Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 15:57

 

 

Les internationales existent. Ainsi, l'Internationale socialiste. Mais il en est d'autres, plus efficaces.

 

Quelquefois, il est difficile de comprendre à quoi sert l'Internationale socialiste. Ainsi Gbagbo et Ben Ali et leurs partis appartiennent à l'Internationale socialiste. Enfin, le RCD appartenait... depuis que Ben Ali a été chassé par son peuple, le 14 janvier, le RCD en a été exclu, le 17. L'Internationale s'aligne sur le peuple, ce n'est pas bien ça ?

 

"Une décision a été prise par le président avec le secrétaire général, conformément aux statuts de l’Internationale Socialiste, de faire cesser l’adhésion du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) de Tunisie". Le président est George A. Papandreou (Grèce) et le secrétaire Luis Ayala (Chili).

 

Quant aux responsables du PS français, ils en avaient fait la demande à plusieurs reprises ils ne pouvaient décider seul. A quoi sert donc cette internationale et la participation du PS ? Quels sont les partis qui sont membres de l'IS ? Quelles sont les conditions pour devenir et rester membre. Combien de crimes faut-il avoir commis pour en être exclus ?

 

En Cote d'Ivoire, le parti de Gbagbo, le Front populaire ivoirien, est toujours membre de l'Internationale. Il n'en est peut être pas indigne. Il a, en effet, respecté la constitution de la Cote d'Ivoire puisque le résultat des élections a été validé par son Conseil constitutionnel. Et cautionné de plus par une expert, Roland Dumas, l'ancien président, socialiste français, du Conseil constitutionnel qui, en son temps, a validé indûment, on le sait aujourd'hui, les comptes de campagne du candidat Jacques Chirac à la présidentielle. Peu importent donc les jugements des observateurs sur place...

 

On apprend, maintenant que ça bouge en Egypte, que le parti de Moubarak est aussi membre de l'Internatonale socialiste. Martine Aubry et Jean-Christophe Cambadélis s'apprêtent à demander son exclusion. Ils ont encore une marge. Moubarak n'a pas fait tirer sur la foule.

 

La révolution tunisienne commence à faire le ménage à l'Internationale !!! L'Internationale pourrait faire un petit effort et revoir la liste des partis adhérents sans attendre que les peuples se révoltent.

 

Ce qui a (trop) bien fonctionné, par contre, c'est la solidarité des gouvernements français et tunisien. La malheureuse Michèle Alliot-Marie n'a pas signé, au nom du Ministère des Affaires étrangères, l'autorisation de livrer des grenades lacrymogènes au gouvernement tunisien, c'est son prédécesseur qui l'a fait. Et Ben Ali est parti avant l'arrivée des grenades. MAM s'est contentée la veille de sa chute de proposer à Ben Ali des instructeurs pour montrer comment on pouvait s'en servir... Trop tard !

 

Elle n'était pas à Paris au moment où il fallait y être. Ses "services" lui avaient dit qu'elle pouvait partir en week-end. Cela pose problème surtout si elle dit la vérité.

Qu'il y ait solidarité entre gouvernements n'est guère étonnant du moment que les affaires marchent. Cela est plus gênant quand cela empêche les "services" de faire leur travail. Certes les événements ont évolué rapidement. Était-ce si imprévisible ? Que font les services diplomatiques et les renseignements français en Tunisie ?

 

Certains prétendent que l'entente était tellement parfaite entre les gouvernements que les services de l'ambassade n'avaient guère de contacts autres qu'officiels.
Cependant, le gouvernement savait, tout le monde connaissait la politique économique suivie en Tunisie, Ben Ali a été félicité à plusieurs reprises par des membres du gouvernement et même par le directeur du FMI (c'était peut-être une fleur entre "socialistes").

Tout le monde savait à quel point la presse tunisienne était censurée et la presse étrangère indésirable.

Enfin, Yves Aubin de la Messuzière, ancien ambassadeur de 2002 à 2005 affirme que le gouvernement ne manquait pas d'informations sur la population en provenance du quai d’Orsay et des diplomates en place à Tunis : «Les rapports diplomatiques mettaient aussi l’accent sur l’exaspération et le mal-être de la jeunesse tunisienne, liés certes au problème de l’emploi mais aussi à l’absence d’espace et d’expression politiques» (Libération 26/01/11).

Mais entre gouvernants qui se comprennent si bien, a-t-on besoin de services diplomatiques ? Surtout quand un ministre a même la nationalité tunisienne !!! Et quand un autre vient de se marier avec une Tunisienne.

 

Peut-on penser que le gouvernement n'est pas informé de la situation des pays du Maghreb ? Quand Henri Guaino affirme : "La Tunisie, le Maroc, l'Algérie, c'est presque un problème intérieur pour la France" (RTL, 17/01/11 cité par le Monde Magazine 22/01/11). Ou est-il aussi mal informé sur les Français ? Pauvre de nous !

 

Enfin,certains ne perdent pas de temps pour apporter leur soutien à la démocratie qui essaie de naître en Tunisie. Les agences de notation Fitch et S&P l’envisagent, Moody’s a pris les devants : la Tunisie vient de voir sa note souveraine dégradée d’un cran. Les incertitudes économiques et politiques, suite au soudain changement de régime, les inquiètent (19/01/11 http://trends.rnews.be/fr/economie/actualite/politique-economique/tunisie-moody-s-degrade-s-p-et-fitch-menacent/article-1194926969733.htm).

 

Additif 29/01/11 / voir article du JDD.fr : Internationale socialiste : ces dirigeants qui gênent

http://www.lejdd.fr/International/Actualite/Internationale-socialiste-Ces-dirigeants-peu-democratiques-qui-derangent-260569/

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul ORIOL - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Paul ORIOL
  • : Réflexions sur l'actualité politique et souvenirs anecdotiques.
  • Contact

Texte Libre

Recherche