Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2023 5 03 /02 /février /2023 23:07
La bourse ou la vie ?

La nouvelle bataille sociale a été engagée par le président de la République, de façon dure et claire, sur un acquis historique, l’âge de départ à la retraite.

En France, l’histoire du départ à la retraite commence avec la création de La Caisse des Invalides de la Marine Royale par Colbert pour les marins en 1673. D’autres régimes ont suivi : 1831, pensions militaires, 1853 pensions civiles des agents de l’État (départ possible à 60 ans après 30 ans de service et même 55 ans après 25 ans de service dans les travaux pénibles… Catégories à l’origine des régimes spéciaux.

Les ordonnances de 1945 ont permis le départ à la retraite à 65 ans et, en 1982, le départ est devenu possible à 60 ans avec une durée de cotisation de 37,5 ans.
Depuis, de multiples coups de canif ont augmenté durée de cotisation et recul de l’âge de la retraite…

Pour certains, le mot travail viendrait, suivant une étymologie contestée, de tripalium, instrument à 3 pals utilisé pour ferrer ou soigner les animaux et pour punir les esclaves, pour torturer… Quoi qu’il en soit, le mot travail implique la notion de peine, de douleur : travaux forcés, travail de l’accouchement… Ce n’est probablement pas l’étymologie préférée d’Emmanuel Macron qui supporte mal de voir associés travail et pénibilité et qui, pour simplifier, a supprimé 4 des 10 critères de pénibilité du travail.
Il
doit préférer Blanche-Neige et ses nains chantants

L’époque n’est pas lointaine où il a fallu interdire par la loi le travail des enfants de moins de 8 ans et le limiter à 8 heures par jourDans le servage féodal, le serf et les résultats de son travail étaient propriété du maître. De même dans l’esclavage qui avec la traite, a eu un rôle important dans le développement économique de l’Occident, du Royaume-Uni notamment. (Le Monde 26 janvier 2023*) Il a été aboli progressivement en Occident au XVIII-XIXèmes siècles** mais perdure ici sous forme d’esclavage moderne.

Ce paléo-capitalisme, capitalisme fossile, a laissé des traces dans de nombreuses régions du globe, il ne s’est pas développé sur l’épanouissement par le travail. Le néolibéralisme non plus. Le travail n’est plus associé à la torture, le lien avec l’exploitation demeure, encore évident, malgré l’évolution de la société, des forces sociales, du travail lui-même.

Vivre pour travailler ou travailler pour vivre ? Deux conceptions de la vie, du travail, de la société.

Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front, jusqu'à ce que tu retournes à la terre dont tu as été tiré. Ce n’est pas une bénédiction mais une condamnation, à perpétuité. Qui traîne encore dans l’inconscient ou le conscient de beaucoup. Surtout pour faire travailler les autres à moindres frais.

L’idée de punition se retrouve dans travaux forcés mais aussi dans travaux d’intérêt général (comme peine principale ou complémentaire), travail à la maison (sanction scolaire). Que dire de la majorité des emplois*** si l’on en croit Albert Camus : Il n'est pas de punition plus terrible que le travail inutile et sans espoir. (Le Mythe de Sisyphe)

La bourse ou la vie ?

Le travail est une activité humaine qui transforme les choses en vue de satisfaire des besoins, fort variables depuis les chasseurs-cueilleurs : besoins individuels ou collectifs chez des individus vivant en société : famille, village… humanité. C’est parce que la nature ne satisfait pas tous les besoins qu’il faut travailler. Le travail n’est pas recherché pour lui-même mais parce qu’il est productif. La nécessité, travailler pour vivre, a mené à la revendication d’un droit au travail et aussi à un droit du travail, souvent remis en cause depuis quelque temps. Par sa nature, sa qualité, sa participation à la satisfaction des besoins de tous, le travail peut donner un statut, une certaine considération à la personne qui travaille...

Dans les sociétés occidentales, le travail le plus pénible, le moins rémunéré, le moins considéré a été invisibilisé, exporté, salaires, charges sociales, conditions de travail, atteintes à l’environnement, par les délocalisations ou, dans une moindre mesure, par délocalisation sur place, appel à l’immigration qui a une autre avantage, social et politique, diviser les travailleurs… Le gouvernement, par le hasard du calendrier parlementaire, présente ces jours-ci des textes sur la retraite et sur l’immigration...

Les Français qui vivent plus longuement, doivent travailler plus longtemps (vivre pour travailler). Comme si le but de la vie était de travailler. Quelles que soient les conditions. Quelles qu’en soient les conséquences !
L’espérance de vie augmente depuis longtemps en France et, parallèlement, le temps de travail, journalier (les 8 heures), hebdomadaire (la semaine de 40 heures), annuel (les congés payés), a diminué, sous la pression des travailleurs et le pays n’a jamais été aussi riche. Les progrès technique, économique et social, en France et dans les pays voisins, ont toujours été liés, jusqu’ici, à la diminution du temps de travail. Depuis le XVIIIeme, la durée du tra­vail dans les pays industrialisés a été divisé par deux. (Le Monde 31 janvier 2023)
En 1930, Keynes annonçait la semaine des 15 heures.

Travailler plus ? Pour quoi ? Gagner plus ! Produire plus ! Pour qui ? Pour quoi ?
Il n’est jamais question de travailler mieux, d’améliorer les conditions de travail sans une forte pression des travailleurs. Cette situation n’est pas propre à la France mais elle la touche particulièrement. La France apparaît très mal placée et même en queue de peloton dans de nombreuses catégories. Pour plus de 43 % des Français, leur emploi implique toujours ou souvent de déplacer des charges lourdes (moins de 30 % aux Pays-Bas et 35 % en Europe). Pour plus de 57 % positions douloureuses ou fatigantes contre 43 % en Allemagne et 50 % en Europe. 45 % des Français trouvent qu’ils sont « bien payés » pour les efforts qu’ils fournissent et le travail qu’ils font contre 68 % des Allemands et 58 % des Européens. (Le Monde 29-30 janvier 2023) Sans parler des horaires de travail atypiques qui touchent 60 % des travailleurs : travail de nuit, le samedi-dimanche...

Pour gagner plus ? Dans cette période d’inflation, il n’est toujours pas question de gagner plus quand les salaires ne suivent même pas l’inflation mais de compenser ce retard par plus de travail. Pour produire plus. Pour que les entreprises, les actionnaires gagnent plusIl suffit de lire la distribution des bénéfices pour voir que, si les actionnaires ne travaillent pas plus, leur argent travaille à leur place et les actionnaires gagnent plus ! Quel que soit le produit fabriqué. Quelle que soit son utilité. Ce qui compte, c’est le retour sur investissement. Que la production soit faite ici ou ailleurs, quelle que soient ses conséquences pour l’environnement, les travailleurs ou les consommateurs.

Selon le rapport d’Oxfam, depuis 2020, les milliardaires français ont accru leur fortune de 200 milliards, soit + 58%. Bernard Arnault possède autant que 20 millions de Français ! Les dividendes versés aux possédants du CAC 40 se sont accrus de 93% en 2021...
La crise ? Quelle crise ? La crise pour qui ?

Qui peut être en désaccord avec Bruno Le Maire sur BFM Business : Quand une entreprise est capable de verser des dividendes à ses actionnaires, elle doit être capable de ver­ser une meilleure rémunération à ses salariés… C’est une ques­tion de justice. (Le Monde 27 janvier 2023)
Surtout que Bruno Le Maire est le ministre de l'Économie et des Finances d’un généreux gouvernement, au point qu’on a pu parler d’un État-providence pour les entreprises qui contribuent de moins en moins au financement collectif tout en en bénéficiant de plus en plus.
En 1995, les entreprises contribuaient à 65,2 % du financement de la Sécurité sociale, à 46,9 % en 2020… Le total des aides était de 65 milliards en 2007 et de 157 milliards en 2019, soit 6,4 % du PIB, plus 30 % du budget de l’État. (Alter-éco février 2023)

Récemment, le président de la République a affirmé que le surcroît de travail imposé aux Français contre la volonté de l’immense majorité était indispensable quand on se compare à l’Europe.

Ah, cette Europe ! Europe sociale dont il est question, périodiquement, aux élections européennes, pour le prochain traité, dans des déclarations ou des textes de principe mais concrètement...
Le social n’est pas dans les compétences européennes. Seule l’économie. Le social est surdéterminé par l’économie. Avec la politique économique libérale, l’alignement social a tendance à se faire sur le moins-disant social. Dans ce but, Macron utilise la comparaison de l’âge des retraites dans les différents pays européens. Il ne cite pas les conditions de travail dont il a été question plus haut, ni les accidents du travail, notamment les accidents mortels, alors que la France est le pays le plus mal placé en Europe***, pour promouvoir une amélioration de la sécurité des travailleurs... Les accidents n’empêchent pas la production d’augmenter. Ils en sont la rançon. [Réforme contre les (futurs) retraités]

Présenter Emmanuel Macron comme le président des riches n’est pas une caricature mais un autoportrait : c’est lui-même qui tient le crayon !
Commencer le premier quinquennat par la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF) et la diminution de l’Aide personnalisée au logement (APL)… Commencer le second en s’attaquant aux retraites, tout en perfusant les entreprises assistées d’un pognon de dingue… D’autant qu’il tend aussi le micro au président pour lui offrir un porte-voix, pour être bien compris. Avec des propos méprisants et répétés à ceux qui ne sont rien, qui deviennent des travailleurs de première ou de seconde ligne en cas de besoin et se retrouvent Gros-Jean comme devant quelques mois plus tard…

La bourse des uns, la vie des autres.

La bourse ou la vie ?

* L’effet combiné de la traite et de l’exploitation des personnes esclavagisées a bel et bien contribué à l’accumulation du capital et à l’essor industriel du Royaume-Uni. Sur la base des registres assemblés en 1833 pour déterminer les compen­sations payées par le gouvernement britannique aux esclavagistes lors de l’abolition de l’esclavage... qui représentèrent près de 40 % du budget de l’État – ou 5 % du PIB – et la dette ainsi contractée par le gouvernement ne fut intégralement remboursée qu’en 2015 !
Les auteurs estiment que le re­venu total augmenta de 40 % dans les localités les plus engagées dans l’esclavage, le revenu des ouvriers de 3 % et le revenu des propriétaires de capitaux de plus de 100 %. Ces esti­mations... sous-estiment considérablement le véritable impact économique de l’esclavage sur l’ensemble de l’économie britannique et sur celle des autres puissances européennes.
((Slavery and the British Industrial Revolution, NBER Working Paper 30451 dans Le Monde 26 janvier 2023)

** Dans le royaume de France, l’esclavage a été interdit par la reine Bathilde (630-680), épouse de Clovis II. En 1571, le Parlement de Bordeaux exige la libération d'une cargaison d'esclaves noirs amenés pour être vendus. Cela n’a pas empêché l’utilisation d’esclaves dans les Galères royales de Louis XIV : pendant toute la seconde moitié du XVIIeme, des agents royaux capturèrent u achetèrent plus de 10 000 « Turcs » dans l’ensemble du bassin méditerranéen… Ni le rôle des 8 ports français, dont le plus important fut Nantes, dans le commerce triangulaire. Où la France a eu un rôle très important après le Portugal, la Grande-Bretagne et l’Espagne. L’esclavage a été supprimé dans les colonies françaises en 1794, rétabli par Napoléon Bonaparte en 1802 et aboli en 1848.

*** Un travail idéalisé dans les métiers, personnels ou créateurs, réduit le plus souvent à un emploi, intéressant seulement comme source de revenu, inégalement réparti entre employeur et employé..

La bourse ou la vie ?
Partager cet article
Repost0
25 janvier 2023 3 25 /01 /janvier /2023 21:48

Impôts : « Ne pas payer d’impôt, cela fait de moi quelqu’un d’intelligent », Donald Trump. (Le Monde 19 janvier 2023)

 

Enseignement public, enseignement privé : A Paris, les établissements sous contrat disposent de plus d’heures d’enseignement par élève que le public… les moyens attribués par l’État à ces institutions sélectives sont supérieurs, à effectif et composition sociale équivalents.

L’écart tient à la répartition des ressources entre le primaire et le secondaire, favorisant l’élitisme du privé, quand le public lutte contre les inégalités. (Le Monde 20 janvier 2023)

 

Victor Hugo : La France et l’Angleterre sont les deux pieds de la civilisation…
La dernière raison des rois, le boulet. La dernière raison des peuples, le pavé.

 

­Les eurodéputés sont peu disciplinés pour déclarer les cadeaux qu’ils reçoivent : en 2022, seuls 9 d’entre eux ont jugé de le faire. (Le Monde 24 janvier 2023)

 

Plus de 3 000 médicaments en rupture ou en risque de rupture d’approvisionnement en 2022. En 2020, l’Agence nationale de sécurité du médicament faisait état de 2 446 signalements contre 1 504 en 2019. Quasiment deux fois plus qu’en 2018. Dix ans auparavant, on en dénombrait une quarantaine. (Le Monde 25 janvier 2023)

 

Retraites : Selon le Conseil d’orientation des retraites, les déficits représenteront 0,4 % du PIB en 2027, 0,4 % en 2030, 0,6 % en 2035 et 0,8 % en 2050. Largement gérable et ne remettent pas en cause l’existence de la retraite par répartition. (Alter-éco Février 2023)

 

Pourquoi les transports urbains patinent : Les usagers couvrent en moyenne 30 % des recettes d’exploitation (2017). Mais si on y ajoute l’investissement, 17 %, contre 47 % pour les entreprises, 35 % pour les collectivités locales, 1 % pour l’État. (Alter-éco Février 2023)

 

Plan santé : A l’hôpital public, près de 20 % des lits sont fermés faute de personnel. (Alter-éco Février 2023)

 

Des quartiers populaires en état d’uberisation : Le nombre de livreurs est passé de 35 000 en janvier 2019 à 180 000 en juin 2022… Au 1er janvier 2022, sur 179 200 livreurs en activité en France, 24 % réside dans un quartier prioritaire de la politique de la ville alors qu’ils n’hébergent que 5 % de l’ensemble des travailleurs… Dans certaines zones, cette proportion dépasse 50 % comme dans les communautés d’agglomération de Blois, Béziers ou Mulhouse.

Au sein du Grand Paris, leur répartition se superpose presque parfaitement à celle des banlieues populaires... Leur concentration est d’autant plus forte que le taux de chômage, le taux de pauvreté, la part des immigrés et le taux de déclassement (bac+2 travaillant comme ouvrier ou employés) y sont élevés. (Alter-éco Février 2023)
 

En ville, la livraison à vélo est souvent l’affaire de start-up qui recourent à des sous-traitants précaires et sous-payés. En réponse, la fédération CoopCycle a créé un commun numérique qui permet aux livreurs de reprendre leur destin en main. Reconquête sociale à laquelle MAIF apporte sa pierre. La fédération CoopCycle existe dans 12 pays. Dans votre ville ? Vérifier sur coopcycle.org ou en téléchargeant l’appli CoopCycle. (MAIF MAG Janvier 2023)

Le chômage technologique devrait devenir un phénomène massif. Le progrès technologique va nous rendre plus riches que jamais alors qu’il nous entraîne vers un monde où le travail sera une denrée rare, résume M. Susskind qui appelle, dès aujourd’hui, à une réflexion afin de préparer ce monde d’après. (Le Monde 26 janvier 2023)

 

 

Les Assistés

 

Les entreprises accros à l’argent public. Un pognon de dingue ! Le coût exorbitant des aides aux entreprises.

 

Sur un portail de la Chambre de métiers et de l’artisanat, on peut lire qu’il existe de l’ordre de 2000 aides publiques aux entreprise !

 

En 2007, un rapport public a évalué le total des aides à 65 milliards d’euros. En 2013, l’Inspection générale des services financiers : 110 milliards d’euros. En 2018, Gérard Darmarin : 140 milliards. En 2019, 157 milliards, l’équivalent de 6,4 % du PIB (2,4 en 1979), plus de 30 % du budget de l’État.


Maxime Combes parle de l’État-providence pour les entreprises.

 

L’Ires montre que pour financer les baisses d’impôts, la fiscalité des ménages a été accrue : l’impôt sur le revenu représentait un quart des recettes totales de l’État en 2019, une hausse de plu de 7 points par rapport à 2007. On transfère donc une partie du pouvoir d’achat des ménages aux entreprises.

 

En 1995, les entreprises fournissaient 65,2 % du financement de la Sécurité sociale… 46,9 % en 2020… Les entreprises contribuent de moins en moins au financement collectif tout en en bénéficiant de plus en plus.

A quoi servent les aides aux entreprises. Elie Cohen : Entre l’impôt sur les sociétés et les aides, l’État toujours présent dans la vie des entreprises… Comme le dit P. Artus, nous avons les coûts élevés de l’Allemagne mais produisons des produits de moyenne gamme comme en Espagne où les coûts sont faibles. (Alter-éco Février 2023)

Les pollueurs assistés : Les 50 sites industriels les plus polluants de France ont reçu pour 3 milliards d’euros de quotas d’émissions gratuits entre 2015 et 2020. (ODM, Observatoire des multinationales)

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2023 1 16 /01 /janvier /2023 09:03
Poloalu4 et Poloavu

 

Poloalu 4

 

La longue marche climatique de la Chine

Part de la Chine dans les émissions mondiales de CO2 : 31 %
Émissions de CO2 (2021 en millions de tonnes) : Chine, 11 472, États-Unis, 5 007, Europe, 2793, Inde, 2 710.

Émissions de CO2 par habitant. (2021, en tonnes) : États-Unis 14,9, Chine 8, Europe (27) 6,3, Moyenne mondiale 4,7, Inde 1,9.

Part de la Chine dans la chaîne de fabrication mondiale de panneaux solaires : 55 % en 2010, 84 % en 2021.

Nombre de réacteurs nucléaires en 2022 : 84 opérationnels, 22 en construction, 47 planifiés.
Nombre de centrales à charbon en 2022 : 3054 opérationnelles, 107 en construction, 398 planifiées.

Eldorado africain
La production énergétique de l’Afrique est responsable de moins de 4 % des émissions mondiales de CO2.  Elle consomme moins de 5 % du pétrole et du gaz naturel produits dans le monde, moins de 3 % du charbon et très en deçà de 1 % de l’électricité nucléaire.

Et les déchets (nucléaires) dans tout ça
Q
uelques 390 000 tonnes de combustibles usés ont été produits entre 1954 et 2016 selon l’AIEA (2022). Seules la Finlande et la Suède ont décidé de les enfouir définitivement dans des couches géologiques profondes. En France, on étudie le stockage géologique profond à Bure, aux États-Unis, 131 sites provisoires…

Environ 3,6 milliards d’appareils pour rafraîchir… sont utilisés aujourd’hui.

Courrier international Hors-Série Février-Mars 2023

Le droit de savoir est un droit plus fondamental que le droit de voter… Voter en étant un citoyen conscient actif, cela nécessite de connaître tout ce qui est d’intérêt public et je considère que c’est la responsabilité des journalistes de contribuer à cela. Edwi Plenel
Deux choses sont infinies :
l’univers et la bêtise humaine. Mais pour l’univers, je n’ai pas une certitude absolue. Albert Einstein. Citations tirées de Conversations méditerranéennes Ali Ghanem Casbah Éditions 2022

 

Poloavu

Une très intéressante et très belle exposition au musée Branly-Chirac sur les Black Indians de La Nouvelle Orléans. Les Black Indians, c’est ainsi qu’ils se désignent eux-mêmes, sont les descendants de victimes de la traite atlantique.

L’exposition montrait toute leur histoire depuis les côtes africaines, leur vie aux États-Unis, leur rencontre des Amérindiens, avec des liens divers : accueil d’esclaves en fuite, soutien, assimilation et métissage, indifférence ou pour certaines tribus « civilisées », c-à-d ayant adopté des mœurs européennes et la continuation de l’esclavage… le tout bien documenté.

 

Poloalu4 et Poloavu

Après la série des salles de malheur, elle débouchait sur une explosion lumineuse, espace de couleurs : les magnifiques costumes portés par les « big chiefs » lors du carnaval de la Nouvelle Orléans.
Pour une information complémentaire.

 

 

Poloalu4 et Poloavu
Poloalu4 et Poloavu
Poloalu4 et Poloavu
Poloalu4 et Poloavu
Poloalu4 et Poloavu
Poloalu4 et Poloavu
Poloalu4 et Poloavu
Poloalu4 et Poloavu
Poloalu4 et Poloavu
Partager cet article
Repost0
8 janvier 2023 7 08 /01 /janvier /2023 15:05

Dés la 2° année d’usage, 10 % de smartphones de notre échantillon sont hors service… 30% au bout de 3 ans et... 50 % après 4 ans. (Que choisir Janvier 2023)

Entre 1996 et 2019, le Produit intérieur brut (PIB) de la France… une croissance de 45 %… le nombre d’emplois de 16 %… la production moyenne par travailleur de 25 %… et le taux de pauvreté est passé de 14,5 % à 14,6 %… (Alter éco Janvier 2023) Travailler plus, pour produire plus, pour qui ?

Le nombre de cas de ruptures de stock (de médicaments) ponctuelle augmente depuis des années : il se mesurait en centaines avant d’atteindre le millier en 2019 et les 2000 en 2020 et 2021. En 2022, il pourrait franchir les 3000 cas. (Alter éco Janvier 2023)

Selon l’Observatoire des inégalités, sur la période 2003-13, 64 % d’enfants de cadre supérieur parmi les élèves de Polytechnique contre 1 % d’enfants d’ouvrier et 69 % contre 4 % à l’ENA en 2015.
Les 600 hauts fonctionnaires dont la nomination s’effectue en Conseil des ministres… (Les Intouchables de l’État de Vincent Jaubert)… rémunérations élevées, souvent supérieures à celle du président de la République,... restent secrètes.

Nombre de collèges publics et de collèges privés parmi les 10 collèges au profit social (des élèves) le plus favorisé de chaque commune (Youssef Souidi)

 

Paris

Marseille

Lyon

Toulouse

Nice

Public

1

0

3

1

2

Privé

9

10

7

9

8

Sur les 5 années 2012-16, étudiées par l’IGAS, il y a en moyenne 72 enfants qui ont perdu la vie chaque année sous les coups de leurs parents (1 tous les 5 jours)… Il faut ajouter à ces décès, les enfants tués par des personnes extérieures à leur famille… les séquelles physiques, psychologiques des graves maltraitances… de ceux qui survivent…
En 2019, les juges des enfants ont été saisis de la situation de 112 706 enfants en danger…

Ce ne sont pas les futurs délinquants qu’il faut détecter… mais les jeunes enfants en danger qu’il faudrait protéger le plus tôt possible… (UFAL Info Nov.- Déc.2022)

Bourgeois parvenus qui tirent l’échelle après eux et ne veulent pas laisser monter le peuple.
Ils attaquent le peuple maintenant !

Ô pauvres furieux imprudents ! Si violents, si hargneux et si petits !

Égratigner ce qui dévore ! Aboyer contre ce qui rugit ! (Victor Hugo Choses vues Mai 1850)

L’idée, partie de 89, a ses étapes à fournir ; elle crie en avant !

Mais à tout moment les intérêts veulent dételer.

Stabilité ! Et l’on acclame Louis XVIII.
Ordre ! Et l’on couronne Louis-Philippe.

Sécurité ! Et l’on accepte Louis Bonaparte.

Comme cette France, qui est un cheval de révolution, déteste l’écurie ! (Victor Hugo Choses vues Jersey 1855)

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2023 7 08 /01 /janvier /2023 12:53
A propos de la coupe du monde au Qatar

L’année 2022 a très mal commencé avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, guerre dont on ne voit pas la fin mais seulement les conséquences pour le peuple ukrainien et au-delà… sur fond de pandémie qui perdure.

Elle a mieux fini avec la Coupe du monde de football qui semble avoir satisfait des millions de spectateurs. Mais qui a mis en lumière aux yeux de tous de multiples questions qui ne sont pas sportives.

L’audience a atteint des sommets non seulement dans les grands pays du football lors des dernières parties décisives mais aussi, un record au Japon pour la rencontre Costa Rica-Japon,aux États-Unis pour Angleterre – États-Unis… Il en a été de même en France…

Malgré un appel au boycott finalement peu suivi.

Quelles qu’en soient les raisons invoquées, justifiées, il y a un certain paradoxe pour ne pas dire un culot certain dans la défausse :

- demander à des joueurs qui pensent à ce moment depuis leur naissance et même avant (Je m'appelle Kylian, Bande dessinée, Kylian Mbappé, dessins de Faro) de risquer leur disqualification en créant un incident, (Les joueurs de l'équipe de France sont "des pleutres qui manquent de courage", regrette S.Rousseau qui "boycott" la Coupe du monde, "un pays qui torture des personnes LGBT". france-Info cité par Marianne 01/01/23)

- demander aux amateurs et aux téléspectateurs de se priver d’un mois de spectacle et de plaisir, gratuit, à domicile,

quand les mondes des médias, du sport, de la politique, des affaires, de la finance ont tout organisé depuis plus de 10 ans et concouru tous les jours à fabriquer l’événement, à y participer et à empocher des bénéfices quelquefois de façon discutable suivant les multiples procès en cours ou annoncés...

Une coupe avec des résultats sportifs attendus, les équipes sur le podium faisaient partie des favorites, et d’autres qui ont surpris, le Maroc en demi-finale, la victoire de petites équipes sur de plus prestigieuses entraînant leur élimination tout au long du mois, quelquefois dès le premier tour, équipes qui, sur le papier, pouvaient prétendre au podium.
Ce qui a fait le charme de cette coupe, joie des uns, tristesse des autres. Angoisse au moment des tirs au but.

Différents points, extra-sportifs, ont donné lieu à des controverses.

Tout d’abord, le choix du Qatar pour héberger, organiser cette vingt-deuxième édition de la Coupe, le petit Qatar qu’une bonne partie de l’univers du football ne connaissait pas et que tout le monde peut maintenant situer sur la carte avec les images de ses stades et de sa capitale.

Le but le plus important marqué par le Qatar.
«Par cette Coupe du monde, le Qatar a le sentiment d'avoir rabattu le caquet au moralisme occidental... En position de demandeurs face au Qatar dont ils convoitent les ressources gazières, les pays occidentaux ne peuvent pas se permettre de dénoncer les violations des droits de l'homme… Les fédérations de football occidentales, notamment la fédération néerlandaise KNVB, devront se battre pour empêcher que le Mondial 2030 ne soit à nouveau dévoyé pour blanchir des régimes criminels, en Arabie saoudite ou en Égypte.» (De Volkskrant (NL) https://www.eurotopics.net/fr/293625/ce-que-l-on-retiendra-de-la-coupe-du-monde-au-qatar)
A cette occasion, Doha a réussi la réconciliation des monarchies du Golfe : participation de MBS, le prince héritier saoudien, à la cérémonie d’ouverture, visite du président des Émirats arabes unis (EAU), le cerveau du blocus infligé au Qatar, entre 2017 et 2021, par les EAU, l’Arabie saoudite et le Bahreïn, en réaction au refus de l’émirat de s’aligner sur leur diplomatie anti-Iran et anti-Frères musulmans. (Le Monde 07/12/22)

A propos de la coupe du monde au Qatar

Le Qatar n’a pas été choisi pour sa place importante dans la pratique ou même dans le potentiel de développement du football.

Ni pour l’importance des infrastructures existantes : tout a été construit pour cet événement avec un avenir très incertain...
Ni pour des conditions climatiques particulièrement favorables : les dates traditionnelles de la compétition ont été changées pour que les parties puissent se dérouler dans des conditions supportables pour les joueurs, avec climatisation...

Ni pour son exemplarité écologique : le Qatar est le plus gros émetteurs de CO2 par habitant, 32,4 tonnes devant le Koweït 21,6, les Émirats Arabes unis 20,6. Mais une large part de leurs émissions résulte de l’extraction de gaz et de pétrole. (Alter-éco décembre 2022).

Ni pour son ouverture au monde, son respect des droits de l’Homme ou les conditions de travail (https://www.rts.ch/info/monde/13436203-le-mondial-au-qatar-un-voyage-en-enfer-pour-les-travailleurs-exiles.html)…

Malgré tout, le Qatar a réussi son pari : l’organisation a permis un déroutement satisfaisant peut-être grâce à des restrictions inhabituelles comme sur la vente d’alcool…
«Cette Coupe du monde a probablement été la plus pacifique de l'histoire, ce qui est en lien avec la difficulté à se procurer des boissons alcoolisées… Dans les stades, on n'a eu droit ni aux fascistes comme à l'Euro de 2021 à Budapest, ni aux hooligans russes comme au Mondial de 2018, ni à de terribles bagarres comme celles qui avaient émaillé l'Euro 2016 en France, avec 1 550 interpellations.» ( Aargauer Zeitung [CH] https ://www.eurotopics.net/fr/29625/ce-que-l-on-retiendra-de-la-coupe-du-monde-au-Qatar)

Le Qatar a obtenu lorganisation de cette coupe par et pour son pouvoir d’influence grâce à la générosité de son sous-sol gazeux et à l’habileté, non seulement financière, de sa diplomatie. Tout n‘est pas encore réglé à la vue des questions judiciaires en cours, dans lesquelles politiques et gouvernement français sont impliqués, ou à venir, qui touchent l’Union européenne au-delà de la Coupe.
Mais comme
a dit un fin connaisseur, tout s’arrange avec de l’argent et un peu d’intelligence.

Le Qatar ne manque ni de l’un, ni de l’autre, selon l’émission très intéressante d’Arte (https://www.arte.tv/fr/videos/106170-000-A/qatar-une-dynastie-a-la-conquete-du-monde/) qui peut être utilement complétée par le reportage de la RTS (https://www.rts.ch/info/economie/13544299-qatar-la-coupe-a-tout-prix.html#chap06)

Fort de sa richesse en gaz, ce pays, 2,5 millions d’habitants dont 10 % seulement de nationaux, premier pays exportateur de gaz naturel liquéfié, très demandé actuellement, joue de son pouvoir d’influence de façon très diversifiée : coincé entre Arabie saoudite et Iran, menaçants, mais protégé par les États-Unis et son importante base aérienne, lié à des groupes islamistes et soutien des mouvements du printemps arabe, avec une chaîne « Al Jazeera », très écoutée dans le monde arabe pour sa liberté d’expression, sauf sur la situation au Qatar,... Ancienne possession britannique avec d’excellentes relations avec la France (achat entre autres d’avions, du PSG dans des conditions toujours discutées...), investisseur non seulement en France mais aussi en Europe, aux États-Unis, en Chine... Le fonds d’investissement souverain du Qatar (Qatar Investment Authority) détient en 2022, selon le Sovereign Wealth Fund Institut, 461 milliards de dollars d'actifs…

La percée du Maroc a été un événement important, particulièrement salué dans les pays arabes, africains… et pour de nombreux jeunes de France, d’origine maghrébine.
Ce soutien à une équipe étrangère, qui plus est, future adversaire de l’équipe de France a entraîné des réflexions grinçantes plus politiques que sportives. Certains ont voulu y voir un déficit d’intégration, une double allégeance ou même une seule allégeance, une affirmation séparatiste... Dans des circonstances identiques, des voitures ont pu défiler bruyamment, drapeaux italiens ou portugais au vent, sans grand émoi dans les médias.

Double allégeance à qui ? Des jeunes d’origine algérienne expriment leur soutien à l’équipe marocaine quand les médias officiels en Algérie en parlent avec des silences éloquents et des jeunes d’origine marocaine brandissent le drapeau palestinien au moment où le Maroc flirte avec Israël !
En tout cas, l’animosité algéro-marocaine intergouvernementale, détonne avec ces manifestations pacifiques où les originaires d’Algérie, de Tunisie ou du Maroc se retrouvent derrière l’équipe maghrébine championne du moment. Veulent-ils faire l’Union des peuples du Maghreb que les politiques n’ont pas réussi à faire ?
Plutôt que d’allégeance, il faudrait parler d’autonomie par rapport à tous ceux qui veulent les enfermer, les maintenir dans un moule, les forcer à choisir, comme disent certains, entre père et mère. Entre le pays d’où ils viennent ou d’où viennent leurs parents et le pays où ils vivent et veulent vivre. Ils se retrouvent dans une certaine fraternité de jeunes de France d’origine, arabe ou amazigh, maghrébine, vivant les mêmes difficultés : « Vous ne trouverez pas deux peuples qui se ressemblent autant que les Marocains et les Algériens. Au niveau physique, culturel, linguistique, sociologique : ces deux peuples sont liés. » (https://hpps://www.sofoot.com 12/12/2022)
Suivant les circonstances, ils peuvent soutenir en même temps ou successivement plusieurs équipes, l’Algérie n’a pas été sélectionnée, la Tunisie a été éliminée trop tôt, ils ont pu faire cause commune derrière les Lions de l’Atlas. Et la France, lors de la finale !

Ils ne se confinent pas pour cela dans les quartiers ou les communes où ils sont plus fortement concentrés. Ils le font sur les Champs-Élysées, dans la tradition des supporteurs qui veulent faire partager leur joie à tout le monde..
Comme beaucoup d’autres, ces jeunes soutiennent l’équipe du Maroc, en brandissant le drapeau de leur pays, du pays de leur parents ou grands parents ou de leurs copains, ils soutiennent aussi par leur casquette, leur tee-shirt... le PSG ou l’OM ou... le Barça...
La rencontre France-Maroc devrait faire prendre conscience des évolutions. Les quelques sifflets entendus au début de la Marseillaise sont regrettables mais ont été rapidement étouffés. On est loin de la rencontre France-Algérie au stade de France.

De l’autre côté, il ne faut pas confondre certains commentaires hargneux dans les médias avec l’état de l’opinion publique. Qui montre, dans les sondages, une société évoluant vers plus de tolérance. Malgré une surenchère verbale des politiques, les résultats électoraux de l’extrême droite et même les actes racistes, la tolérance progresse.

« Malgré un contexte très difficile marqué par la crise sanitaire et une situation internationale dégradée, la comparaison des deux dernières enquêtes en ligne, celle de 2019 et celle de 2021, comme celle des deux dernières enquêtes en face à face (2019 et 2022), montre que sur quasiment tous les indicateurs, la tolérance envers les minorités continue à augmenter » (https://www.cncdh.fr/sites/default/files/2022-07/Les%20Essentiels%20Rapport%20Racisme%202021_1.pdf)

L’évolution est comparable dans les sondages, réalisés pratiquement chaque année pour la Lettre de la citoyenneté, sur le droit de vote aux élections municipales et européennes pour les résidents étrangers non communautaires. (Lettre de la citoyenneté n°166 - 2e trimestre 2021)

Depuis 1999, le taux des réponses favorables (40 % en 1999) est toujours supérieure à 50 %, il atteint 62 % en 2020. Avec 2 baisses nettes, après les attentats de Madrid et de New-York. Mais pas de chute après ceux de Paris ! Il semble que les sondés désolidarisent leur vision des résidents étrangers en France des responsables des attentats. Ce qui témoigne d’une évolution dans la compréhension de la question.
En comparant les résultats des sondages de 2021 avec ceux de 2013, suivant les préférences partidaires des sondés, la proportion des personnes favorables augmente dans tous les secteurs d’opinion. Sauf chez les personnes proches du RN dont les avis favorables diminuent de 7 points mais s’élèvent encore à 17 % en 2021.

 

L’année 2023 ne commence guère mieux que 2022 : en Ukraine, les États en guerre se renforcent en prévision des affrontements à venir, en Chine, la pandémie se développe à l’approche du nouvel an chinois qui va entraîner des mouvements de masse, année 2022 « plus chaude qu’hier et moins chaude que demain »… Il n’y aura pas de Coupe du monde mais Paris, l’île de France, la France sont déjà engagés dans la préparation des Jeux olympiques et paralympiques qui, si tout va, se dérouleront à Paris du 26 juillet au 11 août 2024 !
Mais ceci est une autre histoire.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2022 4 22 /12 /décembre /2022 20:18

Il y a 25 ans, les 500 fortunes françaises pesaient 5 % du PIB, 20 % à l’arrivée de Macron au pouvoir en 2017, 38 % aujourd’hui.

51 % de Français ont leur compte en banque à zéro ou négatif à la fin du mois.

Total, Sanofi, Stellantis paient 0 impôt sur les sociétés en France, les entreprises du CAC40, 4 % en moyenne et les PME 24 % .

Les Français les plus modestes consacrent 16 % de leurs revenus à la TVA contres 8 % pour les plus riches.

(Fakir octobre 2022-janvier 2023)

 

« Toute ma pensée oscille entre ces deux pôles : Civilisation, Révolution. Quand la liberté est en péril, je dis : Civilisation, mais révolution ; quand c’est l’ordre qui est en danger, je dis : Révolution, mais civilisation. » (Victor Hugo, Lettre à MM Meurice et Vacquerie)

 

Pratiquement, un ménage agricole sur cinq vit sous le seuil de pauvreté et même un sur quatre en ce qui concerne les éleveurs de bétail… « Un agriculteur à la peine ne pleure pas, il se pend » dit Eve Palacio… (De Morgen 21 juin 2022 CI 8-14 décembre 2022)

 

Niveau de vie médian en France pour une personnes : 1880 €/mois (50 % des personnes ont plus de 1880 euros par mois pur vivre).
Seuil de pauvreté à 50 % du revenu médian : 940 €/mois.
Nombre de pauvres : 4,8 millions de personnes vivent au dessous du seuil de pauvreté, soit 7,6 % de la population. 2 millions sont en situation de grande pauvreté.
6 % des ménages n’ont p
as les moyens de se chauffer correctement. 19 % de familles monoparentale sont pauvres. 63 % de pauvres vivent en ville. (Rapport sur la pauvreté en France, Édition 2022-2023 Observatoire des inégalités)

 

7 : c’est le nombre de satellites mis en orbite chaque jour, représentant une masse totale de 3 tonnes. Les gouvernements civils et les clients du secteur de la défense resteront les plus importants de ces quelque 2 500 satellites lancés, en moyenne, chaque année. (Le Monde 14 décembre 2022)

 

Trente­-six mille objets de plus de 10 centimètres de diamètre encombrent l’espace, menaçant de collision des satellites en orbite très nombreux. (Le Monde 17 décembre 2022)

 

11 MILLIARDS. C’est, en dollars (soit 10,3 milliards d’euros), le montant de l’investissement dans un complexe pétrochimique en Arabie saoudite effectué par le français TotalEnergies et le géant saoudien du pétrole, Aramco. (Le Monde 17 décembre 2022)

 

L’UE adopte l’impôt minimum de 15 % sur les multinationales. (Le Monde 17 décembre 2022)

 

Selon l’Alliance des Nations Unies pour une mode durable, la production de textiles a doublé entre 2000 et 2014… 90 millions de tonnes sont jetées chaque année. (Courrier ados 15 décembre-4 janviers 2023)

 

Prenons simplement nos ministres de la justice : sur les huit derniers à avoir occupé le poste, six ont ou ont eu des démêlés… avec la justice : Dupond Moretti, Bayrou, Urvoas, Mercier, Alliot-Marie, Dati. (Micchaël) Michaël Hajdenberg enquete@mediapart.fr

 

SUÈDE : Des pans entiers du secteur public ont été privatisés au nom du principe de la « liberté de choisir ». Encore champion du monde de la lutte contre les inégalités économiques en 2017, le royaume scandinave se classe désormais à la vingtième place, loin derrière ses voisins nordiques, et même après la France (12e).
En 1996, la Suède comptait vingt-huit milliardaires. Ils sont désormais 1 095, selon une étude du Crédit Suisse Research Institute. Le nombre de ménages vivant sous le seuil de pau­vreté n’a, lui, jamais été aussi élevé. (Le Monde 21 décembre 2022)

 

Agir pour l'Environnement a fait analyser par un laboratoire indépendant 17 sapins de Noël, dont 4 cultivés en agriculture biologique. Ces sapins ont été achetés dans des jardineries spécialisées en direct ou dans des grandes surfaces (Ikéa, Carrefour, Monoprix, Intermarché, Franprix). 
Sur les 13 sapins non bio, 11 contiennent des traces de 13 pesticides différents, dont certains sont classés « cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques ». Les 4 bios sont exempts de pesticides. (Agir pour l’environnement 21 décembre 2022)

 

Ni l’émeute de la rue, ni l’état de siège, ni même les décrets de l’Assemblée nationale ne me feront faire ce que je ne regarderai pas comme juste et bien. (Victor Hugo, Choses vue, 1848)

 

************************

 

Vœux

Quand je suis arrivé, les choses compliquées étaient simples :

l’homme n’était qu’un animal, l’animal n’était qu’une machine.
Je va
is partir, les choses simples sont compliquées :

La rivière, la montagne vont avoir une personnalité juridique, l’animal est humain.

Mais l’homme est toujours un loup pour l’homme.

Le loup ne serait plus méchant. Mais l’homme...

Les mots changent mais rien ne change.

Un seul petit vœux : que les vœux, les bons, soient un peu plus efficaces que dans le passé.

Mais c’est déjà trop demander.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2022 6 10 /12 /décembre /2022 10:27

Le système fiscalo-social français apparaît assez singulier et, contrairement aux idées reçues, assez efficace mais il est devenu en partie obsolète et illisible…
La valeur du patrimoine des Français a fortement augmenté, passant de 300 % du PIB en 1970 à 600 % en 2020…

Alors que le Grenelle de l’environnement avait accouché d’un « plan éco-phyto » devant permettre de réduire de 50 % la quantité de pesticides utilisés de 2008 à 2018, leur consommation a, au contraire, augmenté de 15 % sur cette période. (L’économie politique n°96 novembre 2022)

Victor Castanet qui a publié Les Fossoyeurs, enquête sur les Ehpad du groupe Orpea « affirme avoir refusé 15 millions d’euros proposés par un intermédiaire improbable pour laisser tomber son enquête ». (LIRE magazine littéraire décembre 2022-janvier 2023)

Les maisons de retraite, dont il a été tant question ces derniers mois, ne sont inspectées qu’une fois tous les 20 ou 30 ans ! (Que choisir décembre 2022)

Les pays démocratiques sont devenus, en 2019, moins nom­breux 87 que les pays autoritaires 92 (Le Monde 25/11/2022).

L’automobile est un des secteurs les plus touchés par les rappels… Nombre de rappels en 2021 : 431, marques les plus touchées : Mercedes 88 rappels, Volkswagen 29, Opel 27, Citroën 25 (Que choisir décembre 2022).

« Si le cancer touche tout le monde, il frappe plus durement les personnes les moins éduquées ». Étude portant « sur le risque de décès par cancer selon le niveau d’éducation dans dix-huit pays en Europe, sur... période... 1990 et 2015 et sur l’ensemble de la popu­lation âgée de 40 à 79 ans... environ 70 % de tous les décès par cancer... L’étude révèle aussi que les hommes moins éduqués ont plus que deux fois plus de risque de mourir d’un cancer du poumon... En ce qui concerne le cancer du col de l’utérus, les fem­mes d’un milieu défavorisé ont un risque d’en mourir trois fois plus élevé... ». (Le Monde 30 novembre 2022)

Les riches, premiers bénéficiaires de la protection sociale : les 10 % aux moyens les plus modestes reçoivent en moyenne 980€ par mois… les 10 % les plus riches 1770€. (Alter-éco décembre 2022)

« Avec une rémunération parmi les plus faibles comparées aux autres spécialités médicales, les pédiatres libéraux se font rares. Et sont aussi inégalement répartis sur le territoire. Dans huit départements, la densité est inférieure à 1 pédiatre pour 100 000 habitants... À l’inverse, Paris est le département le mieux doté avec 13,7 pédiatres pour 100 000 habitants. Ainsi, ce sont 27,5 % des enfants qui vivent dans un désert médical pédiatrique. (Alter-éco décembre 2022)

La Chine accroît son influence dans le ports européens : Bras armé de cette stratégie, l’entreprise publique Cosco et son concurrent privé China Merchants Group, ont investi dans 14 terminaux européens… si bien qu’ils contrôlent 10 % du trafic maritime de marchandises européen. (Alter-éco décembre 2022).

La désignation de M. Jeffries, aux côtés de Katherine Clark (Massachusetts) et Pete Aguilar (Californie), respectivement élus n° 2 et 3 de la minorité démocrate, marque un changement de génération pour les démocrates de la Chambre, “la relève des trois octogénaires qui les ont dirigés pendant deux décennies”, relève le New York Times. Et l’installation d’un “trio de hauts dirigeants qui […] ne comprend aucun homme blanc”. (Courrier international 1er décembre2022)

Les jeunes arrivés sur le marché du tra­vail en 2017 : « 57 % des enfants de cadres sortent diplômés du supérieur long contre 8 % des enfants d’ouvriers. Les diplômés bac + 5 ont quatre fois plus souvent une mère cadre (35 %) que les non ­diplômés (9 %) ». (Le Monde 03 décembre 2022)

Les plus gros émetteurs de CO2 par habitant : Qatar 32,4 tonnes, Koweït 21,6, Émirats Arabes unis 20,6. Ces 3 pays sont les plus utilisateur d’électricité, produite grâce à des hydrocarbures. Mais une large part de leurs émissions résulte de l’extraction de gaz et de pétrole. (Alter-éco décembre 2022)

72 % des accidents sans arrêt ne seraient pas déclarés, et 26 % de ceux avec arrêt, soit 224 000. ( Le Monde 08 décembre 2022)

« Nul de nous n’a l’honneur d’avoir une vie qui soit à lui. » Victor Hugo cité par Annie Ernaux, prix Nobel, dans son discours devant l’Académie suédoise. (Le Monde 09 décembre 2022)

En 1990, 60 % des Français considéraient que le travail était très important dans leur vie… 24 % aujourd’hui… Les loisirs sont passés de 25 à 41 %.
Vous avez la flemme, nous avons la flamme, assure Charal un des leader de la viande surgelée…
Ce temps libéré n’est pas perdu pour tout le monde…

Ils (les Français) congédient l’ambition nationale sur le monde : « Vivement le grand soir, qu’on se couche ». (Entretien avec Jérôme Fourquet dans 1 Le un hebdo du 07 décembre 2022 « Pourquoi avons nous la flemme ?)

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2022 6 10 /12 /décembre /2022 10:22

La dernière raison des rois, le boulet. La dernière raison des peuples, le pavé (Choses vues Victor Hugo).

Les suffragettes britanniques : « Pour la seule année 1913, (elles) ont revendiqué près de 340 actions, principalement des incendies volontaires et des attentats à la bombe, dont les cibles étaient des maisons, des bureaux, des bâtiments agricoles, des gymnases, des hangars, des églises, des écoles. Soit près d’un attentat par jour » (Le Monde 06/11/22). Par rapport aux suffragettes, les militants écologistes qui inquiètent les élites culturelles ne sont que des gamins.

Il (Musk) possède et contrôle plus de 3 000 satellites orbitant autour de la Terre – bien plus que n’importe quel État” The Washington Post (CI 10/11/22).

L’homme le plus riche du monde s’offre, à titre personnel, une plateforme à 240 millions d’utilisateurs... Elon Musk et les autres milliardaires de la tech sont en train d’acquérir un pouvoir exorbitant, rivalisant dans certains domaines avec les États, s’inquiète “The New York Times” (CI 10/11/22).

Le vieux capitalisme s’inquiète de la montée du nouveau !

Google : Accusé de tromper ses utilisateurs sur certains réglages, le géant de la Silicon Valley a trouvé un accord avec 40 États américains pour 391,5 millions de dollars… Cet accord “intervient un mois seulement” après une affaire du même type en Arizona. Google a dû verser 85 millions de dollars à l’État de l’ouest américain. D’autres poursuites judiciaires sont en cours à Washington, au Texas et dans l’Indiana… Alphabet, la maison mère de Google, a déclaré 69,1 milliards de dollars de revenus rien que pour le dernier trimestre, (Courrier international).

La quête du sens, plutôt que la quête d’argent, de plaisir ou de pouvoir, est la principale motivation humaine (Le Monde 17/11/22)

« Qui méprise sa vie est maître de la tienne » dans Lettres à Lucilius de Sénèque. « Un peuple qui accepte de sacrifier sa liberté pour un peu de sécurité temporaire ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. » attribuée à Benjamin Franklin (Le siècle des défis de Ardavan Amir-Aslani, Ed L’Archipel).

La conférence (« Pour le climat » de Charm el-Cheikh, 196 pays participants) a accueilli un record de 636 lobbyistes de l’énergie fossile en coulisses, une vingtaine de contrats de gaz ont été conclus (Le Monde 22/11/22). Pendant le spectacle, les affaires continuent.

La France se veut encore le «gendarme de l’Afrique », malgré la concurrence active de la Russie. Depuis vingt ans, pas moins de six interventions militaires, dont certaines de longue durée comme l’opération « Barkhane » mise en place en 2014, se sont déployées dans le Maghreb, dans le Sahel et au large de la Somalie. Ce sont près de 8 000 soldats français, hors forces spéciales, qui sont ainsi mobilisés en Afrique, soit au sein de bases permanentes au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Gabon et à Djibouti, ou en « Opex »2 en Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso, au Niger et en Centrafrique. Une vingtaine d’États sont liés à la France par des accords de défense ou de coopération militaire… Depuis 2005, la valeur des investissements français sur le continent africain a été multipliée par quatre pour atteindre 53,5 milliards d’euros en 20174. La balance commerciale entre la France et l’Afrique subsaharienne est presque toujours excédentaire et s’établit en moyenne, depuis plus de quinze ans, à 1,55 milliard d’euros chaque année. En 2010, date des dernières données disponibles, un peu plus d’un millier de filiales d’entreprises françaises étaient recensées en Afrique, où elles réalisaient 27,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel (Le siècle des défis de Ardavan Amir-Aslani, Ed L’Archipel).

 

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2022 6 12 /11 /novembre /2022 10:18
Réforme contre les (futurs) retraités

La bataille autour de la contre-réforme des retraites bat son plein. Comme toujours, les compétents qui ont le pouvoir, politique ou financier, savent battre leur coulpe sur la poitrine des exécutants. Qui vont souffrir du recul de l’âge de la retraite annoncé...

 

Argument souvent avancé, les Français vivent plus longuement, ils doivent travailler plus longtemps. Comme si le progrès et le but de la vie étaient de toujours travailler plus quelles que soient les conditions. Quelles qu’en soient les conséquences !

 

L’espérance de vie des Français...

s’allonge, effectivement. Pour les hommes, elle était de 79,5 ans en 2017 et de 85,3 pour les femmes, soit un gain de 2,1 années pour les premiers et 0,9 pour les secondes, par rapport à 2007. L’espérance de vie en bonne santé (nombre d'années qu'une personne peut vivre sans souffrir d'incapacité dans les gestes de la vie quotidienne) est bien moindre : 64,1 ans pour les femmes et 62,7 ans pour les hommes.

En clair, une partie des travailleurs et des travailleuses ne pourront profiter, dans de bonnes conditions, de leur retraite.

 

De plus, ce n’est pas un retraité moyen qui vit ou meurt ! C’est une personne dont l’espérance dépend beaucoup de certaines caractéristiques : homme-femme, âge, catégorie sociale, profession…

D’après l’Insee, prenant en compte les années 2009-2013, un cadre-homme de 35 ans peut espérer vivre jusqu’à 84 ans et un ouvrier jusqu’à 77,6 ans soit 6,4 ans de moins ! La différence entre femme-cadre et ouvrière est moindre, 3,2 ans (88 et 84,8 ans).

A 35 ans, pour les hommes-cadres, l’espérance de vie en bonne santé est de 34 ans, soit, au total, 35 + 34 = 69 ans. Pour les ouvriers, elle est de 24 ans, 10 ans de moins : soit 35 + 24 ans = 59 ans. Avant l’âge officiel de départ à la retraite !
Plus l’âge de départ à la retraite sera retardé, plus le nombre d’ouvriers qui la prendront diminuera... et leur état de santé, leur qualité de vie, quelle que soit leur durée de cotisation.

Bonne façon d’équilibrer le régime de retraites au dépens des travailleurs (1).

 

Les accidents du travail (AT) ont un rôle important dans la différence d’espérance de vie et leur nombre varie en fonction du type d’emploi. Ainsi, le tableau A permet de constater que les AT mortels sont 3 fois plus élevés chez les ouvriers que chez les cadres et 2 à 5 fois plus chez les travailleurs et les travailleuses âgés de plus de 60 ans, ceux que les réformateurs veulent maintenir au travail !

 

 

Tableau A : Fréquence des accidents mortels par milliard d’heures travaillées en 2016 (2)

Âge

15-19 ans

20-29 ans

30-59 ans

60 ans ou plus

Hommes

36,5

13,3

30,5

69,5

Femmes

6

1,4

4,7

10,5

Emploi

Cadres

Employés

Ouvriers

Hommes

13,3

19,3

41,5

Femmes

3,3

2,5

10,3


 

Une enquête (2010) de la CNAMTS précise que les plus de 50 ans, comme les moins de 30 ans, constituent 23% des salariés et ne contribuent qu’à16 % des AT contre 34 % pour les moins de 30 ans. Mais les AT graves les touchent plus : 32 % des incapacités permanentes concernent des salariés de plus de 50 ans qui ont, aussi, plus de difficultés de récupération, contre 14 % chez les moins de 30 ans. Pour les décès, la différence est encore plus importante : 41 % concernent les plus de 50 ans contre 12 % pour les moins de 30 ans (3).

Une publication de la Dares sur la fréquence des AT et des AT mortels suivant le type d’activité, Tableau B (simplifié), permet d’affiner ces propos (4).
La Dares rapporte 790 AT mortels par an, soit 2,2 par jour !
La fréquence des AT est en moyenne de 20,4 par million d’heures rémunérées. Elle varie du simple au double, de 17,4 à 39, par grands groupes d’activités, leur nombre le plus élevé est dans l’intérim (39) ou la construction (33).
Pour les AT mortels, la moyenne est de 20,5 décès par milliard d’heures rémunérées. Ce taux est 2 à 3 fois plus élevé dans l’Intérim 40,7, Transports et entreposage 44,2, Travail du bois, industries du papier et imprimerie 46,4, Agriculture, sylviculture et pêche 50,2 et Construction 65,8.

Il faut noter que les différentes publications ne comptabilisent que « salariés affiliés au régime général ou à la mutualité sociale agricole et agents des fonctions publiques territoriale et hospitalière en France » (ici hors Mayotte). Elles ne dénombrent pas les AT des travailleurs non affiliés, des travailleurs au noir, français ou étrangers, des sans papiers. Et le nombre d’AT est sous-estimé du fait d’une importante sous-déclaration.

Il faudrait ajouter aux AT, les suicides au travail en fonction de la profession :
un agriculteur, profession la plus à risque, se suicide tous les deux jours.
Entre 2007 et 2009, 161 suicides d’agriculteurs ont été constatés chaque année (5).

 

Tableau B - AT selon le secteur d’activité en 2019

 

Nombre d’AT

avec arrêt

Fréquence

des AT*

Nombre d'AT

mortels

Fréquence

des AT mortels**

Ensemble (a)

783617

20,4

790

20,5

Agriculture, sylviculture et pêche

15306

28,4

27

50,2

Industries dont

97185

17,4

140

25,1

Production et distribution d'eau, assainissement, gestion

des déchets et dépollution

8441

25,5

13

39,2

Fabrication de denrées alimentaires, de boissons et

de produits à base de tabac

24075

23,8

20

19,8

Travail du bois, industries du papier et imprimerie

8238

27,3

14

46,4

Métallurgie, fabrication de produits métalliques à l'exception des machines

et des équipements

15967

23,7

21

31,2

Construction

82293

33

164

65,8

Intérim

53197

39,3

55

40,7

Services (hors intérim)

528048

18,5

401

14,1

Dont Transports et entreposage

66959

28,5

104

44,2

Hébergement/restauration

41712

23,7

23

13,1

Activités de services administratifs et de soutien

47220

23,8

49

24,7

Administration publique

74568

21,1

21

5,9

Hébergement médico-social

et action sociale sans hébergement

91889

39

21

8,9

Arts, spectacles et activités récréatives

13932

32,3

14

32,5

(a) Y compris 7 588 AT dont le secteur d'activité n'a pas pu être identifié.

* Par million d'heures rémunérées.

** Par milliard d'heures rémunérées.

Lecture : en 2019, 82 293 AT dans la Construction, soit 33 par millions d’heures rémunérées et 65,8 mortels par milliards d’heures rémunérées.

 

Au niveau de l’Union européenne...
la France arrive première par le nombre d’accidents mortels au travail : 3,53 pour 100 000 salariés contre une moyenne européenne de 1,74. Le travail dans les pays comparables est beaucoup moins meurtrier (7 fois moins pour les pays-Bas !) Le taux est en Italie 2,1, Espagne 1,78, Danemark 1,43, Belgique 1,27, Allemagne 0,79, Suède 0,72, Pays-Bas 0,48 (6).
Si ce taux est rapporté au poids des activités « à risque » dans chaque pays, la France arrive deuxième derrière le Luxembourg (7).

 

De tels chiffres devraient inquiéter les employeurs qui peinent à trouver des candidats à l’embauche et un gouvernement qui veut mettre le travail à l’honneur. Le président Macron flattait hier le dévouement des travailleurs de première ligne qui permettaient à l’économie de tenir pendant la pandémie, quoi qu’il (leur) en coûte. Ce n’est plus d’actualité quand il s’agit de payer la note : rigueur financière oblige sobriété. Macron sarkophagé reprend le discours du « travailler plus pour gagner plus » et de « l’immigration choisie ».

 

Bien sûr, le travail sera toujours plus ou moins dangereux suivant le type d’activité. Les pays voisins montrent cependant qu’il est possible d’améliorer la situation de façon significative. Les mesures gouvernementales et patronales n’en prennent pas la direction et risquent d’accentuer le phénomène : allongement du temps de travail, son organisation (développement de la sous-traitance, des CDD, de l’intérim), intensification avec burn-out et suicides (même si le travail n’en est pas toujours la seule cause), stress, fatigue, sous-effectifs… L’insuffisance des contrôles de conditions de travail, suppression des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) par Macron  2017, faiblesse de la médecine du travail souvent dépendante du chef d’entreprise (dans les entreprises d’au moins 2 200 salariés, le médecin du travail est salarié de l’entreprise)…

 

 

Réforme contre les (futurs) retraités

Bonus :

Il ne faut cependant pas oublier la fatigue et la souffrance des actionnaires ou grands patrons, heureusement largement assistés, qui ont vu leurs profits ou leur rémunération s’envoler. La rémunération moyenne des dirigeants du CAC 40 a augmenté de 1 million d’euros en dix ans.

Patrick Pouyanné, le PDG de TotalEnergies, déclarait récemment : « Je suis fatigué de cette accusation de “m’être augmenté de 52 %” », d’autant que cette hausse venait après diminution en 2020 du fait de la crise du Covid. Il avait effectivement raison, de tels à-coups dans sa rémunération sont difficilement supportables.

De plus, avec ses 5,944 millions d’euros de salaire annuel, soit 312 années de Smic, il n’est que le 13ème dirigeant du CAC 40 pour le montant des rémunérations. Beaucoup plus mal payé que le dirigeant de Dassault Systèmes, Bernard Charles, champion, hors catégories, avec plus de 40 millions d’euros... (Tableau C, simplifié)

Tableau C : Rémunération annuelle en 2021 de quelques dirigeants les mieux payés du CAC40 en années de smic, niveau octobre 2021 (8)

Bernard Charles

Dassault systèmes

2315

Daniel Julien

Teleperformance

1030

Calos Tavares

Stellantis

1022

Paul Hudson

Sanofi

577

Parick Pouyanné

Total

312

 

1 - https://www.inegalites.fr/Les-inegalites-d-esperance-de-vie-entre-les-categories-sociales-se-maintiennent?id_theme=19

2 – Cnam, MSA (Accidents du travail) ; Insee, DDAS/DSN (heurs salariées)/Dares in Alternatives économiques 07/06/2022

3 - https://www.inrs.fr/header/presse/cp-accident-travail-senior.html
4 - https://dares.travail-emploi.gouv.fr/publication/quels-sont-les-salaries-les-plus-touches-par-les-accidents-du-travail-en-2019
5 - Le Monde 03/02/2016
6 - https://www.alternatives-economiques.fr/travail-tue-autant-france/00103597
7 - Le Monde le 13 mai 2022
8 - https://www.alternatives-economiques.fr/pdg-de-totalenergies-gagne-300-smic-4-autres-infographies-a-ne-rater/00104900

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2022 4 27 /10 /octobre /2022 08:35

Enfants de voleurs

 

Tout est annoncé dans le mythe fondateur occidental quand Dieu dit à Adam et Eve : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre (La Genèse).

 

Place prééminente promise à Adam et Eve : se multiplier, remplir la terre, l’assujettir, dominer… Le mal est dans le fruit avant même qu’il ne soit croqué.

Mais avec la consommation, le serpent promet bien plus : leurs yeux s’ouvriront, leur connaissance du bien et du mal les apparentera à des dieux.

Prométhée, sur l’autre rive, vole le Feu sacré de l’Olympe pour le donner aux hommes et, avec lui, le savoir et le pouvoir. Il en fait des concurrents des dieux.

 

Voleuse de fruit, voleur de feu, ils ont voulu égaler les dieux...

 

Leur descendance a connu une suite tumultueuse de luttes individuelles ou collectives pour la domination du monde. Mais la construction de cités, d’empires, prestigieux et destructeurs, repose toujours sur l’asservissement du nombre.
 

Cette domination a été décuplée par l’alliance de la science et du profit. Car, l’anthropocène ne commence pas avec l’homme mais avec cette fusion de la science et du profit pour l’assujettissement, la domination des choses, de bêtes, des hommes, de la terre entière. Qui, aujourd’hui, veut s’étendre au-delà ! Sans limite.
Plus que d’anthropocène, il faut parler de capitalocène.

Ce n’est pas le progrès pour le développement des connaissances, du bien-être, de l’épanouissement de tous qui est en cause mais le progrès au service de la domination, du profit accumulé de quelques uns.

 

Histoire africaine

Tous les matins, Babacar part en mer, avec sa barque et son filet, capture quelques poissons pour nourrir la famille. En une heure ou deux. Il revient et profite paisiblement du temps, de la famille, des amis.
Le commerçant du coin :

- Pourquoi ne restes-tu pas plus longtemps en mer, tu rapporterais plus de poisson.

- Pour quoi faire ?

- Tu pourrais le vendre au marché et faire des économies.

- Pour quoi faire ?

- Avec les économies, tu pourrais acheter une autre barque et faire travailler un autre pêcheur et vendre plus sur le marché.

- Pour quoi faire ?

- Avec plusieurs barques, plusieurs pêcheurs, tu aurais assez d’argent pour profiter paisiblement de la vie, de la famille, des amis....

- C’est ce que je fais tous les jours, tout seul, avec une seule barque !

 

 

Hommes, cités, empires naissent, grandissent et passent à la suite de conflits externes ou de leurs contradictions. Quelquefois, après des siècles pour certains empires. Mais, limités dans leur volonté de puissance, de vaincre, d’exploiter. Et limités aussi dans leur capacité de nuisance, ils ne font qu’égratigner la terre.


L’union du profit et de la science, née en Europe, a permis la prospérité des impérialismes occidentaux, concurrents d’abord, britannique et français, puis continués, dépassés et dominés par l’impérialisme des États-Unis. Au-delà de ces impérialismes classiques, promis à disparaître comme les précédents, la grande nouveauté est la diffusion à presque toute la planète de la même science, des mêmes techniques au service de la même idéologie du profit, de la domination : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez, et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre…

Le mythe est quasiment accompli. La terre est remplie, l’homme domine. Mais, depuis Descartes, l’animal n’est plus qu’une machine. Et, de plus en plus, l’homme qu’un animal. L’un comme l’autre soumis à la massification, à l’industrialisation de la production pour le profit. De l’esclavage domestique à la traite et à l’esclavage de plantation, de l’artisanat à la fabrique et à la prolétarisation industrielle, de l’élevage à la ferme à l’élevages en batteries…

 

Le XVIII ème siècle est le moment ambigu : d’un côté, la sacralisation des droits de l’homme ; de l’autre, la désacralisation de toute chose, classification, hiérarchisation, exploitation y compris des êtres humains. Que les techniques de demain ne feront qu’amplifier au service de l’homme peut-être (la santé) mais surtout de son contrôle, y compris par la médecine. Le monde en connaît les prémices.

Par ailleurs, chaque progrès, chaque évolution, apporte de nouveaux bienfaits et de nouvelles nuisances. Qui nécessitent de nouvelles évolutions… avec leurs nuisances… Spirale infinie…

Et avec cette lanterne magique qui, depuis deux siècles, fascine quel que soit le régime, c’est toutes les plantes, toutes les bêtes, tous les peuples, toute la terre qui sont assujettis. Tous les peuples qui souffrent de leur situation, de leur frustration par la création de nouveaux besoins, de nouveaux modèles, hors de portée.

 

Cette civilisation sait que, comme toutes les précédentes, elle est mortelle. Elle commence à s’apercevoir qu’elle est aussi mortifère. Y compris pour elle même. Suicidaire.
Trop tard ?

 

Restent des pôles de résistance qui viennent d’ailleurs et commencent à s’implanter ici. Les êtres humains ne sont pas en dehors, au dessus. Au dessus les uns des autres, au dessus des animaux ou des choses. Les autres, êtres humains, animaux, choses, ne sont pas là seulement des moyens, des objets mais sont des sujets qui participent de façon complémentaire, réciproque, nécessaire à la vie de tous.

La résistance n’est pas dans la mobilisation nationale et télévisée autour du sort de l’orque malade et égarée dans le cours inférieur de la Seine tandis que les pêches intensives et le déversement de polluants détruisent la faune des mers fermées et que des millions d’animaux vont des élevages en batterie à nos tables en passant par des abattoirs industriels.

 

Le désastre annoncé sera-t-il total, définitif ? Ou permettra-t-il un nouveau départ sur de nouvelles bases ? La sagesse est-elle pour demain ? Il est toujours permis de rêver...

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche