Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 22:36

Fête de la fratenité , marque déposée

 

A défaut de changer le monde, les politiques s'y adaptent.
Il y a quelques années, ils avaient une gestion patrimoniale des circonscriptions : le fils ou l'épouse succédait au père ou au mari. Parfois, le lien n'était pas immédiatement visible mais n'en existait pas moins.

Ils sont ensuite entrés dans la presse "people". Avec femme et enfants. Nicolas Sarkozy a porté cette pratique de nouveau riche décomplexé à son zénith. Mais il n'est pas le seul à en avoir joué. Il semble d'ailleurs qu'il a pris conscience des retombées négatives de son comportement "bling-bling", mal vu d'une partie de ses électeurs.

Aujourd'hui, Ségolène Royal ouvre une nouvelle voie adaptée à la société libérale : elle a déposé en son nom à l'INPI (Institut national de la propriété industrielle) qui protège les marques, des termes comme "université populaire participative", "ordre juste" ou "fête de la fraternité"... A sa manière, elle ne manque pas d'air, s'approprier une partie de l'histoire de la Révolution.!
Elle ne fait que suivre une entreprise de produits agricoles, horticoles, forestiers... qui a déposé en 1984 "Révolution française". Ségolène Royal a bien fait. Elle pourra contester tous ceux qui voudront désormais utiliser "Fête de la fraternité" et qui l'utilisaient librement jusqu'ici.

Mais dans cette bataille de "marques" Ségolène Royal devrait déposer rapidement "ânesse poitevine" pour s'en réserver l'exclusivité de peur que des adversaires malintentionnés ne l'utilisent à tort et à travers.

 

Il y a Kärcher et Karcher !

Le travail est, de moins en moins, la santé. Certes, il n'est pas question de comparer le XXIème siècle commençant avec le XIXème finissant. Il n'empêche qu'il y a comme un malaise dans le travail qui semble toucher beaucoup de monde. Que le "travailler plus pour gagner plus" (pour qui ?) fait des dégâts dans les entreprises avant même d'avoir été formulé ainsi. Chaque jour, des suicides sont mis en relation avec un travail qui est devenu insupportable à certains. Et tous ne se suicident pas.
Probablement sous pression, M.Karcher, directeur de bureaux de poste, a annoncé à ses mauvais "directeurs de vente" que la "chasse" était "ouverte, jusqu'à épuisement (rapide) des espèces qui ne sont pas protégées" et leur annonce leur "extermination" dans les 15 jours. Ce texte ayant été rendu public, il a été muté. Son hospitalisation a été annoncée.

Certains responsables et salariés de la Poste lui ont apporté leur soutien et ont souligné son «management particulièrement humain», et sa «gestion "très humaine des situations individuelles difficiles». Ce qui ne fait que rendre l'affaire encore plus grave. Si un cadre qui a un comportement exemplaire arrive à un tel langage, on a tout à craindre de ceux qui n'ont pas ce comportement et qui ne se laisseront pas aller à de telles déclarations surtout écrites.

Les déclarations de Sarkozy qui se proposait, il y a quelque temps, de débarrasser les quartiers de la "racaille" au "kärcher", risquent fort de faire des émules volontaires ou sous pression.
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 14:31

On parle beaucoup, ces temps-ci, de Tony Blair, ancien premier ministre britannique (travailliste), pour son rôle dans la guerre d'Irak mais aussi comme conseiller de la société française de luxe LVMH (Le Monde 21/01/10), conseiller de la banque étasunienne, JP Morgan, de la compagnie suisse Zurich Financial Services, d'un fond d'investissement du Koweit et d'un autre d'Abou Dhabi (La Croix 28/01/10). Il fait de multiples conférences et a, dans ce cadre, un contrat avec le fond spéculatif Lansdowne Partners (JDD 30/01/10). Tout cela lui rapporte des revenus substantiels que ne manquent pas d'énumérer les journaux.

Gerhard Schröder, après avoir été chancelier allemand (social démocrate), a été engagé  pour "diriger le conseil de surveillance du consortium germano-russe [Gasprom] chargé de construire le gazoduc sous la mer baltique... " "Il avait lui-même arrêté la construction de ce gazoduc en tant que chancelier" ! Il a également été recruté par la banque Rotschild comme conseiller dans le développement de ses activité en Europe de l'est, en Russie, en Turquie, au Moyen -Orient et en Chine (Wikipedia) !

Avec les socialistes français Pascal Lamy, secrétaire de l'OMC (Organisation mondiale du commerce) et Dominique Strauss-kahn, directeur du FMI (Fonds monétaire international) (1), ils constituent une belle internationale socialiste !

Face à laquelle le capitalisme est pris de furieux tremblements !!!

(1) La gestion socialiste du monde... moins la France ?

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 11:51

Éric, jette le trouble !

Sarkozy, directeur des ressources humaines, a exfiltré une compétence du PS pour lui confier certaines tâches. Mais le DRH reproche peut-être à l'hyperprésident de n'avoir pas fait le travail lui-même.

En effet, le débat sur l'identité nationale au lieu de couper l'herbe sous les pieds du FN, l'a remis en selle et divise la droite.

La question du droit de vote des résidents étrangers met en évidence les contradictions multiples entre les paroles et les actes (une fois de plus), entre le chef et ses troupes, entre président et ministre... Il permet à Martine Aubry de faire événement avec une seule proposition concrète ! proposition répétée à satiété au moins depuis 1981, sans conséquence, et oubliée par Jospin sur un bureau du Sénat !

Débat sur l'identité et droit de vote, deux initiatives de Eric Besson qui donnent largement la parole au FN et jettent le trouble dans les troupes de l'UMP.

Le DRH ne doit pas être très content des initiatives de sa compétente recrue socialiste !

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 10:56

 

 

CROISSANCE

- La Chine et l'Inde connaîtront une croissance positive (Le Figaro 23/04/09) Faut-il comprendre qu'il y a des croissances négatives ? Probablement, puisque le Monde du 13/06/09 affirme : " La Banque mondiale  révise à la baisse sa prévision de croissance pour 2009. Selon les estimations de la Banque mondiale pour 2009, la récession serait de 3%, plus sévère que ne le laissait craindre l'estimation précédente de 1,7%.

- La croissance  des pays membres devrait rester négative jusqu'à la fin 2009.  Mais, il ne faut pas se faire trop de souci : L'OCDE a publié un indicateur avancé de la conjoncture économique qui indique une  "atténuation  du rythme de détérioration de la croissance" laissant présager un retour à la croissance dans les six prochains mois... ( Le Monde 15/06/09).

 

INFLATION

- Il en est de même de l'inflation qui semble pouvoir être négative : (La zone euro) devrait toutefois bientôt voir son inflation entrer en territoire négatif...  Jean-Claude Trichet a affirmé début mai que les taux d'inflation devraient "augmenter à nouveau " après être restés  "de façon temporaire à des niveaux négatifs pour quelques mois autour de la mi-2009"... (Le Monde 30/05-01/06/09

- Conjoncture : La France enregistre une inflation négative pour la première fois depuis 1957. "Le signe négatif de l'inflation en mai constitue certes une nouveauté économique... mais ne traduit nullement une entrée en déflation de notre économie" a commenté la ministre de l'économie Christine Lagarde. Le Monde13/06/09

 

 

RECESSION

- Le Fonds monétaire international prévoit  une détérioration de la récession pour 2009 (Le Figaro 23/04/09) Faut-il comprendre que la récession va augmenter ou diminuer ?

 

 


 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 08:55
On peut être président de la République, avoir été ministre de l'Intérieur et ministre des Finances et dire des... inexactitudes dangereuses. Ainsi le président a proposé récemment de partager, équitablement, les profits des entreprises entre investissement, actionnaires et salariés : la règle des trois tiers.

Il a dans le même temps demandé à Jean-Philippe COTIS, directeur général de l'INSEE, un rapport dont la presse a parlé ces derniers jours. Suivant ce rapport, la répartition des profits s'établit comme suit : 57% pour les investissements, 36% pour la rémunération du capital et 7% pour les salariés, en sus des salaires, sous forme d'intéressement et de participation.

Il y a de quoi faire devenir sarkozyste tous les travailleurs si le président, je ne sais s'il en a le pouvoir, fait passer la part de l'intéressement des salariés de 7 à 33% !!!
Avec le souci de préserver les investissements, les travailleurs pourraient même faire un geste et se  mettre d'accord avec les actionnaires pour ne pas toucher aux 53% réservés aux investissements et se répartir à parts égales les 43% restants. Passer de 6% à 21,5% n'est pas négligeable.

Encore faut-il ne pas oublier que les actionnaires sont doublement rémunérés, par les dividendes d'une part, par la croissance de la valeur de leurs actions qui reposent sur le travail des salariés.

Nous ne reviendrons pas sur le débat qui anime les économistes mais pour JP Cotis le partage de la valeur ajoutée est restée plutôt stable. De même, selon lui, l'écart des salaires n'a guère bougé entre les 10% les mieux pays et les 10% les moins bien payés.

Certains se sont inquiétés pour les classes moyennes salariées qui se voyaient rattrapées par les smicards et distancées par les hauts salaires. Mais ils ne doivent pas s'inquiéter, c'est une phénomène commun et plus important dans l'OCDE !

Rares sont ceux qui notent que, selon le rapport Cotis, les 0,1% des salariés les mieux payés, ont vu leur pouvoir d'achat progresser de façon telle qu'ils s'attribuent aujourd'hui 2% de la masse salariale, soit l'équivalent de ce que se partagent les 20% les plus mal payés.

Cette pudeur sur cette partie de rapport tient probablement à la volonté de ne pas diviser la classe des travailleurs salariés surtout quand on appartient socialement à la couche supérieure !

Ajout 31/05/09
Les 1% des salariés les mieux pays s'arrogeaient 5,5% de la masse salariale globale en 1998. Il en a accaparé6,5% en 2006. Alter éco juin 2009





Partager cet article
Repost0
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 20:51
Nos chères têtes blondes et brunes ont de la chance, tout le monde se préoccupe de leur formation.

"Les sociologues ont montré que les élèves des milieux défavorisés admis dans les meilleures grandes écoles sont passés de 29 à 9% entre le milieu des années 1950 et celui des années 1990" . Des bonnes volontés, sans aucune ironie, se préoccupent d'améliorer les choses pour remettre à niveau... Cela touche une trentaine de jeunes. Dose homéopathique, ces "jeunes défavorisés" pourront être absorbés sans trop de dommage pour la société.

Au Texas, quand "l'affirmative action" a été supprimée, les meilleurs de chaque établissement ont pu accéder au niveau supérieur. Une telle pratique avait pour but de casser les établissements d'élites où se retrouvaient tous ceux qui voulaient poursuivre des études. Désormais, les meilleurs n'ont plus intérêt à se retrouver tous dans le même établissement. Ce doit être plus efficace que la sectorisation. Ici cela conduirait  à casser le système de sélection par les grand lycées qui sélectionnent pour les grandes écoles qui ouvrent les grandes fonctions.

Bien entendu, c'est une "rupture" trop forte pour un gouvernement qui pense beaucoup plus à casser qu'à rompre. N'empêche que rupture il y a avec un décret France-Vatican qui reconnaît désormais l'équivalence des diplômes entre le Vatican et la France. Comme cette reconnaissance s'étend au delà des études religieuses, cela peut permettre au Vatican de contrôler les programmes autres que religieux des Instituts catholiques. Cela n'inquiète pas seulement les laïques, mais aussi les instituts eux-mêmes qui se seraient bien passés d'une telle tutelle !

Continuant sur sa lancée, on peut suggérer au gouvernement de se tourner maintenant vers le Royaume-Uni où la chaîne Mac Do est habilitée "à délivrer ses propres diplômes du niveau du baccalauréat professionnel".

Est-ce ce que nous prépare l'autonomie des établissements ?

Informations parues dans le Monde Le Monde 13/05/09)
Partager cet article
Repost0
11 mai 2009 1 11 /05 /mai /2009 15:51
Le risque zéro a encore frappé.
La Sncf réserve des "wagons family" (!!!) aux familles voyageant avec des enfants afin que ceux-ci n'indisposent pas les braves gens honnêtes.
J'ai découvert, il y a peu de temps qu'il y avait des wagons couchettes "femmes seulement" ! J'ai pris des billets avec Anne pour Carcassonne aller-retour. A l'aller, pas de problème. Au retour, avec Anne nous prenons le train à 23 heures à Carcassonne et rejoignons nos couchettes.
Et dans l'obscurité une dame s'insurge, c'est un "compartiment femmes". Le contrôleur était là. C'était effectivement un "compartiment femmes". Nous n'étions pour rien dans cette intrusion. Nous respections les indications du billet. Nous avons été obligés de changer de compartiment. Et un autre "couple"  avec nous, une mère avec son fils de 10-12 ans.
Heureusement, il y avait de la place et nous avons eu un compartiment pour nous 4. C'était la première fois que j'entendais parler de compartiment "femmes". Maintenant qu'il y a des wagons "family",   je pourrais demander que ce jeune homme de 10 ans aille coucher ailleurs !!!
Il y a aussi les piscines pour femmes musulmanes ou juives...
Les quartiers pour riches, clôtures, avec gardes existent au Brésil et aux États-Unis, il y en a peut-être en France. Je n'en sais rien.
Et maintenant les wagons pour enfants.
Où s'arrêtera-t-on de cloisonner ?
Partager cet article
Repost0
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 15:14
Les paradis fiscaux à la niche ?
Nicolas Sarkozy s'est évertué à faire adopter par le G20 une lutte contre les paradis fiscaux. Au niveau des mots, reste à voir l'efficacité. Si les 20 ont quelques difficultés, ils peuvent venir en France où ils verront ce qui est fait, en pratique, avec les niches fiscales qui sont passées de 418 en 2003 à  486 en 2007, soit une perte de recettes fiscales passée de 50 à 73 milliards d'euros. Bien entendu, Nicolas Sarkozy n'y est pour rien, comme il n'est pour rien dans le bouclier fiscal.

Qu'est-ce qui est le plus répréhensible ?

Offrir l'hospitalité à un pauvre bougre en situation irrégulière ou profiter de l'hospitalité d'un milliardaire mexicain accusé d'avoir traficoté de la cocaïne ?
Paru das le Courrie des lecteurs de Politis 26 mars 2009
Partager cet article
Repost0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 15:07
La crise a d'abord été financière, elle est désormais économique, elle devient chaque jour de plus en plus politique. Le Premier ministre hongrois a démissionné. Le gouvernement letton est tombé. La porte est ouverte pour le gouvernement tchèque. D'autres pays de l'Est de l'Europe connaissent de grandes difficultés. A l'Ouest, la Grèce et l'Irlande ont des problèmes sans parler de la Belgique. En France, deux à trois millions de travailleurs descendent dans la rue souvent contre Sarkozy. Et en Italie, l'Allianza nazionale de Fini et Forza Italia de Berlusconi se regroupent dans le parti du "Peuple de la liberté".

Pendant ce temps en France, la gauche de droite se déchire dans l'unité. La gauche de gauche est en petits morceaux. Les gouvernements de l'ouest on peu-têtre retenu la leçon de 1929. La gauche a oublié qu'après 1929, il y a eu 1939 !  La maison brûle, elle regarde son nombril. Face au populisme qui monte, la gauche doit lancer une offensive sociale et démocratique, une offensive de l'espérance. Le 25 janvier, le 19 mars en ont jeté les bases. Il "reste" à l'amplifier. Même la chute de Sarkozy ne serait pas à la hauteur de la situation. Il faut européaniser le mouvement.
Partager cet article
Repost0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 07:47
Les 27 n'organiseront pas un Conseil européen consacré à l'emploi, le 7 mai. Une idée de Barroso, " sans doute pour redorer son blason social... Préoccupé par sa reconduction à la tête de la Commission, il sait que son bilan dans ce domaine est particulièrement faible" d'après un diplomate.
Les objections n'ont pas manqué : l'Union peur elle vraiment agir dans le domaine de l'emploi ? Organiser un tel sommet donnerait l'impression que les Européens ont découvert le problème du chômage après avoir sauvé les banques et les industries... On ne voit pas très bien ce que pourraient proposer les 27, les questions sociales relèvent des compétences nationales. "Personne ne sentait ce truc... on ne veut pas à quelques semaines des élections européennes donner l'impression que les autorités peuvent garantir l'emploi par une surenchère d'initiatives" (Premier ministre belge).
Pour les syndicats européens c'est un "mauvais signal... envoyé aux citoyens".  Cela "donne l'impression que les décideurs européens ne se soucient pas suffisamment du chômage" a jugé John Monks, président de la Confédération européenne des syndicats qui organisera  4 "euromanifestations" à Berlin, Bruxelles, Prague et Madrid du 14 au 16 mai pour pousser l'Union à agir. (D'après Jean Quatremer, sur son blog, Libération du 23/03/09)
Si on comprend bien, quand il s'agit de questions sociales, l'Union ne peut rien faire car les questions sociales sont de la compétence des États. Les États ne peuvent rien faire séparément sans créer des déséquilibres internes à l'Union.
La machine est bien huilé pour ne rien faire.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche