Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 16:07

En ces temps de con-décon-recon-finement, le Chat de Gelück est en permanence, en 20 modèles, physiquement distanciés conformément aux conseils du grand épidémiologiste, (bientôt le Grand Timonier ?) sur les Champs-Élysées. Il n’est pas sûr que les privés (de tout) qui viennent le caresser du regard sous un soleil printanier soient aussi politiquement et épidémiologiquement corrects…

 

Pour les amoureux du Chat qui ne peuvent pas, éloignés de plus de 10km ou qui ne veulent pas courir de risques voici quelques images, qui permettront de voir le Chat, sans risque de Coronavirus. A moins que d'ici juin....

Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux Champs
Le Chat aux ChampsLe Chat aux Champs
Partager cet article
Repost0
12 février 2021 5 12 /02 /février /2021 10:24

Pour les touits plus anciens voir Touits 1, 2, 3, 4, 5.

 

15:08:21

Jamais deux sans croix.
Quant le vit a tiré, il faut le boire.
Quand la vie s'étire, il faut se tirer.

09:08:21 On hache bien, on hache bien car lâcher est triste et j'ai tout lu jusqu'à hallali ! 

08:08:21 Boire et enduire, il faut jouir. 

08:08:21 Macron passe, casse et terrasse, virus et cafés disparaissent ? Ou qui va disparaître ? Macron ou le virus ??

Ou qui va disparaître ? Macron ou le virus ??

23:07:21 Fulgurante réponse à l'espionnage marocain de la France : le président Macron a changé 2 de ses 16 téléphones portables ! Le trône chérifien vacille !

13:06:21 : Hier, ils nous ont imposé le choix entre Macron et Le Pen ! Vont-ils nous imposer demain le choix entre Zemmour et Le Pen ?

14:05:21 : La pandémie provoque un grand chaos logistique. Partout, les chaînes d’approvisionnement ont été bousculées et désorganisées par le Covid­19 (Le Monde)

Par le Covid19 ou par les mesures prises, comme le confinement ?

24:03:21 : Macron, fidèle à lui même et au "en même temps" : masque sans masque, test sans test, vaccination sans vaccin, confinement, déconfinement, reconfinement... Il faut vraiment être gaulois pour ne pas comprendre...

17:03:21 : Traduttore, traditore. Pour traduire A. Gorman, un éditeur cherche une " femme, jeune, activiste, et de préférence noire". Noter de préférence noire. Un autre a trouvé plus radical, payer des études à A. Gorman pour qu'elle apprenne les langues. Pas facile pour Homère, Goethe…

23/02/21 : Prochaine date de consultation possible de mon cardiologue, le 12 octobre. Il faut désormais prendre un rendez-vous avant d'être malade pour être sûr de le voir quand on est guéri ou...

18:02:21 : Titre du Monde : "Traiter les formes longues du virus ? " En leur coupant la queue ?

12/02/21 : Actuellement pour préparer ses funérailles, il est plus facile d'avoir un rendez-vous avec les pompes funèbres qu'avec un médecin !!!

04/02/21 : La covid19 prospère : plus de 1000 morts par million d'habitants. Faute à qui, à quoi ? Au centralisme et Macron en France. Au fédéralisme, aux länder en Allemagne. A Trump, aux États-Unis, fédéraux. A Johnson au Royaume-Uni, désuni et souverain. A la Confédération, en Suisse ???

02/02/21 : Paris, forte avancée dans les vaccinations : en 2 jours, un couple, 80 et 85 ans (hypertendu traité), a reçu une lettre du ministère de la santé, de la mairie de Paris, un courriel d'Ameli invitant à se faire vacciner. Consultation de Doctolib : aucune disponibilité en ligne !

02/02/21 : Le brexit pragmatique de Johnson permet le développement des relations avec l'Union européenne : il exporte le variant britannique de la Covid et importe les vaccins !

01/02/21 : États-Unis : plus de 400 000 morts par Covid19 (1360/million d'h), plus de 4,2 millions de vaccinés (1ère dose), faute à Trump. France : plus de 76 000 morts (1176/million), 22ème sur 27 pays de l'UE pour les vaccinations. Faute à Trump ? Macron ? Aux 60 millions de Procureurs ?

01/02/21 : «Ces dernières 72 heures, 1,5 million de premières injections ont été enregistrées (...), ce qui fait 500.000 par jour.» Grâce à Biden ?

30/01/21 : Information ? Communication ? Intoxication ? Manipulation ? Premier ministre : on ne confine pas. Deuxième ministre : on ne confine pas encore. Troisième ministre: il faudra confiner. Quatrième ministre : il est inévitable de confiner. Cinquième ministre : on confine si...

27/01/21 : En plus des 60 millions de procureurs, les virus anglais, sud-africain, brésilien s'ajouteraient-ils au virus qui n'est pas chinois, pour faire de la résistance ?
 
22/01/21 : Soixante millions de procureurs traquent les erreurs incessantes du procureur général !
Sentence en mai 2022 ?
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 18:18
 

La nomination d'un premier ministre à l'accent méridional a fait connaître à beaucoup la glottophobie. Mais la discrimination par l'accent n'est pas récente. Il y a quelques dizaines d'années le président Vincent Auriol...

Ci-après un article sur une expérience personnelle déjà publié en 2009. Je n'ai pas changé une virgule. J'ai seulement ajouté 2 photos (publié sur agoravox le 05/12/20). Et corrigé, à la nième relecture le 07:06:21)) quelques erreurs de frappe.

Dans mon souvenir, j'ai eu "l'accent", pour la première fois quand je suis allé en sanatorium à Palavas (les flots) pour redresser ma colonne vertébrale qui, d'ailleurs, est restée tordue. On retrouvait là, à Saint Pierre, des enfants de toute la France. Avec des problèmes de colonne vertébrale. De toute la France, pour la première fois, "je sortais du midi". Jusque là,les Parisiens avaient un accent, les gens du nord avaient un accent et les Marseillais. Nous, non. Et je me souviens de la première Tourangelle que j'ai rencontrée qui prétendait avoir le bon accent, parler le bon français et qui disait "vas-y pas"... Cela leur valait des "Parisiens, têtes de chien, Parigots, têtes de veau"...

A Palavas, la grande distraction était de me demander  :

- Comment tu appelles le truc de cocagne auquel il faut monter pour gagner un lot ?

- Un "mattt" de cocagne.
Éclat de rire généralisé :

- C'est un "ma" de cocagne.

- Et comme s'appelle la reine d'Angleterre ?

"Elisabé".
Éclat de rire généralisé :

- C'est "Elisabett".

Depuis mon accent a fait l'objet de multiples commentaires quasiment journaliers.

A la télévision, seul Roger Couderc est devenu journaliste vedette "accentué" parce qu'il commentait les matchs de rugby avec une certain nationalisme sympathique (forcément) franchouillard : "Allé les petits". Il faut ajouter les journalistes de la météo. Mais à une époque où on parle de diversité, s'il est impossible d'être journaliste de télévision et noir, il est impensable d'être journaliste de télévision ou de radio avec un accent méridional ou alsacien ou...

Bien sûr, "l'accent" est ridicule au cinéma. Seuls l'ont les gendarmes, les douaniers, toujours imbéciles... Pour reprendre un mot connu : "Quand on est cocu avec l'accent de la télé ou... c'est un drame. Quand on est cocu avec "l'accent" ce ne peut être qu'une comédie".
Si un film se passe dans le midi, dans le meilleur des cas, les comparses ont l'accent local et les héros, l'accent "normal" ! C'est notamment le cas d'un film de Paula Delsol qui a, encore, Palavas pour cadre : "La Dérive" (1964).

Seuls les Marseillais, avec Pagnol et quelques autres sont arrivés à créer des drames "accentués". Dans "La vieille femme indigne" (1965), René Allio fait dire à la Vieille femme : " Mon fils est parti pauvre et avec l'accent et revenu riche et sans accent". Ce qui correspond bien à la volonté (à la nécessité ?) de perdre l'accent méridional pour avoir la promotion sociale.

C'est ce que pensait ma mère : "Tu le fais exprès de garder l'accent (bien entendu, elle l'avait aussi), regarde Gérard, il ne l'a pas comme toi". Gérard est un copain d'enfance, nous nous suivons depuis la 6ème. Nous sommes médecins tous les deux. Et il a l'accent méridional, pas le même que moi et probablement plus "classe" pour ma mère. Il a fallu que j'écoute Gérard pour m'assurer qu'il l'avait bien... Je n'avais jamais fait attention à la question. Pour ma mère, la promotion sociale passait par le métier, la voiture, les signes extérieurs de richesse et la perte de l'accent !

Il est toujours difficile de parler de l'accent de celui qui vous parle du votre. L'accent c'est toujours l'accent des autres. Et des minoritaires. Beaucoup soutiennent qu'ils n'ont pas d'accent. Quelquefois je suis amené à leur dire que seuls les muets n'ont pas d'accents. Mais je n'en suis pas sûr. Le langage des signes lui aussi doit être accentué !

Durant mes études nous avions fait, dans le cadre de l'AGET (Association générale des étudiants de Toulouse) des échanges avec des étudiants italiens. Un jour, une Italienne me dit : " Comment se fait-il que vous les Français quand vous parlez italiens vous le faites avec l'accent français alors que nous, quand nous parlons français nous ne le faisons pas avec l'accent italien ?". Il m'a fallu lui demander de répéter pour vérifier qu'elle parlait évidemment avec un fort accent italien que je n'avais pas remarqué parce que cela me paraissait tellement naturel.

Récemment, une amie que j'ai connue quand elle est arrivée de Roumanie, m'a parlé de son accent. Médecin, elle travaille pour un grand laboratoire international. Elle prend la parole devant des assemblées de médecins et, à plusieurs reprises, on lui a parlé de son accent. Ce qui semble commencer à l'irriter dans sa volonté d'intégration (?). Bien qu'elle soit française désormais, qu'elle parle correctement le français, elle conserve un accent roumain atténué (elle reprend pleinement l'accent roumain quand elle parle roumain). Je me suis contenté de lui faire remarquer que la grosse différence entre nos accents est que le sien était légitime. Elle est, il est d'origine étrangère. Le mien non. Elle est une femme et ce qui, dans une assemblée quelconque serait ,aussi handicap, ne l'est pas ici ou l'est moins du fait du choix du laboratoire. Elle le sait très bien, elle qui en joue et n'a pas la même tenue à la ville que lors de ses interventions (c'est elle qui le dit), elle sait qu'elle est en représentation. De plus quand elle prend la parole devant une assemblée de médecins au nom de son laboratoire, elle est légitime d'entrée car son laboratoire l'a mandatée et garantit sa compétence.
Ce qui dans la vie quotidienne est un handicap l'est beaucoup moins ici ou ne l'est pas. Quand une femme prend la parole dans une assemblée de façon anonyme, ou une personne qui a "l'accent", il faut passer la barrière.

Quand j'étais étudiant, c'était l'époque de la guerre d'Algérie, nous parlions beaucoup de politique. J'avais sympathisé avec un condisciple qui était de Bordeaux, chabaniste, j'étais socialiste mendésiste. Un jour, il me dit : "Au début avec ton accent, je t'ai pris pour un con". Le charmant et honnête homme. Et nous étions à Toulouse. Il a été le seul à me le dire. Mais combien l'ont pensé ? Peut-être ont-ils pensé que leur premier jugement était le bon. Toujours, il a été le seul à me le dire.

Plus récemment, j'ai été amené à prendre la parole devant la Convention sur l'avenir de l'Europe, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. Après l'audition des représentants du mouvement associatif, le président nous a invité au pot de l'Amitié. Nous nous y rendons. Le président m'aborde : " C'était très intéressant ce que vous avez dit. D'ailleurs, vous parlez très bien le français, de quelle nationalité êtes-vous ?" Inutile de dire que comme ceux de tous les intervenants, mon texte était bref et avait été rédigé par un collectif d'associations. Que son contenu n'intéressait en rien le président qui avait eu la condescendance de nous écouter. Ce qui l'avait intéressé, c'était mon accent "étranger".

Cela me ramène à une distribution de tracts à la gare de Versailles Rive droite. Des tracts en faveur des travailleurs sans papiers. Une dame, charmante, s'arrête pour contester le contenu du tract. Discussion très courtoise. Et tout d'un coup, ça dérape. "D'ailleurs, vous même vous ne devez pas être français". Après lui avoir rappelé que mon grand père était mort à la guerre de 14 (je n'ai pas signalé que mon autre grand père était espagnol) et que mon père avait été prisonnier en 40, je me suis contenté de lui faire remarquer qu'il n'était pas nécessaire de gratter beaucoup pour faire apparaître un racisme de bon ton.

C'est ce même racisme qui perce derrière les moqueries amicales de certains copains, d'ailleurs beaucoup plus doués que moi pour faire des imitations. Mais ce copain qui se moque de moi en m'imitant très bien, je crois, imite aussi bien un Noir ou un Maghrébin (même si tous les Noirs et tous les Maghrébins n'ont pas le même accent). Mais je ne l'ai jamais vu imiter un Noir devant un Noir ou un Maghrébin devant un Maghrébin, ce qu'il fait, par amitié, avec moi, devant moi. Où est le racisme, ou le paternalisme ?...

Anne a enseigné le français en Algérie de 1965 à 1972. Lors de sa première inspection elle obtient une bonne appréciation accompagnée d'une remarque : "J'aimerais que madame ne transmette pas son accent à ses élèves" ! Faut-il interdire aux personnes qui ont un accent "minoritaire" d'enseigner le français ?

Christian est professeur d'anglais. La remarque ne vient pas cette fois d'un inspecteur. "Comment fais-tu pour enseigner l'anglais avec cet accent ?" Il semble qu'il y a un accent français qui prédestine à l'enseignement de l'anglais !!! Peut-être faudrait-il réserver aux occitans les professions de gendarmes et de douaniers, imbéciles de préférence.

Mon nom aidant, à l'époque tous les jours et aujourd'hui seulement avec quelques vieux qui ont encore de la mémoire : " Ah, Vincentttaurriol !!!"... Lors de son élection à la présidence de la République, René Coty a prononcé cette phrase magnifique : "A partir d’aujourd’hui, je prends fermement parti de ne plus faire parti d'aucun parti politique". Dans mon souvenir, personne n'a éclaté de rire. Et le lendemain un parti, je ne sais lequel, était déjà parti. (Et je ne me souviens pas qu'à l'époque, le fait que René Coty ait voté les pleins pouvoirs à Pétain en 40 ait été souligné. Je l'ai appris ces jours-ci par la presse). Mais "Vincenttttaurriol" persiste encore.

Inutile de parler de Fernandel , comique troupier accentué, qui a pu cependant jouer des drames.

Pour récompenser ceux et celles qui ont eu le courage de lire jusqu'ici, voici le poème de Miguel Zamacoïs (1866-1955) que Fernandel récitait à l'époque.

L'accent

De l'accent ! de l'accent ! Mais après tout en ai-je ?
Pourquoi cette faveur ? Pourquoi ce privilège ?
Et si je vous disais, à mon tour, gens du Nord
Que c'est vous qui nous semblez l'avoir très fort,
Que nous disons de vous, du Rhône à la Gironde
"Ces gens là n'ont pas le parler de tout le monde !"
Et que tout dépendant de la façon de voir,
Ne pas avoir l'accent, pour nous, c'est en avoir...
Eh bien ! non, je blasphème ! Et je suis las de feindre !
Ceux qui n'ont pas l'accent, je ne peux que les plaindre !
Emporter de chez soi les accents familiers,
C'est emporter un peu sa terre à ses souliers,
Emporter son accent d'Auvergne ou de Bretagne,
C'est emporter un peu sa lande ou sa montagne !
Lorsque, loin du pays, le cœur gros, on s'enfuit,
L'accent ? Mais c'est un peu du pays qui vous suit !
C'est un peu cet accent, invisible bagage,
Le parler de chez soi qu'on emporte en voyage !
C'est pour les malheureux à l'exil obligé,
Le patois qui déteint sur les mots étrangers !
Avoir l'accent enfin, c'est chaque fois qu'on cause
Parler de son pays en parlant d'autre chose...
Non, je ne rougis pas de mon fidèle accent !
Je veux qu'il soit sonore, et clair, retentissant !
Et m'en aller tout droit, l'humeur toujours pareille,
En portant mon accent fièrement sur l'oreille !
Mon accent ? Il faudrait l'écouter à genoux !
Il nous fait emporter la Provence avec nous,
Et fait chanter sa voix dans tous mes bavardages
Comme chante la mer au fond des coquillages !
Écoutez, en parlant, je plante le décor
Du torride midi dans les brumes du Nord !
Mon accent porte en soi de terribles mélanges
D'effluves d'orangers et de parfums d'orange ;
Il évoque à la fois les feuillages bleu-gris
De nos chers oliviers aux vieux troncs rabougris,
Et le petit village où les treilles splendides
Éclaboussent de bleu les blancheurs des bastides !
Cet accent là, mistral, cigale et tambourin,
A toutes mes chansons donne un même refrain,
Et quand vous entendez chanter dans ma parole
Tous les mots que je dis dansent la farandole !

Ce poème à 15 ans (?) nous le savions par cœur. Même si depuis nous l'avons un peu oublié car nous en avons assez d'entendre faire le lien entre l'accent, le beau temps, le farniente, pour ne pas dire plus, et les vacances.
Combien de fois après avoir réagi à une remarque concernant mon accent, l'interlocuteur pour désamorcer la querelle se réfugie derrière  : " Il es beau votre accent, il rappelle les cigales et les vacances".
J'ai vraiment de la chance, je suis un homme perpétuellement en vacances. Peut-être les autres sont-ils en vacances en m'entendant. Moi ne n'y suis pas car je ne m'entend pas.


 
L'accent
 
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2020 2 29 /12 /décembre /2020 21:44

Le monde a continué à tourner en 2020 et ne s’arrêtera pas le 1er janvier. Et pourtant, bien des choses sont différentes.

Chacun a eu ses petites ou grandes joies, ses petites ou grandes peines. Mais la situation sanitaire a grandement accentué la solitude de ces moments. Et l’horizon ne semble pas en voie de se dégager. Après le confinement, il y avait le déconfinement. Après le reconfinement, il y a la perspective du reconfinement. Ce qui paraissait insupportable, est devenu banal, quotidien.

En guise de vœux pour 2021

Le temps est plus long. Les distances plus grandes. Les lieux plus petits. Les rencontres limitées. En temps. En nombre. Encadrées. Les projets plus modestes. En pointillés. A la prochaine, ne signifie plus rien… Atout à l’heure, à demain, dans une semaine

En guise de vœux pour 2021

C’est la première fois, depuis 1945, que tous les Français sont logés à la même enseigne, chacun chez soi. Dans des conditions bien inégales de vie et de risque.

Avant-hier, l’ennemi avait des oreilles, hier une kalachnikov. Aujourd’hui, il a un souffle. Un second souffle… Il est passé par ici, il repassera par là… Il limite la liberté de circulation, de réunion… pour se protéger, pour protéger les autres…

Et demain est là…

La fin de l’année a rarement été aussi triste…. Et la nouvelle, malgré tout chargée d’espoir, de changement avec l’espoir de retrouver une banalité simple…

En guise de vœux pour 2021

Chacun rêve d’un avenir paradisiaque, de balades, de films, de concerts, de chamailleries, de voyages, de retrouvailles ou tout simplement de boire un café au bistrot du coin, de regarder couler la Seine, de jour, de nuit…

Pourtant, l’après ressemblera fortement à l’avant, probablement en pire… Pourtant, les petites choses inutiles et indispensables auront un autre goût pendant quelques jours, quelques semaines…

En guise de vœux pour 2021

Alors banalité de ce nouveau commencement, meilleurs vœux de santé, de prospérité, de paix pour tous.

En guise de vœux pour 2021

Toutes les photos datent du premier confinement, sauf la pensée de la Dactylo.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2020 1 21 /12 /décembre /2020 22:00
Algérie-France, une histoire à reconstruire...

Algérie-France, une histoire à reconstruire...

 

Pourrons-nous dire 58 ans après le cessez-le feu en Algérie, pourrons-nous dire un jour, la guerre est finie ?

Le jeune Emmanuel Macron, né 15 ans après l’indépendance de l’Algérie, semble le vouloir. Il faut espérer que le président de la République aura plus de doigté pour engager cette initiative qu’il n’en a eu pour les différentes réformes qu'il a entreprises depuis le début du septennat… elles n’ont guère pacifié la vie politique, sociale, économique en France… Quant à celles annoncées sur la laïcité, la sécurité globale ou le séparatisme...


Sur les relations avec l’Algérie, une importante première pierre a été posée par le candidat Macron, en 2017, quand il a qualifié la colonisation française de crime contre l'humanité (1). Déclaration exacte en soi mais inacceptable, en Algérie, de la part d'un candidat à la présidence qui pouvait être soupçonné de rechercher là un soutien financier, politique...
Déclaration qui prend un tout autre importance quand Emmanuel Macron, président, reconnaît que, militant anticolonialiste, mathématicien et père de famille, Maurice Audin a bien été assassiné par l’armée française en juin 1957 (2). Et communiste.

Algérie-France, une histoire à reconstruire...

Un pas supplémentaire est franchi quand il confie une mission à l'historien Benjamin Stora pour que « l'histoire de la guerre d'Algérie soit connue et regardée avec lucidité », soulignant que l’historien « devra rendre ses conclusions d'ici la fin de l'année »... et faire des propositions d'action (3). Nous y sommes.

 

Au même moment, avançant, dans la presse algérienne, une entente avec le président français...(4), le président Abdelmadjid Tebboune a désigné, comme interlocuteur, son conseiller, le docteur Abdelmadjid Chikhi, directeur général du Centre national des archives algériennes et de la mémoire nationale. Réputé pour son intransigeance...

 

Cette question ne touche pas seulement les relations entre l'Algérie et la France depuis... Elle implique bien sûr un dialogue avec l'Algérie pour aller vers des relations apaisées. Mais aussi un retour sur soi-même des deux pays.

 

Emmanuel Macron confère à la guerre d’Algérie, « à peu près le même statut que la Shoah pour Chirac en 1995 » (3). Mais cette remise en question du comportement de la France de 1830 à 1962 ne peut être comparée à la reconnaissance par Jacques Chirac du rôle de l’État et de sa police dans la rafle du Vél'd'Hiv et de la Shoah. Dans ce dernier cas, il s'agissait d'un problème français volontairement nié par le Général de Gaulle et ses successeurs à la présidence de la République sous prétexte que la légitimité française était à Londres et non à Vichy. Que Vichy n'était qu'un régime de circonstance, condamné par l'histoire et l'énorme majorité des Français. Aujourd'hui.

La seule véritable opposition à cette reconnaissance était l'ombre imposante du Général et sa vision historique.

 

Algérie-France, une histoire à reconstruire...

Quand il est question de l'histoire coloniale de la France, il ne s'agit pas de revenir sur le comportement indigne d'un régime ou d'un seul gouvernement. Et il ne s'agit pas de la seule Algérie. Mais d'une continuité historique de la politique de la France quelles que soient ses institutions. Quels que soient ses gouvernements successifs. Soutenus le plus souvent par nombre de Français. Comportements trop souvent en contradiction avec les fameuses valeurs dont elle se dit porteuse. Être le pays qui a proclamé La déclaration des droits de l'homme et du citoyen n'est malheureusement pas la garantie d'une politique exemplaire dans leur respect.

 

Il n'y a pas de peuple vertueux, il n'y a pas d’État vertueux. L'histoire est faite de conflits souvent guerriers. Et si les guerres sont toujours criminelles, toutes ne sont pas accusées de crime contre l'humanité.

 

S'agissant de la colonisation de l'Algérie, il s'agit d'une question beaucoup plus complexe qui touche deux peuples, deux États, profondément déchirés et construit ou modulé par ces événements.

 

La réconciliation franco-allemande est un précédent plus intéressant, ici, que la Shoah. Avec des points communs et d'importantes différences. La réconciliation franco-algérienne est, peut-être, encore plus nécessaire pour la France d'aujourd'hui, que la réconciliation franco-allemande. La stature d’Emmanuel Macron n'est pas celle du Général.

Lors de la Seconde guerre mondiale, la France, vaincue en 1940 par l'Allemagne nazie, se retrouvait, grâce au général De Gaulle et à quelques autres, du côté des vainqueurs 4 ans plus tard. A la table des 4 grands. Malgré la réticence de certains d'entre eux. La France avait perdu militairement et gagné politiquement et moralement. Elle était du côté de la liberté victorieuse. De la libération de la France, bien sûr, mais d'autres pays européens par la même occasion.
En Algérie, la France a gagné militairement mais perdu politiquement et moralement. L'Algérie obtenait sa libération, et incarnait la liberté des peuples, contre la France, contre sa politique coloniale et ses méthodes répressives.


La France se retrouvait en 1945 surévaluée, en 1962, dévaluée.
Hier la réconciliation devait se faire entre deux pays européens, ayant connu de multiples conflits. L'un, apparemment au faîte de sa puissance, vainqueur, à la tête d'un empire, légitime politiquement et historiquement, 1789, démocratie, déclaration des droits de l'homme et du citoyen. L'autre écrasé militairement et moralement mais dont on avait connu et pouvait redouter la capacité économique, industrielle. Les deux pays, ayant connu les conséquences catastrophiques de leurs confrontations répétées, avaient intérêt à joindre leurs forces complémentaires. En attendant...

Après la Seconde Guerre mondiale, les divers gouvernements et De Gaulle revenu au pouvoir ont pensé qu'il ne fallait pas répéter les erreurs commises à la fin de la Première. Qu'il était possible d'établir des relations égalitaires, et peut-être un peu plus, entre la France, sûre d'elle même et dominatrice, sa place politique, son Empire et l'Allemagne, affaiblie physiquement et moralement, qu'il ne fallait pas humilier davantage, qui devait être réintégrée dans le monde démocratique, en profitant de sa faiblesse temporaire...
Les deux pays pouvaient penser avoir tout à gagner à cette alliance...

 

Les choses sont très différentes aujourd'hui, pour l'Algérie et la France. Même si l'intérêt des deux peuples est d'avancer ensemble.

En France, la guerre avec l'Algérie n'est pas finie. Une partie de la droite française n'a pas accepté l'indépendance de l'Algérie.  Ni la fin de l'Empire (5). Et, au-delà de la droite, beaucoup n'arrivent pas à se faire au changement de situation au niveau mondial. L'Empire français n'existe plus et l'indépendance algérienne en est le symbole et partiellement la cause. L’imaginaire européen n'a pas remplacé l'imaginaire impérial. D'autant que, si certains pouvaient penser que l'Europe allait se construire autour d'un couple égalitaire mais dont la France serait la tête politique, il est apparu rapidement que la puissance économique de l’Allemagne mettrait en question cette rêverie.

 

En Algérie, les traces de la colonisation, de la conquête à la lutte pour l'Indépendance, loin d'être effacées, sont entretenues par le nationalisme gouvernemental comme moyen de construire, de consolider l'unité nationale. De légitimer le gouvernement autoritaire en place. De pallier les échecs socio-économiques.
Dans de multiples occasions, quand le gouvernement a des difficultés, il n’hésite pas à accuser les opposants d’être le parti de l’étranger, d’être manipulés par l’étranger, autrement dit par la France. En symétrie, les opposants ne se privent pas de mettre en cause le soutien de la France au gouvernement en place.
Il est certain que les gouvernements français suivent attentivement l'évolution de la situation et ne sont pas indifférents à ce qui se passe en Algérie. Ils ne peuvent cependant être tenus comme responsables de tout et de son contraire...

Il y a beaucoup de questions, de difficiles questions, à traiter pour aboutir à une véritable entente entre les deux pays. Mais le vrai problème reste la volonté des politiques et leur légitimité pour assumer devant leur peuple un profond remaniement de leur roman national.

 

Il n’est pas certain que le jeune président français, élu par défaut, dont l’autoritarisme dans les réformes entreprises divisent profondément la société française…
Il n’est pas certain que le vieux président algérien en butte à une partie importante de la société algérienne en recherche d’un changement profond...

Il n’est pas certain que les actuels présidents algérien et français aient une autorité, une légitimité suffisantes pour entreprendre cette réconciliation pourtant nécessaire. Et encore moins le temps pour la mener à bien.

 

Ce ne sont, probablement, que les premiers balbutiements d'une longue - nouvelle - histoire aux multiples rebondissements.

 

Algérie-France, une histoire à reconstruire...

1 - En voyage à Alger, Emmanuel Macron. « La colonisation fait partie de l'histoire française. C'est un crime, c'est un crime contre l'humanité, c'est une vraie barbarie. Et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face, en présentant nos excuses à l'égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes ». Le Figaro 28 novembre 2017

 

2 – Emmanuel Macron a remis à la veuve du disparu, aujourd’hui âgée de 87 ans, une déclaration reconnaissant que son époux est « mort sous la torture du fait du système institué alors en Algérie par la France ». Un assassinat pour lequel Emmanuel Macron a demandé « pardon » à Josette Audin, annonçant par la même occasion « l’ouverture des archives sur le sujet des disparus civils et militaires, français et algériens ». Libération 13 septembre 2018.

 

3 – Benjamin Stora devra remettre des recommandations sur « les gestes à effectuer et les actions à engager... dans notre pays comme dans ses liens avec l’Algérie, afin d’avancer dans ce travail de mémoire si difficile et pourtant si nécessaire à notre avenir ». Le but recherché est d’aboutir « à l’apaisement et à la sérénité de ceux que [la guerre d’Algérie] a meurtris... tant en France qu’en Algérie ». Le Monde 31 Juillet 2020

 

4 – Le Monde 20 juillet 2020

5 - Libération 2 novembre 2020 : Castex et la colonisation, c'est pas du Macron.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juillet 2020 6 04 /07 /juillet /2020 21:55
Le virus à trois faces

 

Le virus à trois faces

Une face politique
Naguère, il était question de grippe saisonnière, banale mais qui fait des milliers de morts chaque année, de grippe asiatique, de grippe de Hong Kong ou même de grippe espagnole qui ne venait pas d'Espagne mais des États-Unis et qui a tué plus que la Grande Guerre.
Avec l'évolution politique, la nouvelle pandémie à coronavirus ne peut être dite chinoise, si ce n'est par Donald Trump, même si les Chinois reconnaissent qu'elle est apparue à Wuhan (1) : l'appeler maladie à Coronarovirus de Wuhan serait, pour la deuxième puissance mondiale, une offense.

Avec le langage codé scientifique, diplomatique, la pandémie sera donc nommée Covid-19 (Coronarovirus disease-2019) due au SARS-CoV-2. Qui arrive après le SARS-CoV (ou SARS-CoV-1), venu d'une autre province de Chine, Guangdon, responsable du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2002. Celui-ci a beaucoup moins infecté et tué de personnes, surtout en Chine, Hong Kong, Taïwan et en Asie du Sud-Est. Il a eu le bon goût de ne pas aller plus loin.

En 2012, le syndrome respiratoire du Moyen-Orient ou MERS-CoV (Middle East respiratory syndrome-related coronavirus) est dû à un autre coronavirus  : son territoire d'origine et de prédilection, ME pour Middle-East (Moyen Orient) peut-être nommé...

La politique ne joue pas que sur les mots, elle intervient aussi sur les chiffres.Toutes les statistiques publiées sont officielles. Avec des différences d'un pays à l'autre suivant la méthode de comptage utilisée diagnostic clinique, avec ou sans test, post-mortem... (En France, les morts en EHPAD n'ont pas été comptés dans un premier temps, aujourd’hui, les morts à domicile).
De plus, tous le pays n'ont pas les mêmes possibilités de compter les victimes, et tous n'ont pas la même volonté de les publier... Les comparaisons sont donc fragiles...

Une face sanitaire

Les Chinois ont, d'abord, sous estimé la gravité de la nouvelle épidémie, comme beaucoup d'autres par la suite (la grippette), puis, ayant identifié la cause, ils combattent sa diffusion avec des méthodes qui serviront de modèle au monde entier, faute de traitement et de vaccin... et avec des conséquences économiques qui vont s'accumuler.

Forts de leur expérience, ils prennent les mesures maintenant connues de tous et adoptées presque partout avec plus ou moins de succès : gestes barrières, distanciation sociale, masques, tests, isolement dans des lieux ad hoc, confinement sévère et... statistiques.

A ce jour, les chiffres publiés, ici ou là, font état de 85 à 90 000 cas en Chine dont près de 70 000 dans le Hubei et moins de 5 000 décès (2), soit 3 par million d'habitants. Contre 577 par million d'habitants en Italie, premier pays occidental touché par l'épidémie. Comme l'a dit Marco Bellochio : La cina è vicina (1956).
Les pays occidentaux, dont la France, suivent pour différentes raisons : confiance illusoire dans le nombre de cas en Chine, quelques milliers de morts dans un pays de 1,4 milliard d'habitants, soit quelques centaines à l'échelle française, précédentes épidémies restées localisées dans quelques pays lointains, croyance à l'invulnérabilité du système socio-sanitaire français, bien sûr le meilleur du monde (3) : les autorités ne prennent aucune mesure, même pas de vérifier les réserves en matériel de toute sorte...

Quand l'épidémie touche la France, avec la vigueur annoncée la semaine précédente par l'exemple italien, regardé avec une certaine condescendance (4), la France décide d'appliquer les mesures chinoises : les masques, sans masques, les tests, sans tests, l'isolement des positifs, sans locaux adaptés, finalement le confinement généralisé, sans l'énergique autorité policière chinoise mais avec l'autoritarisme versatile jupitérien habituel.
Les suspects, les malades sont confinés à domicile, avec le danger que cela implique pour les familles, par manque de place dans les hôpitaux où ils ne sont accueillis que tardivement, quand c'est possible en fonction du personnel et du matériel disponibles. Restent les gestes barrières, la distanciation, gratuits, de responsabilité individuelle sous injonctions autoritaires aidées d'amendes (5).


 

Le virus à trois faces
Le virus à trois facesLe virus à trois faces
Le virus à trois facesLe virus à trois faces

Tout ceci est connu. Mais comment le cinquième ou sixième ou septième pays le plus riche du monde, avec un service de santé, chaque jour déclaré exceptionnel et prêt à faire face à toute situation, en est-il arrivé à être aussi le cinquième ou sixième pour le nombre de morts par million d'habitants ???

Légèreté des pouvoirs publics face à l'épidémie ? Me Agnès Buzyn quitte le ministère de la santé le 16 janvier, pour briguer la mairie de Paris ; la conseillère santé du président de la République depuis le début du quinquennat quitte ses fonctions le 31 janvier pour seconder son mari candidat aux élections municipales à Strasbourg. Si la ministre est remplacée immédiatement, la conseillère ne le sera qu'un mois plus tard ! Comme disent certains, il n'y a pas d'urgences, seulement des gens pressés ! Et les municipales avant tout.

L'épidémie comme révélateur.

La situation était difficile à gérer. Les décisions à prendre en quelques jours. Le président, le gouvernement, inconscients ou abusés, ne sont pas seuls responsables de tous les dysfonctionnements. Tous les gouvernements précédents ont leur part de responsabilité : ils ont suivi, depuis les années Thatcher, comme bien d'autres gouvernements et avec les mêmes conséquences, la même politique économique, proclamée unique : There is no alternative !!! Une politique qui vise à obtenir les meilleurs rendements financiers immédiats.

Cette politique repose sur la réduction des coûts pour augmenter les profits avec deux principes : délocaliser au maximum la production et généraliser le flux tendu dans les échanges.
Délocaliser dans un réservoir de main d’œuvre inépuisable et bon marché. La Chine est devenue le plus important atelier du monde auquel les grandes entreprises sans usine confient la fabrication de leurs produits : pas de grèves, ni conflits sociaux sur les salaires ou les conditions de travail. Tout est sous-traité à un gouvernement à l'autorité sans faille.

Avec l'approvisionnement en flux tendu, plus besoin d'immobiliser de l'argent sous forme de stocks. Un message suffit pour adapter, par air ou par mer, immédiatement l'offre à le demande... Il est beaucoup question des masques. Ce n'était pas la seule lacune en matériel...

Habiles, les pays occidentaux organisent, à domicile, une démocratie relative, avec du pain et des jeux, et donnent la masse des travailleurs en gérance totalitaire à un pays communiste !!!
Tout est bien huilé. Aucun risque. Sauf en cas d'arrêt de l'atelier. Mais pourquoi s'arrêterait-il ? On fait confiance au gouvernement chinois et aux autres pays à bas salaires. Pas de grève possible... l'autorité locale veille au grain. Mais quand l'autorité locale, par le confinement, bloque le pays ou la région où sont concentrées les entreprises... Le flux tendu casse. La chaîne s'arrête. Tout marchait si bien...

Ici aussi, ll y avait encore de l'argent à gagner, en attaquant les avantages sociaux, en adoptant le flux tendu. Et pourquoi ne pas appliquer la loi du profit maximum aux services publics. Depuis des années, on les réduit : en pleine pandémie, le travail continue (6). Il faut rentabiliser, privatiser et appliquer les mêmes méthodes, réduire au maximum effectifs et investissements. Instaurer partout une gestion au rendement, en matériel et en personnel.

Au niveau national, cette politique rencontre de fortes résistances surtout dans les services publics : le personnel hospitalier manifestait depuis un an, les chefs de service étaient en grève administrative, non pour améliorer leur statut mais pour demander des moyens pour les hôpitaux, plus de personnel, de meilleurs traitements, financiers et humains...
La seule réponse a été autoritaire ! Jupiter a manié la foudre pour les castagner...
Inutile de maintenir des stocks de masques, de médicaments quand un coup de téléphone suffit pour les obtenir en quelques jours. Pourquoi conserver des lits d'hôpitaux libérés par les séjours hospitaliers écourtés. S'il manque des médicaments, du matériel, on en achètera. S'il manque des lits, on en ajoutera. Quant au personnel, il fera des heures supplémentaires...

Est-ce dû au hasard, si l'Allemagne avec 33 lits de soins intensifs pour 100 000 habitants contre 11 en France, compte 4 fois moins de morts par million d'habitants (108) que la France (445) ? Ce qui lui a permis de prendre en charge des malades venant d'autres pays... (Remarque 1)

Les gouvernements successifs tranchent depuis des années et le dernier se trouva fort dépourvu quand l'endémie fut venue...

La commande par téléphone ne suffit plus. Il n'y a personne au numéro que vous demandez. Les besoins chinois ou de ceux qui paient le mieux sont prioritaires…

 


 

 

Le virus à trois faces
Le virus à trois facesLe virus à trois faces
Le virus à trois faces

De graves conséquences socio-économiques.

C'est entendu. La pandémie tue. Mais comment se fait-il que cette pandémie ait abouti à un blocage de l'économie mondiale alors que cela n'a pas été e cas lors d'épidémies antérieures qui ont fait souvent plus de morts en France et dans le monde (7) ?

Les délocalisations généralisées et la politique du flux tendu, efficaces financièrement, ont fragilisé le système économique mondial et conduit aujourd'hui, à son blocage. Non par le nombre de morts qui touche surtout des personnes âgée sans conséquence directe sur la production ou la distribution mais par le confinement généralisé. Devant les nombres de morts apocalyptiques, avancés par les prévisionnistes (8), les médias, non seulement les chaînes en continue, et les gouvernements eux-mêmes. Ceux-ci, après avoir failli par manque de précautions, ne disposant d'aucun moyen réellement efficaces, ont encore eu plus peur de ne pas prendre les seules mesures apparemment disponibles et utilisées partout...
Le confinement chinois bloque la fabrication, l'acheminement, on copie et on installe le confinement... Les blocages s'ajoutent au blocage. La pénurie à la pénurie...

Le tout n'a guère été amélioré par les paroles, multiples et contradictoires, du gouvernement. Même si tout était prêt depuis longtemps, il a fallu faire face avec les mots quand les choses manquaient. Il est connu que les politiques mentent souvent, mais pourquoi mentir avec ce mépris des citoyens. Parce qu'il n'y avait pas de masque, pas de test, était-il nécessaire de dire qu'ils étaient inutiles. Était-il nécessaire que la porte-parole du gouvernement dise qu'elle ne savait pas et que les Français ne sauraient pas se servir d'un masque ? Avant de les rendre obligatoires ?

 

Le virus à trois faces

Prendre comme modèle un régime totalitaire ne peut conduire qu’à des mesures autoritaires, inefficaces faute de moyens, tendance naturelle des gouvernants désemparés devant une situation nouvelle.

En quelques jours, la lutte contre la pandémie a pris la figure d'une lutte moyenâgeuse : la peste était là et l'arme absolue, le confinement généralisé, sans discernement ! Avec des conséquences visibles à court terme et inconnues à plus long terme, au point de vue économique, social, sociétal, psychologique, politique.

Si la Covid-19 n'est pas, pour le moment, la pandémie la plus meurtrière depuis la grippe espagnole, ni au niveau mondial, ni au niveau national, elle a entraîné la plus grave crise économique de l'histoire depuis 1929 ? Elle a mis en évidence la fragilité de l’organisation économique et sociale, dominante.

Le révélateur semble avoir été particulièrement efficace. Même le président Macron a été touché ! Il suffit d'entendre ses mots pleins de modestie et de promesses... (9).

Quant aux actes, il suffira de suivre, au jour le jour, comment le président et le gouvernement vont effeuiller les des propositions de la Convention Citoyenne pour le climat. Je t'aime un peu, beaucoup...


 

1 – Wikipedia très prudemment dit : Le dernier coronavirus humain (ou récemment humanisé, très probablement à partir d'une ou plusieurs souches portées par des chauves-souris) semble avoir émergé à Wuhan en Chine en 2019.

2 – 4 000 décès à Wuhan. Certains affirment, en réalité, 10 fois plus.

3 - Le président de la République : Nous avons en France les meilleurs virologues, les meilleurs épidémiologistes, des spécialistes de grand renom, des cliniciens aussi, des gens qui sont sur le terrain et que nous avons écouté, comme nous le faisons depuis le premier jour. Tous nous ont dit que malgré nos efforts pour le freiner, le virus continue de se propager et est en train de s'accélérer. Nous le savions (sic) , nous le redoutions.

4 - La situation de la France n'est pas celle de l'Italie. La France dispose d'un des meilleurs taux d'équipement en matériel de réanimation d'Europe, avec, pour une population équivalente à celle de l'Italie, deux fois plus de lits. Vincent Camus, directeur marketing anesthésie-réanimation de la branche française de GE Healthcare, fabricant, Les Échos 15/03/20.

5 – Le président : Le ministre de la Santé et le directeur général de la Santé vous l'ont expliqué à plusieurs reprises : pour éviter l'accumulation de patients qui seront en détresse respiratoire dans nos services d'urgence et de réanimation. Il faut continuer de gagner du temps, et pour cela, je vais vous demander de continuer à faire des sacrifices et plutôt d'en faire davantage, mais pour notre intérêt collectif.

6 –  En pleine pandémie de Covid-19, le directeur de l'ARS Grand Est a confirmé le projet visant à supprimer des postes et des lits d'ici à 2025 au CHRU à Nancy. La mesure a été ajournée.

7 – Grippe asiatique : 1 à 2 000 000 de morts dans le monde, environ 100 000 en France. Grippe de Hong Kong : 1 million de morts dans le monde, 30 000 en France pour une population... Pour une population mondiale et national bien moindre. Bien sûr, il ne faut pas avoir une confiance absolue dans les chiffres et la pandémie n'est pas terminée.

8 - Le nombre de décès annoncé a été très variable. ­L'hypothèse haute a souvent été retenue, jusqu'à 500 000 morts en France. Selon une simulation utilisant l’intelligence artificielle (IA), le coronavirus pourrait contaminer jusqu’à 2,5 milliards de personnes en 45 jours, et parmi elles 52,9 millions pourraient mourir des suites de la maladie (Forbes, 08/02/20). Très souvent, les journalistes ne reprennent des prévisions scientifiques que la partie la plus inquiétante : le poids des mots, le choc des chiffres.

9 – Quelques mots du président : Le gouvernement prendra tous les moyens nécessaires... quoi qu’il en coûte... La santé n’a pas de prix... Beaucoup des décisions que nous sommes en train de prendre, beaucoup des changements auxquels nous sommes en train de procéder, nous les garderons parce que nous apprenons aussi de cette crise, parce que nos soignants sont formidables d'innovation et de mobilisation, et ce que nous sommes en train de faire, nous en tirerons toutes les leçons et sortirons avec un système de santé encore plus fort... Ce que révèle cette pandémie, c'est qu'il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner notre cadre de vie au fond à d'autres est une folie.

Remarque 1 : Les choses simples sont quelquefois simplistes. Il est peu probable que le rapport entre le nombre de lits aient beaucoup changé entre l’Allemagne, la France et l’Italie : aujourd’hui (22/12/20), le nombre de morts en Allemagne est de 710, contre 351 en France et 415 en Italie. A l’évidence, le nombre de lits n’explique pas tout !

Remarque 2 : article publié sur Agoravox le 06/07/20.

Images recueillis pendant le confinement dans un rayon d'un km autour du métro Couronnes à Paris, surtout vingtième arrondissement.
Images recueillis pendant le confinement dans un rayon d'un km autour du métro Couronnes à Paris, surtout vingtième arrondissement.
Images recueillis pendant le confinement dans un rayon d'un km autour du métro Couronnes à Paris, surtout vingtième arrondissement.
Images recueillis pendant le confinement dans un rayon d'un km autour du métro Couronnes à Paris, surtout vingtième arrondissement.
Images recueillis pendant le confinement dans un rayon d'un km autour du métro Couronnes à Paris, surtout vingtième arrondissement.

Images recueillis pendant le confinement dans un rayon d'un km autour du métro Couronnes à Paris, surtout vingtième arrondissement.

Partager cet article
Repost0
22 juin 2020 1 22 /06 /juin /2020 08:16
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »

Le 21 juin 2020, le mouvement culturel CHOUKAJ a organisé un déboulé intitulé « LIMYE POU LE ZANSYEN » à Paris de la place Jean Ferrat jusqu'à La Villette.afin de rendre hommage aux ancêtres ayant brisé leurs chaînes en Guadeloupe (et par extension aux Antilles Françaises) en Mai 1848.

Quelques images.

Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Rassemblement avant le départ Place Jean Ferrat.
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »Déboulé des  Gouadeloupéens « LIMYE POU LE ZANSYEN* »
Défilé sur le Boulevard de Belleville
J'avais annoncé l'arrêt de ce blog.
Avec l'apparition d'une publicité non désirée, cet arrêt devient effectif et définitif.
Partager cet article
Repost0
22 juin 2020 1 22 /06 /juin /2020 08:07
Pour la régularisation de sans papiers

Le 20 juin, une manifestation des sans-papiers est partie de la place de la Nation à Paris, quelques photos de son passage sur le boulevard de Ménilmontant.

Pour la régularisation de sans papiersPour la régularisation de sans papiers
Pour la régularisation de sans papiersPour la régularisation de sans papiers
Pour la régularisation de sans papiersPour la régularisation de sans papiers
Pour la régularisation de sans papiers
Pour la régularisation de sans papiers
Pour la régularisation de sans papiers
Pour la régularisation de sans papiers
Pour la régularisation de sans papiers
Pour la régularisation de sans papiers
Pour la régularisation de sans papiers
Partager cet article
Repost0
11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 11:43
Balades confinées à Belleville-Ménilmontant

Les quelques images qui suivent, témoignent des signes extérieurs du confinement dans un quartier de Paris, autour du boulevard de Belleville, de Couronnes à Ménilmontant, surtout côté vingtième arrondissement avec quelques excursions dans le onzième et, plus rares et plus limitées dans le dix-neuvième, à cause de la distance...
Images cueillies, durant l'heure quotidienne autorisée pour les courses ou la promenade, muni de l’attestation dérogatoire, sans masque au début, ensuite avec un masque confectionné par un artisan du quartier découvert lors d'une de ces sorties.

Ce confinement n'est pas terrible quand on a un appartement correct. Quand la santé ne pose pas de problème grave. Quand les conditions sociales et familiales sont satisfaisants. Quand tous les commerces indispensables existent à quelques centaines de mètres.
On regrette de ne pouvoir profiter pleinement du printemps qui rend cependant agréable la petite heure de sortie... On peut même profiter de quelques fleurs et de chants d'oiseaux, inaudibles en temps normal à cause du brouhaha de la ville...
Sans télévision, privé de cinéma, séance de rattrapage, tous les soirs, avec un vieux film en DVD.

Tout le monde ne bénéficie pas de ces conditions. Les cinquante cinq jours de confinement sont une épreuve difficile pour une partie importante de la population. Il suffit de regarder, au fil des jours, le nombre de personnes et leur comportement dans la rue. 

Le 11 mai n'est pas la fin du confinement. C'est plutôt le début de la deuxième phase du confinement. Car des contraintes vont demeurer pour beaucoup. D'abord pour les personnes au chômage. Pour toutes les personnes qui vont devoir aller travailler dans des conditions plus ou moins satisfaisantes. Notamment, dans les transports en commun. En espérant que les moyens seront adaptés à la situation. Et que les usagers se comporteront en citoyens.

Mais il en est pour qui les choses risquent de ne pas changer beaucoup. C'est tout le personnel soignant. Car l'infection est encore suffisante pour entraîner un nombre important de malades graves. Il ne faudrait pas que, méprisé quand il tirait la sonnette d'alarme, qualifié de héros hier, par le président de la République, le personnel soignant soit oublié avec des mots ronflants et une prime de circonstance au lieu d'une augmentation des salaires. Et que tout reparte comme avant. 
Leurs revendications ont été légitimées, aux yeux de tous, par les dégâts de la pandémie en France, surtout si on les compare avec ce qui se passe en Allemagne : insuffisance de matériel, de personnel, de lits...
Les victimes se comptent par milliers !

Par leurs revendications,
c'était nous qu'ils défendaient !!!

Mais il ne faut pas , non plus, que la population, après avoir applaudi à 20h tous les soirs, reprenne sa vie quotidienne et que, préoccupée par des difficultés nouvelles ou libérée des récentes, elle oublie ceux qui ont résisté et qui vont continuer pendant longtemps encore à devoir faire face à des conditions de travail difficiles.

La solidarité avec le personnel soignant et les autres, au bénéfice de tous, ne doit pas s'arrêter aux applaudissements à 20 heures.

*           *          *   

Quelques unes des photos ci-après ont déjà illustré des articles sur ce site. Toutes ont été prises, au jour le jour, dans un quartier qui mélange, depuis toujours, pauvreté, solidarité et contestation.

Elles sont présentées en fonction de la date à laquelle elles ont été prises et le lieu est indiqué. Cela ne dit rien du jour où ces affiches, ces écrits ont été affichés.
Elles auraient pu être ordonnées par thèmes : solidarité, consignes de sécurité sanitaire, contestation..., regroupées par rue...

Elles sont quelquefois accompagnées de commentaires. Ou d'un touit émis le même jour.

Rue du pressoir 18/03/20Rue du pressoir 18/03/20

Rue du pressoir 18/03/20

Des voisin(e)s prévenant(e)s dans l'immeuble.

Bd de Belleville, place Jean Ferrat (19/03/20).Bd de Belleville, place Jean Ferrat (19/03/20).
Bd de Belleville, place Jean Ferrat (19/03/20).

Bd de Belleville, place Jean Ferrat (19/03/20).

La population est peu nombreuse, le confinement est suivi, l'intendance ne suit pas.

Marché de  Ménilmontant (1), marché de Belleville (3) (20/03/20).Marché de  Ménilmontant (1), marché de Belleville (3) (20/03/20).
Marché de  Ménilmontant (1), marché de Belleville (3) (20/03/20).Marché de  Ménilmontant (1), marché de Belleville (3) (20/03/20).Marché de  Ménilmontant (1), marché de Belleville (3) (20/03/20).

Marché de Ménilmontant (1), marché de Belleville (3) (20/03/20).

Les clients sont en ligne et les marchands ont pris leurs dispositions pour essayer de canaliser les acheteurs. Ce sera le dernier marché...

Touit : 22/03/20 : Lors de sa visite à Strasbourg, Colmar, Mulhouse, le Pr Valleta aussi pu mesurer les effets bénéfiques du confinement : les victimes d'accident de la route, les sportifs blessés à l'entraînement sont bien moins nombreux aux urgences (JDD 20/03/20). On croit rêver !

R de Belleville, r Julien Lacroix, r des Maronites,(2) (25/03/20)
R de Belleville, r Julien Lacroix, r des Maronites,(2) (25/03/20)R de Belleville, r Julien Lacroix, r des Maronites,(2) (25/03/20)
R de Belleville, r Julien Lacroix, r des Maronites,(2) (25/03/20)

R de Belleville, r Julien Lacroix, r des Maronites,(2) (25/03/20)

Rue du Pressoir (2), r du Chemin vert (1) (26/03/20), Rue du Pressoir (2), r du Chemin vert (1) (26/03/20),
Rue du Pressoir (2), r du Chemin vert (1) (26/03/20),

Rue du Pressoir (2), r du Chemin vert (1) (26/03/20),

Peu de monde dans les rues. Quand on se croise, même avec masque, une fois sur deux environ, les personnes s'éloignent. D'autres passent indifférents. Plusieurs petits groupes discutent, se touchent.
Les habitants du quartier suscitent la formation d'une chorale qui se fera entendre le soir à 20 heures, au moment des applaudissements de soutien au personnel des hôpitaux, suivie de la diffusion de chants ou de musique...

R de Ménilmontant (27/03/20)

R de Ménilmontant (27/03/20)

La queue devant un super marché de la rue de Ménilmontant en respectant la distance...
Devant la boulangerie de la place Maurice Chevalier, la mendiante a disparu... tandis que le SDF, vigile à la canette, toujours devant le Franprix, range les poubelles.

Pl Jean Ferrat, r de Ménilmontant, r Delaître, r Duris (2), bd de Ménilmontant(3, pl. Jean Ferrat, Maronites (28/03/20).
Pl Jean Ferrat, r de Ménilmontant, r Delaître, r Duris (2), bd de Ménilmontant(3, pl. Jean Ferrat, Maronites (28/03/20).
Pl Jean Ferrat, r de Ménilmontant, r Delaître, r Duris (2), bd de Ménilmontant(3, pl. Jean Ferrat, Maronites (28/03/20).
Pl Jean Ferrat, r de Ménilmontant, r Delaître, r Duris (2), bd de Ménilmontant(3, pl. Jean Ferrat, Maronites (28/03/20).
Pl Jean Ferrat, r de Ménilmontant, r Delaître, r Duris (2), bd de Ménilmontant(3, pl. Jean Ferrat, Maronites (28/03/20).
Pl Jean Ferrat, r de Ménilmontant, r Delaître, r Duris (2), bd de Ménilmontant(3, pl. Jean Ferrat, Maronites (28/03/20).
Pl Jean Ferrat, r de Ménilmontant, r Delaître, r Duris (2), bd de Ménilmontant(3, pl. Jean Ferrat, Maronites (28/03/20).
Pl Jean Ferrat, r de Ménilmontant, r Delaître, r Duris (2), bd de Ménilmontant(3, pl. Jean Ferrat, Maronites (28/03/20).

Pl Jean Ferrat, r de Ménilmontant, r Delaître, r Duris (2), bd de Ménilmontant(3, pl. Jean Ferrat, Maronites (28/03/20).

Peu de monde dans les rues, le printemps fleuri ne fait pas oublier les revendications et la nécessaire adaptation à la situation... Le SDF est assis, comme d'habitude, devant le Franprix, discute avec une dame qui se recule quand il tousse.

ND de Ménilmontant (29/03/30)

ND de Ménilmontant (29/03/30)

Place Jean Ferrat (30/03/20)

Place Jean Ferrat (30/03/20)

Place Jean Ferrat : un bureau de tabac a fermé sur le boulevard de Ménilmontant (20°), une longue queue, respectant la distance, s'étire devant celui de la rue Oberkampf (11°).

Le bureau de Poste du bd de Belleville (11°), pharmacie du bd de belleville (20°), mmesures de prévention sur les vitrines (3) bd de Belleville (20°), Belleville, les 4 arrondissements, la r de Belleville (2) (31/03/20)
Le bureau de Poste du bd de Belleville (11°), pharmacie du bd de belleville (20°), mmesures de prévention sur les vitrines (3) bd de Belleville (20°), Belleville, les 4 arrondissements, la r de Belleville (2) (31/03/20)
Le bureau de Poste du bd de Belleville (11°), pharmacie du bd de belleville (20°), mmesures de prévention sur les vitrines (3) bd de Belleville (20°), Belleville, les 4 arrondissements, la r de Belleville (2) (31/03/20)
Le bureau de Poste du bd de Belleville (11°), pharmacie du bd de belleville (20°), mmesures de prévention sur les vitrines (3) bd de Belleville (20°), Belleville, les 4 arrondissements, la r de Belleville (2) (31/03/20)
Le bureau de Poste du bd de Belleville (11°), pharmacie du bd de belleville (20°), mmesures de prévention sur les vitrines (3) bd de Belleville (20°), Belleville, les 4 arrondissements, la r de Belleville (2) (31/03/20)
Le bureau de Poste du bd de Belleville (11°), pharmacie du bd de belleville (20°), mmesures de prévention sur les vitrines (3) bd de Belleville (20°), Belleville, les 4 arrondissements, la r de Belleville (2) (31/03/20)
Le bureau de Poste du bd de Belleville (11°), pharmacie du bd de belleville (20°), mmesures de prévention sur les vitrines (3) bd de Belleville (20°), Belleville, les 4 arrondissements, la r de Belleville (2) (31/03/20)
Le bureau de Poste du bd de Belleville (11°), pharmacie du bd de belleville (20°), mmesures de prévention sur les vitrines (3) bd de Belleville (20°), Belleville, les 4 arrondissements, la r de Belleville (2) (31/03/20)

Le bureau de Poste du bd de Belleville (11°), pharmacie du bd de belleville (20°), mmesures de prévention sur les vitrines (3) bd de Belleville (20°), Belleville, les 4 arrondissements, la r de Belleville (2) (31/03/20)

Queues, devant le bureau de Poste, la pharmacie, ce n'est pas pour les masques, introuvables, précautions des commerçants, la ville sans piétons, sans voitures...

Bd de Belleville (2), bd de Ménilmontant (2) (01/04/20)
Bd de Belleville (2), bd de Ménilmontant (2) (01/04/20)
Bd de Belleville (2), bd de Ménilmontant (2) (01/04/20)
Bd de Belleville (2), bd de Ménilmontant (2) (01/04/20)

Bd de Belleville (2), bd de Ménilmontant (2) (01/04/20)

R du Pressoir (04/04/20)

R du Pressoir (04/04/20)

Durant la promenade, nous apprenons qu'un ami et son épouse ont été hospitalisés pour Covid-19.
Le SDF, le vigile à la canette qui, normalement, est toujours devant ou dans le Franprix, est maintenant dans la cabine d'une fourgonnette.
Des jeunes donnent un récital distancié dans la cour de l'immeuble en attendant les applaudissements de 20 heures, le chœur et la musique diffusés par un puissant haut-parleur.

Touit : 04/04/20. En démocratie, les décisions sont respectées si elles sont respectables. Applicables matériellement. Justifiées. Non contradictoires. Prises par une autorité respectable et respectée. A défaut, il faudra utiliser la coercition contre l'indiscipline, le système D, le passe-droit.

Franprix bd de Belleville (06/04/20)

Franprix bd de Belleville (06/04/20)

Des amis nous apprennent par téléphone que leur fille et leur gendre ont eu le Covid-19 mais qu'ils vont bien après avoir été fortement secoués.
Le téléphone n'a jamais été aussi utilisé... Longues conversations sur la santé de chacun, spéculations sur la pandémie...

 

Belvédère de Belleville (4), r du Transvaal (1) (12/04/20)
Belvédère de Belleville (4), r du Transvaal (1) (12/04/20)
Belvédère de Belleville (4), r du Transvaal (1) (12/04/20)
Belvédère de Belleville (4), r du Transvaal (1) (12/04/20)

Belvédère de Belleville (4), r du Transvaal (1) (12/04/20)

Jeudi 10 et vendredi 11, infraction aux attestations : allé le matin à jeun au laboratoire qui est à 2 ou 300 mètres et sorti  ensuite dans la journée, avec deux attestations différentes !

R du Pressoir, Oberkampf 11+ (2), r de Tourtille (13/04/20)
R du Pressoir, Oberkampf 11+ (2), r de Tourtille (13/04/20)
R du Pressoir, Oberkampf 11+ (2), r de Tourtille (13/04/20)
R du Pressoir, Oberkampf 11+ (2), r de Tourtille (13/04/20)

R du Pressoir, Oberkampf 11+ (2), r de Tourtille (13/04/20)

Touits 15/04/20 : Le gouvernement a parlé de rémunérer les heures supplémentaires du personnel soignant. Il pourrait en être autrement ? Et une prime ! Quelle générosité messeigneurs !
Revaloriser les salaires de tous les soignants ! Ceux des infirmiers sont parmi les plus bas de l'OCDE.

15/04/20 : La Chine, foyer initial de Covid-19, lutte par confinement, tests (traçage, isolement dans locaux dédiés), masques, gestes de distanciation sociale. La France fait exactement la même chose : sans masque, sans test, sans lieux dédiés. Restent confinement et gestes à l'extérieur. 

15/04/20 :Popularité selon les mérites ? Merkel, 79% +11, la PM danoise, Me Frederiksen, 79% +40, le chancelier autrichien, S.Kurz, 77% +33, le PM néerlandais, M.Rutte, 75%, V.Orban, 71%, G.Conte en Italie 71%, B.Johnson 61% au RU, D.Trump, 43%, Macron, 40% +7/

Touit 16/04/20 : Déconfinement progressif et insuffisance de masques. Pour inciter à la fabrication de masques artisanaux, Castaner va proposer un rassemblement de femmes voilées et de black-blocs place de la Concorde.
Encadrés par des policiers sans masque mas avec un attestation du ministre.

Rue de Ménilmontant (17/04/20)

Rue de Ménilmontant (17/04/20)

Touits 17/04/20 : Macron n'a pas entendu les manifestations  des gilets jaunes, ni celles contre la réforme des retraites, ni celles des hospitaliers. A-t-il des prothèses auditives ? Au bout de 4 jours, il entend les personnes âgées ou à risques, confinées, ou les sénateurs, âge moyen, 61 ans.

17/04/20 : Booking.com qui profite depuis des années d'avantages fiscaux considérables, sollicite des aides publiques de plusieurs millions d'euros en raison de la crise actuelle (De Volkskrant, Pays-Bas).
Booking.com ne passe à la caisse que pour encaisser.

Rue Julien Lacroix (18/04/20)
Rue Julien Lacroix (18/04/20)Rue Julien Lacroix (18/04/20)
Rue Julien Lacroix (18/04/20)Rue Julien Lacroix (18/04/20)

Rue Julien Lacroix (18/04/20)

La présence policière est relativement discrète. Uniquement sur le boulevard de Belleville, contrôles rares, nous n'avons jamais été contrôlés. des voitures de police passent...
Deux hommes, sans masque, s'interpellent, s'embrassent sous les yeux de policiers.
Le vendredi et le samedi, impression qu'il y a plus de monde sur le boulevard, avec ou sans masque.

Rue des Couronnes (19/04/20)
Rue des Couronnes (19/04/20)
Rue des Couronnes (19/04/20)

Rue des Couronnes (19/04/20)

Manifestations confinées, revendications aux balcons...

Rue Boyer (2), r Fernand Raynaud (21/04/20)
Rue Boyer (2), r Fernand Raynaud (21/04/20)Rue Boyer (2), r Fernand Raynaud (21/04/20)

Rue Boyer (2), r Fernand Raynaud (21/04/20)

Touit 21/04/20 : Les capacités de stockage de pétrole étant dépassées , une prime de 37 dollars est donnée par baril enlevé.
Votre baignoire peut être le début de la fortune !

R Raponneau, r de Belleville (2), r de Tourtille (2) (22/04/20)
R Raponneau, r de Belleville (2), r de Tourtille (2) (22/04/20)R Raponneau, r de Belleville (2), r de Tourtille (2) (22/04/20)
R Raponneau, r de Belleville (2), r de Tourtille (2) (22/04/20)R Raponneau, r de Belleville (2), r de Tourtille (2) (22/04/20)

R Raponneau, r de Belleville (2), r de Tourtille (2) (22/04/20)

Achat de masques dans un atelier, rue de Tourtille.
Plus de monde que la veille. Lassitude ? Temps ensoleillé ?

R Jean-Pierre Timbaud 11° (23/04/20)R Jean-Pierre Timbaud 11° (23/04/20)

R Jean-Pierre Timbaud 11° (23/04/20)

Collecte alimentaire à la mosquée de la rue J.P.Timbaud à l'occasion du ramadan.
Un ami des environs de Carcassonne pense avoir eu le covid-19 qu'il a traité au paracétamol sans problème, si ce n'est trois jours de fièvre et sueurs intenses. En même temps, deux visiteurs ont été traités un avec hospitalisaton, l'autre à domicile.

R de Ménilmontant (25/04/20)

R de Ménilmontant (25/04/20)

Petite rencontre programmée avec un couple d'amis, masqués, avec respect des distances dans le square Elisa Borey, au soleil.

R de Belleville (2), rue de Tourtille (2) (26/04/20)R de Belleville (2), rue de Tourtille (2) (26/04/20)
R de Belleville (2), rue de Tourtille (2) (26/04/20)R de Belleville (2), rue de Tourtille (2) (26/04/20)

R de Belleville (2), rue de Tourtille (2) (26/04/20)

Ce dimanche, augmentation relative des promeneurs sur le boulevard de Belleville.

R de Tlemcen, r du Pressoir (01/05/20)
R de Tlemcen, r du Pressoir (01/05/20)

R de Tlemcen, r du Pressoir (01/05/20)

Des travailleurs confinés utilisent leur fenêtre pour marquer le 1er mai.
Petite statistique sur le boulevard : 15 personnes avec masque, 39 sans.

Touit 01/05/20 : Pour mentir sans qu'on s'en aperçoive, il faut être très intelligent. Sinon on se contredit rapidement. Le gouvernement, ces temps-ci, est au vu et au su de tout le monde, dans cette situation.
Il se contredit sans vergogne. Méprise les citoyens.Sabote la démocratie.

R  Picabia (2), r Rébéval,  r Rampal , r de Tourtille (5) (02/05/30)
R  Picabia (2), r Rébéval,  r Rampal , r de Tourtille (5) (02/05/30)
R  Picabia (2), r Rébéval,  r Rampal , r de Tourtille (5) (02/05/30)
R  Picabia (2), r Rébéval,  r Rampal , r de Tourtille (5) (02/05/30)
R  Picabia (2), r Rébéval,  r Rampal , r de Tourtille (5) (02/05/30)
R  Picabia (2), r Rébéval,  r Rampal , r de Tourtille (5) (02/05/30)
R  Picabia (2), r Rébéval,  r Rampal , r de Tourtille (5) (02/05/30)
R  Picabia (2), r Rébéval,  r Rampal , r de Tourtille (5) (02/05/30)
R  Picabia (2), r Rébéval,  r Rampal , r de Tourtille (5) (02/05/30)

R Picabia (2), r Rébéval, r Rampal , r de Tourtille (5) (02/05/30)

Fenêtres de revendications.
Rue de Rébéval, longue queue devant un centre artisanal, pour l'achat de masques à 2 et à 5 euros minimum.
Sur le boulevard de la Villette, un marchand de fruits et légumes probablement chinois : inscriptions en chinois et en français. A l'entrée, une personne pour désinfecter les mains, cheminement à sens unique, entrée et sortie  par des portes différentes.

 

R Saint Maur 11° (03/05/20)
R Saint Maur 11° (03/05/20)
R Saint Maur 11° (03/05/20)

R Saint Maur 11° (03/05/20)

R de Ménilmontant, r Sorbier (04/05/20)
R de Ménilmontant, r Sorbier (04/05/20)

R de Ménilmontant, r Sorbier (04/05/20)

Peu de monde dans les rues.

TOUIT 05/05/20 : Qui indiquera à Emmanuel Macron et à tout son gouvernement qu'il lui suffit de traverser la rue pour s'inscrire à Pôle emploi ?

Pharmacie r de Ménilmontant,  r Julien Lacrois, r des  Amandiers, r du Liban (06/05/20)
Pharmacie r de Ménilmontant,  r Julien Lacrois, r des  Amandiers, r du Liban (06/05/20)Pharmacie r de Ménilmontant,  r Julien Lacrois, r des  Amandiers, r du Liban (06/05/20)
Pharmacie r de Ménilmontant,  r Julien Lacrois, r des  Amandiers, r du Liban (06/05/20)

Pharmacie r de Ménilmontant, r Julien Lacrois, r des Amandiers, r du Liban (06/05/20)

Enfin les masques arrivent, notre pharmacien habituel n'en aura que le 11 mai. Les revendications demeurent. Les marchands de cycles rêvent des premiers congés payés...
Seconde rencontre avec nos amis au square Elisa Borey.
Pour la première fois, attestations sur la tablette. Anne prend, par précaution, une attestation en papier.

Place Martin Nadaud, bd de Ménilmontnt, r du Pressoir (08/05/20)
Place Martin Nadaud, bd de Ménilmontnt, r du Pressoir (08/05/20)
Place Martin Nadaud, bd de Ménilmontnt, r du Pressoir (08/05/20)

Place Martin Nadaud, bd de Ménilmontnt, r du Pressoir (08/05/20)

Les jardins sont fermés mais la place est ouverte pour les enfants. On applaudit à vingt heures mais les voisins des médecins ne sont pas rassurés.
Camion de légumes dans la rue du Pressoir.

 Pl Jean Ferrat, bd de Belleville (3), r Julien Lacroix, parc de Belleville, r Palikao (09/05/20)
 Pl Jean Ferrat, bd de Belleville (3), r Julien Lacroix, parc de Belleville, r Palikao (09/05/20) Pl Jean Ferrat, bd de Belleville (3), r Julien Lacroix, parc de Belleville, r Palikao (09/05/20)
 Pl Jean Ferrat, bd de Belleville (3), r Julien Lacroix, parc de Belleville, r Palikao (09/05/20) Pl Jean Ferrat, bd de Belleville (3), r Julien Lacroix, parc de Belleville, r Palikao (09/05/20)
 Pl Jean Ferrat, bd de Belleville (3), r Julien Lacroix, parc de Belleville, r Palikao (09/05/20) Pl Jean Ferrat, bd de Belleville (3), r Julien Lacroix, parc de Belleville, r Palikao (09/05/20)

Pl Jean Ferrat, bd de Belleville (3), r Julien Lacroix, parc de Belleville, r Palikao (09/05/20)

Points repas de solidarité dans Paris, pendant le confinement, magasins boulevard de Belleville, un zèbre d'espoir ? même avec un masque.

R Sorbier (2), r de Ménilmontant (3),  r Villiers de l'Isle Adam (10/05/20)R Sorbier (2), r de Ménilmontant (3),  r Villiers de l'Isle Adam (10/05/20)
R Sorbier (2), r de Ménilmontant (3),  r Villiers de l'Isle Adam (10/05/20)R Sorbier (2), r de Ménilmontant (3),  r Villiers de l'Isle Adam (10/05/20)
R Sorbier (2), r de Ménilmontant (3),  r Villiers de l'Isle Adam (10/05/20)R Sorbier (2), r de Ménilmontant (3),  r Villiers de l'Isle Adam (10/05/20)

R Sorbier (2), r de Ménilmontant (3), r Villiers de l'Isle Adam (10/05/20)

Malgré le dévouement de certains, rien n'est réglé et la petite bête veille...

Partager cet article
Repost0
3 mai 2020 7 03 /05 /mai /2020 22:09
Un 11 mai en blanc, par solidarité, par défiance

La président de la République, avec sa compréhension profonde de la vie sociale et politique, s’est déjà emparé du 1er mai, journée commémorative du massacre de Chicago (1886), pour la journée de travail de 8 heures, du 1er mai institué en 1889 comme journée internationale de revendication des travailleurs, suivi en France de la fusillade de Fourmies du 1er mai 1891.
En 2019, il avait dit « Le 1er mai est la fête de ceux qui aiment le travail ». Il a été précédé dans cet essai de captation du 1er mai par celui qui en 1941 en avait fait « la fête du Travail et de la Concorde sociale ».
En 2020
, le  président a parlé de « retrouver dès que possible les 1er mai joyeux, chamailleurs parfois, qui font notre Nation », au fond une joyeuse journée de potaches chamailleurs. Comme ceux du 1er mai de 2018 et du 1er mai de 2019 ?

Il est impensable de laisser le champ libre pour faire du lundi 11 mai, première journée de l’éventuel déconfinement partiel, une journée seulement marquée par l’autosatisfaction gouvernementale dont la politique économique et sanitaire a fortement joué dans l’insuffisance de moyens pour faire face à la pandémie.

 

Un 11 mai en blanc, par solidarité, par défiance

Il est juste que la population, après de deux mois de confinement, puisse ressentir une certaine satisfaction dans cette mise en semi-liberté après une longue assignation à résidence pour certains et pour d’autres au travail dans des conditions de sécurité négligées.

Pendant toute cette période, nombreux sont ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont voulu témoigner, tous les jours à 20 heures, de leur reconnaissance au personnel soignant, toute hiérarchie confondue, de leur dévouement pour assurer au mieux la prise en charge des victimes de la pandémie.
Mais il ne faut pas que ce demi-pas vers la société de l’après, soit le début de l’oubli
des conditions de travail avant et pendant l’endémie. Une année durant, les personnels hospitaliers, encore une fois, toute hiérarchie confondue, ont manifesté, contre de mauvaises conditions de travail, une insuffisance de personnel, de matériel... Annonçant le risque d’effondrement.
On connaît la réponse gouvernementale
aussi bien au niveau de la gestion de leurs manifestations qu’au niveau de leurs revendications : je ne suis pas le père Noël, l’argent de dingue…

Ce n’est pas grâce aux premiers de cordée mais à eux, méprisés hier, que le système ne se soit pas complètement effondré.

On ne peut pas se contenter de paroles de circonstances, de remerciements formels sur l’héroïsme et l’union nationale. Ce sont des moyens qui sont nécessaires, en personnel (recrutement, salaires, reconnaissance à leur juste valeur des personnels soignants, des médecins étrangers...) et en matériel.

Un 11 mai en blanc, par solidarité, par défiance

Le 11 mai doit être l’occasion de se montrer solidaire des blouses blanches, et bleues, et grises…, des victimes de la politique du mépris de ces riens qui courraient dans les gares pour rejoindre leur poste de travail. Mais qui ont été là pour assumer leur rôle technique mais aussi humain. Sans les moyens qu’ils auraient dû avoir.

On a beaucoup parlé des masques, des tests, des respirateurs qui n’avaient pas été prévus pour des circonstances exceptionnelles. Et des blouses ? Des charlottes ? Des surchaussures ? On a vu les effets de la politique industrielle du flux tendu appliquée à l’hôpital !!!

Alors ne serait-il pas possible de faire du 11 mai, de ce premier pas vers une semi-liberté, une journée de solidarité, dans la rue, dans le respect des règles de distanciation sociale, avec ou sans masque suivant leur distribution, sans rassemblement, sans attroupement pouvant augmenter les risques de contamination, avec ou sans attestation car le déconfinement n’est pas encore certain, le gouvernement s’en sert pour que les citoyens se tiennent tranquilles,
Il faut envoyer un signe clair de satisfaction vers ceux qui ont été à la peine, qui le seront ce jour-là et encore les jours qui suivront, en arborant une vêtement blanc, un nœud blanc, un ruban blanc, en mettant un linge blanc à la fenêtre, sans bruit, sans provocation…

Une journée en blanc pour rappeler aux uns que notre solidarité ne s’arrêtera pas là. Aux autres que nous ne sommes pas prêts à oublier.

Un 11 mai en blanc, par solidarité, par défiance
Un 11 mai en blanc, par solidarité, par défiance
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche