Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 21:52

Les élections législatives sont encore loin mais les annonces de parachutages vont bientôt être terminées. Le parachutage est une pratique condamnée par tous les politiques... quand ils n'en ont pas besoin. Et cette pratique est aussi répandue à droite qu'à gauche, chez les anciens comme chez les modernes, chez les jeunes comme chez les vieux, y compris chez ceux qui prétendent faire de la politique « autrement ».



 

Pour pouvoir voter dans une commune, il faut être inscrit sur les listes électorales de cette commune et pour cela, soit avoir son domicile ou sa résidence dans la commune, soit être assujetti aux impôts locaux depuis 5 ans au moins. Pour être candidat dans une commune lors des élections municipales, il faut soit y être domicilié, soit y payer des impôts locaux. Ce n'est pas le cas pour les élections législatives. Le parachutage est donc parfaitement légal, l'élu n'est pas député de telle circonscription mais député du peuple français, élu dans telle circonscription.



 

Les exemples plus ou moins connus de parachutages sont nombreux.

 

Hier, Michel Debré : après avoir été élu et battu en Indre-et-Loire, décide en mars 1963, de se présenter à la Réunion. Arrivé dans l'île en avril 1963, il est élu le 5 mai ! C'est une véritable opération de commando mais en pays conquis d'avance comme souvent dans les parachutages.


 

Avant-hier, Léon Blum : battu aux élections législatives de 1928 dans le département de la Seine par Jacques Duclos, profite d'une élection partielle en 1929, à Narbonne, pour retrouver le Parlement grâce à l'appel de la fédération socialiste de l'Aude.

 

 

Aujourd'hui, les exemples sont nombreux de candidats cherchant une circonscription qui leur permettrait de défendre l'intérêt national. Ainsi Malek Boutih a échoué lors d'un parachutage, avec l'appui de l'appareil du PS, dans la quatrième circonscription de Charente aux législatives de 2007 face à la candidate, soutenue par la quasi totalité des élus PS du département. En 2012, il veut se présenter dans la 10ème circonscription de l'Essonne dont le député sortant est son ami Julien Dray qui ne devait pas se représenter mais quI... que ne ferait-on pas pour un ancien ami ? Ici, après un parachutage manqué, ce serait plutôt un retour au source, difficile, Malek Boutih étant membre du PS dans cette circonscription.


 

Jack Lang, le spécialiste : connu pour ses activité professionnelles à Nancy, il a été successivement membre du Conseil municipal de Paris, député élu dans le Loir-et-Cher, député européen, conseiller municipal et maire de Blois, conseiller régional du Nord Pas de Calais, député élu dans la 6ème circonscription du Pas-de-Calais dans laquelle il ne se représente pas, en 2012, par «choix politique et personnel ». Quasiment par dévouement féministe, une femme se présente pas dans cette nouvelle circonscription. Mais ses camarades ne se sont pas disputés pour le retenir.
Il est, pour l'instant, en attente d'une nouvelle circonscription... Dans ce long itinéraire, il a même visé un moment la mairie de Paris dont il a été détourné par une habile nomination au gouvernement Jospin.


 

Il est des parachutages plus glorieux comme celui de François Hollande après la victoire de Mitterrand qui est envoyé en mission face à Jacques Chirac, sur son propre terrain.



 

Conseillère municipale de Villeneuve-Saint-Georges, Val-de-Marne, conseillère régionale de l'Île de France, élue dans le Val-de-Marne, Cécile Duflot sera candidate dans la sixième circonscription de Paris où Me Danièle Hoffman-Rispal (PS), élue au second tour avec 57,81% des voix en 2007, ne se représente pas. Cécile Duflot ne prend pas de grands risques et ne fera pas augmenter le pourcentage de femmes à l'Assemblée nationale... Mais c'est une circonscription qui a été réservée par le PS pour des raisons internes. Est-ce pour Cécile Duflot le début d'une aventure qui vise, au moins, la mairie de Paris ?

 

 

C'est au moins la mairie de Paris qui semble visée par un parachutage sans risque à droite. Depuis 1981, François Fillon a été député, maire de Sablé-sur-Sarthe, président du Conseil général de la Sarthe, président du conseil régional des Pays-de-Loire, conseiller municipal de Solesme, sénateur de la Sarthe.

Pensant à son avenir, François Fillon se verrait bien élu député à Paris. Courageux mais non téméraire, il ne cherche pas une place à conquérir mais une place déjà conquise où il est assuré d'une élection facile. Même s'il n'est pas très chevaleresque pour cette personnalité « vieille France » de convoiter une circonscription en concurrence avec une femme (parité ! parité!), d'origine modeste, symbole de la diversité...


En effet, Rachida Dati, la maire du VIIème arrondissement, a des vues sur cette circonscription dont elle se pensait la légitime propriétaire. Malgré les faveurs dont bénéficie le premier ministre auprès des membres de leur organisation commune, Rachida Dati n'accepte nullement de céder sa place de parachutée à ce nouveau parachuté sur sa terre d'adoption...
Car en fait de parachutage, François Fillon ne fait que suivre l'exemple, avec 3 ans de décalage, de son ancienne ministre, qui a par ailleurs, tout au long de sa carrière mouvementée, bénéficié de nombreux et puissants parrainages, y compris celui du président de la République.

En suivant les déclaration des uns ou des autres, François Fillon étant le plus discret mais non ses francs-tireurs, ce combat de parachutés éclaire sur les mœurs de la République. Rachida Dati est « choquée que Fillon soit plus préoccupé par son avenir personnel que par la situation des Français »... « Il a dit à des ténors de la majorité qu'il allait être battu dans la Sarthe...Je veux une circonscription acquise à la droite ». Elle a affirmé que cette circonscription lui était réservée par le président de la République ce qui ne témoigne pas comme le parachutage de Fillon d'un « mépris pour la démocratie et les électeurs »... Elle dénonce par ailleurs la distribution d'avantages en échange de soutiens intéressés...

En face, une « camarade » de parti pense qu'elle « a été bien servie sur un plateau en or massif», maire du VIIème arrondissement et député européenne. Si certains pensaient que ces fonctions étaient des charges...


Mais derrière ce conflit banal entre carriéristes d'un même parti se profile une bataille plus importante entre le Calife et prétendants à la succession du Calife.

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 22:31


Dans ces temps incertains, des politiques, à court d'arguments, n'hésitent pas à mettre en question, sous différents prétextes, la nationalité de leurs adversaires espérant gagner quelques points dans les sondages.

Suivant la législation nationale, il n'y a pas plusieurs catégories de Français, tous sont aussi légitimes. Pourtant, aux personnes qui bénéficient de la double nationalité, ils ont tendance à ne reconnaître que la moitié de la nationalité française.

C'est le cas, par exemple, d'Éva Joly contestée parce qu'elle voulait faire du 14 juillet une fête de la fraternité européenne plutôt qu'un défilé nationaliste et guerrier.

Un degré au dessous, un ex-secrétaire d'État a eu sa minute de petite notoriété en parlant de « notre Coréen national » comme d'autres des Auvergnats...

À ce jeu, ils risquent d'avoir quelques problèmes... Ils ne devraient pas oublier que la première dame de France a deux nationalités (si elle a obtenu sa naturalisation - avec dérogation, ? - par son mariage). Qu'avec l'aide du président de la République, elle va prochainement mettre au monde un enfant qui, de naissance, aura la double nationalité.

Ce n'est pas le seul cas dans les allées du pouvoir. Certains, mariés avec des étrangères, ont ou risquent d'avoir des enfants binationaux et nous ne pouvons que les féliciter.

Plus inquiétant, la presse, y compris de qualité ou de référence, se laisse entrainer dans les affaires récentes à parler - pour les dévaloriser ? - de marchands d'armes, d'intermédiaires ou d'avocats, ayant la double nationalité ou franco-libanais ou d'origine libanaise ou même né à Dakar...

En oubliant de signaler que certaines personnalités soupçonnées d'avoir bénéficié de leurs services pouvaient être d'origine hongroise ou turque ou être née à Smyrne pour l'une d'entre elles.

Bien entendu, il convient d'être très prudent dans l'acquisition de la nationalité française par naturalisation. Ce qui est, généralement, le cas sauf quand la personne peut être tellement utile qu'on oublie de vérifier ses antécédents.

De toute façon, la naturalisation n'est pas toujours efficace pour faire de bons Français.
Ainsi, notre « Coréen national », adopté à l'âge de 7 ans et naturalisé à l'âge de 9 ans, a encore, les yeux bridés 34 années après.
Ainsi, un candidat potentiel à l'élection présidentielle, naturalisé à l'âge de 20 ans, est à la fois français, probablement espagnol et 100% catalan. C'est même un supporteur acharné du FC Barcelone. Ce qui est proprement intolérable.

Il serait temps de revoir la nationalité de tous les Français et de ne la reconnaître qu'à ceux qui sont blonds aux yeux bleus, soutiennent le PSG et jurent fidélité au gouvernement.



Paru dans Barricade n°1 Novembre 2011,
Magazine d'idées et d'humour
en vente dans tous les kiosques

 

Partager cet article
Repost0
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 08:26

  Publié par Agoravox

Depuis de longues semaines, chaque jour et le vendredi plus particulièrement, nous parvient le nombre de tués dans telle ou telle ville de Syrie, nombre bien sûr difficile à vérifier. Personne ne bronche.

 

Il y a peu, le printemps arabe, en Tunisie, en Égypte, enthousiasmait. Sauf le gouvernement français et sa ministre, lointains successeurs de Louis XVI qui écrivait sur son agenda un certain 14 juillet : « Rien ». Eux savaient qu'il se passait quelque chose, ils étaient allés voir sur place, pendant leur congé ! Ce qui leur permettait, fort opportunément, de proposer leurs services policiers.

 

Quand cela a commencé à sentir mauvais en Libye ? (le pétrole ?) Il ne fallait pas manquer l'occasion, une troisième fois ! D'où, une surréaction. Notre Matamore envoie les Rafales que tout le monde nous envie et que personne ne nous achète : bonne occasion... Depuis, l'ensablement militaire et l'appât du gain se conjuguent pour pousser à étendre le mandat d'intervention.

Si l'on avait quelques doutes sur la générosité interventionniste du gouvernement français, il suffirait, pour être éclairé, de relire les déclarations de Fillon à Abidjan, quémandant les dividendes de l'intervention française, évidemment en faveur des Droits de l'Homme.

 

Alors après la Tunisie et l'Égypte, pas assez, et la Libye, trop, que faire en Syrie ? Décidément, l'Orient est compliqué : réaction tardive, modérée, encore un ami, après des semaines de massacres rapportés quotidiennement. Mais maintenant, même l'Onu a adopté une « déclaration » !

 

Et l'indignation populaire ? L'indignation de gauche ? Doublée par l'Onu !!!

Certes, les révolutions arabes n'ont pas encore installé la démocratie parfaite, le socialisme, l'autogestion, l'essence de rose et le parfum de jasmin, gratuits et obligatoires pour tous. L'Orient est décidément très imparfait.

 

Et à quoi serviraient nos petites déclarations, nos misérables manifestations ? C'est l'heure des congés, profitons-en ! Sur la plage, nous lirons les aventures de DSK, de Lagarde, de Woerth et autres (anciens ?) ministres.

 

Le printemps était prometteur, l'été est maussade. La Révolution aura lieu en mai.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 18:52

Publié sur AgoraVox

 

Pour se débarrasser d'un éventuel concurrent dangereux, Nicolas Sarkozy a soutenu la candidature de Dominique Strauss-Kahn au FMI. Opération parfaitement réussie avec l'aide de l'intéressé. Quelques ennuis, de part et d'autre de l'Atlantique, l'ont en effet empêché de jouer « DSK, le retour ».

Pour le remplacer dans sa haute fonction au FMI, Nicolas Sarkozy a avancé le nom de Christine Lagarde avec beaucoup de regrets : elle pouvait être une auxiliaire précieuse dans la campagne présidentielle. Peut-être aussi l'a-t-il laissée partir avec un soulagement anticipé car la Cour de justice de la République doit se prononcer, sous peu, sur l'éventuelle ouverture d'une enquête dans le dossier Bernard Tapie : le parquet général reproche à Christine Lagarde d'avoir recouru à un arbitrage, une procédure privée, alors qu'il s'agissait de deniers publics, d'avoir eu connaissance de la partialité de certains juges arbitres et de ne pas avoir exercé de recours contre la sentence arbitrale, alors que plusieurs spécialistes l'y encourageaient. (LeMonde.fr 25/07/11).
Si l'enquête est ouverte, la suspicion ne troublera pas la campagne présidentielles et il ne sera pas nécessaire de faire un nouveau remaniement ministériel.

Au cas où l'ancienne ministre devrait, elle aussi, démissionner de son poste au FMI, Nicolas Sarkozy ne maque pas d'experts en casserole dans des domaines divers : il pourrait proposer Éric Woerth, ancien ministre du Budget puis du Travail, objet d'une enquête pour « prise illégale d'intérêts », c'est peut-être un peu tard.
Ou Jean-François Copé, ancien ministre délégué au budget, amis de Zad Takieddine ou Brice Hortefeux, ancien ministre de l'Intérieur, qui a aussi pour ami – il n'en a qu'un, ça va - Zad Takieddine. Il aurait pu aussi proposer Georges Tron, ancien secrétaire d'État à la fonction publique, mais il semble avoir perdu la main ou.....

Parmi tous ces quincailliers, Ncolas Sarkozy a l'embarras du choix. A moins qu'il ne prenne le poste lui-même, dégagement qui ne déplairait pas à bien de prétendants impatients à droite pour la présidence....

Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 21:38

 

Les femmes sont ingrates (et les enfants aussi). Pour l'amour des femmes, DSK (et par la même occasion ND) s'est sacrifié et elles ne sont pas reconnaissantes. Pourtant son aventure a déclenché un raz de marée qui va bien au delà des faits eux-mêmes :

 

  • Les femmes criaient dans le désert contre la violence faite aux femmes. A la suite de l'affaire DSK, tout le monde sait aujourd'hui que le droit de cuissage continue au XXIème siècle.

  • L'omerta régnait, les bouches s'ouvrent. Et une faille dans l'omerta qui assurait l'impunité des puissants. Bien sûr, cette faille risque de se refermer rapidement mais ce ne sera pas la faute de DSK.

  • La presse parlait de la violence sexuelle dans les banlieues, on apprend qu'elle était exportée à Marrakech sous protection gouvernementale par des adultes au détriment de jeunes.

  • Et la classe politico-journalistique n'a pu s'empêcher les petites phrases qui traduisent une solidarité inconsciente de sexe et de classe. Certes, il n'y a pas « mort d'homme » sauf celle, politique, de DSK, coupable ou non. Si DSK est coupable, il ne s'agit pas que d'un « troussage de jupons » et une femme est marquée à vie.

 

Dans sa grande bonté, DSK a cédé sa place à 2 femmes, c'est indépendant de sa voloné égalitaire si en la circonstance 1 homme vaut 2 femmes : pour le FMI à Christine Lagarde, pour la candidature à la présidence de la République à Martine Aubry.

 

Il faut espérer que, ce faisant, il ne les a pas contaminées. Elles ont déjà fort à faire. Christine Lagarde avec un soupçon de conflit d'intérêt et une mise en cause devant la Cour de Justice de la République. Mais soutenue par Martine Aubry qui voit en elle une digne continuatrice de DSK au FMI. Peut-être une future adhérente du PS ?

Quant à Martine Aubry, tout le monde a oublié les circonstances controversées dans lesquelles elle est devenue secrétaire du PS avec l'appui des strausskhaniens.

 

Il est difficille d'exiger de nos élites qu'elles soient plus vertueuses que les autres. Il serait bien cependant que la justice passe sur elles comme elle passe sur les autres.

 

Cet article est publié aussi sur Agoravox.

Partager cet article
Repost0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 19:09

Paru, légèrement modifié, dans le courrier des lecteurs du Monde daté du 8-9 mai 2011.

 

Il fut un temps où Le Monde avait un titre farfelu à l'occasion du 1er avril, l'époque permet des titres étonnants même le 4 mai : "trains à horaires variables et courriers à deux vitesses".


Longtemps, la fierté de la SNCF était le respect scrupuleux des horaires. Aujoud'hui, n'ayant pas peur de faire technocratique dans la médiocrité, elle lance le « concept » de trains « à horaires variables » !
«Afin d'ouvrir des réservations plus tôt », le voyageur sera averti 7 jours maximum (!) avant le départ prévu. Les horaires pourront varier de 30 minutes pour les TGV à 120 minutes pour les « Lunea ». Rien n'est dit sur la variabilté des tarifs du « concept ».
Nous avions des tarifs différents pour aller de A à B et de B à A, des tarifs différents mais en bleu, blanc, rouge suivant les horaires, nous aurons peut-être des tarifs arc-en-ciel pour les horaires variables. Ou verts, écologiques.


Il fut un temps, lointain, où la Poste distribuait, au moins en ville, le courrier matin et soir. Avec un tarif unique sur tout le territoire. Et le même tarif pour les pays européens.

Après la disparition de la seconde distribution journalière, les progrès de la libéralisation européenne ont entraîné une augmentation du tarif suivant le pays destinataire de l'Union européenne.

Aujourd'hui, il existe un courrier à deux vitesses : avec le « timbre rouge traditionnel » (0,58 €) et courrier écologique, forcément écologique car le timbre est vert (0,53 €). Lors du lancement de ce double courrier, sauf erreur, l'un avait été qualifié de normal et l'autre de rapide...
Demain, il y aura deux courriers « écologiques », le courrier à timbre vert à 0,53 € et distribué à J+4 et un nouveau courrier écologique distribué à J+2 dont on ne dit pas de quel vert il sera fait mais qui coutera plus cher 0,57 €. Pour ne pas être en reste le timbre rouge (J+1) passera à 0,60 €.


Il reste à la SNCF à inventer le « concept » du train à destination inconnue et à la Poste, le timbre blanc de la lettre à distribution aléatoire.


N'est-ce pas conceptuel, moderne et écologique de partir « on ne sait où » et d'écrire à « on ne sait qui» ?



Partager cet article
Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 14:49

 

La crise mondiale est loin d'être terminée : « ces montagnes de dettes accumulées de part et d'autre ne pourront jamais être remboursées dans leur totalité » (Éditorial du Monde du 20 avril 2011). D'où la seule question qui vaille : qui va payer ?


La réponse dans une phrase bien balancée est très claire : « Tout le monde, aux États-Unis comme en Europe, y sera, tôt ou tard, de sa poche : les salariés (qui ont déjà beaucoup donné), les investisseurs, les contribuables, les banquiers peut-être, etc. »


Tout le monde ? Mais encore ? La liste de ceux qui y seront de leur poche commence bien entendu par les salariés en leur rendant un hommage, entre parenthèse, ils « ont déjà beaucoup donné ». Non, on ne leur rendra rien, on ne leur fera pas un à-valoir pour le futur. Ils ont bien commencé, il faut qu'ils continuent à être de bons contributeurs. Sans dire d'ailleurs qu'ils donnent en permanence avec toutes les mesures de régression sociale qui sont édictées dans tous les pays.

Seront aussi mis à contribution, les investisseurs, les contribuables et... « les banquiers peut-être ». Tout est dans ce « peut-être » !

Depuis 2008, les banquiers y sont-ils de leur poche ? Si un ouvrier ou un cadre commet une faute professionnelle, il est sanctionné. Si un banquier fait perdre de l'argent à sa banque, il peut aussi être remercié. Mais tomber d'un poste si élevé peut-être dangereux. Le parachute est prévu.


Quant au salarié, il paie les erreurs ou les fautes des autres : comme salarié dont le salaire est bloqué, les « avantages » sociaux rognés, pour lesquels il a cotisé pendant des années, comme consommateur car les prix augmentent, comme contribuable. Et tout cela touche directement sa vie quotidienne, sa vie familiale. Pas seulement les extras.

Il peut se consoler en se disant qu'on ne touchera pas à son bonus, à son parachute doré, à ses sock-options, à ses dividendes.

Il n'en a pas.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 09:48

La laïcité française s'est construite contre le catholicisme et s'est terminée par un compromis avec le catholicisme. C'est donc une "laïcité catholique". Acceptée par les autres religions à l'époque plus que par les catholiques d'ailleurs qui ne s'y sont ralliés que tardivement et encore pas tous. Et acceptée du bout de la langue par la droite qui, maintenant, s'en revendique, pour s'en servir comme arme de guerre contre l'islam, image de l'étranger.


Avec la sécularisation, ce compromis est devenu un laïcité "acatholique" parce que, à part quelques laïques "purs et durs", tout le monde a oublié que la gare "Saint" Lazare est catholique, que des centaines de localités sont "saint" quelque chose, et que les fêtes de Sète pour la Saint Pierre ou la Saint Louis sont des fêtes religieuses. Ou qu'être enterré à l'église est religieux. Tout cela est devenu plus rituel que religieux.
Sauf pour ceux qui ne s'inscrivent pas dans cette histoire et cette tradition et qui ont, quelquefois, de bonnes raisons de penser qu'ils en sont exclus.


Tout le monde oublié l'Alsace-Moselle et les incongruités, ici ou là... Les laïques oubliaient même que depuis la Libération une dizaine de lois avaient été votées en faveur de l'école "libre" (!!!), en réalité privée et très majoritairement catholique.


Puis débarquent des externes à l'histoire et au compromis. Jusque là ceux qui arrivaient venaient soit à cause de ce compromis (les ashkénazes ou autres républicains)... ils y voyaient un progrès par rapport à ce qu'ils avaient connus et quelquefois même un idéal.
Les intégristes catholiques étaient même combattus par les catholiques et restaient, en gros, dans le domaine religieux.
Avec l'arrivée de l'islam et des séfarades, tout change. Notamment, parce que la laïcité française n'a jamais été appliquée dans l'Algérie française : Français musulmans ou israélites...
Compliqué encore par le complexe de la gauche française qui n'a pas été capable d'arrêter la guerre d'Algérie ou les exactions en Algérie... Et qui va mythifier le respect des cultures d'origine... A un moment, il était même question de permettre l'excision par espect des cultures d'origine... D'où la rupture dans la gauche sur la laïcité.... laïques contre le voile (intolérance colonialiste), tolérance pour le voile (abandon de la laïcité ou de l'égalité femmes-hommes...).
La droite s'empare de la laïcité, devient championne de l'égalité homme-femmes, sauf pour le respect de la parité lors des élections....
Avec en plus que les musulmans laïques sont rares et qu'avec les modérés, ils hésitent à faire le ménage chez eux pour ne pas contribuer à la stigmatisation.
Avec le fait que tous les religieux en profitent en défendant les musulmans pour faire avancer leurs pions.


C'est tout un équilibre précaire, et inégal, qui est en danger.


Et la revendication des examens de nuit, avancée par une toute petite fraction arrive au moment où on interdit la burqa... Il est difficile de ne pas mettre ces 2 revendications côte à côte même si elles sont de nature très différentes. Elles émanent toutes deux de fractions très minoritaires qui veulent se renforcer dans le conflit.
D'ailleurs, elles ne sont pas soutenues par la majorité des institutions religieuses musulmanes ou israélites. Qui n'osent pas les combattre officiellement. Mais qui pensent que c'est dangereux et propre à faire remonter les sentiments antimusulmans ou antisémites.


Il est évident que dans un société idéalement apaisée, ce serait facile de résoudre de tels problèmes. Toute société est conflictuelle. Et volontairement conflictuelle. Parce que c'est par le conflit qu'on peut élargir son espace, sa légitimité.

Ma réponse est un peu longue sur une question que je n'avais pas entendue avant que tu en parles et que j'ai vue ce matin dans ma revue de presse.
Tu vois si c'est compliqué, tu as vu la question avant moi qui suis ici. Comment l'expliques- tu ?

NB : Réponse à un ami qui est à l'étranger et qui m'interpellait sur un "article* et les réactions associées me surprennent.
Après tout (toutes magouilles politiciennes et secret mis à part) quel tort y a-t-il à permettre aux Juifs pratiquants de ne pas passer leurs examens en période de fêtes ou aux Musulmans pendant le Ramadan etc... ?"

* http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-elysee-organise-un-concours-92250>

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 21:50

 

Les ennuis de Kadhafi qui jouait, pour l'Union européenne, le rôle de garde chiourme stipendié, et la situation en Tunisie ont permis à quelques milliers de candidats à l'émigration, Tunisiens et autres Africains, de tenter leur chance. Devant l'afflux des arrivants à Lampedusa, le gouvernement italien, placé en première ligne, a appelé au secours les 26 pays frères pour qu'ils acceptent de partager le fardeau.


Il a été entendu et Frontex a renforcé ses capacités de filtrage sur la Méditerranée.

 

Quant au partage de l'accueil, certains ont l'oreille dure et quelques uns le langage clair. Claude Guéant, le nouveau ministre de l'Intérieur : "Nous souhaitons obtenir de nos amis italiens qu'ils jouent le jeu de la règle européenne. C'est la responsabilité du pays d'accueil. Nous leurs demandons de retenir les personnes qui se présentent chez eux et qu'ils reprennent celles qui leur sont renvoyées." (JDD.FR 04/03/11)


Il a fort justement affirmé qu'il serait "paradoxal que la France accueille des personnes qui viennent de pays qui découvrent la liberté" en oubliant de rappeler qu'elle les repoussait quand ils fuyaient les dictatures


Solidarité humaine,  européenne ou patate chaude ?

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 21:47

Les ventes d'armes ont augmenté de 9% en 2009, atteignant 401 milliards de dollars (Le Monde 22/02/11). Mais le printemps arabe a permis une découverte gênante, momentanément, les affaires. Les armes tuent !

 

C'est Kadhafi qui est à l'origine de cette importante découverte européenne. Jusqu'ici, il était responsable de la montée du prix du pétrole. Il menaçait l'Europe des masses d'immigrants prêtes à se jeter sur la proie européenne. Voici qu'on s'aperçoit que ce ne sont pas les armes fabriquées en Libye qui sont dangereuses pour les démocrates libyens. Ce sont celles fabriquées en Europe. Elles viennent de partout.

 

De France, depuis 2007, 316 millions d'euros d'armes made in France lui ont été fournies... (Politis 03/03/11).
D'Italie qui aurait vendu à la Libye des explosifs, des missiles, des hélicoptères d'une valeur de plusieurs dizaines de millions d'euros ces deux dernières années (Corriere della Sera CI 03-09/03/11).
Du Royaume-Uni : cinquante fabricants d'armes britanniques ont participé au salon de l'armement libyen l'année dernière et les armes qui ont été vendues ont, semble-t-il, servi essentiellement à abattre les émeutiers ces jours derniers (Guardian CI 03-09/03/11).
De Belgique
: une exportation d'armes légères refusée par le RU en 2008 a été autorisée l'année suivante par la Belgique (Politis 03/03/11).

 

Ces quelques informations ont été recueillies dans la presse des derniers jours. Maintenant, l'inquiétude perce, le marché s'effondre... De la chute des dictatures à l'embargo libyen, tout le monde s'inquiète : « un manque à gagner de 4 milliards de dollars » pour la Russie d'après un exportateur russe (Le Monde 05/03/11).

 

Heureusement, il y a encore des dictatures qui tiennent le coup face à la volonté démocratique des peuples.
« Inquiets des répercussions possibles des soulèvements tunisiens et égyptiens, les pays du Golfe ont fait des demandes de devis pour plusieurs centaines de véhicules blindés légers à la société française Panhard, spécialiste dans le domaine » (Les Echos cités par la Lettre d'information Alter éco 18/02/11).

David Cameron se lance dans une grande tournée de vente d'armes dans le Golfe, une région pas vraiment folle de démocratie.. . Et fait une halte au Caire pour saluer la démocratie naissante.
La France compte sur Abou Dhabi mais cela ne pourra compenser la perte des autres marché. Le tout dans une compétition exacerbée (suivant un professionnel cité par le Monde 05/03/11).
 

 

Ainsi vont les inquiétudes partagées de l'Europe et du monde aujourd'hui.

 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche