Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 21:38

De 13 à 14 heures, un petit rassemblement a été organisé par Attac  à Paris, à quelques centaines de mètres du siège de la Société générale et du commissariat où des militants avaient été convoqués pour une audition libre, à la suite du badigeonnage d'une agence de cette banque.

Attac veut attirer l'attention sur le fait que Frédéric Oudéa, le DG de la Société générale, a nié, lors d'une audition devant le Sénat, toute activité de sa société dans des paradis fiscaux : or, la Société générale a 136 filiales dans les paradis fiscaux, 1005 sociétés offshore et réalise 30% de ses bénéfices dans des paradis !.

Des militants sont fichés et entendus parce qu'ils ont badigeonné des agences, à visage découvert, pacifiquement, pour dénoncer une banque dont les pratiques visent à ne pas payer d'impôts en France. La banque et son DG n'ont pas été convoqués !

Aux yeux de la Justice, il est dangereux, pour la société française, que des militants dénoncent les activités lucratives d'une banque dans les paradis fiscaux. Beaucoup moins que son DG organise la fuite devant l'impôt et le nie devant le Sénat !

Ce qui est certain, c'est fructueux pour la Société générale !!

Pour plus d'infos :https://france.attac.org/se-mobiliser/occupons-la-societe-generale/

Les militants avant ou après être passé au Commissariat.
Les militants avant ou après être passé au Commissariat.
Les militants avant ou après être passé au Commissariat.
Les militants avant ou après être passé au Commissariat.

Les militants avant ou après être passé au Commissariat.

Au micro, Aurélie Trouvé, coprésidente d'ATTAC et Dominique Plihon, coprésident d'Attac.Au micro, Aurélie Trouvé, coprésidente d'ATTAC et Dominique Plihon, coprésident d'Attac.

Au micro, Aurélie Trouvé, coprésidente d'ATTAC et Dominique Plihon, coprésident d'Attac.

Repost 0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 21:06
Faucheurs de chaises contre BNP

 

Florent Compain, président des Amis de la Terre France, est poursuivi en justice, à Bar-le-Duc, par la BNP Paribas pour avoir participé à une réquisition citoyenne de chaises dans une agence de la banque en novembre 2015.
À l’occasion de ce second procès d’un Faucheur de chaises, un rassemblement public devant le siège national de la BNP Paribas à Paris a été organisé. Pour rappeler que c’est BNP Paribas, non les Faucheurs de chaises, qui devrait être sur le banc des accusés pour son rôle dans l’évasion fiscale et le financement de projets climaticides.

Lors du Sommet citoyen pour le climat, Alternatiba et la Coalition Climat 21, ont réuni sur la place publique, à Montreuil (93), les 196 chaises « réquisitionnées » dans des succursales de banques en France, Belgique, Suisse. Sur ces chaise avaient pris place 196 personnes de la société civile, venant des 5 continents et engagées dans les luttes pour « changer le système, non le climat ».
Depuis, ces 196 chaises ont été restituées, devant le Palais de justice, à Paris, lors du procès de Jérôme Cahuzac pour fraude fiscale et blanchiment.

Faucheurs de chaises contre BNP

Aujourd'hui, à l'occasion du procès de Florent Compain, à Bar le Duc, les Faucheurs de chaise ont voulu rappeler que réquisitionner ces chaise, à visage découvert et sans violence, était un acte citoyen, transparent, nécessaire.
Tandis que les milliards sont détournés, discrètement, vers les paradis fiscaux par les grandes banques dont le première banque de France, la BNP.
L'évasion fiscale s'élèverait en France à 60-80 milliards d'euros.
Ce ne sont pas les faucheurs de chaise qu'il faut poursuivre mais la BNP. Pour ses activités dans les paradis fiscaux.

Faucheurs de chaises contre BNP

Une première victoire a été obtenue : la BNP Paribas a mis fin à ses soutiens directs à de nouveaux projets charbon mais elle continue ses activités de financement et d’investissement dans les énergies fossiles qui contribuent aux perturbations climatiques. En opposition à ses promesses et à ses engagements dans le cadre de la COP 21! La BNP cherche aussi à financer d’autres projets comme le terminal d’exportation de gaz de schiste Texas LNG, aux États-Unis, alors que les gaz de schiste sont interdits en France !
Les choix de la BNP Paribas aggravent la crise climatique.

L’argent qui est aujourd’hui dissimulé dans les paradis fiscaux et qui sert à financer les entreprises les plus polluantes doit être réorienté, de façon urgente, vers une transition écologique et sociale qui permette de relever le défi climatique.
 

 

Faucheurs de chaises contre BNP

Ce ne sont pas les Faucheurs de chaises, les lanceurs d’alerte ou les militants écologistes qu’il faut poursuivre mais les puissantes multinationales qui organisent le système de l’évasion fiscale, la destruction de l’environnement et des conditions de vie des populations partout dans le monde.
C’est la BNP Paribas qu’il faut mettre sur le banc des accusés !

Faucheurs de chaises contre BNP
Faucheurs de chaises contre BNP
Faucheurs de chaises contre BNPFaucheurs de chaises contre BNPFaucheurs de chaises contre BNP
Faucheurs de chaises contre BNP
Faucheurs de chaises contre BNP
Faucheurs de chaises contre BNP
Faucheurs de chaises contre BNP
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche