Neruda qui vit à l’écart du village et il ne se sépare pas d’elle facilement, il entre dans le bureau de poste et sort du cinéma avec sa bicyclette (clin d’œil au Voleur de bicyclette de Vittorio de Sica) ; au Chili, le supérieur hiérarchique de Mario est socialiste, en Italie, il est communiste ; Mario doit lire un de ses poèmes lors d’un meeting politique qui finit dramatiquement, scène parfaitement intégrée à des images d’actualité ; quand Pablo Neruda revient dans le village, des années plus tard, il entre dans le café, une photo du mariage de Mario et Beatriz est sur le mur, une balle de baby-foot rebondit sur le sol, rapidement suivie d’un garçonnet, Pablito, le fils de Mario et Beatriz, rappel de l’initiale scène de séduction et de la première rencontre amoureuse ; dernière scène, Pablo Neruda sur la plage, pour la première fois, vu de la mer, écrasé par la noire falaise...


 

Ardiente Paciencia, Il postino, Le Facteur

L’éducation poétique du postier par le barde, prix Nobel, est perturbée et finalement interrompue par des événements qui se passent ailleurs et qui ont de graves répercussions sur la vie de l’Île noire. Une histoire d’amour parfaitement intégrée à l’Histoire.

Ardiente Paciencia, Il postino, Le Facteur

1 - Ardiente Paciencia, livre publié en 1985 au Chili par Antonio Skármeta, développement du film que l’auteur a réalisé en 1983. Ce livre a été traduit en français par François Maspéro en 1987. Michael Radford l’a adapté au cinéma, sous le titre de Il postino, en 1994 avec comme acteurs principaux Massimo Troisi, Maria Grazia Cucinotta et Philippe Noiret.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 23:50
Parlez-vous Macron ?
Macron parle riche en plusieurs langues.
Pendant sa campagne électorale, Emmanuel Macron va à Berlin, l’usage voudrait que je parle en Français (1) dit-il : il choisit l'anglais pour s'adresser aux Français et aux Allemands qui ne comprennent, évidemment, ni le français, ni l'allemand mais, bien sûr, comprennent tous l'anglais. C'est normal, c'est moderne, il n'y a pas de culture française, ce n'est pas très gaullien : autres gens, autres mœurs.
Mais s'adressait-il seulement aux Français et aux Allemands ? A quels Français, à quels Allemands ?
Soyons clair. Lors de ses voyages à Londres préparatoires à sa campagne, il a surtout parlé libéral, teinté de demande de soutien financier.
Le lieu, les sujets, les interlocuteurs se prêtaient bien à l'utilisation de l'anglais.

Dans nombre de discours officiels ou d’entretiens, le président Macron dont personne, notamment parmi ses amis de classe, ne nie les connaissances, tient cependant à les montrer. Il utilise alors des locutions latines ou des mots désuets. Les auditeurs ou les lecteurs consultent le dictionnaire ou leurs journaux ou les ignorent tout simplement.
Mais ces mots rejoignent une certaine tradition présidentielle où la chien-lit, le quarteron, le machin ou abracadabrantesque et même le cabri les ont précédés. Autant de clins d’œil (2)
Ils posent le personnage.

Emmanuel Macron parle aussi la langue de l'entreprise privée : déjà présente dans les entreprises publiques, elle fait son entrée au gouvernement et dans son organisation politique, truffée des anglicismes de circonstance : benchmark, bottom up, bullish, disrupt, draft, processé (!), staffer (!), start-up politique, start-up nation, top down... Langue mais aussi pensée et valeurs. La politique n'est plus démocratique, même dans ses intentions, le peuple élisant ses représentants, mais technocratique : le chef choisit des experts (3) pour ses équipes, l'Assemblée nationale ou pour son organisation et même des référents départementaux.
Certains parlent de présidence jupitérienne, d’autres de président-PDG (,4).

Parlez-vous Macron ?

La langue qui ne ment pas, celle des actes. Les premières mesures permettent de comprendre rapidement qui est premier de cordée et premier de corvée : adoption par ordonnances des lois sur le travail, suppression de l’ISF, prélèvement forfaitaire unique de 30% (PFU ou flat tax), suppression des aides personnalisées au logement (APL), diminution des emplois aidés, augmentation immédiate de la CSG, compensée plus tard.....


 

Parlez-vous Macron ?

Les intéressés comprennent parfaitement cette langue.

En même temps, Emmanuel Macron et son entourage n’hésitent pas à affirmer que le président parle vrai (cash dans la langue technico-financière), parle peuple. Mais certaines paroles font grincer les dents, y compris celles de l’entourage qui fait ensuite dans l'explication de texte ou du contexte...
Ces paroles ne constituent pas des écarts, des dérapages mais s'adressent à des populations ciblées : est-ce qu'il n'y a pas de nombreux Français qui pensent cela ? (5)
Peu importe la forme. Mais ce qu’il a dit a été entendu par les destinataires. Comme dans ces procès aux États-Unis où un avocat tient un propos inacceptable, objection votre honneur, rejeté par le juge mais les jurés ont bien compris l’insinuation.

 

Parlez-vous Macron ?

Ainsi, il peut parler cash de certains qui, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d'aller regarder s'ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu'il y en a qui ont les qualifications pour le faire et ce n'est pas loin de chez eux ; il affirme ne rien vouloir céder aux fainéants, aux cyniques et aux extrêmes (6), ni aux pressions, quelles qu’elles soient, en particulier lorsqu’elles n’ont pas la légitimité démocratique (7), le Medef ? les syndicats ?

Parlez-vous Macron ?

Emmanuel Macron ne manque pas de rendre hommage aux premiers de cordée, aux jeunes, futurs premiers de cordée, qui ont envie de devenir milliardaire, parce que l'économie du Net est une économie de superstars, (8), à l’entrepreneur ont la vie est bien souvent plus dure que celle d'un salarié. Il ne faut jamais l'oublier. Il peut tout perdre, lui, et il a moins de garanties (a expliqué le ministre (9).

Maintenant, le président demande aux Guyanais de ne pas le confondre avec le père Noël, il est déjà passé pour certains avec les réductions d’impôts !
Cependant, il affirme clairement : Je n’aime pas le cynisme, parfois, de celles et ceux qui réussissent, et qui se replient dans un égoïsme où le seul but de la vie serait de cumuler de l’argent. Ils doivent donc aussi s’engager dans la société, en créant de l’emploi, de l’activité. Mais les suppressions d’impôts ne sont conditionnées par aucune contrainte, aucune obligation d’investissement dans l’économie réelle. Et il n’aime pas la jalousie qui consiste à dire, ceux qui réussissent, on va les taxer, les massacrer, parce qu’on ne les aime pas (10).
Emmanuel Macron est généreux et protecteur pour les minorités !

Mais que ça plaise ou non, les propos d’Emmanuel Macron et de ses amis suintent le mépris.

Ici, c’est probablement l’inconscient qui parle : Je ne veux pas que le moindre des Français puisse penser que... Le moindre des Français. Non, je ne veux pas qu'un seul Français puisse penser que... Mais non. Le moindre des Français. Il y a des Français majuscules, et des Français moindres, tout au bout de la cordée, comme l’explique Daniel Schneidermann (11)

Du même mauvais goût : Une gare, c'est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien (12), non des Français qui n’ont rien, qui n’ont pas une montre de luxe à 50 ans (13), les sans-dent comme aurait dit son prédécesseur. Ils n’ont rien donc ils ne sont rien !

Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, ne dit pas autre chose : Je crois qu'on peut être cultivé et parler comme les Français (14) qui eux, bien sûr, ne sont pas cultivés..

Il est certain qu’Emmanuel Macron aime et estime l’ensemble de (ses) concitoyens. Pas tous de la même façon. Pas certains chômeurs. Il faut qu’on s’assure qu’il cherche, et que ce n’est pas un multirécidiviste du refus. Multirécidiviste, terme employé, habituellement, pour les délinquants. Non à ceux qui fraudent l’impôt, placent leur argent dans les paradis fiscaux…
Il ne doit pas aimer beaucoup, ces ploucs de Bretons, propos géo-culturel pour Jean-Yves Le Drian qui voit même là un compliment en fait !
Ni celui qui avec le kwassa-kwassa, à ­Mayotte, pêche peu mais amène du (sic) Comorien.
Ni les employées de cet abattoir de Gad dont, maladresse d’un ministre débutant, il a parlé : cet abattoir. Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées (14)

Le ministre, le candidat, le président Macron parle différentes langues qui disent la même chose mais à des publics différents. Certains sont du bon côté, il y a peu à leur dire. Les mesures suffisent.
Pour les autres. Il faut les convaincre. Leur faire comprendre qu’on n’a pas besoin de leur avis. Que les experts sont au travail. Modernes. Efficaces. Qu’il ne faut pas être solidaires des fainéants de ceux qui sèment le bordel, de ceux qui refusent les réformes, une petite musique qui pourrait être appelée, poujadisme ou populisme du centre !

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 14:00
Brexit et citoyenneté de l'Union européenne

English  

Dans le cadre des négociations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, le statut des citoyens de l’Union résidant au Royaume-Uni et celui des Britanniques dans les 27 États de l’Union est un point important, sur lequel, des avancées notables auraient eu lieu.
Dont on ne connaît pas, comme d’habitude, la teneur.

Le Royaume-Uni a activé, le 30 mars 2017, l'article 50 du traité de Lisbonne, les négociateurs ont deux ans pour boucler les conditions du Brexit et le futur partenariat. Or des élections pour le Parlement européen auront lieu en juin 2019 et, en France, des municipales en mars 2020.
Il est donc urgent de savoir dans quelle conditions les citoyens britanniques pourront ou non y participer.

En effet, depuis 1992, les traités (1) stipulent qu’est « citoyen de l'Union toute personne ayant la nationalité d'un État membre… Les citoyens de l'Union... ont... le droit de vote et d'éligibilité aux élections au Parlement européen ainsi qu'aux élections municipales dans l'État membre où ils résident, dans les mêmes conditions que les ressortissants de cet État… »

Les citoyens britanniques, vivant dans les pays de l’Union européenne, pourront-ils voter à ces élections comme ils l’ont fait lors des élections européennes et municipales précédentes ? Et les ressortissants des 27 pays de l’Union européenne résidant au Royaume-Uni ?

Pour les élections européennes au Royaume-Uni, les choses sont simples. S’il est acté que le Royaume-Uni n’appartient pas à l’Union, il n’y aura pas d’élection de députés pour le Parlement européen.
Les ressortissants des 27, résidant au Royaume-Uni ne pourront voter que dans leur pays d’origine en fonction de sa législation.
Pour les Britanniques vivant dans un État de l’Union européenne, les choses sont un peu différentes. Les États n’auront plus l’obligation de leur donner le droit de vote et d’éligibilité mais rien n’empêche ces États de le faire.

En octobre 2003, à la suite du différend entre l’Espagne et le Royaume-Uni sur les élections pour le Parlement européen à Gibraltar auxquelles ont participé des ressortissants du Commonwealth qui n’ont pas la nationalité britannique, la Commission européenne a considéré que le RU a étendu le droit de vote aux personnes résidant à Gibraltar dans le cadre du pouvoir d'appréciation conféré aux États membres par le droit communautaire… Aucun principe général de droit communautaire ne prévoit que, pour les élections au Parlement européen, l'électorat doit être limité aux citoyens de l'UE (2, 3, 4).
Il appartient donc à chaque État d’en décider sauf si le nouveau traité stipule le contraire. Il serait paradoxal, cependant, que l’Union punisse les citoyens britanniques les plus européophiles qui font preuve de leur volonté de s’intégrer aux peuples européens.

En France, le Conseil constitutionnel a statué que concernant le droit de vote et inéligibilité, il n’était pas nécessaire de modifier la Constitution (5)

 

Brexit et citoyenneté de l'Union européenne

La question est plus complexe concernant les élections municipales.
Les États de l’Union sont dans l’obligation de donner le droit de vote et d’éligibilité pour les élections municipales aux citoyens de l’Union vivant sur leur territoire.

Les citoyens des 27 pays de l’Union qui n’avaient pas la nationalité britannique, résidant au Royaume-Uni, ont pu voter et, éventuellement, être candidats. Inversement, des Britanniques ont pu voter et être candidats aux élections municipales dans les 27 pays de l’Union alors qu’ils n’en avaient pas la nationalité. Les citoyens de l’Union, vivant en France, participent à ces élections depuis les municipales de 2001.

En 2014, 5954 ressortissants étrangers ont été candidats aux élections municipales. Seuls deux pays de l'Union n'ont pas eu de candidats lors de ce scrutin : Malte et l'Estonie… Les candidats les plus nombreux étaient les Britanniques, 1525 candidats, puis les Belges, 1186, et les Portugais, 1045 (6). Fait remarquable, pour les seules communes de plus de 3000 habitants, 80 citoyens européens, non français, ont été candidats sur des listes du Rassemblement Bleu Marine dont des Bulgares et des Roumains (7).

Qu’en sera-t-il pour les prochaines élections municipales en Europe ?

La situation n’est pas la même dans tous les États de l’Union (8). Dans certains, tous les résidents étrangers ont le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales quelle que soit leur nationalité.
Les Britanniques conserveront donc ces droits.

Dans d’autres, certains résidents étrangers ont le droit de vote à la suite de la signature de conventions de réciprocité entre le pays de résidence et l’État dont ils ont la nationalité.
Ces États pourront éventuellement signer des accords avec le Royaume-Uni

Dans les pays qui, comme la France, ne reconnaissent ce droit qu’aux nationaux, les Britanniques seront exclus de ces élections.
Sauf législation nouvelle : accord de réciprocité qui permettrait de ne pas priver les Britanniques de droits qu’ils ont exercé dans le passé ou, accord plus large entre le Royaume-Uni et l’Union, maintenant leurs droits, pour les élections municipales, aux Britanniques dans l’Union et aux citoyens de l’Union au Royaume-Uni.

En France, l’article de la Constitution française révisé lors du traité de Maastricht dit : sous réserve de réciprocité et selon les modalités prévues par le traité de l’Union européenne signé le 7 février 1992, le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales peut être accordé aux seuls citoyens de l’Union résidant en France...
Le nouveau traité sera-t-il considéré comme une consolidation des traités antérieurs ? Ou faudra-t-il une nouvelle modification de la Constitution ?

Le retrait du droit de vote et d’éligibilité aux Britanniques vivant sur le territoire serait un recul de la démocratie représentative. Il pourrait être interprété comme un geste de représailles pénalisant des Britanniques vivant sur le territoire alors qu’ils ont montré leur volonté d’intégration à la vie sociale et politique du pays.

La première ministre britannique, Theresa May, vient de lancer une déclaration d’amour aux quelques trois millions de citoyens européens qui vivent au Royaume-Uni (9). Il serait mal venu qu’elle s’oppose à l’octroi d’un statut qui permettrait aux ressortissanrs ayant la nationalité de l'une des deux parties résidant sur le territoire de l'autre de perdre leurs droits électoraux.

Une solution européenne pourrait aller plus loin. Prenant acte que le droit de vote des Britanniques dans tous les États de l’Union, et de tous les étrangers dans nombre d’entre eux, n’a posé aucun problème et à, plutôt, été un facteur d’intégration, l’Union européenne pourrait en profiter pour étendre le droit de vote et d’éligibilité de tous les résidents étrangers aux élections municipales. Premier pas vers une citoyenneté européenne de résidence (10).

 

Brexit et citoyenneté de l'Union européenne

Il n’est pas sûr que les chefs d’État et de gouvernement y soient prêts. En France, dans 20 sondages, depuis 1994, La Lettre de la citoyenneté (11) a fait poser la même question. Depuis 2006, le sondés ont répondu favorablement (10 sondages) à l’extension du droit de vote pour les élections municipales et européennes à tous les résidents quelle que soit leur nationalité : dans le dernier sondage par 56 % contre 39 % (12).

 


 


 

Brexit et citoyenneté de l'Union européenne

1 – Article 20 de la versions consolidée du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (2012/C 326/01)

2 - Lettre de La citoyenneté n° 68, mars avril 2004

3 - COMMISSION EUROPÉENNE, Communiqué du 29 octobre 2003.

4 - COUR DE JUSTICE DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES, Arrêt du 12 septembre 2006, affaire C145-04, Espagne contre Royaume-Uni.

5 - CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Décision n° 92-308 du 6 avril 1992.

6 - Huffingtonpost.fr 05/10/2016

7 - LeFigaro.fr 19/03/14

8 - Treize pays ne donnent pas le droit de vote aux étrangers : Allemagne, Autriche, Bulgarie, Chypre, Croatie, France, Grèce, Italie, Lettonie, Malte, Pologne, République tchèque, Roumanie.
Douze donnent le droit de vote à tous les étrangers : Belgique, Danemark, Estonie, Finlande, Hongrie, Irlande, Lituanie, Luxembourg, Pays-Bas, Slovaquie, Slovénie, Suède.
Deux sous condition de réciprocité : Espagne, Portugal.
Le Royaume-Uni a donné le droit de vote et d’éligibilité à tous les étrangers membres d’un pays du Commonwealth pour toutes les élections.

9 - Libération 20/10/17

10 Résidents Étrangers, Citoyens ! Plaidoyer pour une citoyenneté européenne de résidence ! Presse pluriel, octobre 2003.

11 – La Lettre de la citoyenneté n°149 septembre-octobre 2017

12 - Enquête réalisée par téléphone du 7 au 9 septembre 2017 par le département politique opinion d’Harris Interactive (Jean-Daniel Lévy et Gaspard Lancrey-Javal) pour La Lettre de la citoyenneté. Échantillon de 1 005 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé.

Pour en savoir plus : Le droit de vote des étrangers, une histoire de quarante ans, Bernard Delemotte, La Licorne-L’Harmattan, avril 2017

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche